Version classiqueVersion mobile

Le geste de Fernand Deligny

 | 
Françoise Tschopp

Première partie. Itinérance d’un énergumène

Chapitre 4. Deligny dans les Cévennes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Tramer un réseau intervient bien souvent comme réflexe quant exister n’est plus possible. S’agit-il donc de liberté ? Si on veut et si on veut bien admettre la nécessité des rigueurs propres à cette petite brèche qui ne tiendrait pas sans elles ».
Fernand Deligny, 1982, p. 126

L’installation dans les Cévennes

En juillet 1967, alors que Deligny travaille à la clinique de La Borde, il fait la connaissance de Jean-Marie, enfant autiste de treize ans environ, qu’il rebaptise Janmari. Cette rencontre est déterminante pour lui, puisqu’elle constitue le démarrage d’une nouvelle expérience, qui se poursuivra dans les Cévennes durant plus de 40 ans. Deligny, sa compagne Any Durant et leur fils Vincent quittent La Borde avec Janmari pour s’installer dans le Gard d’abord, puis dans les Cévennes. Janmari a été confié à Deligny par sa mère ; diagnostiqué encéphalopathe profond par l’Hôpital de la Salpêtrière, il est considéré comme incurable. C’est Janmari, qui, par sa présence, est à l’origine ...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search