Version classiqueVersion mobile

Une école de son temps

 | 
Didier Cattin

Chapitre 5. Une diversité d’acteurs

Texte intégral

1 Outre les fondateurs de 1918, les acteurs qui ont construit et fait vivre l’Ecole au cours du siècle qui vient de s’écouler sont les directrices et les directeurs qui se sont succédé, les étudiants – dont nous nous proposons d’examiner de plus près les caractéristiques des premières élèves –, les enseignants – qui ont connu plusieurs statuts au fil du temps – et le personnel administratif. Ce sont eux, tout bien considéré, qui ont permis au projet de Töndury de prospérer jusqu’à nos jours.

Les premières directrices

  • 238 Aucun procès-verbal de l’époque n’évoque cette possibilité.
  • 239 Sans pour autant contredire cette citation, notons que l’Ecole supérieure de jeunes filles de Genèv (...)

2C’est le 27 mars 1918, soit trois jours après l’assemblée générale constitutive de la Société de l’Ecole suisse d’études sociales pour femmes, que le comité fraîchement élu débat de l’engagement d’une directrice pour l’Ecole ; plus exactement, l’objet de la discussion porte sur l’engagement d’une directrice d’études, à laquelle sera confiée la fonction de gérer l’Ecole et de diriger les élèves dans leurs études. Bien que l’on puisse imaginer – dans le contexte de l’époque – que cette responsabilité échoie à un homme du fait de la place alors réservée aux femmes dans les postes de direction, le comité n’a jamais envisagé d’engager un homme pour cette fonction238. Ce faisant, il se montre en cohérence avec le projet de Töndury d’émancipation de la femme par le biais d’une formation devant lui permettre d’accéder à des postes à responsabilité ; dans son opuscule fondateur, Töndury parle d’ailleurs déjà d’une directrice pédagogique chargée de « la surveillance générale de l’établissement » (Töndury, 1918, p. 58). Remarquons ici que l’école d’infirmières Le Bon Secours (aujourd’hui Haute école de santé de Genève) n’a été dirigée que par des femmes, de sa création en 1905 à 2011, année de l’engagement du premier homme au poste de directeur. Faut-il, dès lors, considérer qu’il existerait une sorte de déterminisme de genre conduisant à penser qu’une femme est plus apte à diriger une école destinée aux femmes ? Il n’est pas totalement inopportun de le penser et la discussion au Grand Conseil portant sur le projet de loi créant une école professionnelle et ménagère de jeunes filles en 1897 en apporte une confirmation frappante : « Quant à l’article 5, on nous propose de mettre l’école nouvelle sous la surveillance d’une directrice. C’est une innovation dans notre pays où toutes les écoles sont dirigées par des hommes. Pour ma part, j’applaudis à cette idée. Une femme sera beaucoup mieux qualifiée qu’un homme pour donner à cette école son véritable caractère d’école pratique et ménagère » (cité dans Barras, 1994, p. 41)239. Il n’est pas exclu qu’une telle motivation, consciente ou non, ait pu guider les membres du comité de direction de l’Ecole.

  • 240 Source : PV du comité du 27.03.1918.
  • 241 Sophie Vernet sera, par contre, élue membre du comité lors de l’assemblée générale du 6 juillet 191 (...)

3Töndury propose l’engagement d’une jeune universitaire neuchâteloise terminant ses études de médecine, alors qu’Emilie Gourd propose deux autres candidatures qui présentent l’intérêt d’être genevoises et « d’un âge plus respectable »240 : Mlles Lucy Senglet et Sophie Vernet. Le comité se rallie à cette dernière proposition et confie à Emilie Gourd et Charles Waegeli, membre du comité, le soin de prendre des renseignements sur ces deux personnes. Rendant compte de leur mission lors du comité du 5 avril 1918, ils indiquent que toutes deux sont adéquatement qualifiées pour ce poste, avec l’avantage pour Lucy Senglet d’être immédiatement disponible, alors que Sophie Vernet ne peut se libérer avant le mois de septembre. Le comité souhaitant – initialement (cf. chapitre premier) – que l’Ecole ouvre en mai 1918, il porte donc son choix sur la candidature de Lucy Senglet, en spécifiant qu’il s’agit d’un engagement provisoire qui sera confirmé après avoir vu la directrice à l’œuvre. Cette confirmation n’aura toutefois pas le temps d’être donnée car, entrée en fonction en mai 1918, Lucy Senglet donne sa démission pour raisons de santé en juin 1918. De fait, son état de santé était connu du comité puisqu’Emilie Gourd en avait fait part lors de la séance du 27 mars 1918 et avait indiqué qu’elle prendrait de ses nouvelles à ce sujet ; c’est donc en connaissance de cause que le comité, pressé d’ouvrir l’Ecole, avait engagé Mlle Senglet. Aussi curieux que cela puisse paraître, le comité ayant repoussé l’ouverture de l’Ecole au mois de juillet, il n’envisage pas de relancer Sophie Vernet241 pour remplacer Lucy Senglet et c’est une personne membre du comité, Marie Walter, devant l’urgence des tâches à accomplir, qui se propose d’assumer la direction ad interim.

Marie Walter, de 1918 à 1922

  • 242 Marie Walter (1874-1950), née Merminod.
  • 243 Source : PV du comité du 30.10.1920.
  • 244 Les raisons de cette démission ne sont pas connues, les procès-verbaux du comité ou des assemblées (...)

4Lors de sa séance du 10 juin 1918, le comité accepte avec reconnaissance l’offre de Marie Walter242 dans le but d’organiser sérieusement l’Ecole et de la remettre ensuite à sa directrice définitive. Ce fonctionnement provisoire glisse cependant progressivement vers une situation de fait et la question de l’organisation de la direction n’est plus abordée jusqu’en juillet 1919, où le comité accepte d’engager une secrétaire pour soulager Marie Walter de certains travaux administratifs. Ce n’est qu’en juin 1920 que le comité prend conscience de la situation ambiguë dans laquelle il a laissé s’installer Marie Walter, notamment à la suite de plaintes d’élèves quant aux compétences pédagogiques et de conseil dans les études de la directrice. Il prend la mesure de l’erreur commise en laissant un membre du comité, qui plus est membre chargée d’assumer la trésorerie, endosser la direction de l’Ecole tout en restant membre active dudit comité, et ce d’autant que cette situation d’urgence, censée être provisoire, perdure. Le mélange des statuts et des responsabilités ne pouvait que conduire à une situation de crise et à une surcharge de la directrice. Pierre Bovet, sans demander la démission de Marie Walter, suggère au comité de réfléchir à une réorganisation de la direction de l’Ecole. Trois mois plus tard, tout en renouvelant sa confiance à Marie Walter et louant ses qualités d’organisation dans la mise en place de l’Ecole, le comité constate que « pour la direction, il faut des qualités de méthode, de précision que Madame Walter malheureusement ne possède pas »243; il est aussi relevé qu’elle ne possède pas de titre universitaire, « ce qui ne lui permet pas de conseiller les élèves avec toute l’autorité nécessaire ». C’est la raison pour laquelle il maintient Marie Walter dans la fonction de directrice administrative, mais lui adjoint un directeur des études, en la personne du juge Charles Muller – par ailleurs lui aussi membre du comité et professeur de droit de l’Ecole. Ce dernier, nommé sous-directeur de l’Office du chômage, démissionne toutefois en juin 1921. Le comité se voit contraint de partir à nouveau en quête d’une personne pour assumer la direction des études ; si les noms de certaines personnalités sont avancés et si des contacts informels sont pris avec certaines d’entre elles – citons pour l’anecdote Marguerite Champendal, alors directrice de l’école du Bon Secours, et Adolphe Ferrière, enseignant à l’Institut Rousseau dès sa création et l’un des fondateurs du mouvement de l’éducation nouvelle –, le comité se résout aussi à publier une annonce dans la presse. Au terme de la procédure, le comité examine trois candidatures et retient celle de Marguerite Beck, tout en prenant bien soin d’élaborer un cahier des charges pour chacune des directrices. La cohabitation entre la directrice des études et la directrice administrative ne dure toutefois pas : Marie Walter donne sa démission de l’Ecole et du comité pour le 31 décembre 1922244.

5Ce que l’on sait, par ailleurs, de la vie de Marie Walter, c’est qu’elle a passé deux années en pensionnat en Allemagne, de seize à dix-huit ans, puis qu’elle a suivi à Zurich une année d’apprentissage d’enseignement, avant de passer trois années en Angleterre dans un collège pour jeunes filles, où elle a enseigné le français et l’allemand, tout en travaillant pour l’Armée du Salut et au sein de l’Union chrétienne. Revenue en Suisse, elle travaille durant trois années dans un pensionnat pour jeunes filles avant de partir deux ans en Russie, où elle est la préceptrice des enfants du recteur de l’Université de Moscou. De retour en Suisse, elle épouse le pasteur Paul Walter et passe ensuite neuf années à Marseille, où ils fonderont un home pour institutrices et domestiques de langue allemande.

6Si le directorat de Marie Walter ne dure que quatre années, il est, du fait de sa dimension inaugurale, le plus important ; c’est en effet Marie Walter qui imprime le mouvement et donne la coloration de ce qui fera l’identité de l’Ecole. Travailleuse acharnée, elle s’engager sans compter pour l’Ecole ; c’est elle qui en organise le quotidien et en administre le fonctionnement au jour le jour ; c’est elle qui accueille les nouvelles élèves par un entretien individuel, c’est elle qui rencontre les professeurs pour discuter avec eux de leurs enseignements ; c’est elle qui gère les relations avec les diverses institutions, les associations et les services avec lesquels l’Ecole est en contact. C’est encore elle qui établit les programmes des cours avant de les soumettre au comité. Marie Walter s’occupe aussi de la publicité – la propagande, ainsi qu’on le disait à l’époque – et des demandes de renseignements des futures élèves, ainsi que de leur orientation ; elle donne, en outre, un cours sur l’administration des établissements hospitaliers de 1921 à 1923 et gère le courrier jusqu’en juillet 1919, lorsque le comité engage une secrétaire pour la seconder. Rappelons encore que c’est Marie Walter qui fonde le foyer de l’Ecole – contre l’avis du comité (cf. chapitre 2) –, permettant ainsi à l’Ecole d’obtenir sa première subvention fédérale. Elle devient ainsi une figure centrale de l’Ecole, plus même que le fondateur Hans Töndury qui, appelé à Berne dès juin 1918 par le Département politique, n’est présent à Genève que deux jours par semaine et a confié la présidence du comité à sa vice-présidente, Emilie Gourd. Or, ainsi que cela a été évoqué en ouverture de cet ouvrage, c’est peu dire que les relations entre Emilie Gourd et Marie Walter sont tendues, du fait des problèmes financiers que connaît la jeune association dont Marie Walter est aussi la trésorière. Lors de l’assemblée générale du 2 décembre 1922, Eugène Choisy dit d’elle, à l’occasion de sa démission, que Marie Walter a non seulement été membre fondatrice de l’Ecole, mais qu’elle « a été la plus fidèle collaboratrice du fondateur » ; en effet, le couple Walter s’est lié au couple Töndury lors de la présentation du projet de création d’une école sociale dans la Revue Schweizerland en 1916 et ils ont été les premiers à partager l’ambition de Töndury en Suisse romande. C’est d’ailleurs Marie Walter qui, en 1918, a traduit sa brochure en français. Cette relation privilégiée explique certainement le soutien mutuel que s’apportent Marie Walter et Hans Töndury à l’occasion du conflit les opposant à Emilie Gourd, ainsi que l’amertume de Marie Walter à l’occasion de sa démission relativement au sentiment de manque de soutien de la part de Hans Töndury à ce moment-là ; c’est vraisemblablement aussi cette amertume qui la pousse à refuser la proposition du comité de la nommer membre d’honneur de l’association en mars 1923.

Marguerite Wagner-Beck, de 1922 à 1947

7Née à Schaffhouse, Marguerite Beck (1894-1971) est la fille du pasteur Bernhard Beck, directeur du gymnase libre de Zurich ; elle a étudié le droit à Zurich, Berne et Berlin, où elle a obtenu le grade de docteur en droit. Elle a travaillé au sein du service des tutelles de Zurich et lorsqu’elle est engagée en 1921 pour assumer la fonction de directrice des études à l’Ecole, cela fait une année qu’elle travaille en tant que juriste au sein du Bureau de bienfaisance de Genève. Elle a alors vingt-sept ans. En 1926, elle épouse Jean Wagner, professeur d’anglais à l’Ecole supérieure de jeunes filles, dont elle sera veuve dix ans plus tard.

  • 245 Les honoraires annuels des deux directrices se montent à CHF 3 000.- chacune, soit l’équivalent act (...)
  • 246 Cours qu’elle reprend à la suite de Paul Wagner, qui y a renoncé à la suite de la démission de son (...)
  • 247 Séminaire qu’elle confie dès 1930 à Germaine Thürig, ancienne élève de l’Ecole engagée en 1927 en t (...)

8A la suite de la démission de Marie Walter, le comité confie à Marguerite Beck la responsabilité des deux directions, administrative et pédagogique, répondant ainsi aux critiques faites par certains membres du comité quant au coût occasionné par cette double direction qui met en péril la bonne marche financière de l’Ecole245. Durant ses vingt-quatre années de directorat – le plus long règne à la tête de l’Ecole jusqu’à ce jour –, elle assume seule la direction de l’Ecole, tout en assurant jusqu’à six enseignements annuels de janvier 1923 à 1947 : selon les années, une combinaison entre Instruction civique, Prévoyance sociale dans la Suisse allemande246; Administration des établissements hospitaliers ; Séminaire pour secrétaires247; Institutions de prévoyance sociale ; Séminaire de protection de l’enfance ; Questions de droit se rapportant à la protection de l’enfance ; Séminaire pour assistantes sociales (dès 1933) ; Institutions de prévoyance sociale (dès 1944). Marguerite Wagner-Beck contribue à améliorer le programme des cours et à renforcer la dimension professionnalisante de la formation, en développant notamment l’organisation et la surveillance des stages ; elle veille, par ailleurs, à maintenir le programme d’études en phase avec les réalités mouvantes de la société afin de former au plus près des auxiliaires sociales bien préparées :

  • 248 Source : Rapport de la directrice à l’assemblée générale du 01.02.1926.

Notre souci est d’adapter l’enseignement aux exigences nouvelles, de donner à nos élèves une préparation qui les rende capables de travailler dans la société actuelle et d’accomplir les tâches nouvelles qui s’imposent à elles. Nous suivons attentivement tous les mouvements qui se produisent dans le domaine social et nous tâchons de distinguer parmi les tendances diverses, au milieu de l’agitation fiévreuse qui se manifeste de tous côtés, ce qui a une valeur durable, ce qui modifiera la tâche d’une future auxiliaire sociale, ce qui ouvrira des portes nouvelles aux activités féminines et qui demande par conséquent une préparation nouvelle248.

9Elle se montre soucieuse de la qualité scientifique de la formation dispensée, tout en insistant sur la nécessité de l’alternance entre théorie et pratique, et ne cache pas – dans ses rapports annuels, dans des articles ou des conférences, sa volonté que l’Ecole contribue à professionnaliser les œuvres sociales, appelant même de ses vœux que les professionnelles influencent la prévoyance sociale.

10S’il est un domaine sur lequel Marguerite Wagner-Beck a exercé une influence prépondérante, c’est celui de l’ouverture de l’Ecole sur le plan international et sur le plan suisse. Son engagement au sein de la première Conférence internationale du service social de 1928 (cf. chapitre 6) lui permet de constituer un réseau de contacts précieux et la conduit à organiser la coopération entre les écoles suisses de service social ; son activité au sein du Comité international des écoles de service social l’amène à jouer un rôle éminemment important au cours de la Seconde Guerre mondiale (cf. chapitre 6), rôle qu’elle assume avec une discrétion et une humilité toute protestante. Tirant profit de son réseau international, Marguerite Wagner-Beck élargit aux élèves l’ouverture de l’Ecole en initiant les premiers voyages d’études à l’étranger dès 1931, qui deviendront une sorte de tradition – irrégulière toutefois – jusqu’en 1964 : Paris (1931, 1936, 1947, 1959, 1963), Francfort (1932), Italie (1933, 1949), Belgique (1934), Amsterdam (1935), Autriche (1951), Grèce (1953), Marseille (1954, 1962), Portugal (1956), Israël (1960), mais aussi Zurich en 1938 et 1939.

  • 249 Actuel Centre social protestant.

11Marguerite Wagner-Beck quitte l’Ecole en 1947 pour des raisons qui ne sont pas clairement explicitées dans les procès-verbaux du comité ; il est fait mention de critiques des élèves, qui se plaignent de la médiocrité des études et de relations difficiles avec des secrétaires, mais le doute plane sur le fait de savoir si c’est elle qui a donné sa démission ou si elle a été incitée à se retirer. Dans son rapport à l’assemblée générale du 8 mars 1948, le Président Henri Revilliod mentionne que « Mme Wagner exprimait en nous quittant son désir de voir la direction confiée à une force nouvelle, capable de faire face à des changements et des responsabilités qu’elle redoutait ». Elle a cinquante-trois ans et travaillera ensuite plusieurs années à l’Office social protestant249. Quoiqu’en demi-teinte sur la fin, son directorat aura été marqué, sur le plan interne, par la meilleure assise qu’elle a donnée à l’Ecole et aux formations dispensées, ainsi que par l’audience et la reconnaissance internationale de l’Ecole de Genève.

Marie-Louise Cornaz, de 1948 à 1967

12Diplômée de la section Activités sociales de l’Ecole en 1931, Marie-Louise Cornaz (1908-1995) entre en fonction le 1er janvier 1948. Au sortir de sa formation, elle a travaillé comme secrétaire au foyer des étudiantes à Genève, puis en tant qu’assistante de justice et police au Service social de justice de Lausanne de 1933 à 1941 et enfin comme assistante sociale à l’Office cantonal des mineurs du canton de Vaud dès 1942. Elle a par ailleurs suivi une formation de droit à l’Université de Lausanne, dont elle a obtenu le grade de licenciée. Marie-Louise Cornaz a été élue membre du comité de l’Ecole une année avant son engagement et a participé activement à la création de l’Ecole des parents du canton de Genève en 1950. Au regard du profil de Marguerite Wagner-Beck, qui a pris la direction de l’Ecole alors qu’elle n’était âgée que de vingt-sept ans, c’est donc une femme avec déjà une certaine expérience professionnelle – elle a quarante ans – qui accède à la direction de l’Ecole.

13Portraits de directrices et directeurs

a_ Marguerite Wagner-Beck (1922-1947)

b_ Marie-Louise Cornaz (1948-1967)

© Henriette Grindat / Fotostiftung Schweiz

c_ Yves De Saussure (1967-1989)

d_ Paul Weber (1989-2000)

e_ Bernard Gmür (2000-2006)

f_ PIerre-Yves Troutot (2006-2010)

g_ Joëlle Libois (2011-...)

  • 250 Elle assumera cependant plusieurs missions de représentation dans les conférences internationales d (...)
  • 251 Diplômée de la section assistantes sociales en 1946 ; socialiste, elle est l’une des premières femm (...)

14C’est sous son directorat que s’ouvriront l’Ecole d’auxiliaires de médecins en 1953, le Centre de formation d’éducateurs pour l’enfance inadaptée en 1954 et l’Ecole d’animateurs de jeunesse en 1962 (cf. chapitre 2). Elle est par ailleurs très active au sein du Comité suisse des écoles de service social, dont elle assume la présidence plusieurs années et contribue activement à la rédaction du programme minimum adopté en 1950. Très présente sur le territoire helvétique et genevois, elle est moins active sur la scène internationale que Marguerite Wagner-Beck250; elle contribue à stabiliser la situation de l’Ecole à Genève – c’est sous sa direction que l’Ecole emménagera à la rue Prévost-Martin – et sa structure en donnant plus d’autonomie à chacune des entités composant l’Ecole ; de plus, afin de la seconder, elle crée le poste d’adjoint à la direction, qui sera confié à François Schlemmer en 1963, et c’est à ce titre notamment qu’il assumera la direction de l’Ecole d’animateurs. Remarquons qu’il s’agit du premier homme engagé à un poste de responsabilité au sein de l’Ecole, si l’on excepte le bref passage de neuf mois de Charles Müller en 1920. Après dix ans de direction, Marie-Louise Cornaz innove au sein de l’Ecole en prenant un congé sans solde durant l’année 1958-1959, afin de se ressourcer ; elle est alors remplacée par une ancienne étudiante et membre du comité, Jacqueline Wavre251. Elle prend soin de préparer son départ une année à l’avance en annonçant sa démission pour 1967 et en élaborant un cahier des charges du poste de direction pour sa succession. Marie-Louise Cornaz n’exercera pas d’autre activité professionnelle par la suite ; elle a alors cinquante-neuf ans.

Les hommes à la barre

Yves de Saussure, de 1967 à 1989

15Alors que la direction opérationnelle de l’Ecole d’études sociales pour femmes a été assumée par des femmes pendant près de cinquante années – dont la première issue de ses rangs fut Marie-Louise Cornaz –, c’est un homme qui est retenu pour la remplacer : Yves de Saussure. Ce fils de pasteur, universitaire – il est licencié en lettres – et enseignant de philosophie et de littérature dans les collèges genevois, n’est toutefois pas totalement extérieur au champ du travail social. Il a pratiqué l’enseignement dans des environnements fort divers qui ont nourri sa pratique de pédagogue : maître interne à l’Ecole de Chailly- sur-Lausanne, précepteur dans une famille suisse en Argentine durant une année, professeur de civilisation française au sein du Presbyterian College de Caroline du Sud (USA) durant deux ans, directeur et cofondateur du Collège protestant romand – Ecole nouvelle de La Châtaigneraie à Coppet de 1953 à 1958 ; il est alors engagé, à mi-temps, au sein du Service médico-pédagogique (SMP) genevois pour mettre en place le secteur « adolescents », le service ne traitant jusque-là que les enfants de l’enseignement primaire, et assure, dans son autre mi-temps, des heures d’enseignement dans les collèges. Notons au passage que son chemin croisera au SMP celui de Julian de Ajuriaguerra – l’homme qui a introduit la psychomotricité à Genève – sans que ni l’un ni l’autre ne puisse se douter que la formation en psychomotricité ferait un jour partie de l’offre de formations de l’Ecole sociale. Associativement engagé, Yves de Saussure devient membre actif d’Amnesty International – dont le premier groupe suisse se constitue à Genève en 1964 – et représente l’organisation au sein du Comité suisse contre la torture dès sa création en 1977 ; par ailleurs, dès 1956, il est membre du comité de l’Astural, association créée pour la prise en charge d’urgence de jeunes mineurs sous tutelle. C’est notamment encouragé par François Schlemmer, qui quitte sa fonction d’adjoint de direction à l’Ecole et qu’il a connu dans d’autres cercles, qu’Yves de Saussure postule au poste de directeur de l’Ecole lorsque Marie-Louise Cornaz annonce son départ. Engagé dès le 1er janvier 1967, il intègre sa fonction de directeur le 1er septembre 1967 ; il a quarante-trois ans et prendra sa retraite en 1989, après vingt-deux années à ce poste.

16C’est sous son directorat que se met en place la formation des maîtres d’ateliers socioprofessionnels dès 1968, que l’Ecole d’éducateurs de Genève ouvre ses portes en 1970 que sont créés les CERES et le CEFOC et que la formation INTEREC est initiée. C’est aussi lui qui doit négocier le départ des Ecoles de laborantines et d’assistantes médicales en 1981. Intéressé par la psychologie, il a suivi durant sa formation universitaire des cours avec Jean Piaget et Charles Baudouin, ce qui l’amènera à donner durant plusieurs années un cours d’introduction à la psychologie de la personne aux étudiants de l’Ecole et lui permet de conserver un contact direct avec « ses » étudiants. Durant son mandat, il doit gérer des moments délicats tels que les revendications d’autogestion ou de cogestion (cf. chapitre 2), les mises en cause de l’Ecole d’animateurs et de l’Ecole de service social (cf. chapitre 2), ou encore les difficultés budgétaires – sorte de leitmotiv annuel dès le milieu des années 1970 – liées à l’explosion des effectifs d’étudiants et aux restrictions budgétaires imposées par l’Etat ; moments qu’il gère avec tact, sérénité, humanisme et fermeté, non sans défendre ses collaborateurs face aux autorités. C’est encore sous sa direction que l’Ecole d’études sociales devient l’Institut d’études sociales et passe du statut d’association à celui de fondation de droit public (cf. chapitre 6).

Paul Weber, de 1989 à 2000

  • 252 Secondé néanmoins par un administrateur et la Conférence des écoles, qu’il a mise en place dès 1969 (...)

17Avec le départ de François Schlemmer en 1966, le poste d’adjoint de direction n’est pas repourvu et Yves de Saussure assume seul252 les fonctions de direction jusqu’en 1972 où le poste est réintroduit avec l’engagement de Jean-Pierre Bosson, qui s’occupera, lui aussi, de l’Ecole d’animateurs durant quelques années. Au départ de Jean-Pierre Bosson en 1981, le comité accepte de transformer le poste d’adjoint de direction en celui de directeur adjoint, avec un réaménagement des responsabilités y afférentes. C’est Paul Weber, premier directeur de l’Ecole d’éducateurs, qui est nommé à ce nouveau poste. Diplômé de l’Ecole d’animateurs en 1965 et de l’Ecole de service social en 1971, il a donc une bonne connaissance des trois formations sociales dispensées à l’IES ; il obtiendra, par ailleurs, une licence en sciences de l’éducation à l’Université de Genève en 1978. A partir de 1984, Paul Weber assume en outre la direction d’INTEREC. Dès 1989, il succède à Yves de Saussure à la direction de l’IES et c’est Gérard de Rham, docteur en sciences politiques de l’Université de Lausanne et responsable des Editions IES depuis 1984, qui reprend le poste de directeur adjoint et de directeur d’INTEREC ; ce dernier assume, en outre, la direction de l’ESTS jusqu’en 1996 et remet cette dernière entre les mains d’Etienne Christe, alors responsable du CERES depuis 1984. Gérard de Rham ayant décidé de renoncer à sa charge de directeur adjoint en 1999, le conseil de fondation décide de ne pas repourvoir le poste.

18Relevons que c’est sous le directorat de Paul Weber que l’Ecole de psychomotricité intègre l’IES et que les échanges internationaux (de type Erasmus) prennent leur essor au sein de l’Ecole ; en outre, il conduit l’IES aux berges des hautes écoles spécialisées, préparant avec les trois autres écoles de travail social de Suisse romande le passage des formations vers le niveau tertiaire universitaire, avant de prendre sa retraite en juillet 2000.

Bernard Gmür, de 2000 à 2006

19Paul Weber laisse la mise en œuvre effective du passage en HES à son successeur, Bernard Gmür ; pédagogue – il est titulaire du Brevet d’aptitudes à l’enseignement primaire (1975) et d’une licence en Sciences de l’éducation de l’Université de Genève (1989) –, il occupait jusqu’alors une fonction de directeur à la Direction générale de l’enseignement primaire au DIP genevois. Il a, par ailleurs, assumé des mandats politiques à Meyrin en tant que conseiller municipal (1983-1991) et de conseiller administratif (1991-1997). Débordant d’énergie, Bernard Gmür s’implique sans retenue dans les travaux complexes de mise en œuvre de transformation de l’IES en HES, de l’intégration de cette dernière au sein de la HES de Genève, ainsi que dans la mise en œuvre du plan d’études-cadre des formations HES en travail social – dit PEC 02 (cf. chapitre 2) – au point de mettre sa santé en péril ; malgré la réouverture d’un poste de directeur adjoint pour le seconder, il se voit contraint d’abandonner ses fonctions en 2006.

Pierre-Yves Troutot, de 2006 à 2010

20C’est un ancien étudiant et collaborateur de l’IES, Pierre-Yves Troutot, qui est appelé à le remplacer. Diplômé en 1974 de l’Ecole de service social, il a obtenu une licence en sociologie à l’Université de Genève en 1979. Il a notamment travaillé au CERES de 1977 à 1981, puis en tant que chercheur au Service de la recherche sociologique et a assumé durant plusieurs années la direction de l’Ecole d’éducatrices et d’éducateurs du jeune enfant. Il poursuit le travail d’intégration de l’IES-HETS au sein de la HES-SO de Genève et accompagne la mise en œuvre du nouveau plan d’études-cadre Bachelor – dit PEC 06 (cf. chapitre 2). Il fait toutefois valoir ses droits à la retraite anticipée et quitte la HETS à la fin de l’année 2010.

Le retour d’une directrice

Joëlle Libois, depuis 2011

21Après quarante-trois années durant lesquelles l’IES a été dirigée par des hommes, l’année 2011 voit le retour d’une directrice aux affaires en la personne de Joëlle Libois. Ancienne étudiante de l’Ecole – elle est diplômée INTEREC en éducation spécialisée en 1984 –, elle a par la suite obtenu une licence en sciences de l’éducation en 1990, puis en 2011 un doctorat en formation des adultes à Paris, au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM). Après avoir brièvement exercé en tant qu’éducatrice, elle a travaillé dans l’animation socioculturelle à la Maison de quartier de la Jonction durant de nombreuses années, avant d’être engagée comme responsable de formation à l’IES en 1998, dans un premier temps dans le secteur des travaux de recherche puis dans le secteur de l’animation socioculturelle. En 2004, elle prend la responsabilité locale de la filière Animation socioculturelle, puis, en 2006, la responsabilité locale de la filière Travail social. Joëlle Libois poursuit le processus d’intégration de la HETS au sein de la HES-SO Genève, qui aboutiront à la dissolution de la Fondation et à l’incorporation pleine et entière de l’Ecole au sein de l’entité genevoise.

Les élèves

Des élèves ou des étudiantes ?

  • 253 Il est d’usage de considérer que le terme « étudiant » désigne « une personne qui fait des études s (...)

22Le lecteur aura probablement été surpris par l’utilisation du terme « élève » pour désigner les personnes qui suivent une formation au sein de l’Ecole, puis, dès le milieu des années 1960, sur l’utilisation du terme « étudiant ». Il est un fait que, dans tous les documents consultés (programmes de cours, rapports, procès-verbaux, articles de presse), c’est le terme « élèves » qui est utilisé dès la création de l’Ecole. Ce terme est visiblement utilisé à dessein pour marquer une différence avec l’Université qui, elle, utilise le vocable « étudiant ». Cela est corroboré par la première Conférence internationale du service social de 1928, qui utilise indifféremment les deux appellations, mais l’on constate que le terme « étudiant » est utilisé lorsqu’il s’agit de formations en service social dispensées dans des universités (Etats-Unis, Canada, Grande-Bretagne, Pologne), alors que celui d’« élève » est utilisé lorsqu’il s’agit de formations données en écoles professionnelles253. Les programmes des cours de l’Ecole eux-mêmes marquent cette distinction lorsqu’ils mentionnent la possibilité pour les étudiants de l’Université de suivre certains cours à l’Ecole, tout en indiquant aux élèves de l’Ecole certains cours universitaires qui leur sont ouverts.

  • 254 Le CFEEI s’émancipant de l’Ecole en 1964, il n’en est plus fait mention dans les rapports annuels.

23Lorsque, en 1939, Marguerite Wagner-Beck décrit les possibilités de formation dans le domaine de la psychologie et de la pédagogie, elle parle d’étudiants à propos des personnes qui fréquentent l’Institut des sciences de l’éducation, mais parle d’élèves lorsqu’elle présente les écoles sociales suisses (Wagner-Beck, 1939, p. 25). Il apparaît que l’usage de l’appellation « étudiant » est concomitant avec l’augmentation des hommes dans les effectifs de l’Ecole ; néanmoins, cet usage n’est que progressif : ainsi, lors de la séance du comité du 20 juin 1963, saisissant l’occasion de la création de l’association des étudiants de l’Ecole, Marie-Louise Cornaz demande aux membres présents leur avis sur le terme « étudiant » ; le procès-verbal reste évasif sur les réponses données, se contentant de mentionner que « des opinions diverses sont émises » et que « le comité renonce à se prononcer pour ou contre ce terme, mais estime néanmoins qu’il ne faut pas l’officialiser. Dans les règlements et statuts de l’Ecole, on conservera le mot « élève ». Ce n’est qu’à partir de 1967, année d’entrée en fonction d’Yves de Saussure, que le mot « étudiant » apparaît dans les programmes de cours et les rapports annuels et que le terme « élève » disparaît – sauf en ce qui concerne l’Ecole d’assistantes de médecins, qui n’adopte le nouveau vocable qu’à partir de 1973. Il serait aventureux d’en déduire que l’arrivée d’un homme à la tête de l’Ecole puisse être la cause de ce changement ; tout au plus peut-on imaginer, selon le dicton populaire, que c’est l’occasion qui fait le larron en la matière ; cela peut en partie être corroboré par le fait que si le Centre de formation pour éducateurs de l’enfance inadaptée est dirigé par un homme dès ses débuts – Claude Pahud –, ce dernier a toujours parlé de ses « élèves », et non de ses « étudiants », du moins jusqu’en 1964254. Le fait que les HES, et donc la HETS, sont clairement positionnées comme offrant des formations de niveau tertiaire universitaire légitime, aujourd’hui plus encore qu’auparavant, l’usage du terme « étudiant » ; pour tant, force est de constater que l’arrivée massive d’étudiants provenant des Ecoles de culture générale depuis 2009 contribue à un retour de l’ancien vocable dans la bouche même des premiers concernés, et – plus étonnant – cet usage est fait par certains enseignants.

Les premiers hommes

  • 255 Il apparaît que ce premier homme à avoir acquis le statut d’élève régulier ne sera finalement pas d (...)
  • 256 Dont trois Chinois ; deux d’entre eux ont été envoyés par le Bureau international de l’éducation (C (...)

24La question de la présence masculine dans les effectifs de l’Ecole d’études sociales pour femmes s’est posée concrètement très rapidement, dès 1919 ; auparavant, cela n’était envisagé par le comité de direction que comme une éventualité purement théorique. C’est la raison pour laquelle le programme des cours mentionne, dès le semestre d’hiver 1918-1919, que « les hommes sont admis aux cours théoriques », mais cela signifiait qu’ils ne pouvaient prétendre obtenir un diplôme de l’Ecole, puisqu’ils ne pouvaient pas se présenter aux examens de diplôme et n’avaient pas accès aux stages pratiques nécessaires à son obtention. Dans sa séance du 10 avril 1919, le comité est appelé à statuer sur la possibilité pour un auditeur de la section des bibliothécaires-secrétaires de se présenter aux examens de diplôme ; du fait qu’il n’existe pas d’autre école de bibliothécaires en Suisse, le comité autorise alors de conférer à cet auditeur le statut d’élève régulier255. C’est pourquoi, dès le semestre d’hiver 1919-1920, la mention concernant les hommes dans le programme des cours est complétée : « Les hommes sont admis aux cours théoriques, ainsi qu’à la section de bibliothécaires, au même titre que les femmes ». De fait, il y aura peu d’inscriptions masculines dans cette section – et très peu de diplômés (cinq entre 1919 et 1944256). Dans les discussions du comité concernant cette décision, il n’est toutefois nullement envisagé d’élargir cette possibilité aux autres sections de l’Ecole. Rappelons que c’est la présence d’hommes dans la Section des bibliothécaires qui incitera le comité à abandonner le qualificatif « pour femmes » de l’intitulé de l’Ecole en 1938 (cf. chapitre 2).

25La problématique de la formation des hommes au service social est évoquée en 1925 par Marguerite Wagner-Beck lors du 1er Congrès général de l’enfant, qui se tient alors à Genève, et elle sera aussi discutée lors de la première Conférence internationale du service social de 1928 ; plusieurs pays présents à la conférence ouvrent déjà aux hommes la formation en service social, voire organisent une formation qui leur est spécifiquement dédiée. Toutefois, l’enjeu des discussions porte essentiellement sur la répartition hiérarchique des rôles dans le travail social ; question qui restera longtemps au centre des débats sur la pertinence de former les hommes au service social « de terrain » :

  • 257 Source : PV du 10.12.1951 de la commission chargée d’étudier certaines questions concernant l’admis (...)

Monsieur Di Miccio fait une réserve à ce sujet [l’admission des hommes à la formation en service social] ; on aurait à faire à des jeunes gens ayant voué à peu près autant de temps à des études supérieures que ceux qui font une licence ; il faudrait par conséquent leur offrir plutôt des postes supérieurs ; or, il assure que les postes supérieurs sont rares à Genève. […] Il semble que la carrière d’éducateur ne mène pas à grand’chose et qu’un diplôme dans ce domaine n’est qu’une étape dans la carrière d’un directeur, par exemple257.

  • 258 Source : PV du comité du 25.02.1963.

26La place des hommes dans le travail social semble donc n’être conçue – et ce, jusque dans les années 1950 – que comme étant celle de supérieurs hiérarchiques. En 1963, lorsque Marie-Louise Cornaz demande au comité s’il ne « faudrait pas faire plus de propagande auprès des jeunes gens », la réponse ouvre sur une perspective complémentaire à celle des postes hiérarchiques, mais concerne cette fois-ci la formation elle-même : le rattachement souhaitable de l’Ecole à l’Université (cf. chapitre 6) ; deux membres du comité font en effet part de leur conviction « que l’on n’attirera les jeunes gens que lorsque l’Ecole délivrera des diplômes universitaires »258. Il est donc sous-entendu dans ce propos que les diplômes délivrés par l’Ecole ne jouissent pas d’une considération suffisante pour attirer des candidats masculins et que, sur le marché de l’emploi, un titre universitaire est mieux reconnu ; mais en creux, le propos dit aussi que ces diplômes d’école sont suffisants pour les femmes. Relevons ici que la loi genevoise sur la démocratisation des études ne sera adoptée qu’en 1966 et que la réforme instituant le cycle d’orientation vient d’être votée en 1962 – première étape conduisant à une démocratisation des études effective, y compris pour les jeunes filles –, ce qui explique certainement les a priori encore à l’œuvre en 1963.

27Le sujet de l’admission des hommes dans les sections sociales de l’Ecole revient périodiquement dans les discussions du comité en 1938, 1940, 1946, 1951, 1952, 1956 et 1963 ; avec la particularité que, en 1946, le comité de direction décide d’ouvrir officiellement les sections sociales aux hommes, et donc de leur permettre d’obtenir le diplôme de l’Ecole ; le programme des cours 1946-1947 mentionne alors que « jusqu’à présent, les jeunes gens étaient admis seulement dans la section des bibliothécaires ; dorénavant ils pourront suivre les sections sociales ». Les programmes suivants porteront, dès lors, la mention : « [l’Ecole] est ouverte aux jeunes filles et aux jeunes gens ». Néanmoins, le déclaratif ne faisant pas réalité, les inscriptions masculines restent absentes jusqu’au début des années 1950 et le comité traite ainsi régulièrement, dans ses séances subséquentes, des actions de propagande à mener en direction des candidats masculins.

28C’est en 1951 que le premier homme, Hans Schwager, est admis à la formation d’assistant social ; ayant suivi la formation de 1951 à 1953, il ne sera toutefois diplômé qu’en 1965 ; il est suivi en 1952 par Francis Kraft, qui sera le premier homme diplômé en service social de l’Ecole en 1956. Dans les années 1960, la proportion d’hommes au sein de l’Ecole de service social n’excède jamais 17 % des effectifs et commence à augmenter à partir des années 1970 pour se stabiliser à une moyenne de 24 %. Hormis la proportion d’hommes à l’Ecole de bibliothécaires, qui stagne sur la même période à 14 %, l’Ecole de service social est celle qui détient la représentation masculine la plus basse ; en effet, l’Ecole d’éducateurs présente une proportion moyenne de 40 % d’hommes dans ses effectifs, alors que l’Ecole d’animateurs affiche un taux moyen de 54 % (avec des pointes à 80 %) ; sur la période allant de 1962 à 2000, le taux moyen global d’hommes dans les trois écoles « sociales » de l’IES est de 35 %. Depuis 2002, le taux moyen d’hommes dans les effectifs HES en travail social est de 27,5 %. Le fait que ces proportions perdurent sur une aussi longue durée dans une ampleur identique corrobore le sentiment que la représentation historique de métiers dévolus d’abord aux femmes persiste au-delà du temps dans les mentalités, freinant vraisemblablement un engagement concret des hommes dans ces métiers. Nous pouvons cependant nuancer ce propos avec les données différenciées pour l’éducation et l’animation, qui contribuent à une sorte de rééquilibrage de genre – en faveur des hommes – car, si l’on ne tenait compte que du service social, le pourcentage moyen ne dépasserait pas 23 % sur la période considérée.

29En ce qui concerne la psychomotricité, relevons que la proportion moyenne d’hommes dans les effectifs de 1995 à 2017 est de 8,6 %, cette filière de formation restant depuis son ouverture essentiellement féminine.

Quelques données factuelles sur les premières élèves

Effectifs

30Le lecteur se souviendra que, par deux fois, l’Ecole a repoussé l’ouverture des cours, en mai et en juillet 1918, faute de candidatures en suffisance (cf. chapitre premier). C’est donc avec une certaine satisfaction que le comité accueille l’information que vingt-sept candidates débuteront les cours le 23 octobre 1918 comme élèves régulières et quatorze comme auditrices, soit un effectif total de quarante et une élèves. En comparaison avec les quatre personnes – sur six – qui envisageaient de s’inscrire cinq mois plus tôt, cette augmentation remarquable a en effet de quoi rassurer les membres fondateurs. La répartition des élèves régulières selon les sections est inégale mais, du fait qu’il s’agit de la première volée inscrite à l’Ecole, il est difficile d’en tirer des conclusions :

• Activités sociales : 2
• Protection de l’enfance : 4
• Direction d’établissements hospitaliers : 12
• Bibliothécaires-secrétaires : 9

31Les effectifs de l’Ecole augmentent de manière significative dès 1921, avec la mise en œuvre du cours pour infirmières-visiteuses, et en 1927 avec l’ouverture de l’Ecole de laborantines, mais les sections initiales restent en deçà de cinquante élèves jusqu’en 1927 ; par contre, l’Ecole accueillera jusqu’à cent quarante auditrices durant le semestre d’hiver 1925-1926, menant l’effectif global de l’Ecole à cent soixante-trois élèves fréquentant l’appartement de la Rue Charles-Bonnet. Le nombre d’élèves régulières dépasse la centaine à partir de 1929, mais restera en deçà de cent cinquante jusqu’au début des années 1960, malgré l’ouverture de l’Ecole d’auxiliaires de médecins en 1953. L’Ecole franchit le cap des deux cents élèves en 1962-1963 (dans la villa de Malagnou) et celui de trois cents étudiants en 1972-1973 (à la Rue Prévost-Martin), grâce notamment aux apports des Ecoles d’animateurs socioculturels et d’éducateurs spécialisés. C’est en 2007 que la HETS affiche plus de cinq cents étudiants en formation, dont quatre cent soixante et un dans la filière Bachelor en travail social ; à la rentrée académique 2017, l’effectif des étudiants se montait à six cent quarante-cinq pour les deux filières Bachelor en travail social et en psychomotricité.

32L’augmentation régulière des effectifs nous livre une information importante concernant l’attrait que les formations proposées exercent auprès des jeunes filles, puis des jeunes gens depuis la création de l’Ecole. Ces données sont toutefois à mettre en rapport avec le nombre de diplômes décernés, qui n’augmente pas de manière proportionnelle ; en effet, dans les premières années, de nombreuses élèves régulières terminent leurs études théoriques, mais n’effectuent pas l’année de stage nécessaire à l’obtention du diplôme, se contentant d’un certificat d’études. Ainsi, de 1920 à 1933, l’Ecole délivre-t-elle entre trois et neuf diplômes annuels (toutes sections confondues), puis, de 1934 à 1958, entre vingt-deux et soixante-cinq diplômes annuels. L’ouverture de la formation en animation et de celle d’éducateurs contribue à une augmentation du nombre de diplômes délivrés jusqu’en 1980 (une moyenne de cent par année), puis le départ de l’Ecole de laborantines et de celle d’assistantes de médecins conduisent à un ralentissement de la progression de la moyenne des diplômes annuels délivrés, qui reste à cent cinq jusqu’à l’orée des formation HES en 2001 ; le départ de l’Ecole de bibliothécaires, en 1998, n’affecte que marginalement le nombre de diplômes décernés, du fait de l’augmentation régulière du nombre d’étudiants en éducation spécialisée et de la mise en place du mode de formation à temps partiel qui, joint à l’arrivée de la formation en psychomotricité, atténuent les conséquences de ce départ. En 2010, la HETS a délivré cent quinze diplômes en travail social et en psychomotricité et, en 2017, elle a franchi la barre des deux cents diplômes, avec deux cent vingt-huit lauréats. De trois à neuf diplômes annuels à deux cent vingt-huit, nous pouvons mesurer l’importance de la contribution de l’Ecole à la professionnalisation des métiers de l’intervention sociale et psychomotrice.

Provenance géographique

  • 259 Sources : Rapports annuels de la directrice lors des assemblées générales, 1918-1939 ; il est à not (...)
  • 260 Hormis pour l’Ecole de bibliothécaires, seule de son genre en Suisse, qui recrute régulièrement des (...)

33L’une des ambitions de Hans Töndury était de donner à son école une spécificité nationale, à même, selon lui, de dépasser les antagonismes ayant divisé la Suisse durant la Grande Guerre (cf. chapitre premier). Cette ambition helvétique se concrétise dès les premières heures de l’existence de l’Ecole au travers de la composition de ses effectifs ; en effet, les données statistiques à disposition259 indiquent une présence régulière d’élèves provenant de Suisse alémanique, oscillant entre 31 % et 43 % durant la période allant de 1918 à 1939, soit une moyenne d’environ 37 %. L’existence de l’Ecole de Lucerne, puis de celle de Zurich, dès 1920, n’ont pas d’impact sur la proportion d’élèves germanophones fréquentant l’Ecole de Genève ; le nombre d’élèves suisse alémaniques ne diminuera progressivement qu’avec l’ouverture des écoles de Berne en 1943 et de Saint-Gall en 1964, pour devenir marginale, voire exceptionnelle à partir des années 1990260.

  • 261 C’est en tant que section décentralisée de l’Ecole de Genève que le Centre de formation d’éducateur (...)

34Par ailleurs, étant la seule école sociale en Suisse romande jusqu’en 1964261, l’Ecole recrute aussi largement dans les cantons romands : une statistique établie en 1946 par la directrice de l’Ecole, portant sur la période allant de 1918 à 1945, indique un taux moyen de 69 % d’élèves confédérées, avec des pointes à 84 % (1933-1934) et 79 % (1944-1945) ; la part importante d’élèves confédérées est par ailleurs en phase avec la composition démographique du canton de Genève, qui a vu un apport important de population étrangère et confédérée au cours du XIXe siècle. L’historien Olivier Perroux mentionne par ailleurs qu’en 1918, les Confédérés sont plus nombreux que les Genevois de souche au sein de la commune de Genève (Perroux, 2014, p. 54). Entre 1918 et 1939, le nombre d’élèves régulières genevoises, toutes sections confondues, ne dépasse jamais quarante. Il faut donc en conclure que, sur cette période, la présence de résidentes genevoises est minoritaire au sein de l’Ecole, soulignant une fois encore que son caractère suisse – à défaut d’être juridiquement légal – est bien réalisé par la provenance de ses élèves. Si les ouvertures des écoles de Fribourg, en 1972, et de Sion, en 1975, diminuent la part d’étudiants confédérés, elles n’inversent toutefois pas la proportion, les étudiants genevois restant encore légèrement minoritaires. Il faut attendre le milieu des années 1980 pour voir le rapport s’inverser, sans que l’on puisse pourtant donner une explication rationnelle à ce renversement. C’est aussi à partir de cette période que la part des étudiants étrangers, qui se montait en moyenne à 15 %, commence à diminuer fortement pour se fixer à 4,6 % en moyenne. Il est ainsi possible d’affirmer que, dès sa création et jusqu’à la fin des années 1970, l’Ecole créée par Töndury a été – de par ses effectifs – une école minoritairement investie par des élèves résidant sur le territoire genevois et largement ouverte sur la Suisse et le monde ; en effet, outre les élèves provenant des divers cantons suisses, l’Ecole a accueilli des élèves provenant de France, de Belgique, du Luxembourg, mais aussi d’Autriche, d’Allemagne, d’Italie, de Grèce, des Pays-Bas, de Grande-Bretagne, de Suède, de Pologne, de Russie, de Yougoslavie, de Roumanie ; ou encore, des élèves provenant de Chine, du Vietnam, de Perse, d’Egypte, de Syrie, d’Israël, du Tanganyka, des Etats-Unis, d’Equateur, et même une élève avec le statut d’apatride.

35Au fil du temps, l’Ecole genevoise perd sa dimension suisse et internationale pour devenir une école « valdo-genevoise » – notamment du fait de la présence d’étudiants résidant dans la région située entre Genève et Nyon –, pour se stabiliser actuellement à une proportion moyenne de 75 % de résidents genevois ; notons encore la présence régulière moyenne d’environ 10 % d’étudiants résidant en France voisine. Paradoxalement, la création d’une HES romande visant, peu ou prou, à favoriser la mobilité des étudiants en Suisse romande correspond – pour l’Ecole genevoise – à un reflux de la présence d’étudiants résidant dans d’autres cantons.

Provenance socio-économique

  • 262 Ces listes se trouvent insérées dans les cahiers de procès-verbaux du comité de l’Ecole.
  • 263 La commission d’admission est alors composée du bureau du comité de direction et d’un autre membre (...)

36Au-delà de leur nombre, que sait-on des premières élèves de l’Ecole ? Que sait-on de leur âge, de leur milieu socio-économique ou encore de leur parcours scolaire ? Il est difficile d’être péremptoire à ce sujet, car les archives ont été désherbées à la fin des années 1990 et les dossiers personnels des anciennes élèves ont été détruits, hormis quelques exemplaires conservés au titre de témoignage historique ; nous pouvons toutefois reconstituer un profil approximatif de ces élèves à partir d’autres sources, notamment des listes nominatives des candidates à l’admission262, qui fournissent des renseignements sur la confession, l’âge, la profession du père, le parcours scolaire, le domicile ou la provenance des postulantes. Ces listes concernant la période 1928-1942 (soit cent quinze candidates), il est donc impossible de décrire le profil précis des élèves sur la période allant de 1918 à 1927, mais elles permettent d’esquisser quelques traits caractéristiques dont il est loisible de penser que les toutes premières élèves ne devaient pas grandement s’éloigner. Retenons toutefois que ces données sont incomplètes, car les procès-verbaux de la commission d’admission – mise en place dès 1929 pour décharger le comité263 – ne documentent pas systématiquement toutes les informations au-delà du nom et du prénom.

  • 264 Pour rappel, l’âge de la majorité est fixé à vingt ans sur le plan national depuis 1882 et passe à (...)

37Sur la période considérée (1928-1942), 42 % des candidates sont des jeunes filles mineures, âgées de dix-sept à dix-neuf ans264, alors que 45 % sont âgées de vingt à vingt-cinq ans et que 13 % se trouvent dans la tranche d’âge allant de vingt-six ans à quarante et un ans. Bien que la moins nombreuse, cette catégorie nous informe sur le fait que l’Ecole ne peut être réduite à une institution n’accueillant que des jeunes filles (les femmes âgées de trente à quarante et un ans représentent 7 % du total sur cette période).

  • 265 Notons qu’il est ici impossible de savoir s’il s’agit de la confession catholique chrétienne (ou «  (...)
  • 266 Source : Office cantonal de la statististique (OCSTAT). Population résidante du canton de Genève se (...)

38L’examen de la provenance géographique de ces cent quinze candidates permet de relever qu’il n’y a aucune candidate provenant du canton de Fribourg dans cet échantillon et qu’il n’y a qu’une seule candidate provenant du Valais ; avec une personne domiciliée à Lucerne – protestante –, ce sont les seules candidates provenant d’un canton catholique. Bien que la taille de cet échantillon ne permette pas de tirer des conclusions définitives sur l’ensemble des effectifs de l’Ecole, il est permis de penser que la dimension confessionnelle a pu jouer un rôle dans le non-choix de Genève pour suivre des études sociales. En effet, sur nonante et une candidates dont nous connaissons la confession, il apparaît que 84 % sont de confession protestante, pour 9 % de catholiques, 3 % de confession israélite, 3 % de chrétiennes265 et une candidate scientiste. Vu l’ancrage protestant de l’Ecole, une proportion plus élevée de protestantes par rapport aux catholiques était en soi attendue ; c’est cependant l’ampleur de cette proportion qui pourrait apparaître singulière, dans la mesure où elle ne reflète pas la réalité confessionnelle usuelle du canton de Genève, qui est majoritairement catholique depuis 1860. Or la période considérée (1928-1942) se situe justement au cœur de celle qui court de 1920 à 1950, période durant laquelle la proportion de protestants est de nouveau majoritaire, avant de redevenir minoritaire jusqu’à nos jours266, ce qui explique vraisemblablement ce taux aussi élevé de candidates protestantes. Mais rappelons aussi qu’il s’agit d’une école qui revendique son affiliation protestante (cf. chapitre 4), élément qui nous offre une explication supplémentaire.

39La profession du père, documentée pour quatre-vingt-huit candidates, fournit de précieux renseignements sur la provenance sociale de ces dernières. Pour plus d’un tiers (34 %), les pères exercent une profession dans le domaine des biens et services : commerçants indépendants, négociants – deux négociants en vins –, banquiers ou employés de banque, assureurs-conseils, fondés de pouvoir, importateurs de coton, imprimeurs ou industriels ; à propos de ces derniers, il s’agit d’entendre chefs d’entreprise et directeurs de fabrique – par exemple, le directeur de Nestlé ou le directeur d’une usine de sacs en papier. Pour 19 %, il s’agit de pères exerçant une profession libérale : avocats, notaires, médecins – dont un dentiste –, ou un pharmacien ; puis nous trouvons 18 % de pères exerçant une profession dans le champ du service de l’Etat : un conseiller d’Etat, un diplomate, des officiers d’instruction militaire, un inspecteur forestier, des fonctionnaires cantonaux – dont un archiviste – et un fonctionnaire des CFF. Pour 14 %, les pères exercent dans une profession que nous qualifierons d’intellectuelle : pasteurs, professeurs d’université, un maître du collège et un instituteur ; enfin, nous trouvons 9 % de professions scientifiques : ingénieurs, mais aussi un géologue et un chimiste, ainsi que deux pères exerçant une profession artistique – un compositeur et un maître de musique. Il n’y a que deux représentants légaux qui exercent une profession manuelle : un ouvrier dans un atelier de construction du fer et un carrossier ; pour ce dernier, nous ne savons toutefois pas s’il s’agit d’un ouvrier ou d’un patron. De cette énumération succincte, il ressort que la grande majorité des candidates sont issues d’un milieu socio-économique plutôt favorisé.

40Cette dernière constatation n’a finalement rien d’étonnant, au vu des montants d’écolage élevés pratiqués par l’Ecole :

Taxes d’études semestrielles (1918-1919)

  • 267 En 1944, la proportion reste identique : le salaire mensuel moyen d’un ouvrier qualifié est de CHF  (...)
  • 268 La gratuité automatique des études pour les étudiants domiciliés dans le canton depuis au moins deu (...)
  • 269 Soit l’équivalent actuel de CHF 2 072.-.

41Relevons que la différence de montant entre le semestre d’été et le semestre d’hiver est liée au fait que la taxe semestrielle d’hiver comporte une surtaxe pour le chauffage. A titre de comparaison, le salaire mensuel d’un ouvrier qualifié est, en 1930, de CHF 350.- et celui d’un fonctionnaire de CHF 300.- ; un semestre d’études coûte donc plus de la moitié du salaire mensuel d’un fonctionnaire et près de la moitié de celui d’un ouvrier pour le semestre d’été 1936267. Cela donne une explication plausible au fait qu’il n’y ait qu’une, voire deux, filles d’ouvrier dans l’échantillon observé, le coût des études étant vraisemblablement trop élevé pour cette catégorie socioprofessionnelle. Il est toutefois à noter que le comité de direction statue à de nombreuses reprises sur des réductions d’écolage accordées à des élèves en difficulté financière, voire sur l’octroi de bourses ; ce faisant, il permet une certaine mixité sociale au sein de l’Ecole, même s’il s’agit d’une mixité encore fortement déséquilibrée. Soulignons ici que la loi genevoise sur la démocratisation des études – entrée en vigueur en 1966 – n’incluait pas les formations offertes par l’Ecole ; ce n’est qu’à partir de 1971, après des négociations avec le DIP entamées dès 1967, que l’Ecole d’études sociales est intégrée dans les institutions relevant de cette loi et que les élèves domiciliés à Genève bénéficieront de la gratuité des études268. Cette décision permet un rééquilibrage de la mixité sociale au sein des effectifs, mais aussi leur augmentation (cf. supra) ; les taxes d’études annuelles, alors fixées à CHF 750.-269, passeront à CHF 850.- en 1980, puis, au milieu des années 1980, à CHF 800.- jusqu’en 2001. A partir de 2002, les taxes semestrielles sont fixées par la HES-SO à CHF 500.-, soit CHF 1 000.- annuels.

Formation antérieure

42Sur les cent quinze candidates de l’échantillon, les données examinées livrent des renseignements sur le cursus scolaire de cent douze personnes et sur le diplôme présenté à l’admission de quatre-vingt-huit personnes ; plus précisément sur septante-huit personnes, puisque quatorze candidates (16 %) sont entrées sans diplôme, sur la base d’un examen d’admission portant sur diverses matières de culture générale. La majorité des postulantes présente un cursus avec plusieurs formations – pas forcément achevées – et un tiers d’entre elles sont passées par une école supérieure de jeunes filles ; 28 % ont étudié dans une école privée ou en pensionnat et 15 % ont suivi des cours ménagers ; relevons que 10 % des candidates présentent un cursus universitaire, généralement inachevé, et que 7 % sont parties suivre une formation en Grande-Bretagne. Le fait d’avoir suivi une scolarité en pensionnat ou en école privée, ainsi que d’avoir pu suivre une formation à l’étranger, confirme dans une certaine mesure les observations faites sur la provenance socio-économique des élèves de l’Ecole.

  • 270 Diplômes de l’Ecole Vinet ou de l’Ecole Bénédict de Lausanne.

43Pour ce qui concerne les diplômes présentés à l’admission, les données consultées nous indiquent que 35 % des candidates possèdent un diplôme du type de la maturité (maturité fédérale ou cantonale, ou baccalauréat général français) ; 27 % sont titulaires d’un diplôme d’une école supérieure de jeunes filles ou d’un diplôme de culture générale et 22 % d’un diplôme professionnalisant ; parmi ces derniers, 12 % d’entre elles possèdent un diplôme de commerce, mais nous trouvons aussi un diplôme de l’Ecole du Bon Secours, un diplôme du Conservatoire, un brevet d’enseignement ménager de l’Ecole normale ; mais il n’y a qu’un CFC – de relieuse – et un certificat d’aide-infirmière. Notons encore que 5 % des candidates se sont présentées avec une licence universitaire et 5 % avec un diplôme d’une école privée270 – alors qu’elles sont 28 % à avoir fréquenté ce type d’établissement ; par ailleurs, 6 % des postulantes ne présentent qu’un certificat d’études secondaires. Il est à retenir de cette énumération que 89 % des candidates se présentant à l’Ecole d’études sociales ont achevé avec succès une formation secondaire, soit de type académique, soit de type de culture générale, ou ont achevé une formation professionnalisante, dont une seule du niveau CFC.

44Le portrait idéal-typique qui se dessine des élèves de l’Ecole à partir des données liées à cet échantillon est celui d’une jeune fille protestante de moins de vingt-cinq ans, domiciliée plutôt en Suisse romande – quoique, pour plus d’un tiers, en Suisse alémanique – mais minoritairement originaire du canton de Genève, dont le père exerce une profession dans le domaine des biens et services – plutôt commerçant ou industriel – et qui, après avoir fréquenté plusieurs formations, est titulaire d’une maturité ou d’un diplôme d’une école supérieure de jeunes filles.

Le corps enseignant

45Ainsi que cela a été mentionné (cf. chapitre 3), le comité de direction a établi le premier plan d’études de manière pragmatique, en tenant compte de ce qu’il considérait – à partir de la brochure de Töndury – devoir faire partie des études offertes par l’Ecole, mais aussi – et peut-être surtout – en fonction de la réalité des disponibilités des personnes pressenties pour dispenser les cours. C’est donc avec une certaine logique que le comité se tourne d’abord vers ses membres et vers le comité de patronage pour trouver les premiers enseignants de l’Ecole, notamment lorsqu’il essuie des refus de la part de personnes extérieures ; c’est ainsi que près de 50 % des membres du comité de patronage (quatorze personnes sur trente et une) et du comité de direction (cinq personnes sur douze) donneront un enseignement dans les premières années de l’Ecole aux côtés des autres enseignants.

  • 271 Frédéric Gardy (1870-1957), historien, privat-docent à l’Université de Genève, directeur de la Bibl (...)
  • 272 Maria Brun, diplômée en 1933 ; Hèlène Rivier (1902-1986), diplômée en 1929, fondatrice de la premiè (...)

46La formation d’assistante sociale n’existant pas en Suisse, il n’est donc pas surprenant de constater qu’il n’y a pas, hormis Marie Ginsberg (cf. infra), de titulaires du diplôme concerné ni de personnes faisant fonction parmi les enseignants : en effet, ces derniers sont des universitaires – professeurs, privat-docents ou professionnels issus de l’Université (avocats, médecins) –, hormis quelques professionnels provenant d’autres corps de métiers (ingénieur, par exemple). La section des bibliothécaires est la seule à engager, dès 1918, des professionnels du métier – des hommes – avec Frédéric Gardy et Henri Delarue, puis Auguste Bouvier271; ces derniers exercent la fonction de bibliothécaire, mais n’ont pas suivi de formation à cet effet, hormis Henri Delarue. Les premières bibliothécaires formées par l’Ecole ne seront engagées comme monitrices qu’à partir de 1944 (Maria Brun) et 1947 (Hélène Rivier)272.

  • 273 Environ 1 000 contrats annuels sur une « réserve » de 2 700 vacataires.

47Jusqu’en 1931, l’Ecole fonctionnera majoritairement avec des enseignants universitaires, puis apparaissent les premières monitrices, qui seront remplacées par des responsables de formation dès 1971. L’arrivée des monitrices conduira la direction à parler en termes d’équipe des permanents – du « staff des permanents » –, distinguant ainsi les enseignants vacataires des enseignants permanents. Si les effectifs des élèves augmentent régulièrement au fil du temps, nous pouvons constater que l’effectif des enseignants – quel que soit leur statut – présente une relative stabilité jusque dans les années 1960 ; en effet, de 1918 à 1921, le nombre d’enseignants engagés par semestre oscille entre dix-neuf et vingt-sept, et de 1921 à 1961, il oscille entre vingt-six et trente-huit par année. Il est à noter que ces chiffres indiquent le nombre de personnes et non le nombre de cours, certains enseignants donnant plusieurs cours. A partir de 1965, il se stabilise à quarante-quatre, nombre identique à celui de 2001 ; il faut toutefois nuancer la comparaison, car le chiffre de 2001 correspond aux seuls responsables de formation permanents, auquel il faudrait ajouter les nombreux vacataires qui sont engagés pour donner des cours273.

48Il n’est pas inintéressant de relever que l’Ecole d’études sociales pour femmes a un corps enseignant majoritairement masculin jusque vers la fin des années 1970 : en effet, sur la période allant de 1918 à 1967, on recense dans les catalogues de cours une moyenne de 32 % de femmes parmi les enseignants pour 68 % d’hommes. Hormis une courte période au milieu des années 1940, où la proportion de femmes qui enseignent monte à 53 %, les enseignantes n’ont jamais dépassé la barre de 45 % ; durant les premières années, cette proportion a oscillé entre 23 % et 40 %, ce qui s’explique certainement par le fait qu’il y a encore relativement peu de femmes diplômées de l’Université, et encore moins qui y sont professeures. Cette forte proportion d’hommes qui enseignent à des femmes n’est pas sans une certaine ironie au regard du projet du fondateur quant à l’émancipation de la femme. Ce n’est qu’à partir des années 1980 que la proportion s’inverse et que les femmes deviennent majoritaires dans le corps enseignant permanent : de 53 % en 1986 à 56 % en 1997, elles sont 54,5 % à l’orée des formations HES.

Les professeurs

  • 274 Charles Muller sera membre du comité de direction dès 1920.
  • 275 Source : PV du comité de direction du 20.06.1918.
  • 276 Source : PV du comité de direction du 06.01.1919.
  • 277 Membre fondateur et membre du comité de direction (cf. chapitre premier).

49Le corps enseignant de l’Ecole est donc essentiellement universitaire et masculin dès la création de l’Ecole et généralement coopté par le comité de direction sur la base de propositions émanant de la directrice, d’un membre du comité ou d’un autre professeur ; ainsi Charles Muller274, professeur de droit pressenti pour le cours d’introduction au droit, propose au comité l’engagement de César Droin, avocat, pour enseigner le droit civil « puisqu’il a publié un livre sur le droit matrimonial »275. Dans la même séance, Charles Waegeli, membre du comité, « offre de faire ses cours gratuitement tant que l’Ecole n’aura pas d’argent ». En 1919, M. Hochstaetter est pressenti pour remplacer le professeur de comptabilité commerciale démissionnaire, M. Kunz, car « il est recommandé par M. Fehr, professeur à l’Université, et par M. Duchosal, directeur de l’Ecole secondaire »276 ; dans la même séance du comité, il est en outre mentionné qu’« une demande a été faite auprès de M. Victor Gautier, gendre de M. Guillaume Fatio277 pour qu’il donne quelques leçons durant le semestre d’hiver ». Ainsi qu’il en sera de même encore durant plusieurs années, ce ne sont donc pas les compétences pédagogiques qui importent lors de l’engagement, mais bien d’abord la réputation ou la fonction de la personne.

  • 278 Le statut de professeur ordinaire réapparaît dans la nouvelle classification du personnel enseignan (...)
  • 279 Soit l’équivalent actuel de CHF 46.- de l’heure.

50Rapidement, dès 1919, est constitué un conseil des professeurs, sorte de collège professoral qui se réunit régulièrement pour discuter de questions pédagogiques ou des conditions de travail et qui fait part au comité de ses remarques ou de ses doléances. C’est ainsi que, lors de sa séance du 12 février 1920, le conseil des professeurs demande au comité de direction à être consulté avant toute décision d’ordre pédagogique et fait part de son souhait, afin de rester en contact étroit avec ce dernier, que soit formalisée la participation de deux membres du conseil au sein du comité – en l’occurrence, MM. Muller et Waegeli – ; par ailleurs, constatant que « depuis la promulgation de la loi sur le traitement du corps enseignant officiel, les traitements de l’Ecole sociale ne sont plus, comme cela était en principe, supérieurs à ceux des maîtres secondaires, [ils] souhaitent que lorsque la situation financière de l’Ecole le permettra, le comité veuille bien mettre à l’étude la révision des traitements de la direction et du corps enseignant en tenant compte de la situation nouvelle ». En réponse, dans sa séance du 18 mars 1920, le comité propose de nommer dès le semestre d’été certains professeurs pour deux ou quatre ans, « sous réserve de la situation financière ». Ce n’est toutefois que dans sa séance du 1er décembre 1920 qu’il prend la décision d’adopter deux statuts de professeurs : les professeurs ordinaires – « en témoignage de reconnaissance » – et les professeurs chargés de cours ; au cours de la même séance, six professeurs sont nommés professeurs ordinaires : MM. Delarue, Maday, Hochstaetter, Muller, Rilliet et Waegeli. Avec la directrice et sa secrétaire – engagée dès l’automne 1919 – , ils deviennent ainsi les premiers « permanents » de l’Ecole ; permanents entre guillemets, car tous ont une activité professionnelle principale en dehors de l’Ecole. Ce statut de professeur ordinaire disparaîtra avec le temps et il n’en sera plus fait mention après le départ des susnommés (début des années 1950)278. Toutefois, la question du traitement des professeurs n’est pas résolue, les moyens financiers ne le permettant pas ; les honoraires des professeurs restent fixés à CHF 10.- de l’heure279. La situation financière de l’Ecole est si délicate que le procès-verbal du comité de direction du 30 septembre 1922 fait état qu’il manque sept cents à huit cents francs d’argent liquide « nécessaires à (sic) payer les professeurs ». Les comptes de l’Ecole ne s’améliorent pas et conduisent, en automne 1924, le comité à demander aux professeurs de faire le sacrifice de 10 % de leur traitement, ce qu’ils acceptent. Ce n’est qu’en 1933, par une lettre datée du 20 mars, que la trésorière et vice-présidente Emma Burkhardt informe les professeurs que le comité a décidé, vu l’exercice financier 1931-1932 satisfaisant, de leur « rétrocéder la somme à laquelle ils avaient volontairement renoncé pendant les années difficiles 1924-1927, soit le 10 % de leurs honoraires ».

51C’est seulement en 1953 que le traitement des professeurs – inchangé depuis 1918 – est pour la première fois revalorisé, passant de CHF 10.- de l’heure à CHF 12.-, la situation financière s’étant améliorée, notamment grâces aux subventions fédérales et cantonales que l’Ecole reçoit désormais (cf. chapitre 6) ; puis, à partir de septembre 1961, l’heure de cours passe à CHF 15.-. Une nouvelle revalorisation des honoraires des professeurs a lieu à partir du 1er janvier 1967, mais selon trois tarifs différenciés :

  1. CHF 25.- l’heure de cours académique de quarante-cinq minutes pour les cours théoriques ;
  2. CHF 25.- l’heure de cours de soixante minutes pour les cours pratiques ;
  3. CHF 35.- l’heure de cours académique de quarante-cinq minutes pour les professeurs universitaires et les privat-docents chargés de cours à l’Université.

52Il est mentionné dans le procès-verbal de la séance du comité du 29 avril 1966 que le tarif a] s’appliquera pour les médecins et les avocats ne remplissant pas les conditions de la catégorie c]. Il s’établit donc une forme de hiérarchie salariale, basée notamment sur le type d’enseignement (théorique vs pratique), mais aussi sur le statut de l’enseignant (universitaire vs non universitaire) ; il est à relever qu’il s’agit de la première hiérarchisation officielle, mais le comité a déjà à plusieurs reprises pratiqué à bien plaire des tarifs différenciés, accordant dès 1923 un tarif de CHF 7.- de l’heure et un tarif de CHF 20.- de l’heure à certains enseignants, selon le type de cours (sténographie pour le tarif le moins élevé) ou le statut de l’enseignant (directeur de l’hôpital, directeur de l’enseignement professionnel de Genève, vice-président du Comité international de la Croix-Rouge, par exemple, pour le tarif le plus élevé).

Les monitrices

  • 280 Source : Le Trait d’union, n° 5, novembre 1936 ; Bulletin de l’association des anciennes élèves de (...)

53Les premières diplômées de l’Ecole à être engagées le sont d’abord pour le secrétariat : il s’agit de Germaine Thurig, diplômée de la section Protection de l’enfance en 1925 et de Marie Casthélaz, diplômée de la section Direction d’établissements hospitaliers en 1926. Avec la directrice, elles forment la réelle première équipe de personnes engagées de manière permanente au sein de l’Ecole. Engagée primitivement pour un remplacement de secrétaire en 1927, Germaine Thurig travaillera au sein de l’Ecole jusqu’en 1969 ; elle assume la fonction de secrétaire chargée de seconder la directrice dans les tâches administratives mais, dès 1928, elle donne un cours de dactylographie aux élèves de la section Secrétaires, bibliothécaires, libraires, puis assure un séminaire pour secrétaires dès 1930. Elle est la première ancienne diplômée de l’Ecole à y donner des cours. En 1935, le comité de direction lui confie la responsabilité de la section Techniques du secrétariat et c’est elle qui prendra la responsabilité de l’Ecole d’auxiliaires de médecins en 1953. Marie Casthélaz est engagée comme secrétaire adjointe en 1932 et seconde Germaine Thurig pour son cours de dactylographie et son séminaire pour secrétaires ; elle a donc, comme Germaine Thurig, une double fonction administrative et pédagogique. Pour la première fois, le programme des cours de 1948 indique, sous son nom, que Germaine Thurig est « secrétaire et monitrice des stages », mention qui subsiste jusqu’en 1961, où elle n’est plus désignée que comme « monitrice ». Il apparaît que cette précision dans le programme de 1948 n’est que l’officialisation d’une situation de fait, qui perdure depuis 1937. En effet, au terme de cette année-là, le comité de direction répond à une interpellation déposée par l’association des anciennes élèves en 1936, suggérant « la création d’un poste de monitrice des stages, poste confié de préférence à l’une des secrétaires de l’Ecole »280 ; la directrice Wagner-Beck s’étant opposée à l’idée de confier cette responsabilité à une seule personne, le comité décide que la directrice s’occupera des stages à l’extérieur de Genève – et plus particulièrement de ceux se déroulant en Suisse alémanique – ainsi que de faire les visites d’institutions accueillant pour la première fois une élève de l’Ecole, alors que les secrétaires assumeront les visites habituelles de Genève. Ce n’est donc qu’à partir de 1948 que la fonction de monitrice des stages est officialisée. Notons encore que c’est depuis son engagement en 1927 que Germaine Thurig s’occupe du bureau de placement de l’Ecole, instance qui recueille les offres d’emploi des institutions, ainsi que les propositions de stage.

  • 281 Source : PV du comité de direction du 15.05.1919.

54Les prémices de la fonction de monitrice remontent à la période 1919-1920, lorsqu’apparaissent les premiers signes de mécontentement des élèves à l’égard de la directrice Marie Walter ; pour résoudre la situation, Pierre Bovet propose au comité de séparer la direction administrative de la direction des études, cette dernière étant à créer (cf. supra), et d’instaurer « un rouage aidant la directrice à établir un contact personnel avec les élèves. […] ceux des membres du Comité qui y seraient disposés et quelques personnes que le Comité désignerait pourraient se charger de ce rôle de tuteurs, de conseillers, d’amis »281. Partageant cet avis, ce n’est toutefois que quelques mois plus tard que le comité retient le nom d’une personne, Mlle Schmitt, comme conseillère d’études attitrée ; toutefois, cette dernière résidant à Neuchâtel et ne pouvant se libérer pour le semestre d’hiver 1919, la décision est remise à plus tard. La nomination de Charles Muller, puis de Marguerite Wagner à la fonction de direction des études étant prise en 1920, le comité ne reparle plus de l’engagement de Mlle Schmitt, ni du poste de conseillère d’études. Cette fonction de tutrice, d’accompagnement des élèves durant leur formation se retrouve toutefois dans les attributions des monitrices, qui seront officialisées dès 1948 ; en effet, outre le suivi des stages, leurs tâches consistent à décharger la direction et « à assurer la formation psychologique et personnelle des élèves » (Henriod, 1958). Elles collaborent à la gestion de la formation – contacts avec les professeurs, gestion des stages et des examens – et donnent quelques heures d’enseignement ; avec la directrice, elles forment ce qu’il est convenu d’appeler à l’époque le colloque pédagogique.

  • 282 Andrée Menthonnex assumera la responsabilité de l’Ecole de service social de 1967 à 1974.

55La deuxième monitrice à être engagée en tant que telle est Florence Montandon, en 1954 ; assistante sociale diplômée de l’Ecole en 1951, elle introduit l’enseignement du case-work en Suisse (cf. chapitre 2). Outre son enseignement, elle participe au suivi des stages et des travaux de diplôme, ainsi qu’à la supervision des élèves et à la formation des responsables de stage. Puis une troisième monitrice est engagée en 1961 : Mme Françoise Fuchs, titulaire du diplôme d’Etat français d’assistante sociale ; suivra ensuite, en 1963, l’engagement d’Andrée Menthonnex, assistante sociale diplômée de l’Ecole en 1957282 et de Kate Katzki, diplômée en service social de l’Université Columbia de New York (voir note 99), et enfin, en 1966, l’engagement d’Elyane Martin, diplômée de l’Ecole en 1957, puis de Micheline Kretschmer, diplômée de l’Ecole en 1962.

  • 283 Par bibliothèques spéciales, entendre ici les bibliothèques scientifiques, techniques et commercial (...)

56La première assistante sociale diplômée engagée par l’Ecole est Marie Ginsberg, en automne 1921 ; elle est diplômée de l’Ecole sociale de Berlin et travaille comme bibliothécaire à la Société des Nations. Elle est engagée parallèlement à l’Ecole comme professeur d’économie familiale pour les sections sociales – cours qui se transformera en cours d’économie politique dès 1929 – et donnera dès la même année un cours sur les bibliothèques spéciales283 aux élèves de la Section des bibliothécaires. Quant à la première assistante sociale diplômée de l’Ecole, il s’agit de Marie-Louise Cornaz, engagée en 1948 au poste de directrice ; étonnamment, il faut attendre 1963 pour que les programmes de cours mentionnent sa qualité d’assistante sociale : jusque-là, seule sa licence en sciences sociales est indiquée, comme si sa fonction de directrice s’accommodait mal d’un diplôme de l’Ecole. La seconde diplômée en service social de l’Ecole, engagée comme professeur en 1955, est Nanon de Rham, diplômée en 1943, qui donnera le cours sur le Group Work. Les catalogues de cours indiquent que, en 1963, seules six assistantes sociales sont engagées dans l’Ecole sur quarante-cinq professeurs (13 %) et en 1966, elles sont neuf sur quarante-quatre enseignants (20 %). Ce n’est donc que très lentement que le corps enseignant de l’Ecole s’est ouvert aux professionnelles du métier.

57Il est à remarquer que, jusqu’en 1971, seules des femmes font partie du personnel permanent avec le statut de monitrice ; en effet, l’engagement d’hommes dans les autres écoles ne donne pas lieu à l’adoption de cette appellation. L’Ecole d’animateurs engage en 1967 son premier animateur professionnel en la personne d’André Beday, diplômé de la première volée de 1962, et le second en 1970 en la personne de Paul Weber – diplômé en 1965 de la première volée d’animateurs – ; toutefois, ils ne sont pas engagés avec le statut de moniteur, mais avec celui de responsable d’école, d’animateurs pour le premier et d’éducateurs pour le second. De même, en 1963, l’Ecole de service social engage – à mi-temps – Michel Bassand, licencié en sociologie, en tant que professeur conseil et, en 1964, Walo Hutmacher, sociologue, en tant que professeur permanent, lui aussi à mi-temps ; de son côté, l’Ecole d’animateurs engage à mi-temps Bernard Crettaz, sociologue, comme professeur régulier. Contrairement aux professeurs chargés de cours, ces professeurs et responsables d’écoles sont mensualisés, au même titre que les monitrices.

Les responsables de formation284

  • 284 Les sources de cette partie proviennent d’entretiens réalisés en 2000 avec Alain Sauvin et Paul Web (...)

58L’engagement du premier assistant social diplômé de l’Ecole a lieu en 1971 : il s’agit d’Alain Sauvin (1937-2014), diplômé en 1966, engagé au sein de l’Ecole de service social notamment pour ses compétences dans le domaine du développement communautaire. C’est le premier homme à être engagé avec le statut de moniteur pour assumer, aux côtés de ses collègues féminines, des tâches d’organisation de la formation, de suivi des stages, de réflexion pédagogique et de liens avec les enseignants. Toutefois, il refuse l’appellation de « moniteur », estimant ce terme trop ambigu eu égard aux moniteurs de colonies de vacances, et initie une réflexion au sein de l’Ecole de service social pour trouver une meilleure dénomination de la fonction. En ce début des années 1970, et notamment suite à l’adoption en France de la loi de juillet 1971 sur la formation professionnelle permanente, on assiste à un fort développement d’organismes de formation continue et les vocables traditionnels jusqu’alors d’instructeur, de maître d’apprentissage ou d’enseignant sont supplantés par celui de formateur et, plus spécifiquement dans le champ de la formation continue, par celui de formateur d’adultes. C’est donc assez naturellement que ce dernier terme est évoqué pour qualifier la fonction de monitrice et de moniteur exercée au sein de l’Ecole ; cependant, alors que l’expression fait florès dans le monde francophone, il est rejeté par les permanents de l’Ecole de service social qui estiment, Alain Sauvin en tête, que l’on ne forme pas les adultes, mais que ce sont eux qui entrent dans une démarche de formation : « On ne forme pas les gens, ce sont eux qui se forment ». Poursuivant la quête d’un terme qui non seulement permette de satisfaire la perception éthique de la formation des adultes défendue par les permanents, mais permette aussi de mettre en lumière au mieux l’action sous-tendue par l’appellation, c’est l’expression « responsable de formation » qui recueille le plus d’avis favorables. Toutefois, l’expression suscite aussitôt un nouveau débat : faut-il parler de responsable de formation ou de responsable de la formation ? Estimant que l’on ne peut être responsable de la formation de la personne, ce qui serait finalement un retour par la petite porte du formateur d’adultes, c’est finalement « responsable de formation » qui est considéré comme rendant le mieux justice au fait que l’on organise la formation – d’un point de vue méthodologique et pédagogique – qui permet aux apprenants de se former, ces derniers étant alors responsables de leur formation.

  • 285 Source : Rapport de rentrée 1974-1975, Genève, octobre 1974, p. 2.

59Alain Sauvin conserve le souvenir de la paternité de cette expression, sans toutefois pouvoir le prouver, car aucun élément de ce débat n’a été protocolé et il n’y en a pas traces dans les archives ; Paul Weber confirme toutefois que c’est bien l’Ecole de service social qui a élaboré l’expression. Cette dernière apparaît pour la première fois publiquement dans le rapport de rentrée de l’IES de 1974, dans les pages consacrées à l’Ecole de service social285. L’Ecole d’éducateurs ne l’adopte qu’à partir de 1975, dans son rapport annuel 1975-1976, et l’Ecole d’animateurs seulement à partir de 1977. Ce n’est donc que progressivement que l’expression « responsable de formation » est adoptée dans toutes les écoles de l’IES, y compris l’Ecole de bibliothécaires, l’Ecole d’assistantes de médecins et l’Ecole de laborantines. Elle sera aussi ensuite adoptée dans les autres écoles de travail social de Suisse romande. S’il est impossible de prouver que la paternité de l’expression revient à Alain Sauvin, il est par contre attesté, suite à la consultation des archives, qu’elle n’existait pas au sein de l’IES avant 1974. Les ouvrages traitant de la formation continue et qui présentent une partie historique de la formation des adultes mentionnent que l’appellation « responsable de formation » n’existait pratiquement pas avant le début des années 1970 (voir notamment Caspar, 1986, p. 17).

  • 286 Rappelons que la principale tâche des monitrices était de seconder la direction dans les tâches de (...)

60L’expression « responsable de formation » supplante donc petit à petit celle de monitrice et les tâches qui leur sont demandées s’éloignent de plus en plus du simple conseil aux études, suivi des stages et relations avec les enseignants ; elles sont appelées à concevoir des séquences de formation, à les animer, à en faire le bilan et à évaluer les étudiants, en plus de leurs tâches administratives usuelles et de suivi des étudiants. Les responsables de formation assument de plus en plus de responsabilités pédagogiques et gagnent en autonomie au regard de ce que faisaient les monitrices286. Avant l’engagement d’Alain Sauvin, il n’y avait que trois statuts possibles au sein de l’IES : monitrice, professeur permanent, ou vacataire ; avec l’avènement du responsable de formation, le statut de monitrice est abandonné, de même que le statut de professeur permanent, qui disparaîtra avec le départ des titulaires dans le courant de la deuxième moitié des années 1970. Il ne reste donc qu’un seul statut pour le personnel enseignant permanent : celui de responsable de formation, avec le même traitement salarial de base. Ce modèle prévaut encore dans les premières années au sein du système HES jusqu’en 2003, année où le règlement B 5 10.16, fixant le statut du personnel enseignant HES, introduit une première hiérarchisation des statuts : professeur, chargé d’enseignement, chargé de cours et adjoint scientifique, auxquels seront adjoints en 2009 le statut d’assistant HES et celui d’assistant de recherche HES.

61Par un de ces étranges retournements de l’histoire, la HES-SO Genève renforce en 2017 la hiérarchisation des statuts au sein du corps enseignant avec des salaires différenciés ; calqué sur le modèle universitaire, la statut du corps enseignant se compose, dès lors, de professeurs ordinaires, professeurs associés, maîtres d’enseignement et chargés de cours, sans omettre les professeurs invités, les professeurs honoraires et les vacataires, auxquels s’adjoignent les adjoints et les collaborateurs scientifiques ainsi que les assistants. Le statut de responsable de formation avait déjà été abandonné par la HETS en 2005 au profit de celui de chargé d’enseignement. Le changement de vocabulaire n’est pas anodin et les mots trahissent la modification à l’œuvre dans la perception de la mission des responsables de formation : être chargé d’enseignement, puis maître d’enseignement, ne traduit pas la même perception de la mission que responsable de formation (cf. supra les débats sur l’origine de l’expression).

La demande d’évaluation des fonctions et la caisse de retraite

  • 287 Source : Rapport annuel 1973-1974, p. 2. Il est à noter que le représentant du DIP, Guy-Olivier Seg (...)

62La Conférence des écoles mise en place en 1967 par Yves de Saussure « s’étant révélée peu propice aux échanges [s’est] transformée [en 1973] en Assemblée du personnel de l’IES qui, par des réunions plénières bimensuelles et le travail en sous-commissions, a pour objectif d’associer tous les collaborateurs réguliers de l’IES à l’échange d’information, puis à l’analyse et à la résolution des problèmes institutionnels »287. En février 1976, l’assemblée du personnel (AP) transmet au comité de direction une demande d’évaluation des fonctions au sein de l’IES.

L’évaluation des fonctions

63En effet, l’Etat ayant adopté, en 1974, une nouvelle classification des fonctions pour les fonctionnaires et l’Ecole étant largement subventionnée par ce dernier, l’AP se soucie de l’adaptation de l’échelle des traitements à la nouvelle échelle introduite par le canton ; mais la classification des fonctions au sein de l’IES ne correspond pas à celle nouvellement en vigueur à l’Etat et nécessite donc une révision du statut du personnel de l’Ecole. Estimant la demande fondée, le comité donne un avis favorable dans sa séance du 21 octobre 1976, constatant que l’essor de l’IES a induit une modification importante des tâches dévolues aux responsables d’école et aux responsables de formation, qui assument des tâches pédagogiques importantes d’enseignement et de suivi des étudiants. Lors de cette séance, Yves de Saussure précise les critères d’engagement en vigueur : avoir suivi la formation et avoir obtenu le diplôme de l’une des six écoles de l’IES, et être au bénéfice d’une expérience professionnelle, une préférence étant accordée aux personnes justifiant d’une formation complémentaire. La situation n’ayant guère évolué, l’AP envoie, en septembre 1976, un courrier au comité faisant état de propositions de réévaluation des fonctions et, en octobre 1977, le comité demande officiellement que le service d’évaluation des fonctions procède à l’évaluation des postes occupés à l’IES. Le Conseil d’Etat répond favorablement, mais précise que le service d’évaluation des fonctions, étant surchargé par le traitement des litiges au sein des services de l’Etat, ne pourra s’occuper des institutions subventionnées que dans un second temps, soit au plus tôt à partir du deuxième semestre de 1978. Dès juin 1978 toutefois, le service d’évaluation des fonctions ouvre la procédure concernant l’IES et, en mai 1979, transmet à la direction le résultat de son évaluation :

• Responsable d’école : classe maximale 20 (sans licence : classe 19)
• Responsable de formation : classe maximale 18
• Secrétaire : classe maximale 11
• Bibliothécaire : classe maximale 12
• Nettoyeur : classe maximale 4

64Actuellement, la nouvelle nomenclature concernant le personnel d’enseignement et de recherche de la HES-SO Genève présente la classification suivante :

• Professeur HES ordinaire : classe maximale 27
• Professeur HES associé : classe maximale 25
• Professeur HES assistant : classe maximale 23
• Maître d’enseignement HES : classe maximale 22
• Chargé de cours HES : classe maximale 22
• Adjoint scientifique : classe maximale 18
• Collaborateur scientifique : classe maximale 15
• Assistant HES : classe 8 à 9

65Les classes de fonction du personnel administratif restent inchangées et la fonction de nettoyeur disparaît de l’organigramme, le nettoyage étant désormais sous-traité par une entreprise externe :

• Secrétaire : classe maximale 11
• Bibliothécaire : classe maximale 15
  • 288 Règlement d’application de la loi concernant le traitement et les diverses prestations alloués aux (...)
  • 289 Source : PV du comité de direction du 09.10.1980.

66En juin 1979, l’assemblée du personnel fait part de son acceptation de la proposition de classification du service d’évaluation des fonctions, conduisant à la confirmation à l’Etat de l’acceptation par l’IES des conclusions du service d’évaluation des fonctions. Néanmoins, le corollaire à la mise en œuvre de cette réévaluation des fonctions est l’acceptation par l’Etat des conséquences financières générées par cette dernière et le représentant du DIP, Dominique Föllmi, ne fait pas mystère du fait que cette acceptation passe par l’application, au sein de l’IES, du statut du personnel de l’Etat. Le Conseil d’Etat accepte en automne 1980 la prise en charge des coûts occasionnés par la réévaluation des fonctions au sein de l’IES et d’octroyer un crédit extraordinaire pour la mise en œuvre rétroactive au 1er janvier 1978, mais décide que « l’IES [doit] se conformer aux normes définies par le Règlement B 5 73288, ceci pour veiller à ce que le personnel de l’IES bénéficie des mêmes droits que les employés de l’Etat, mais soit soumis également aux mêmes règles289 ». Une convention sera passée avec l’Etat à ce sujet et, dès lors, la classification adoptée subsistera jusqu’en 2001.

La caisse de pension

67Relevons encore que, dans la même période où il travaille sur l’évaluation des fonctions et du statut du personnel, le comité s’attelle à résoudre la question des retraites de son personnel. En effet, dès 1932, le comité s’est préoccupé de la création d’une caisse de retraite ou de prévoyance pour son personnel, créant quelques années plus tard un fonds de prévoyance-épargne. Dans les années 1950, outre le fonds de pension, les comptes de l’Ecole mentionnent, depuis 1957, une somme de CHF 2 400.- annuels sous le titre « retraite bénévole de Mme Wagner-Beck », le comité ayant décidé de lui octroyer un complément de retraite. Dans son premier rapport annuel (1967-1968), Yves de Saussure fait part de son souci en constatant que :

L’Ecole d’études sociales ne dispose encore d’aucun moyen sérieux d’assurer la retraite de ses collaborateurs permanents. Cette anomalie pose de sérieux problèmes de conscience... ou de finances à chaque fois qu’un membre du « staff » atteint l’âge qui devrait être celui d’un repos bien mérité et qui, chez nous, devient celui de l’insécurité. Problème [...] que les études menées par le directeur et le chef administratif auprès de divers organismes spécialisés n’ont pas encore permis de résoudre de manière satisfaisante et auquel il importera d’accorder dans l’immédiat une attention particulière si notre institution veut, non seulement rester à l’avant-garde en matière sociale, mais aussi tout simplement s’assurer des collaborateurs compétents.

  • 290 Actuellement Caisse de prévoyance de l’Etat de Genève (CPEG), nouvelle dénomination depuis janvier (...)

68Comme toutes les institutions qui prennent de l’âge – l’Ecole a cinquante ans en 1968 –, il y a de plus en plus d’employés qui sont amenés à faire valoir leur droit à la retraite et les carences de l’Ecole en la matière deviennent de plus en plus criantes. Des études comparatives sont à nouveau effectuées durant l’année 1970 et des tractations sont entamées en vue de la création d’une caisse de retraite destinée à remplacer l’ancien fonds de prévoyance ; finalement, c’est la solution de l’affiliation à la Caisse de retraite des communes suisses (CRACS) qui est retenue, en 1971, pour les collaborateurs dont le statut ne permet pas d’être membre de la Caisse de retraite du personnel enseignant de l’Instruction publique et des fonctionnaires de l’administration du canton de Genève (CIA)290. Cette affiliation permet la reconversion du fonds de pension, et tout le personnel permanent est dès lors inscrit soit à la CRACS, soit à la CIA. Par ailleurs, l’Ecole est aussi affiliée à la Caisse de retraite inter-entreprises pour certains membres du personnel administratif.

  • 291 Source : PV du comité de direction du 05.03.1981.

69Les négociations entamées pour l’évaluation des fonctions et le statut du personnel conduisent alors le comité à s’interroger sur la pertinence de cette triple affiliation à des caisses de retraite – dont il découle certaines inégalités de traitement pour le personnel – et à se demander s’il ne serait pas préférable que tout le personnel permanent soit affilié à la CIA. Des contacts sont pris avec la CIA dès 1979 au sujet des conditions d’affiliation de tout le personnel, dont il ressort notamment, pour une institution para-étatique, l’obligation que la majorité des membres du comité soit nommée par le Conseil d’Etat, ce qui nécessiterait une modification des statuts de l’association. Par ailleurs, il apparaît que c’est au Conseil d’Etat qu’il faut adresser officiellement une demande d’affiliation, ce qui sera fait en décembre 1979. Ce dernier confirme en date du 30 avril 1980 la clause de la nomination de la majorité des membres du comité et précise qu’en ce qui concerne les conditions de rétribution du personnel, il est indispensable « que l’IES se conforme d’une manière stricte aux normes prévues pour le personnel de l’administration cantonale »291. La question de l’évaluation des fonctions et du statut du personnel n’étant pas réglée, il apparaît au comité urgent d’attendre avant d’aller plus loin dans les négociations avec la CIA. Constatant la dépendance financière de plus en plus importante à l’égard des pouvoirs publics et prenant acte que les exigences de ce dernier (nomination de la majorité des membres du comité par l’Etat, application des règles de l’Etat concernant le personnel) sont de moins en moins compatibles avec un statut d’association privée, le comité entame une réflexion en vue du changement de statut juridique de l’association de l’Institut d’études sociales ; réflexion qui aboutit, en décembre 1981, à la proposition de transformer l’association en fondation de droit public (cf. chapitre 6), ce nouveau statut facilitant du même coup l’affiliation à la CIA.

70Ainsi, quatre chantiers importants pour l’avenir de l’Ecole et de son personnel sont-ils menés de front : évaluation des fonctions, modification du statut du personnel, transformation du statut juridique de l’Ecole et affiliation du personnel à la CIA. Les questions du statut du personnel et de l’évaluation des fonctions ayant trouvé une solution satisfaisante depuis fin 1980, la loi instituant la Fondation de l’Institut d’études sociales est promulguée le 14 décembre 1984 et l’affiliation de tout le personnel permanent de l’IES à la CIA est effective dès le 1er janvier 1985.

Le personnel administratif et technique

71Il est difficile de parler des acteurs qui ont contribué à ce que l’Ecole d’études sociales pour femmes traverse un siècle d’existence pour devenir une Haute école de travail social sans évoquer le personnel qui œuvre dans « l’arrière-boutique », le plus souvent à l’abri des regards, mais dont l’action est devenue de plus en plus indispensable au bon fonctionnement d’une structure grandissant et se complexifiant au fil des années.

Les secrétaires

  • 292 Il s’agit vraisemblablement de Mlle Pfenninger (Source : PV du comité de direction du 14.02.1920).

72C’est très rapidement, en 1919, que la première secrétaire est engagée à temps partiel pour soutenir la directrice Walter dans les tâches administratives292 ; en 1927, Germaine Thurig est engagée pour un remplacement qui se transforme en poste fixe et c’est seulement en 1932 qu’un second poste – de secrétaire adjointe – est ouvert et confié à Marie Casthélaz (cf. supra). Jusqu’en 1942, elles travaillent indifféremment pour toutes les sections et Germaine Thurig a le statut de secrétaire principale ; cette année-là voit l’engagement de la première secrétaire dédiée uniquement à la section des bibliothécaires, Marcelle Collet. A partir de 1948, les sections sociales de l’Ecole ont trois secrétaires, dont Germaine Thurig. Lors de la création de l’Ecole de laborantines en 1927 et de l’Ecole d’auxiliaires de médecins en 1952, chacune se voit dotée d’un poste de secrétariat à temps partiel. Il en va de même avec l’Ecole d’animateurs, qui se voit attribuer un poste de secrétariat à temps partiel à partir de 1964 en la personne de Renée Gallet, ainsi que pour l’Ecole d’éducateurs, qui bénéficie dès son ouverture, en 1970, d’une secrétaire en la personne de Béatrice Darras. A partir de ce moment-là, chaque école possède donc son propre secrétariat et la direction a une secrétaire attitrée, Marcelle Rochat, depuis 1964.

73Si le CERES est créé en 1970, ce n’est qu’en 1972 qu’est ouvert un poste à mi-temps de secrétariat, occupé par Danièle Suchet, qui prendra par ailleurs le mi-temps de secrétariat au CEFOC dès sa création, en 1978. En 1997, à la veille du départ de l’Ecole de bibliothécaires vers la HEG, le CEFOC bénéficie de quatre postes de secrétariat, l’ESTS de huit postes, l’ESID de trois postes et le CERES d’un poste ; lorsque l’ERP arrive à l’IES, elle bénéficie de deux postes de secrétariat. Il est à relever que la majorité de ces postes sont à temps partiel et sont tous occupés par des femmes ; à ceux-là, il faut encore ajouter le poste de secrétaire de direction. Cette énumération donne à lire l’augmentation du volume des tâches de secrétariat liées à la gestion des formations au sein de l’Ecole, mais aussi leur spécialisation au regard du seul poste de secrétaire polyvalente occupé de 1919 à 1932.

L’administration

  • 293 Engagée en 1958, elle assumera la responsabilité du secrétariat central, de l’économat et de la com (...)

74Au début des années 1960, la nécessité de renforcer la gestion administrative de l’Ecole se fait sentir, la directrice assumant seule cette dernière avec l’aide d’une secrétaire, Marguerite Piuz293, et du trésorier de l’association ; il est alors décidé, en automne 1962, de créer un poste de chef du secrétariat, responsable de l’ensemble des secrétariats de l’Ecole et adjoint administratif de la directrice, ainsi qu’un poste de secrétaire-comptable. Peu après, en février 1963, le comité décide de la création d’un poste d’adjoint de direction, qui sera occupé dès juin 1963 par François Schlemmer – à mi-temps d’abord, puis à plein temps dès 1964 –, qui assumera en parallèle la responsabilité de l’Ecole d’animateurs et y donnera un certain nombre de cours, ainsi qu’à l’Ecole de service social. Le poste de chef du secrétariat – très vite renommé chef administratif – n’est pourvu qu’à partir de 1964, par Rémy Champion. Lorsque François Schlemmer quitte sa fonction d’adjoint de direction pour prendre la responsabilité de la consultation conjugale au Centre social protestant – tout en conservant certains enseignements à l’Ecole –, le poste d’adjoint de direction est supprimé et ses tâches sont réparties entre le directeur Yves de Saussure et le chef administratif.

  • 294 Source : Rapport administratif dans le Rapport annuel de l’Institut d’études sociales 1974-1975, p. (...)

75Assumant les fonctions de comptable, d’économe-intendant, de chef du personnel et de responsable des secrétariats, Rémy Champion devient rapidement un personnage central dans la vie de l’Ecole, d’autant plus qu’il a une bonne connaissance des rouages financiers cantonaux et fédéraux. Lorsqu’il démissionne en 1973, il est remplacé par André Bratschi, alors secrétaire général du Mouvement de la jeunesse suisse romande (MJSR), qui restera en poste jusqu’à son décès, en été 1977, des suites d’une longue maladie. L’une des premières mesures qu’il prend à son arrivée à l’Ecole est de supprimer le « jour de paie » – afin d’« éviter les risques inhérents aux transports de fonds »294 – en introduisant le versement des salaires sur le compte bancaire des salariés. Par ailleurs, la dénomination du poste change : on ne parle plus de chef administratif, mais d’administrateur. C’est aussi en 1973 que, à la demande du directeur, de plus en plus surchargé, le comité réintroduit le poste d’adjoint de direction et engage Jean-Pierre Bosson à cet effet (cf. supra). Début 1978, un successeur est engagé pour reprendre le poste d’administrateur : il s’agit de René Marti, alors administrateur au Centre social protestant ; c’est lui qui assumera les débuts de l’informatisation de la comptabilité de l’Ecole. Il restera à l’IES jusqu’en 1984, année où il est remplacé par Claude Rosnoblet, qui vient de l’industrie du bâtiment ; en 1999, lorsqu’il fait valoir son droit à la retraite, c’est Corine Villard Batardon, issue du monde bancaire, qui est engagée comme administratrice. C’est la première femme engagée pour ce poste, si l’on excepte Marguerite Piuz, qui avait le statut de secrétaire. Lorsque que Corine Villard Batardon quitte l’IES, au début des années 2000, le poste d’administrateur disparaît de l’organigramme et ses tâches sont reprises par le directeur adjoint, Maurice Fratianni. Ce dernier quitte la HETS en 2018 et est remplacé par Maria Valenta : ainsi, la HETS se retrouve-t-elle avec deux femmes à sa tête, à l’instar de ce qu’il en était en 1920 avec Marie Walter et Marguerite Beck. Retenons encore que, dès le milieu des années 1970, un poste de responsable de la comptabilité est créé, en plus du poste de comptable.

Notes

238 Aucun procès-verbal de l’époque n’évoque cette possibilité.

239 Sans pour autant contredire cette citation, notons que l’Ecole supérieure de jeunes filles de Genève ne verra à sa tête une directrice qu’en 1966, ce qui corrobore la dimension novatrice de confier à une femme des fonctions de direction.

240 Source : PV du comité du 27.03.1918.

241 Sophie Vernet sera, par contre, élue membre du comité lors de l’assemblée générale du 6 juillet 1918 et en démissionnera en novembre, suite au conflit opposant Emilie Gourd à Hans Töndury (cf. chapitre premier).

242 Marie Walter (1874-1950), née Merminod.

243 Source : PV du comité du 30.10.1920.

244 Les raisons de cette démission ne sont pas connues, les procès-verbaux du comité ou des assemblées générales n’en faisant pas mention. Marie Walter parlera plus tard de surcharge et de fatigue (Walter, 1944).

245 Les honoraires annuels des deux directrices se montent à CHF 3 000.- chacune, soit l’équivalent actuel de CHF 18 824.- chacune.

246 Cours qu’elle reprend à la suite de Paul Wagner, qui y a renoncé à la suite de la démission de son épouse.

247 Séminaire qu’elle confie dès 1930 à Germaine Thürig, ancienne élève de l’Ecole engagée en 1927 en tant que secrétaire.

248 Source : Rapport de la directrice à l’assemblée générale du 01.02.1926.

249 Actuel Centre social protestant.

250 Elle assumera cependant plusieurs missions de représentation dans les conférences internationales du service social, à la demande de la Confédération.

251 Diplômée de la section assistantes sociales en 1946 ; socialiste, elle est l’une des premières femmes élues au Conseil municipal de la Ville de Genève en 1963 et la première femme à le présider en 1968. Elue députée au Grand Conseil de 1973 à 1989.

252 Secondé néanmoins par un administrateur et la Conférence des écoles, qu’il a mise en place dès 1969 (qui se réunit deux fois par mois).

253 Il est d’usage de considérer que le terme « étudiant » désigne « une personne qui fait des études supérieures et suit les cours d’une université ou d’une grande école », alors que le terme « élève » désigne plus globalement « une personne qui reçoit ou suit l’enseignement d’un maître (dans un art, une science). […] Personne qui reçoit un enseignement donné dans un établissement d’enseignement ». Source : Petit Robert (2006). Nous pouvons en déduire que le terme « étudiant » contient une dimension d’autonomie de la personne dans ses études, alors que le terme « élève » exprime une forme de dépendance à l’enseignant.

254 Le CFEEI s’émancipant de l’Ecole en 1964, il n’en est plus fait mention dans les rapports annuels.

255 Il apparaît que ce premier homme à avoir acquis le statut d’élève régulier ne sera finalement pas diplômé au terme de sa formation (Court et Kretschmer, 1993, p. 249).

256 Dont trois Chinois ; deux d’entre eux ont été envoyés par le Bureau international de l’éducation (Court et Kretschmer, 1993, p. 263).

257 Source : PV du 10.12.1951 de la commission chargée d’étudier certaines questions concernant l’admission à notre Ecole d’élèves masculins.

258 Source : PV du comité du 25.02.1963.

259 Sources : Rapports annuels de la directrice lors des assemblées générales, 1918-1939 ; il est à noter que ces données ne sont pas relevées dans tous les rapports.

260 Hormis pour l’Ecole de bibliothécaires, seule de son genre en Suisse, qui recrute régulièrement des étudiants provenant de Suisse alémanique jusqu’à son départ, en 1998.

261 C’est en tant que section décentralisée de l’Ecole de Genève que le Centre de formation d’éducateurs pour l’enfance inadaptée a ouvert ses portes à Lausanne en 1954.

262 Ces listes se trouvent insérées dans les cahiers de procès-verbaux du comité de l’Ecole.

263 La commission d’admission est alors composée du bureau du comité de direction et d’un autre membre du comité.

264 Pour rappel, l’âge de la majorité est fixé à vingt ans sur le plan national depuis 1882 et passe à dix-huit ans en 1996.

265 Notons qu’il est ici impossible de savoir s’il s’agit de la confession catholique chrétienne (ou « vieille catholique ») ou de l’utilisation du terme générique pour désigner des personnes se reconnaissant dans une confession issue du christianisme.

266 Source : Office cantonal de la statististique (OCSTAT). Population résidante du canton de Genève selon l’appartenance religieuse, depuis 1880. Consulté le 30.08.2018 sur https://www.ge.ch/statistique/domaines/01/01_06/tableaux.asp#4

267 En 1944, la proportion reste identique : le salaire mensuel moyen d’un ouvrier qualifié est de CHF 444.-.

268 La gratuité automatique des études pour les étudiants domiciliés dans le canton depuis au moins deux ans est supprimée en 2013, suite à la décision du Parlement genevois de supprimer cet avantage pour les étudiants des HES au nom de l’égalité de traitement avec les étudiants de l’Université, qui devaient, eux, solliciter une exonération des taxes d’études.

269 Soit l’équivalent actuel de CHF 2 072.-.

270 Diplômes de l’Ecole Vinet ou de l’Ecole Bénédict de Lausanne.

271 Frédéric Gardy (1870-1957), historien, privat-docent à l’Université de Genève, directeur de la Bibliothèque publique et universitaire de 1906 à 1937 ; Henri Delarue (1883-1972), licencié en lettres de l’Université de Genève et diplômé de l’Ecole des Chartes de Paris, directeur de la BPU de 1928 à 1958 ; Auguste Bouvier (1891-1962), docteur en lettres, bibliothécaire puis directeur de la BPU de 1953 à 1959.

272 Maria Brun, diplômée en 1933 ; Hèlène Rivier (1902-1986), diplômée en 1929, fondatrice de la première « bibliothèque pour tous » à Genève en 1933.

273 Environ 1 000 contrats annuels sur une « réserve » de 2 700 vacataires.

274 Charles Muller sera membre du comité de direction dès 1920.

275 Source : PV du comité de direction du 20.06.1918.

276 Source : PV du comité de direction du 06.01.1919.

277 Membre fondateur et membre du comité de direction (cf. chapitre premier).

278 Le statut de professeur ordinaire réapparaît dans la nouvelle classification du personnel enseignant de la HES-SO Genève en 2017.

279 Soit l’équivalent actuel de CHF 46.- de l’heure.

280 Source : Le Trait d’union, n° 5, novembre 1936 ; Bulletin de l’association des anciennes élèves de l’Ecole d’études sociales.

281 Source : PV du comité de direction du 15.05.1919.

282 Andrée Menthonnex assumera la responsabilité de l’Ecole de service social de 1967 à 1974.

283 Par bibliothèques spéciales, entendre ici les bibliothèques scientifiques, techniques et commerciales, ainsi que les archives.

284 Les sources de cette partie proviennent d’entretiens réalisés en 2000 avec Alain Sauvin et Paul Weber.

285 Source : Rapport de rentrée 1974-1975, Genève, octobre 1974, p. 2.

286 Rappelons que la principale tâche des monitrices était de seconder la direction dans les tâches de gestion de la formation, ainsi que d’assurer la formation personnelle et psychologique des élèves (suivi et conseil).

287 Source : Rapport annuel 1973-1974, p. 2. Il est à noter que le représentant du DIP, Guy-Olivier Segond, indique que ce dernier s’oppose à toute participation du personnel enseignant et administratif aux décisions concernant la politique de l’IES (Source : PV du comité de direction du 13.12.1973).

288 Règlement d’application de la loi concernant le traitement et les diverses prestations alloués aux membres du personnel de l’Etat, du pouvoir judiciaire et des établissements hospitaliers, du 21 décembre 1973.

289 Source : PV du comité de direction du 09.10.1980.

290 Actuellement Caisse de prévoyance de l’Etat de Genève (CPEG), nouvelle dénomination depuis janvier 2014.

291 Source : PV du comité de direction du 05.03.1981.

292 Il s’agit vraisemblablement de Mlle Pfenninger (Source : PV du comité de direction du 14.02.1920).

293 Engagée en 1958, elle assumera la responsabilité du secrétariat central, de l’économat et de la comptabilité jusqu’en 1964 ; c’est elle qui conduira les travaux du déménagement de Malagnou à Prévost-Martin. Après une pause due à un arrêt maladie, elle revient pour assumer le secrétariat de l’Ecole de bibliothécaires jusqu’en 1976.

294 Source : Rapport administratif dans le Rapport annuel de l’Institut d’études sociales 1974-1975, p. 1.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/4742/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/4742/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende a_ Marguerite Wagner-Beck (1922-1947)
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/4742/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 6,4k
Légende b_ Marie-Louise Cornaz (1948-1967)
Crédits © Henriette Grindat / Fotostiftung Schweiz
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/4742/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 6,0k
Légende c_ Yves De Saussure (1967-1989)
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/4742/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Légende d_ Paul Weber (1989-2000)
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/4742/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 7,5k
Légende e_ Bernard Gmür (2000-2006)
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/4742/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 6,0k
Légende f_ PIerre-Yves Troutot (2006-2010)
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/4742/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 5,6k
Légende g_ Joëlle Libois (2011-...)
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/4742/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 6,4k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/4742/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

© Éditions ies, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search