Version classiqueVersion mobile

Travailler pour s’insérer

 | 
Christophe Dunand
, 
Anne-Lise du Pasquier

Résumé

Texte intégral

Quelques constats

1Le chômage, devenu un problème de société massif et durable, s’impose dans l’agenda des priorités politiques pour tous les cantons romands et pour les cantons urbains du reste de la Suisse. En la matière, quatre constats s’imposent :

  • D’abord, la privation de travail constitue un facteur d’exclusion important.
  • En second lieu, il est plus facile de passer d’un emploi à un autre que de reprendre une activité après une période de chômage, en particulier lorsque l’on dispose de peu de ressources (qualifications limitées, réseau social restreint, santé fragile, précarité financière).
  • Troisièmement, quoi qu’en pensent certains, les personnes heureuses au chômage et à l’aide sociale sont très rares.
  • Enfin, travailler reste, et restera pour l’immense majorité d’entre nous, la principale manière d’exister dans la société.

2Pour garantir la cohésion sociale en Suisse romande, il n’y a pas d’autre issue que de permettre à la majorité des citoyens en âge de travailler d’avoir une activité productive. La problématique de la gestion du chômage est donc double : comment réinsérer rapidement les personnes dont le profil correspond aux attentes actuelles des employeurs par la reprise d’un emploi ou d’une formation ; et comment maintenir en activité celles qui sont de moins en moins en adéquation avec le marché d’aujourd’hui, mais pourraient demain l’être à nouveau, de manière à éviter leur marginalisation progressive ?

Les entreprises d’insertion par des activités économiques

3L’insertion par l’économique consiste à offrir un stage de remise au travail dans une entreprise privée sans but lucratif (association ou fondation le plus souvent) fonctionnant comme une PME, mais dont l’objectif est la réinsertion.

4Les entreprises d’insertion peuvent être très diverses dans leur forme, leurs activités et leur taille. On retrouve toutefois quatre caractéristiques :

  • un but d’intérêt général ;
  • des activités continues de production de biens ou de services générateurs de revenus ;
  • un soutien dans la recherche d’emploi et des activités formatrices, voire des formations dispensées en parallèle à la production ;
  • une autonomie (même relative !) vis-à-vis de l’Etat.

5Véritables « passerelles formatrices », ces entreprises d’insertion permettent à des personnes sans emploi, en particulier à celles peu ou pas qualifiées, de reprendre pied dans la vie active en sortant du chômage ou de l’assistance publique. Selon les organisations, les personnes en stage de réinsertion sont appelées stagiaires, travailleurs ou bénéficiaires.

Des biens et des services très divers vendus sur le marché

6Les entreprises d’insertion de Suisse romande offrent des services : nettoyage, recyclage informatique, déménagement et débarras, jardinage et gestion de l’environnement, remise en état de textiles, menuiserie, buanderie, second œuvre, sous-traitance industrielle ou encore restauration, pour ne citer que les plus importants. Encadrés par des professionnels des différents corps de métiers, les stagiaires produisent des biens ou des services commercialisés auprès d’entreprises, de collectivités ou de particuliers.

7Le chiffre d’affaires généré permet de financer une part importante des charges de l’entreprise d’insertion, économisant ainsi l’argent public. Les subventions cantonales et/ou fédérales pour l’encadrement, la formation et l’accompagnement vers l’emploi viennent compléter l’autofinancement.

Une passerelle vers l’emploi : la formation ou le marché complémentaire

8En parallèle à ces activités productives, les personnes en réinsertion bénéficient, comme les apprentis, de formations dispensées dans l’entreprise. Ces formations leur permettent d’améliorer leurs compétences techniques ou de combler des lacunes, par exemple en français ou en méthodes de recherche d’emploi.

9Si le marché de l’emploi est devenu difficile pour les personnes peu ou pas qualifiées, il reste dynamique et porteur d’opportunités. Les entreprises d’insertion ont ainsi comme but premier de faciliter le retour à l’emploi par un stage formateur et un accompagnement à la réinsertion ou l’accès à une formation (apprentissage, formation professionnelle ou autres).

10Mais pour éviter les situations d’inactivité marginalisante des personnes qui ne retrouveraient pas d’emploi à l’issue d’un stage de réinsertion, il devient urgent de développer en parallèle des places d’activités sur un marché de l’emploi « complémentaire », pour lequel des conditions cadre devront être définies.

11Des besoins croissants de collaborateurs émergent dans les maisons de quartiers, crèches, restaurants scolaires, EMS (établissements médicosociaux), clubs de sport, organisations culturelles, sociales et sanitaires, ONG, associations écologiques, etc. Les professionnels de ces organisations peuvent encadrer ces collaborateurs auxiliaires potentiels, qui ne demandent qu’à être utiles à la société en travaillant. Ainsi les entreprises d’insertion sont des passerelles entre l’inactivité et un emploi ou une formation.

Efficience et efficacité, mais une image trop sociale

12L’insertion par l’économique, dont les résultats sur le terrain sont positifs, est économe en ressources financières publiques. Les entreprises d’insertion allient l’autofinancement et la souplesse du management d’une PME.

13Les premières ont vu le jour dans les années 1980. En Suisse romande, l’insertion par l’économique souffre pourtant d’un déficit de notoriété ou d’une image trop sociale, notamment auprès des entreprises commerciales.

14Actuellement, dans plusieurs pays francophones, l’insertion par l’économique est forte de centaines d’entreprises fédérées en réseaux. En France, en Belgique et au Québec, l’insertion par l’économique est devenue un outil central des politiques publiques de lutte contre le chômage et l’exclusion. Il convient de combler ce retard en Suisse romande.

15Le travail complexe de gestion du chômage et de prévention de l’exclusion implique la mobilisation et la contribution des différents partenaires sociaux, des acteurs associatifs spécialisés et des nombreux services publics concernés.

Une démarche éprouvée pour l’avenir

16Approche pragmatique, humaine et adaptée aux contraintes financières des cantons, l’insertion par l’économique répond aux enjeux actuels, tant en matière de chômage et de lutte contre la pauvreté et l’exclusion, qu’à une utilisation parcimonieuse des deniers publics.

17Dans l’attente d’une économie plus sociale et plus solidaire, elle est susceptible de jouer un rôle central dans la gestion du chômage et la qualification des demandeurs d’emploi.

© Éditions ies, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search