Version classiqueVersion mobile

Une école de son temps

 | 
Didier Cattin

Chapitre premier. La création de l’Ecole sociale de Genève

Texte intégral

1C’est dans un monde en mutation sortant de guerre et dans une Suisse conservatrice marquée par de nombreux conflits sociaux que naît à Genève l’Ecole d’études sociales pour femmes. Un monde dans lequel la formation professionnelle des femmes n’est pas encore un droit, pas plus que leur statut de citoyennes. Porté par des protagonistes engagés dans la cause féministe ou dans la vie académique, majoritairement issus de la bourgeoisie protestante, ce projet de créer une école professionnelle pour femmes apparaît novateur sous bien des aspects.

Le contexte d’une naissance

  • 9 Une première tentative a lieu en 1843, mais est compromise par l’hostilité qu’elle suscite chez les (...)

2En ce début de XXe siècle, la formation professionnelle des femmes n’existe qu’à l’état encore embryonnnaire et l’instruction donnée aux femmes reste largement marquée par une conception visant à la reproduction sexuée des rôles et privilégiant une éducation à leur vocation de femme, épouse et mère. Cela ne signifie bien évidemment pas que les femmes ne travaillent pas : nombreuses en effet sont celles, surtout issues des classes populaires, qui sont à l’œuvre dans des ateliers, dans les usines, dans les exploitations agricoles, dans le commerce ou l’administration, mais la formation professionnelle, émergente encore à cette époque, ne leur est pas destinée. Pour elles, apprendre un métier se réalise sur le tas en pratiquant l’activité, souvent répétitive et limitée, sous le regard avisé des aînés, et les rares écoles professionnelles existantes ne leur sont pas ouvertes. Pionnière dans son domaine, l’Ecole d’horlogerie de Genève, fondée en 1824, n’ouvrira une classe pour jeunes filles qu’en 18949 mais ne leur délivrera pas une formation complète d’horlogère, par crainte qu’elles ne concurrencent les hommes. Et si la Ville de Genève ouvre une Ecole de commerce en 1888 et une Ecole de mécanique en 1891, et si l’Etat crée une Ecole des métiers en 1895, ces dernières ne sont pas ouvertes aux jeunes filles. Quant à l’Ecole des arts industriels, créée en 1876, elle a ouvert ses classes de céramique et de décoration aux femmes, mais force est de constater qu’à l’instar de l’Ecole des beaux-arts, ces formations ne sont fréquentées que par des jeunes filles issues des classes sociales aisées.

  • 10 Ecole pour l’enseignement professionnel des jeunes filles, ouverte en 1885 par des membres de la So (...)
  • 11 Installation provisoire dans les locaux de l’Ecole supérieure de jeunes filles ; elle déménagera en (...)

3Les femmes issues de milieux modestes n’ont donc guère de possibilités de se former professionnellement, et s’il existe bien quelques établissements privés ouverts par les milieux philanthropiques ou féministes, ils restent cantonnés au champ bien délimité de la couture, de la lingerie et de la confection10. Pionnière en Suisse romande, la Ville de Carouge a ouvert en 1893 une Ecole ménagère, suivant en cela le mouvement initié à Zurich dès 1880 par un couple de philanthropes et relayé en Suisse alémanique par la Société d’utilité publique des femmes suisses. Encouragé par l’Arrêté fédéral du 20 décembre 1895 portant sur le subventionnement de « l’enseignement de l’économie domestique et l’instruction professionnelle à donner aux femmes » (Barras, 1994, p. 111), le canton de Genève ouvre en 1897, à la rue d’Italie11, l’Ecole professionnelle et ménagère de jeunes filles ; cette école comporte une section ménagère (dénommée Ecole ménagère proprement dite) visant à améliorer la culture générale acquise au sortir de l’école primaire et à transmettre un enseignement ménager de base, non professionnel, destiné à faire des jeunes filles des maîtresses de maison accomplies (cuisine, économie domestique, raccommodage, couture, lingerie, etc.). Il n’est pas inintéressant de relever ici que parmi les arguments, portés tant par les milieux politiques que féministes ayant présidé à la création des écoles ménagères, se trouve le postulat qu’il est nécessaire de donner aux jeunes filles les savoir-faire domestiques que les mères, travaillant de plus en plus, ne sont plus à même de pouvoir leur transmettre. Toutefois, l’Ecole professionnelle et ménagère de jeunes filles possède une section d’apprentissages d’une année, composée d’une section commerciale et d’une section des métiers à l’aiguille (atelier de vêtements de dames, atelier de vêtements d’enfants et atelier de lingerie et broderie), proposées à la suite des deux années d’Ecole ménagère proprement dite. Hormis le fait que cette école est gratuite, ce qui constitue une nouveauté dans un canton où toutes les écoles d’enseignement secondaire sont payantes, l’Ecole professionnelle et ménagère ne conduit qu’à des métiers dans lesquels les femmes sont déjà largement et traditionnellement présentes.

  • 12 Cette appellation ne lui sera donnée qu’en 1940, le nom originel étant Ecole secondaire de jeunes f (...)
  • 13 Rappelons que dans la plupart des facultés, l’accès est conditionné à l’exigence du latin ; or ce d (...)

4L’accès aux études supérieures n’est guère plus aisé et reste d’abord le fait de jeunes filles issues de la bourgeoisie et de l’aristocratie. Ouverte en 1847, l’Ecole supérieure de jeunes filles12 permet de poursuivre des études au terme de l’enseignement primaire ; dans un premier temps, il s’agit d’un enseignement secondaire relativement rudimentaire, et ce n’est qu’en 1886 qu’apparaît une section pédagogique conduisant aux métiers de maîtresse enfantine et d’institutrice et, en 1898, une section commerciale ; ce n’est qu’au fil des réformes de son enseignement que l’Ecole supérieure de jeunes filles délivrera une maturité cantonale en 1922, reconnue par la Confédération en 1928. Parmi les buts affichés à l’appui de sa création se trouve l’éducation de la future épouse et mère : « Préparer à la famille, à la société des femmes exemptes de préjugés, des mères capables de surveiller, avec suite et intelligence, l’instruction de leurs propres enfants, des épouses qui puissent au besoin remplacer leur mari au comptoir ou au magasin » (Mémorial des séances du Grand Conseil, 1847, cité par Schwed, 1997, p. 19). Quant à accéder à l’Université, même si la possibilité est inscrite dans les conditions d’admission dès 1872, sa réalité n’est guère possible que pour les femmes qui ont suivi une scolarité dans des écoles privées, puisque les premières maturités latines13 cantonales délivrées par l’Ecole supérieure de jeunes filles ne datent que de 1922. De fait, les premières étudiantes à l’Université de Genève sont des jeunes femmes russes ou polonaises et les premières Genevoises et Confédérées n’y accèdent réellement, en nombre confidentiel (elles sont trois !), qu’à partir de 1890.

Des études pour les femmes

5Toutefois, c’est aussi au cours du XIXe siècle qu’apparaissent de nouvelles carrières particulièrement destinées aux femmes, parce qu’elles font appel à des qualités réputées naturelles chez elles : douceur, instinct maternel, patience, soin, sens des nuances, finesse, etc. Apparaissent ainsi de nouveaux métiers avec la professionnalisation de l’instruction, de l’éducation et du soin : en Suisse, la première formation d’institutrices voit le jour en 1837 à Lausanne (Ecole normale pour régentes), la carrière de régent ou instituteur ayant été jusque-là réservée aux hommes ; la première formation de jardinières d’enfants débute à Zurich en 1878 et la première école laïque d’infirmières naît à Lausanne en 1859, à l’initiative de Valérie de Gasparin (Ecole normale de garde-malades, qui deviendra l’Ecole d’infirmières de La Source) ; quant à elle, la première école d’infirmières de la Croix-Rouge ouvre ses portes à Berne en 1899. L’assistance reste à professionnaliser et c’est donc en terrain favorable qu’éclot le projet de créer une école qui permettra aux femmes non seulement d’accéder à un métier qui leur permettra de gagner leur vie, mais aussi de devenir indépendantes et d’accéder à des postes supérieurs. Ce projet est porté par un jeune universitaire de trente-cinq ans, Hans Töndury (1883-1938), qui le publie en 1916 dans la revue suisse alémanique Schweizerland et le présente en séance publique à l’Université de Genève au printemps 1917 ; il précise son projet et le publie en français en 1918 sous forme d’un opuscule de soixante et une pages (Töndury-Giere, H.,1918).

  • 14 Les initiatrices de ce cours sont Maria Fierz (1878-1956) et Mentona Moser (1874-1971) ; la durée d (...)

6L’intention d’ouvrir une école professionnelle dans le champ de l’aide sociale est novatrice dans une Suisse qui ne connaît à cette époque que les cours sociaux dispensés à Zurich depuis 1908, et qui ne seront transformés en école qu’en 1920 (Kurse zur Einführung in die weibliche Hilfstätigkeit für soziale Aufgabe14, plus connus sous le nom Fürsorgekurse). L’initiative de Töndur y s’inscrit aussi dans le mouvement de professionnalisation de l’assistance entamé à la fin du XIXe siècle en Europe et aux Etats-Unis ; c’est ainsi qu’ont été créées les écoles suivantes :

  • 1898, New-York : New-York Summer School for Applied Philanthropy, sous l’impulsion de Mary Richmond et identifiée comme étant la toute première initiative de formation dans ce domaine au monde ;

  • 1899, Amsterdam : School voor Maatschappelijk Werk, considérée comme la première école en Europe ;

  • 1904, Londres : London School of Sociology and Social Economics ;

  • 1908, Paris : Ecole libre d’assistance privée, sous les auspices de l’Abbé Viollet ;

  • 1908, Berlin : Soziale Frauenschule, créée par Alice Salomon ;

  • 1911, Paris : Ecole normale sociale, ouverte à l’initiative d’Andrée Butillard et Aimée Novo ;

  • 1912, Vienne : Vereinigten Fachkurse für Volkspflege, due à Ilse Arlt ;

  • 1913, Paris : Ecole pratique de service social, créée par le pasteur Paul Doumergue.

  • 15 Ecole d’obédience catholique fondée par Maria Crönlein (1883-1843), qui la dirige jusqu’en 1943.
  • 16 Notons toutefois qu’il existe à Fribourg une école de formation aux œuvres sociales, fondée par l’A (...)

7En 1918, en Suisse, deux écoles proposant une formation sociale aux femmes sont fondées à un mois d’intervalle : en avril, la Sozial-Caritative Frauenschule15 à Lucerne et en mai, l’Ecole suisse d’études sociales pour femmes à Genève16.

Un contexte social tourmenté

8Elles ouvrent dans un monde qui est encore en guerre : en ce printemps 1918, les Allemands lancent avec succès une série d’offensives en Picardie et ce n’est qu’à partir de juillet que les Alliés mènent de victorieuses contre-offensives dans la Marne (deuxième bataille de la Marne), qui annoncent un retournement définitif des combats. Ayant déclaré sa neutralité le 4 août 1914, la Suisse a traversé cette période de guerre sans en subir les destructions matérielles et les pertes humaines qui ont meurtri tant de villes et de campagnes, essentiellement en Europe ; néanmoins, du fait de sa position géographique et de sa dépendance pour son approvisionnement, elle a été directement concernée par ce conflit, tant sur le plan politique et social qu’économique. Loin du roman patriotique d’un pays neutre et indépendant, la Suisse opte pour une position pragmatique, du fait de sa dépendance extérieure pour son ravitaillement alimentaire et en matières premières pour son industrie. C’est ainsi que sa déclaration de neutralité ne s’embarrasse guère de circonvolutions éthiques lorsqu’il s’agit de vendre de l’armement aux belligérants, le principe de neutralité résidant alors dans le fait de veiller à une forme d’équilibre envers les deux camps. Alors que les salaires baissent et que l’indice des prix à la consommation prend l’ascenseur, alors que la situation des ouvriers et des employés devient de plus en plus précaire, les profits de l’industrie chimique et mécanique, ainsi que de celle de l’habillement et de l’alimentation atteignent un niveau jamais égalé avant-guerre. Le canton de Genève est directement concerné par cette situation paradoxale, ses entreprises de mécanique (y compris l’horlogerie) et chimique ayant réorienté leur production vers le marché de la guerre. Cet essor industriel en période de conflit permet aussi à la Suisse de s’affirmer comme une place financière d’importance. Les possédants et les spéculateurs s’enrichissent et la majorité de la population souffre de la disette et de la hausse des prix. Mais les inégalités sociales sont devenues de plus en plus criantes au cours du conflit et de nombreuses manifestations contre la vie chère sont organisées dès 1917 ; les tensions sociales s’accroissent de telle manière qu’elles trouvent une expression publique inégalée en Suisse avec la grève générale qui immobilise l’économie du 12 au 14 novembre 1918.

  • 17 Comité d’action créé le 4 février 1918 à Olten, réunissant des responsables socialistes et syndicau (...)
  • 18 Le parti démocrate prendra le nom de parti libéral en 1957.
  • 19 Le parti indépendant, fondé par les catholiques en 1892, deviendra en 1926 le parti indépendant chr (...)

9A l’initiative du Comité d’Olten17, la grève générale fait descendre dans la rue environ 250 000 personnes, essentiellement en Suisse alémanique ; les revendications sont autant politiques que sociales et sont au nombre de neuf, parmi lesquelles la semaine de 48 heures, la création d’une assurance vieillesse et survivants, le renouvellement du Conseil national à la proportionnelle et le droit de vote et d’éligibilité des femmes. Concours de circonstance ou ironie de l’Histoire, c’est le 10 novembre que le Comité d’Olten lance son appel à la grève générale pour le 11 novembre à minuit, alors que retentit l’annonce de la signature de l’Armistice pour le 11 novembre 1918 à 5 h 15. Il est vraisemblable que l’annonce de cet événement de portée mondiale explique en partie pourquoi la grève est moins suivie en Suisse romande, et à Genève en particulier, où les sentiments pro-Alliés se sont largement exprimés durant tout le conflit ; mais l’influence des fortes tensions qui alourdissent le climat politique dans la cité lémanique ne saurait être écartée. Relayés par une presse conservatrice complaisante, les partis bourgeois accusent le Comité d’Olten – mais aussi la gauche et les syndicats – d’être à la solde de l’étranger, et plus particulièrement de l’Allemagne, voire d’être des suppôts du bolchevisme. La période est donc troublée d’un point de vue politique, et ce d’autant plus que les élections qui ont eu lieu à la veille de la grève générale, les 9 et 10 novembre, ont fait basculer la majorité au Conseil d’Etat : la domination radicale exercée depuis la révolution de 1846 disparaît au profit d’une majorité démocrate18 alliée aux partis indépendant19 et jeune radical. Ce renversement de majorité sera confirmé en 1919 lors des élections au Grand Conseil. C’est donc dans un canton à forte tendance conservatrice, inquiet face à la propagation des idées socialistes et peu ouvert aux revendications ouvrières que naît une Ecole d’études sociales pour femmes, qui se donne la mission de professionnaliser un champ qui relevait jusqu’alors de l’action caritative et bénévole : l’intervention sociale.

Les ambitions des fondateurs

10Les ambitions que nourrit Töndury à l’égard de l’école qu’il souhaite créer sont entièrement contenues dans deux phrases de son opuscule :

D’une part elle veut, par le moyen de cours complémentaires, donner aux femmes de toutes les parties de la Suisse l’occasion d’augmenter et d’approfondir leurs connaissances civiques et économiques ; d’autre part, sa tâche principale doit être de procurer à toutes celles qui se destinent à une activité sociale la possibilité d’acquérir, par des études scientifiques approfondies, une solide instruction professionnelle qui leur permettra d’avoir une activité indépendante pour le bien général, et d’occuper des situations supérieures. Enfin, elle voudrait devenir un centre scientifique pour tout le mouvement féminin et poursuivre, à côté de l’enseignement proprement dit, des buts spéciaux de recherches scientifiques, à l’instar d’autres écoles de hautes études. (Töndury, 1918, p. 9-10)

Une école pour femmes

  • 20 Source : Programme des cours du semestre d’hiver 1918/1919, p. 3.
  • 21 Nous reviendrons sur la place des élèves masculins dans le chapitre 5.

11L’ambition la plus importante portée par les fondateurs à l’égard de l’école est celle de contribuer à l’émancipation féminine, tant sur le plan professionnel que social, économique et civique. Dans les discussions préparatoires à l’ouverture de l’école, il n’a d’ailleurs jamais été fait mention de la place des hommes en tant qu’élèves, et les statuts de l’association créée pour la mettre en œuvre et la gérer mentionnent explicitement qu’il s’agit d’une école pour femmes ; il n’était donc pas dans l’intention des fondateurs d’ouvrir aux hommes la formation aux carrières sociales. Certes, le programme des cours du premier semestre 1918/1919 mentionne explicitement que « les hommes sont admis aux cours théoriques au même titre que les femmes »20, mais ils ne sont pas admis aux stages pratiques, nécessaires pour l’obtention du diplôme21.

12L’histoire du féminisme a été marquée au XIXe siècle par la création de nombreux comités, associations, ligues ou fédérations portant les revendications des femmes sur la place publique ; engagées dans l’action philanthropique de bienfaisance ou d’éducation, dans la défense contre l’exploitation des femmes – notamment dans le mouvement abolitionniste – ou dans la militance pour leurs droits civiques, les femmes les plus actives qui s’impliquent dans ces mouvements sont essentiellement bourgeoises et protestantes. Syndical, ouvrier, bourgeois ou confessionnel, ce mouvement associatif féminin est d’une remarquable vitalité : c’est ainsi qu’en 1893, le Conseil fédéral recense 5 695 associations féminines œuvrant dans les domaines de la pauvreté, de l’alcoolisme ou de la prostitution. Les associations suffragistes qui naissent en Suisse à l’aube du XXe siècle doivent faire face à une opposition conservatrice bourgeoise et essentiellement masculine, soutenue par des associations de femmes catholiques. De même que les personnes dont il s’est entouré pour créer cette école, Töndury estime qu’il faut accorder le droit de vote aux femmes, mais pour cela, il faut leur donner une instruction civique ouverte et non partisane, et il en fait un but pour l’école :

C’est ainsi que, malgré la guerre, le mouvement féministe a fait d’immenses progrès et que le droit de vote des femmes, entre autres réformes importantes, est à l’ordre du jour ; (…) Je n’y vois pas d’objections : le droit de vote a toujours été étroitement lié aux responsabilités économiques dont l’homme était chargé vis-à-vis de lui-même et de sa famille ; or, à une époque où la femme, dans le domaine économique, est devenue l’égale de l’homme, il est absurde de lui contester ce même droit (Töndury, 1918, p. 15-16).

13Nous verrons plus loin comment Töndury a su s’entourer de personnalités engagées dans le combat féministe suffragiste, concrétisant d’une certaine manière ce but assigné à l’école.

Une préparation morale

  • 22 Source : Rapport de la directrice, 1921-1922, p. 19.

14Le féminisme auquel se réfèrent les membres fondateurs de l’école est toutefois un féminisme « réformateur », majoritaire à cette époque, visant à l’amélioration de la condition féminine par étapes successives (obtention du droit de vote et de droits politiques, amélioration des salaires, etc.), et non un féminisme « égalitaire » plus offensif visant à l’égalité réelle et totale des sexes dans tous les domaines. Ce féminisme réformateur est imprégné par l’éthique protestante et porté par le christianisme social issu du mouvement du Réveil du XIXe siècle, qui donne une place importante à la dimension morale. Ce n’est donc pas seulement une éducation civique que l’école devra donner, mais aussi une éducation morale. Töndury fait état de sa conviction qu’il faut éveiller et développer le sens du devoir social de la femme ; devoir social dont l’accomplissement s’effectue au service de la collectivité, soit dans la gestion du ménage familial, soit dans une activité professionnelle dans laquelle elle pourra mettre en œuvre ses dons « naturels ». Il s’agit de développer et fortifier la vocation de la femme en lui donnant la possibilité non seulement d’exercer une profession « plus ou moins rémunératrice », mais aussi d’acquérir un jugement équilibré afin de pouvoir exprimer son opinion personnelle ; acquérir et diffuser un esprit social, c’est-à-dire intérioriser le sens de la justice sociale qui lui permettra de se distancer des manières anciennes de pratiquer la charité et de participer à la diffusion des mesures législatives liées à la prévoyance sociale22. En 1939, dans une brochure publiée à l’occasion du vingtième anniversaire de l’école, l’écrivain Noëlle Roger reprend cette intention de la préparation au service de la communauté : « […] il ne suf fit pas de désirer servir. Il faut que les femmes deviennent aptes pour le service » (Roger, 1939, p. 4). L’école entend donc assumer cette responsabilité de préparation morale des femmes, qu’elle considère comme nécessaire à l’exercice des nouvelles professions féminines.

L’ambition suisse

15Pendant et à l’issue de la Grande Guerre, la population helvétique est culturellement fortement divisée : le sentiment de cohésion nationale a volé en éclats et le gouvernement est accusé de germanophilie par la partie romande et latine du pays ; accusation renforcée par la nomination à la tête de l’armée du général Ulrich Wille, qui ne cache pas ses relations avec l’Empire germanique et l’admiration qu’il lui porte. De fait, alors que la partie germanophone du pays fait montre d’une inclination ouverte envers l’empire, les parties francophone et italienne se rangent publiquement du côté des puissances alliées. La presse joue un rôle important dans l’entretien et la propagation d’un sentiment de méfiance réciproque et la presse romande n’hésite pas à titrer sur le « fossé moral » qui divise les Suisses : l’idée d’un röstigraben est née.

16Dépasser les antagonismes qui divisent le pays, améliorer la cohésion nationale et renforcer le sentiment patriotique est aussi une ambition que Töndury fixe à l’école qu’il créée :

Nous espérons fermement qu’elle pourra rendre de précieux services à la patrie, car non seulement notre école créera un nouveau lien intercantonal propre à fortifier chez toutes celles qui la fréquenteront le sentiment suisse, mais encore elle travaillera à éveiller et à développer le sens du devoir social chez la femme (Töndury, 1918, p. 61).

  • 23 Article non daté.
  • 24 Avec un effectif minimal de 31 % en 1918-1919 et maximal de 43 % en 1928-1929.

17C’est l’une des raisons qui le conduit à constituer un comité de patronage de l’école, composé de personnalités provenant autant de Suisse romande que de Suisse alémanique. Relatant l’ouverture de l’école, la revue neuchâteloise Le Journal du bien public se fait l’écho de cette volonté de rapprocher les deux régions linguistiques : « Disons tout d’abord qu’il nous plaît que ce soit un des citoyens de l’antique Rhétie qui ait pris l’initiative d’un nouvel enseignement dans notre vieille et pédagogique cité. Il y a là un rapprochement de bon augure entre Suisse orientale et Suisse occidentale23. » C’est la raison pour laquelle le fondateur tient à la présence de l’adjectif suisse dans le nom de l’école : Ecole suisse d’études sociales pour femmes, et que les documents de propagande sont rédigés aussi bien en français qu’en allemand, de même que le papier à en-tête de l’école. Acquis à cette cause, le comité de direction mène plusieurs campagnes de propagande en Suisse alémanique afin d’y trouver de futures élèves ; ses opérations sont couronnées de succès puisque, dans la période 1918-1939, l’école accueille en moyenne 37 % d’élèves régulières suisses alémaniques24, et ce malgré l’existence d’une école similaire à Lucerne et à Zurich (dès 1920). Avec environ un autre tiers de son effectif provenant des cantons romands et seulement un tiers résidant à Genève, il n’est pas abusif d’affirmer qu’à ses débuts, l’Ecole suisse d’études sociales pour femmes possède bien une dimension nationale.

18Toutefois, pour des raisons administratives, le comité de direction propose à l’assemblée générale du 6 juillet 1918 de supprimer le terme suisse de la raison sociale de l’école afin de faciliter et accélérer son inscription au Registre du commerce : en effet, l’utilisation du terme suisse est soumise à autorisation et demander cette dernière retarderait l’inscription. Töndury souhaitait que cette ambition suisse se concrétise par une reprise de l’école par la Confédération et, en avril 1918, il avait fait part au comité de direction des échanges qu’il avait eu à ce propos avec le Président de la Confédération – par ailleurs chef du Département politique pour lequel Töndury œuvrait aussi – Félix Calonder (1863-1952) : ce dernier avait assuré l’école de son intérêt et de son souhait qu’une subvention fédérale puisse lui être octroyée, et avait suggéré que les démarches en vue de la reprise de l’école par la Confédération soient effectuées rapidement. Néanmoins, si la demande de subvention a bien été envoyée, les démarches en vue de la reprise de l’école par la Confédération restent inabouties et son destin national demeure inachevé ; seule subsiste l’ambition suisse, visible dans la composition de son comité de patronage et dans les effectifs des élèves.

L’ambition scientifique

19A l’encontre des intentions généralement affichées à l’égard de l’instruction et de la formation professionnelle des femmes – une femme instruite, mais pas une femme savante, comme le rappelle Philippe Schwed à propos de l’Ecole supérieure de jeunes filles (Schwed, 1997, p. 65) – Töndury fait part dans son opuscule d’une ambition scientifique élevée qu’il décline selon deux axes : l’un portant sur la recherche au service du mouvement féministe et l’autre sur la formation proprement dite.

20En effet, Töndury souhaite que l’école devienne un centre scientifique pour le mouvement féminin et conduise des enquêtes et des recherches propres à contribuer à « l’étude scientifique de toutes les questions concernant la position et l’activité de la femme » (Töndury, 1918, p. 55) ; la création de nombreux secrétariats et associations pour les intérêts féminins le conduit à penser que ces derniers auront besoin d’« un apport intellectuel considérable » que l’école sera en mesure de leur fournir. Il imagine même que l’école pourrait devenir une sorte d’office central sur les questions féminines. Cependant, malgré les nombreux contacts que l’école noue avec les associations féminines au fil des années, elle ne deviendra pas le centre scientifique sur les questions féminines attendu par son fondateur.

21Le second axe vise à offrir des études scientifiques approfondies aux femmes se destinant à une carrière sociale, basées sur une alternance entre la théorie et la pratique. Et c’est par cette articulation entre théorie et pratique que les fondateurs entendent se distinguer de l’Université, perçue comme une institution de recherche scientifique basée sur des enseignements uniquement théoriques. Les enseignements théoriques qui seront dispensés par l’école doivent être orientés sur la pratique professionnelle et s’enrichir mutuellement. Töndury ne se positionne toutefois pas en opposition à l’Université, mais affirme au contraire la complémentarité qu’il perçoit dans la coexistence des deux institutions :

La femme a lutté trop longtemps pour obtenir son admission à l’université et elle ne voudrait pas retourner en arrière en créant pour elle une institution qui poursuivrait les mêmes buts. Comme par le passé, l’université sera tout indiquée pour nos futures doctoresses, professeurs, avocates et femmes de lettres, et l’école projetée se gardera bien de lui faire concurrence (Töndury, 1918, p. 31).

22Il considère peu désirable d’introduire à l’Université des études professionnelles pour les professions féminines, en partie parce que cela imposerait des conditions d’admission plus élevées en termes de titres préalables, mais surtout parce qu’il estime que ces professions nécessitent un enseignement ancré dans la pratique professionnelle ; néanmoins, il reconnaît aussi la nécessité d’enseignements théoriques et pense à cet effet que l’Université pourra contribuer à donner à l’école « les bases scientifiques nécessaires à ses propres cours ». Il souhaite d’ailleurs inscrire dans le programme de l’école des cours universitaires qui correspondent aux buts qu’elle s’est fixés et imagine qu’elle pourrait en retour rendre service à l’Université dans ses recherches scientifiques, du fait de sa connaissance pratique du domaine de la question féminine. Se dessine ainsi dans son projet une sorte de division du travail concernant les études ouvertes aux femmes : à l’Université, une formation scientifique purement théorique et intellectuelle, à l’Ecole d’études sociales pour femmes une formation scientifique orientée sur la pratique professionnelle. Visionnaire, Töndury imagine déjà en 1918 le paysage des formations tertiaires de la fin du XXe siècle, avec la création des Hautes écoles spécialisées.

  • 25 Source : Rapport de la directrice à l’assemblée générale du 9 décembre 1922, p. 4.

23La conception de la formation alternant la théorie et la pratique est un trait commun à toutes les écoles de service social en ce début du XXe siècle et cette particularité est confirmée en juillet 1928, lors de la première Conférence internationale du service social : « Un programme parfait de formation sociale doit non seulement établir un juste équilibre entre le travail académique et le travail social, mais encore lier ces deux enseignements d’une façon étroite » (Conférence internationale du service social, 1929, p. 10). La question de la répartition entre études pratiques et études théoriques est une préoccupation récurrente dans les premières années de l’école, et s’il est possible pour les élèves de ne suivre que les cours théoriques, l’obtention du diplôme est assujettie à la réalisation et à la validation d’une année de stage pratique. Il importe au comité de direction de doter les élèves d’une méthode scientifique leur permettant d’observer la réalité de manière objective lorsqu’elles sont confrontées à la vie professionnelle. Dans son rapport d’activité de décembre 1922, la directrice Marguerite Beck confirme la nécessité d’une solide formation scientifique : les femmes « à qui on reproche généralement de ne pas juger objectivement les choses, ont besoin d’une méthode scientifique, pour ne pas se laisser guider par des idées préconçues ou se laisser emporter par une impression du moment, mais de chercher dans toute chose la vérité » ; cette formation théorique doit donc leur permettre de mieux percevoir la complexité des situations auxquelles elles sont confrontées et d’être « capables de lutter contre une certaine manière de faire la charité, qui est malheureusement encore trop répandue25 ».

24Une autre marque de l’ambition scientifique assignée à l’école est la nécessité, pour obtenir le diplôme, de rédiger un travail de diplôme, en plus de réussir les examens théoriques et de valider un stage pratique. Ce travail consiste en une recherche approfondie sur un problème social, le plus souvent basée sur une enquête de terrain, et dont le sujet présente un intérêt public. Les élèves sont accompagnées par un enseignant de l’école et, dans les premières années, le travail est évalué par la directrice et l’enseignant. Dès 1920, le travail est présenté en séance publique et si la réglementation concernant la réalisation de ce travail s’étoffe au fur et à mesure des années, le principe adopté dans le projet Töndury reste toujours valable aujourd’hui. La directrice considère que l’obligation de rédiger un travail de diplôme est très précieuse d’un point de vue pédagogique, car elle contraint l’élève à attester qu’elle possède « un jugement personnel et objectif » sur une problématique sociale, au-delà de la seule acquisition de connaissances théoriques et pratiques. Savoir écrire, savoir transmettre, se positionner de manière critique : autant d’objectifs qui restent actifs à l’heure actuelle dans les formations en travail social, mais qui étaient loin d’être courants à une époque où l’on considérait plus volontiers que la femme devait être guidée par l’homme dans ses opinions.

Sociologie du comité de patronage

25Après avoir présenté son projet de créer une Ecole d’études sociales pour femmes, Hans Töndury fédère autour de ce dernier un comité de patronage constitué de diverses personnalités, recrutées pour leurs compétences ou leur influence, et représentatives de la bourgeoisie genevoise, mais aussi helvétique, puisqu’on y trouve plusieurs personnalités suisses romandes et alémaniques. Constitué au printemps 1917, le comité de patronage est destiné à accompagner les premiers pas de l’école et à lui apporter une forme de caution intellectuelle et sociale qui se lit dans sa composition sociologique singulière : il est constitué d’universitaires – professeurs ou privat-docents, par ailleurs essentiellement des hommes –, de féministes – pour leur grande majorité des femmes actives dans les mouvements ou associations féministes –, mais aussi de protestants – dont la plupart sont, ou ont été, pasteurs ou ont suivi des études de théologie. Lors de l’assemblée générale constitutive de la Société de l’Ecole suisse d’études sociales pour femmes du 23 mars 1918, c’est du sein de ce comité de patronage que sont élus les membres du comité directeur de l’école, chargé de mettre en œuvre ce projet. En outre, certains membres du comité de patronage assumeront des charges d’enseignement dans les premières années de l’école.

26Quelques membres du comité de patronage

b_ Eugène Choisy

© Bibliothèque de Genève

c_ Emilie Gourd

© Schweizerisches Sozialarchiv

d_ Pauline Chaponnière-Chaix

© Collection privée

e_ Edouard Claparède

© Archives Institut Jean-Jacques Rousseau

f_ Pierre Bovet

© Archives Institut Jean-Jacques Rousseau

g_ Auguste De Morsier

© Schweizerisches Sozialarchiv

h_ Edouard Chapuisat

© Bibliothèque de Genève

i_ Alice Favre

© Archives Croix-Rouge genevoise

Des universitaires

27Hans Töndury, le fondateur, est une personnalité qui réunit les trois caractéristiques d’être universitaire, protestant et féministe. Né à Zurich en 1883, il est originaire de S-chanf en Engadine et est issu d’une famille protestante grisonne qui a contribué au développement de l’hôtellerie en Engadine au XIXe siècle ; son père a fait partie du corps diplomatique helvétique (viceconsul en Italie et consul au Portugal). En 1915, il quitte la Haute école des sciences commerciales (Handelshochschule) de Saint-Gall, où il enseigne, pour répondre à la proposition de l’Université de Genève de prendre la responsabilité de sa toute nouvelle chaire d’économie commerciale au sein de la Faculté des sciences économiques et sociales. En 1928, il est appelé par l’Université de Berne pour diriger la chaire d’Economie commerciale et politique, poste qu’il occupe jusqu’en 1934 ; il décède en 1938 des suites d’une longue maladie.

28A côté de sa carrière académique, il mène diverses missions diplomatiques pour le compte du Département politique fédéral, qui l’éloigneront temporairement de la gestion de l’Ecole ; il a ainsi été nommé chef du Service consulaire, qu’il a réorganisé, et a été délégué de la Confédération à diverses conférences économiques internationales, notamment à Gênes en 1922 (adoption du Gold Exchange Standard, « étalon-or ») et à La Haye. Il a en outre été chargé de gérer la question des intérêts des Suisses rapatriés de Russie, à la suite de la Révolution de 1917, et a présidé la Société coopérative de secours mutuels et de protection des intérêts suisses en Russie. Il quitte le Département politique fédéral en 1930. Il est par ailleurs fondateur de l’Association suisse des experts-comptables en 1913. Il assume la présidence du comité directeur de l’école de 1918 à 1929.

29Personnage actif, soucieux de la cohésion nationale mise à mal par la Grande Guerre, Töndury soutient publiquement le mouvement féministe et suffragiste ; il se déclare favorable à ce que les femmes prennent une place plus active dans le domaine politique et social et affirme que le vote féminin est une préoccupation d’actualité. Par la création de cette école, il souhaite ainsi contribuer à donner aux femmes une instruction civique leur permettant d’assumer leur rôle de citoyenne de manière éclairée. Ce faisant, il ouvre une perspective relativement novatrice pour l’époque, où la conception que l’on a du rôle de la femme réduit son activité à la sphère privée et occulte, voire condamne sa participation dans la sphère publique.

30Parmi les personnalités issues du microcosme universitaire, il est une autre cheville ouvrière de l’école : Eugène Choisy (1866-1965) ; docteur en théologie, professeur d’histoire ecclésiastique à la Faculté autonome de théologie de l’Université de Genève de 1909 à 1939, il est aussi le fondateur du Musée historique de la Réformation (1897) et de l’Institut des ministères féminins créé la même année que l’Ecole d’études sociales pour femmes. Cet institut a pour but de délivrer un certificat d’études bibliques permettant aux femmes de postuler à des emplois de catéchistes, de secrétaires de paroisse ou dans des sociétés missionnaires. Choisy considère d’ailleurs qu’il y a une certaine communauté d’intérêts entre les deux institutions :

  • 26 Source : Le Journal du bien public, non daté, 1918.

[…] l’Ecole suisse d’études sociales pour femmes touche à certaines activités des Ministères féminins, de sorte qu’on distingue entre les deux institutions une intention commune : instruire, éclairer, élever, discipliner la femme suisse, pour la rendre capable de collaborer avec l’homme à l’organisation d’une société meilleure26.

31Relevons encore qu’Eugène Choisy assumera la présidence de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse de 1930 à 1941. Elu vice-président du comité directeur de l’école de 1918 à 1933, il assume aussi temporairement la présidence de 1918 à 1920, suite au conflit opposant le fondateur à Emilie Gourd, et remplacera Hans Töndury de nombreuses fois lorsque ce dernier sera retenu à Berne par ses missions diplomatiques. Protestant, universitaire, engagé dans la formation professionnelle des femmes, Choisy est un auxiliaire précieux dans le développement de l’école et se montre soucieux d’une bonne collaboration au sein du comité directeur.

32Au sein du comité de patronage se trouvent aussi deux autres personnages importants du monde de la formation, promoteurs des sciences de l’éducation à Genève : Edouard Claparède (1873-1940) et Pierre Bovet (1878- 1965). Fondateur en 1912 de l’Ecole de sciences de l’éducation – Institut Jean-Jacques Rousseau, Claparède est professeur de psychologie à la Faculté des sciences de l’Université de Genève depuis 1908 et s’il ne siège pas au sein du comité directeur de l’école, il donnera un cours de psychologie au semestre d’été 1919 (Psychologie appliquée à la détermination des aptitudes). Quant au Neuchâtelois Bovet, après un doctorat en philosophie obtenu en 1902, il enseigne la philosophie et la pédagogie à l’Université de Neuchâtel jusqu’en 1912, lorsque Claparède l’appelle à Genève pour lui confier la direction de l’Institut Jean-Jacques Rousseau (qu’il assume seul jusqu’en 1932, puis en co-direction jusqu’en 1944). Nommé professeur de sciences de l’éducation et de pédagogie expérimentale à la Faculté des lettres de l’Université de Genève en 1919, il est aussi l’un des fondateurs et le premier directeur du Bureau international de l’éducation (1925-1929). Bovet est un membre actif du comité directeur de l’école de 1918 à 1920 et il y joue un rôle important dans la structuration du fonctionnement de l’école ; il y assure par ailleurs des enseignements de psychologie, de sciences de l’éducation et de pédagogie de 1919 à 1936.

33Hongrois et titulaire d’un doctorat en sciences politiques de l’Université de Budapest, André de Maday (1877-1958) est un autre membre éminent du comité de patronage. Arrivé à Genève en 1906, il est nommé privat-docent au sein de la Faculté des lettres pour y enseigner la sociologie et sera titulaire de la chaire de sociologie créée en 1908 ; il quitte Genève en 1911 pour Neuchâtel, où il est nommé professeur extraordinaire de sociologie et d’économie à la Faculté de droit de l’Université. Naturalisé suisse, il reçoit en 1914 la bourgeoisie de Neuchâtel et est nommé professeur ordinaire en 1917. Membre de l’Institut international de bibliographie de Bruxelles depuis 1908, Maday est engagé à Genève en 1923 par le Bureau international du travail pour organiser sa bibliothèque, fonction qu’il assume jusqu’en 1934. Ses publications témoignent de ses centres d’intérêt : féminisme, pacifisme, droits de l’homme, législation sociale, question ouvrière, philosophie du droit. Il montre une grande fidélité à l’école en y enseignant, alternativement, la sociologie et la législation sociale de 1918 à 1950 et assume la direction des travaux pratiques, ainsi que la direction de nombreux travaux de fin d’études.

  • 27 Corporation de droit public créée en 1853, régie par une loi cantonale, ayant pour but l’encouragem (...)

34Mentionnons aussi Eugène Pittard (1867-1962), initiateur et titulaire de la chaire d’anthropologie créée à Genève en 1916 et fondateur, en 1901, du Musée d’ethnographie de la Ville de Genève, dont il sera le conservateur en 1910 et le directeur de 1935 à 1952. Pittard donnera à l’école un enseignement sur l’histoire de la famille. Relevons encore la présence au sein du comité de patronage de Bernard Bouvier (1861-1941), professeur ordinaire de langue et littérature allemandes, fondateur en 1891 du Séminaire de français moderne, titulaire de la chaire de littérature française de 1895 à 1924 et qui fut recteur de l’Université de 1906 à 1908. Ou encore Georges Fazy (1846-1924), avocat et professeur de droit public fédéral à l’Université, membre de l’Institut national genevois27, qu’il représente au sein du comité de patronage, aux côtés d’Otto Karmin (1882-1920), privat-docent à l’Université de Genève, militant anarchiste et secrétaire du Bureau international de la Libre Pensée durant la Première Guerre mondiale. Relevons enfin la présence de Charles Waegeli (1876- ?), gynécologue et privat-docent à la Faculté de médecine de l’Université de Genève, qui siégera au sein du comité directeur de 1918 à 1946 et donnera des cours d’hygiène de la femme de 1918 à 1939 ; ainsi que celle de René Guisan (1874-1934), Vaudois qui suivit des études de théologie à Lausanne et dirigea l’Ecole Vinet (école secondaire pour jeunes filles) à Lausanne de 1908 à 1917, avant d’être nommé professeur d’exégèse du Nouveau Testament à la Faculté libre de Lausanne dès 1918 et à la Faculté de l’Eglise nationale protestante de l’Université de Lausanne dès 1928.

35Un trait reliant la majorité de ces personnages du monde universitaire tient à leur faculté d’initiative et à leur engagement dans des projets novateurs : écoles, chaires d’université, institutions. Leur présence dans la liste du comité de patronage de l’Ecole d’études sociales pour femmes apparaît comme un soutien significatif à un projet digne d’intérêt.

L’inspiration féministe

  • 28 Source : Dictionnaire historique de la Suisse. Pour rappel, l’école de Lucerne est créée la même an (...)

36Une particularité de la composition du comité de patronage est sa représentation féminine et féministe : en effet, près de la moitié de ses membres (15 sur 37) sont des femmes, majoritairement engagées dans l’action publique en faveur des idées féministes, apportant ainsi une caution de fait aux idées émancipatrices énoncées par le fondateur de l’école. L’engagement pour la cause féministe, et plus particulièrement pour le droit de vote des femmes, est clairement affirmé par Töndury dans son projet et donne à ce dernier une teinte tout à fait spécifique qui ne se retrouvera pas dans les intentions de la fondatrice de la Sozial-Caritative Frauenschule de Lucerne, Maria Crönlein, qui est réputée pour être une farouche adversaire du suffrage féminin28. De par leur notoriété ou leur activisme affiché, certaines de ces femmes ont non seulement marqué l’histoire du féminisme, mais aussi imprégné profondément les racines de l’Ecole d’études sociales pour femmes. C’est notamment le cas de Pauline Chaponnière-Chaix, d’Emilie Gourd et de Nelly Schreiber-Favre.

  • 29 Prémices de l’école maternelle ; à l’origine, structures d’accueil destinées aux enfants de deux à (...)

37Pauline Chaponnière-Chaix (1850-1934) est une protestante genevoise qui a vécu en France après son mariage et jusqu’en 1893. Veuve en 1878, elle se consacre alors à des activités sociales et féministes ; elle s’engage comme diaconesse dans une salle d’asile pour enfants29, puis dans une prison pour femmes dans le Nord de la France avant de prendre la direction d’une maison pour jeunes filles protestantes à Versailles. Revenue à Genève, elle s’engage dans des associations féministes qu’elle préside durant plusieurs années, telles l’Union des femmes de Genève et l’Alliance des sociétés féminines suisses. En 1921, elle préside le deuxième congrès des intérêts féminins qui se tient à Berne et sera vice-présidente du Comité international de la Croix-Rouge de 1930 à 1932. Elle siège au sein du comité de direction de l’Ecole de mars à juin 1918.

  • 30 Emilie Gourd signale cette influence décisive dans l’article qu’elle rédige en sa mémoire à l’occas (...)
  • 31 Rebaptisé dans les années 1960 Femmes suisses, le journal paraît depuis 2001 sous le nom L’EmiliE.

38Issue de la grande bourgeoisie protestante genevoise, Emilie Gourd (1879- 1946) a suivi en auditrice des cours à la Faculté des lettres de l’Université et aurait pu se destiner à l’enseignement ; mais de son propre aveu30, sa rencontre en 1909 avec Auguste de Morsier (cf. infra), alors président de l’association genevoise pour le suffrage féminin, jouera un rôle déterminant dans l’orientation militante qu’elle donnera à sa vie. Sa prise de conscience de la question du suffrage féminin la conduit à s’engager activement au sein de l’association genevoise, puis de l’Association suisse pour le suffrage féminin ; elle assume d’ailleurs la présidence de ces deux associations pendant plusieurs années. En 1912, Emilie Gourd fonde un journal, Le Mouvement féministe31, qui se veut l’organe officiel des publications de l’Alliance nationale des sociétés féminines suisses et qu’elle dirigera jusqu’à la fin de sa vie. Entre autres associations, elle préside l’Ouvroir de l’union des femmes de Genève (1914-1946) et la section genevoise du Cartel d’hygiène sociale et morale (1920-1946) ; mais elle s’engage aussi sur le plan international et devient secrétaire de l’Alliance internationale pour le suffrage féminin en 1923. Dès les débuts de l’école, elle est une membre très active du comité de patronage et du comité de direction, dont elle assume la vice-présidence jusqu’en novembre 1918, période où elle démissionne du comité à la suite du conflit qui l’oppose à Hans Töndury. Elle acceptera cependant de donner aux élèves un certain nombre de conférences sur le mouvement féministe et le suffrage féminin, ainsi que plus tard un cours régulier sur le mouvement féministe.

39Première femme admise – sur dérogation – à la Faculté de droit de l’Université de Genève, Nelly Schreiber-Favre (1879-1977) y obtient sa licence en 1903 et se voit refuser son admission au barreau de Genève, les femmes n’ayant pas alors de droits civiques ; combative et soutenue par le doyen de la Faculté, elle insiste et sa détermination conduit le Grand Conseil à modifier sa législation en la matière : elle devient ainsi en 1906 la première femme avocate de Suisse romande. Elle s’engage notamment en faveur d’un traitement différencié de la délinquance des mineurs et des adultes, qui débouchera en 1913 sur la création à Genève de la première Chambre pénale de l’enfance. Elle sera par ailleurs cofondatrice et première présidente de l’Association suisse des femmes universitaires (1924). Nelly Schreiber-Favre est membre du comité de direction de l’Ecole de mars à novembre 1918, dont elle démissionne par solidarité avec Emilie Gourd lors du conflit l’opposant à Töndury ; elle accepte toutefois de donner un cours d’instruction civique durant l’année 1918-1919 et, plus tard, un cours de droit civil et un cours de droit des obligations.

40Fille d’Auguste de Morsier, Valérie Chenevard-de Morsier (1891-1977) est membre du comité de patronage de l’école. Licenciée en sciences sociales de l’Université de Genève en 1915, elle suit les traces de son père et de sa grand-mère Emilie, fonde en 1917 le Secrétariat des intérêts féminins de Genève et adhère à l’Alliance de sociétés féminines suisses ; elle participe avec Nelly Schreiber-Favre à la fondation de l’Association suisse des femmes universitaires. De 1919 à 1923, elle donne à l’école des enseignements en lien avec la question féminine et le mouvement féminin (Questions sociales relatives à l’enfant ; Les organisations féminines ; Le mouvement féminin ; Questions sociales concernant les intérêts féminins).

  • 32 Mouvement social né en France en 1902 à l’initiative de Jean Brunhes (1862-1930) et de son épouse H (...)

41Bernoise d’origine, Emma Pieczynska-Reichenbach (1854-1927) divorce de son mari polonais après dix années de mariage et suit alors des études de médecine à Genève et à Berne ; c’est dans cette dernière ville qu’elle rencontre en 1891 Hélène von Mülinen (1850-1924), avec laquelle elle fonde en 1900 l’Alliance de sociétés féminines suisses. Elle est par ailleurs à l’origine de la création de l’Union des femmes de Genève (1891) et, suite à sa rencontre avec Joséphine Butler, elle rejoint la Fédération abolitionniste internationale dont elle sera membre du comité. En 1906, elle participe en outre à la création et à l’organisation en Suisse de la Ligue sociale des acheteurs32. Portée par le christianisme social, ses préoccupations s’orientent sur l’éducation civique de la femme et l’éducation maternelle, et le soutien qu’elle apporte à la création de l’école en adhérant au comité de patronage participe de cet engagement.

42Signe de la volonté du fondateur de rassembler les soutiens sur l’ensemble du territoire helvétique, signalons la présence de Lucy Dutoit (1868-1937), enseignante d’allemand à l’Ecole Vinet à Lausanne, cofondatrice et présidente (1916-1932) de l’Association vaudoise pour le suffrage féminin ; par ailleurs cofondatrice de l’Association suisse pour le suffrage féminin, elle retrouve au sein du comité de patronage Emilie Gourd, qu’elle a accompagnée dans la création du journal Le Mouvement féministe. Neuchâteloise, Emma Porret (1879-1943) est licenciée en lettres de l’Université de Neuchâtel et institutrice, active dans les mouvements féminins et correspondante régulière du journal Le Mouvement féministe. De son côté, la Bernoise Emma Graf (1865-1926) est elle aussi institutrice et préside l’Association suisse des institutrices où elle s’engage pour l’égalité juridique et économique de ces dernières ; elle adhère à l’Association bernoise pour le suffrage féminin et est par ailleurs fondatrice et rédactrice de l’Annuaire des femmes suisses, créé en 1915. Pour sa part, Jeanne Meyer (1864-1927) est présidente de l’Union des femmes de Genève, qu’elle représente au sein du comité de patronage. Mme Henry Lotz (1859-1931) y représente la section genevoise de la Société d’utilité publique des femmes suisses et est par ailleurs membre de l’Union des femmes de Genève et de l’Association pour le suffrage féminin ; elle sera membre du comité du foyer de l’école. Enfin, le comité de patronage comprend encore deux femmes saint-galloises : Berta Bünzli (1874-1951), institutrice et présidente de l’Association saint-galloise pour la protection de l’enfance et des femmes, et Frida Imboden (1877-1962), médecin qui a œuvré pour la réduction de la mortalité infantile dans son canton ; elle est en outre fondatrice de la Société de puériculture, qu’elle préside de 1910 à 1942, et co-fondatrice en 1912 de Pro Juventute, dont elle sera membre du conseil de fondation.

43Ce qui relie toutes ces femmes, c’est non seulement le soutien moral qu’elles apportent à la cause féministe, mais aussi leur engagement effectif avec prise de responsabilité dans des associations et comités qui y sont liés, et pour plusieurs d’entre elles leur prise de parole publique comme collaboratrices occasionnelles ou régulières au journal Le Mouvement féministe. A l’évidence, les positions prises par Töndury à l’égard du mouvement féministe et suffragiste et son intention de voir son projet d’école participer à la concrétisation de l’émancipation des femmes sur les plans politique, social et économique ont su trouver en elles un réel appui.

Une communauté bourgeoise et protestante

44L’appartenance à la communauté bourgeoise et protestante, notamment de Genève, est une caractéristique qui fédère la majorité des membres du comité de patronage ; en effet, à l’exception d’une personne catholique, une personne athée et deux personnes dont nous ne connaissons pas exactement l’appartenance confessionnelle, toutes les autres personnes figurant sur la liste des membres du comité de patronage publiée dans le document publicitaire annonçant la création de l’école sont protestantes. Cette composition confirme dans les faits, et ce dès la création de l’école, la prise de position que prendra en 1950 le comité de direction quant à son essence chrétienne et protestante (cf. chapitre 4). Mais au-delà de l’appartenance au microcosme universitaire ou à la communauté féministe déjà signalée, l’appartenance protestante se conjugue avec une position sociale bourgeoise qui nous autorise à parler de notables. Ainsi en va-t-il des théologiens Choisy et Guisan, des universitaires et des féministes dont nous venons de parler.

  • 33 Membre du Comité exécutif de la Fédération abolitionniste internationale dès sa création en 1875 à (...)
  • 34 Pour ne rester que dans l’environnement de la famille de Morsier, la belle-sœur du père d’Eugène Ch (...)

45Il est un autre personnage, issu de cette communauté bourgeoise protestante qui, bien que discret, se montre très actif dans les mouvements pacifistes et féministes et qui apporte son soutien à la création de l’école : Auguste de Morsier (1864-1923). Fils de la philanthrope et féministe Emilie de Morsier (1843-1896)33, ingénieur de formation, il abandonne son métier pour se consacrer à des activités journalistiques, politiques et philanthropiques. C’est ainsi qu’il poursuit activement le combat de sa mère au sein de la Fédération abolitionniste internationale et, comme Töndury, milite en faveur du suffrage féminin. Il est à l’origine de la création de l’Association genevoise pour le suffrage féminin en 1907, ainsi que de l’Association suisse pour le suffrage féminin, fondée en 1909 ; il assume pour un temps la présidence de l’une et de l’autre. Il soutient Emilie Gourd dans la création de son journal Le Mouvement féministe, participe activement à son comité et y publie de nombreux articles. Il est par ailleurs membre de la Société genevoise d’utilité publique dès 1904 et la préside de 1911 à 1913 ; élu au Grand Conseil en 1906, il y représente le parti dont il est cofondateur, le parti Groupe national, d’inspiration chrétienne sociale. Relevons encore qu’en 1889, Morsier épouse en premières noces Blanche Claparède, la sœur d’Edouard, dont nous avons vu qu’il est lui aussi membre du comité de patronage ; nous avons par ailleurs signalé plus haut le fait que sa fille Valérie est elle aussi membre du comité de patronage. La mention de ces liens de parenté met en évidence le fait que la création de l’école n’est pas étrangère à l’activation des réseaux familiaux et relationnels des protagonistes34.

46Parmi les notables protestants du comité de patronage, signalons également la présence de César Droin (1871-1963), avocat et député démocrate au Grand Conseil, dont le fils Jules (1898-1979) épousera Emilie de Morsier, l’une des filles d’Auguste ; César Droin donne un cours de droit civil lors des premières années de l’école et Jules Droin, médecin, est membre fondateur du Cartel genevois d’hygiène sociale et morale. Mentionnons aussi la présence des pasteurs Louis Maystre et Paul Walter, époux de Marie Walter dont nous avons parlé à propos du conflit initial qui a marqué la création de l’école (voir l’introduction) ; Paul Walter assumera jusqu’au semestre d’été 1921 des enseignements portant sur la sténographie allemande, la prévoyance sociale en Suisse allemande, ainsi que sur des exercices pratiques d’allemand. Remarquons encore la présence des députés démocrates Paul Pictet (1862-1947), fondateur du journal La Suisse, et Edouard Chapuisat (1874-1955), directeur du Journal de Genève, – dont il sera à nouveau fait mention plus loin à propos de la maison à Malagnou – et encore de Louis Roux (1847-1930), président de l’Association des intérêts de Genève. Relevons enfin la présence du banquier Guillaume Fatio (1865- 1958), qui assumera la charge de vérificateur des comptes de l’association de l’école jusqu’en 1935, du pasteur et professeur de théologie neuchâtelois James Paris (1870-1940), de l’avocat Auguste Blondel (1854-1922), qui représente la Société des arts de Genève, ainsi que celle de deux femmes : Alice Favre (1851-1929), présidente de la Croix-Rouge genevoise durant la Grande Guerre, et Charlotte Naville-Neher (1855-1929), épouse de Gustave Naville, président du conseil d’administration, puis directeur général d’Aluminium Industrie AG (qui deviendra Alusuisse en 1963).

  • 35 Parti qui prendra le nom de parti libéral en 1957.

47La sensibilité politique de chacun des membres masculins du comité de patronage n’est pas de notoriété publique et nous ne savons notamment rien de celle de Töndury. Toutefois, sur les vingt-deux hommes de ce comité, près de la moitié ont exercé des mandats politiques communaux ou cantonaux et il apparaît que la moitié d’entre eux étaient membres du parti démocratique35 et deux du parti radical ; seul Guillaume Fatio est connu pour être sans étiquette et André de Maday comme étant proche du parti radical, sans pour autant y être officiellement affilié. A son origine, l’école est donc soutenue majoritairement par des personnalités de sensibilité libérale.

48Un dernier élément socio-démographique caractérisant le comité de patronage de l’école est sa relative jeunesse ; en effet, sur trente-trois membres du comité dont nous connaissons la date de naissance, plus de 60 % sont âgés de quarante à soixante ans en 1918 et se trouvent donc dans la force de l’âge ; 42 % sont âgés de moins de 45 ans. Une minorité (sept personnes) est âgée de moins de quarante ans, dont Hans Töndury et Emilie Gourd, alors qu’une autre minorité (sept personnes) est âgée de plus de soixante ans, dont Pauline Chaponnière-Chaix et Georges Fazy. Il est donc possible d’affirmer que ce projet d’ouvrir une Ecole d’études sociales pour femmes n’est pas soutenu par de jeunes rêveurs idéalistes, mais par des personnes matures possédant une certaine assise sociale et intellectuelle.

Notes

9 Une première tentative a lieu en 1843, mais est compromise par l’hostilité qu’elle suscite chez les ouvriers horlogers.

10 Ecole pour l’enseignement professionnel des jeunes filles, ouverte en 1885 par des membres de la Société genevoise d’utilité publique ; Ecole professionnelle de confection et de lingerie, ouverte en 1895 à l’initiative de l’Union des femmes ; Ecole professionnelle pour l’industrie du vêtement, ouverte en 1889 par le pasteur et philanthrope Henri Roehrich.

11 Installation provisoire dans les locaux de l’Ecole supérieure de jeunes filles ; elle déménagera en 1901 dans un nouveau bâtiment dédié à la rue Lissignol.

12 Cette appellation ne lui sera donnée qu’en 1940, le nom originel étant Ecole secondaire de jeunes filles, devenu Ecole secondaire et supérieure de jeunes filles en 1856.

13 Rappelons que dans la plupart des facultés, l’accès est conditionné à l’exigence du latin ; or ce dernier n’est pas enseigné à l’Ecole supérieure de jeunes filles jusqu’en 1909 (et encore, à cette époque, de manière facultative).

14 Les initiatrices de ce cours sont Maria Fierz (1878-1956) et Mentona Moser (1874-1971) ; la durée des cours était de 6 mois.

15 Ecole d’obédience catholique fondée par Maria Crönlein (1883-1843), qui la dirige jusqu’en 1943.

16 Notons toutefois qu’il existe à Fribourg une école de formation aux œuvres sociales, fondée par l’Association catholique suisse des œuvres de la jeune fille, rattachée en 1919 à l’Institut des hautes études de Fribourg, dirigé par des religieuses dominicaines. La formation dure une année et le diplôme est reconnu par le Département de l’instruction publique fribourgeois. Néanmoins, cette école a dû cesser ses activités en 1925, faute d’inscriptions. Source : Beck, M., (1925), La formation en Suisse du personnel de prévoyance sociale en faveur de l’enfance et de l’adolescence. Genève : 1er Congrès général de l’Enfant, Document 143.

17 Comité d’action créé le 4 février 1918 à Olten, réunissant des responsables socialistes et syndicaux, pour porter les revendications ouvrières et dont l’élément fondateur est l’opposition au projet du Conseil fédéral de créer un service civil obligatoire.

18 Le parti démocrate prendra le nom de parti libéral en 1957.

19 Le parti indépendant, fondé par les catholiques en 1892, deviendra en 1926 le parti indépendant chrétien-social, puis en 1971 le parti démocrate-chrétien.

20 Source : Programme des cours du semestre d’hiver 1918/1919, p. 3.

21 Nous reviendrons sur la place des élèves masculins dans le chapitre 5.

22 Source : Rapport de la directrice, 1921-1922, p. 19.

23 Article non daté.

24 Avec un effectif minimal de 31 % en 1918-1919 et maximal de 43 % en 1928-1929.

25 Source : Rapport de la directrice à l’assemblée générale du 9 décembre 1922, p. 4.

26 Source : Le Journal du bien public, non daté, 1918.

27 Corporation de droit public créée en 1853, régie par une loi cantonale, ayant pour but l’encouragement et le progrès des sciences, des lettres, des beaux-arts, de l’industrie, du commerce et de l’agriculture.

28 Source : Dictionnaire historique de la Suisse. Pour rappel, l’école de Lucerne est créée la même année que celle de Genève.

29 Prémices de l’école maternelle ; à l’origine, structures d’accueil destinées aux enfants de deux à six ans de la classe ouvrière avec une mission d’assistance et d’éducation. La première salle d’asile ouvre à Paris en 1826 sous l’impulsion de la philanthrope Emilie Mallet-Oberkampf (1794-1856), sur le modèle anglais des Infants Schools.

30 Emilie Gourd signale cette influence décisive dans l’article qu’elle rédige en sa mémoire à l’occasion du décès d’Auguste de Morsier (Le Mouvement féministe, n° 176, 14 décembre 1923).

31 Rebaptisé dans les années 1960 Femmes suisses, le journal paraît depuis 2001 sous le nom L’EmiliE.

32 Mouvement social né en France en 1902 à l’initiative de Jean Brunhes (1862-1930) et de son épouse Henriette Brunhes-Hoskier (1872-1914), visant à éveiller la responsabilité sociale du consommateur par des achats éclairés portés par le souci des conditions de travail de leur production.

33 Membre du Comité exécutif de la Fédération abolitionniste internationale dès sa création en 1875 à Genève ; cette fédération a été créée par Joséphine Butler (1828-1906) dans le but de lutter contre la prostitution réglementée et pour son abolition. Emilie de Morsier sera très active dans cette cause à Paris, où elle réside.

34 Pour ne rester que dans l’environnement de la famille de Morsier, la belle-sœur du père d’Eugène Choisy, Albertine Picot (1847-1912) a épousé un Morsier, Louis-Adolphe (1838-1896) ; de plus, Hélène de Morsier, née Turettini et épouse de Gaston, fils de Louis-Adolphe et cousin germain d’Auguste, sera membre du comité de direction de l’Ecole de 1928 à 1930. Jeanne-Marie de Morsier (1899-1969), fille de Gaston, diplômée de l’école en 1928 et fondatrice du journal des anciennes élèves Le Trait d’union, sera membre du comité de direction de 1934 à 1942 ; enfin, Emilie de Morsier (1898-1994), fille d’Auguste et épouse de Jules Droin, donnera des cours à l’école ; un de leur fils, Jean-Marc Droin (1927-), pasteur et directeur du Centre social protestant, sera président du comité de direction de l’école de 1976 à 1979.

35 Parti qui prendra le nom de parti libéral en 1957.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/4722/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende a_ Hans Töndury
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/4722/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 6,1k
Légende b_ Eugène Choisy
Crédits © Bibliothèque de Genève
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/4722/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 5,5k
Légende c_ Emilie Gourd
Crédits © Schweizerisches Sozialarchiv
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/4722/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 7,1k
Légende d_ Pauline Chaponnière-Chaix
Crédits © Collection privée
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/4722/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 5,1k
Légende e_ Edouard Claparède
Crédits © Archives Institut Jean-Jacques Rousseau
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/4722/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 6,9k
Légende f_ Pierre Bovet
Crédits © Archives Institut Jean-Jacques Rousseau
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/4722/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 7,5k
Légende g_ Auguste De Morsier
Crédits © Schweizerisches Sozialarchiv
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/4722/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 4,9k
Légende h_ Edouard Chapuisat
Crédits © Bibliothèque de Genève
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/4722/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 5,9k
Légende i_ Alice Favre
Crédits © Archives Croix-Rouge genevoise
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/4722/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 7,0k

© Éditions ies, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search