Version classiqueVersion mobile

Une école de son temps

 | 
Didier Cattin

Introduction

Texte intégral

1 2018 marque une borne significative dans le temps pour de nombreuses raisons : centenaire de la fin de la Grande Guerre, centenaire de la grève générale en Suisse (la seule !), centenaire de la pandémie de grippe espagnole, centenaire de la naissance d’Ingmar Bergman et de Leonard Bernstein, centenaire du décès de Guillaume Apollinaire, de Ferdinand Hodler et de Georg Simmel, ou encore le centenaire de la création de l’Orchestre de la Suisse romande ; c’est aussi le cinquantenaire des révoltes étudiantes de Mai 68, de la signature du traité de non-prolifération des armes nucléaires, le cinquantenaire du Printemps de Prague et de la création de la Déclaration de Berne, le cinquantenaire de l’assassinat de Martin Luther King et de Robert Kennedy. Mais c’est aussi une borne significative dans l’histoire de l’actuelle Haute école de travail social de Genève, une institution de formation dédiée au travail social qui célèbre le centenaire de sa création. Or, la première chose qui frappe lorsqu’on se plonge dans les archives de cette institution, c’est la fragilité patente à partir de laquelle elle a façonné son histoire et sa longévité. En effet, dès ses débuts, tous les éléments sont réunis pour que ce projet de création d’une école sociale pour femmes fasse long feu.

Une ouverture contrariée

2Le 6 mai 1918, jour annoncé de l’ouverture de l’Ecole suisse d’études sociales pour femmes, seules six personnes – dont quatre seulement envisagent de s’inscrire comme élèves régulières – se présentent à la réunion organisée avec les professeurs pour fixer les horaires des cours. Une cérémonie officielle d’ouverture avec discours, prestation musicale et une conférence sur les langues nationales a lieu ; néanmoins, la décision est alors prise d’ajourner le début des cours au vu du nombre insuffisant d’élèves potentielles. Ainsi l’histoire de l’école commence-t-elle par un évènement compromettant son avènement.

  • 1 Source : PV du comité directeur du 11.05.1918 et du 14.09.1918.
  • 2 Plus meurtrière que la Grande Guerre, elle fait entre 20 et 40 millions de morts sur l’ensemble de (...)

3Dans ses travaux préparatoires au lancement de l’école, le comité directeur de l’Association de l’Ecole d’études sociales pour femmes avait prévu l’organisation d’un cours de vacances en juillet 1918, et comptait alors sur ce dernier pour officialiser l’ouverture de l’école. Malheureusement, faute d’inscriptions, il se voit contraint de reporter une seconde fois le lancement des cours ; six personnes seulement se sont inscrites, alors qu’il y a eu plus d’une centaine de demandes du programme1. La malchance semble jouer contre la mise en place de l’école, puisque nous sommes ici au début de la pandémie de grippe espagnole, qui se déclare en juillet 1918 et durera jusqu’en juin 1919 ; la gravité de cette dernière2 explique certainement en partie le peu d’inscriptions reçues pour les cours d’été. Cependant, ne souhaitant pas renoncer à son projet, le comité directeur décide de fixer une nouvelle date pour l’ouverture de l’école au 22 octobre 1918, avec le début des cours le 23 octobre.

La première crise

4Dans l’intervalle, se noue au sein du comité directeur le premier conflit, qui débouche sur une crise majeure mettant, elle aussi, en péril l’avenir de l’école. Ce conflit oppose la vice-présidente, Emilie Gourd, au président de l’association, Hans Töndury et à la directrice, Marie Walter ; bien qu’il se traduise par un conflit de personnes conduisant la vice-présidente à démissionner du comité, il tient sa source dans la gestion financière de l’association. Depuis la création de celle-ci, le président Töndury apporte une grande insistance à la recherche de fonds pour alimenter les caisses de l’école en phase de création et lance de coûteuses campagnes publicitaires en Suisse romande et en Suisse alémanique pour lever des fonds, grevant de ce fait les maigres ressources de l’association. Lors de l’assemblée générale du 6 juillet 1918, Emilie Gourd s’élève publiquement contre cet attachement du président à trouver de l’argent : il lui paraît plus urgent de chercher des élèves que des donateurs ; elle conteste explicitement la dépense de CHF 4 000.- engagée à l’insu du comité par le président pour la publication d’une brochure d’information. Par ailleurs, à deux reprises, lors des séances du comité du 18 juin 1918 et du 14 septembre 1918, elle est intervenue pour réclamer la nomination d’un trésorier régulier, cette tâche étant assumée jusqu’ici par la directrice. Ce faisant, Emilie Gourd met le doigt sur une anomalie majeure dans le fonctionnement de l’association : en effet, Marie Walter fait partie du comité directeur en tant que trésorière et s’est proposée pour assumer la fonction de directrice de l’école lors de la démission de la titulaire pour raisons de santé ; mais elle a conservé son statut de membre du comité et sa fonction de trésorière.

  • 3 Ammon, op.cit., p. 17.
  • 4 Pour mémoire, cette ouverture a déjà été reportée le 6 mai 1918 et en juillet 1918 (cours de vacanc (...)
  • 5 Source : PV du comité du 19.10.2018.

5La crise s’intensifie lors de la séance du comité du 19 octobre 1918 : constatant que la directrice a refusé d’inscrire à l’ordre du jour la situation financière et qu’elle n’a pas établi l’état financier de l’association qui lui avait été demandé lors de la précédente séance, Emilie Gourd demande la convocation d’une séance extraordinaire du comité avant l’ouverture de l’école, prévue le 22 octobre, et déclare, « au nom de [sa] loyauté envers le public », refuser de conserver la vice-présidence tant que cette situation n’aura pas été examinée. Cette séance est convoquée le 22 octobre à 11h, soit après la nouvelle ouverture officielle de l’école, fixée à 09h. Par ailleurs, le maintien de cette ouverture fait aussi l’objet d’une discussion fournie lors de cette séance du 19 octobre ; en effet, nous sommes en pleine recrudescence de la grippe espagnole et le 11 octobre 1918, le Département de l’instruction publique a pris la décision de fermer les écoles3. L’Université n’ayant pas encore rendue publique sa décision quant à l’ouverture du semestre, certains membres du comité estiment qu’il y aura lieu de se rallier à la position de cette dernière si elle décide de la repousser. Cependant, certains membres du comité font état de leur crainte qu’un troisième report du lancement de l’école ne lui soit fatal4 et proposent, malgré la situation sanitaire du canton et l’état des finances de l’école, de maintenir la séance inaugurale du 22 octobre 1918 ; ils relèvent par ailleurs qu’il y a, cette fois-ci, vingt-cinq inscriptions et suggèrent que les cours ne débutent que le 23 octobre, afin de permettre aux élèves n’arrivant que le mardi de pouvoir rencontrer la directrice5. La décision de maintenir l’inauguration de l’école le lundi 22 octobre est adoptée. Nous pouvons donc considérer que cette date correspond à celle de l’ouverture effective de l’Ecole d’études sociales pour femmes.

Les premières démissions

6Tout danger concernant l’existence de l’école n’est cependant pas écarté et la séance extraordinaire du comité convoquée le 22 octobre à 11h n’a permis d’éviter que de justesse de mettre un terme à ce projet ambitieux d’offrir une nouvelle formation professionnelle supérieure aux femmes. Alors qu’il était provisoirement en congé du comité pour assumer une mission diplomatique à Berne, le président Töndury est présent à cette séance et annonce son intention de reprendre pleinement la présidence qu’il avait confiée à Emilie Gourd. Faisant état du récit qui lui a été donné des dernières séances et des accusations qui auraient été portées contre sa gestion financière, il estime de son devoir d’être présent au moment où se joue l’existence de l’école ; il ouvre le débat, qui tourne rapidement au procès d’Emilie Gourd, accusée d’usurpation de pouvoir et de vouloir du mal à l’école. Pierre Bovet, directeur de l’Institut Jean-Jacques Rousseau, demande alors la lecture du procès-verbal de la séance du 19 octobre 1918 dans le but de permettre au président de corriger sa perception quant à la teneur de cette séance ; néanmoins, Hans Töndury persiste dans sa lecture des évènements qui lui ont été rapportés, soutenu en cela par Marie Walter. Considérant les propos du président comme une insulte à son endroit, Emilie Gourd annonce sa démission du comité, tout en indiquant maintenir la garantie de déficit de CHF 1 000.- qu’elle avait signée à la création de l’association. Cependant, suite à un vif échange entre elle et le président, elle déclare dès lors renoncer aussi aux cours et aux séminaires qu’elle avait accepté de donner et quitte la salle. Bovet exprime alors sa solidarité avec Emilie Gourd ainsi que sa défiance à l’égard de Töndury et annonce sa démission du comité, suivi par deux autres membres, Sophie Vernet et Nelly Schreiber-Favre. Le président répond en accusant Emilie Gourd d’avoir fait partout du mal à l’école et critique l’attitude de l’Institut Jean-Jacques Rousseau, reprochant à Pierre Bovet son manque de franchise. Il faudra toute la diplomatie d’Eugène Choisy, directeur de l’Institut des ministères féminins – qui a accepté de reprendre la vice-présidence – pour faire revenir Bovet sur sa décision, lors d’une séance tripartite qui a lieu quelques jours plus tard avec Töndury.

  • 6 Source : PV du comité du 16.11.1918 et note manuscrite jointe.
  • 7 Source : PV du comité du 16.11.1918 et note manuscrite jointe. Choisy fait visiblement référence à (...)

7Lors de la séance du comité du 16 novembre 1918, Pierre Bovet demande à lire une déclaration dans laquelle il explique que s’il a accepté de rester dans le comité, c’est pour se rendre utile à l’école et qu’il ne se rallie pas pour autant au président Töndury, ni n’approuve son attitude dans l’expulsion d’Emilie Gourd ; il exprime au contraire sa conviction, qu’il estime partagée par une majorité du comité, que le président est devenu le premier obstacle au développement de l’école : « Par une étrange ironie, l’homme à qui l’Ecole doit son origine est devenu, par une suite de circonstances et d’autres, un grave et peut-être irrémédiable obstacle à son succès6. » Eugène Choisy lit, lui aussi, une déclaration informant le comité de l’état d’esprit dans lequel il souhaite désormais travailler ; il prend acte du fait que des paroles et des soupçons ont été prononcés qui n’auraient pas dû l’être, constate que des erreurs ont été commises – notamment de ne pas avoir nommé un trésorier responsable des finances – et qu’il souhaite « un commencement nouveau [laissant] de côté les questions personnelles » afin de « travailler pour le bien de la jeunesse féminine, c’est-à-dire le bien de la patrie qui passe, elle aussi, par des jours difficiles et par une crise douloureuse7. »

  • 8 Source : PV de l’AG extraordinaire du 30.11.1918.

8L’école est prête pour un nouveau départ, mais cette crise connaîtra encore quelques soubresauts jusqu’en 1922. En effet, lors de l’assemblée générale extraordinaire convoquée le 30 novembre 1918, en lien avec la situation financière de l’association, Hans Töndury transmet par courrier sa démission de la fonction de président tout en souhaitant rester membre du comité ; la raison officielle invoquée est ses obligations au sein du Département politique à Berne, mais il ne fait aucun doute qu’il s’est senti blessé par le conflit qui l’a opposé à Emilie Gourd et à certains membres du comité. Certaines personnes tentent d’ailleurs de revenir à la charge en parlant de « campagne haineuse8» orchestrée par Emilie Gourd à l’encontre du président et de Mme Walter, alors que d’autres contestent cette perception en rappelant le bien-fondé des interventions de Mlle Gourd quant à la situation financière et à l’absence de trésorier régulier. L’assemblée élit Eugène Choisy à la fonction de président du comité directeur et Mlle Emilie Burkhardt à la fonction de trésorière. En juin 1920, alors que le comité travaille à résoudre un conflit opposant les élèves de l’école à la directrice Walter, celle-ci se défend en contestant la réalité des critiques des élèves et en argumentant sur une campagne organisée par des personnes extérieures et hostiles à l’école et, tout en pointant l’association des anciennes élèves, elle accuse sans la nommer Emilie Gourd. Soutenu par d’autres membres du comité, Pierre Bovet réfute cette accusation et constate la réalité du malaise existant entre la directrice et les élèves, relevant que ce dernier est imputable à la fausse situation créée à la fondation de l’école en engageant un membre du comité pour assumer la direction pour un intérim, qui s’est transformée en situation de fait. Sans demander la démission de Marie Walter, il propose de réfléchir à une réorganisation de la direction.

9Paradoxalement, si des conflits de personnes ont mis en danger l’existence de l’école, c’est l’engagement de ces personnes et leur conviction à l’égard de la pertinence de ce projet qui ont été le ciment des fondations sur lesquelles elle a construit sa destinée.

Une approche thématique

10L’ambition de cet ouvrage est de permettre au lecteur ne connaissant pas l’école de découvrir les grandes étapes de son existence et au lecteur plus averti d’explorer les fondements qui ont donné naissance aux formations et aux structures ayant permis la métamorphose en haute école spécialisée (HES) de cette institution centenaire. Le choix d’une approche thématique plutôt que chronologique ouvre sur une compréhension plus globale des événements en permettant de les situer dans un continuum et pas seulement dans un temps déterminé. Rompant avec la linéarité chronologique, cette approche autorise une immersion dans la thématique certainement plus profitable à l’appropriation.

11Le premier chapitre nous conduit à appréhender le contexte de la création de l’Ecole d’études sociales pour femmes, ses fondateurs et leurs caractéristiques sociologiques ; ces dernières sont en effet importantes pour la compréhension du projet de création de l’école, mais aussi de son fonctionnement à ses débuts. Puis le chapitre 2 nous invite à entrer dans la connaissance organisationnelle de l’école au service de la formation et qui se complexifie considérablement au cours du temps. Dans le chapitre suivant, le lecteur découvrira de manière plus précise de quoi sont faites les formations – plus spécifiquement les formations sociales – et notamment les différents plans d’études successifs. Le chapitre 4 développe les ressources de l’école et leur évolution, portant autant sur les locaux qu’elle a occupés que sur la création du Centre de recherche sociale ou du Centre de formation continue, de la professionnalisation de sa bibliothèque, ou encore de la mise en place d’un service audiovisuel et d’un service informatique. C’est dans le chapitre 5 que le lecteur rencontrera les acteurs de l’école, c’est-à-dire ceux qui l’ont faite vivre jusqu’à aujourd’hui : étudiants, enseignants, directrices et directeurs, personnel administratif. Enfin, l’ouvrage clôt son périple par une thématique plurielle portant sur l’évolution du statut juridique, sur la dimension du financement – qui a préoccupé longtemps le comité de direction –, ainsi que sur les relations que l’école a pu nouer avec l’Université et les écoles de travail social sur le plan international et en Suisse.

12S’il est un élément marquant, et constant dans son histoire, qu’il nous soit permis de mettre en évidence au commencement de cet ouvrage, c’est la capacité novatrice dont l’école a su faire preuve au fil du temps, qu’il s’agisse de formations, de services ou d’organisation interne. Sans que l’on puisse légitimement, ni objectivement, affirmer qu’il s’agit d’une prédisposition, c’est en tous les cas un élément qui ressort de manière indéniable de son histoire.

Notes

1 Source : PV du comité directeur du 11.05.1918 et du 14.09.1918.

2 Plus meurtrière que la Grande Guerre, elle fait entre 20 et 40 millions de morts sur l’ensemble de la planète, dont la majeure partie en Asie. La Suisse n’est pas épargnée avec 2 millions de personnes atteintes (soit près de 40 % de la population), avec deux pics en juillet et en octobre 1918. Sur l’ensemble de la période de la pandémie, on dénombre à Genève 24 392 cas de grippe annoncés (mais on estime le nombre effectif de cas à environ 80 000 sur la population d’un canton comptant 176 000 habitants…) et 1155 décès (Ammon, C., 2000, p. 5).

3 Ammon, op.cit., p. 17.

4 Pour mémoire, cette ouverture a déjà été reportée le 6 mai 1918 et en juillet 1918 (cours de vacances).

5 Source : PV du comité du 19.10.2018.

6 Source : PV du comité du 16.11.1918 et note manuscrite jointe.

7 Source : PV du comité du 16.11.1918 et note manuscrite jointe. Choisy fait visiblement référence à la grève générale qui s’est déroulée du 12 au 14 novembre 1918 et, ce faisant, redimensionne, non sans une certaine emphase, le conflit interne de l’école à l’aune des évènements politiques mettant la « patrie » en difficulté.

8 Source : PV de l’AG extraordinaire du 30.11.1918.

© Éditions ies, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search