Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travailler pour s’insérer

 | 
Christophe Dunand
, 
Anne-Lise du Pasquier

Préface

Yves Flückiger

Texte intégral

1Depuis 1999, Genève occupe sans discontinuer le dernier rang des cantons suisses en terme de taux de chômage alors que l’économie genevoise a créé pourtant, durant cette même période, plus d’emplois que la moyenne helvétique. De plus, l’inégalité entre le taux de chômage genevois et suisse a eu tendance à se creuser durant la phase de reprise économique qui a caractérisé les années de 1998 à 2001, comme si les chômeurs genevois ne parvenaient pas à tirer autant profit de la croissance des emplois que les personnes qui sont à la recherche d’un emploi dans les autres cantons.

2Il est tout aussi surprenant de constater qu’à Genève, malgré un chômage plus élevé qu’ailleurs, les salaires médians continuent à progresser plus rapidement que dans le reste de la Suisse. Cette évolution, paradoxale sur le plan économique, semble suggérer que les chômeurs ne font plus réellement partie du marché du travail si bien que la progression des salaires s’y déroule indépendamment de la progression du chômage.

3Finalement, les études réalisées par l’Observatoire universitaire de l’emploi montrent que la durée du chômage a un effet plus défavorable à Genève que dans le reste du pays sur la probabilité de retrouver un emploi. Ce résultat met en évidence qu’à Genève, le chômage est un phénomène plus stigmatisant qu’ailleurs, alors même qu’en général le marché du travail y est plus intégrateur si l’on en croit les études réalisées sur les inégalités entre femmes et hommes ou entre Suisses et étrangers. Ce résultat s’explique sans aucun doute par le fait que le marché du travail genevois reste très attractif et que la concurrence y est aussi plus vive pour les postes qui se créent.

4Il n’est donc pas étonnant que ce sujet occupe une place centrale dans les débats politiques qui secouent notre canton. Dans le même temps, les différents signaux que l’on peut observer sur le marché du travail ne sont pas toujours faciles à interpréter, ce qui ne contribue pas, hélas, à la clarté du débat et ce qui ne facilite pas non plus la mise en place de politiques adéquates. Il n’existe manifestement pas une solution miracle pour remédier à cette situation préoccupante. Il faut au contraire s’appuyer sur une palette d’instruments qui doivent être de surcroît combinés de manière la plus efficace possible. C’est ce que prévoit le nouveau projet de loi cantonal en matière de chômage, et il faut s’en réjouir.

5Ces constats, effectués à partir du cas genevois, s’appliquent à d’autres cantons et, plus encore, à d’autres villes de la Suisse romande. Ils mettent en évidence l’impérieuse nécessité de revoir les politiques en matière de chômage et d’aide sociale. Sans entrer dans le détail des mesures à prendre, il faut, en premier lieu, mettre l’accent sur les mesures préventives, ciblées sur les populations à « risque » qui sont relativement bien connues aujourd’hui grâce aux études qui ont été effectuées sur le profil des populations fragilisées. Cela signifie en particulier qu’il faut favoriser les mesures d’intégration de la population étrangère sur le marché du travail tout en mettant en place des politiques visant à favoriser la formation continue des personnes actives, surtout celles qui ont le niveau d’éducation le plus bas.

6Il faut ensuite accorder la priorité au retour le plus rapide possible des chômeurs vers l’emploi. Cela peut parfois impliquer, dans certains cas, une diminution du salaire par rapport à la rémunération qui était obtenue avant la période de chômage. Mais ce sacrifice est souvent moins pénalisant qu’une longue période de chômage qui rend le retour vers l’emploi de plus en plus difficile et de plus en plus précaire. Pour qu’une telle politique soit efficace, il est indispensable que le travail reste suffisamment attractif pour que les chômeurs soient incités à accepter les emplois susceptibles de leur être proposés. Cela ne signifie en aucun cas que certaines personnes puissent se complaire dans le chômage. Cette expérience est douloureuse. Mais l’alternative n’est parfois pas plus rose. Au contraire. Il convient donc d’augmenter le niveau des salaires les plus bas, afin qu’ils soient significativement supérieurs aux seuils en vigueur dans le domaine de l’aide sociale.

7Il faut combattre également la stigmatisation dont sont victimes les chômeurs de longue durée, par le biais d’allocations de retour en emploi notamment. Pour les personnes de plus de 50 ans, il convient aussi de revoir les systèmes de rémunération liés à l’ancienneté qui contribuent à élever les salaires des personnes de cette classe d’âge au-dessus de leur productivité. Quand on ajoute à ce problème les frais liés à la prévoyance professionnelle, on comprend mieux pourquoi les entreprises préfèrent souvent embaucher des jeunes dont le salaire est, en début de carrière, souvent inférieur à la productivité.

8Simultanément, il convient de réformer le système fiscal et social pour éviter qu’une hausse de revenu liée à une prise d’emploi ne soit réduite à néant par les hausses d’impôt et de cotisation et par les suppressions de prestations sociales qui étaient auparavant obtenues par les personnes à la recherche d’un travail. Cela signifie donc qu’il faut bâtir un système d’aide sociale qui évite que les personnes qui trouvent un emploi ne perdent brutalement les aides financières qu’elles recevaient, en prévoyant tout simplement une réduction progressive de ces prestations au fur et à mesure que le revenu du travail augmente.

9De surcroît, il est nécessaire d’uniformiser le calcul du revenu déterminant le droit à des prestations et de hiérarchiser les aides octroyées pour éviter que certains ménages ne parviennent, en cumulant de multiples aides attribuées par autant de services différents, d’obtenir en fin de compte un revenu net supérieur à celui de ménages qui sont pourtant actifs sur le marché du travail et qui, du fait d’un revenu brut situé juste au-dessus de la limite des aides, ne reçoivent aucune prestation sociale. C’est précisément ce que Genève a fait, et c’est une excellente chose.

10Les exemples sont aujourd’hui innombrables qui démontrent les incohérences des systèmes de taxation ou d’aide sociale qui anéantissent tous les bénéfices d’une prise d’emploi par rapport à la situation des personnes dépendantes de prestations publiques qu’elles n’ont aucun intérêt à abandonner. Cela est particulièrement vrai en ce qui concerne les emplois à bas salaires. C’est la raison pour laquelle un nombre croissant de pays ont choisi, comme l’Irlande, de réduire les taux de prélèvement bruts (impôts et cotisations sociales) prélevés sur les emplois à bas salaires.

11Finalement, par rapport aux personnes qui se trouvent au chômage depuis longtemps et qui éprouvent des difficultés à se réinsérer sur le marché du travail, il faut élaborer des approches novatrices. Elles doivent assurer, en premier lieu, une insertion sociale, par le biais d’emplois créés dans des entreprises d’insertion. Elles passent également par la création de places de travail dont la productivité n’est pas suffisante pour être offerts sur le marché du travail « normal » afin de permettre, plus tard, une éventuelle réinsertion professionnelle. Cette étape est, pour beaucoup de chômeurs, un préalable indispensable à la perspective de retour vers le marché du travail. Dans ce cas, il s’agit de « ressusciter » des emplois que l’évolution du marché du travail, et en particulier des salaires, a fait disparaître, en raison de leur productivité trop faible. Il s’agit donc de recréer des emplois, payés selon ce que le marché est prêt à offrir pour ce type de service, tout en complétant le salaire obtenu par une subvention qui permet de dépasser ce que la personne aurait reçu de l’aide sociale. Cette solution est plus rémunératrice et plus valorisante pour les personnes concernées. Elle est aussi moins coûteuse pour la collectivité. Elle peut finalement s’avérer plus efficace pour la réinsertion des chômeurs de longue durée. Dans tous les cas, le pari est fait qu’après avoir bénéficié de ces mesures, les personnes concernées parviendront à retrouver un emploi dans le marché « principal » du travail en formulant l’espoir qu’il n’existe pas de barrières qui le diviseraient en deux segments étanches l’un à l’autre.

12Le livre publié par Christophe Dunand et Anne-Lise Du Pasquier est donc particulièrement bienvenu pour clarifier la notion d’entreprises d’insertion et expliquer leur contribution à la réinsertion sur le marché de l’emploi principal comme sur le marché complémentaire. Ce livre est le premier du genre à s’attaquer à cette question de manière aussi claire et exhaustive en Suisse romande. Il est fondé sur une longue pratique de terrain qui le rend particulièrement utile et convaincant, au-delà même de la région romande, dans le contexte d’une régionalisation du marché de l’emploi.

13Il constitue un heureux événement dans un champ aussi actuel que mal connu. Nul doute qu’il fera date dans la littérature relative au rôle des entreprises d’insertion pour la lutte contre le chômage de longue durée. Une lecture enrichissante à la fois pour les décideurs politiques qui souhaiteraient mieux connaître ces entreprises et leur apport pour la lutte contre le chômage et l’exclusion, mais aussi pour un public plus large intéressé par le rôle du social dans l’économie. Sa publication est en tous les cas particulièrement bienvenue à l’heure où le canton de Genève discute d’un nouveau projet de loi en matière de chômage.

14novembre 2006

Auteur

Professeur au département d’économie politique de l’Université de Genève, il dirige l’Observatoire universitaire de l’emploi (OUE)

© Éditions ies, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540