Version classiqueVersion mobile

Écrits sur les religions et le naturalisme

 | 
John Dewey

Anti-naturalisme in extremis (1943)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

I

Le naturalisme philosophique a un pedigree plus ancien et prestigieux qu’on ne le croit d’habitude ; on peut, par exemple, y associer Aristote et Spinoza. Cependant, l’Aristote qui a exercé la plus grande influence sur la philosophie moderne est un auteur que son naturalisme n’empêchait ni de considérer la physique comme la plus basse couche dans l’ordre hiérarchique de l’être, ni d’affirmer que le sommet en est l’intellect pur, « pur » car non contaminé par une quelconque trace de matière. Il faut cependant se demander si le travail d’Aristote aurait contribué, comme il l’a fait, au crédit de l’anti-naturalisme, si son auteur n’avait pas été adopté comme le philosophe officiel de l’Eglise ; et si ses écrits n’avaient pas trouvé leur chemin dans la culture moderne à travers la transformation qu’ils ont subie durant la période médiévale.

Car, à cette époque, le surnaturalisme extrême de l’Eglise catholique romaine a été injecté aussi massivement que possible dans l’interprétation d’A...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search