Version classiqueVersion mobile

Entre mémoire collective et mémoire familiale

 | 
Irène Mathier

Remerciements

Texte intégral

« La mémoire de la déportation est triple : mémoire de la Résistance, mémoire du camp, mémoire de la Shoah. Trois mémoires qui se combinent, s’enchevêtrent, s’empilent. On aurait tort de les opposer car en effet les divisions et les affrontements entament l’œuvre de mémoire et risquent d’ouvrir les portes sinistres de l’oubli. »
(Poirel 2004, p. 47)

1Merci à toutes les personnes qui ont accepté de témoigner de leur vécu : les déportés, leurs enfants et leurs petits-enfants. Merci pour leur chaleureux accueil et le courage de leurs témoignages.

2Merci à tous ceux qui ont bien voulu me lire et me conseiller tout au long de cette recherche : Michèle Vignali, Julia Mills, ainsi qu’à Catherine Breton dont la thèse m’a largement inspirée et qui m’a complaisamment transmis des noms de personnes à contacter.

3Merci à mes collègues C. Perrozzi et S. Voélin, pour avoir voyagé avec moi dans ce monde du passé et m’avoir accompagnée au cours de quelques entretiens.

4Merci à la Haute école de travail social de Genève pour le financement de cette étude exploratoire, ainsi que pour son encouragement en m’offrant l’opportunité de réaliser cette publication.

5Merci à mes filles, qui m’ont laissé travailler aux dépens de ma disponibilité.

© Éditions ies, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search