Version classiqueVersion mobile

Ne touche pas à tes vieux

 | 
Véronique Gavillet
, 
Laurence Grandrieux

Annexe 1 : Quelques situations de maltraitance

Texte intégral

Le meurtre d’une personne âgée perpétré par un membre de sa famille a pour nom « aviolicide »

1Monsieur G. […] a été marié et a un enfant. Il dort désormais chez sa grand-mère. Elle est grabataire et insomniaque en raison de ses souffrances. Lui est déprimé et très fatigué, en instance de divorce et en arrêt de travail pour « troubles nerveux ». Sa grand-mère souffre, alors il se « sacrifie » pour son bien : il la tue.

2(Source : La vieillesse maltraitée, 1re éd., Robert Hugonot, Dunod, Paris, 1998, p. 41)

La violence conjugale entre conjoints âgés

3Ce monsieur a besoin d’une canne pour marcher. Il est harcelé en permanence par sa femme : elle le frappe, le pince, l’insulte pour qu’il avance plus vite.

4(Source : Brochure Alter Ego, 2002, p. 5)

5Cet homme, malade, menace verbalement sa femme. Il la rend responsable de ses maux. Il la punit en lui imposant de faire des courses avec un minimum d’argent. Il ne veut pas qu’elle reçoive des téléphones, ni des visites de sa famille.

6(Source : Brochure Alter Ego, 2002, p. 6)

Les débuts de la maladie d’Alzheimer dans la relation « mère – fille »

7« Oui, docteur, j’ai giflé ma mère. » Sa mère, Yvonne, avait 70 ans. Très valide, avenante même, veuve et seule, elle tenait une pension de famille pour étudiants. Les erreurs dans les comptes de gestion, la non-reconnaissance de ses pensionnaires lors de leurs rentrées nocturnes, tout ceci avait contraint sa fille à se libérer mi-temps de son travail. Le plus exaspérant était, de la part d’Yvonne, le refus d’admettre qu’elle présentait un trouble quelconque, même seulement de la mémoire. « Mais non, docteur, je vais très bien. Je ne sais pas pourquoi ma fille m’a traînée ici. Je n’ai rien à vous dire. Ma fille raconte n’importe quoi. » (Source : La vieillesse maltraitée, 2e éd., Robert Hugonot, Dunod, Paris, 2003, p. 51)

Les difficultés dans la relation d’aide entre un fils et sa mère

8Monsieur H. et sa mère habitent la même maison depuis quelques années déjà. Trois fois par semaine, Monsieur H. amène sa mère dans le lieu où elle est prise en charge durant la journée. Les responsables de cette structure d’accueil surprennent souvent Monsieur H. en train de rudoyer sa mère. Il la brusque pour descendre de la voiture, il montre son exaspération lorsqu’il marche à ses côtés. Finalement, il l’agresse verbalement au moment de la quitter, ne supportant plus de l’entendre se plaindre. Devant ces signes évidents d’épuisement physique et psychique, les professionnels qui accueillent la dame âgée tentent de discuter avec le fils. Ils essaient d’en savoir un peu plus sur cette relation d’aide et proposent au fils de lui fournir des renseignements et des contacts pour l’aider et le soulager dans cette prise en charge. Le fils rétorque que tout se passe bien et qu’il ne faut pas prêter attention à ses débordements. Pourtant, ces derniers ont lieu devant la porte de la structure d’accueil, au vu et au su des autres personnes âgées et des responsables. Quelques jours après la discussion entre le fils qui paraît dépassé et les professionnels, l’infirmière de la structure d’accueil constate que la mère présente plusieurs hématomes sur le corps. Ceux-ci viennent corroborer les suspicions de maltraitance dans ce couple « mère – fils ».

9(Source : situation vécue sur en milieu professionnel par une des auteures)

La maltraitance ultime : infliger la mort

10Comme d’habitude, Bernard F. se rend après dîner chez sa grand-mère maternelle, concierge d’un immeuble parisien, pour l’aider à sortir ses poubelles. C’est un moyen pour lui de régler le loyer d’une chambre qu’il occupe dans le même immeuble. Or durant cette soirée de mai, à la suite d’une discussion au sujet d’une demande d’argent et de l’attitude de ses parents, une violente dispute survient entre Bernard et sa grand-mère. Le ton monte, Bernard la bouscule et veut la faire taire, la brutalise, l’allonge sur un lit, puis l’étrangle. Il quitte ensuite le lieu du crime en emportant de l’argent et quelques bijoux, rejoint sa chambre et finalement s’endort. Le lendemain, après être revenu comme si de rien n’était, il vient annoncer à ses parents qu’il a découvert sa grand-mère morte. Griffé au visage, il prétexte dans un premier temps une agression, puis finalement reconnaît les faits. L’autopsie de la grand-mère révélera des blessures multiples par instrument contondant sur le cuir chevelu, la région cervicale, thoracique, l’éclatement de la rate, et une strangulation ayant entraîné la mort.

11(Source : La vieillesse maltraitée, 2e éd., Robert Hugonot, Dunod, Paris, 2003, pp. 41-42)

Les difficultés de la cohabitation entre un fils alcoolique et sa mère âgée

12Une femme de 73 ans entre à l’hôpital pour fracture compliquée de la cheville droite. En chirurgie, quand on lui a demandé les causes de cette fracture, ses explications ont varié : « J’ai raté une marche d’escalier – je suis tombée la nuit dernière dans ma chambre – mon pied s’est pris dans un caniveau ». Comme avec son plâtre elle était peu mobile, elle fut transférée dans un service de gériatrie afin d’être mieux suivie sur la plan médico-social. Le service de gériatrie a alors appris que cette dame vivait avec son fils, célibataire, 50 ans, alcoolique et en invalidité. Il avait été en prison à plusieurs reprises pour violences dans son travail antérieur ou contre des voisins. Elle déclara qu’elle avait tenté d’obtenir de l’aide de la police, des autorités médicales et sociales, mais en vain. Pendant de nombreuses années, elle se cachait quand son fils rentrait ivre à la maison, mais elle a toujours nié avoir été victime de sévices de sa part. Cependant, les voisins et les parents ont rapporté qu’elle était tombée plusieurs fois dans l’escalier, qu’elle était couverte de bleus et qu’il y avait souvent du vacarme dans l’appartement. Eux aussi avaient peur du fils et n’osaient pas intervenir. La vieille dame demandait au personnel sanitaire et social de ne pas parler du comportement de son fils : « Il est gentil mais il boit trop et les gens ivres sont dangereux ».

13(Source : La vieillesse maltraitée, 2e éd., Robert Hugonot, Dunod, Paris, 2003, pp. 46-47)

© Éditions ies, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search