Version classiqueVersion mobile

Ne touche pas à tes vieux

 | 
Véronique Gavillet
, 
Laurence Grandrieux

Conclusion

Texte intégral

1La maltraitance familiale des personnes âgées existe depuis la nuit des temps, mais fait l’objet d’une attention plus particulière depuis quelques années seulement. En effet, cette problématique relève de la violence intrafamiliale, donc du tabou. Le tabou qui entoure la maltraitance familiale des personnes âgées a pour conséquence deux obstacles de poids :

2Le premier obstacle est le manque de statistiques fiables, puisque celles que nous avons avancées relèvent plus d’estimations que de chiffres avérés. En effet, en matière de maltraitance familiale des aînés nous ne connaissons que la pointe de l’iceberg alors qu’à Genève, les statistiques manquent.

3Le deuxième obstacle réside dans la difficulté de rencontrer des victimes. Le présent ouvrage reste donc très théorique et de ce fait, certainement « décalé » par rapport à la réalité vécue par ces dernières.

4La maltraitance est également accompagnée d’un lourd silence, ce qui engendre des situations et des dynamiques complexes et délicates. Cependant, la naissance de l’association suisse Alter Ego prouve qu’il y a une réelle volonté de faire prendre conscience à la société de cette problématique. Il existe également un désir de mettre sur pied un réseau au niveau genevois et suisse, afin que chaque professionnel du médico-social, mais également tout un chacun s’associe à la lutte contre ce type de violence.

5En revanche, en ce qui concerne la prise en charge, Genève en est aux « balbutiements ». Actuellement, il y a une place à la parole, mais les pistes d’intervention et la prise en charge souffrent encore d’hésitations déontologiques et éthiques et d’un manque de moyens financiers. Par hésitations déontologiques et éthiques nous entendons notamment la crainte de briser une dynamique familiale, aussi fragile soit-elle, en séparant par exemple la personne âgée de sa famille maltraitante ; quant au manque de moyens financiers, nous pensons par exemple aux restrictions budgétaires imposées à des structures comme la FSASD.

6Dans cette conclusion, nous voulons insister sur l’importance, pour les travailleurs sociaux, mais aussi pour tout autre professionnel du secteur médico-social, de mieux connaître les problématiques liées à la vieillesse. En effet, le manque de connaissances et d’outils d’intervention entraîne auprès de ces derniers le sentiment d’être démunis et impuissants face à cette problématique de la maltraitance familiale des aînés.

7Dans les années à venir et selon les projections démographiques il y aura de plus en plus de personnes âgées et nous serons de plus en plus amenés à vivre et à travailler avec cette tranche d’âge. Malheureusement, nous avons le sentiment que les représentations liées à la vieillesse ne favorisent pas toujours l’intérêt des professionnels, accomplis ou en devenir. De même, pour le reste de la société, la vieillesse ne présente pas grand intérêt, car elle est trop souvent et trop facilement associée à des images négatives (décrépitude, dépendance, maladies, handicaps). Les mouvements de rejet et d’exclusion envers les personnes âgées sont dès lors actifs, car ces dernières ne sont perçues qu’au travers d’un filtre déformant et stigmatisant.

8A chacun de nous désormais d’adopter une position plus objective à l’égard de la vieillesse et des vieux, en s’informant, en allant à la rencontre de personnes âgées du voisinage ou du quartier, en profitant des bons moments passés ou à venir en compagnie des membres âgés de nos familles. La vieillesse, si elle n’est pas une sinécure, n’en est pas pour autant un drame…

9Nous profitons également de ce « mot de la fin » pour ajouter la précision suivante : dans cet ouvrage, nous nous sommes efforcées de faire le tour de la problématique de la maltraitance familiale des personnes âgées. Il reste cependant un certain nombre de sujets à traiter ou à approfondir. Nous avons, par exemple, peu parlé de la maltraitance entre conjoints âgés ou de la maltraitance sexuelle. Cette lacune est certainement due au fait que les ouvrages consultés les relatent rarement. En effet, la maltraitance des conjoints âgés se réfère plus à la violence conjugale, tandis qu’il est aisé d’imaginer l’importance du tabou concernant la maltraitance sexuelle des aînés au sein de la famille. Nous estimons également que des sujets comme le rôle des travailleurs sociaux dans les situations de violences familiales ou les représentations sociales liées à la vieillesse mériteraient qu’on s’y intéresse de plus près.

10Enfin, il nous paraît primordial de garder à l’esprit que les familles ayant des parents âgés à charge sont souvent épuisées et dépassées par la relation d’aide. Elles sont aussi peu soutenues et peu informées au niveau des structures existantes et proposant des solutions de répit. Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que la violence puisse s’immiscer. Nous espérons vivement avec cet ouvrage pouvoir nourrir une véritable réflexion sur la place que nous nous devons d’offrir à nos aînés dans notre société, car n’oublions jamais que les vieillards de demain… c’est nous !

© Éditions ies, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search