Version classiqueVersion mobile

Ne touche pas à tes vieux

 | 
Véronique Gavillet
, 
Laurence Grandrieux

Remerciements

Texte intégral

1Merci aux professionnels pour leur accueil et leur disponibilité lors des entretiens :

2Mme Casares (HUG)
Mme Coupiac (CASS du Lignon)
Mme Cramer (Pro Senectute)
Mme Farfar-Mory (Service du tuteur général)
Mme Gillon (HUG)
Mme Horneffer (HUG)
Mme Irion (HUG)
Mme Nannini (FSASD)
Mme Planquart (HUG)
M. le Dr Halpérin (HUG)
M. le Dr Naef (HUG)
Et trois autres personnes qui ont souhaité garder l’anonymat.

Un merci tout particulier à M. le Dr de Saussure pour avoir su nous transmettre une « fougue » précieuse et bienvenue, afin de faire face aux sentiments d’impuissance et de désarroi qui accompagnent souvent les problématiques de violence. Nous le remercions également d’avoir accepté d’écrire la préface du présent ouvrage.

3Merci à Mme Perrozzi, HETS [ies], notre accompagnante, pour son suivi et ses conseils.

4Merci à nos jurés de mémoire :

5Mme Desaurnaulds-Scaldino
Mme Lavanchy, HETS [ies]
M. Froidevaux

6Merci à M. Fleury pour ses conseils juridiques et à M. Gräzer pour son soutien informatique.

7Merci à Mme Mauron pour sa méticuleuse relecture.

8Merci à Mme Arnold et à M. Fratianni, HETS [ies], pour leurs conseils et leur soutien tout au long du « challenge » de la publication.

9Merci à nos familles pour leur soutien et leurs attentions depuis le début de l’écriture de cet ouvrage.

10Merci à Kheaps (notre toutou favori) pour sa réconfortante présence.

11Merci enfin aux personnes âgées que nous avons rencontrées depuis notre plus jeune âge ou plus récemment et qui, sans le savoir, nous ont donné l’envie de parler d’elles et de publier cet ouvrage.

Le tabou de la maltraitance familiale des aînés
a deux alliés de choix : le silence et le temps.
Et justement, il nous semble que le temps est venu d’en parler…

La leçon du petit-fils

Il y avait une fois un vieillard si faible qu’il pouvait à peine marcher ; il ne voyait presque pas ; ses mains tremblaient ; si bien que, quand il était à table, une partie de sa soupe tombait sur la nappe.
Son fils et sa belle-fille finirent par se dégoûter de ce spectacle ; c’est pourquoi le vieux grand-père fut obligé de prendre ses repas loin de la table, dans un coin. Ils lui préparèrent son manger dans une écuelle de terre, et encore ne lui en donnaient-ils pas assez. Le pauvre vieillard portait donc d’un air affligé ses yeux sur la table où étaient assis ses enfants, et de grosses larmes coulaient le long de ses joues ridées. Or, il arriva un jour que ses mains tremblantes ne purent tenir l’écuelle ; elle tomba et se cassa. La jeune femme le gronda sévèrement. Alors ils lui achetèrent, pour quelques liards, une petite jatte de bois dans laquelle il fut obligé de manger. Pendant ce temps, son petit-fils, âgé de quatre ans, assis sur le plancher, s’amusait à ajuster ensemble quelques petites planchettes.
« Que fais-tu là ? » lui demanda son père.
« Dame ! » répliqua l’enfant, « je fais une petite auge ; papa et maman mangeront dedans quand je serai grand et qu’ils seront devenus vieux. »
A ces mots, le mari et la femme se regardèrent en silence. Ils comprirent aussitôt leurs torts envers le vieillard et ils le firent asseoir à leur table.

Conte des Frères Grimm (1786)

Avertissement aux lecteurs et lectrices

12Dans le souci de maintenir la fluidité du texte et d’en faciliter la lecture, les auteures ont choisi d’utiliser systématiquement la forme masculine, tout en étant conscientes que dans les domaines professionnels concernés dans cet ouvrage, la représentation féminine est majoritaire.

© Éditions ies, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search