Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le Travail social à la recherche de nouveaux paradigmes

 | 
Claudio Bolzman
, 
Joëlle Libois
, 
Françoise Tschopp

Conclusion

Présentation des auteurs et mots clés

Full text

Charles Beer

Conseiller d’Etat au Département de l’instruction publique de la République et canton de Genève depuis 2003 et actuellement président du Conseil d’Etat. Il est au bénéfice d’une première formation d’assistant social, diplômé de l’Institut d’études sociales (actuellement, Haute école de travail social de Genève) et fut syndicaliste, conseiller municipal à Vernier (commune la plus précarisée du canton) et député.
Parmi ses publications récentes : Ce que cache le grand Genève (Favre, 2013)

Mots clés : chômage, précarité, ségrégation territoriale, working poor, relégation sociale et spatiale, cohésion sociale, qualité de vie, mixité sociale, poches de précarité, empowerment.

Claudio Bolzman

Docteur en sociologie. Il est professeur à la Haute école de travail social de Genève (HES-SO) et chargé de cours au Département de sociologie de l’Université de Genève. A la HES-SO, il a été responsable du Centre d’études de la diversité culturelle et de la citoyenneté (CEDIC) de 2004 à 2012. Il est président du Comité scientifique permanent de l’AIFRIS. Ses thèmes principaux d’intérêt sont l’exil, les migrations et l’altérité en lien avec le travail social. Il a participé à ou dirigé une vingtaine de projets de recherche sur ces thématiques. Ses travaux ont donné lieu à plus d’une centaine de publications, sous forme d’ouvrages ou d’articles.
Parmi ses publications récentes : L’école et l’élève d’origine étrangère. Genèse d’une catégorie d’action publique, avec Geneviève Mottet, (Editions ies, 2009) ; Transnationalités et développement : rôles de l’interculturel, avec Altay Manço (L’Harmattan 2010) ; Migrations des jeunes d’Afrique subsaharienne – Quels défis pour l’avenir ?, avec Théogène-Octave Gakuba et Ibrahima Guissé (L’Harmattan, 2011).

Marc Breviglieri

Professeur à la Haute Ecole de travail social (Genève) de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO) et chercheur au Groupe de sociologie politique et morale (EHESS). Ses thèmes de recherche touchent aux configurations et aux aménagements variés de l’habitation humaine, aux apprentissages de la vie commune et enfin aux dimensions politiques et affectives du soin. Il développe une sociologie d’inspiration phénoménologique nourrie par l’ouverture de perspectives méthodologiques liées à l’image (photographie-vidéo).
Publications : http://iesgeneve.academia.edu/​MarcBreviglieri

Mots clés : culture globalisée, société globalisée en réseaux, décence, mobilité des vies humaines, inégalités sociales, migrants, capacité à l’autonomie et à la mobilité, démocratie factice, médiation du corps.

Laura Centemeri

Chargée de recherche au CNRS dans le Laboratoire méditerranéen de sociologie (LAMES), Aix-Marseille Université. Après une thèse en sociologie économique à l’Université de Brescia sur la réparation du dommage à l’environnement dans la ville de Seveso, suite au désastre de 1976, elle a été post-doctorante au Groupe de sociologie politique et morale (CNRS-EHESS) avec un projet sur les conflits d’usages dans les espaces de nature en milieu urbain et post-doc à l’Université de Milan. Chercheure au Centro de Estudos Sociais de l’Université de Coimbra de 2008 à 2011, où elle s’est intéressée aux problèmes de la décision publique en matière de développement durable des territoires.
Parmi ses publications récentes : Retour à Seveso. La complexité morale et politique du dommage à l’environnement. Annales. Histoire, Sciences Sociales, (2011) 66 (1), 213-240.

Mots clés : association environnementaliste, cohésion sociale, salubrité de l’environnement, participation citoyenne, politique du risque, vulnérabilité, inégalités écologiques, justice environnementale.

Vincent de Gaulejac

Professeur de sociologie à l’Université Paris VII-Denis Diderot, où il dirige le Laboratoire de changement social. Membre fondateur de l’Institut international de sociologie clinique, il est l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages.
Parmi ses publications récentes : La névrose de classe (Hommes et groupes, 1987), Les sources de la honte (Points, 2011), La société malade de la gestion (Points, 2009), Travail, les raisons de la colère (Seuil, 2011) et Manifeste pour sortir du mal-être au travail (Desclée de Brouwer, 2013).

Mots clés : idéologie gestionnaire, processus d’invalidation, médiation, New Public Management, système paradoxant, injonctions contradictoires, système physiche-organisationnel.

Jean-Louis Genard

Philosophe et docteur en sociologie. Il est professeur ordinaire à la Faculté d’architecture La Cambre-Horta de l’Université libre de Bruxelles. Il est également chargé de cours aux Facultés universitaires de Saint-Louis. Il dirige le GRAP, Groupe de recherche sur l’action publique de l’Université libre de Bruxelles. Ses travaux portent principalement sur l’éthique, la responsabilité, les politiques publiques, en particulier les politiques sociales, les politiques de la ville, la culture et les politiques culturelles, l’art et l’architecture, ainsi que sur les questions épistémologiques. Il est rédacteur en chef de la revue électronique de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF), SociologieS. Il codirige la collection Action publique chez Peter Lang, ainsi que la collection Architecture et aménagement du territoire aux Editions de l’ULB.
Parmi ses publications : Sociologie de l’éthique (L’Harmattan, 1992), La Grammaire de la responsabilité (Cerf, 2000), L’évaluation des politiques publiques au niveau régional avec S. Jacob et F. Varone (P. Lang, 2007), Action publique et subjectivité avec F. Cantelli (LGDJ, 2007), Critical Tools, les instruments de la critique avec H. Heynen (Lettre Volée, NeTHCA, 2012) ainsi que de très nombreux articles.

Mots clés : anthropologie conjonctive/disjonctive, politiques de capacitation, rationalisation, référentiel de compétences, transition, vulnérabilité, résilience, logique d’indicateurs, care, territoire vulnérable.

Catherine Larrère

Professeur émérite à l’Université de Paris I - Panthéon-Sorbonne. Spécialiste de philosophie morale et politique, elle s’intéresse aux questions éthiques et politiques liées à la crise environnementale et aux nouvelles technologies (protection de la nature, prévention des risques, développement des biotechnologies), et a contribué à introduire en France les grands thèmes de l’éthique environnementale d’expression anglaise.
Parmi ses publications récentes : Les philosophies de l’environnement (Presses universitaires de France, 1997), Du bon usage de la nature : Pour une philosophie de l’environnement avec Raphael Larrère (Paris : Aubier, 1997 ; rééd. Champs Flammarion, 2009).

Mots clés : éthique environnementale, burden, Sommet de la Terre à Rio 1992, Kyoto 1997, diversité biologique, empreinte écologique, changement climatique, risque industriel, care, Grassroots Movements.

Joëlle Libois

Docteure en sciences de l’éducation, elle est directrice de la Haute école de travail social de Genève (HES-SO). Elle a suivi une formation initiale en travail social puis s’est spécialisée en analyse du travail. Son expérience professionnelle dans les champs de l’animation socioculturelle et de l’éducation sociale l’ont amenée à s’intéresser aux dimensions relationnelles et affectives, à la présence à autrui comme fondements de l’activité en travail social. Ses dernières publications concernent les pratiques professionnelles de l’action sociale et la formation en travail social.
Parmi ses publications récentes : La part sensible de l’acte (Editions ies, à paraître en 2013) ; Animation socioculturelle. Pratiques multiples pour un métier complexe (L’Harmattan, 2011) ; Travailler en réseau. Analyse de l’activité en partenariat dans les domaines du social, de la santé et de la petite enfance (Editions ies, réédition enrichie 2010) ; Analyse de l’activité en travail social. Actions professionnelles et situations de formation (Editions ies, 2007) ; L’intelligibilité des savoirs d’action comme axes de recherche et de formation de niveau tertiaire, dans La rationalisation des métiers du social. Les Politiques Sociales, 2010.

Stéphane Rossini

Docteur en sciences sociales de l’Université de Lausanne. Professeur, responsable du Master of Advanced Studies en action et politiques sociales (HES-SO) ; Chargé de cours aux Universités de Genève et Neuchâtel. Principaux domaines d’enseignement et de recherche : système suisse de protection sociale, plus particulièrement les domaines de la santé et des assurances sociales, les questions de pauvreté et de solidarité.
Auteur de nombreuses évaluations d’institutions et d’administrations de la sécurité sociale. Par ailleurs, député à l’Assemblée fédérale helvétique, membre de la commission de la sécurité sociale et de la santé publique depuis 1999.

Mots clés : cohésion sociale, régimes de protection sociale, assistance publique, gouvernance, capacité concurrentielle de l’économie, responsabilité individuelle, frein à l’endettement, invalidité psychique.

Françoise Tschopp

Professeure de la Haute école de travail social de Genève (HES-SO), et ancienne responsable de son centre de formation continue. Après une formation initiale en travail social et une pratique dans le champ de l’éducation spécialisée, elle a obtenu un master en sciences de l’éducation. Sa connaissance du travail social et de la formation, son expérience des transformations des métiers du social, des structures institutionnelles et du champ de la formation l’amènent à intervenir comme superviseure dans de multiples contextes institutionnels. A l’écoute de l’évolution des problématiques sociales, du rôle du travail social et de la place des acteurs, elle questionne les mouvements et les tensions qui animent une équipe tant sur le plan individuel que collectif. Elle a publié des articles sur l’évolution de la formation continue et du champ professionnel. Elle est membre du bureau de l’AIFRIS et présidente de l’ASFRIS. Elle assume aussi la présidence de l’ASTURAL, association qui encadre des structures éducatives et pédago-thérapeutiques pour enfants et adolescents.

Michel Vuille

Docteur en sociologie. En retraite active depuis 2004. Auparavant, chercheur au Service de la recherche en éducation (SRED, Genève) ; ses thèmes de recherche principaux étaient jeunesses et cultures juvéniles, travail social et animation socioculturelle, évaluation, violence ordinaire. Il était également chargé de cours à la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’Université de Genève.
Ses enseignements portaient sur divers thèmes : Genèse, prévention et prise en charge des inadaptations sociales, marginalités et société. Membre du Comité directeur du Programme national de recherche (PNR 51) Intégration et exclusion, Berne, FNRS, 2001-2007, et de la Commission externe d’évaluation des politiques publiques (CEPP) de Genève, depuis 2006.

Mots clés : sociétés individualisantes/capabilisantes/libéralisantes et marchandisantes ; tensions entre polarisation et ambivalence, invisibilité sociale, « culture AIFRIS », transition, populisme, industriel.

© Éditions ies, 2013

Terms of use: http://www.openedition.org/6540