Version classiqueVersion mobile

Accessibilité et participation sociale

 | 
Manon Masse
, 
Geneviève Piérart
, 
Francine Julien-Gauthier
, 
et al.

Quatrième partie. Des droits formels aux droits effectifs : le chemin à parcourir

L’accompagnement des artistes en situation de handicap

Une approche par les ressources qui interroge les pratiques sociales

Francis Loser et Barbara Waldis

Résumé

L’article rend compte d’une investigation menée dans quatre ateliers d’art visuel qui soutiennent des artistes en situation de handicap et la diffusion de leurs œuvres. Nos résultats indiquent que les responsables d’atelier activent le réseau artistique en plus d’accompagner les artistes, ce qui renforce les talents de ces derniers et leur participation sociale via les expositions.

Texte intégral

Introduction

1Dans le domaine social, le recours à l’art est devenu une pratique courante et de nombreuses expériences en témoignent, qu’il s’agisse des ateliers de création et d’expression ou d’art-thérapie mis en place dans les institutions sociales ou des événements publics organisés par des institutions socioculturelles. Ces lieux et expériences ont fait l’objet de recherches (Creux, 2006 ; Loser, 2010 ; Waldis, 2016), au contraire des ateliers d’art fréquentés par des artistes en situation de handicap. Pour combler cet oubli, nous avons décidé de mener une recherche ethnographique multisituée (Marcus, 2010) selon une perspective interactionniste dans quatre ateliers d’art visuel (peinture, sculpture, etc.) suisses fréquentés par des artistes en situation de handicap (déficience intellectuelle, infirmité motrice cérébrale, troubles psychiques). Ces espaces, situés à Berne, Villars-sur Glâne, Saint-Maurice et Genève, sont explicitement orientés sur l’accompagnement artistique et la diffusion des œuvres des artistes. Notre enquête a été menée entre 2014 et 2016 en recourant à des observations participantes (vingt jours) et à une vingtaine d’entretiens avec les responsables d’atelier, les membres des comités associatifs et des professionnel·le·s spécialisé·e·s dans ce type de structures. En plus des échanges en atelier, à l’aide de la méthode du Go-Along (Perego & Völksen, 2017), nous nous sommes entretenu·e·s de manière approfondie avec une demi-douzaine d’artistes.

2Cette investigation, à laquelle ont été associées deux assistantes, Sophia Völksen et Sonia Perego, et un réalisateur, Cyril Bron, a permis de mettre en lumière non seulement les interactions entre les actrices et les acteurs à l’intérieur de ces espaces, mais aussi entre ces espaces et le monde environnant. Les résultats de notre recherche (Loser, 2017 ; Loser & Waldis, 2017) tendent à montrer que ces ateliers d’art sont des lieux qui soutiennent véritablement le travail des artistes en situation de handicap et leur accès au monde de l’art. Nos données permettent aussi de valider le processus d’artification (Shapiro & Heinich, 2012) suivi par les créations issues de ces ateliers, à savoir le processus qui métamorphose un simple dessin en œuvre reconnue comme telle dans le monde de l’art. Si le talent et l’engagement important des artistes méritent d’être soulignés, il convient de relever que le processus d’artification des œuvres repose avant tout sur une mise en réseau d’une série d’acteurs qui collaborent à l’aboutissement des œuvres en question (Becker, 2010). Au cœur de ce réseau, les responsables des ateliers d’art jouent un rôle essentiel.

3Dans le cadre de cet article, il nous a semblé pertinent de nous pencher sur les pratiques des responsables d’atelier d’art et sur leurs multiples fonctions dans la mesure où leur accompagnement des artistes en situation de handicap, qui privilégie une approche centrée sur les ressources, ouvre des perspectives encourageantes, tout à fait transposables aux pratiques en travail social.

4Dans un premier temps, sur la base des résultats de nos recherches, nous allons examiner les pratiques des responsables d’atelier à la lumière des capabilités, modèle d’analyse élaboré par Amartya Sen (2010) et Marta Nussbaum (2011, 2012) et d’autres chercheur·e·s qui partagent le même horizon conceptuel (Bonvin & Farvaque, 2007, 2008 ; Monnet, 2007 ; Sanchez, 2009 ; Juhle, 2016), en articulation avec le modèle du Processus de production du handicap (PPH) de Fougeyrollas (1998, 2010) et la Convention relative aux droits des personnes handicapées (CDPH). Dans un second temps, nous élargirons nos réflexions en les situant dans le contexte sociopolitique et économique actuel. Enfin, nous nous intéresserons aux fondements pédagogiques qui sous-tendent, explicitement ou implicitement, les pratiques des responsables d’atelier d’art et les débouchés qu’elles et ils autorisent en termes d’accompagnement. Ce dernier volet de notre article, qui prend appui sur les travaux de John Dewey (2005, 2011), permettra de mettre en discussion les modèles d’accompagnement en rapport aux pratiques développées en travail social, qui sont devenues plus sensibles au développement des ressources des bénéficiaires, au renforcement de leur pouvoir d’agir et de leur estime de soi. Si les pratiques artistiques et éducatives ne suivent pas les mêmes logiques d’action, ni les mêmes buts, valeurs et finalités, des mises en correspondance sont tout de même possibles, tant sur le plan pratique que théorique, et ouvrent des pistes de réflexion utiles pour interroger l’accompagnement social des bénéficiaires.

Accompagnement des personnes en situation de handicap et développement humain

5L’approche du développement humain demande de considérer les activités et compétences des personnes en rapport à l’environnement. Selon le PPH (Fougeyrollas, 1998, 2010), les facteurs personnels interagissent étroitement avec les facteurs environnementaux – accès aux bâtiments et institutions, représentations sociales, etc. – et les habitudes de vie liées aux us et coutumes en vigueur. Dans le modèle social et anthropologique proposé par Fougeyrollas, la situation de handicap résulte de la dynamique interactive entre ces trois pôles, et plus précisément quand leur combinaison empêche l’accès aux droits pour les personnes concernées.

6Pour compléter les travaux de Fougeyrollas, nous avons privilégié l’approche par les capabilités (Sen, 2010 ; Nussbaum, 2011), qui propose une analyse de la question des inégalités et de la justice sociale de manière élargie en considérant les ressources des personnes en regard de la qualité de l’environnement. Ainsi que le relève Eric Monnet (2007, p. 103), selon Amartya Sen « […] il faut non seulement prendre en compte ce que possèdent les individus, mais aussi leur capacité, leur liberté à utiliser leurs biens pour choisir leur propre mode de vie ». La prise en considération des différentes capacités des individus à utiliser les ressources conduit Martha Nussbaum à relever la distinction entre une politique sociale qui « promeut la santé et une autre qui promeut les capabilités de santé » (2012, p. 46). Pour la philosophe, « c’est cette dernière et non la première qui respecte les choix de vie des individus » (2012, p. 46). Nussbaum réfute, de fait, toute généralisation qui imposerait implicitement le modèle de l’individu en bonne santé, capable physiquement et mentalement puisque : « même à la fleur de l’âge, beaucoup d’entre nous rencontrent de plus ou moins courtes ou longues périodes de dépendance envers les autres – après une intervention chirurgicale, ou une blessure sévère, ou pendant une période de dépression ou de stress mental aiguë » (Nussbaum, 2007, p. 101, citée par Sanchez, 2009, p. 31).

7L’approche par les capacités s’intéresse à la liberté réelle dont disposent les individus et repose sur une distinction fondamentale entre ce que Sen (2010) appelle les fonctionnements et les capabilités. Les fonctionnements se rapportent aux réalisations qu’une personne est en mesure de faire effectivement alors que les capabilités sont les libertés réelles de choix dont dispose cette même personne de se comporter de telle ou telle manière (Bonvin & Farvaque, 2007). Des liens peuvent ici être clairement établis entre les capabilités et la CDPH, qui promeut les droits effectifs des personnes en situation de handicap dans tous les domaines de la vie.

8Pour Nussbaum, les « capabilités sont importantes en raison de la manière dont elles peuvent conduire à des fonctionnements » (2012, p. 45). En clair, selon le contexte, deux personnes n’ont pas nécessairement le même degré de liberté. Amartya Sen (2010) note que, si l’on compare la situation de famine à celle de jeûne volontaire, leur différence tient au contexte qui, d’un côté, relève d’une situation de contrainte liée à la pénurie et, de l’autre côté, d’un choix librement consenti dans un contexte d’abondance (Bonvin & Farvaque, 2007).

9Avec l’éclairage que propose l’approche par les capabilités, l’accompagnement des personnes en situation de handicap se doit de promouvoir un développement des ressources individuelles en articulation avec l’environnement social selon une perspective émancipatoire qui pose la question des droits, de la justice sociale et du politique. Cette approche s’inscrit dans l’esprit des disability studies, qui privilégient une perspective d’agentivité. De par une conception du handicap fondée sur la justice sociale, il y a passage vers un paradigme émancipatoire, qui suppose non seulement de considérer la variabilité des situations en fonction de l’environnement, mais de reconnaître les pleins droits et l’expertise des personnes handicapées concernant leur situation (Boucher, 2003).

Accompagnement des artistes en situations de handicap et approche par les capabilités

10Pour qu’une personne puisse bénéficier d’une liberté réelle afin de mettre en place le projet de vie qu’elle souhaite, une série de conditions préalables sont nécessaires. La distinction entre les fonctionnements : « ce que je fais effectivement (les actes ou les choix que je pose) » (Bonvin & Farvaque, 2007, p. 10) et les « capabilités ou libertés réelles de me comporter de telle ou telle manière (les actes ou les choix que je peux poser) » (2007, p. 10) est essentielle car elle permet d’axer la réflexion sur les actes que les acteurs sont réellement en mesure de mener et sur leurs droits effectifs. Pour toute situation, il convient donc de spécifier la manière dont se déroule l’interaction entre la personne et son environnement et les ressources (tous les biens et services dont une personne dispose) qui lui sont attachées. Ainsi que le rappellent Bonvin et Favarque, « entre la possession ou la disponibilité de ces ressources ou droits formels et la liberté réelle des personnes, il y a une distance importante […] des inégalités réelles vont néanmoins émerger en raison de différences qui surviennent au niveau de ce que Sen appelle les facteurs de conversion » (2007, p. 11).

11Les trois facteurs de conversion (Sen, 2010) relèvent respectivement de la sphère individuelle (caractéristiques et compétences individuelles), sociale (contexte sociopolitique et culturel dans lequel une personne évolue) et environnementale (infrastructures, équipements, architecture, etc.). De ce fait, « en l’absence de facteurs de conversion adéquats, les ressources ne peuvent se traduire en libertés réelles et les droits demeurent formels » (Bonvin & Favarque 2007, p. 11).

12Si nous nous intéressons aux facteurs de conversion qui interviennent dans l’accompagnement des artistes en situation de handicap, les résultats de notre enquête nous permettent d’avancer que les responsables d’atelier d’art, dont l’activité se décline autour de plusieurs fonctions, activent les trois types de facteurs de conversion identifiés par Sen (2010).

13Concernant les facteurs de conversion dont il est question ci-avant, il apparaît que les responsables des ateliers d’art sont particulièrement attentifs à soutenir le processus créatif des artistes afin que ces derniers puissent cheminer et découvrir leur manière propre de s’exprimer. Comme le relève l’une des responsables : « J’apporte une forme d’aide… j’exerce un peu le rôle d’un moteur, des fois de guide, d’appui technique… des fois d’input juste pour pointer une chose ou l’autre, pour aiguiller […] C’est une forme de coaching personnel, pas psychologique, mais visuel […] ». Un autre praticien note pour sa part qu’il s’agit « de les aider à voir où ils sont forts, je vais dans leur direction et je leur fais des propositions… où ils peuvent un peu creuser… ». La première praticienne précise encore qu’il s’agit d’un « travail très sensible », qui n’est par ailleurs pas exempt d’ambiguïté dans la mesure où il doit aussi prendre en compte le volet humain : « Au fond tu es artiste, mais quand tu arrives ici à l’atelier ce sont surtout des questions humaines… […] Maria a fait une grosse crise d’épilepsie hier […] il y a tout d’un coup, une assistance à apporter là… ou quelqu’un a un problème pour aller aux toilettes. Donc il y a aussi le côté humain. » Ce volet essentiel dans l’accompagnement des personnes ne doit toutefois pas détourner les responsables d’atelier de leur objectif premier : « pour moi, le principal challenge, c’est de voir de belles choses… que ce qu’ils font soit beau et que ça tienne ».

14Notre étude montre que l’activité des responsables d’atelier implique une dimension humaine et relationnelle, mais que les professionnel·le·s centrent leurs efforts sur les questions techniques et artistiques et soutiennent ainsi les capacités des personnes accompagnées, de même que leurs capacités d’autodétermination (Haelewyck & Nader-Grobois, 2004 ; Ninacs, 2008). L’approche observée, qui tient implicitement d’une visée d’empowerment (Parazelli & Bourbonnais, 2017), explique sans doute une forme de symétrisation des rapports entre les artistes accompagné·e·s et les responsables des ateliers qui, rappelons-le, sont eux-mêmes des artistes. Ainsi que le note l’un des praticien·ne·s, « c’est vraiment un travail d’artiste à artiste ». Le jeu d’identification entre partenaires est particulièrement probant dans les réflexions d’un responsable d’atelier d’art lorsqu’il explique avoir opéré des prises de conscience sur son approche artistique grâce aux artistes qu’il accompagne : « […] travailler moins de manière intellectuelle, davantage sur le plan sensitif, j’ai l’impression d’avoir appris ça d’eux ».

15Les données issues de notre enquête tendent à montrer que la posture d’accompagnant·e adoptée par les responsables d’atelier d’art joue sur un double registre puisque le soutien technique accordé aux participant·e·s se double d’un mouvement de réciprocité, de reconnaissance mutuelle en termes de compétences artistiques.

  • 1 Les œuvres de Pascal Volanthen ont fait l’objet d’une exposition à la Fri-Art Kunsthalle du 5.09 au (...)

16En plus des facteurs de conversion individuels, qui s’appliquent à la question de l’autodétermination, les tâches curatoriales prennent en compte les facteurs de conversion sociaux et occupent une large place dans l’activité des responsables d’atelier d’art. Les praticien·ne·s le soulignent eux-mêmes, une des compétences majeures de leur activité repose sur leur connaissance des arts plastiques et du réseau artistique (galeries, critiques d’art, etc.), ce qui leur permet d’assurer la diffusion des œuvres et leur reconnaissance publique. A ce sujet, une des praticien·ne·s relève que « c’est grâce à mon réseau qu’on a pu exposer Pascal Volanthen1 à Fri-Art Kunsthalle […] J’étais dans le comité là-bas et le directeur actuel, c’est un copain de l’école des Beaux-Arts […] ». La perspective défendue par Becker (2010), selon laquelle tout·e artiste et toute œuvre existent grâce à la collaboration de tout un réseau d’acteurs, se trouve ici parfaitement illustrée.

17Si les responsables des ateliers passent du temps à soutenir les artistes au sein de l’atelier, elles et ils conçoivent leur activité de manière plus étendue, dans la mesure où ils remplissent également une fonction d’ambassadrice et d’ambassadeur des œuvres afin d’assurer leur diffusion dans le monde de l’art et, dans le même mouvement, la reconnaissance des artistes. En termes de facteurs de conversion sociaux, cette fonction des responsables d’atelier d’art est cruciale et se présente sous un jour particulier. Effectivement, pour soutenir les artistes de leur atelier, les responsables de ces espaces n’engagent pas qu’un rôle professionnel puisqu’elles et ils mobilisent en grande partie les actrices et les acteurs de leur propre réseau artistique. Davantage qu’un engagement de personne à personne, l’activité des responsables d’atelier relève d’un engagement solidaire entre artistes. Aussi, le succès des un·e·s constitue-t-il le succès de toutes et tous, ce qui est mis en relief dans l’extrait d’entretien suivant : « C’est super motivant de voir qu’il y a un écho en dehors de l’atelier […] de voir que les artistes sont aussi contents qu’il y ait un écho. Ça touche un peu à mon rôle de porte-parole, de transmetteur de cette forme d’art… »

18Pour les responsables d’atelier, l’attention se porte sur la reconnaissance des œuvres des artistes accompagné·e·s, mais aussi sur la reconnaissance sociale de ces derniers au fil des expositions. Un des praticien·ne·s estime ainsi que son action permet aux artistes accompagné·e·s « de développer leur démarche artistique et puis de leur donner la possibilité d’avoir un statut, tu sais… ou une identité en tant qu’artiste ». Pour les artistes en situation de handicap, le fait de pouvoir exposer dans des lieux reconnus de l’art ne rend pas seulement hommage à leur travail et à leurs œuvres, mais contribue de surcroît à asseoir une autre image sociale d’elles-mêmes et d’eux-mêmes, passant d’un statut dévalorisé de « handicapé·e » à un statut valorisé d’artiste.

19S’il faut saluer le succès et la reconnaissance acquise par les œuvres des artistes, celles-ci se trouvent aujourd’hui encore le plus souvent assignées à une labellisation particulière, telle que les dénominations d’art brut, d’art singulier ou d’art différencié qui renvoient à un genre artistique qui caractérise moins les œuvres qu’elle ne catégorise les artistes. Et l’affaire se complique encore si l’on prend en compte que les artistes en situation de handicap jouent elles-mêmes et eux-mêmes volontiers sur ce registre, sinon sur cette ambiguïté (Solvang, 2012). A l’instar de certaines femmes artistes, les artistes « handicapé·e·s » revendiquent parfois leur expérience particulière du monde pour évoquer le sens de leur démarche, alors que d’autres se déclarent avant tout artistes. L’émancipation passe par des cheminements diversifiés et seule compte, en définitive, la parole des personnes concernées. Dans le cadre de notre étude, le positionnement des artistes n’a pas toujours été évident à repérer, parfois en raison de leur déficience intellectuelle. Toutefois, celles et ceux qui ont pu s’exprimer à ce sujet ont avant tout revendiqué leur statut d’artiste.

20Pour terminer le tour d’horizon relatif aux facteurs de conversion, relevons que l’existence même des ateliers d’art constitue un facteur de conversion environnemental favorable dans la mesure où ils fonctionnent comme des académies, alors que les écoles d’art demeurent inaccessibles aux artistes qui ne sont pas titulaires de certificats scolaires reconnus. Ce problème est clairement identifié par les responsables d’atelier et constitue même une préoccupation centrale à leurs yeux, ce qui transparaît dans l’extrait d’entretien suivant : « […] de pouvoir faire en sorte que ce type d’atelier-là existe, c’est vraiment le but […] que les artistes puissent s’exprimer et que leurs œuvres puissent être connues par le biais des expositions… je crois que c’est vraiment le but ».

21Appréhender l’activité des responsables d’atelier d’art par le biais des capabilités autorise une lecture qui clarifie non seulement leur fonction, mais qui met également en perspective les facteurs de conversion qui permettent aux artistes d’accéder aux ressources qui leur sont offertes. Aux côtés de l’accompagnement individualisé qui permet aux artistes d’avoir à disposition des interlocuteurs compétents en termes artistiques – « quelqu’un à qui parler en disant : ‹ Qu’est-ce que tu penses ? Qu’est-ce que tu ferais ? › » – les facteurs sociaux et environnementaux sont également pris en considération.

22Comme énoncé dans la partie introductive, notre article a pour objectif de mettre en discussion l’accompagnement des responsables d’atelier d’art en regard, d’une part, de ses fondements épistémologiques et, d’autre part, des pratiques professionnelles en travail social, ce qui nous amène à opérer un détour du côté des nouvelles politiques publiques afin de contextualiser le débat.

Accompagnement des personnes en situation de handicap et politiques sociales

23A l’instar d’autres groupes minoritaires, les personnes en situation de handicap occupent une place à part dans la société occidentale, fait qui renvoie au phénomène de stigmatisation (Goffman, 1975). Il en découle que les personnes qui présentent une déficience intellectuelle ou toute autre déficience sont reléguées à une place liminaire d’entre-deux (Murphy, 1990 ; Gardou, 2000), où elles ne sont jamais totalement considérées comme des adultes (Mollet, 2000) ni comme des citoyen·ne·s à part entière.

24Auparavant, comme le décrit Isabelle Astier (2007) au sujet du cadre des politiques sociales publiques en France et dans d’autres pays européens, le modèle de la protection relevait d’une conception passive de l’intégration dans une société disciplinaire où l’usager, quel que soit son problème, était appelé à se conformer en incorporant la norme institutionnelle et sociale sans la discuter. Aussi les personnes en situation de handicap ont-elles fait l’objet d’un traitement social qui s’est avant tout traduit par la mise en place des institutions spécialisées, un mode d’intervention qui misait sur le « traitement » et le « gardiennage », reléguant les personnes à des objets de soin hors de toute participation (Boucher, 2003). On assistait à une situation de ségrégation (Rioux & Prince, 2002) et à une réduction de l’identité des personnes à des caractéristiques stigmatisantes (Parazelli & Bourbonnais, 2017).

25Grâce aux combats menés par le mouvement des personnes handicapées, dans les pays anglo-saxons principalement, une évolution des modèles d’accompagnement a pu être observée en lien avec une évolution de modèles théoriques critiques à l’égard du modèle biomédical et ségrégationniste. De nouvelles classifications du handicap ont permis de diffuser un modèle qui prend en compte le contexte social et, par là même, l’interaction entre la personne et son environnement (Fougeyrollas, 1998, 2010 ; Organisation mondiale de la Santé [OMS], 2001). Par l’affirmation de la dignité et des droits des personnes en situation de handicap réalisée par la CDPH, la notion de handicap est aujourd’hui conçue comme une problématique de nature politique qui vient interroger les bases légales (droit des tutelles par exemple) et, plus largement, les politiques sociales et les formes de soutien proposées aux personnes en situation de handicap.

26Ce changement de paradigme, réjouissant en soi, s’inscrit cependant dans un contexte socioéconomique complexe où la promotion de l’individualisme se décline selon des termes ambigus. Si l’on en croit Isabelle Astier (2007), un basculement s’est opéré entre un modèle de société disciplinaire, dans laquelle les individus étaient passivement inscrits dans des structures sociales stables, à un modèle de société qui repose sur une culture de l’individualité, où tout le monde est sommé d’avoir des désirs, « […] d’être lui-même, d’être actif et de vouloir expressément s’insérer […] » (Astier, 2007, p. 184). C’est ainsi que Giauque (2017) note que « les nouveaux modèles gestionnaires prennent de plus en plus la forme d’une nouvelle ‹ gouvernance de soi › […] » (p. 13). Or cette gouvernance de soi repose moins sur l’élaboration de projets désirés par les usagères et les usagers, discutés et soutenus par les travailleuses et travailleurs sociaux, que sur une soumission aux programmes d’activation et de suivi standardisés imposés par la Nouvelle gestion publique (Diercks & Gonin, 2015). Il s’agit en fait d’une culture de l’autocontrôle, issue du nouvel esprit du capitalisme (Boltanski & Chiapello, 1999), où « chacun devrait être responsable de son comportement, bien que celui-ci soit encadré par des experts lointains et invisibles » (Dujarier, 2015, p. 11 [sic]). Pour le coup, une pression continue s’exerce sur les bénéficiaires, mais aussi sur les travailleuses et travailleurs sociaux, qui sont exhortés à faire preuve de flexibilité et de créativité afin de s’adapter continuellement aux nouvelles exigences et prescriptions, leurs difficultés individuelles et interpersonnelles étant ramenées à des difficultés d’adaptation (Parazelli & Ruelland, 2017).

27L’esprit d’autoentreprenariat et d’autocontrôle positiviste qui sous-tend le contexte socioéconomique et les politiques publiques actuels s’appesantit sur la seule responsabilité individuelle, ce qui pose problème pour la défense des droits et de la dignité des personnes en situation de handicap. Il s’oppose en effet à la CDPH et au modèle du développement humain (Fougeyrollas, 1998, 2010 ; Nussbaum, 2012) qui ne sauraient concevoir l’émancipation des individus hors des interactions entre la personne et son environnement.

28Paradoxalement, en Suisse, avec la nouvelle loi fédérale sur l’assurance invalidité (AI), l’aide apportée aux personnes en situation de handicap est conditionnée par un modèle normatif de la validité. Celui-ci mesure son succès avant tout au taux de personnes en situation de handicap insérées dans le marché du travail, alors que les entreprises ne sont soumises à aucune contrainte en termes d’adaptation des postes de travail (Geisen & Baumgartner, 2016 ; Nadai, 2017 ; Piecek-Riondel, Tabin, Perrin & Probst, 2017).

29En se penchant sur le système économique néolibéral, Bates, Goodley & Runswick-Cole (2017) mettent en évidence que nous sommes face à un modèle où les individus sont soumis à une norme d’efficience permanente. Aussi, se basant sur les disability studies (McRuer, 2006) et les théories féministes (Butler, 2009), proposent-ils d’ancrer le modèle humain sur la précarité de la vie, la vulnérabilité économique, sociale et corporelle de tout individu. Cette condition de vie de base, partagée par le plus grand nombre, est encore plus marquée pour des personnes en situation de handicap et, en réalité, « ce n’est pas le fait que la personne ait une déficience quelconque qui fait d’elle une personne handicapée, mais plutôt l’échec de la société capitaliste à répondre à ses besoins […] » (Boucher, 2003, p. 151).

30Si le projet néolibéral est problématique, c’est moins par le fait qu’il place l’attention sur l’individu que par le fait qu’il conçoit les problèmes sociaux sous le seul angle de la responsabilité individuelle selon un modèle de fonctionnement, pour le moins discutable, d’un être toujours capable et valide. Une déficience ne peut définir le statut social d’une personne, mais doit être assimilée à une vulnérabilité parmi d’autres, d’où l’importance de considérer de manière dynamique et interactionniste la situation de handicap qui affecte une personne dans son autonomie, sa dignité et son accès aux droits selon les ressources à disposition dans l’environnement.

31Si la culture de l’individualité, issue du projet économique néolibéral, peut rimer avec une des formes d’aliénation, il importe de souligner qu’elle porte aussi en elle les ferments de l’émancipation revendiquée par les personnes en situation de handicap, du fait que les individus sont aujourd’hui appelés à jouer un rôle qui n’est pas défini à l’avance et qu’elles et qu’ils disposent de différents répertoires (Singly, 2003). Pour autant que les personnes bénéficient d’un environnement « capacitant », cette mobilité des rôles et répertoires est compatible avec le modèle du développement humain et la défense des droits des personnes tels que définis par la CDPH. Un tel agencement personne-environnement conçoit le handicap comme « une particularité qu’un processus inclusif veut prendre en compte au titre d’une singularité parmi d’autres » (Pillant, 2014, p. 108). Dans la mesure où la singularité se trouve reconnue, elle permet de concevoir des modes de vie uniques, des possibilités de rencontres et de relations tout à fait originales.

32Pour revenir aux ateliers d’art, les responsables ne considèrent pas les artistes en regard de leur déficience, mais de leurs compétences à révéler. Cette valorisation des ressources des personnes est par ailleurs fondée sur une posture d’accompagnement qui mérite examen. Non seulement elle prend en considération les facteurs sociaux et environnementaux, mais elle se double d’une forme de symétrisation des rapports – « c’est vraiment un travail d’artiste à artiste ».

Accompagnement par les capabilités : le développement humain et la notion d’expérience

33Pour John Dewey (2005, 2011), la notion d’expérience humaine est centrale pour comprendre l’agir humain, mais aussi l’idéal démocratique puisque l’éducation doit tendre vers le développement des êtres humains. Selon le philosophe, « la fonction de l’éducation en général est là : promouvoir la méthode de l’expérience non seulement pour communiquer, apprendre, transmettre, mais aussi pour que cette méthode soit valorisée, pénètre les mœurs et pilote la conduite aussi bien des individus dans leur vie privée que des citoyens sortis de l’école » (Zask, 2011, p. 29-30 [sic]). Une continuité est par conséquent affirmée entre la démocratie et le mode de vie personnel, qui est à la fois individuel et social. Nous retrouvons ici la même préoccupation que dans l’approche par les capabilités pour articuler le projet éducatif au projet de société, voire de la justice sociale puisque Dewey (2011) dénonce toutes formes de mise à l’écart comme étant contraires au projet éducatif et démocratique.

34Les développements théoriques de Dewey, notamment en ce qui concerne l’interaction entre la vie individuelle et sociale, renvoient aux réflexions de Richard Shusterman, qui note que : « Une part cruciale de l’environnement de l’organisme humain est constituée par la société des autres humains, sans laquelle un organisme humain nouveau-né ne pourrait jamais survivre, acquérir une pleine identité humaine, ni maîtriser un langage socialement partagé dans lequel nous formons nos pensées les plus privées » (Shusterman, 2007, p. 247).

35Si toute personne est le fruit des interactions sociales, il convient de comprendre la notion d’expérience dans une perspective processuelle et interactive qui se déroule dans la durée. Pour Dewey (2011) : « Les deux principes : Continuité et Interaction ne se séparent jamais l’un de l’autre » (2011, p. 479), ce qui ouvre des perspectives essentielles pour les éducatrices et éducateurs qui, dans le cadre de leur accompagnement quotidien, sont appelés à discerner ‹ in concreto ›, dans quelle mesure tel environnement détermine des expériences capables de promouvoir la croissance » (2011, p. 477). A l’évidence, il est possible d’entrevoir une communauté d’idées entre l’expérience deweyenne, l’approche par les capabilités et la CDPH, qui établissent une étroite corrélation entre le développement des ressources individuelles et les qualités de l’environnement.

36Dans les ateliers d’art investigués, nous avons pu observer que les responsables soutiennent les artistes et leurs ressources propres – leurs capabilités internes (Nussbaum, 2012, p. 40) – en leur proposant sans cesse de nouvelles manières de voir et de faire tout en respectant leur rythme, leur style et leurs motivations. Par ailleurs, les responsables des ateliers d’art se préoccupent des interactions avec l’environnement : activation du réseau artistique, relais auprès du monde socioculturel et politique, etc. Ainsi est-il possible de considérer que les ateliers d’art participent à la construction de capabilités combinées, qui sont « définies comme des capabilités internes auxquelles s’ajoutent les conditions sociales, politiques, économiques où le fonctionnement correspondant peut effectivement être choisi » (Nussbaum, 2012, p. 41). Pour Nussbaum, il n’est pas possible « de penser à une société qui produirait des capabilités combinées sans produire des capabilités internes » (2012, p. 41).

37Selon nous, il est possible de dresser un parallèle entre l’accompagnement des personnes en situation de handicap tel qu’il est développé dans les ateliers d’art et celui qui est mis en place dans les institutions sociales. D’aucuns estimeront toutefois que les activités artistiques ne peuvent pas être assimilées à l’accompagnement social, réserve qui n’est pas infondée et qui demande une clarification. Relevons d’abord qu’il est commun de penser la pratique artistique en termes de résultat en s’intéressant avant tout aux œuvres et aux biographies des artistes qui les ont produites. Nous retrouvons ici le modèle romantique, qui aime considérer toute production artistique en rapport avec la vie de l’artiste entrevu comme un être à part, inspiré par les muses sinon par les dieux. Pour Becker (2010) et Heinich (2004), il en va tout autrement puisque les œuvres résulteraient d’une collaboration entre acteurs. Dans son ouvrage, Art as Experience, John Dewey (2005) s’est moins intéressé aux œuvres qu’à l’art en train de se faire, à ses conditions d’émergence et à l’expérience qu’il implique pour celui qui crée. Comme le note Dewey, il ne faut pas couper les œuvres du processus qui les a vu naître, ne pas soustraire la praxis de la poiésis ; il s’agit, au contraire, de « restaurer cette continuité entre ces formes raffinées et plus intenses de l’expérience que sont les œuvres d’art et les actions, souffrances et événements quotidiens universellement reconnus comme des éléments constitutifs de l’expérience » (2005, p. 21-22). Ainsi, entre l’activité artistique et intellectuelle, par exemple, la différence se situerait au niveau de la nature du matériau et non du côté du processus engagé et de la recherche de sens qui parachève toute expérience. Pour Dewey, la créativité tend à se confondre avec la capacité de l’individu à donner sens à son agir. En travail social, c’est la relation interindividuelle et sociale qui, appréhendée de manière sensible et créative, constitue le matériau de l’activité mise au service d’une production de sens. Le sociologue Hans Joas (2008) remarque que les pragmatistes veulent ancrer la créativité au cœur de l’agir de l’être humain envisagé comme un organisme situé au sein d’un environnement naturel et social. Les conditions de l’environnement jouent pour ce courant de pensée un rôle aussi important que l’appareil corporel de l’être humain.

38Les éléments de réflexion proposés par Dewey pourraient venir étayer les pratiques en travail social. Parmi les points saillants, retenons l’importance de ne pas considérer les personnes accompagnées en tant qu’entités isolées, ni d’examiner leurs faits et gestes en dehors d’un contexte donné, d’un processus interactif et continu avec l’environnement.

39Cela interroge la conception des projets d’accompagnement des bénéficiaires de l’action sociale, dont les objectifs devraient être construits, d’une part, avec la personne en s’intéressant à ses ressources plutôt qu’à ses manques et, d’autre part, en articulation avec l’environnement, pour que ses droits soient pleinement respectés.

40La question du sens et du caractère dynamique et interactif des projets socioéducatifs est donc posée, de même que l’articulation entre les capacités personnelles des bénéficiaires et leur possibilité de réalisation, qui dépend des conditions environnementales. Dans les ateliers d’art, les artistes sont invité·e·s à développer une expérience qui trouve sens à leurs yeux dans la mesure où celle-ci favorise à la fois leur expression personnelle et l’estime qu’elles ou ils ont d’eux-mêmes. De surcroît, le processus engagé est inscrit dans une dimension sociale qui va de la création partagée aux expositions, en passant par les articles de presse ou autres formes de reconnaissance publique. Pierre Ancet (2014, p. 200) souligne que « tout être humain a besoin à la fois de l’amour de ses proches, du respect de ses droits, mais aussi de la reconnaissance de ses capacités. S’il lui manque une de ces trois dimensions, il risque d’être déconsidéré et de se déconsidérer ». Cette observation est essentielle dans le domaine du handicap car « la personne elle-même peut souffrir d’invisibilité sociale […] l’apparence fait de l’ombre, elle rend invisible. Le mépris en est la conséquence, une attitude beaucoup plus facile à mettre en place que ne l’est l’attention à l’autre » (2014, p. 200). Le philosophe souligne ici l’importance des représentations sociales, qui entachent le respect de la valeur d’égalité des personnes stigmatisées. Aussi préconise-t-il de « promouvoir leur capacité à construire une vue sans que leurs projets, rêves et désirs fassent immédiatement l’objet d’une censure raciste, sexiste ou validiste leur dictant ce qui est possible ou impossible » (2014, p. 201).

41Notre enquête a mis en évidence que les responsables d’atelier acceptent de prendre en stage dans leur atelier toute personne intéressée par l’activité artistique et motivée à s’inscrire durablement dans un processus sans préjuger de ses capacités de départ. La confiance dans les ressources potentielles de la personne est ici première, mais elle demande toutefois à être envisagée comme inséparable de l’activité de réseau que les responsables d’atelier mènent du côté du monde l’art. Il s’agit des deux faces de la médaille.

42Appliquée au travail social, cette conception de l’accompagnement des personnes demanderait que les travailleuses et travailleurs sociaux ne soient pas seulement engagé·e·s dans un suivi individualisé, mais que leur activité porte aussi sur l’environnement, ce qui interroge les modes de faire actuels. Un accompagnement social par les ressources implique une transformation de la fonction des praticien·ne·s qui va de pair avec une transformation de l’organisation du travail, du fonctionnement et des finalités des institutions et, plus largement, des assurances sociales.

43Certaines pratiques actuelles vont déjà dans le sens d’un élargissement du champ d’intervention des professionnel·le·s en incluant une action sur les facteurs de conversion sociaux. Citons, par exemple, les projets mis en place par certaines associations afin de soutenir l’intégration des personnes en situation de handicap dans le monde du travail ou leur accès au droit au logement. L’intervention sociale ne se limite alors plus à soutenir la personne, mais englobe l’ensemble des actrices et des acteurs – négociations préalables avec l’employeur, adaptation du poste de travail, accompagnement de la personne et de ses collègues sur le lieu de travail, etc. Il s’agit d’intervenir sur l’environnement professionnel, de le rendre « capabilisant » (Mercier, 2017), afin d’assurer la dignité des personnes et le développement de leurs capacités.

44Un mouvement est en train de se dessiner dans le cadre de l’accompagnement des personnes en situation de handicap, et nous ne pouvons que nous en réjouir. Cependant, la prudence est de mise car les praticien·ne·s médico-sociaux ont eu longtemps pour habitude de focaliser leur attention sur les manques des personnes en situation de handicap, comme le souligne une étude menée par Catherine Esnard (1998), sociologue qui s’est intéressée aux représentations professionnelles dans le domaine du handicap. L’étude est certes déjà un peu ancienne, mais elle date d’une époque où le modèle social du handicap était déjà connu depuis plusieurs années. Cela nous conduit à relever que les pratiques d’intervention sociales sont toujours dépendantes des structures sociales, des normes légales et des représentations socioculturelles.

45Concernant le contexte helvétique, il convient de relever que la Suisse a ratifié la CDPH en avril 2014 alors que le rapport d’Inclusion-Handicap, qui a été diffusé le 16 juin 2017, mentionne que bien des droits des personnes en situation de handicap ne sont pas mis en application. Rappelons que c’est ce type d’écart entre les droits formels et les droits réels qui a amené Amartya Sen (2010) à élaborer son approche par les capabilités. Comme relevé plus haut, en Suisse, l’aide fédérale octroyée aux personnes en situation de handicap relève de l’assurance invalidité (AI) qui, plutôt que de soutenir les personnes vulnérables et leur permettre de développer leurs ressources, ne considère que la question financière en termes de compensation de perte de gain. Pour Probst, Tabin, Piecek-Riondel et Perrin (2016, p. 90), l’AI « a été instituée comme altérité inférieure par rapport à une norme de validité définie comme la capacité de gain par l’emploi », ce qui revient à souscrire à « une doxa ‹ capacitiste › » qui s’adosse à une normalité représentée par la personne valide. De ce fait, « l’invalidité est objectivée par le politique comme une réalité sociale : c’est un statut construit sur les principes de désavantage social et d’exclusion économique (ou d’inclusion limitée) » (2016, p. 96).

Conclusion

46A partir des résultats de notre enquête, il apparaît que l’approche par les capabilités pourrait favorablement inspirer le développement des pratiques d’accompagnement social des personnes en situation de handicap. Comme nous l’avons mis en évidence, une telle perspective permet de déployer le soutien aux personnes autant sur le plan individuel et social qu’environnemental. En plaçant le focus sur les ressources des personnes en articulation étroite avec les ressources environnementales, via les facteurs de conversion, l’approche par les capabilités promeut une mise en œuvre concrète des notions d’empowerment et de reconnaissance. C’est à ces seules conditions que les droits des personnes en situation de handicap formulés dans la CDPH pourraient être convertis en droits effectifs.

47Pour les praticien·ne·s des domaines santé-social, l’adoption d’une approche par les ressources implique un double défi. D’une part, cela signifie pour elles et eux de revisiter leur posture professionnelle, en passant d’une expertise qui repose sur les « manques » des personnes en situation de handicap à une coexpertise qui prend appui sur les ressources des personnes accompagnées. D’autre part, une approche par les capabilités suppose que les professionnel·le·s élargissent leur champ d’activité en intervenant aussi sur l’environnement. Toutefois, un tel changement d’orientation des pratiques ne repose pas sur le seul bon vouloir des professionnel·le·s, mais dépend étroitement de l’environnement sociopolitique et économique qui, comme nous l’avons vu, est encore traversé par des conceptions du handicap « capacitistes » puisque référées à une conception étroite de l’humain dont le statut se trouverait réduit à ce qui serait valide ou non.

Bibliographie

Ancet, P. (2014). Les savoirs de la philosophie. Dans C. Gardou (Ed.). Handicap, une encyclopédie des savoirs (p. 193-208). Toulouse : Erès.

Astier, I. (2007). Les nouvelles règles du social. Paris : Presses universitaires de France.

Bates, K., Goodley, D. & Runswick-Cole, K. (2017). Precarious lives and resistant possibilities : The labour of people with learning disabilities in times of austerity. Disability & Society, 32 (2), 160-175.

Becker, H. (2010). Les mondes de l’art. Paris : Flammarion.

Boltanski, C. & Chiapello, E. (1999). Le nouvel esprit du capitalisme. Paris : Gallimard.

Bonvin, J.-M. & Farvaque, N. (2007). L’accès à l’emploi au prisme des capabilités : enjeux théoriques et méthodologiques. Formation emploi, 98, 9-23.

Bonvin, J.-M. & Farvaque, N. (2008). Amartya Sen : une politique de la liberté. Paris : Michalon.

Boucher, N. (2003). Handicap, recherche et changement social : l’émergence du paradigme émancipatoire dans l’étude de l’exclusion sociale des personnes handicapées. Lien social et Politiques, 50, 147-164.

Butler, J. (2009). Performativity, precarity and sexual politics. AIBR-Revista de antropología iberoamericana, 4 (3), 321-336.

Creux, G. (2006). Les conduites artistiques des travailleurs sociaux en milieu professionnel. Les sciences de l’éducation, 39 (3), 53-72.

Dewey, J. (1934/2005). L’art comme expérience. Pau : Publications de l’Université de Pau/Editions Farrago.

Dewey, J. (1975/2011). Démocratie et éducation. Paris : Armand Colin.

Diercks, C. & Gonin, A. (2015). Tensions éthiques dans le travail social aujourd’hui : au-delà des malaises récurrents, de nouveaux enjeux. Dans J. Centeno & L. Béguin, Les loyautés multiples : mal-être au travail et enjeux éthiques (p. 151-178). Montréal : Nota Bene.

Dujarier, M.-A. (2015). Le management désincarné : enquête sur les nouveaux cadres du travail. Paris : La Découverte.

Esnard, C. (1998). Les représentations sociales du handicap chez les professionnels médico-sociaux. Revue européenne du handicap mental, 5 (19), 10-23.

Fougeyrollas, P. (1998). Classification québécoise : processus de production du handicap. Lac St-Charles : Réseau international sur le processus de production du handicap.

Fougeyrollas, P. (2010). La funambule, le fil et la toile : Transformations réciproques du sens du handicap. Québec : Presses de l’Université Laval.

Gardou, C. (2000). Handicap, conformité et situation de seuil. Prévenir, 39, 71-82.

Geisen, T. & Baumgartner, E. (2016). Evolution de la collaboration entre offices AI et les employeurs. Sécurité sociale, CHSS, 2/2016, 55-58.

Giauque, D. (2017). Préface. Dans M. Parazelli & I. Ruelland, Autorité et gestion de l’intervention sociale. Québec et Genève : Presses de l’Université du Québec et Editions ies.

Goffman, E. (1975). Stigmate : les usages sociaux des handicaps. Paris : Minuit.

Haelewyck, M.-C. & Nader-Grobois, N. (2004). L’autorégulation : porte d’entrée vers l’autodétermination des personnes avec retard mental ? Revue francophone de la déficience intellectuelle, 15 (2), 173-186.

Heinich, N. (2004). La sociologie de l’art. Paris : La Découverte.

Heinich, N. & Shapiro, R. (2012). De l’artification : enquêtes sur le passage à l’art. Paris : Ecole des hautes études en sciences sociales.

Joas, H. (2008). La créativité de l’agir. Paris : Cerf.

Juhle, S. (2016). L’approche par les capabilités au travail : usages et limites d’une économie politique en terre sociologique. Revue française de sociologie, 2 (57), 321-352.

Loser, F. (2010). La médiation artistique en travail social. Enjeux et pratiques en atelier d’expression et de création. Genève : Editions ies.

Loser, F. (2017). Les ateliers d’art visuel fréquentés par des artistes en situation de handicap : pratiques, enjeux et perspectives. Le sociographe, 57 (3), I-XII.

Loser, F. & Waldis, B. (2017). Ambiguïté des cadres de l’expérience dans les interactions de face à face entre personnes en situation de handicap et personnes « valides » : quelles implications pour les chercheurs ? Dans S. Garneau & D. Namian (Ed.), Erving Goffman et le travail social (p. 197-212). Ottawa : Presses de l’Université d’Ottawa.

Marcus, G. (2010). Ethnographie du/dans le système monde : l’émergence de l’ethnographie multisituée. Dans D. Cefaï (Dir.), L’engagement ethnographique (p. 371-395). Paris : Ecole des hautes études en sciences sociales.

McRuer, R. (2006). Crip Theory : Cultural Signs of Queerness and Disability. New York : New York University Press.

Mercier, M. (2017). Au-delà du paradigme d’inclusion, aller vers une société participative et capacitante. Conférence donnée dans le cadre du XIVe Congrès International de l’AIRHM, 11-14 septembre, Genève.

Mollet, P. (2000). Le handicapé mental, le double négatif de la société moderne. Dans C. Méchin, I. Bainquis-Gasser & D. Le Breton (Ed.). Le corps, son ombre et son double (p. 44-57). Paris : L’Harmattan.

Monnet, E. (2007). La théorie des « capabilités » d’Amartya Sen face au problème du relativisme. Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 12. Consulté le 15.10.2019 sur http://traces.revues.org/211

Murphy, R. F. (1990). Vivre à corps perdu. Paris : Plon.

Nadai, E. (2017). Asymmetrische Responsibilisierung oder wie man Arbeitgeber vom Wert von « Behinderten » überzeugt. Dans O. Bilgi et al., Wiedersprüche gesellschaftlicher Integration : zur Transformation Sozialer Arbeit (p. 111-128). Wiesbaden : Springer.

Ninacs, W. A. (2008). Empowerment et intervention : développement de la capacité et de la solidarité. Québec : Presses de l’Université de Laval.

Nussbaum, M. (2011). Les émotions démocratiques : comment former le citoyen du XXIe siècle ? Paris : Flammarion.

Nussbaum, M. (2012). Capabilités : comment créer les conditions d’un modèle plus juste ? Paris : Flammarion.

Organisation mondiale de la Santé (2001). CIF : Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé. Genève : OMS.

Parazelli, M. & Bourbonnais, M. (2017). L’empowerment en travail social : Perspectives, enseignements et limites. Sciences et actions sociales [En ligne], 6. Consulté le 15.06.2018 sur http://www.sas-revue.org/index.php/34-n-6/dossiers-n-6/87-l-empowerment-en-travail-social-perspectives-enseignement-et-limites

Parazelli, M. & Ruelland, I. (2017). Autorité et gestion de l’intervention sociale. Québec et Genève : Presses de l’Université du Québec et Editions ies.

Perego, S. & Völksen, S. (2017). « Go-along ». Method in anthropological research with artists with disabilities. Tsantsa, 22, 95-99.

Piecek-Riondel, M., Tabin, J.-P., Perrin, C. & Probst, I. (2017). La normalité en société capacitiste. SociologieS [En ligne], Théories et recherches. Consulté le 15.06.2018 sur https://journals.openedition.org/sociologies/6412

Pillant, Y. (2014). Inclusion : jeu de mots ou nouveau paradigme pour l’action sociale ? Ergologia, 12, 93-126.

Probst, I., Tabin, J.-P., Piecek-Riondel, M. & Perrin, C. (2016). L’invalidité : une position dominée. Revue française des affaires sociales, 4, 89-105.

Rioux, M. H. & Prince, M. J. (2002). The canadian political landscape of disability, policy, perspectives, social status, interest groups and the rights movement. Dans A. Putter, Federalism, Democracy and Disability Policy. Montréal : Kingston and School of Policy Studies, Queen’s University.

Sanchez, P. (2009). Handicap et capabilités : lecture de Frontiers of Justice de Martha Nussbaum. Revue d’éthique et de théologie morale, 255, 29-48.

Sen, A. (2010). L’idée de justice. Paris : Flammarion.

Shusterman, R. (2007). Conscience du corps. Pour une soma-esthétique. Paris-Tel Aviv : Editions de l’éclat.

Singly, F. de (2003). Les uns avec les autres : quand l’individualisme crée du lien. Paris : Hachette.

Solvang, K. (2012). From identity politics to dismodernism ? Changes in the social meaning of disability art. Alter, European Journal of Disability Research, 6, 178-187.

Waldis, B. (2016). La participation en question : de la médiation et des actions d’art collectif dans l’espace public. Revue suisse de travail social, 18 (15), 57-72.

Zask, J. (2011). L’expérience comme méthode démocratique. Dans J. Dewey, Démocratie et éducation (p. 29-40). Paris : Armand Colin.

Notes

1 Les œuvres de Pascal Volanthen ont fait l’objet d’une exposition à la Fri-Art Kunsthalle du 5.09 au 25.10 2015.

Auteurs

Docteur en sciences de l’éducation et professeur émérite à la Haute école de travail social de Genève (HES-SO Genève), il mène des recherches sur la professionnalité selon une perspective esthétique ainsi que sur les pratiques situées à la croisée de différents champs – travail en réseau, médiation artistique en travail social, parcours des artistes en situation de handicap, etc.

Docteure en anthropologie sociale et professeure ordinaire à la Haute école de travail social du Valais (HES-SO Valais/Wallis); ses recherches concernent la migration, les politiques multiculturelles, la participation dans l’espace public social et l’art visuel en lien avec le travail social.

© Éditions ies, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search