Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Travail social à la recherche de nouveaux paradigmes

 | 
Claudio Bolzman
, 
Joëlle Libois
, 
Françoise Tschopp

Conclusion

Nouveau(x) paradigme(s) à explorer

Michel Vuille

Texte intégral

A la mémoire qui répète, s’oppose la mémoire qui imagine : « Pour évoquer le passé sous forme d’images, il faut pouvoir s’abstraire de l’action présente, il faut savoir attacher du prix à l’inutile, il faut vouloir rêver. » (Begson, 1896, cité dans Ricœur, 2000).
La plume qui avance et laisse venir des pensées incertaines, comme les premiers pas, me tiendrait-elle lieu de bras qui me portent sans me tenir enserré et m’empêchent, pour un temps, dans la fragile assurance qu’ils me donnent, de chuter dans le vide ou de m’éparpiller en mille morceaux ? Ecrire, aimer, rêver, autant de tentatives pour être porté hors de soi dans une dépossession inquiétante, heureuse parfois. (Pontalis, 1998).

Mise en chantier d’une « culture AIFRIS »

1Dans le programme du Congrès de Genève (2011), les analyses et les débats étaient « délimités » par les trois notions Crises, gouvernances et développement durable. Les contenus des exposés publiés ici – aux couleurs et teneurs variables – montrent que la triangulation livrée a priori n’a pas verrouillé les réflexions des quatre cents participants aux conférences, ateliers et forums. On serait même tenté de dire : au contraire !… Tant le haut degré de généralité des notions proposées [transition, mondialisation, complexité, paradoxes, injonctions contradictoires, enjeux centraux] permettait « de naviguer à vue ou tous azimuts » dans un espace-temps incertain et sans réelles frontières.

2Comme Françoise Tschopp, Joëlle Libois et Claudio Bolzman l’indiquaient dans leur Mot de bienvenue à Genève : « Dans un monde en pleine transformation, nous sommes tous confrontés à de multiples changements générant des tensions, des malaises et des difficultés. » Cette remarque doit à mes yeux être interprétée dans son sens le plus large, à savoir que les tensions, les malaises et les difficultés affectent également le fondement et les configurations de nos machines à penser – ne serait-ce que de penser par exemple l’évolution complexe, dans le temps et dans l’espace, de nos sociétés désormais « individualisantes », « capabilisantes », « libéralisantes » et « marchandisantes ».

3En reliant Genève à Lille, je souhaite que le présent ouvrage ne soit pas perçu comme une mémoire qui simplement répète ce qui a été produit en 2011 et que les textes qu’il contient soient considérés comme l’expression pionnière d’une culture AIFRIS construite dans la fragile assurance de pouvoir, aujourd’hui ou demain, faire sens, faire référence et faire lien entre et pour les différents partenaires de l’intervention sociale. Pour la suite de la construction de la « culture AIFRIS », je rappelle que l’ambition du Congrès de Lille de 2013 est de contribuer à la production d’une représentation actualisée du mode d’élaboration et de propagation des savoirs – savoirs inscrits dans une histoire et une évolution permanente.

Des visions et divisions du réel

4Dans la présente publication, diverses références théoriques sont convoquées, mais elles ne sont pas inscrites dans un cadre « générique » qui permettrait d’éclairer de manière « intégrative » et dialectique les défis, les enjeux et les paradoxes majeurs qui se posent désormais aux intervenants sociaux. Cette « mosaïque » d’analyses et de prises de position juxtaposées stimule certes mon interrogation sur la diversité, la complexité et la validité des savoirs transmis, mais je ne me sens pas capable de relever le défi d’une mission quasi impossible : opérer l’intégration des concepts et des interprétations ( ?) – avec la peur que ma machine à penser ne s’éparpille en mille morceaux !

5Cette incapacité à « unifier » le champ touffu des connaissances livrées ici a plusieurs conséquences :

  1. Elle apparaît d’abord dans le titre que j’ai choisi, Nouveau (x) paradigme (s) à explorer : faut-il en effet utiliser le singulier ou le pluriel ?
  2. Une conclusion qui ne fermerait pas les débats et qui serait ouverte et plurielle mérite-t-elle encore le label de conclusion ?
  3. Je livre en vrac des savoirs anciens et nouveaux, sans placer ces fragments de discours aux divers niveaux (spatial et temporel) où la logique scientifique enjoindrait de les placer.
  4. Je fais référence aussi bien à l’art et à la fiction qu’à la science.

6Que signifie « être porté hors de soi », comme le mentionne Pontalis ?

  • Sans doute adopter une distance critique, prendre de la hauteur ou métacommuniquer par rapport aux faits observés et aux données récoltées (sciences humaines)
  • peut-être aussi se référer à certaines œuvres de fiction qui dévoilent des pans de l’invisibilité sociale et/ou qui anticipent un futur où les champs éclairés ne l’emportent pas toujours sur les zones de brouillard et d’ombres.

7On peut certes estimer que certaines connaissances qui nous sont très difficiles d’accès relèvent de la fiction : par exemple, la physique quantique, les neurosciences, les nouvelles technologies ou les modèles aléatoires. On peut sans doute aussi placer dans le registre de la fiction des domaines « plus risqués » parce qu’ils sont marqués du sceau de l’illusion, de la mascarade, de la chimère ou du mensonge : en bref, des domaines fréquentés par des marginaux dont la passion est de chercher des révélations dans des ailleurs promis (et compromis ?) par l’alchimie, la magie, les promesses de l’ombre, l’ésotérisme, les sciences occultes, le fantastique ou l’utopie.

8La mémoire qui imagine est bien entendu plus proche du domaine de l’art que de celui de la science ; il n’empêche que dans l’agir professionnel de tous les intervenants sociaux, les références à la culture scientifique sont très souvent associées aux sources et ressources de l’art (créativité, innovation, animation) : « écrire, aimer, rêver, autant de tentatives pour être porté hors de soi dans une dépossession […] heureuse » parce qu’elles m’évitent de trébucher et de chuter dans le vide.

9Il faut bien reconnaître que les auteurs des contributions genevoises ont peu emprunté aux sources de la fiction, ce n’était pas a priori leur tasse de thé ! Cela étant, je rêve que les contributions de professionnels, d’usagers, de formateurs, d’étudiants et de chercheurs osent s’aventurer hors des sentiers battus et laissent advenir des pensées incertaines, et pourquoi pas des supervisions ?

Paradigme ancien dit des Trente Glorieuses : 1945-1975

10Fin de la Deuxième Guerre mondiale : morts anonymes du cimetière, deuil, destruction, ruines, dévastation, privations, peurs, corps mutilés, souffrance, blessures, remords, angoisse… Allemagne année zéro de Roberto Rossellini (1948) : l’enfant confronté à la guerre et à l’aprèsguerre. Pas de perspectives d’avenir, désolation… Comment grandir et aimer la vie, dans un monde où les hommes ont délaissé les lois morales et les valeurs humanistes ?

11Pourtant, du zéro on va allègrement glisser vers l’infini : on veut croire à des jours meilleurs et à des lendemains qui chantent. Le monde penche désormais du bon côté comme la tour de Pise ! La société du futur est vue comme un immense réservoir de possibles !

  • 1 Fourastié est connu notamment pour avoir été à l’origine de l’expression les Trente Glorieuses.

12Jean Fourastié publie, en 1963, Le grand espoir du XXesiècle1. Au début des années 1960 – en temps de paix retrouvée et soutenu par une haute conjoncture – ce grand espoir porte sur nombre d’aspects de la vie en société :

  • Le progrès technique entraîne le progrès économique qui entraîne le progrès social : « L’accroissement du rendement du travail a brisé le cadre rigide où se mouvait l’humanité. Les fluctuations de la production et de la consommation […] sont axées sur une courbe ascendante : il y a progrès économique. Ce progrès, notamment parce qu’il a permis une réduction de la durée du travail indispensable à la simple subsistance et ainsi un accroissement de la culture intellectuelle a engendré un progrès social » (Fourastié, 1963).
  • Accroissement de la productivité, réduction du temps de travail et augmentation du temps libre.
  • L’investissement en hommes : le travail est humanisé, les loisirs sont formateurs (enrichissants et constructifs) et l’éducation est démocratisée pour le travail et pour les loisirs.
  • le loisir est un ensemble d’occupations (vision en 3D de Dumazedier, 1962) : Délassement, Divertissement et Développement de la personnalité2.

13Cette futurologie bienheureuse n’est pas vraiment contestée à l’époque ; certaines prises de position montrent néanmoins que les progrès attachés aux Trente Glorieuses comportent des zones d’ombre : travail en miettes, souci immodéré de la sécurité, extension du travail au noir, publicité et propagande obsédantes, développement d’une « culture de masse », enseignement poussant au conformisme, individualisme et égoïsme entraînés par la consommation massive. Certaines moisissures, on le voit, seraient déjà dans le fruit !

La montée des jeunes

14Cette futurologie optimiste est aussi oublieuse, elle a par exemple ignoré La montée des jeunes ! Dans un ouvrage précurseur (1959), le démographe Alfred Sauvy indique qu’en 1936, en France, le Front populaire a ouvert de nouvelles possibilités politiques (par exemple, salaires relevés d’autorité, mesures progressistes en faveur de la recherche scientifique), « sans songer un instant à la nécessité, pour un pays, d’avoir une jeunesse » (Sauvy, 1959 : 59) :

  • « La montée des jeunes est pourtant le fait le plus lourd de notre histoire » (idem : 10).
  • « Exceptionnel est l’enjeu. Si la France réussit à accueillir ses jeunes, à les armer pour la vie, elle bénéficie des puissants effets du rajeunissement. Accueillir les jeunes […], c’est leur permettre l’accès à la machine sociale, c’est donner au mot « vie » son sens plein, son sens le plus étendu. Si l’accueil n’est pas organisé, si les portes restent fermées, les jeunes sauront les forcer de vigoureux coups d’épaules. Ils perceront cette épaisse carapace malthusienne, cette concrétion déposée par un siècle et demi de vieillissement et de stérilité. »
  • « La jeunesse ne se laissera pas étouffer » (idem : 250).

1968 : Cours, camarade, ne te laisse pas étouffer, le vieux monde est derrière toi !

15Le baby-boom est passé par là. C’est une génération spectaculairement plus nombreuse que celles qui l’ont précédée, mais aussi plus nombreuse que celles qui viendront après […] La génération des parents avait connu l’advenue de la société d’abondance tout en continuant de vivre dans une culture de la rareté. Ce sont les enfants qui vont exploiter l’énorme potentiel de transformations inscrit dans cette opulence inédite. Ce sont eux qui vont en dégager les implications en matière de modes de vie et de rapports sociaux. D’où à la fois la netteté de la cassure par rapport à la génération d’avant et la force imparable de leur intervention. A défaut du grand soir, la génération a réussi à imposer des façons d’être et des manières de vivre en profonde rupture avec le vieux monde autoritaire, répressif, patriarcal, que couronnait la respectabilité bourgeoise (Gauchet, 2008 : 102-103).

Des décennies de crise de 1950 à 2013

16Une crise profonde touche nos sociétés dans les années 1950. A une représentation traditionnelle d’un cadre sociétal vu comme un « corps aux membres collectifs intégrés » succède une représentation différenciée qui met désormais en scène l’individu. Le modèle ancien reposait sur des fondements disciplinaires et paternalistes, sur des dispositifs contraignants et sur un contrôle social aptes à assurer l’ordre public.

17La Déclaration universelle des droits de l’homme (1948) et la méthode du Social Casework s’inscrivent dans le cadre d’une philosophie politique nouvelle qui, sur les trois plans institutionnel, citoyen et de l’action sociale, reconnaît les droits et devoirs de l’individu et les défend au nom de la dignité humaine.

18On assiste depuis le début des années 1990 à l’influence sur tous les Etats et sur toutes les sociétés du libéralisme économique. Les société locales et nationales entrent du même coup dans des rapports de force, de concurrence et d’intérêt qui ont des conséquences non seulement économiques, mais aussi politiques, sociales, culturelles et psychologiques. La crise mondiale des années 1970-80 et la compétition liée à la mondialisation des marchés industriels et commerciaux touchent de plein fouet le monde du travail. La compétition économique se fait plus rude encore dans les années 1990. Elle produit de nombreuses catégories d’exclus, par exemple les chômeurs, les working poor, les travailleuses précaires, les jeunes, les bénéficiaires de l’aide sociale ou de l’assurance invalidité. Ces populations composées de « désaffiliés » sont l’expression des métamorphoses de la question sociale.

Nouveau(x) paradigme(s) en cours d’exploration

19Comme le soulignent Françoise Tschopp, Joëlle Libois et Claudio Bolzman dans l’Introduction, « les espaces d’incertitude et d’insécurité sont également des lieux de recomposition de l’intervention sociale à la condition d’éclairer le sens et les contradictions qui en émergent » (ci-dessus, p. 10-11).

20Entre décomposition et recomposition et la nécessité de s’adapter à des contextes mouvants, l’ambition des responsables du Congrès de Lille est de contribuer à la production d’une représentation actualisée des savoirs pour mieux éclairer les enjeux actuels et futurs auxquels sont confrontés les intervenants sociaux. C’est bien sûr tout un programme !

21Sans chercher à arpenter les territoires de ce vaste programme, je souhaite simplement rappeler quelques apports majeurs livrés dans le corpus de la présente publication ; j’y relève les entrées suivantes : perspective anthropologique, politique et économique, organisationnelle/managériale, écologique et psychosociale.

Cadre « générique », points de vue anthropologique et sociologique clinique

  • 3 J’emprunte par ailleurs une définition du terme transition à Jean-Claude Métraux (2011), qui indiq (...)

22L’époque de transition que nous connaissons actuellement ne doit pas être considérée comme un simple changement. Il s’agit en réalité d’une transition avec incidences sur le plan anthropologique, au sens où l’entend en particulier Jean-Louis Genard3.

23Genard porte son attention sur certains glissements anthropologiques et sur les modifications des formes de rationalisation qui pèsent sur le travail social. En historicisant les oppositions entre déterminisme et liberté, entre responsabilité et irresponsabilité, il fait l’hypothèse que « nous serions passés d’une accentuation disjonctive dominante durant le XIXe siècle […], pp vers une accentuation conjonctive plutôt dominante actuellement » (ci-dessus. 65-66).

24La nouvelle sémantique anthropologique qui soude vulnérabilité et résilience – avec les opérateurs intermédiaires de la responsabilisation, de la capacitation, de l’habilitation et de l’empowerment – est au cœur de la perspective conjonctive. Désormais, l’hétéronomie apparaît intolérable et quelle que soit la situation de la personne fragilisée, ceux qui s’occupent d’elle attendent qu’elle marche à la reconquête de son autonomie. Et l’élément qui témoigne de cette avancée vers l’autonomie est simple à enregistrer, c’est la contrepartie [« tu dois répondre par une reprise en main de toi »] ! Or, ceux qui ne sont pas en mesure de jouer le jeu de la contrepartie deviennent des exclus radicaux ; ces derniers entrent alors dans les logiques dites humanitaires – des dispositifs construits sans exigence de contrepartie.

25En abordant la question de la double contrainte, Vincent de Gaulejac présente la situation de Jacqueline, une téléphoniste considérée comme inadaptée à la modernisation par sa direction dès lors qu’elle refuse de suivre un cours d’informatique : sa remise en question est l’expression d’une « résistance au changement » (inclusion dans le monde ancien) ! Et pour exister, Jacqueline va tomber malade, elle échappe ainsi au double processus d’instrumentalisation (face à l’organisation) et de stigmatisation (face à ses collègues). De Genard à de Gaulejac, on passe de l’anthropologie à la sociologie clinique, mais les processus analysés par ces deux auteurs sont à quelques détails près identiques.

Mise à l’épreuve des outils classiques du travail social et des politiques d’aide sociale

26Toutes les contributions mettent peu ou prou l’accent sur les principaux effets entraînés par la culture globalisée aux niveaux politique, institutionnel, organisationnel et professionnel du travail social. Les termes utilisés pour rendre compte du New Public Management (NPM) sont assez connus pour que je puisse me limiter à rappeler ici les plus importants d’entre eux : gouvernance, rationalisation, logique d’indicateurs, employabilité, médiation, austérité budgétaire, subsidiarité. On trouve une analyse relativement approfondie des tenants et des aboutissants du NPM dans les contributions de Stéphane Rossini et de Gaulejac.

27Pour aborder la question essentielle des enjeux désormais incontournables (sur les plans économique et écologique) et des « mises à l’épreuve » inédites des praticiens, des chercheurs et des enseignants, je reprends maintenant deux passages du texte de Marc Breviglieri :

[…] les transformations de cet univers de travail à partir desquelles nous envisagerons les perceptions critiques des travailleurs sociaux. Ces transformations mettant en jeu une modification ou un renouvellement des convictions et des mobilisations qui animent les professionnels dans leur optique d’édifier des sociétés plus justes ou plus décentes (ci-dessus, p. 25).

[…] la créativité du travailleur et des équipes d’intervenants sur le terrain et qui impose à l’institution de réviser ses fondements. En réaffirmant l’importance de ces réalités pratiques, c’est une autre manière de concevoir le développement durable […] : comme une manière de prendre un nouveau départ, d’échapper à l’objectivation experte du monde perçu que supposent les grilles d’objectifs et de compétences, de tenir les sens en éveil et la créativité en alerte (ci-dessus, p. 37).

28En parlant de perceptions critiques, de convictions et de mobilisations, de créativité et d’échapper à l’objectivation « experte », Breviglieri souligne bien qu’il faut affronter la période actuelle comme un processus de mise en alerte qui comporte des tensions et des risques – des risques qui peuvent déboucher aussi bien sur du négatif que sur du positif. Il ne s’agit donc pas d’une logique abrupte du « tout ou rien », mais d’une orientation de l’action qui vise à faire bouger les lignes : vers plus de respect, de solidarité, d’égalité et de résilience.

Solidarités territoriales et solidarités sociales

29Il est impossible de montrer ici toute la complexité des enjeux liés à la prise en compte des solidarités territoriales ET des solidarités sociales du niveau le plus global au niveau le plus local. Cette complexité est bien sûr mentionnée par tous les auteurs ; elle est abordée de manière plus détaillée par Charles Beer via le concept dual de « cohésion sociale » :

Il s’agit avant tout d’une volonté de lutter contre les disparités territoriales et la dégradation des conditions de vie de certains quartiers en favorisant la mixité sociale […]. La politique de cohésion sociale […] vise à identifier scientifiquement les communes et les quartiers populaires, afin de les soutenir par des actions ciblées en fonction […] de leurs difficultés propres. Le pari consiste à associer canton et communes, à dépasser le clivage hermétique traditionnel entre collectivités publiques et administrations pour faire converger l’ensemble des politique publiques vers des objectifs ciblés (ci-dessus, p. 152).

30Le champ conceptuel associé au développement durable a fait une entrée en scène remarquée à Genève ; il devient selon moi incontournable et devra désormais être traité comme un axe majeur à intégrer dans les politiques publiques favorisant la participation citoyenne, le bien commun et la qualité du vivre ensemble : association environnementaliste, salubrité de l’environnement, justice environnementale, Grassroots Movements, politique du risque.

  • 4 Le film Etre là de Régis Sauder (2012) aborde précisément la pratique du soin assumée notamment pa (...)

31Au sujet de la notion de « politique du risque », Laura Centemeri indique qu’il s’agit d’un champ d’action où une approche intégrée entre politiques du risque et politiques sociales serait propice à une compréhension plus large des enjeux de toute intervention visant l’aménagement du territoire et la gestion des risques. Et Catherine Larrère souligne pour sa part que dans le domaine des soins (care), les femmes sont très présentes : le mouvement contre les inégalités écologiques et pour la justice environnementale fait partie de la lutte des femmes4.

Comment (se) sortir du sytème paradoxal ?

32De Gaulejac souligne que la question la plus difficile concerne les possibilités de transformer un système paradoxal de l’intérieur. Il passe en revue quelques « mécanismes de dégagement » pour sortir en pratique de l’enfermement paradoxal. Il indique aussi une autre voie intéressante :

Pour ce qui nous concerne, l’écriture et la description du système sont des moyens de passer au niveau de la « métacommunication », c’est-à-dire de communiquer sur le système pour démonter ses effets paradoxaux par l’analyse. Ici, la réflexion est action (ci-dessus, p. 117).

33Dans une étude désormais classique, Le Paradoxe et le système (1979), Yves Barel développe cette thèse au sujet de la rupture avec le système :

34La rupture avec le système est une liaison. Il est impossible de donner à cette rupture une forme et un contenu tels que les individus et les groupes en rupture soient les absents du système, pas plus que le système n’est absent en eux. Le système surdétermine le sens de la rupture, et la rupture surdétermine le sens du système (Barel, 1979 : 16).

35Le système (sociétal) a certes beaucoup évolué depuis trois décennies et il n’est pas sûr qu’aujourd’hui les ruptures surdéterminent de manière directe le sens du système. Mais la thèse de Barel nous ramène à cette interrogation toujours d’actualité : quelles liaisons les populations en rupture entretiennent-elles avec la société globalisée et vice versa ? Cette question n’est pas sans lien avec une autre réflexion de Barel qui concerne l’invisibilité sociale ; cette réflexion est abordée à la fin de cette conclusion.

Champ de tensions entre polarisation et ambivalence

36Dans le paradigme dit des Trente Glorieuses, je mentionne que, selon Fourastié, « le progrès technique entraîne le progrès économique qui entraîne le progrès social ». Nous sommes aujourd’hui dans une société des individus et peu nombreux sont ceux qui pensent que nos modes de vie et ceux de nos enfants seront meilleurs demain. Donc, exit les idéologies du Progrès et les croyances en la grande Révolution pour changer le monde – parce que la décollectivisation est passée par là !

37Pour aborder le sujet complexe de ces Nouveaux paradigmes (au pluriel), je reprends néanmoins deux des trois aspects mentionnés par Fourastié, mais dans un ordre différent : « économique – sociétal », puis « technique ». Il ne s’agit pas d’une analyse, encore moins d’une synthèse, mais d’une brève esquisse qui pointe certaines prises de position critiques au sujet de la période de transition que nous connaissons actuellement : des prises de position issues de divers secteurs et vues à travers le couple d’opposés polarisation vs ambivalence : polarisation (pour et surtout contre) ou ambivalence (caractère de ce qui se présente sous deux aspects sans qu’il y ait nécessairement opposition). Voici les rubriques abordées dans cette esquisse : le néo-libéralisme, la théorie économique de la justice, les économistes atterrés, le populisme industriel, la société des égaux, les innovations technologiques, l’insurrection des consciences (voir les suggestions de références en fin d’article). On notera notamment :

  • Populisme industriel : La mondialisation et le phénomène d’uniformisation des comportements et des modes de vie s’attaquent ainsi à la singularité des individus et des cultures. La tyrannie de l’audience sous toutes ses formes. Misère du fast thinking comme il y a du fast food !
  • Société des égaux (Rosanvallon, 2011) : La dénonciation d’inégalités ressenties comme inacceptables voisine avec une forme de résignation et un sentiment d’impuissance. Prenant au sérieux la parole des pauvres et des dominés, Rancière (2008) insiste sur la capacité des individus à se démarquer des identités qu’on leur assigne […] ; en démocratie, tous doivent prendre part au pouvoir.

38Insurrection des consciences : L’Appel des appels (2008). « Nous, professionnels du soin, du travail social, de l’éducation, de la justice, de l’information et de la culture, attirons l’attention […] sur les conséquences sociales désastreuses de Réformes hâtivement mises en place ces derniers temps. Au nom d’une idéologie de "l’homme économique", le pouvoir défait et recompose nos métiers et nos missions en exposant toujours plus les professionnels et les usagers aux lois "naturelles" du marché. »

Invisibilité sociale

39Dans La marginalité sociale, Barel insiste sur le fait que « l’invisibilité sociale est d’abord une manière de désigner le fait qu’une partie de la "réalité sociale" se laisse mal apercevoir, décrire, analyser, interpréter, alors que par ailleurs s’impose l’impression qu’il est impossible de tenir cette partie pour négligeable » (1982 : 7).

40La recherche de ce qui constitue « l’invisibilité sociale » ne doit pas être négligée, elle correspond selon moi à ce que Breviglieri appelle « les réalités pratiques », c’est-à-dire les actions innovantes et critiques des acteurs « sur le terrain et dans le langage » qui ne sont – pour la plupart d’entre elles – pas enregistrées, parce que non visibilisées et non médiatisées.

  • 5 Quelles expressions utilisent-ils alors pour approcher l’invisibilité sociale ? Gens du voyage, in (...)

41Dans La France invisible, Stéphane Beaud et al. soulignent également que « le monde social semble ne poser question qu’à partir du moment où il est rendu visible sur un mode spectaculaire5 » (Beaud et al., 2008 : 8).

42En suivant Barel et Beaud, je fais un vœu : en période de transition, les intervenants sociaux pourraient enrichir leurs analyses en essayant de tenir compte de ce qui se trame « dans les coulisses de la grande scène mondialisée » – du côté de la réalité sociale invisible. Chercher l’invisible, l’« essence », la structure cachée, la « loi » qui se dérobe, le dépassement de l’apparence, c’est la tâche du savoir sur la société et sur les hommes, depuis l’origine des origines.

43Du côté de la mémoire qui imagine… de la plume qui avance et laisse venir des pensées incertaines… j’estime en fin de ce parcours qu’il faut continuer à vouloir rêver : et si homo economicus avait besoin d’homo sociologicus ? Et si ces deux Sérieux avaient parfois besoin d’homo viator et d’homo ludens ?

44Un rêve qui ferait aussi le pari du positif en conférant toute sa valeur à cette position livrée par Métraux : « il y a donc nécessité d’un va-et-vient au sein d’une appartenance de bon aloi qui permette les écarts, les transgressions créatrices et les différences identitaires » (2011 : 12). Une conclusion qui ne ferme pas les débats en jeu et en cours.

Bibliographie

Quelques références pour prolonger la réflexion

Néo-libéralisme : Friedrich von Hayek (1899-1999, prix Nobel d’économie en 1974), pape de l’ultra-libéralisme : Droit, législation et liberté (1973) ; The Fatal Conceit : The Errors of Socialism (1988). Milton Friedman (1912-2006, prix Nobel d’économie en 1976) est l’idéologue du « laisser-faire » et du néo-libéralisme : Capitalisme et liberté (1962) ; Free to Choose [série télévisée] (1980).

Théorie économique de la justice : Amartya Sen (né en 1933, prix Nobel d’économie en 1998) s ‘ inscrit dans la tradition humaniste d’une théorie économique de la justice : Un nouveau modèle économique. Développement, justice, liberté (2000) ; L’idée de justice, 2000. Joseph E. Stiglitz (né en 1943), prix Nobel d’économie en 2001), un des représentants du « nouveau keynésianisme » : Quand le capitalisme perd la tête (2003) ; Le triomphe de la cupidité (2010).

Les économistes atterrés : Serge Halimi, Renaud Lambert, Frédéric Lordon : Economistes à gages (2012). Frédéric Lordon : L’intérêt souverain. Essai d’anthropologie économique spinoziste (2006) ; Jusqu’à quand ? Pour en finir avec les crises financières (2008) ; Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza (2010). Comprendre la crise (2012). [Dictionnaire de l’autre économie] (2006) ; « Altermondialisation » ; Contre la dictature des marchés financiers (1999).

Le populisme industriel : Pascal Bruckner, L’Euphorie perpétuelle. Essai sur le devoir de bonheur (2000). Bernard Stiegler, Réenchanter le monde. La valeur esprit contre le populisme industriel (2006) ; La télécratie contre la démocratie (2006, 2008). Yves Michaud, Ibiza mon amour. Enquête sur l’industrialisation du plaisir (2012). Lauren Collins, Ikea Parano [Feuilleton] (2012).

Société – ambivalence. Pierre Rosanvallon, La société des égaux, (2011). Jacques Rancière, « Repenser l’émancipation », Sciences Humaines, no 198 (2008) ; sous la direction de Manuel Boucher et Virginie Malochet, Regards croisés sur la régulation sociale des désordres (2012). Jeanneau Laurent, Lernould Sébastien, Les nouveaux militants (2008).

Innovations technologiques – polarisation [multimédia, numérisation, internet]. Mouvement du logiciel libre ; cf. Richard Stallman (MIT) et Free Software Foundation (FSF). Giraudot Simon « Gee », Rencontre du troisième type. A story about Geeks, Kilobytes, Nerds and Debugging (2010). WikiLeaks (Julian Assange). Anonymous : justiciers, pour la liberté d’expression. Mathilde Seigner, « Internet est un drame de l’humanité » (2012).

Société – polarisation. Axel Honneth, La lutte pour la reconnaissance (2000) ; La société du mépris (2006) ; sous la direction de Roland Gori, Barbara Cassin, Christian Laval, L’Appel des appels. Pour une insurrection des consciences (2009). Stéphane Hessel, Indignez-vous ! (2010). Mouvement des indignés (A l’origine, en Espagne : Indignados). Angles d’Attac, Mouvement pour plus de démocratie, Bulletin d’information d’Attac-Suisse, numéro spécial 81, [Yes we camp. Occupy Wall Street] (2011).

Références bibliographiques :

Barel, Y. (1982). La marginalité sociale. Paris : Presses universitaires de France.

Barel, Y. (1979). Le paradoxe et le système. Grenoble : Presses universitaires de Grenoble.

Beaud, S. et al. (2008). La France invisible. Paris : La Découverte.

Boltanski, L. (2008). Rendre la réalité inacceptable. A propos de « La production de l’idéologie dominante ». Paris : Demopolis.

Cassin, B., Gori, R. & Laval, C. (Dir.). (2009). L’Appel des appels. Pour une insurrection des consciences. Paris : Mille et une nuits.

Castel, R. (2009). La montée des incertitudes. Travail, protection, statut de l’individu. Paris : Seuil.

Cour des comptes (2012). La politique de la ville ; une décennie de réformes Rapport mis en ligne le 17 juillet 2012, http://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/Lapolitique-de-la-ville-une-decennie-de-reformes. Paris : Cour des comptes.

Dumazedier, J. (1962). Vers une civilisation du loisir ? Paris : Seuil.

Fourastié, J. (1963). Le grand espoir du XXe siècle. Paris : Gallimard.

Gauchet, M. (2008). Bilan d’une génération. Le débat, 149, Mai 68, quarante ans après.

Honneth, A. (2006). La société du mépris. Vers une nouvelle Théorie critique. Paris : La Découverte.

Honneth, A. (2000). La lutte pour la reconnaissance. Paris : Cerf.

Lipovetsky, G. (1984). L’ère du vide. Essais sur l’individualisme contemporain. Paris : Gallimard.

Métraux, J. -C. (2011). La migration comme métaphore. Paris : La Dispute.

Pontalis, J. -B. (1998). L’Enfant des limbes. Paris : Gallimard.

Rancière, J. (2008). Le spectateur émancipé. Paris : La Fabrique.

Ricœur, P. (2000). La mémoire, l’histoire, l’oubli. Paris : Seuil.

Rosanvallon, P. (2011). La société des égaux. Paris : Seuil.

Sauvy, A. (1959). La montée des jeunes. Paris : Calmann-Lévy.

Vuille, M. (1984). Du temps des loisirs au temps libre. Au début des années 60 : l’avenir rêvé. En 1984 : des lendemains multiples et imprévisibles. Genève : Service des loisirs de la jeunesse.

Notes

1 Fourastié est connu notamment pour avoir été à l’origine de l’expression les Trente Glorieuses.

2 Les auteurs qui ont contribué à fixer les principales dimensions de ce grand espoir figurent dans la bibliographie. Ils figurent aussi dans la bibliographie établie par Michel Vuille (1984).

3 J’emprunte par ailleurs une définition du terme transition à Jean-Claude Métraux (2011), qui indique les six étapes à parcourir pour quitter un monde et entrer dans un autre monde. Cet auteur met l’accent sur un point essentiel : l’exclusion, c’est ne pas pouvoir entrer (dans le nouveau monde), mais l’inclusion, c’est ne pas pouvoir sortir (de l’ancien monde) ! « Nous sommes tous des migrants. Pour qu’un phénomène puisse être qualifié de migration (transition), il requiert certaines conditions, dont une séquence temporelle composée de six moments distincts : 1. Vivre dans un monde et en être, 2) Quitter ce monde, 3) Passer d’un monde à l’autre, 4) Entrer dans un autre monde, 5) Vivre dans cet autre monde, 6) Etre de cet autre monde. »

4 Le film Etre là de Régis Sauder (2012) aborde précisément la pratique du soin assumée notamment par des médecins, des psychiatres et des infirmières à la maison d’arrêt des Baumettes à Marseille.

5 Quelles expressions utilisent-ils alors pour approcher l’invisibilité sociale ? Gens du voyage, intermittents du spectacle, accidentés et intoxiqués au travail, délocalisés, handicapés, relégués, expulsables, jeunes au travail (précariat), femmes à domicile (souvent des chômeuses de l’ombre), surendettés.

Auteur

Docteur en sociologie. En retraite active depuis 2004. Auparavant, chercheur au Service de la recherche en éducation (SRED, Genève) ; ses thèmes de recherche principaux étaient jeunesses et cultures juvéniles, travail social et animation socioculturelle, évaluation, violence ordinaire. Il était également chargé de cours à la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’Université de Genève.
Ses enseignements portaient sur divers thèmes : Genèse, prévention et prise en charge des inadaptations sociales, marginalités et société. Membre du Comité directeur du Programme national de recherche (PNR 51) Intégration et exclusion, Berne, FNRS, 2001-2007, et de la Commission externe d’évaluation des politiques publiques (CEPP) de Genève, depuis 2006

© Éditions ies, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540