Version classiqueVersion mobile

Accessibilité et participation sociale

 | 
Manon Masse
, 
Geneviève Piérart
, 
Francine Julien-Gauthier
, 
et al.

Préface

Julie Ruel

Texte intégral

Quand tous sont inclus, tout le monde y gagne [trad.].
— Jesse Jackson

1J’ai d’abord considéré la demande d’écrire la Préface de cet ouvrage comme un honneur. Mais rapidement, cet honneur a laissé place à une grande responsabilité, celle de trouver les mots justes et inspirants qui ouvrent la voie au recueil de textes choisis, dans la continuité du XIVe congrès de l’AIRHM. Ces textes portent le message de personnes en situation de handicap, chercheur·e·s, praticien·ne·s, étudiant·e·s ou citoyen·ne·s engagé·e·s en faveur de collectivités plus ouvertes, accueillantes et inclusives.

2Sous quels angles traiter de l’accessibilité et de la participation sociale avec, en toile de fond, la Convention relative aux droits des personnes handicapées (Organisation des Nations Unies [ONU], 2006), thématique transversale de ce volume ? Cette convention, non contraignante, appelle en 2019 les 175 pays signataires à promouvoir et à assurer à toutes et tous les mêmes droits et les mêmes chances, sans discrimination. Cette convention demeure un élément phare pour le respect des droits des personnes en situation de handicap. La convention, par son article 9, intitulé « Accessibilité », indique que les Etats parties, ceux ayant signé la convention, doivent :

« permettre aux personnes en situation de handicap de vivre de façon indépendante et de participer pleinement à tous les aspects de la vie », et prendre « des mesures appropriées pour leur assurer, sur la base de l’égalité avec les autres, l’accès à l’environnement physique, aux transports, à l’information et à la communication, y compris les systèmes et les technologies de l’information et de la communication, et aux autres équipements et services ouverts ou fournis au public, tant dans les zones urbaines que rurales ».

3Ces mesures incluent aussi l’identification et l’élimination des obstacles et des barrières à l’accessibilité dans ces mêmes domaines, qu’ils concernent l’accès aux bâtiments, au transport, à l’information, à la communication, et aux services numériques notamment (ONU, 2006).

4Cette convention indique ainsi le chemin pour construire une société inclusive dans laquelle tous ses membres soient égaux et bénéficient d’un environnement qui leur permette d’exercer leur citoyenneté et de s’épanouir dans leur collectivité. Quel projet de société ! Est-ce une utopie ou cela sera-t-il un jour réalité ?

5Nous devons reconnaître le chemin déjà parcouru sur le plan de l’accessibilité et de l’inclusion au regard du respect des droits des personnes vivant avec une différence. Je me souviens de l’absence de personnes en situation de handicap dans l’espace public. Où étaient ces jeunes de mon âge au cours de mon parcours scolaire, durant les années 1960 et 1970 ? A cette époque, plusieurs jeunes en situation de handicap étaient soit non scolarisés, soit vivaient à plusieurs en milieu institutionnel. Leur accès à l’éducation en milieu ordinaire était entravé. Au Québec, ce n’est qu’au cours des quarante dernières années que ces jeunes ont été intégrés graduellement en milieu scolaire, soit en école spécialisée, soit en classe spécialisée dans une école régulière, ou encore en classe ordinaire.

6J’ai eu le privilège de soutenir et d’évaluer l’inclusion en classe maternelle de jeunes élèves « multi-handicapés » âgés de cinq ans dans le cadre d’un protocole d’entente entre une commission scolaire et un centre de réadaptation (Ruel, 2009). Un de ces élèves présentait une déficience intellectuelle, était malvoyant, malentendant avec un implant cochléaire. Il se déplaçait uniquement en fauteuil roulant et était alimenté par nutrition entérale. La directrice de l’école primaire et l’enseignante de maternelle avaient accepté le défi d’accueillir ce jeune élève dans leur école de quartier, plutôt que de le scolariser loin de chez lui, dans une classe spécialisée pour des élèves de 4  à 21 ans présentant une déficience sévère à profonde ou un multi-handicap. Des mesures de soutien et du personnel supplémentaire avaient été octroyés. Considérant ces mesures, deux autres élèves multi-handicapés ont pu intégrer la même classe.

7Telle que commentée par les parents, cette expérience a été enrichissante : la présence d’enfants en situation de handicap dans la classe de leurs enfants a permis à ces derniers de voir qu’on peut avoir des amis qui sont différents. D’autre part, le sociogramme complété avec les enfants de la classe a montré que les enfants présentant un handicap étaient autant choisis que leurs pairs pour participer à une situation sociale proposée. Ces résultats soulignent la place réelle que les enfants en situation de handicap et d’inclusion peuvent vivre avec leurs pairs. Ils étaient considérés comme des enfants parmi les autres. Cette assertion est corroborée par les enseignant·e·s, qui ont observé la façon dont les autres élèves les considéraient : ils étaient comme eux, et les différences ne semblaient plus être remarquées. Les enfants s’impliquaient pour soutenir leur inclusion.

8Cette expérience et les recherches portant sur l’inclusion dans différents contextes illustrent la pertinence de la Convention relative aux droits des personnes handicapées pour promouvoir la mise en place de mesures visant l’inclusion des personnes en situation de handicap. En effet, ces résultats montrent que, lorsque l’accès est assuré et que des mesures sont offertes selon les besoins, on peut tendre vers l’inclusion. Lorsque les individus sont exposés à la différence et lorsqu’ils côtoient des personnes en situation de handicap, ils modifient leur attitude envers ces personnes. Au-delà des conventions et des règles, les barrières attitudinales sont souvent celles qui doivent être levées en priorité.

9Cependant, il demeure de grands chantiers à réaliser. D’abord, le nombre de personnes en situation de handicap est en augmentation. En effet, selon l’Enquête canadienne sur l’incapacité de 2017, sa prévalence est de 22,3 % au Canada, incluant les citoyen·ne·s de tous les âges ; et au Québec, 14,0 % de la population âgée de 15 à 64 ans est confrontée à cette situation. Selon cette enquête, les statistiques concernant l’accès au marché du travail des personnes en situation de handicap demeurent inquiétantes. En effet, 59 % de ces personnes occupaient un emploi en 2017 alors que ce pourcentage était de 80 % chez les personnes sans incapacité (Statistique Canada, 2018). Sur le plan pécuniaire, cette enquête révèle aussi que les personnes en situation de handicap ont un revenu moins élevé que celles sans incapacité et que 28 % de celles dont le handicap est plus sévère vivent sous le seuil de la pauvreté (Statistique Canada, 2018). Sur le plan de l’habitation, les résultats de l’Enquête canadienne de 2012 indiquaient que les personnes en situation de handicap vivaient plus souvent en appartement que dans une maison, que leur logis était souvent petit et qu’elles vivaient plus fréquemment dans un logement qui nécessite des réparations majeures ou mineures (OPHQ, 2017).

10Ces quelques résultats pour le Québec et le Canada sont probablement représentatifs de la réalité dans d’autres pays industrialisés. Et dans nos sociétés dites développées, les personnes présentant une déficience intellectuelle constituent encore le groupe de personnes les plus marginalisées (Browne & Millar, 2016). Cette situation interpelle les services, les milieux et les collectivités. Elle les incite à se mobiliser et à construire des contextes de vie et des milieux inclusifs qui reconnaissent les droits de chacun·e tout en respectant leurs différences. Œuvrer dans une perspective inclusive, c’est soutenir les milieux et les environnements à devenir accessibles à tous leurs membres, peu importe leurs caractéristiques. C’est aussi offrir les adaptations, les accommodements et les soutiens nécessaires pour les personnes qui le requièrent.

11La Convention relative aux droits des personnes handicapées (ONU, 2006) ancre ce changement de perspective en réaffirmant que les personnes vivant une situation de handicap sont des citoyen·ne·s avec les mêmes droits de participer à la vie politique et à la vie communautaire. Les lois et les règlements, les conventions ou les politiques établissent les orientations à suivre en faveur du développement de pratiques inclusives. Cependant, les services et prestations offertes doivent s’articuler en mettant en place des mesures et un environnement accessible à chacun·e, qu’elle ou il se trouve ou non en situation de handicap.

12Les textes de cet ouvrage mettent en lumière des réflexions, des expériences et des résultats de recherches qui illustrent de façon concrète l’état de situation relatif aux personnes ayant une déficience intellectuelle. Ils ont pour toile de fond la mise en œuvre de la CDPH, où des pays signataires se sont engagés à promouvoir une société inclusive et à assurer à toutes et tous les mêmes droits et les mêmes chances, sans discrimination. En effet, ces textes portent sur des éléments phares de l’accessibilité et de la participation sociale des personnes en situation de handicap.

Bibliographie

Browne, M. et Millar, M. (2016). A rights-based conceptual framework for the social inclusion of children and young persons with an intellectual disability. Disability & Society, 31 (8), 1064-1080.

Office des personnes handicapées du Québec (2017). Les personnes avec incapacité au Québec. Drummondville : Office des personnes handicapées du Québec. Consulté sur http://www.ophq.gouv.qc.ca/publications/statistiques.html

Office des personnes handicapées du Québec (2019). L’enquête canadienne sur l’incapacité de 2017. Passerelle, 11 (1), 1-4. Consulté sur http://www.ophq.gouv.qc.ca/fileadmin/documents/Passerelle/Passerelle_vol11_no1.pdf

Organisation des Nations Unies (ONU). (2006). Convention relative aux droits des personnes handicapées. Consulté sur http://www.un.org/disabilities/documents/convention/convoptprot-f.pdf

Ruel, J. (2009). L’intégration d’enfants ayant une déficience intellectuelle et de multiples handicaps en classe ordinaire. Gatineau : Pavillon du Parc.

Statistique Canada (2018). Un profil de la démographie, de l’emploi et du revenu des Canadiens ayant une incapacité, âgés de 15 ans et plus : 2017. Consulté sur http://www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/181128/dq181128a-fra.htm

Auteur

Professeure associée au Département des sciences de l’éducation à l’Université du Québec en Outaouais, elle est aussi chercheure à l’Institut de recherche en déficience intellectuelle et trouble du spectre de l’autisme et associée au Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSO).

© Éditions ies, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search