Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Travail social à la recherche de nouveaux paradigmes

 | 
Claudio Bolzman
, 
Joëlle Libois
, 
Françoise Tschopp

2. Effets des politiques publiques et dynamiques managériales

Glissements anthropologiques, déplacements institutionnels et nouvelles formes de rationalisation : le contexte renouvelé du travail social

Jean-Louis Genard

Texte intégral

1Ce que nous appelons actuellement « travail social » est une invention somme toute récente qui contraste avec l’usage qu’en faisait par exemple Durkheim lorsqu’il publiait sa thèse à la fin du XIXe siècle, avec pour titre De la division du travail social, où l’expression « travail social » visait ce que nous appellerions aujourd’hui simplement « travail ». C’est une banalité d’affirmer que le travail social s’inscrit au cœur des dynamiques propres à la modernité récente et entretient des liens forts avec le développement de l’Etat social, mais aussi avec des avancées anthropologiques propres à cette même modernité comme l’illustreraient les liens entre travail social et, par exemple, case-work et, au-delà, la psychanalyse.

  • 1 Certaines parties de ce texte, légèrement retouchées, ont déjà fait l’objet d’une publication dans (...)

2L’objet de cet article sera d’approfondir et d’interroger sous différents angles ces assertions qui, je le suppose, n’ont pas étonné le lecteur de ces premières phrases. Les propositions que je souhaiterais expliciter dans ce texte tiennent à l’hypothèse que ce que nous appelons modernité constitue à vrai dire une réalité mouvante que nous gagnerions grandement à historiciser. Certes, les déclarations universelles des droits de l’homme affirment que les hommes naissent libres et égaux, mais qu’y a-t-il derrière cette assertion, qui se concrétisera d’abord dans le vote censitaire, qui très longtemps écartera les femmes du droit de vote, qui ne cessera d’abaisser l’âge de la majorité légale, ou encore qui modifiera sans cesse ses manières de traiter les fous ? Certes, ce que les sociologues ont appelé l’institution est intrinsèquement lié aux développements de l’Etat, mais qu’y a-t-il de commun entre l’asile que dénonçaient Goffman et Foucault et la prolifération de services ambulatoires qui se sont développés depuis quelques dizaines d’années ? Certes, comme on le sait depuis Max Weber, la modernité, c’est la rationalisation, mais quelles formes prend cette rationalisation au fil du temps ? Qu’y a-t-il de commun entre les statistiques de la pauvreté qui objectiveront les inégalités sociales durant le XIXe siècle et les référentiels de compétences qui s’imposent aujourd’hui à l’ensemble de l’enseignement, et de plus en plus aux professions du social et aux procédures d’embauche ? C’est à de telles interrogations que va tenter de répondre cette contribution. Son enjeu est de donner quelques pistes de réflexion sur l’arrière-plan contextuel actuel du travail social. Comme l’évoque la précédente énumération de questions, mon propos n’a pas de prétention exhaustive, mais concentrera son attention sur trois dimensions : les glissements anthropologiques, nos manières évolutives de penser ce que c’est que d’être un humain ; les évolutions du paysage institutionnel ; et les modifications des formes de rationalisation qui pèsent sur le travail social1.

Un déplacement de nos coordonnées anthropologiques : fragilité, vulnérabilité versus résilience

3Je partirai de la question anthropologique parce que j’aurais tendance à penser que, des différentes dimensions que je viens d’évoquer, c’est celle-là qui peut-être possède le plus grand potentiel explicatif tout en ayant fait l’objet d’une moindre attention. L’hypothèse que j’ai eu l’occasion de déployer à ce propos dans divers textes (Genard, 2007 ; 2009) peut se résumer de la manière suivante.

4Dans ses travaux, Michel Foucault avait avancé l’idée à la fois forte et quelque peu énigmatique qu’avec la modernité l’homme apparaissait comme un « doublet empirico-transcendantal ». La formulation est à l’évidence interpellante. Elle renvoie en réalité aux positions du philosophe Emmanuel Kant. Pour le dire plus simplement, Foucault veut dire qu’avec la modernité l’homme en vient à être pensé et à se penser dans la tension entre des couples d’opposés que structure de manière générale l’opposition entre déterminisme (l’horizon pour Kant de l’empirique) et liberté (l’horizon du transcendantal). Des couples d’opposés qui peuvent se décliner de diverses manières qui feront peut-être plus écho au lecteur de cet article : nature (régie par des lois causales, déterministes) et culture (espace de la liberté), hétéronomie et autonomie, pathologique et normal, corps et esprit, passif et actif, incapable et capable, irresponsable et responsable… Il serait ainsi possible de suivre durant les deux ou trois siècles qui nous précédent les querelles anthropologiques qui se sont trouvé contenues dans ces oppositions structurantes. Des querelles des criminologues quant à savoir si le criminel naît ainsi, selon les hypothèses du « criminel-né » de Lombroso, ou s’il est au contraire responsable de ses actes, jusqu’aux querelles récentes sur les déterminismes génétiques ou neuronaux et à la part de liberté que nous laissent ces hypothèses scientifiques.

5Sans entrer dans le détail de développements qui n’ont pas leur place dans cet article, j’ai suggéré dans d’autres travaux que l’hypothèse de Foucault méritait d’être à la fois approfondie et historicisée.

6Approfondie en ce sens que la question se pose de savoir – et c’était déjà une interrogation qui intriguait Kant – comment interpréter cette tension entre liberté et déterminisme, entre responsabilité et irresponsabilité. Que peut vouloir dire, somme toute, que l’homme est une chose et son contraire ? Plus précisément, l’homme est-il somme toute l’un ou l’autre, ce serait la version disjonctive du dualisme ; ou au contraire est-il toujours l’un et l’autre, c’en serait la version conjonctive, toujours à la fois libre et déterminé… Bref, du « dualisme empirico-transcendantal », il y aurait à vrai dire deux accentuations que je nomme donc disjonctive (l’un OU l’autre) ou conjonctive (l’un ET l’autre). Là se situe à mon sens un élément important pour saisir les mouvements des débats anthropologiques qui ne cessent de se réitérer, mais aussi de se renouveler depuis le XVIIIe siècle. Cela pour l’approfondissement, donc. Passons maintenant à l’historicisation.

7Les hypothèses tirées de Foucault méritent en effet alors d’être historicisées au sens où l’on peut légitimement penser que, face à cette aporie entre « ET » et « OU », certains contextes historiques, certaines configurations sociales peuvent favoriser l’une ou l’autre de ces deux accentuations, conjonctive ou disjonctive. Et, de manière assez générale, mon hypothèse est que sur le long terme, nous serions passés d’une accentuation disjonctive dominante durant le XIXe siècle jusque vers le milieu du XXe vers une accentuation conjonctive plutôt dominante actuellement. Insistons-y, il s’agit bien d’accentuations et non d’un remplacement d’une version par l’autre.

8Présentons les choses de manière plus concrète. Il me paraît en effet que la première de ces deux périodes tendait plutôt à accentuer l’opposition. D’un côté des êtres capables, présupposés autonomes et dès lors responsables, sujets de droit… de l’autre des individus incapables – les fous, les personnes dépendantes économiquement, les femmes... – et dès lors privés de droits ou du moins largement limités dans ceux-ci. Ou, autre illustration, d’un côté des fous qu’il s’agissait d’enfermer, de l’autre des êtres normaux, avec l’idée que les chances de guérison du fou étaient très faibles, voire inexistantes (rappelons que, en Belgique, c’est seulement au milieu du XXe siècle que les politiques de la folie passent du ministère de la justice à celui de la santé…). On pourrait multiplier les exemples.

9A l’inverse, la période actuelle me semble privilégier ce que j’appellerais une anthropologie conjonctive. Autrement dit, chacun de nous serait à la fois et en même temps capable et incapable, responsable et irresponsable, autonome et hétéronome… Dit plus clairement : toujours dans l’entre-deux. Fragile et vulnérable, susceptible de lâcher prise, de verser dans la déprime ou dans le burn-out… Mais toujours aussi résilient, c’est-à-dire possédant toujours en lui quelques ressources à partir desquelles opérer une reprise en main de soi, sur lesquelles appuyer un travail sur soi, comme dit Didier Vrancken (Vrancken & Maquet, 2006), entamer une reprise en mains de soi. Cette nouvelle sémantique anthropologique de la vulnérabilité, de la fragilité mais aussi de son complémentaire, la résilience, avec les opérateurs intermédiaires de la responsabilisation, de la capacitation, de l’activation, de l’empowerment … seraient les témoins de ce passage vers une anthropologie conjonctive, comme le furent il y a quelques dizaines d’années, par exemple, la montée des maladies dites psychosomatiques qui problématisaient l’opposition du corps et de l’esprit, l’invention des individus « borderline », ou l’explosion des « thérapies pour normaux » que décrivait Castel à propos des Etats-Unis dès les années 60-70 du siècle dernier. Ou comme le fut et l’est aujourd’hui la mise en question de l’opposition entre la nature et la culture et notamment la prise de conscience de l’inhérence de l’homme à la nature, dont témoignent aussi bien les avancées de la pensée écologique que les développements récents et nuancés des neurosciences.

10Dans cette perspective conjonctive, l’homme se trouve donc toujours quelque part sur ce qu’on pourrait appeler un continuum anthropologique, toujours fragile et vulnérable, toujours potentiellement souffrant, objet de troubles… mais ne perdant jamais toute relation à une autonomie alors à reconquérir, susceptible de faire de sa fragilité une ressource ou un tremplin, bref résilient. Les termes fragilité, vulnérabilité d’un côté ne peuvent à mon sens en effet se penser dans leur montée en puissance théorique sans les associer à celle du concept de résilience.

11Ce qui est le plus significatif dans ce glissement anthropologique, si on compare le modèle disjonctif au nouveau modèle conjonctif, c’est peut-être le déplacement de l’horizon de l’autonomie vers l’espace qui était auparavant celui de la seule hétéronomie. Désormais, l’hétéronomie apparaît intolérable. Intolérable pour ceux qui souffrent d’incapacité et qui se trouvent en position de revendiquer une maximisation de leur autonomie, comme on le voit par exemple dans l’évolution des politiques du handicap qui cherchent à restituer à chacun les conditions d’une maximisation des possibilités d’autonomie, ou comme on le voit aussi lorsque des handicapés se lancent des défis d’accomplissement de ce qu’on imagine a priori que leur handicap leur interdit ou leur refuse. Ou lorsque des personnes a priori jugées diminuées, frappées d’incapacité relative… en viennent à activer la catégorie du droit pour exiger de pouvoir faire ce qui leur est interdit ou ce qu’on leur interdit. Mais le revers de cette médaille, c’est évidemment aussi que, d’une certaine façon, l’incapacité ou l’hétéronomie peuvent devenir socialement intolérables et conduire à faire alors porter sur les plus faibles des exigences de responsabilisation qu’il ne peuvent assumer, de créer donc à l’égard des individus vulnérables et fragilisés une surresponsabilisation qui tend à en faire les responsables de ce qu’il ont de la peine à faire, à être ou à devenir. Ou, plus radicalement encore, de ce qu’ils sont devenus, chômeurs, surendettés ou SDF par exemple, leur faisant porter une responsabilité qui s’amplifie au rythme de la méconnaissance ou de l’effacement des processus qui les ont conduits là où ils sont et, aussi, de la responsabilité de ceux qui les y ont laissé glisser ou les y ont enfoncés là, l’accentuation de la responsabilisation individuelle s’opère aussi au prix de la méconnaissance ou de l’ignorance des contraintes contextuelles (l’absence d’offre de travail pour le chômeur…), de l’horizon de la responsabilité collective qui était au fondement de l’Etat social, et du déni de responsabilité de ceux qui ont parfois favorisé la descente aux enfers de ceux qui y sont désormais plongés (les sociétés de crédit facile pour le surendettement).

Un déplacement dans les formes de l’action publique

12Il me semble que si l’on veut bien accepter cette hypothèse d’un glissement anthropologique, alors on peut saisir toute une série de caractéristiques des nouvelles politiques publiques dans les domaines du social qui nous intéressent ici. J’en donnerai quelques exemples qui constitueront dans le même temps des illustrations fortes d’une des hypothèses sous-jacentes à mon propos, à savoir qu’une grille de lecture anthropologique peut être extrêmement riche et prometteuse pour saisir d’importantes modifications sociales.

13Je commencerai par évoquer les politiques de veille et de surveillance à l’égard des populations supposées vulnérables et fragilisées, mais aussi par exemple des territoires vulnérables. Il suffit de taper dans Google les mots vulnérabilité et résilience pour voir apparaître toute une série d’indicateurs de ces deux concepts, qui se trouvent alors souvent eux-mêmes associés à des politiques de gestion des risques ou de prévention des accidents naturels ou sociaux.

14Les politiques réactives de soutien face aux épreuves. Puisque les êtres sont vulnérables et fragiles et peuvent donc verser dans l’hétéronomie, dans la perte de soi, il convient de mettre en place des dispositifs très réactifs lorsque se produisent des circonstances susceptibles de les ébranler et de les faire basculer du mauvais côté du continuum anthropologique. Pour illustrer cela, on peut penser aux dispositifs d’aide psychologique qui se trouvent mobilisés dès lors que se produisent des accidents traumatisants, des agressions dans les écoles, des catastrophes ferroviaires, des drames qui bouleversent un quartier ou une institution…

  • 2 Le dispositif « article 60 » est un dispositif d’insertion permettant, moyennant une remise au tra (...)

15Les multiples politiques d’accompagnement ou de coaching dont l’objectif est en quelque sorte d’activer ou d’aider à activer les potentiels de résilience des acteurs qui ont versé vers l’hétéronomie. Ce sont les politiques de capacitation, d’empowerment, d’habilitation, d’activation… qui, à la fois jouent sur la mise à disposition de ressources (formation, aide psychologique à la restauration de la confiance en soi…) et sur des pratiques incitatives visant à ce que l’individu retrouve du volontarisme, de la motivation. A la fois donc des « pouvoir », des capacités… et des « vouloir », de la motivation. Les politiques de capacitation étant aussi et dans le même temps des politiques de responsabilisation. Une étude récemment menée par Isabelle Lacourt dans des dispositifs sociaux bruxellois a d’ailleurs bien mis en évidence la place occupée par ces référentiels de la capacité et de la motivation dans les évaluations que font les travailleurs sociaux face à l’accès ou au refus d’accès des « usagers » à certains dispositifs sociaux comme l’article 60, par exemple (Lacourt, 2007)2. Lacourt a ainsi mis en évidence comment s’opérait une sorte de « classement des êtres » dont les critères étaient clairement le « pouvoir », les capacités, et le « vouloir », la motivation. Les individus se trouvant ainsi en quelque sorte classés dans un tableau à deux entrées allant des « capables et motivés », vers les « incapables et démotivés », en passant par les figures intermédiaires des « incapables motivés » qu’il s’agissait de former, et des « capables démotivés » avec lesquels il s’agissait plutôt de développer des stratégies psychologisantes de remotivation. On connaît également l’extrême ambiguïté de ces politiques, qui associent bien entendu des efforts d’encadrement mais qui, dans le même temps, font peser sur leurs bénéficiaires des exigences d’autonomisation qui s’apparentent bien souvent avant tout à de la culpabilisation, faisant porter sur ces personnes le poids de la situation dans laquelle elles sont, en particulier parce que l’exigence d’autonomie et de responsabilité se trouve totalement disproportionnée par rapport aux moyens réels dont disposent les acteurs pour « s’en sortir ». C’est d’ailleurs là que se comprend le plus clairement la position défendue par Amartya Sen, à propos des « capabilités », lorsqu’il propose de comprendre celles-ci non pas dans le sens d’une « responsabilisation » des acteurs, mais dans le sens plutôt d’une responsabilisation des pouvoirs publics face à la nécessité de permettre à chacun d’exercer réellement ses talents et de réaliser ses ambitions. Cette même ambivalence des nouvelles politiques sociales se révèle également dans les difficultés que connaissent des travailleurs sociaux qui doivent à la fois créer un climat de confiance propice à la reconstruction de l’estime de soi des personnes avec lesquelles ils travaillent, mais qui, dans le même temps, sont invités à exercer ce que j’appellerais des pressions à la responsabilité, le cas échéant, voire souvent, sous l’horizon d’une conditionnalisation de l’accès aux droits sociaux. Bref, à des politiques sociales inconditionnelles tendent, en raison des coordonnées anthropologiques qui se trouvent projetées sur leurs usagers, à se substituer des politiques sociales basées sur une exigence de contrepartie. « A ce que je t’apporte parce que tu es vulnérable, tu dois répondre par une reprise en mains de toi, par des efforts, par un travail sur toi… Et tu ne recevras rien sans que je n’exige moi aussi une contrepartie. »

Un déplacement dans les dispositifs institutionnels

16La seconde hypothèse que je souhaiterais évoquer consisterait maintenant à voir comment les politiques publiques agissant dans les domaines du travail social ont évolué parallèlement à ce glissement anthropologique. On peut évidemment s’attendre à ce que, comme je viens de le suggérer, on assiste parallèlement à des reconfigurations des dispositifs institutionnels. Ce sera le cas. Mais en quels sens ? Je voudrais maintenant développer quelques indications permettant de clarifier cette question.

17Tout d’abord, lorsque nous sommes face à une anthropologie fortement disjonctive, on peut aisément imaginer que les dispositifs institutionnels connaissent également ce type de disjonction. Dans le cas du système pénal, ce sera par exemple l’enfermement, la prison, OU, à l’inverse, la liberté. Dans le cas de la folie, l’asile OU la liberté. De la même façon, la forte dualisation entre capacité et incapacité se traduira par une très faible perméabilité entre les registres. Ceux qui sont présupposés incapables seront intégralement traités comme tels. Les femmes n’auront pas le droit de vote, n’auront pas accès à un compte bancaire autonome… On ne demandera pas aux enfants ce qu’ils pensent en cas de divorce de leurs parents… On n’envisagera pas de donner des droits aux malades mentaux, encore moins de leur préparer des dispositifs participatifs au sein des institutions dans lesquelles ils sont moins soignés d’ailleurs qu’enfermés. Les exemples pourraient se multiplier. Ils ont abondamment nourri la critique de l’institution qui s’est développée depuis les années 60 du siècle dernier.

18Si l’on suit maintenant l’hypothèse d’un glissement vers ce que j’ai appelé un continuum anthropologique, on peut au contraire imaginer la possibilité de multiples transitions et interférences. Solliciter l’avis d’un enfant de six ans pour savoir si, en cas de divorce, il préfère aller chez papa ou maman devient non seulement possible mais éminemment souhaitable. Aller fort loin dans les exigences de consentement de la personne fortement amoindrie dans l’exercice de ses capacités de discernement, par exemple dans le domaine du soin, de l’euthanasie… relève du bon sens. Et que les malades mentaux puissent avoir leurs représentants dans les dispositifs qui les concernent ne relève plus du tout de l’impensable. Tout au contraire. La contrepartie étant qu’il devient aussi parfaitement admissible et compréhensible de descendre l’âge de la responsabilité pénale des jeunes et de multiplier les dessaisissements des tribunaux de la jeunesse vers la justice pour adultes, comme il devient compréhensible que l’on juge et condamne les malades mentaux, le diagnostic psychiatrique ne déchargeant somme toute pas de toute responsabilité.

19Au point de vue des institutions, là où, comme je l’ai évoqué, le traitement des personnes se faisait en quelque sorte aux extrêmes – l’enfermement ou la liberté –, on va voir se substituer ce qu’on pourrait, par parallèle, appeler un pluralisme institutionnel, prenant en réalité les traits d’un continuum institutionnel. Pour reprendre les exemples précédents, non plus la prison ou la liberté mais bien, certes, la prison, mais aussi les peines de substitution, la médiation pénale, le suivi thérapeutique ou éducationnel, le bracelet électronique, les visites et les sorties pénitentiaires… Dans le domaine de la santé mentale, non plus l’asile ou la liberté mais toute une gamme de dispositifs dont l’enfermement constituera l’extrême (De Munck, Genard et al., 2003). On sait ainsi que, pour parler de la Belgique, dans certaines régions du moins, et en l’occurrence en Région bruxelloise, l’évolution des politiques publiques en matière de santé mentale a conduit à créer en réalité ce que beaucoup de praticiens diagnostiquent en parlant d’un déficit d’institutions fermées susceptibles d’accueillir les pathologies lourdes et chroniques, avec pour résultats que ceux qui en sont porteurs se retrouvent bien souvent à la rue, parmi les SDF. Et, comme l’horizon du travail thérapeutique devient, en fonction des nouvelles grilles anthropologiques, une restitution rapide des capacités d’autonomie (le maintien de longue durée en institution apparaissant comme un échec), les pathologies dont l’espoir d’atteindre celle-ci à court terme est jugé a priori faible, par exemple les toxicomanies, trouvent de plus en plus difficilement des espaces d’accueil, à moins bien sûr que ceux-ci ne se spécialisent.

20D’une certaine façon, on pourrait donc dire que la crise de l’institution à partir des années 60 du siècle dernier a conduit certes à ce qu’on pourrait décrire comme un processus de désinstitutionnalisation, mais en réalité, dans le même temps, s’est mis en place ce que j’ai appelé un pluralisme institutionnel, c’est-à-dire une multiplication des institutions qui en viennent à couvrir en quelque sorte le continuum anthropologique que j’évoquais précédemment, un continuum anthropologique marqué notamment par la complémentarité et la porosité de ses dispositifs, mais aussi par leurs interférences, leurs redondances ou la concurrence quelquefois qu’ils mènent entre eux. Du coup, se posent aux pouvoirs publics de nouvelles tâches, parmi lesquelles la nécessité d’assumer une multiplication des dispositifs de reconnaissance et de financement à la hauteur de la diversité de l’offre institutionnelle, la mise en place de dispositifs de coordination comme, pour donner des exemples belges, les plateformes de coordination en matière de santé mentale, mais aussi, par exemple, le balisage des circuits de soin et les dispositifs de pistage ou de traçabilité des personnes au sein de ce pluralisme institutionnel. A quoi s’ajoute le fait que cette multiplication institutionnelle s’accompagne d’une forte diversification des statuts des institutions, avec notamment un accroissement des formes de délégation de missions de service public vers des associations privées, ASBL ou autres. Cette délégation s’accompagnant elle-même de la mise en place de dispositifs de contrôle ex ante du type des contrats de gestion et ex post comme les techniques d’évaluation sur lesquelles je reviendrai et qui constituent certainement une des caractéristiques des nouvelles politiques publiques.

21Si l’ancien paysage des politiques publiques s’appuyait sur ce qu’on pourrait appeler une sorte de monopole institutionnel propre à chaque sous-système social (la prison dans le système pénal, l’asile dans celui de la santé mentale, l’hôpital dans celui de la santé, l’école dans le sous-système éducatif… pour citer les dispositifs qui ont fait l’objet des critiques les plus virulentes durant la période de « crise de l’institution » à partir des années 60-70 du siècle passé), celui-ci se voit donc remplacé par le pluralisme institutionnel que je viens d’évoquer. A cela s’ajoute aussi le fait que l’idée même de sous-système différencié en vient à être questionnée, complexifiant encore davantage ce paysage institutionnel. On sait par exemple aujourd’hui que les questions de santé mentale ne sont pas sans lien avec des questions culturelles, sociales ou économiques et qu’il y a donc intérêt à ce que des institutions appartenant a priori à des sous-systèmes sociaux différenciés en viennent à collaborer. Autrement dit, le paysage des politiques publiques a lentement évolué d’un modèle centré sur les formes institutionnelles, qui furent lourdement critiquées à partir des années 1960-70, vers des modèles réticulaires dans lesquels se sont ajoutées des institutions propres à chaque sous-système, mais aussi des institutions appartenant a priori à des sous-systèmes différents. C’est ainsi que la Région bruxelloise finance spécifiquement des réseaux de santé mentale qui associent des acteurs de la santé mentale, bien sûr, mais aussi de la santé (les urgences hospitalières), de la justice, de la police (les plaintes aboutissant souvent d’abord dans les commissariats), des associations culturelles, des associations de quartier… Dans ces réseaux, les vieilles institutions occupent toujours des places importantes, mais s’accommodent de ces liens réticulaires et hybrides qu’elles ont d’ailleurs parfois contribué à créer. Cette situation nouvelle place bien évidemment l’usager des politiques sociales face à des paysages de plus en plus complexes, face à ce qui apparaît comme une toile institutionnelle où il a beaucoup de peine à se retrouver et où les tâches d’accueil et d’orientation des usagers prennent une importance croissante.

Le statut de l’humanitaire et l’éthique du care

22Il apparaîtra peut-être saugrenu à ce stade de commencer un paragraphe portant sur la question de l’humanitaire. J’ai toutefois l’intime conviction que cette excursion au sein d’un paysage institutionnel lui-même en plein développement n’est en rien déplacée.

23Si l’on suit en effet l’économie des raisonnements précédents, on comprend que le cœur de l’anthropologie conjonctive, dominante aujourd’hui, se situe dans cette ambivalence entre autonomie et hétéronomie, entre une reconnaissance de la fragilité et de la vulnérabilité, bien sûr, mais aussi d’une présence toujours rémanente de capacité de se ressaisir, de se reprendre, de s’assumer… Là se situe donc le cœur de l’anthropologie sous-jacente aux politiques sociales.

24Il reste toutefois qu’il y a ceux qui n’en peuvent vraiment plus, au point qu’il serait à l’évidence indécent de leur demander quoi que ce soit en retour. Ceux donc qui, occasionnellement (ils ont subi un traumatisme…) ou structurellement, se situent à l’extrême du continuum. Ceux qui meurent de faim, ceux qui sont épuisés, ceux qui sont inconscients ou aux limites de la conscience, ceux qui sont mourants, ceux qui sont trop lourdement handicapés… Ceux-là, pourrait-on dire, ne répondent pas aux nouvelles coordonnées anthropologiques parce qu’ils ne peuvent (ou ne veulent) rien donner en retour. Et il arrive donc qu’ils soient totalement délaissés, comme je l’ai évoqué à propos des SDF. Comme je l’avais mentionné précédemment, ceux qui ne sont pas en mesure de jouer le jeu de la contrepartie, ceux qui n’en peuvent plus, ceux qui n’en veulent pas, pourraient bien être devenus les exclus radicaux de ces nouvelles politiques sociales étayées sur les coordonnées anthropologiques conjonctives.

25A une nuance près, toutefois. Il me semble en effet que c’est dans les espaces où les logiques de réciprocité et de contrepartie ne fonctionnent plus que prennent place aujourd’hui les logiques que l’on appelle maintenant humanitaires. C’est à l’occasion d’un colloque sur cette thématique, auquel il m’avait été demandé de participer à Montréal il y a un peu plus d’un an, que j’ai développé ce qui n’était au départ qu’une intuition, une intuition que des travaux menés au GRAP sur les Restos du Cœur en Belgique ont confirmée depuis. Le public de l’humanitaire, celui des Restos du Cœur notamment, est bien celui de ceux qui n’en peuvent plus, de ceux qu’il faut soulager et à qui il serait indécent de demander une contrepartie. Bref, si l’on suit mon raisonnement, le public de ceux qui ne rentrent plus dans les canevas d’une aide sociale qui, elle, se centre sur des exigences de contrepartie, et qui dès lors s’en trouvent tendanciellement exclus et se retrouvent ou délaissés ou pris en charge par des dispositifs qui se sont précisément construits sur l’absence d’exigence de contrepartie, et sur des formes d’intervention dont l’horizon est d’abord et avant tout la vulnérabilité. Je ne développerai pas longuement cet argument, que j’ai pu vérifier au travers d’une analyse approfondie de la littérature produite par le secteur humanitaire, mais j’insisterai toutefois sur quelques observations faites à propos des Restos du Cœur dont il faut rappeler qu’ils sont nés du constat de l’incapacité des politiques sociales traditionnelles à répondre aux besoins sociaux élémentaires de populations de plus en plus nombreuses, et cela sur base du bénévolat et du volontariat.

  • 3 Il s’agit des centres publics d’action sociale, dont la population est celle de la grande exclusio (...)

26Tout d’abord, la volonté de leurs dirigeants actuels de revendiquer une référence explicite à l’humanitaire, mais aussi et peut-être surtout, la mise en évidence des interrelations qui se nouent entre les Restos du Cœur et les dispositifs de l’aide sociale plus classique. D’une part, si les Restos du Cœur maintiennent clairement le principe de l’inconditionnalité de l’accès aux repas, on voit dans le même temps que s’y mettent en place des activités de travail social dont la finalité est d’amener les usagers vers les services sociaux classiques, en particulier les CPAS3. A l’inverse, ceux-ci entretiennent avec les Restos du Cœur des relations de complémentarité qui sont quelquefois très fortes, certains CPAS renvoyant des usagers confrontés à des situations d’urgence mais qu’ils ne peuvent pas prendre en charge pour l’une ou l’autre raison vers les Restos du Cœur, d’autres les organisant eux-mêmes.

27Si, à suivre les hypothèses que je propose ici, on comprend celle de la complémentarité entre d’une part des politiques sociales classiques qui se sont recentrées sur une anthropologie conjonctive articulant offre sociale et exigence de responsabilisation, et d’autre part des initiatives humanitaires occupant les espaces que laissent largement à l’abandon ces politiques en raison précisément des exigences anthropologiques sur lesquelles elles se fondent, on comprendra également la place qu’occupe aujourd’hui de plus en plus le référentiel du care.

28A lire les principaux théoriciens de celui-ci, on comprend que ce qui caractérise fondamentalement ces éthiques du care, c’est précisément l’absence d’exigence de contrepartie, la focalisation sur la seule vulnérabilité, mais aussi la construction de sa logique sur la base du modèle de relations fortement dissymétriques, des dissymétries qui s’articulent précisément sur le fait que l’un des partenaires de l’interaction, celui qui est l’objet du care, se trouve en totale vulnérabilité, n’est pas en mesure de répondre … exigeant éthiquement un care, un souci, une sollicitude qui n’attend rien en retour. Le handicapé profond, le jeune enfant, le mourant, le malade inconscient… c’est-à-dire tous ces cas auxquels l’application de l’exigence de contrepartie, de responsabilisation, d’activation, d’appel à l’autonomisation… non seulement n’aurait pas de sens mais paraîtrait totalement inacceptable éthiquement. Et il n’est pas anodin de réfléchir au fait que si l’éthique du care a bien été pensée d’abord à partir de ces positions se situant à l’extrémité du continuum anthropologique, ses défenseurs entendent bien ne pas en limiter la portée à ces seuls cas, mais au contraire revendiquer une éthique générale du care sur la base de la reconnaissance d’une vulnérabilité constitutive des êtres. On aura saisi alors que l’éthique du care, se centrant sur le pôle vulnérabilité du continuum, apparaît comme l’exact opposé de l’exigence néo-libérale de responsabilisation maximale des êtres, y compris, voire surtout des plus faibles, qui d’une certaine façon se refuse à assumer cette vulnérabilité et du coup à endosser cette responsabilité à l’égard d’autrui que l’éthique du care place en son centre.

29Car en effet, là où le développement de l’Etat social avait construit ses dispositifs sur la base d’une collectivisation de la responsabilité à l’égard de la pauvreté, de la maladie… sur la base, donc, d’une responsabilité dont l’horizon est le Nous, les nouvelles politiques sociales tendent au contraire à se construire sur le modèle d’une responsabilisation individuelle, d’une responsabilité Je focalisée sur l’exigence d’autonomie. Dans ce contexte, le développement de l’humanitaire et de l’éthique du care nous rappelle l’horizon anthropologique moins de l’autonomie que de la vulnérabilité et nous invite à redécliner la responsabilité sous les angles du Nous mais aussi, peut-être et surtout, du Tu. Nous invitant sans doute à réfléchir au fait que si la collectivisation de la responsabilité que présuppose le développement de l’Etat social s’appuyait bien sur la figure du Nous, son enfermement dans des dispositifs impersonnels d’assurance sociale et de droit avait peut-être aussi progressivement contribué à déconnecter cette figure du Nous de celle du Tu, la logique de l’assurance prenant le pas, voire effaçant celle de la sollicitude.

Les nouvelles formes de rationalisation

30Comme je l’avais annoncé d’entrée, une des caractéristiques profondes de la modernité se situe dans le processus de rationalisation, un processus qui, remarquons-le, a affecté tant l’anthropologie (rappelons la figure du moi rationnel décrite par Taylor) que les structures organisationnelles (la domination rationnelle-légale décrite par Weber) ou que les formes de constitution des savoirs.

31Ce que je souhaiterais maintenant suggérer pour terminer cette contribution, c’est que ces formes de rationalisation sont, comme les coordonnées anthropologiques, mouvantes et que s’imposent aujourd’hui au travail social de nouvelles formes de rationalisation, de nouvelles formes qui, par ailleurs, s’incrustent dans les nouvelles coordonnées anthropologiques tout en contribuant à formater les structures des nouveaux dispositifs institutionnels.

32Schématiquement, on peut, je crois, aisément être convaincu que les outils et les formes de la rationalisation évoluent, parfois considérablement. Evoquons, par exemple, le développement du savoir statistique dont Alain Desrosières a bien montré l’importance dans les développements de l’Etat dès le XVIIIe siècle, un savoir statistique par ailleurs essentiel pour le déploiement de l’Etat social dans la mesure où celui-ci s’est étayé sur des dispositifs assuranciels dont la fiabilité était garantie par les progrès de l’inférence statistique à partir du théorème de Bayes. Les travaux de Desrosières et Hacking montrent notamment les enjeux théoriques internes à ces savoirs prévisionnels et comment, au XIXe siècle, les développements de la statistique ont exploité certains savoirs, en reléguant d’autres au second plan qui ressurgiront plus tard, permettant alors les développements de la théorie de la décision (Desrosières, 1993). Autre illustration de l’évolution de ces formes de rationalisation : on sait par exemple l’importance prise par le modèle du plan dans les politiques publiques du XXe siècle, un plan dont les objectifs sont alimentés par l’accumulation de savoirs experts qui sont supposés permettre une connaissance objective de la situation, mais aussi cerner des besoins et indiquer des objectifs à atteindre.

33L’hypothèse que je souhaiterais maintenant suggérer est que s’impose aujourd’hui lourdement une autre forme de rationalisation, qui s’incarne dans le couple indicateurs-évaluation.

34Les indicateurs remplissent aujourd’hui une multitude de fonctions. Ils sont des outils de comparaison, permettant le benchmarking notamment. Ils sont des outils de la mesure de l’excellence et fondent à ce titre des stratégies de labellisation ou de promotion. Mais les mêmes mesures peuvent aussi, bien sûr, faire office d’instrument de disqualification, par exemple des institutions qui n’atteignent pas des performances minimales mesurées par les indicateurs pertinents. Ils permettent de définir des objectifs mesurables et apparaissent donc comme des outils d’évaluation. Ils constituent ainsi des vecteurs de pilotage des nouvelles politiques publiques, à vrai dire de ce qu’on appelle aujourd’hui la nouvelle gouvernance. A ce titre, au travers de cette fonction de pilotage et d’évaluation, ils en viennent à conférer aux politiques publiques une apparence forte de rationalité et surtout ils présentent ces mêmes politiques publiques comme ayant en quelque sorte intégré la critique, instauré un système de critique permanente intériorisée, tout en ayant – insistons-y – en réalité disqualifié la critique, ou plutôt en l’ayant déplacée vers une critique de ces indicateurs qui apparaissent pourtant comme l’incarnation même de la rationalité.

35On l’aura compris, je pense, au travers du ton des propos précédents, cette politique s’appuyant sur le couple indicateurs-évaluation, héritière des développements de la théorie de la décision, mérite d’être interrogée quant à ses arrière-plans épistémologiques, toute épistémologie étant à vrai dire politique. Par quoi se caractérise cet arrière-plan ?

36Tout d’abord, la logique d’indicateurs impose une mesurabilité des objectifs politiques. Ainsi, étayées sur des logiques d’indicateurs mesurables, les politiques de développement durables vont-elles très naturellement tendre à accentuer les dimensions environnementalistes et économiques du développement aux dépens de ses dimensions sociales et culturelles, bien moins mesurables, mais pourtant tout aussi essentielles tant le développement durable suppose des modifications comportementales et relationnelles. Ainsi, dans le domaine de la santé mentale, les logiques d’évaluation par indicateurs vont-elles, comme j’ai pu l’observer, privilégier les thérapies comportementalistes contre les thérapies d’inspiration analytique dans la mesure où elles entretiennent avec les premières une forte parenté épistémologique. Et, bien sûr, lorsque le financement des politiques ou des institutions est lié à ces logiques d’indicateurs, cela peut tout à fait conduire à des modifications profondes des priorités politiques ou des paysages institutionnels. On pourrait multiplier les exemples.

37De manière générale, un des effets de ces politiques conjuguant évaluation et indicateurs se situe dans ce qu’on pourrait appeler l’écrasement du monde vécu. L’écrasement de ce qui relève de tout ce qui par nature résiste à la mesurabilité, ce qui relève de la sensibilité, de la sollicitude… et qui est pourtant au cœur d’un travail social bien pensé. Comment en effet mesurer – par exemple, en temps de prestation – la sollicitude de l’infirmière à l’égard de ses patients, alors que, bien sûr, les actes techniques, faire une piqûre, prendre une température… – se plient très naturellement à l’impératif de mesurabilité ?

38Autre effet de la gouvernance par indicateurs : la perte de l’horizon de la totalité. La réalité peut ainsi en venir à se trouver en quelque sorte découpée en une multitude d’indicateurs dont on présuppose que l’addition cerne la totalité. On peut penser ici aux référentiels de compétences qui envahissent actuellement l’enseignement et qui tendent, en particulier dans les enseignements professionnalisants, à envisager la formation non plus comme une culture, une Bildung, mais comme une addition ou une juxtaposition de savoirs et de gestes techniques (Genard & Cantelli, 2010).

39En suivant cette logique d’indicateurs, les décisions en viennent tendanciellement à obéir à des logiques computationnelles, comme on peut l’illustrer avec la philosophie du diagnostic médical sous-jacente au DSMIV, mais comme on le voit également avec l’importance croissante des « facteurs d’impact » dans la mesure de l’excellence universitaire. Une logique computationnelle qui est d’ailleurs au centre de la théorie de la décision.

40Et, bien sûr, comme le montre R. Salais à propos des politiques du chômage au niveau européen (Salais, 2004), le poids que prennent les indicateurs conduit les politiques à se formater sur ceux-ci. L’objectif des politiques se déplaçant progressivement d’objectifs politiques vers des objectifs d’ajustement aux indicateurs. Non plus donc tellement lutter contre le chômage que plutôt instaurer des déplacements des politiques, dont l’effet recherché sera d’abord de produire de meilleurs résultats aux indicateurs en n’interrogeant donc plus les liens entre indicateurs et politiques, en oubliant donc que tout instrument de mesure présuppose une épistémologie et que toute épistémologie, comme j’y insistais, est politique.

Conclusion : de nouvelles mesures du social

41La suggestion sur laquelle je souhaiterais conclure cette contribution est celle du télescopage actuel entre ce que j’ai appelé les nouvelles coordonnées anthropologiques et ces nouvelles formes de rationalité. Pour le dire en d’autres mots, ce qui est mis ici en réflexion, c’est le processus de mise en indicateurs de la sémantique qui fait office de référentiel anthropologique des nouvelles politiques publiques, une sémantique où, comme je l’ai indiqué au début de cet article, se côtoient et se répondent les termes vulnérabilité, résilience, motivation, compétence, capacité…

42Comme je l’ai déjà évoqué à propos des termes vulnérabilité et résilience, il suffit de taper dans Google le terme compétence pour voir apparaître une multitude d’indicateurs et de référentiels de compétences qui réorientent en profondeur les nouvelles politiques éducatives et, de manière générale, les politiques d’apprentissage. Des référentiels de compétences qui jouent un rôle de plus en plus fondamental dans les tests d’embauche ou dans les évaluations des personnels, liant d’ailleurs en profondeur compétences et employabilité. La convergence de ces deux illustrations en disant par ailleurs long sur la tendance à la professionnalisation de l’enseignement que sous-tend cette immixtion des référentiels de compétences dans le domaine éducatif.

43On pourrait également citer les indicateurs de motivation dont j’ai montré la place au sein des catégorisations indigènes dans les CPAS bruxellois, mais qui jouent un rôle important également dans le monde du travail.

44Si l’on a suivi le cheminement théorique proposé ici, on devrait en avoir tiré quelque inquiétude sur le destin du travail social à l’ère du télescopage de l’anthropologie capacitaire et de la gouvernance par indicateurs. En effet, au risque majeur et déjà bien documenté de l’anthropologie capacitaire de faire porter sur les faibles la responsabilité de leur faiblesse, mais aussi de dualiser les politiques sociales entre celles qui, s’adressant à ceux qui sont capables mais aussi résilients, endossent les stratégies d’activation, et celles qui, s’adressant à ceux qui n’en peuvent plus, investissent l’espace que désigne le mot humanitaire, s’ajoutent les risques liés aux nouvelles formes de rationalisation dont l’épistémologie sous-jacente conduit à l’écrasement de cette part du travail social qui résiste par nature à la mesurabilité, et où se joue sans doute une part essentielle des conditions de sa réussite ; de nouvelles formes de rationalisation dont on a de bonnes raisons de soupçonner qu’elles peuvent alors constituer de nouvelles formes d’appauvrissement, pour ne pas dire de mécanisation du travail social, mais aussi de nouvelles formes d’oppression pour ceux qui en sont l’objet tant elles risquent de leur imposer des formes de renoncement à eux-mêmes.

Bibliographie

Références bibliographiques

Cantelli, F. & Genard, J.-L. (2010). Pour une sociologie politique des compétences. Les Politiques Sociales, 1-2, 103-120.

Cantelli, F. & Genard, J.-L. (Dir.). (2007). Action publique et subjectivité. Paris : LGDJ.

De Munck, J., Genard, J.-L., Kuty, O., Vrancken, D., Delgoffe, D., Donnay, J.-Y., Moucheron, M. & Maquet, C. (2003). Santé mentale et citoyenneté : les mutations d’un champ de l’action publique. Gand : Academia Press.

Desrosières, A. (1993). La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique. Paris : La Découverte.

Genard, J.-L. (2009). Une réflexion sur l’anthropologie de la fragilité, de la vulnérabilité et de la souffrance. Dans Th. Périlleux & J. Cultiaux (Dir.), Destins politiques de la souffrance. Intervention sociale, justice, travail. (pp. 27-46). Toulouse : Erès.

Genard, J.-L. (2007). Capacités et capacitation : une nouvelle orientation des politiques publiques ? Dans F. Cantelli & J.-L. Genard (Dir.), (2007), Action publique et subjectivité (pp. 41-64). Paris : LGDJ.

Genard, J.-L. (1999). La grammaire de la responsabilité. Paris : Cerf.

Hacking, I. (1990). The Taming of Chance. Cambridge : University Press.

Lacourt, I. (2007). Des catégories de l’action publique à l’épreuve de la subjectivité. Dans F. Cantelli & J.-L. Genard (Dir.), (2007), Action publique et subjectivité (pp. 219-230). Paris : LGDJ.

Périlleux, Th. & Cultiaux, J. (Dir.). (2009). Destins politiques de la souffrance. Intervention sociale, justice, travail. Toulouse : Erès.

Salais, R. (2004). La politique des indicateurs, du taux de chômage au taux d’emploi dans la stratégie européenne pour l’emploi. Dans B. Zimmermann, Les sciences sociales à l’épreuve de l’action. Le savant, le politique et l’Europe (p. 287-331). Paris : Editions de la Maison des sciences de l’homme.

Vrancken, D. & Maquet, C. (2006). Le travail sur Soi. Vers une psychologisation de la société ? Paris : Belin.

Notes

1 Certaines parties de ce texte, légèrement retouchées, ont déjà fait l’objet d’une publication dans la revue belge L’Observatoire, 71, 12-18.

2 Le dispositif « article 60 » est un dispositif d’insertion permettant, moyennant une remise au travail limitée dans le temps, aux personnes de se remettre en ordre par rapport aux protections sociales, mais en même temps de retrouver les capacités nécessaires (ponctualité, motivation, respect des consignes…) à une véritable insertion dans le marché du travail, un marché qui, faut-il le préciser, leur offre de toute manière très peu de chances de réinsertion.

3 Il s’agit des centres publics d’action sociale, dont la population est celle de la grande exclusion, qu’il faut donc distinguer des politiques d’allocation de chômage, encore que les restrictions mises à ces allocations tendent à produire entre ces dispositifs qui, au départ, visaient des populations très différentes, de nombreuses imbrications. Les allocations de chômage n‘étant par exemple bien souvent clairement plus suffisantes pour subvenir aux besoins minimaux, et le chômage étant devenu de plus en plus clairement structurel.

Auteur

Philosophe et docteur en sociologie. Il est professeur ordinaire à la Faculté d’architecture La Cambre-Horta de l’Université libre de Bruxelles. Il est également chargé de cours aux Facultés universitaires de Saint-Louis. Il dirige le GRAP, Groupe de recherche sur l’action publique de l’Université libre de Bruxelles. Ses travaux portent principalement sur l’éthique, la responsabilité, les politiques publiques, en particulier les politiques sociales, les politiques de la ville, la culture et les politiques culturelles, l’art et l’architecture, ainsi que sur les questions épistémologiques. Il est rédacteur en chef de la revue électronique de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF), SociologieS. Il codirige la collection Action publique chez Peter Lang, ainsi que la collection Architecture et aménagement du territoire aux Editions de l’ULB.
Parmi ses publications : Sociologie de l’éthique (L’Harmattan, 1992), La Grammaire de la responsabilité (Cerf, 2000), L’évaluation des politiques publiques au niveau régional avec S. Jacob et F. Varone (P. Lang, 2007), Action publique et subjectivité avec F. Cantelli (LGDJ, 2007), Critical Tools, les instruments de la critique avec H. Heynen (Lettre Volée, NeTHCA, 2012) ainsi que de très nombreux articles

© Éditions ies, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540