Version classiqueVersion mobile

En transition

 | 
Claudio Bolzman
, 
Alexandra Felder
, 
Antonio Fernández

Conclusion

Texte intégral

Mise en perspective des discours des professionnel•le•s et des jeunes

1Cette recherche a permis de recueillir et de confronter des propos de jeunes avec statut juridique précaire et de professionnel•le•s en relation avec eux. Ces discours sont autant de points de vue subjectifs s’appuyant sur des expériences personnelles, mais leur mise en parallèle permet de faire ressortir les aspects sur lesquels leurs visions peuvent diverger. Rappelons que la plupart des institutions ou associations rencontrées accueillent d’autres publics que les jeunes concerné•e•s par notre recherche et que ceux-ci constituent parfois, là aussi, une minorité.

Identité, parcours, culture et contexte familial

2Certains discours de professionnel•le•s exerçant dans des lieux d’insertion et de réinsertion mettent en avant les origines sociales présumées modestes des jeunes à statut juridique précaire et soulignent les difficultés rencontrées dans le pays d’origine, postulant ainsi une précarité économique et des lacunes scolaires préexistantes à la migration. Certain•e•s intervenant•e•s mettent également l’accent sur le vécu difficile et douloureux de nombreuses familles migrantes. Or, notre échantillon révèle des provenances et des origines socioprofessionnelles hétérogènes, ce qui tend à relativiser l’image d’une population précarisée avant l’exil. Une grande partie des jeunes interviewés ne fait pas état de difficultés particulières durant la scolarisation au pays et la représentation du « sans statut » ou du requérant d’asile fuyant une situation de p auvreté extrême ne correspond pas à notre échantillon, même si celui-ci est extrêmement réduit.

3Des professionnel•le•s évoquent un niveau scolaire insuffisant en arrivant en Suisse et, bien que notre échantillon soit restreint, il s’avère que les milieux sociaux de ces jeunes sont hétéroclites et leurs niveaux scolaires disparates. Une grande partie d’entre eux disent néanmoins avoir fréquenté les bancs de l’école au-delà d’un niveau élémentaire.

4Il est intéressant d’observer que les dimensions culturelles et religieuses, évoquées par plusieurs professionnel•le•s, sont très peu présentes dans les discours des jeunes. Les professionnel•le•s décrivent avant tout les difficultés que les différences culturelles posent aux jeunes ainsi qu’à leur intégration en Suisse, et ce notamment sur le marché du travail. Toutefois, l’aspect culturel et religieux n’apparaît à aucun moment dans les discours des jeunes de notre échantillon. Cela peut illustrer le fait que, aux yeux des individus appartenant à la culture d’accueil ou majoritaire, celle-ci constitue la norme et que c’est la culture de l’autre ou l’altérité qui pose problème.

5Dans certains lieux d’accueil et de contact, les parents sont parfois perçus comme peu impliqués dans le parcours scolaire de leurs enfants, et donc absents du processus de scolarisation. Ne parlant pas du tout le français, « déphasés par rapport à la culture », ils sont perçus comme des parents ne soutenant pas prioritairement le projet de formation de leurs enfants. Cependant, dans notre échantillon, les parents présents en Suisse ont également un niveau de formation hétérogène et les deux parents sont très rarement sans formation. Ils soutiennent majoritairement la formation de leurs enfants, même si cette implication peut se réduire à des encouragements ou à des réprimandes en cas d’échec. Il est parfois difficile pour ceux ne maîtrisant pas suffisamment bien la langue française d’intervenir directement dans la construction du projet de formation, mais ils peuvent favoriser ce dernier, en payant, par exemple, des cours particuliers aux enfants en difficultés d’apprentissage.

6L’absence de « modèles positifs » pour ces jeunes est évoquée dans les lieux d’insertion, mais l’analyse des données récoltées lors des entretiens avec les jeunes indique que la grande majorité des parents, tous niveaux de formation confondus, participent généralement au bon déroulement du cursus, et c’est souvent une méconnaissance de la langue ainsi que du système de formation secondaire supérieur qui les empêche de s’investir davantage.

Relations entre jeunes et avec les professionnel•le•s

7Les discours des professionnel•le•s exerçant dans des structures de bas seuil concernant la vie sociale des jeunes avec statut précaire ou sans statut révèlent une vision paradoxale. D’un côté, ces jeunes sont perçus comme étant peu intégrés dans les groupes de jeunes de leur quartier ; la différence apparaissant entre les jeunes en fonction des possibilités de formation et d’évolution sociale aurait des conséquences psychiques et psychosociales et un fossé se créerait, séparant les jeunes en situation précaire des autres. De l’autre côté, ils sont considérés comme des jeunes « comme les autres » avec des intérêts semblables. Ce paradoxe peut également être perçu dans les discours des jeunes, qui disent ne pas se sentir différents des autres mais sont conscients des contraintes inhérentes à leur statut. L’image du jeune marginalisé n’est pas représentative de notre échantillon et nous remarquons que la durée du séjour et le fait d’être en formation ou pas influent directement sur la diversité et la taille de leur réseau.

8Dans les classes d’accueil, les relations entre jeunes paraissent bonnes, en partie grâce à un brassage des populations, comme l’explique l’un de nos interlocuteurs. Cette facilité de contact dans ces classes est également exprimée dans les discours des jeunes, à l’instar des relations avec les professeur•e•s, qu’ils estiment plus « cordiaux » durant les premières années dans les classes d’accueil.

Problématiques liées à la formation

9Les opinions des professionnel•le•s concernant l’impact du statut juridique sur les jeunes sont ambivalentes. Certain•e•s professionnel•le•s exerçant dans des structures de bas seuil, notamment, pensent que les jeunes vivent très bien avec leur statut précaire, n’étant pas encore pleinement confrontés aux entraves inhérentes à celui-ci. D’autres constatent, cependant, que les requérant•e•s d’asile vivent très mal leur statut juridique. Les jeunes requérant•e•s d’asile citent en effet fréquemment le poids des structures institutionnelles et légales comme motif de difficultés et se conforment au cadre juridique régulant leur séjour en Suisse. Les jeunes sans-papiers, quant à eux, paraissent, de fait, moins oppressés par le contexte légal.

10Certain•e•s professionnel•le•s estiment que la régularisation n’est pas prioritaire pour les familles sans-papiers. Il convient de relativiser cet avis, car nos observations indiquent que la plupart des jeunes interrogé•e•s ont entamé des démarches de légalisation de leur séjour, généralement par l’intermédiaire de leurs parents ou de leur famille, ou encore que des alternatives de séjour sont cherchées ailleurs, par exemple en Espagne.

11Pour les professionnel•le•s, davantage que les problèmes liés au permis de séjour, les lacunes en français des jeunes sont pénalisantes dans l’optique d’une insertion sur le marché de l’emploi, ou même d’un éventuel succès lors de leur parcours de formation. Au-delà de ces problèmes linguistiques, des difficultés à se créer un réseau et les problèmes liés aux logements, souvent précaires, sont souvent mentionnés. Tous ces obstacles sont également cités par les jeunes comme ayant une influence sur leur parcours de formation.

12Parmi les professionnel•le•s, l’idée que beaucoup de jeunes avec permis N ont une attitude plutôt passive, ne s’impliquent pas dans la construction de leur avenir ou, pire, se marginalisent est répandue. Nos entretiens avec les jeunes permettent de relativiser cette perception. En effet, nous constatons une motivation quasi unanime à construire un projet de formation, tous statuts juridiques confondus, et les requérant•e•s d’asile interviewé•e•s ne paraissent pas connaître plus de difficultés à créer un réseau en Suisse ; celui-ci n’aura néanmoins peut-être pas la vocation de les soutenir dans une démarche formatrice. Nous avons également pu observer que des parcours de formation interrompus peuvent être repris ultérieurement, une ou deux années plus tard.

13Une démotivation des jeunes dans leurs études peut être provoquée par une décision négative par rapport à une demande d’asile ou une décision de renvoi. Cette situation apparaît dans certains entretiens, mais l’effet contraire existe également, à savoir que des refus de demandes d’asile peuvent entraîner une motivation supplémentaire pour obtenir un diplôme.

14En ce qui concerne les jeunes sans-papiers, un professionnel attribue en partie une forte propension à l’absentéisme par la crainte irrépressible des contrôles policiers. Cette peur est néanmoins exprimée dans de rares entretiens et la majorité des sans-papiers dit ne pas en souffrir outre mesure. Le risque d’un contrôle est assumé et des stratégies sont même adoptées pour éviter un contrôle ou en minimiser les conséquences négatives.

15Selon certain•e•s professionnel•le•s, les jeunes à statut précaire préféreraient gagner de l’argent que se former. Ainsi, une personne des lieux de contact évoque la relation difficile de ces jeunes avec l’école ; ils ne s’intéresseraient pas à l’école ni à la formation et, en cas de renvoi, ils resteraient indifférents. Ce désamour n’est pas partagé par les jeunes de notre enquête, qui prouvent majoritairement leurs ambitions scolaires par une volonté à poursuivre une formation secondaire supérieure. La quasi-t otalité de notre échantillon accorde une importance capitale à la formation, le travail rémunéré passant le plus souvent au second plan. Ces jeunes ont donc bien intériorisé le fait que le modèle classique du « jeune ouvrier » ne permet plus d’accéder à un emploi.

16Toutes les interlocutrices et interlocuteurs des structures d’accompagnement s’accordent pour dire que le bas niveau scolaire de nombre d’élèves arrivant en Suisse en cours de scolarité et ayant un permis de séjour précaire constitue le frein principal à la poursuite d’une formation. Une personne, néanmoins, affirme aussi que les élèves des classes d’accueil de l’ACCES II ont un niveau scolaire plus faible que les élèves fréquentant la classe d’accueil d’une ECG ou d’un collège. Or, nous avons pu observer que le niveau scolaire des jeunes en situation précaire intégrant l’ACCES II n’est pas forcément en question ; c’est plutôt la durée du séjour et l’acquisition de connaissances au sujet des différentes orientations qui seront déterminantes dans la prise de décision quant à la future formation.

Ressources

17Les jeunes sont parfois perçus comme étant submergés par des problèmes en lien avec leur précarité juridique et économique, ce qui les empêcherait de construire un projet de formation. Nos entretiens révèlent cependant qu’une grande partie des jeunes ne se découragent pas face aux difficultés rencontrées au moment d’entamer leur trajectoire de formation secondaire supérieure.

18Dans les discours des professionnel•le•s, il est peu fait mention des ressources propres aux jeunes ; ce sont avant tout des qualités individuelles, telles que la combativité et la débrouillardise, qui sont mises en avant et qu’ils estiment moins développées chez les requérant•e•s d’asile que chez les sans-papiers.

19Les professionnel•le•s évoquent peu les stratégies ou tactiques mobilisées par ces jeunes, alors que celles-ci sont nombreuses. Diverses stratégies ou tactiques sont néanmoins adoptées par les jeunes pour contourner les obstacles de la double précarité, prouvant par là même que les jeunes en situation précaire sont acteurs de leur parcours de formation. Le jeune peut choisir pragmatiquement une formation avec la motivation d’une maximisation de ses chances d’insertion sur le marché du travail. Il peut également prendre l’initiative de s’investir dans un cours de soutien scolaire. La stratégie peut également consister à effectuer des heures supplémentaires de travail rémunéré afin de pouvoir acheter un ordinateur, par exemple. Certains jeunes disent aussi profiter de leurs amis établis en Suisse depuis plus longtemps pour améliorer leur niveau de français ou trouver une aide en cas de problème à l’école. La mobilisation du réseau est aussi utile, dans quelques cas, afin d’appuyer une inscription dans une filière précise ou une demande de régularisation, voire de naturalisation. Il convient donc d’accorder davantage d’attention à ces différentes stratégies ou tactiques développées par les jeunes en situation précaire, qui rendent compte de leur volonté d’être acteurs de leur vie.

20Les professionnel•le•s évoquent quelquefois un avenir sans issue pour les jeunes migrant•e•s précaires sur le sol helvétique, alors que les jeunes de notre enquête ne semblent pas considérer leur situation comme complètement entravée ; leurs projets d’avenir se concentrent pour la majorité sur la Suisse. Il semble qu’il y ait un décalage entre la vision des p rofessionnel•le•s et celle des jeunes concernant les projets, car nous avons pu remarquer dans notre recherche qu’un diplôme certifié – aussi dans la représentation des jeunes avec permis N ou sans statut – est devenu la norme. La régularisation est presque unanimement programmée et un éventuel retour au pays n’est pas envisagé.

Jeunes en situation juridique précaire : injonction à la formation et parcours semé d’obstacles

21La Suisse, comme les autres pays européens, valorise fortement la formation. Celle-ci est perçue comme la clef de voûte pour acquérir le capital humain nécessaire permettant d’être « employable » sur un marché du travail toujours plus concurrentiel. On demande ainsi aux jeunes de se former davantage afin d’accroître leurs chances sur le marché de l’emploi. Les jeunes étrangers sont aussi concernés par ces injonctions et on attend d’eux qu’ils achèvent au minimum une formation secondaire supérieure. D’une manière générale, on encourage les jeunes à entrer sur le marché du travail, si possible après avoir obtenu au moins un diplôme qui atteste d’une formation professionnelle de niveau secondaire ou, mieux encore, de niveau tertiaire. Cependant, certains obstacles légaux, institutionnels et symboliques rendent cette tâche plus complexe pour les jeunes à statut juridique précaire ou sans-papiers.

22L’exposé des discours sur les jeunes avec permis de séjour précaire ou sans permis montre la spécificité des points de vue des professionnel•le•s en fonction de la position de leur structure dans le système d’orientation et d’insertion des jeunes. Les discours confondent souvent les problématiques spécifiques au permis de séjour ou à son absence et les caractéristiques communes aux autres jeunes (question de la motivation, la « culture » d’origine, les comportements). Il en résulte une ambivalence entre vouloir traiter ces jeunes « comme tout le monde » et « reconnaître leur spécificité ».

23Cette problématique entre l’intervention généraliste et la reconnaissance des particularités dans l’accompagnement des jeunes avec permis de séjour précaire est particulièrement ressortie dans l’analyse du dispositif. Nous avons pu observer que les structures de bas seuil (généralistes dans leur intervention) sont peu investies par les jeunes concernés par notre recherche et que leurs conditions de vie et leurs problématiques spécifiques y sont beaucoup moins bien connues. Nous avons aussi pu constater que l’ouverture envers cette population est limitée dans plusieurs de ces structures. Leurs particularités semblent peser lourd dans la relation qui pourrait s’établir avec les intervenant•e•s sociaux, entraînant une attitude plutôt hésitante d’une partie des interlocutrices et interlocuteurs. Les professionnel•le•s de ces structures présentent souvent leur mission auprès de ces jeunes comme un aiguillage vers d’autres structures, de préférence une association pour les sans-papiers ou des assistant•e•s sociales s’occupant de demandeurs d’asile – comme si leur demande concernait uniquement leur situation administrative. La place des jeunes avec permis de séjour précaire est donc limitée dans ces structures ; soit elle est directement associée à leur statut légal (structures d’insertion au niveau cantonal), soit, indirectement, elle révèle la non-adaptation de la structure à leurs « demandes spécifiques ».

  • 1 L’association Camarada fait exception puisqu’elle accompagne des femmes migrantes, entre autres, en (...)

24Les structures spécialisées dans l’intervention auprès de personnes migrantes, de l’autre côté, n’ont pas comme principal objectif l’accompagnement des jeunes dans leur formation1. Le service des classes d’accueil du secondaire supérieur (ACCES II) est l’institution qui concentre la prise en charge de ces jeunes. Les discours des professionnel•le•s témoignent d’une longue expérience et d’un suivi rapproché, d’une connaissance de la complexité de leurs situations, ainsi que de collaborations étroites avec d’autres structures du domaine.

25Les collaborations entre structures spécialisées dans le travail auprès des jeunes et structures axées sur le soutien aux migrant•e•s apparaissent comme essentielles pour mieux soutenir les efforts de formation et, plus largement, d’intégration des jeunes à statut juridique précaire. En effet, ces dernières possèdent des expertises complémentaires et nécessaires pour mieux comprendre les réalités vécues par ces jeunes. Un dialogue plus soutenu et un travail de réseau plus systématique entre elles pourrait permettre aussi d’éviter certaines divergences entre les réalités vécues par les jeunes en situation juridique précaire et les perceptions véhiculées par une partie des professionnel•le•s, qui ne les côtoient pas de manière régulière.

26Cet aperçu synthétique de trajectoires de jeunes avec statut juridique précaire ou sans statut légal met en évidence l’aspect décisif pour l’avenir de ces jeunes que constitue la transition entre la fin de la scolarité secondaire I et l’entrée dans une formation secondaire supérieure. La connaissance des possibilités d’accès à divers types de formation est importante, car on constate que certaines voies leur sont fermées, notamment la formation professionnelle en alternance. Nos entretiens montrent que, malgré les obstacles juridiques et matériels importants que ces jeunes rencontrent, ils ne manquent pas de projets et sont nombreux à poursuivre leurs études. Sur cette voie, nous avons constaté l’importance d’un réseau de soutien social. La présence d’une personne adulte qui se tient à leurs côtés et les accompagne dans leurs démarches de stabilisation juridique, ou les aide à obtenir une place de formation, est décisive. Il s’agit souvent de professionnel•le•s qui s’impliquent personnellement, bien au-delà de leur mandat. En effet, malgré l’existence d’un dispositif important et varié visant à favoriser la formation secondaire supérieure des jeunes, notre recherche met en évidence que le dispositif tient encore trop peu compte des problèmes spécifiques rencontrés par cette catégorie de jeunes.

27Enfin, les tendances positives observées au niveau législatif, fédéral et cantonal, allant dans le sens de permettre aux jeunes sans statut légal d’avoir accès à une formation professionnelle, ne trouvent pas encore d’applications concrètes au niveau de la pratique. En effet, même si la loi autorise ces jeunes à postuler à un apprentissage, dans la pratique, très peu d’entre eux entament les démarches pour obtenir une place. Les raisons invoquées sont notamment la lourdeur des démarches et la crainte d’une expulsion du jeune et de sa famille en cas de non-acceptation du dossier par les autorités.

28Au niveau des trajectoires des jeunes, une petite minorité correspond, en fonction de leur éducation et origine sociale, au modèle du « jeune ouvrier », suivant la voie d’une entrée rapide sur le marché du travail. Pour la plupart, ils sont arrivés en Suisse tardivement au cours de leur scolarité et ne connaissaient pas encore les exigences de formation de ce pays. Ces jeunes sont pourtant loin de subir totalement leur situation. Ils tiennent une position intermédiaire entre « agir » et « subir ». Leurs stratégies d’insertion professionnelle sont assez actives, mais nous observons parfois certaines contradictions entre leurs projets d’avenir et les possibilités réelles permises par leur statut juridique de séjour.

29Il est à noter que les jeunes perçoivent souvent leur situation comme injuste et sont conscients de vivre une réalité différente de celle des autres jeunes. Ils expriment parfois le souhait d’« être comme les autres ». Ils mentionnent souvent le regard social stigmatisant à leur égard.

  • 2 République et canton de Genève, Département de l’instruction publique, de la culture et du sport. ( (...)

30Nos réflexions finales nous amènent aussi à repenser le parcours de formation secondaire supérieure : celui-ci pourrait ne plus être envisagé de manière linéaire et continue, mais davantage en accord avec la réalité, comme un processus global fait d’interruptions et de réorientations qui implique un accompagnement sur une durée non déterminée. Une réflexion dans ce sens pourrait être menée pour rendre la formation duale plus accessible aux jeunes concernés par notre étude. Elle gagnerait également à impliquer les milieux professionnels et à s’inscrire dans la ligne ambitieuse et prometteuse du plan du Conseil d’Etat de Genève pour le développement des places d’apprentissage2.

31Enfin, il conviendrait de faciliter l’accès de ces jeunes à des statuts juridiques stables qui leur permettraient de valoriser leurs ressources et de sortir du cercle vicieux qui les maintient dans diverses formes de précarité.

Notes

1 L’association Camarada fait exception puisqu’elle accompagne des femmes migrantes, entre autres, en âge de formation secondaire supérieure.

2 République et canton de Genève, Département de l’instruction publique, de la culture et du sport. (2015). Soutenir et valoriser l’apprentissage dans le canton de Genève: plan d’action du Conseil d’Etat: 2015-2018. Consulté le 01.04.2016 sur https://www.ge.ch/conseil_etat/2013-2018/ppresse/doc/20151007-annexe1.pdf

© Éditions ies, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search