Version classiqueVersion mobile

En transition

 | 
Claudio Bolzman
, 
Alexandra Felder
, 
Antonio Fernández

Chapitre premier. Le dispositif de soutien aux jeunes en transition : quelle adaptation aux jeunes en situation juridique précaire ?

Texte intégral

1Nous avons tout d’abord opté pour une présentation des différents lieux de soutien aux jeunes lors de leur transition vers la formation secondaire supérieure, afin de mieux cerner un dispositif genevois complexe et dense et afin de voir comment il répond (ou non) aux besoins et préoccupations des jeunes en situation juridique précaire. Ce dispositif comporte plusieurs structures actives au niveau cantonal et communal. Il soutient généralement les jeunes en difficulté qui risquent de décrocher, il englobe un suivi au niveau des institutions scolaires et de la formation professionnelle et au niveau social, à travers les maisons de quartier, les travailleurs sociaux hors murs et l’offre d’œuvres d’entraide.

2Dans le cadre de ce dispositif foisonnant, il y a lieu de se demander si les difficultés des jeunes à statut juridique précaire lors de la transition vers la formation secondaire II et lors de leur parcours d’insertion professionnelle sont comparables aux difficultés des jeunes en général et comment elles sont influencées par leur statut juridique. Ces jeunes fréquentent-ils les mêmes lieux d’appui et de soutien que les jeunes autochtones, dont notamment les structures de quartier ? Ou, au contraire, en raison d’une insertion et d’un réseau de connaissances moindres (vu leur arrivée tardive dans le quartier et le logement dans des foyers pour requérant•e•s d’asile, par exemple), sont-ils plus difficilement atteignables par ces structures et par les travailleurs sociaux hors murs, notamment ? Quelles possibilités d’accès ont-ils aux activités proposées ? Comment les jeunes avec un permis N sont-ils accompagnés lors des procédures d’obtention d’une autorisation de travail ?

Le dispositif d’accompagnement des jeunes avec permis de séjour précaires (PSP)

3Pour présenter ce dispositif hétéroclite, nous nous sommes appuyé•e•s sur le schéma « Processus de qualification et séquences de prestations », proposé dans un rapport au Conseil d’Etat, daté de 2007, par un groupe de travail interinstitutionnel. Dans ce schéma, les structures concernées par l’insertion des jeunes en rupture de formation sont listées et organisées autour d’un processus de réinsertion. Nous en retenons la logique générale qui a inspiré notre travail, en suivant le classement bas seuil – seuil élevé, qui correspond en même temps à la logique communale et cantonale. Ainsi, les structures dites de « bas seuil » se situent plutôt au niveau des quartiers et des communes, tandis que les structures à « seuil requis » se situent plutôt au niveau cantonal. La progression d’une structure à l’autre marque la réinsertion progressive du jeune, commençant par l’accueil libre, dans une zone de repérage, passant par la mobilisation des ressources de base, le bilan de compétences, le renforcement des compétences, pour arriver à l’entrée en formation. Les acteurs principaux de ce processus de réinsertion sont les communes, la Fondation genevoise pour l’animation socioculturelle (FASe), l’Office de la jeunesse (OJ), l’OFPC, l’Hospice général et l’OCE. Il est important de souligner que les structures opérant au niveau cantonal exigent souvent un permis de travail pour être ouvertes aux jeunes. Les jeunes sans autorisation de séjour s’en trouvent ainsi exclus a priori (SEMO, par exemple). Nous prenons également en compte le monde associatif qui se consacre à la réinsertion de jeunes en rupture de formation, et notamment de jeunes ayant un permis de séjour précaire (Camarada, l’UOG, l’Université populaire albanaise [UPA], etc.). Ces associations jouent un rôle clef auprès des populations migrantes, notamment celles arrivées en Suisse récemment, parmi lesquelles figurent les requérant•e•s d’asile et les « sans statut ». Nous conceptualisons donc le dispositif d’insertion professionnelle à Genève de la manière suivante :

  1. Lieux d’accueil et de contact
    Cette catégorie correspond aux structures de « bas seuil » ou, au niveau communal, dans le schéma du groupe de travail interinstitutionnel.

  2. Lieux d’insertion et de réinsertion
    Leur activité est clairement tournée vers l’insertion des jeunes en rupture de formation – et notamment vers la qualification des jeunes par la formation – et la préparation d’un projet de formation.

  3. Ecole (post-obligatoire et sortie du cycle)
    Les écoles ne figurent pas parmi les acteurs mentionnés dans le schéma proposé. Pourtant, elles sont importantes pour notre recherche, afin de mieux comprendre les processus à la sortie de l’école obligatoire et à l’entrée du post-obligatoire. De plus, des conseillers sociaux et d’orientation font partie de ces instances de formation.

  4. Associations et services pour migrant•e•s
    Cette catégorie d’acteurs contient différentes associations pour personnes migrantes et des services sociaux pour migrant•e•s. Dans cette catégorie, toutes les structures que nous avons approchées ne sont pas spécialisées dans le domaine de la formation et de l’insertion professionnelle. Pourtant, nous estimons qu’elles jouent un rôle important au niveau de l’insertion sociale et du travail de prévention.

Lieux d’accueil et de contact

4Les maisons de quartier et structures ouvertes offrent un accueil libre, sans inscription officielle, et leur intervention est donc principalement générique, c’est-à-dire qu’elle s’adresse à tous les jeunes. Elles proposent diverses activités de loisir et de rencontre, avec souvent un but de socialisation et de responsabilisation des jeunes. Certaines structures mettent un accent sur l’insertion professionnelle des jeunes personnes en rupture de formation ou de jeunes « qui sont souvent dans la rue ». Certaines maisons de quartier proposent des petits jobs rémunérés qui visent à responsabiliser les jeunes et à leur offrir l’occasion d’expériences positives dans une activité de travail, afin de retrouver l’estime de soi à travers la participation à une activité concrète. Quelques structures proposent des cours de remise à niveau scolaire, une aide pour la rédaction de CV et de lettres de motivation et même un soutien concret pour trouver un stage ou une formation. Il y a donc là un volet d’orientation des jeunes. Cependant, les activités y sont avant tout collectives et l’accompagnement individuel y est limité car les animateurs n’ont pas de mandat pour des suivis individuels.

5Très peu de formalités administratives sont nécessaires pour pouvoir fréquenter ces structures, si ce n’est de correspondre à une certaine tranche d’âge. Elles sont donc, en principe, également ouvertes aux jeunes personnes avec permis de séjour précaire (JPSP). Etant donné l’absence de formalités, les jeunes PSP restent difficilement repérables par les professionnel•le•s. Ils se fondent dans les groupes et les animateurs ne sont souvent pas au courant de leur situation. Les intervenant•e•s interviewé•e•s estiment que la participation de jeunes PSP est faible. Les jeunes PSP ne fréquentent pas assez la structure pour apparaître comme une préoccupation. Certains interlocuteurs et interlocutrices mentionnent que leurs liens avec ces jeunes ne sont souvent pas très forts et que leurs intérêts ne vont pas nécessairement dans le sens des possibilités offertes par la structure. Les jeunes sans statut de séjour sont décrits comme discrets :

  • 1 Dans un souci de confidentialité, seule figure entre parenthèses l’initiale du prénom des professio (...)

« Ils sont porteurs des craintes de la famille et j’ai l’impression qu’ils ne veulent surtout pas la mettre dans l’embarras, alors ils se font discrets, petits… Ce sont des jeunes que nous oublions vite. Et nous ne savons ni où les voir ni où les atteindre » (E.1).

6Ainsi, ces structures ont peu d’expérience avec cette population et certain•e•s professionnel•le•s ont l’impression que leur offre n’est pas adaptée aux besoins de ces jeunes :

« En tout cas, nous ne pensons pas du tout que c’est un espace discriminant envers ce genre de personnes. Après, savoir si c’est suffisant, je ne sais pas » (A.).

7La marge de manœuvre des professionnel•le•s est également restreinte du fait que leur mission n’est pas d’accompagner des jeunes individuellement, mais surtout de proposer des activités collectives. Selon un intervenant, les TSHM notamment n’ont pas pour mission de proposer un accompagnement individuel.

8Ainsi, ces acteurs s’appuient sur le réseau social plus large des jeunes PSP. Une personne remarque que les requérant•e•s d’asile sont inséré•e•s dans d’autres structures. « Il y a pas mal d’acteurs qui sont derrière eux, nous n’allons pas nous immiscer. » (D.) Et pour un TSHM interviewé, c’est la fonction de relais et d’orientation qui est importante :

« Quand ça nous arrive, nous les orientons directement au Centre de contact Suisses-Immigrés. Nous les orientons, nous ne sommes pas formés pour faire de l’accompagnement, nous pouvons dire que nous servons de relais » (D.).

9Au niveau du réseau de collaboration, notre recherche a montré que ces structures ont finalement peu de liens avec des structures pour migrant•e•s, hormis avec le CCSI, qui est surtout actif pour les questions administratives et juridiques liées au droit de séjour.

« Comme nous avons peu de jeunes dans ce cas-là, nous n’avons pas forcément développé de réseau de ce côté-là. Mais ce qui ne veut pas dire que nous ne le ferions pas. C’est juste que pour le moment, nous n’avons pas ce besoin » (C.).

10Les structures communales de bas seuil ont leur réseau privilégié auprès des autres structures communales, et leur intervention reste à ce niveau général. La problématique des JPSP reste ainsi peu connue et leur prise en charge marginale.

Lieux d’insertion et de réinsertion

11Les lieux d’insertion font également partie d’une prise en charge plutôt générique, c’est-à-dire ouverte à tous les jeunes ayant des problèmes d’insertion dans la formation post-obligatoire. Les SEMO constituent une solution de transition et proposent une offre de formation et de soutien pour des jeunes en rupture de formation, en vue de construire un projet professionnel. Il s’agit d’un programme en collaboration avec l’OCE. Le public accueilli est composé de jeunes d’horizons différents, dont la majorité est de nationalité suisse ou détentrice du permis B ou C. La participation de jeunes au bénéfice d’un permis N ou F est faible, selon nos interlocutrices et interlocuteurs, et les jeunes sans permis de séjour en sont a priori exclus du fait de l’obligation d’une inscription. Les diverses activités sont constituées de remises à niveau scolaires – notamment en mathématiques et en français ; dans divers ateliers (menuiserie, cuisine, commerce, bureautique, multimédia, etc.) les jeunes peuvent également acquérir des savoir-faire et découvrir leurs intérêts et compétences. Les objectifs du SEMO sont également plus généraux ; il s’agit de sensibiliser les jeunes à l’importance de la formation, à l’acquisition d’un savoir-être et à la reprise d’un rythme quotidien d’activité.

12D’autres structures d’insertion fonctionnent comme des agences de travail temporaire, accueillant un public précarisé plus large où figurent aussi des personnes avec permis F et N. Leur but est de fournir des expériences professionnelles grâce à des missions temporaires à des personnes qui ont des difficultés à trouver un emploi. Avec les jeunes, notamment, il y a un programme d’aide à la rédaction de CV, de lettres de motivation, des simulations d’entretiens d’embauche, des stages en entreprise ou à la commune (rémunérés, à visée formatrice), des chantiers d’utilité collective. Dans ces structures, les dossiers de personnes avec permis N et F sont acceptés, mais ils signifient pour les interlocutrices et interlocuteurs une charge de travail importante à cause des démarches administratives spécifiques à entreprendre.

13Ainsi, il est difficile de trouver du travail pour les personnes avec un permis N ou F, car les employeurs savent que ces permis signifient une surcharge de travail et que « ce sera plus compliqué que plus simple » (H.). Pour un•e requérant•e d’asile ou une personne admise provisoirement, il faut compter aussi avec des frais administratifs partagés entre l’entreprise et l’employé•e, ce qui réduit davantage la motivation à l’engagement dans le cadre de missions temporaires de courte durée.

14Pour établir un contrat de travail pour une personne avec permis N ou F, l’intervenant•e est obligé•e de passer par l’OCP afin de demander une autorisation de travail, ce qui constitue à nouveau un facteur négatif, particulièrement pour des missions courtes. De surcroît, l’explication de ces procédures aux employeurs s’avère particulièrement délicate.

15On peut ici observer que ces structures, actives envers un public large, tentent de s’informer et de prendre les mesures nécessaires pour l’accompagnement spécifique de jeunes PSP. Cependant, un investissement personnel de la part des intervenant•e•s se révèle alors nécessaire puisque cette spécificité ne fait pas structurellement partie de leur mission. La surcharge de travail qui en découle est alors perçue comme un aspect négatif dans le travail avec cette population.

16A noter que les structures d’insertion entretiennent généralement une collaboration étroite avec les assistant•e•s sociaux des jeunes concernés.

« Notre but, c’est aussi de donner un feed-back à l’assistante sociale sur comment cette personne se comporte par rapport au travail, si nous avons une mission temporaire, comment ça s’est passé. Et puis quand nous les suivons, comment il participe et si nous arrivons à avancer » (H.).

17Pour les questions administratives et juridiques, une collaboration existe avec le CCSI, l’OCP et l’OCE. Pour le SEMO en particulier, un travail en réseau permet de suivre le parcours d’insertion des jeunes en général.

Ecoles (niveau post-obligatoire et sortie du cycle d’orientation)

18Ici, la recherche s’est avant tout concentrée sur l’institution ACCES II, qui s’occupe d’une part de l’intégration scolaire des nouveaux arrivés (classes d’accueil) et d’autre part des jeunes sortant du secondaire I, qui accomplissent une année passerelle avant d’entreprendre, généralement, un apprentissage (CIP). Il s’agit donc également d’une structure générique, mais le nombre élevé de jeunes PSP procure à ses intervenant•e•s (enseignant•e•s, conseillères et conseillers sociaux) une expertise particulière concernant les jeunes demandeurs d’asile et sans-papiers, et l’institution adapte en continu sa structure aux différentes populations. Parmi les demandeurs d’asile figure aussi une partie de jeunes sans accompagnement parental, appelés aussi requérants d’asile mineurs non accompagnés (RMNA).

19Dans les classes d’accueil, les élèves ont entre 15 et 19 ans ; les classes ne sont pas structurées par âge, mais par niveau de français puisque le critère principal est l’apprentissage de la langue. Dans la structure principale des classes d’accueil (Châtelaine) sont accueillis les élèves avec un plus faible niveau scolaire, tandis que d’autres classes d’accueil existent dans les collèges, ECG et écoles de commerce pour les élèves qui pourront intégrer plus facilement une de ces écoles.

20Les doyennes et doyens et les enseignant•e•s rencontré•e•s mettent l’accent sur une pédagogie adaptée aux jeunes fréquentant leurs structures, demandant une constante élaboration et adaptation aux publics concernés. Ils soulignent une grande difficulté à faire le pas de l’apprentissage du concret vers l’abstrait d’une partie des élèves, peu scolarisés dans leur pays de provenance. Le passage de l’oral à l’écrit constitue un autre défi. Un travail d’orientation leur incombe, en fonction des compétences et possibilités des élèves.

21Dans les classes d’insertion professionnelle (CIP), l’objectif premier est d’amener les jeunes à trouver une formation. Deux fois par année, ceux-ci doivent trouver une place de stage. Le premier, d’une semaine, ne pose pas de problème pour les jeunes sans permis de séjour, qui reçoivent un document qui les protège face à des contrôles policiers. Par contre, le d euxième stage, plus long, ne peut pas être suivi par ces jeunes, car il exige plus de formalités en vue de l’engagement.

22Selon une interlocutrice, la recherche d’une formation pour ces jeunes s’avère souvent très compliquée, du fait aussi que les jeunes arrivés récemment à Genève ont non seulement des lacunes linguistiques, mais également scolaires.

23Pour les jeunes sans statut de séjour, les possibilités de formation après la scolarité obligatoire sont encore plus restreintes. Pour ceux qui fréquentent l’ACCES II, la situation est encore plus compliquée car il s ’agirait souvent pour cette population de poursuivre une formation professionnelle duale, qui leur est légalement inaccessible. Nos interlocutrices et interlocuteurs disent qu’ils proposent parfois à ces élèves et à leur famille de retourner dans leur pays et d’y terminer leur scolarité :

« Nous essayons de leur dire : ‹Retournez peut-être dans votre pays, puis essayez de revenir pour faire l’université si c’est possible.› Voilà, j’essaie d’avoir ce discours-là » (J.).

24Lors d’une demande de formation professionnelle duale pour des permis N et F, un dossier est préparé et présenté à l’Office cantonal de l’emploi en vue d’obtenir des autorisations au cas par cas, en fonction de la situation du jeune. La décision dépend de la durée de leur séjour en Suisse et de leurs chances de pouvoir y rester. Selon une interviewée, l’investissement personnel d’un patron peut être décisif. Elle donne l’exemple d’une jeune fille à laquelle l’autorisation avait été refusée. Sa patronne est alors personnellement intervenue auprès des autorités et a obtenu la permission nécessaire pour un apprentissage de deux ans.

25Concernant les problèmes sociaux et psychologiques de ces jeunes, un premier appel est lancé par les enseignant•e•s aux conseillères et conseillers sociaux car, selon la problématique rencontrée par le jeune, il a des contacts plus ou moins privilégiés avec des acteurs extérieurs. Concernant les jeunes ayant un permis N, un premier contact est établi avec leur assistant•e social•e, afin de savoir ce qui a déjà été entrepris.

« Nous évaluons et nous demandons toujours s’il y a un service social à l’extérieur, si c’est le cas, nous prenons contact automatiquement pour savoir qui fait quoi. La même chose pour un psychologue. Pour les jeunes, ce n’est pas adéquat de faire dix mille entretiens, ils n’ont pas l’âge pour passer d’entretien en entretien. Juste donner les appuis précis. Nous sommes à l’école et nous nous basons sur le parcours scolaire » (N.).

26Ensuite, c’est souvent l’assistant•e social•e du jeune en question qui s’occupe de la prise en charge. Cependant, ce cas de figure n’est pas applicable aux jeunes sans permis de séjour, qui, dans la plupart des cas, ne peuvent faire recours à l’assistance sociale. Le réseau de collaboration du conseiller social devient alors très important, notamment avec les institutions œuvrant dans le champ social, de l’éducation ou des assurances sociales. Le Centre de contact Suisses-Immigrés est également un partenaire important pour les conseillers. D’autres collaborations sont mises en place, selon les situations, avec des structures d’accueil ouvert, mais également des associations actives dans le domaine des migrations, du soutien psychologique, ou encore avec l’OCP pour des questions de permis de séjour et d’autorisations permettant d’entrer dans un apprentissage dual. Pour plusieurs personnes interviewées, le réseau de collaborations se construit en fonction des demandes des élèves et grâce aux expériences professionnelles des intervenant•e•s.

Associations et services pour migrant•e•s

27Les associations et structures actives dans le domaine des migrations sont très hétérogènes dans leurs objectifs. En tout état de cause, nous nous trouvons ici dans le cas d’interventions spécifiques. Nous intégrons dans cette analyse celles qui contiennent, entre autres, un objectif de formation ou d’orientation professionnelle. Tel est le cas de Camarada, de l’Aide aux migrants (AMIG) et du CCSI.

28Camarada est une association pour femmes migrantes. Elle dispense divers cours, auxquels participent parfois des jeunes femmes PSP. Un premier objectif de l’association Camarada est de rompre l’isolement des femmes migrantes, de favoriser la socialisation et l’intégration par des cours de langue et des remises à niveau, ainsi que par l’acquisition de compétences de base. Un module d’insertion professionnelle permet également aux jeunes de connaître leurs droits et devoirs, et d’approcher le monde du travail en Suisse.

29Camarada n’impose pas de restrictions en fonction du permis de séjour. Par contre, l’accompagnement proposé par l’association demande un investissement important en termes de temps et d’efforts, alors qu’elle dispose de moyens limités.

« Parce que nous ne sommes pas outillés pour faire un accompagnement qua lifiant, avec des diplômes reconnus, pour des jeunes filles en rupture. Par contre, nous agissons comme un filet, où nous faisons une prévention minimum, nous agissons en limitant les dégâts, en considérant la jeune fille comme une femme, donc elle va être traitée comme une autre usagère » (O.).

  • 2 Actuellement, AMIG : Unité accueil et requérants d’asile – aide aux migrants –Hospice général (HG / (...)

30L’aide aux migrants de l’Hospice général (AMIG) s’adresse aux personnes qui ont droit à certaines prestations après avoir déposé une demande d’autorisation de séjour auprès de l’Office cantonal de la population ; tandis que leur demande est en cours d’examen, ces personnes se trouvent en situation de précarité. Cette unité a été rattachée au service d’aide aux requérant•e•s d’asile (ARA)2, étant donné que ces personnes sont soutenues selon le même barème que les requérant•e•s d’asile. Le but du travail de l’unité est de soutenir ces personnes pour qu’elles redeviennent autonomes.

  • 3 Au moment de notre recherche, il s’agissait de l’unité de formation et d’em­ploi qui a été remplacé (...)

31Le service intégration fait aussi partie de l’AMIG et propose des Ateliers de formation (ATFOR)3. Parmi les participant•e•s à ces ateliers, on relève une part importante de jeunes célibataires âgés d’environ 25 ans. Il s’agit de jeunes arrivés en Suisse en âge de suivre une formation secondaire II et non insérés dans un parcours de formation en école. Le Service formation et emploi de l’Hospice général (HG) propose divers ateliers de formation aux personnes ayant le permis N. Un avantage de l’offre du Service formation et emploi est, selon notre interlocuteur, l’« occupationnel », le fait d’avoir une activité régulière. En même temps, les ateliers permettent, selon lui, une valorisation des compétences, et donc de trouver du travail ensuite. Pourtant, il y aurait, dans cette structure, le danger d’une « trappe à l’insertion » : « Les gens s’installent, ils s’y trouvent bien et s’installent dans l’activité et n’ont pas envie d’en sortir » (R.).

32Le CCSI est une association active pour la défense des droits des personnes sans titre de séjour à Genève et en Suisse. Il informe et oriente les familles sans titre de séjour pour une amélioration de leur situation et accompagne aussi les jeunes au cours de la formation secondaire supérieure.

33Les quatre types de structures passées en revue se différencient par les moments d’intervention qu’elles proposent aux jeunes. L’intervention de chaque structure étant spécifique, le suivi se fait essentiellement à des moments précis et ne répond souvent pas aux situations dans leur globalité.

34Ainsi, la position des structures pour migrant•e•s alimente notre discussion sur la place des jeunes PSP dans le dispositif de prise en charge. Comme nous pouvons le constater, d’un côté, certaines structures ne sont pas spécialisées pour accueillir des jeunes cherchant à construire un projet de formation. De l’autre côté, les structures spécialisées autour de l’accueil et de la réinsertion des jeunes en rupture ne sont pas nécessairement habituées à travailler avec cette population concernée par la précarité du statut de séjour. Les structures de bas seuil œuvrent davantage à l’échelle des quartiers et dans une approche clairement générique, présentant ainsi une méconnaissance des difficultés spécifiques rencontrées par ces jeunes. Les dispositifs cantonaux, quant à eux, proposent une offre liée à une inscription au chômage, inscription à laquelle les jeunes sans permis de séjour n’ont pas accès. Seule la structure de l’ACCES II semble véritablement à même de prendre en considération toute la complexité de la situation des jeunes PSP et de disposer du mandat pour accompagner ces jeunes sur le chemin de la formation secondaire supérieure.

35Nous avons constaté que, malgré la diversité et le foisonnement d’acteurs à différents niveaux d’intervention, le dispositif d’accompagnement peine à rencontrer les besoins et les préoccupations des jeunes PSP. Si ceux-ci sont « jeunes » et rencontrent souvent les mêmes préoccupations que leurs pairs autochtones, leur situation est en cela particulière que la rupture de formation peut être provoquée tout simplement par les lois et règles qui découlent de leur statut juridique. Ainsi, l’intervention en leur faveur demande la prise en compte de cette spécificité. La complexité du dispositif rend, de fait, difficile une vue d’ensemble et une institutionnalisation des collaborations.

Perceptions de professionnel•le•s

36Cette partie de l’ouvrage décrit la vision des intervenant•e•s sociaux et de la formation par rapport aux jeunes PSP. Comme évoqué en introduction dans la revue de littérature, la jeunesse est aussi une construction des acteurs sociaux, qui y projettent leur vécu et leurs valeurs. Ainsi, d’un côté, la jeunesse offre une image de liberté, d’un autre côté, elle incarne la nécessité de la pérennisation des normes de la société (Rolshoven, 2005). Ce regard ambigu amène à considérer la jeunesse comme une figure de l’altérité : les jeunes, c’est ce que nous ne sommes pas. Cette partie de l’ouvrage vise donc à interroger cette construction de la représentation des jeunes et, dans le cas présent, d’une catégorie de jeunes doublement autre : des jeunes, migrant•e•s, dont la situation juridique est incertaine et à propos desquels, de surcroît, la population, et notamment les professionnel•le•s, en savent peu sur leurs raisons d’être là et sur leurs manières de vivre, accentuant ainsi encore davantage les mécanismes de projection.

37Ayant constaté certaines tendances dans les représentations des acteurs du dispositif, nous prenons en compte leurs positions dans cette analyse ; nous poursuivons ainsi en filigrane notre questionnement sur l’impact d’une prise en charge générique versus une prise en charge spécifique des jeunes PSP.

Parcours, « différence culturelle » et famille

38Le parcours des jeunes PSP a été peu décrit par nos interlocutrices et interlocuteurs. Cependant, des différences existent dans les discours, selon la place occupée par les structures dans le dispositif. Ainsi, dans les lieux d’accueil et de contact, aucun élément lié à un parcours préalable des jeunes PSP n’a été mentionné, si ce n’est pour spécifier que ces jeunes n’ont pas suivi leur scolarité en Suisse, raison pour laquelle ils seraient moins bien intégrés que les jeunes des quartiers. Dans les lieux d’insertion et de réinsertion, mention est faite de la diversité des origines de ces primo-a rrivants et de leur vécu souvent difficile, ainsi que de leur expérience de la précarité sociale avant leur départ. Les professionnel•le•s des structures scolaires distinguent, en revanche, les jeunes sans-papiers et les demandeurs d’asile, relevant qu’une partie de ces derniers n’a pas suivi de scolarité auparavant ; ces jeunes ne sont donc pas habitués au rythme scolaire et ne savent ni lire ni écrire.

« Ils n’étaient jamais allés à l’école, avaient été des bergers par exemple, n’avaient pas fréquenté de classe. Donc il fallait les alphabétiser, parfois dans une langue qui leur était étrangère, parce qu’il fallait [rattraper] un peu les choses comme ça. C’est un peu plus facile maintenant, je dirais, avec ceux qui arrivent […] d’autres pays où ils ont été alphabétisés » (J.).

39Au niveau des discours sur la culture, il n’y a pas de différence qualitative entre les intervenant•e•s. La « culture » est associée en premier lieu par nos interlocutrices et interlocuteurs à des éléments du travail avec les jeunes « posant problème ». Ils évoquent ainsi, avant toute autre considération, les difficultés que les différences culturelles posent aux jeunes pour leur intégration en général et sur le marché du travail en particulier, et aux professionnel•le•s dans leur travail avec les jeunes. Les filles, notamment, sont vues comme porteuses de leur culture d’origine. Les professionnel•le•s parlent des filles surtout dans le contexte de l’Islam et du port du voile, qui constitue un obstacle clairement identifié à leur insertion sur le marché du travail. La soumission des jeunes femmes musulmanes à l’autorité de leur père et de leurs frères est également évoquée.

« Alors, je pense que les nationalités font la différence. Toutes les filles qui viennent en général de l’Albanie ou du Kosovo sont encore extrêmement soumises au père ou au frère, donc c’est le mariage. L’existence est moins orientée profession que femme au foyer. Toutes les filles africaines, elles, doivent se débrouiller toutes seules, tandis que lorsqu’elles viennent de l’Albanie ou du Kosovo, il y a une très grande colonie, je crois que c’est une des plus grandes de la Suisse. Tandis que l’Afrique est une collection d’individus et non pas de familles. Et en Amérique du Sud. En Afrique elles se débrouillent comme elles peuvent. Et puis l’Amérique du Sud fonctionne plus en famille. Et les filles en Amérique du Sud sont plus orientées vers un projet professionnel. Je verrais plutôt ça comme ça » (L.).

40Cette citation met aussi en évidence la dynamique de la généralisation (de Rham, Grandmousin & Bernasconi, 1986) dans le discours de certain•e•s intervenant•e•s : les jeunes migrant•e•s étant assimilé•e•s à des catégories géographiques et culturelles avec lesquelles ils sont identifiés. La notion de culture que certains des interlocuteurs manient s’apparente ici à une forme de « deuxième nature », quelque chose de figé, qui tend à enfermer les populations migrantes dans leurs origines ethniques ou nationales (Bolzman, 2014).

41Selon les intervenant•e•s, la culture pose également problème au niveau de la transmission intergénérationnelle. Il est question de parents qui refusent de s’intégrer et de jeunes se trouvant ainsi abandonnés dans cette tâche, qu’ils doivent assumer en « solitaires ».

« S’intégrer dans une culture quand on a 12 ou 13 ans et que les parents s’en fichent de s’intégrer ou pas, eux ils bossent et c’est leur manière de s’intégrer et ils ne vont pas voir plus loin. Donc sur le plan culturel, ce sont des enfants qui se retrouvent assez facilement marginalisés ou exclus » (A.).

42L’opposition entre culture « occidentale » et culture « autre » est également réaffirmée à propos de la question de l’individu et de l’adolescence, et nous pouvons ici observer particulièrement la construction de l’altérité. Les jeunes de certaines cultures auraient aussi incorporé le système d’entraide familialiste, qui a un impact négatif sur leurs ambitions concernant la poursuite de leurs études.

43La thématique de la communication interculturelle, qui consisterait en une communication où chaque partie tente de comprendre l’autre, est aussi mentionnée. Du côté des parents de ces jeunes, il s’agirait de s’informer sur le système de formation genevois et sur les valeurs de ce pays. Pour les intervenant•e•s auprès des jeunes, il s’agirait également d’écouter l’autre et de prendre ses besoins au sérieux. Ainsi, la communication devient possible et des compromis peuvent être trouvés dans des situations conflictuelles.

« Si l’autre est entendu, il est prêt à lâcher un bout. J’ai souvent observé que si nous entrons dans la demande de l’autre, il se sent compris, et est plus apte à négocier » (M.).

44Nous pouvons aussi dégager quelques éléments de représentation des familles des jeunes avec permis de séjour précaire par les intervenant•e•s. Premièrement, une distinction est établie entre les familles sans permis de séjour et les familles requérantes d’asile. Les premières seraient plus dynamiques et « libres » :

« Une maman clandestine peut être déprimée, mais il y a toujours une force : ce n’est pas pour rien qu’elle est là… pour travailler, entretenir ses enfants. La force est là, parfois elle se manifeste par l’agressivité, par plein de choses…. Ils sont plus libres dans leur tête. Je trouve que c’est une dynamique différente » (N.).

45Cette distinction entre les familles est forte dans la vision des représentant•e•s de l’école. Ainsi, les familles candidates à l’asile seraient plus passives, voire dépressives, étant presque immobilisées par le poids des institutions de l’asile. Ces dernières ne pourraient pas non plus constituer un modèle pour les enfants puisque, souvent, les parents ne travaillent pas et dépendent de l’aide sociale, comme le décrit ici un intervenant des lieux d’accueil :

« Souvent, c’est aussi l’image, les modèles, qu’ils ont. Je dirais les parents notamment de M., par exemple, aussi n’avaient jamais travaillé, je veux dire… vraiment à la charge de la société… à fond. Et beaucoup, encore une fois, dans la prétention. Donc, avec une implication très faible de ce que ‹moi, je peux faire› » (F.).

46Une autre spécificité des familles sans autorisation de séjour serait la longue séparation entre parents et enfants et les problèmes qui surgissent lors de la réunification familiale après des années de séparation. Enfin, pour les deux populations, plusieurs professionnel•le•s mentionnent la difficulté de collaborer avec les parents, qui, à leurs yeux, ne prennent pas assez l’école au sérieux.

Les effets du statut de séjour

47Les effets induits par le statut de séjour sur la trajectoire et l’état de bien-être des jeunes PSP sont mentionnés par la plupart des interlocutrices et interlocuteurs. Nous pouvons cependant constater un décalage important entre les perceptions des intervenant•e•s dans les lieux d’accueil, qui connaissent moins bien ces jeunes, et les perceptions des autres intervenant•e•s, qui sont davantage confronté•e•s de façon concrète à cette problématique dans leur travail quotidien avec les jeunes. Ainsi, les intervenant•e•s des lieux d’accueil de bas seuil ne semblent pas toujours prendre la mesure des effets engendrés par l’incertitude et par l’absence de certains droits sur les jeunes PSP, ni de ce que cela signifie d’être sans- papiers.

« Nous avons l’impression qu’ils vivent très bien avec ça et que ça ne leur pose pas du tout un problème, mais peut-être sur le plan psychologique, ils se sentent différents quand même. Quand nous leur demandons de prouver qu’ils ont tel âge, ils ne sortent pas un passeport ou une pièce d’identité, ils sortent un abonnement de bus, c’est sa seule pièce d’identité sur le plan symbolique. C’est fragile, quoi » (A.).

  • 4 Actuellement les RMNA sont logés dans des foyers spécifiques, bien que pas toujours adaptés à leurs (...)

48Le logement est également mentionné, aussi bien pour le cas des jeunes sans statut de séjour, qui vivent entassés dans des petits studios avec toute leur famille, que pour les mineurs non accompagnés (RMNA), vivant parfois dans des foyers d’hébergement avec des adultes qu’ils ne connaissaient pas au préalable, et sans réel accompagnement4. Ces conditions de logement constituent une entrave à la formation professionnelle. De plus, les RMNA ne bénéficient pas d’un accompagnement social suffisant. Selon une interviewée, ces jeunes se débrouillent seuls dans l’organisation de leur vie quotidienne :

« Ils doivent faire la cuisine eux-mêmes. Donc il y en a beaucoup qui font la casserole de riz le dimanche, et qui mangent le même riz jusqu’au jeudi ou vendredi et ils ont des douleurs au ventre épouvantables, car le riz, ça fait longtemps qu’il est fichu. Maintenant, nous essayons de les mettre de plus en plus dans des cours de cuisine pour qu’ils voient comment ça se passe » (N.).

49Concernant les requérant•e•s d’asile, la dépendance à l’assistance sociale est évoquée comme rendant les individus peu actifs, voire « aplatis ». Une conseillère sociale mentionne que certains jeunes sont « complètement déboussolés ». Certains ne savent même pas prendre le bus, alors qu’on leur demande de fonctionner comme tous les autres jeunes.

50Pour les intervenant•e•s des autres structures, les effets de la précarité du séjour sont multiples chez les jeunes. Un effet direct mentionné est la difficulté d’accès à la formation. Ainsi, pour les jeunes sans statut de séjour, il est presque impossible de décrocher une formation professionnelle, même si un jeune réussit bien en classe d’accueil.

51Une autre problématique soulignée est celle de la contradiction ressentie par les jeunes qui ont reçu une décision négative à leur demande d’asile ou de régularisation. Il leur est demandé, dans le même temps, de quitter le territoire suisse tout en maintenant leur motivation à s’intégrer, dans le cas d’un éventuel dépôt de recours à leur demande. Ainsi, cette situation d’instabilité et d’incertitude est jugée néfaste quand elle dure plusieurs années :

« Plus les années passent, plus nous voyons que notre population se marginalise, se précarise, vit dans l’incertitude au niveau du logement, au niveau des soins médicaux, la capacité à payer, les pourcentages qu’ils doivent payer, des gens qui ne se soignent plus… » (O.).

52Selon une interviewée, la fracture qui se crée ainsi entre les jeunes au niveau des possibilités de formation et d’évolution sociale a des conséquences psychiques et psychosociales parfois graves (addictions, problèmes psychologiques, etc.).

53Les conditions sociales de vie liées à la prolongation de la dépendance de l’aide sociale et l’installation dans une certaine passivité – ayant tendance à engendrer une marginalisation les jeunes – ont également été mentionnées comme conséquence d’une longue procédure d’asile :

« Il y en a passablement qui ont des problèmes de santé aussi. Souvent ils n’ont pas les vêtements d’hiver, ils sont dans des rythmes différents, il faut tenir compte de tous ces paramètres, pour comprendre ce que vivent ces jeunes. Ou ce qu’ils ne vivent pas » (M.).

54Dans la même perspective, une décision négative à une demande d’asile peut avoir un effet très pénalisant puisque les jeunes devront abandonner la formation entamée, et voir ainsi leurs opportunités d’avenir professionnel se restreindre.

Spécificités des comportements et relations avec les professionnel•le•s

55Nous avons constaté plus haut que les discours de certain•e•s professionnel•le•s montrent une vision des jeunes avec permis de séjour précaire comme étant peu intégrés dans les groupes de jeunes des quartiers, et que leur comportement diffère, qu’ils ont d’autres intérêts. Dans cette vision, ils ne sont pas perçus comme des jeunes comme les autres.

56Au niveau des structures d’insertion, une personne interviewée affirme que beaucoup de jeunes ayant un permis N et F ont une attitude plutôt passive, qu’ils se laissent souvent aller et ne s’impliquent pas dans la construction de leur avenir. Ils auraient ainsi des attentes envers « la société » et les professionnel•le•s, notamment qu’ils leur « donnent » des choses, qu’ils agissent à leur place.

« Je trouve qu’ils sont beaucoup dans la prétention. C’est la société qui doit me donner l’appartement, c’est les autres qui doivent me chercher la place d’apprentissage, voilà, j’ai l’impression qu’ils sont peu concernés par leur… [vie] » (F.).

57Aussi est-il difficile pour les professionnel•le•s des lieux d’insertion de bien estimer si un jeune va tenir ou non ses engagements.

58Les intervenant•e•s des écoles, des classes d’accueil notamment, décrivent les jeunes sans statut de séjour comme plutôt discrets, voire « pudiques ».

« Les sans-permis savent qu’il ne faut pas faire de vagues, donc, je dirais, d’une façon un peu cynique, que l’école en profite. C’est assez pratique pour nous. Parce qu’ils savent qu’il faut bien se tenir. Il y a très peu de problèmes avec les sans-permis, souvent parce qu’ils ont bien conscience qu’il faut rester respectueux, qu’ils ont peu de droits en fait… ils sont souvent aussi très reconnaissants… Ça marche plutôt bien » (J.).

59Comme déjà mentionné, les requérant•e•s d’asile sont décrits comme moins combatifs ; souvent, ils et elles se laisseraient aller, n’auraient pas la force de se battre. Cependant, surtout la première année après leur arrivée, ils sont « très preneurs » et montrent une grande « ténacité », malgré les difficultés scolaires :

« Ils peuvent passer trente heures en essayant de comprendre sans arriver et ils restent, ils s’accrochent, ils sont là… jamais nous ne pourrions faire des choses comme ça ! Il y aurait une révolte, il y aurait un désintérêt total… ils sont là, ils écrivent tout de travers, les phonèmes ne correspondent pas du tout, mais ils continuent et ça, je trouve que c’est la grande différence entre ces jeunes et les nôtres » (L.).

60Selon les professionnel•le•s, cela se détériore quand ils et elles passent de la classe d’accueil aux classes mélangées avec des jeunes en échec scolaire. Ils sont « contaminés » par ces autres élèves et se laissent aller, « s’alignent sur les autres » ou se renferment.

61Dans les écoles, la relation avec les jeunes PSP peut parfois dépasser le simple mandat pédagogique quand un élève se retrouve face à de grands problèmes, familiaux notamment.

62La perception des professionnel•le•s des comportements des jeunes avec permis de séjour précaire sont assez diverses. Les enseignant•e•s des classes d’accueil font des expériences plutôt positives et décrivent les jeunes comme motivés, courtois et ayant une bonne intelligence pratique, présentant toutefois parfois des lacunes en matière de connaissances scolaires, qui s’avèrent souvent rudimentaires. Cette image positive est en fort décalage avec la description effectuée par les intervenant•e•s des structures bas seuil, qui dépeignent des jeunes ne portant aucun intérêt à la formation et ayant des comportements provocateurs.

63La question de l’absentéisme scolaire fait partie des problèmes que rencontreraient tant les demandeurs d’asile que les jeunes sans permis. Ce phénomène semble lié à une situation sans perspectives, découlant de l’absence d’autorisation de travail pour les uns et de la décision négative par rapport à leur demande de permis pour les autres.

Les problèmes liés à la formation

64Si, parmi les professionnel•le•s des structures d’accueil, certain•e•s voient les jeunes PSP comme ne s’intéressant guère à l’école ni à la formation, les intervenant•e•s des lieux d’insertion, parlant des problèmes spécifiques touchant les jeunes avec permis N et F, citent deux éléments majeurs : les difficultés linguistiques et des problèmes d’intégration sociale qui en découlent.

« Si on reste toujours dans le groupe de personnes avec qui on peut continuer à parler tout le temps sa propre langue, c’est vrai qu’on n’avance pas au niveau de la langue ni au niveau de l’intégration du pays » (F.).

65Selon les professionnel•le•s, pour accéder à un emploi ou à un apprentissage, un problème majeur réside dans les permis eux-mêmes, qui rendent objectivement plus difficile l’obtention d’une formation. Ainsi, il serait nécessaire de mieux informer les entreprises car nombre d’entre elles croient qu’elles n’ont pas le droit d’employer des requérant•e•s d’asile.Un autre élément soulevé est la décision négative par rapport à la demande d’asile ou à la demande de régularisation. Les jeunes ont tendance à lâcher la formation, à être absents des cours, et même à tomber malades lorsque la décision négative arrive.

« Le fait qu’ils n’ont pas reçu de permis, ils sont très déprimés, ils ne vont plus à l’école, ils essaient de trouver d’autres solutions. Souvent, la première chose qu’ils lâchent, c’est l’école et la formation. Ils ne voient pas très bien le sens de continuer à se former dans un pays où ils ont peu de chance de pouvoir rester » (J.).

66Cela compte également pour les jeunes sans statut, quand ils réalisent qu’ils ne peuvent pas suivre la formation qu’ils souhaitent et que la fin de l’année d’ACCES II signifie la fin de leurs possibilités de formation :

« Les classes d’insertion professionnelle sont des classes où on commence à pointer l’histoire sans issue du projet professionnel et ça les casse, car tout à coup ils se retrouvent dans une angoisse de l’avenir » (L.).

67A ce moment, les jeunes « se cassent, s’abîment » (K.), les blessures sportives se multiplient, les maladies somatiques également, l’école n’a plus la même importance qu’auparavant.

68Du côté des demandeurs d’asile, selon un interlocuteur, leur priorité serait l’emploi et non pas la formation. Souvent, ils ont des responsabilités envers leur famille et se tournent donc en priorité vers un travail rémunéré.

69Les professionnel•le•s ont observé que les jeunes, particulièrement ceux sans statut, viennent en Suisse avec un projet d’études. Quand ils se rendent compte de toutes les limites qui leur sont imposées, notamment de l’impossibilité de suivre une formation duale, leur déception est grande. Il est difficile, mais nécessaire, pour les professeur•e•s de leur expliquer ces limites, de « leur ouvrir les yeux », ou encore de « casser le rêve » qui ne correspond pas à la réalité. Car, pour la plupart des élèves sans statut légal, après ACCES II, « c’est terminé », « ça s’arrête », c’est le « no man’s land ». Les enseignant•e•s observent, au courant des mois de mars et d’avril, un fort relâchement de la motivation des jeunes qui prennent conscience du fait que, l’année suivante, ils n’auront plus de place de formation.

70La concurrence est grande sur le marché du travail et, selon nos interlocutrices et interlocuteurs, les migrant•e•s sont les tout derniers de la liste à obtenir un poste : il y en aura toujours qui maîtrisent mieux la langue, ont une meilleure formation, sont mieux « acquis à nos valeurs, nos manières de fonctionner ». Même si un requérant d’asile trouve un poste de travail, le monde du travail sera toujours difficile pour lui, car il sera en bas de l’échelle et un bouc émissaire facile en cas de problème.

71Pour les jeunes sans statut de séjour, il est presque impossible de décrocher une formation ou un travail, même si un jeune réussit bien en ACCES II. Les personnes interviewées mentionnent le cas de plusieurs jeunes qui, de par leur statut, se trouvent exclus et doivent rester à la maison. A certains, l’ACCES II a offert la possibilité de suivre une année supplémentaire, avec des stages. Des portes restent ouvertes pour celles et ceux qui réussissent bien leur scolarité et peuvent poursuivre au collège.

Ressources des jeunes et perspectives d’avenir

72De manière générale, les réflexions autour des ressources propres des jeunes restent limitées. Dans les structures de bas seuil, ces derniers sont plutôt décrits comme des jeunes un peu perdus, qui ont avant tout besoin d’être aidés. Une éducatrice mentionne pourtant le fait qu’ils se débrouillent parfois bien à travers leurs propres réseaux et qu’ils trouvent ainsi du travail, même s’il s’agit souvent d’un travail au noir dans lequel ils sont exploités.

73Dans les écoles du post-obligatoire, sont mentionnées avant tout des qualités individuelles telles que l’esprit combatif et la débrouillardise.

« Il y a toute la dimension du caractère de la personne qui fait que chez certaines on sent qu’elles ne feront rien, car elles sont battues d’avance, et puis d’autres ont tellement cet esprit de combat qu’elles arrivent » (K.).

74Aux difficultés liées à la situation juridique des jeunes s’ajoute une forte pression à s’en sortir en mobilisant les forces individuelles qui reposent sur eux. Une conseillère sociale mentionne l’exemple d’un jeune dont l’employeur s’est battu afin de lui permettre de continuer sa formation d’apprenti en pharmacie. Mais pour elle, l’engagement des patrons ne serait pas possible sans l’initiative préalable des jeunes eux-mêmes :

« C’est ça aussi, que font ces jeunes. C’est-à-dire qu’ils approchent des personnes, et ces personnes ont envie de faire des trucs pour eux » (J.).

75Par rapport aux requérant•e•s d’asile, le manque d’esprit combatif est encore mentionné. Du fait de leur inscription dans l’institution d’aide sociale, ils se sentent « officiellement démunis » et endossent ce rôle, se conformant entièrement aux attentes :

« Ça veut dire que si l’Hospice général ou l’Office cantonal de la population que je dois voir une fois par mois me disent que je ne peux pas traverser la frontière, je ne peux pas traverser la frontière. Un clandestin, personne ne le lui dit, car personne ne sait qu’il est là, la loi passe plus à côté. La logique est différente. Le comportement est différent » (J.).

76Selon une professionnelle exerçant dans une structure pour migrant•e•s, à leur arrivée en Suisse, la plupart des jeunes migrant•e•s ont envie d’apprendre la langue, de comprendre le pays, son fonctionnement. Ils ont envie de s’intégrer. Cependant, avec les années qui passent, l’incertitude qui reste entière, les problèmes de logement, de financement, ils lâchent et sont souvent résignés.

77Ainsi, pour un jeune sans-papiers, il est difficile d’entrevoir des perspectives d’avenir. Il sait qu’après la scolarité obligatoire, il y aura une impasse, il n’y aura pas d’issue. Tandis que pour les jeunes au bénéfice d’un permis N ou F, même si les perspectives sont limitées, elles ne sont pas nulles.

78Une interviewée travaillant dans une école voit l’avenir des jeunes sans statut avant tout dans le travail au noir. Selon elle, le risque de tomber dans la délinquance est élevé pour ces jeunes. Elle les désigne comme des « jeunes à risque ». La plupart des interlocutrices et interlocuteurs voient en outre l’avenir de ces jeunes dans des emplois précaires.

Conclusion : Une action sociale entre intervention généraliste et reconnaissance des spécificités

79Au terme de ce premier chapitre, l’exposé des discours sur les jeunes avec permis de séjour précaire ou sans permis montre la spécificité des points de vue des professionnel•le•s en fonction de la position de leur structure dans le système d’orientation et d’insertion des jeunes. Nous avons pu observer que les structures de bas seuil sont peu investies par les jeunes concernés par notre recherche et que leurs conditions de vie et leurs problématiques spécifiques sont beaucoup moins bien connues des professionnel•le•s. Nous avons aussi pu constater que l’ouverture envers cette population est limitée dans nombre de structures œuvrant dans le domaine des jeunes en rupture de formation. Leurs spécificités semblent peser assez lourd dans la relation qui pourrait être établie avec les intervenant•e•s sociaux, ce qui a pour conséquence une attitude plutôt hésitante d’une partie des interlocutrices et interlocuteurs. Ceux-ci présentent souvent leur mission auprès de ces jeunes comme un aiguillage vers d’autres structures, de préférence le CCSI pour les jeunes sans-papiers – comme si leur demande concernait uniquement leur situation administrative – ou les assistant•e•s sociaux pour les demandeurs d’asile. La place des jeunes avec permis de séjour précaire est donc limitée dans ces structures, du fait soit directement de leur permis N ou de leur absence de permis (structures d’insertion au niveau cantonal), soit indirectement (non-adaptation de la structure à leurs « demandes spécifiques »).

80D’un autre côté, les structures spécialisées pour les migrant•e•s n’ont pas comme principal objectif l’accompagnement de la poursuite de la formation des jeunes. L’ACCES II est l’institution la plus fréquentée par les jeunes PSP et leur prise en charge spécifique y est ancrée structurellement. Dans ce cadre, les discours des professionnel•le•s témoignent d’une longue expérience et d’un suivi rapproché des jeunes, d’où résulte une connaissance des subtilités de leurs situations, ainsi que des collaborations étroites avec les autres structures du domaine.

81Les discours sur les jeunes PSP confondent souvent des problématiques spécifiques liées au permis ou à son absence ainsi que les problèmes qui en découlent avec des caractérisations plus générales émises à propos des jeunes (question de la motivation, de la « culture » d’origine, des comportements). Il en résulte aussi une ambivalence entre vouloir « les traiter comme tout le monde » et « reconnaître leur spécificité ».

82Au niveau de la construction de l’altérité, certaines caractéristiques spécifiques attribuées aux jeunes peuvent être dégagées. Un élément récurrent dans la vision des intervenant•e•s est l’opposition entre passivité et réactivité distinguant les jeunes candidat•e•s à l’asile et les sans-papiers. L’idée étant que les demandeurs d’asile, qui se trouvent pris en charge étroitement par les institutions, se remettent à cette dépendance et peuvent même tomber dans une posture revendicative et victimaire. Tandis que les sans-papiers sont débrouillards et rusent avec les institutions et les lois. Nous sommes donc en présence d’une image dichotomique entre le « passif » et le « rusé », qui ne laisse pas de place à une vision des jeunes composant avec leurs difficultés tout en avançant dans le système de formation de différentes façons (voir, ci-après, les parcours des jeunes rencontrés dans le cadre de cette recherche). Une autre vision qui ressort des analyses dévoile une nouvelle dichotomie entre certains jeunes se désintéressant complètement de la formation professionnelle car visant des objectifs financiers immédiats, et d’autres ayant des objectifs de formation irréalistes, étant donné leurs difficultés scolaires, linguistiques et les restrictions légales. Tous auraient ainsi des rêves appelés à être brisés.

Notes

1 Dans un souci de confidentialité, seule figure entre parenthèses l’initiale du prénom des professionnel•le•s dont les propos sont cités.

2 Actuellement, AMIG : Unité accueil et requérants d’asile – aide aux migrants –Hospice général (HG / AMIG).

3 Au moment de notre recherche, il s’agissait de l’unité de formation et d’em­ploi qui a été remplacée par le service intégration de l’AMIG. Ce service est composé de deux unités : insertion sociale et insertion professionnelle. Dès le 1er mars 2016, le service intégration a été regroupé avec l’unité d’insertion professionnelle dans un même pôle insertion et intégration. Les ATFOR font dès lors partie de l’unité d’insertion socioprofessionnelle.

4 Actuellement les RMNA sont logés dans des foyers spécifiques, bien que pas toujours adaptés à leurs besoins.

© Éditions ies, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search