Version classiqueVersion mobile

En transition

 | 
Claudio Bolzman
, 
Alexandra Felder
, 
Antonio Fernández

Introduction

Texte intégral

1Les adolescent•e•s et jeunes adultes dans une situation de séjour précaire sont confronté•e•s à une double transition : l’une est liée à leur statut juridique, l’autre à leur âge. D’une part, leur statut juridique les maintient dans une situation incertaine entre leur pays de provenance et l’installation dans le pays d’arrivée. D’autre part, ils se trouvent dans la période de l’adolescence, définie comme passage de l’enfance à l’âge adulte. Cette phase constitue un axe transitionnel à la fois juridique (passage de la minorité à la majorité) et lié à leur parcours de vie.

  • 1 Aujourd’hui devenue obligatoire, puisque, depuis la rentrée scolaire 2018, la formation est devenue (...)
  • 2 Le système d’autorisations de séjour pour les étrangers en Suisse est d’une grande complexité. Cert (...)

2Le statut juridique, au cœur de leur précarité de séjour, est aussi une étiquette qui colle à ces jeunes lors de leurs recherches de formation ou d’emploi : qu’ils soient requérant•e•s d’asile (en possession d’un permis N), admis à titre provisoire (permis F) ou sans statut de séjour (appelés aussi « sans-papiers »), ils seront soumis d’un côté à des règlementations strictes et de l’autre côté à des processus de stigmatisation (Goffman, 1975) qui auront des conséquences sur leur parcours de formation secondaire supérieure, dite aussi post-obligatoire1 et, plus largement, sur leur intégration2.

  • 3 Loi fédérale sur les étrangers du 16 décembre 2005 (Letr ; RS 142.20), art. 30, al. 1 let. b ; Loi (...)

3Ces statuts juridiques précaires ou « inexistants » peuvent avoir comme conséquence une mise à l’écart durable de la formation secondaire supérieure, notamment de la formation professionnelle. En effet, du point de vue juridique, en Suisse, l’apprentissage dual (alternance école-entreprise) est considéré comme une activité salariée et soumis à l’octroi d’une autorisation de travail. De fait, les jeunes requérant•e•s d’asile (permis N) ne peuvent postuler à un apprentissage que sous certaines conditions3. En d’autres termes, ils sont prétérités par rapport à l’éventail d’options existant. Ils doivent se contenter, dans le meilleur des cas, des formations les moins prestigieuses (apprentissages de courte durée). De plus, dans la mesure où ils ont une autorisation de durée imprévisible et révocable à tout moment, rares sont les entreprises disposées à les engager. En outre, les démarches administratives pointilleuses exigées ne facilitent pas non plus leur engagement.

4La situation apparaît encore plus complexe pour les jeunes sans statut légal en Suisse. Pour eux, les portes de l’apprentissage dual, voire même d’un stage en entreprise, sont presque complètement fermées, alors que nombre d’entre eux ont effectué leur scolarité obligatoire en Suisse. Reste que les seules formations secondaires supérieures qui leur sont pleinement ouvertes sont les filières à plein temps, y compris les formations professionnelles, dans un cadre scolaire. Cela, pour autant qu’ils aient un niveau scolaire suffisant pour y être admis, ce qui n’est chose aisée pour personne, et a fortiori pour des jeunes arrivés vers la fin de la scolarité obligatoire (Gomensoro & Bolzman, 2016).

5Enfin, outre leur statut juridique précaire, plusieurs éléments peuvent influencer négativement leur parcours de formation : souvent arrivés en Suisse en cours de scolarité, ces jeunes peuvent rencontrer des difficultés d’adaptation au système scolaire suisse et à ses exigences. Venant parfois de pays non francophones, ils sont obligés d’apprendre rapidement la langue du pays pendant ce processus d’insertion. Les familles requérantes d’asile ou sans permis de séjour vivent fréquemment dans des conditions socio-économiques précaires et le référentiel culturel nouveau ne facilite pas l’adaptation à des conditions de vie difficiles dans un pays étranger. Enfin, s’ajoutent à ces éléments la politique d’immigration et d’asile restrictives et la « mauvaise presse », qui renforcent le sentiment de ne pas être bienvenu (Tchalakova, 2016) et de ne pas faire partie intégrante de la société d’« accueil ».

6Ces détenteurs de différents statuts juridiques abordés ici sont confrontés à cette période de transition liée à leur âge – dite de la « jeunesse » – et tentent de se frayer un chemin entre le départ du pays d’origine et l’arrivée dans un nouveau pays, entre l’attente de stabilisation et le risque de renvoi, entre un système scolaire ouvert dans les filières scolaires à plein temps et fermé au niveau de la formation professionnelle en entreprise. Cet ouvrage propose de donner un éclairage de cette transition complexe, en présentant à la fois le dispositif de prise en charge, la vision des professionnel•le•s du social et de l’éducation, et surtout la vision que les jeunes eux-mêmes ont de leur trajectoire de formation et des soutiens dont ils font l’expérience.

Jeunesse, formation, migration : état des connaissances

Jeunesse, formation et précarité

7En sociologie, la notion de « jeunesse » est associée à une catégorie socialement construite à partir de systèmes et de fonctionnements sociaux spécifiques. La jeunesse peut être définie comme une phase b iographique de transition vers le statut d’adulte (Galland, 1985). Elle varie dans sa durée et ses formes selon les sociétés et les milieux sociaux. Elle est ainsi historiquement déterminée. Comme l’évoquaient Eckmann- Saillant, Bolzman et de Rham dans leur ouvrage Jeunes sans qualification (1994, p. 12), jusqu’aux années 1960, on rencontrait deux modèles du passage à l’âge adulte en Suisse ; d’une part, le modèle du « jeune ouvrier », qui entre directement dans le monde du travail et la vie active après la scolarité obligatoire. Ces jeunes travaillaient souvent à l’usine ou exerçaient un métier similaire à l’emploi de leur père (ou de leur mère). D’autre part, le modèle de l’« étudiant bourgeois », qui entre dans la vie active seulement après une période de transition relativement longue, pendant laquelle il prolonge les formations universitaires.

8Si, jusqu’aux années 1960, un tiers des élèves entraient à 16 ans, directement et sans formation professionnelle spécifique, sur le marché du travail, aujourd’hui, ce modèle du « jeune travailleur » a presque disparu des trajectoires de transition, sous l’effet de la démocratisation des institutions scolaires, mais surtout avec le développement de la nécessité d’acquérir des diplômes pour affronter son avenir professionnel dans un monde économique misant sur les emplois qualifiés et la « formation la vie durant » (Tomlinsen, 2013). Les formations secondaires supérieures se sont ainsi généralisées et sont devenues indispensables pour l’accès au marché du travail (Meyer 2018). Nous pouvons parler aujourd’hui d’un « moratoire » généralisé entre 15 et 25 ans, et le processus d’insertion professionnelle et sociale passe par une phase prolongée de recherche d’une position plus stable. Ainsi, la jeunesse peut être définie comme une période durant laquelle l’individu tente de se faire une place dans la société, mais aussi d’inventer sa place dans celle-ci (Vulbeau, 2001, cité dans Wicht, 2005, p. 8).

9L’analyse de Rolshoven (2005) constitue une réflexion plus générale sur le rôle et la symbolique de la jeunesse, de l’adolescence, au sein d’une société. Elle aborde l’adolescence comme une accumulation de transitions. Ainsi, pour elle, l’adolescence signifie la « fin de l’enfance » et une initiation à l’âge adulte, une phase préparatoire à la vie professionnelle, liée à des prises en charge successives de responsabilités individuelles (2005, p. 22). Au niveau sociétal, la jeunesse porte une fonction de pérennisation de la société – en intériorisant la « normalité » et la conformité sociale –, simultanément, le « moratoire » – comme l’auteure l’appelle également – implique une certaine liberté favorisant les innovations. « [La jeunesse] se prête à l’exercice du soi et contribue à la fabrication de l’ego » (2005, p. 23). Cette liberté est la partie constructive dans la formation de l’identité sociale des jeunes. Ce passage est ainsi un espace de possibilités aussi bien que de tensions : « ‹la société› voit la jeunesse comme un groupe à civiliser et à socialiser. Nous la dissocions comme si elle n’était pas Nous. La jeunesse, c’est l’Autre. Elle doit être notre avenir, nous la souhaitons donc meilleure ; nous l’imaginons via diverses projections, mais elle ne peut être que notre miroir. C’est pour cela que nous sommes déçus. » (2005, p. 24). Nous retrouvons ainsi, dans cet énoncé par rapport à la jeunesse, la thématique de l’altérité, de la construction de l’autre. Nous pouvons ainsi affirmer que les jeunes auxquels s’intéresse notre étude sont doublement désignés comme l’autre par excellence, en tant que jeunes et en tant qu’étrangers.

10L’ouvrage collectif Entre flexibilité et précarité. Regards croisés sur la jeunesse, publié sous la direction de Vuille et Schultheis (2007), analyse la problématique de la précarisation et de la marginalisation des jeunes sous un angle macro-sociologique. Cet ouvrage explore la question de la précarité parmi les jeunes en lien avec les mutations de la société actuelle, liées au « nouvel esprit du capitalisme ». Il montre qu’une partie des jeunes se trouve fragilisée par une entrée plus incertaine sur le marché du travail, qui lui garantissait au préalable des emplois plus stables.

11Une étude menée sur les difficultés d’insertion des jeunes à Carouge, dans le canton de Genève (Wicht, 2005), avait pour but, d’un côté, de décrire la situation de transition du secondaire I au secondaire II et les difficultés qu’éprouve une partie des jeunes dans cette transition ; de l’autre côté, elle présentait le dispositif social et pédagogique de prise en charge des jeunes en difficulté de façon détaillée. Au niveau du dispositif, cette étude révèle que des mesures existent tant au niveau fédéral que cantonal et communal pour pallier les risques de désinsertion parmi les jeunes en formation. Une autre étude, portant sur le dispositif d’accompagnement des jeunes en ville de Genève (Wicht et Peradotto, 2012), montre qu’il n’y a pas un continuum effectif entre les dispositifs communal et cantonal et que le passage de l’un à l’autre n’est pas automatique. En effet, certains jeunes auraient besoin d’un accompagnement pour passer le « seuil » des structures et mesures cantonales. Le rôle essentiel des travailleurs sociaux hors murs (au niveau communal), qui ont un accès privilégié aux jeunes par leurs contacts directs et personnalisés, est souligné dans cette étude. Ils apparaissent comme un soutien pour les jeunes en proie aux risques de rupture de formation et leur travail de proximité permet un étayage vers l’autonomie.

12Mottet (2016), enfin, met en lumière la montée de la catégorie « jeunes en rupture de formation » dans les discours publics et la mise en place de dispositifs de prévention envers ce groupe, afin de mieux le contrôler et gérer les problèmes qu’il pourrait poser. Il est à noter que ces analyses ne révèlent pas la situation juridique particulière d’une partie de ces jeunes en difficulté, le dispositif étant mis en place pour traiter le problème de la rupture de formation de manière générale.

13Le phénomène n’est pas nouveau : les travaux de Wicht s’inspirent notamm ent de l’ouvrage Jeunes sans qualification (Eckmann-Saillant, Bolzm an & de Rham, 1994), qui visait à mieux faire connaître les trajectoires sociales et scolaires de jeunes en rupture de formation à Genève. Au niveau macro-social, cet ouvrage relevait d’une part une démocratisation des formations scolaires ; un nombre toujours plus grand d’élèves trouvait ainsi sa place dans le système scolaire de niveau secondaire II, et le nombre d’élèves au collège et d’étudiant•e•s dans les hautes écoles et les universités ne cessait de croître. D’autre part, il soulignait que, dans ce nouveau contexte, la minorité de jeunes qui quittait l’école au niveau du cycle ou du secondaire supérieur sans avoir acquis de diplôme se trouvait particulièrement exposée à la précarité et à la pauvreté. De plus, ces derniers n’étaient plus tout à fait considérés comme « jeunes », puisque la notion de jeunesse se voyait de plus en plus associée à celle de formation.

Jeunes migrant•e•s et inégalité des chances dans le secondaire II : une problématique peu traitée

14La problématique de la formation secondaire supérieure des adolescent•e•s primo-arrivants ayant un statut de séjour précaire (notamment les jeunes avec un statut de requérant d’asile) n’est que très peu abordée dans la littérature sociologique, en particulier en Suisse, ni dans les autres Etats européens. Mentionnons cependant les travaux de Carbajal et Ljuslin (2010 ; 2011), concernant le passage à l’âge adulte des jeunes sans-papiers latino-américains, ainsi que ceux, récents, de S anchez-Mazas, Changkakoti et Mottet (2018) sur la scolarisation des enfants de requérant•e•s d’asile.

15On pourrait soupçonner que la précarité de leur séjour et la non- volonté d’intégration de ces personnes par les Etats européens influence le regard sociologique sur cette population. C’est-à-dire que, dans une certaine mesure, « elle n’a pas à exister ». Pourtant, plusieurs articles et ouvrages proches de notre objet d’étude nous ont aidés à construire notre problématique et à approfondir notre réflexion. Nous en citerons quelques-uns ci-après.

  • 4 Selon Delay (2014), une partie des jeunes issus de l’immigration et des milieux populaires peuvent (...)

16Dans un article publié en 2003, Bolzman décrit le caractère socialement obligatoire de la formation secondaire supérieure pour les jeunes en Suisse. Pourtant, il relève qu’il existe des différences entre jeunes suisses et étrangers en ce qui concerne l’accès et le choix des formations. Ainsi, il montre que l’apprentissage retient la préférence d’une partie consé quente des jeunes étrangers4. Cependant, ce sont également les jeunes étrangers qui rencontrent le plus de difficultés à trouver une place d’apprentissage (2003, p. 26). On peut ainsi observer que les places d’apprentissage sont d’abord attribuées aux jeunes suisses. En outre, les étrangers sont plus concernés par des résiliations de contrat d’apprentissage. Les raisons de ces différences d’accès sont à imputer, d’une part, à la vision que les institutions ou entreprises ont des jeunes étrangers issus des milieux populaires et, d’autre part, aux difficultés sociales et culturelles rencontrées par les familles migrantes. Cette problématique est ancienne et avait déjà été constatée par Fibbi et de Rham (1988) et reste d’actualité, comme le montrent les travaux de Gomensoro et Bolzman (2015 ; 2016) sur la base des données de l’enquête TREE. Les résultats mettent en évidence, en effet, que les jeunes issus des migrations plus récentes (Balkans, Portugal, Turquie) se trouvent plus souvent dans des dispositifs de transition, ont besoin de plus de temps pour trouver un apprentissage et sortent plus souvent du système de formation sans aucun diplôme.

17Un ensemble d’explications à cette entrave est aussi lié au statut juridique précaire de certain•e•s migrant•e•s, qui accroît l’inégalité face à la formation. Le statut juridique a des conséquences directes (inaccessibilité des formations professionnelles, interruption des formations suite au non-renouvellement des permis de séjour, etc.) et indirectes (difficultés de regroupement familial, longues séparations et arrivée tardive des enfants en cours de scolarité avec des effets négatifs sur leur insertion scolaire). Divers auteurs (Bolzman & Perregaux, 2008 ; Carreras & Perregaux, 2002 ; Fibbi & de Rham, 1988) concluent ainsi que la discrimination établie par la loi pousse une partie de la population dans une position structurelle qui augmente les risques de précarité. On peut, en ce sens, évoquer l’existence d’une véritable précarité légale résultant des politiques institutionnelles (Bolzman, 2016).

18Dans un article sur des jeunes latino-américains sans statut de séjour, Perregaux (2007) montre que si le droit à l’éducation devient un droit de plus en plus élargi à Genève, ce n’est pas le cas du droit à la formation professionnelle duale, toujours associée à une activité salariée. L’auteure constate que les jeunes sont constamment soumis à des injonctions paradoxales, comme le fait d’être reconnus et en sécurité dans certains espaces comme l’école, et d’être ignorés, voire menacés dans d’autres, comme la rue. Ces injonctions paradoxales peuvent avoir des effets sur leurs résultats scolaires, sur leur construction identitaire et leur vie familiale.

19Enfin, dans le cadre d’une étude menée conjointement à Zurich et à Genève (Bolzman, Felder & Rossel, 2004 ; 2004 a) sur le dispositif mis en place et les trajectoires sociales des mineur•e•s requérant•e•s d’asile sans accompagnement parental, certains aspects de la formation de ces jeunes « isolés » ont été évoqués. Les auteurs ont ainsi constaté qu’un dispositif est bien présent pour soutenir l’intégration de ces jeunes dans le système scolaire et le marché du travail. Pourtant, la marge de manœuvre des organismes concernés est le plus souvent restreinte. Une des raisons réside dans le manque de volonté politique pour l’insertion de cette catégorie de personnes : les requérant•e•s d’asile sont exclu•e•s des mesures d’intégration en faveur de la population étrangère, et d’autres désavantages existent au niveau du marché de l’emploi, du logement, etc. D’autres raisons sont liées à une certaine démotivation des jeunes, qui peuvent souffrir d’un manque d’intégration et d’un manque de perspectives claires quant à leur avenir en Suisse (ainsi qu’ailleurs). En cas de difficultés ou de rupture scolaire, ils sont aussi moins facilement atteignables.

20La littérature sur la jeunesse et les questions d’intégration des jeunes avec permis de séjour précaire nous permet d’ouvrir la réflexion sur trois types de questionnements :

21Premièrement, nous cherchons à savoir quelles réponses le dispositif de soutien mis en place à Genève peut apporter à la situation de ces jeunes à statut spécifique et quelles sont les limites de ce dispositif pour leur parcours de formation secondaire supérieure. Deuxièmement, nous nous intéressons à la vision que les intervenant•e•s de la formation et du social ont de ces jeunes en particulier et, troisièmement, à la perception que ces jeunes ont de leur propre situation.

22Comme nous avons pu le constater, la jeunesse suscite des représentations quant à la question de la liberté, des normes, de la construction de l’altérité. Ce regard professionnel nous intéresse donc avant d’interroger, dans la deuxième partie de cet ouvrage, les jeunes eux-mêmes sur leur vécu, leurs aspirations, leurs difficultés. En effet, comment des individus ou groupes de personnes peuvent-ils trouver leur place au sein d’une société qui leur refuse l’accès aux mêmes droits que d’autres de ses membres ? Face à l’exclusion et aux politiques de migration et d’asile restrictives, comment les jeunes « font-ils face » (Soulet, 2003) ? Dans cette situation de stigmatisation et de restriction, comment évolue leur image de soi ? Quelles sont les tactiques (Certeau, 1980) qu’ils mettent en œuvre pour avoir un impact sur leur parcours ?

Evolution de l’accès aux formations secondaires pour les jeunes sans-papiers en Suisse

23Avant de présenter l’analyse des données, il est important de remettre les problèmes d’accès aux formations secondaires supérieures dans leur contexte, notamment pour les jeunes sans permis de séjour, puisque la discussion autour de cette problématique est engagée au niveau politique et que des mesures ont été prises dans le sens d’une amélioration formelle de cette situation. Les limites imposées au droit à la formation par l’absence de statut juridique des jeunes dits « sans-papiers » ont conduit nombre d’acteurs, tant au niveau fédéral que cantonal, à tenter de trouver des solutions et de permettre à ces jeunes de pouvoir suivre des formations professionnelles, à l’école ou en entreprise.

  • 5 Motion Zisyadis 01.3149 : « Régularisation de tous les travailleurs clandestins de Suisse », 22 mar (...)

24Au niveau fédéral, depuis l’année 2001, diverses motions et interpellations parlementaires ont visé soit la question de la régularisation de jeunes sans statut de séjour, soit leur accès à la formation professionnelle5. La motion Barthassat, déposée en novembre 2008, a été votée et acceptée par le Parlement fédéral en 2010. Depuis lors, la Confédération a été chargée de mettre en œuvre cette proposition. Le propos de la motion est très général : « Le Conseil fédéral est chargé de mettre en œuvre un mode d’accès à l’apprentissage pour les jeunes sans statut légal ayant effectué leur scolarité en Suisse » (motion 08.3616, « Accès à l’apprentissage pour les jeunes sans statut légal »). Elle argumente qu’il existe une inégalité des chances entre les jeunes sans statut de séjour qui poursuivent la formation scolaire et ceux qui s’engageraient sur la voie d’un apprentissage en entreprise. Cette inégalité signifie une pénalisation d’une population intégrée, selon le signataire de la motion, une privation de l’économie suisse de compétences et de savoir-faire potentiels et un gaspillage des deniers publics investis dans la formation obligatoire.

25Au niveau genevois, une « Directive départementale sur l’accès à l’apprentissage des jeunes sans-papiers du 8 avril 2011 » du Département de la sécurité, de la police et de l’environnement (DSPE) était entrée en vigueur en avril 2011. Elle prévoyait la délivrance d’autorisations de travail provisoires à des jeunes sans statut légal souhaitant suivre une formation en apprentissage dual, selon des conditions très strictes. Elle s’appliquait notamment à des jeunes dont la demande de régularisation de toute la famille était jugée recevable. Le jeune devait aussi avoir suivi sa scolarité obligatoire à Genève, être mineur et présenter un projet de formation jugé valable par l’Office pour l’orientation, la formation professionnelle et continue (OFPC) et comportant déjà une promesse d’engagement pour une place de formation. L’autorisation était révocable en tout temps, notamment lors d’une issue négative de la demande de régularisation ou lorsque le contrat d’apprentissage était rompu.

  • 6 L’article est modifié comme suit :
    « 1) afin de permettre à un étranger sans statut de séjour réguli (...)

26En 2012, avec entrée en vigueur pour février 2013 (deux ans après l’acceptation de la motion Barthassat par les Chambres fédérales), l’art. 30 a OASA est finalement modifié au niveau fédéral et ouvre ainsi l’accès à l’apprentissage aux jeunes sans permis de séjour dans toute la Suisse6. Si cette révision était très attendue, les obstacles restent trop importants et très peu de jeunes ont pu bénéficier de son entrée en vigueur, en raison de critères restrictifs (cinq ans de scolarité obligatoire en Suisse) et d’une menace d’expulsion trop prégnante, entraînant la peur de répercussions sur la situation de la famille (Niloufer & Richti, 2013). De plus, le succès de la procédure de régularisation d’une famille repose en grande partie sur le jeune, sa scolarité et son comportement, ce qui implique une pression importante supplémentaire sur ses épaules.

27Concernant les jeunes requérant•e•s d’asile, il faut ajouter que les démarches pour obtenir une place d’apprentissage en entreprise demeurent également lourdes au niveau administratif et que les possibilités offertes sont réduites à des apprentissages de deux ans (niveau Attestation de formation professionnelle [AFP] et non pas Certificat fédéral de capacité [CFC]). Au niveau genevois, chaque jeune en procédure d’asile qui aurait trouvé un employeur prêt à l’engager comme apprenti adresse une demande au Département de l’instruction publique (DIP), qui la transfère à l’Office cantonal de la population (OCP). C’est ainsi que la situation de toute la famille est analysée par les autorités, qui donneront leur accord, sur le plan cantonal et fédéral, uniquement si elles peuvent prévoir que la famille restera en Suisse le temps de la formation. L’idée étant de ne pas interrompre une formation entamée par une décision de renvoi.

Méthodologie

28Afin de mieux appréhender la manière dont les choses se déroulent sur le terrain, la recherche visait à recueillir les témoignages des intervenant•e•s sociaux et de la formation d’un côté, et ceux des jeunes en situation de séjour précaire de l’autre côté.

29Il s’agissait d’abord de connaitre les dispositifs genevois qui soutiennent les jeunes dans leur construction d’un parcours de formation, ce qui inclut également des structures à vocation plus sociale ou juridique autour de questions liées au statut de séjour. En outre, les vingt entretiens semi- directifs menés avec les professionnel•le•s de ces structures visaient à mieux connaître leur vision de cette population de jeunes primo- arrivants et en situation précaire. Les entretiens avec les professionnel•le•s ont donc abordé des questions concernant leur perception de ces jeunes, de leurs spécificités, de leurs ambitions et difficultés, de leurs relations avec d’autres jeunes et d’autres intervenant•e•s qui les accompagnent. Ont également été évoquées les expériences faites avec ces jeunes par rapport à leurs parcours de formation. Ces entretiens permettent donc de mettre en évidence un regard d’intervenant•e•s sur la construction sociale de l’altérité, concernant ces jeunes migrant•e•s à statut juridique précaire.

  • 7 Pour les définitions des acronymes, nous renvoyons le lecteur à la liste des abréviations en début (...)

30Afin de répondre à ce premier ensemble de questions, nous avons également procédé à une analyse de documents et résultats de recherches disponibles auprès du DIP7, du Service de la recherche en éducation (SRED), de l’Œuvre suisse d’entraide ouvrière (OSEO) et de l’Office cantonal de l’emploi (OCE) à propos de cette population. Nous avons également consulté l’offre d’accompagnement et de soutien des différentes structures étatiques et non étatiques, en étudiant les documentations de présentation disponibles. Nous nous sommes aussi intéressé•e•s aux relations et collaborations entre ces diverses instances.

31Un deuxième ensemble de questions concerne les trajectoires sociales et de formation des jeunes en question. Pour y répondre, nous avons mené des entretiens semi-directifs avec des jeunes concernés. Au total, nous avons interviewé vingt-et-un jeunes, âgés de 16 à 25 ans et possédant soit un permis N ou F (10), soit étant sans statut juridique reconnu (11). Nous présenterons en détail les principales caractéristiques sociodémographiques de ces jeunes dans le chapitre 2. Notre échantillon a été composé selon d’autres critères que celui de la représentativité statistique, car notre étude qualitative s’intéresse aux situations et trajectoires vécues, ainsi qu’au sens donné aux expériences. Malgré l’absence de représentativité, nous avons équilibré le nombre de filles (9) et de garçons (12), les différentes situations juridiques, et nous avons varié au maximum les formes de contact avec ces jeunes, afin de pouvoir analyser une large variété de t rajectoires.

32Si nous nous sommes intéressé•e•s à ces deux catégories de jeunes précaires (requérant•e•s d’asile, sans-papiers), c’est parce que leurs trajectoires migratoires, les contraintes légales qu’ils rencontrent et leur position face aux dispositifs sociaux ne sont pas semblables. Souvent, ni les uns ni les autres n’ont participé au projet migratoire de leurs parents, et les conditions de mise en œuvre de celui-ci varient. Pour les « sans-p apiers », il y avait au départ un projet de mobilité sociale intra- et intergénérationnel par le biais de la migration. Ce projet était inscrit dans l’informalité, que ce soit pour l’accès au travail ou à un logement. L’école a été, pour ces familles, le lieu principal de contact avec les institutions helvétiques. Pour les jeunes relevant de l’asile, leurs familles fuyaient la violence dans leur pays d’origine et n’avaient souvent pas de projet migratoire très clair, hormis la recherche de protection contre cette violence. Ces familles sont prises en charge dès leur arrivée par un dispositif institutionnel qui organise leur vie quotidienne et assure la médiation avec les institutions locales, y compris au niveau du système de formation.

33Il s’agissait alors d’analyser les points communs et les éventuelles différences quant aux trajectoires de formation des jeunes correspondant à ces deux types de population, ainsi que le rôle d’autres facteurs, notamment individuels, familiaux et institutionnels (Bolzman, Felder & F ernandez, 2018).

34Bertaux (1980) souligne que le nombre d’entretiens à effectuer dépend du degré de saturation de l’information par rapport à la possibilité de décrire la problématique étudiée dans sa complexité et sa diversité. Il n’était pas aisé de prévoir le nombre d’entretiens nécessaires avec les jeunes pour atteindre ce degré de saturation. Les entretiens nous ont permis de mettre en évidence la diversité des situations dans lesquelles se trouvent ces jeunes et la variété des moyens mis en œuvre par eux-mêmes et par les structures d’accompagnement, afin de trouver des ressources pour gérer leur situation souvent difficile. Nous avons ainsi pu élaborer une typologie de leurs trajectoires, situations et perspectives sur la base d’une analyse de contenu thématique.

35Pour aborder la question des trajectoires de formation de jeunes mi grant•e•s en situation juridique précaire, nous analyserons donc, dans un premier temps, l’offre de structures de soutien pour les jeunes en difficultés à Genève. Nous nous pencherons également sur les représentations et les rapports que les intervenant•e•s de ces organismes entretiennent avec cette tranche d’âge ainsi que cette position sociale et juridique spécifique.

36Dans un deuxième temps, nous rendrons compte d’expériences de jeunes dans cette situation de précarité sociale et juridique, de leur perception de leur condition et des stratégies ou ressources accessibles pour y faire face.

37Enfin, en croisant les regards, nous mettrons en perspective les discours des intervenant•e•s et des jeunes sur les différents thèmes – l’identité, le parcours social et de formation, la culture et le contexte familial – abordés au cours de la recherche.

Notes

1 Aujourd’hui devenue obligatoire, puisque, depuis la rentrée scolaire 2018, la formation est devenue une exigence pour toutes et tous jusqu’à l’âge de 18 ans dans le canton de Genève alors qu’auparavant, l’obligation de suivre une formation allait jusqu’à l’âge de 15 ans

2 Le système d’autorisations de séjour pour les étrangers en Suisse est d’une grande complexité. Certaines autorisations relèvent de l’Accord de libre circulation des personnes (ALCP) de 2002 signé entre la Suisse et l’Union européenne (UE), qui s’applique aussi aux ressortissants des Etats de l’Association européenne de libre-échange (AELE). D’autres autorisations de séjour concernent les ressortissants d’Etats tiers et relèvent de la Loi sur les étrangers et l’intégration (LEI). Enfin, certaines autorisations de séjour dépendent de la Loi sur l’asile (LAsi). Pour les ressortissants européens et issus des Etats tiers, les autorisations les plus communes sont le permis B (autorisation de séjour), qui doit être renouvelé périodiquement, et le permis C (autorisation d’établissement), qui doit être renouvelé à plus long terme. Pour les personnes relevant de la loi sur l’asile, le permis N est octroyé pendant la durée de l’examen de la demande d’asile ; le permis F ou admission provisoire est octroyé aux personnes qui font l’objet d’une décision de renvoi de Suisse mais pour lesquelles l’exécution du renvoi se révélerait illicite (violation du droit international public), inexigible (mise en danger concrète de l’étranger) ou matériellement impossible (pour des motifs techniques d’exécution). Le permis F doit être renouvelé tous les 12 mois. Les personnes qui obtiennent le statut de réfugié reçoivent aussi un permis B puis, au bout de quelques années, un permis C

3 Loi fédérale sur les étrangers du 16 décembre 2005 (Letr ; RS 142.20), art. 30, al. 1 let. b ; Loi sur l’asile du 26 juin 1998 (Lasi ; RS 142.31), art. 14 ; consultés le 15/03/2012 sur https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/droit-federal/recueil-systematique.html

4 Selon Delay (2014), une partie des jeunes issus de l’immigration et des milieux populaires peuvent avoir un rapport ambivalent à la formation professionnelle, qui peut être perçue à la fois comme une voie « choisie » et comme une voie de garage.

5 Motion Zisyadis 01.3149 : « Régularisation de tous les travailleurs clandestins de Suisse », 22 mars 2001 ; interpellation Glasson 01.3497 : « Avenir des enfants de clandestins », 21 novembre 2001 ; motion Vermot-Mangold 01.3592 : « Régle­mentation du séjour en Suisse des jeunes sans-papiers », 21 novembre 2001 ; motion Hodgers 09.4236 : « Respect de la Convention relative aux droits de l’en­fant pour les enfants sans statut légal », 11 décembre 2009 ; initiative du Canton de Neuchâtel 10.318 : « Pour que les sans-papiers aient accès à l’apprentissage », 31 mars 2010.

6 L’article est modifié comme suit :
« 1) afin de permettre à un étranger sans statut de séjour régulier de suivre une formation professionnelle initiale, une autorisation de séjour peut lui être octroyée pour la durée de la formation aux conditions suivantes :
a. Il a suivi l’école obligatoire de manière ininterrompue durant cinq ans au moins en Suisse et a déposé une demande immédiatement après ;
b. Son employeur a déposé une demande conformément à l’art. 18, let. b, LEtr ;
c. Les conditions de rémunération et de travail visées à l’art. 22 Letr sont respectées ;
d. L’étranger est bien intégré ; et
e. Il respecte l’ordre juridique.
2. L’autorisation peut être prolongée au terme de la formation initiale si les conditions visées à l’art. 31 sont remplies.
3. Une autorisation de séjour peut être octroyée aux parents et aux frères et sœurs de la personne concernée s’ils remplissent les conditions visées à l’art. 31 OASA. »

7 Pour les définitions des acronymes, nous renvoyons le lecteur à la liste des abréviations en début d’ouvrage.

© Éditions ies, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search