Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Travail social à la recherche de nouveaux paradigmes

 | 
Claudio Bolzman
, 
Joëlle Libois
, 
Françoise Tschopp

1. Le travail social en quête de bien commun dans une société globalisée

L’engagement des travailleurs sociaux sur le chemin d’une civilisation planétaire

Peut-on affranchir l’humanité de tout enracinement ?

Marc Breviglieri

Texte intégral

Une souffrance à l’échelle mondialisée, un enjeu de solidarité internationale

  • 1 La décence est envisagée ici dans le sens thématisé par A. Margalit (1999) : une société décente n (...)

1L’avènement d’une culture globalisée a des effets sur la souffrance des hommes et met à l’épreuve les outils classiques du travail social et des politiques d’aide sociale. C’est en s’exposant à cette problématique qu’on peut voir naître une réflexion sur l’émergence d’une collaboration solidaire internationale renforcée, qui suppose à son tour le renouvellement d’un fond de convictions durables et partagées dans l’univers du travail social. Le point de départ de notre discussion concernera ainsi les transformations de cet univers de travail à partir desquelles nous envisagerons les perceptions critiques des travailleurs sociaux. Ces transformations mettant en jeu une modification ou un renouvellement des convictions et des mobilisations qui animent les professionnels dans leur optique d’édifier des sociétés plus justes ou plus décentes (Margalit, 1999)1. Ce renouvellement du fond de convictions nous conduira aussi à montrer que, dans un contexte internationalisé, l’horizon de solidarité ne peut s’appuyer que sur un développement durable d’emblée situé à l’échelle de la planète, sans pour autant que cela l’autorise à négliger les ressorts du local, l’articulation au contexte ou les enjeux tenant aux logiques du lieu.

2Une tâche aujourd’hui clairement visible du travail social est d’accompagner un mouvement général qui voit entrer l’humanité dans une unique civilisation planétaire qui génère de la souffrance. Ce mouvement généralisé semble prétendre à un progrès qui s’attache au passage à la fois à l’utopie d’une autorégulation sécurisante permise par le marché et à la généralisation d’un gouvernement (en partie managérial – nous y reviendrons) qui dynamise les flux d’échanges et établit l’hégémonie d’une société globalisée en réseaux (Castells, 2001). S’affirme ainsi la dimension réticulaire du global, qui induit une économie du territoire où se réduit l’emprise du lieu et s’affirme une mobilité niant la distance, et où les individus sont entraînés à circuler dans une nouvelle division internationale du travail, doublée d’un circuit de consommation globalisé. Non seulement les deux phénomènes contribuent largement à l’érosion des logiques institutionnelles traditionnelles, mais ils impliquent de réorganiser en profondeur la perception que développe le travail social sur la relation d’habitation que la condition humaine entretient avec le lieu, soit sur le rapport, anthropologiquement lié, qui entretient une dimension de l’identité avec une expérimentation corporelle du monde habité (ancrage ancien dans un quartier, attachement affectif au lieu, interdépendances de voisinage, appropriation du lieu par la familiarité…) (Breviglieri, 2012 ; Choay, 2006).

La crise globalisée et environnementale rassemble l’espèce humaine sous une même condition

  • 2 Ces points de réflexion étaient déjà clairement soulevés par Ricœur (1961). Pour une mise en lien (...)

3En pointant du doigt la question du développement durable, on ouvre délibérément l’investigation sur les multiples visages de la crise, indissociablement crise mondialisée des dispositifs de régulation socio-économiques et crise environnementale généralisée. D’une certaine façon, au cœur des problèmes analysés, la question du développement durable a charrié derrière elle une dimension de la réflexion qui touche au rassemblement de l’espèce humaine sous une même condition. Une difficile condition, pourrait-on ajouter, dès lors qu’on la place au regard des progressions les plus scandaleuses du capitalisme moderne et des conséquences socioculturelles globalisées qu’il entraîne dans son sillage. L’ensemble des périls environnementaux, à partir desquels se fonde le noyau de sens le plus significatif de l’idée de développement durable, n’est-il pas en train de nous faire prendre conscience d’une certaine unité de l’espèce, qui se sent menacée tout à la fois individuellement et collectivement ?2

4Le discours du travailleur social est aujourd’hui parsemé de locutions ou de formules soulignant la dimension planétaire à partir de laquelle se met en perspective un horizon de solidarité : « contexte socioéconomique de mondialisation », « uniformisation des modes de vie et émergence d’une culture universelle », « entrée dans l’ère postcoloniale », « avènement d’une pensée globale et d’un néolibéralisme expansionniste », « transformation mondiale des sociétés salariales sous l’emprise de formes managériales », « monde entièrement marchandisé », « climat de concurrence internationale exacerbé », etc. Or ce discours fait d’abord fond sur le constat que ces mouvements de dimension planétaire engendrent simultanément de la souffrance humaine et une certaine transformation des politiques sociales et des pratiques d’intervention. Les intervenants voient venir ces phénomènes globaux et ils doivent traiter la souffrance que ces phénomènes engendrent dans leur sillage, parfois en revenant de manière critique sur les schémas d’intelligibilité qui guidaient jusqu’alors leurs pratiques professionnelles. Il y a bien, au centre de tous les enjeux posés par la crise actuelle et ses différents avatars, un détour soucieux et autoréfléchi, prenant pour axe l’avenir des pratiques professionnelles et la question de leur évolution dans un monde en métamorphose. Nous verrons, seulement par la suite, combien ce détour est porteur d’un sens permettant le déchiffrage critique des formes préoccupantes et tendanciellement inéluctables du néolibéralisme qui accompagne le capitalisme contemporain.

Importance du phénomène migratoire, brouillage de l’identité au lieu et prise en charge sociale du migrant vulnérable

5Qu’est-ce que les intervenants sociaux voient donc venir, en se frottant à des aspects de la crise dont personne ne nie aujourd’hui la dimension globalisée ? Tout d’abord, ils se confrontent aux effets de la grande circulation des hommes qu’entraîne ce mouvement de mondialisation. On peut souligner la prégnance actuelle de questions touchant à la mobilité des vies humaines, notamment sous l’aspect d’une mobilité géographique qui répond d’une accélération généralisée des flux de main-d’œuvre. Cette dernière, rendue mobilisable par les enjeux de la nouvelle division internationale du travail et par l’extension d’un milieu économique ramifié en réseau, convoque un ensemble de problèmes rencontrés dans les dynamiques de migration et d’installation et qui concernent indistinctement la communauté d’origine et la communauté d’accueil. C’est bien le ciment de la cohésion de vie du migrant qui vient questionner le travailleur social ; une cohésion mise à l’épreuve d’un parcours où se joue un lot pesant de désorientation existentielle, de ruptures à assumer, de reconstruction identitaire et de précarité matérielle (Breviglieri, 2010).

6On peut indiquer, à cet égard, l’excellent laboratoire d’observation que représente l’agglomération de Genève. Au côté d’une libre circulation de cadres de la diplomatie internationale et de professionnels de la finance internationale, qui se déplacent dans le monde presque aussi vite que les capitaux qu’ils surveillent, au côté donc de la Genève internationale, on trouve la Genève de la migration difficile : des requérants d’asile en mal d’identité, des déplacés qui ont dû fuir des pays en feu ou des sociétés exsangues, des migrants enclavés sur les territoires périphériques de la ville, migrants tombant dans la marginalité sociale et vivant dans des conditions d’existence indignes. On peut faire, à partir de là, un constat simple : ce mouvement de ramification économique qui pousse à une unique civilisation planétaire contribue largement au creusement d’inégalités sociales renforcées par de nouveaux facteurs de fragilisation de la personne. Rappelons-le, ce foyer de souffrance émergeant se situe aux antipodes des logiques locales d’articulation des personnes et des collectifs aux lieux : les travailleurs migrants doivent investir une disposition à la mobilité qui représente un certain affranchissement de toute forme d’enracinement qui pourrait les immobiliser. Or, d’un côté, cette mobilité est valorisée, favorisée et vécue activement et plutôt positivement par un ensemble de cadres internationaux ; de l’autre côté, elle est vécue passivement comme une obligation vitale, soumise à des lignes de discrimination, illégalisée et sanctionnée, mettant la lumière sur le fait qu’une partie de la population mondiale continue aujourd’hui de subir son sort comme un destin effroyable. C’est un destin qui pousse à partir de chez soi, coûte que coûte, et qui fragilise hautement les barrières de l’intimité et de l’estime de soi, désormais pleinement exposées hors de chez soi, sur l’espace polémique et surveillé de la frontière.

  • 3 On pourrait avancer, en prolongeant une intuition développée par Frédéric Gros, que le lieu n’est (...)

7Face à cela, les travailleurs sociaux ne font pas que recevoir la souffrance des usagers vécue à travers l’épreuve du déracinement, ils ont aussi pour devoir de s’occuper de leurs conditions de séjour et du difficile maintien de leur dignité dans la cité. Une tâche rendue d’autant plus délicate que la variabilité et l’indéterminabilité des flux d’échange tend à faire de ce lieu d’accueil un simple lieu de passage (un seuil d’opportunité temporaire) ou de renvois indéfinis3. Un difficile maintien, donc, qui appelle à réfléchir sur les politiques d’accueil et qui nous incite implicitement à mettre la question de l’hospitalité à l’horizon de toute politique sociale. Remarquons, pour clore ce volet sur l’accélération de la circulation des hommes à l’échelle de notre planète, que peu de travaux considèrent encore les deux versants du phénomène migratoire. Il y a en effet davantage d’interrogations sur les conditions d’arrivée et de séjour que sur les conditions de départ des migrants. Il faut en appeler, par là, à une collaboration scientifique fructueuse entre les pays d’émigration et les pays d’immigration, et au rôle que doit exercer la recherche pour renouveler le savoir et les connaissances sur des phénomènes encore mal compris et pourtant déjà en lien avec certains problèmes posés directement à la cité.

Vocation humanitaire sensible au dialogue intercommunautaire et nouveaux traits de conception de la dignité de la personne

8L’attention toute particulière que nous portons ici sur les conditions de vie des migrants nous conduit ainsi sur des pistes à suivre pour comprendre l’engagement des travailleurs sociaux sur le chemin de cette civilisation planétaire universelle. Et derrière ce mot d’« engagement », il s’affirme un ressort de la mobilisation professionnelle (Bidet, 2011) qui semble orienter l’implication sur le terrain vers une lutte pour la reconnaissance identitaire des populations vulnérables ; notamment une lutte contre la stigmatisation de communautés minoritaires et pour le dialogue intercommunautaire (Haddad et al., 2009). Et plus loin encore, un engagement avec des femmes et des hommes qui ont la conscience et le désir de faire leur histoire et, par là, d’accéder en propre à certaines valeurs de dignité parmi lesquelles s’affirme en point de mire l’autonomie individuelle (Pattaroni, 2005).

9Pour le dire autrement, il y a un engagement professionnel à vocation humanitaire qui doit, tout particulièrement aujourd’hui, chercher à généraliser l’accès à une commune humanité en soulevant la dignité humaine au rang d’une capacité individuelle à l’autonomie (Genard, pp. 63-82). Et cette démarche se livre au point de croisement de plusieurs questions professionnelles, qui recoupent à leur tour les grandes missions affichées par les politiques sociales. Elle est donc devenue politiquement, et moralement, centrale. Ainsi : que l’acquisition d’espaces d’autonomie soit placée au cœur des dispositifs de prise en charge, que l’incapacité d’être autonome appelle si fortement les notions de vulnérabilité, de dépendance et indirectement de maltraitance, et que le noyau de sens auquel s’articule aujourd’hui la thématique omniprésente de l’urgence comporte cette idée d’une autonomie menacée ou effondrée, correspond, dans tous ces cas de figure, à une manière dont l’humanisme du travail social est entraîné vers un phénomène d’universalisation.

  • 4 Concernant le thème des capacités en lien avec les politiques sociales et l’action publique, je re (...)

10En disant cela, nous sommes insensiblement en train de colorer le socle sur lequel semble prendre appui cette civilisation mondiale universelle. Nous sommes en train de montrer qu’elle prend le chemin, ou qu’elle dévie son chemin vers une certaine modernité qu’on peut chercher à mieux délimiter. On peut la qualifier, par exemple en décrivant la manière dont elle place au sommet d’un axe de valeur la capacité à l’autonomie et à la mobilité, par quoi se valorisent les individus flexibles et hypermobiles de notre époque4. Il est largement question de cette flexibilité devenue normative dans les réflexions qui se sont penchées sur la nouvelle gouvernance managériale, qui alimente la prospérité d’un capitalisme renouvelé (Boltanski & Chiapello, 1999). Et les deux capacités mentionnées plus haut (autonomie et mobilité), censées assurer la condition de possibilité de la flexibilité, apparaissent désormais comme des valeurs essentielles, à protéger et à promouvoir dans nos sociétés, là où paraît finalement culminer la morale de notre temps.

  • 5 Remarquons au passage l’importance des initiatives de médiation socioculturelle qui permettent au (...)
  • 6 On pourra notamment consulter, sur ces thèmes, la somme de travaux réalisés par Claudio Bolzman (2 (...)

11Mais corrélativement, un horizon du travail social semble quant à lui se rétrécir sur un terrain qu’alimentent indirectement les paradoxes de ce nouvel esprit du capitalisme. Et ce terrain se situe notamment au lieu même de ce que nous nommions la migration difficile, précisément là où les Etats-nations imposent une souveraineté pour limiter à certains l’accès à leur territoire. Là où s’imposent des politiques de protection des frontières, des dispositifs de sélection et de surveillance des flux humains, des restrictions de droit de séjour, où croissent des poches de clandestinité, et donc de précarité et de suspicion. C’est aussi le lieu où s’interrompent les narrations spatiales et où la souffrance qui tient à la fragmentation des identités ne peut être dite et confiée à l’institution5. Et justement, l’institution du travail social se retrouve alors aux prises avec ses propres limites et face à un clair déséquilibre entre son projet émancipatoire et les moyens régulés dont elle dispose pour agir dans ce sens. Il est, de fait, moins question pour elle d’affirmer l’autonomie individuelle et de construire des itinéraires de vie décente que de prévenir des conséquences de l’illégalité au risque de la moralisation, de retisser difficilement des espaces de droit au risque de participer aux infrastructures de surveillance intensifiée ou, plus largement, de présenter un accueil de façade sans pouvoir garantir la promesse de l’édification d’un lieu hospitalier qui permette aux migrants en difficulté de légitimer une appartenance commune à la société d’accueil6.

Perceptions critiques de l’intervenant social sur les méfaits du néolibéralisme

12La phase de témoignages permise par les différents ateliers du colloque de l’AIFRIS, certes conditionnée par la thématique du colloque qui prenait pour point de départ la notion de crises, m’a permis de tirer au clair une certaine perception et une certaine posture professionnelle largement partagées par les intervenants sociaux. L’intervenant social n’est pas qu’un échantillon de l’espèce humaine tout particulièrement enclin à la détection du malaise et de la souffrance sociale. Il est aussi un animal critique sur le monde qui l’environne. C’est un être disposé à la critique parce qu’il se heurte aux contradictions de sa société et parfois même à celles de sa propre institution. Le défi majeur de la globalisation du monde moderne imposé par le capitalisme contemporain est ainsi largement perçu sous l’angle critique que les intervenants sociaux semblent pouvoir ouvrir d’eux-mêmes. Tout d’abord, la belle expression de « civilisation universelle » s’y assombrit ostensiblement (Ricœur, 1961), et notamment sous l’ombre critiquable d’un néolibéralisme ravageur. Mais encore faut-il se montrer précis dans la critique du néolibéralisme. Aussi, elle semble avoir pris deux directions différentes. Si, d’un côté, la critique déployée par les intervenants sociaux s’est portée sur ce que les acteurs de l’institution sont contraints de vivre dans leur profession, de l’autre côté, une critique s’est dirigée plus spécifiquement sur ce que cristallise aujourd’hui la figure de l’usager.

  • Le premier sens critique majeur, qui touche au fonctionnement même de l’institution, permet de mettre au jour les phénomènes suivants : érection du marché concurrentiel en modèle d’organisation, colonisation des organisations par des indicateurs d’évaluation principalement réduits à des mesures objectives, abus de référentiels en tout genre, mise en avant de l’intérêt individuel dans la conception de l’usager devenu client, confinement du débat à des problématiques de nature purement financière et comptable, déploiement d’un travail en réseau forçant l’interdisciplinarité et menaçant l’autonomie du travailleur social, épuisement de l’intervenant, tiraillé entre des contraintes paradoxales et des pressions sourdes de textures autant administratives que psychoaffectives.
  • Le second sens critique se dirige ostensiblement vers la figure de l’usager, à la fois vers ce que ce dernier véhicule comme valeurs du néolibéralisme et vers ce qu’il est amené à subir dans sa relation au monde contemporain. Un ensemble de phénomènes problématiques peuvent être énoncés sous les figures suivantes : subtile destruction des cultures traditionnelles ; avènement d’une sous-culture consumériste de masse universellement identique et d’une civilisation de pacotille ; inégalité de capacité des personnes et des différentes cultures d’appartenance où se rangent les usagers à pouvoir absorber le choc de la civilisation mondiale néolibéralisée ; spirale de l’endettement, quasi-irréversibilité des plongées dans la précarité jusqu’à la précarité jetée dans la rue.

13Voilà ce qu’on pourrait retenir de ce bilan éclairé par une critique issue du milieu professionnel : un ensemble d’éléments touchant au gouvernement des institutions sont désormais surdéterminés par des facteurs exogènes à l’institution elle-même et ils témoignent bel et bien d’une réalité mondiale. Ces facteurs viennent, portés par le vent puissant et globalisant du néolibéralisme, s’associer à une nouvelle suprématie du capitalisme contemporain. Leur origine reste néanmoins relativement obscure, bien qu’on puisse délimiter en filigrane une forme de gouvernement laissé aux mains d’experts technocrates (généralement affiliés à de grands organismes tels l’Union européenne, la Banque centrale européenne ou le Fonds monétaire international). Des experts dont les plans d’aide, largement orientés vers une austérité annoncée comme salutaire, sont généralement plus conçus pour donner des garanties aux créanciers que pour renforcer les services au public, que pour asseoir les droits démocratiques élémentaires ou que pour aider à la démultiplication des initiatives solidaires issues de la société civile.

14On pourrait ramener ces différents facteurs exogènes à trois phénomènes implicitement convergents :

  1. Le gouvernement par objectifs standardisés émanant d’instances supérieures et enjoignant à déterminer des populations cibles à destination desquelles sont fixés ces objectifs
  2. La régulation laissée aux mains du marché
  3. Le pouvoir démesuré accordé au choix individuel dans la construction d’une autonomie7.

15Si des facteurs exogènes prédéterminent le gouvernement des institutions du social tout en étant incapables de juguler les crises traversées, on peut comprendre la détresse des employés du social lorsque, bien qu’ils soient capables de formuler des éléments critiques pertinents sur cette situation, ils se sentent malgré tout largement privés d’espace où faire porter leur voix contestatrice. Mais on peut aussi entendre la souffrance des directeurs d’institutions, privés d’initiatives puisque le gouvernement de leurs établissements tend à leur échapper. Et c’est probablement pour tenter de sortir de cette impasse qu’un ensemble conséquent de professionnels du travail social ont voulu pointer l’existence de brèches où pouvoir tenter d’instituer des initiatives consacrant un élan de résistance. On pourrait regrouper cet élan sur deux plans : celui du local, depuis lequel des marges d’action semblent toujours pouvoir renaître, et celui du participatif, à partir duquel, en intégrant des communautés de base souvent exclues des processus de concertation et de décision, pourrait surgir un débat critique sur la légitimité des instruments politiques et sur la possibilité de nouvelles modalités d’évaluation des politiques, comme des pratiques professionnelles.

Le recours au local et au participatif, la dimension du territoire, le medium du corps

  • 8 Sur la difficile légitimation publique de la parole des « individus socialement disqualifiés » : P (...)
  • 9 Une importante ethnographie sur les dispositifs qui émanent de l’obligation de concertation sur le (...)

16De l’agir concerté au conflit négocié, les formes participatives se déclinent et engagent différemment les forces du collectif et les valeurs démocratiques. La participation semble engager une approbation consensuelle des travailleurs sociaux sur la base d’une critique dirigée vers un interventionnisme des politiques sociales trop centralisées et procédurières, trop globalisantes et discriminatoires envers des communautés ou des individus dont la souffrance peine à être reconnue. Mais pratiquement, et paradoxalement, cette position critique a toutes les raisons d’émerger dans des termes comparables devant les limites que rencontrent ces mêmes formes participatives. C’est pourquoi la création de nouveaux espaces démocratiques et de participation active tâtonne et se retrouve souvent dans l’embarras sur le terrain, en cela qu’elle n’apparaît jamais vraiment à l’abri de nombreux dysfonctionnements dont le principal semble être la « participation alibi », qui reflète une démocratie factice qui ne parvient pas, pour finir, à faire entendre la voix des plus faibles et à contribuer à la qualité de vie des institutions comme des usagers8. Cependant, une fois ces limites clairement posées, la question peut retrouver un faisceau de pertinence en se portant plus spécifiquement sur les conditions de possibilité d’une participation active satisfaisante : quel medium se prête véritablement à la participation (et n’oublions pas le rôle joué par les nouvelles technologies), comment favoriser la diversification des formes communicationnelles, quelle place occupe la participation dans la gestion effective des affaires publiques, comment naissent des forces collectives ou des bases communautaires sur fond de participation et, plus trivialement, qui doit participer, comment garantir un « esprit public » et éviter les « dialogues de sourds » ?9

17Abordons, pour finir, la question du local qui côtoie de près celle du participatif. Abordons-là notamment, comme les témoignages des participants du colloque de l’AIFRIS l’ont souvent fait, comme lieu de résistance où l’intervenant social milite, et parfois, il faut bien le dire aussi, comme lieu où il s’affronte à la raréfaction des ressources, à la procéduralisation des démarches, au décrochage du public ou bien à la fragilisation progressive des acquis sociaux. Mais, pour renforcer l’analyse qui s’est dessinée dans cet article, il convient de souligner un autre aspect qui pose problème aux intervenants : le local prend aujourd’hui notoirement la forme d’un contrat portant sur des objectifs individuels à réaliser dans le souci que chacun puisse se responsabiliser devant un ensemble de risques. La contractualisation individuelle systématique sur les objectifs et les termes de la relation au professionnel, le rabattement de l’évaluation sur la perspective du risque qui réduit la question du social à celle de « l’insécurité sociale » (Castel, 2003) ou la limitation des possibles de l’action sociale aux seuls référentiels d’objectifs autorisés sont autant d’éléments qui peuvent appauvrir les dimensions relationnelles et l’expérience sensible du monde local où s’inscrit la vie de l’usager. Si l’on ajoute à cela la réduction de cette figure de l’usager à celle du client, ou la prétention à la diffusion universelle des référentiels et standards de qualité qui reposent sur le présupposé inquiétant que le monde pourrait se soumettre à une unique technique politique, comment ne pas constater l’existence d’une véritable accumulation d’éléments ou de dispositifs venant mettre en échec la conviction profonde du travail social. Une conviction qui engage l’intervenant à vivre avec empathie une expérience perceptive de la souffrance sociale, et donc à ouvrir ses sens devant et pour le monde, de manière à concevoir et à édifier ce qui, de son point de vue, contribue au bien commun et institue un horizon stabilisé de justice. C’est pourtant, paradoxalement, à travers ces dispositifs qui tendent à se mondialiser que le gouvernement des institutions du social devrait épuiser les problématiques du local, imposant aux intervenants sociaux de ne faire que des expériences réductrices du monde sensible dans lequel ils baignent quotidiennement.

  • 10 On pourra consulter, dans un travail attentif à la présence corporelle dans l’espace public et aux (...)
  • 11 A propos de l’analyse de l’activité en situation de travail social, voir Libois & Stroumza (2007).

18Toutefois, on ne peut pas dire aujourd’hui, malgré l’extension de l’espace de rationalité que l’on vient de décrire sommairement, que le travail social soit désormais entièrement du côté de l’objectivation de l’homme dans une relation purement instrumentalisée, mettant hors du champ de l’intervention tous les registres subtils de l’interaffectivité. Pour répondre à l’exclusion et imaginer des solutions face aux problèmes sociaux les plus graves, souvent concentrés dans des quartiers confinés, s’affirme, hors des murs et des guichets de l’institution, une intervention sociale particulièrement attentive aux contextes et aux aspérités du local10. Et là, c’est massivement sur la corporéité engagée par le travailleur social, dans une activité située qui entraîne la structuration d’un tissu relationnel, que nous sommes amenés à réfléchir11. Car le corps devient le medium le plus précieux pour s’ouvrir aux besoins et les convertir en demande, pour recueillir les souffrances et les traduire en plainte, pour évaluer graduellement une situation qui ne demande, pour commencer, qu’à être sentie, pour potentialiser enfin, chez l’usager, un savoir affectif et corporel lui permettant une appropriation vivante d’un lieu (habitat, quartier, maison de quartier, espace public urbain…) (Breviglieri, 2008). La médiation sur le terrain passe par la médiation du corps.

La création contribuant au développement durable

19L’existence et le devenir d’une approche sensible au territoire, à ses particularités et à ses ressources locales, aux histoires de vie des habitants et à la vie de quartier, aux affaires ordinaires de tous et aux petits problèmes de chacun, nous appelle à reconsidérer la délimitation troublée de l’identité du métier d’intervenant social. Il y a toujours un ensemble de savoir-faire nourris dans la proximité de l’usager qui ne répondra pas exactement d’une grille conventionnelle de qualification ou bien d’un référentiel de compétences. Il y a toujours une innovation qui met en jeu la créativité du travailleur et des équipes d’intervenants sur le terrain et qui impose à l’institution de réviser ses fondements. En réaffirmant l’importance de ces réalités pratiques, c’est une autre manière de concevoir le développement durable qui émerge de la réflexion : non pas comme un progrès qui doit s’accumuler avec le temps, mais comme une manière de prendre un nouveau départ, d’échapper à l’objectivation experte du monde perçu que supposent les grilles d’objectifs et de compétences, de tenir les sens en éveil et la créativité en alerte.

20Par deux fois nous venons d’utiliser le terme de créativité, et il importe d’en faire la pièce centrale du renouvellement du fond de convictions durables que partage l’univers du travail social. Sans la reconnaissance de cette dernière, toute forme d’émergence d’expressions professionnelles ou politiques d’un genre nouveau risque d’être, de manière limitative, apparentée à un phénomène illégitime. Il le serait alors même qu’il vient enrichir et garder vivante une diversité d’arts de faire et de traditions culturelles, et cela, contre l’oppressante vérité unique du mouvement de globalisation néolibérale.

Bibliographie

Références bibliographiques

Berger, M. (2008). Répondre en citoyen ordinaire. Pour une étude ethnopragmatique des engagements profanes. Tracés. Revue de Sciences humaines [en ligne], 15, mis en ligne le 01.12.2010, http://traces.revues.org/index773.html

Bidet, A. (2011). L’engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ? Paris : Presses universitaires de France.

Boltanski, L. & Chiapello, E. (1999). Le nouvel esprit du capitalisme, Paris : Gallimard.

Bolzman, C. (2009). Modèles de travail social en lien avec les populations migrantes : enjeux et défis pour les pratiques professionnelles. Pensée Plurielle, 2(21), 41-51.

Bolzman, C., Poncioni, R., Rodari, S. & Tabin, J.-P. (2002). La précarité contagieuse. Les conséquences de l’aide sociale sur le statut de séjour des personnes de nationalité étrangère. Genève et Lausanne : Editions ies & EESP.

Bonvin, J.-M. (2012). Les politiques de lutte contre la pauvreté au prisme de l’approche par les capabilités. Dans J.-P. Tabin & F.-X. Merrien (Dir.), Regards croisés sur la pauvreté (pp. 141-154). Lausanne : Editions EESP.

Breviglieri, M. (2012). L’espace habité que réclame l’assurance intime de pouvoir. Un essai d’approfondissement sociologique de l’anthropologie capacitaire de Paul Ricœur. Etudes Ricœuriennes/Ricœur Studies, 1(3), 34-52.

Breviglieri, M. (2010). De la cohésion de vie du migrant : déplacement migratoire et orientation existentielle. Revue Européenne des Migrations Internationales, 2(26), 57-76.

Breviglieri, M. (2008). Le « corps empêché » de l’usager (mutisme, fébrilité, épuisement). Aux limites d’une politique du consentement informé dans le travail social. Dans J.-P. Payet, F. Giuliani & D. Laforgue, La voix des acteurs faibles. De l’indignité à la reconnaissance (pp. 215-229). Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Cantelli, F. & Genard, J.-L. (Dir.). (2007). Action publique et subjectivité. Paris : LGDJ.

Carrel, M. (2012). Faire participer les habitants ? Pauvreté, citoyenneté et pouvoir d’agir dans les quartiers populaires. Paris : ENS.

Castel, R. (2003). L’insécurité sociale. Qu’est-ce qu’être protégé ? Paris : Seuil.

Castells, M. (2001). La société en réseaux. Paris : Fayard.

Centemerl, L. (2011). Retour à Seveso. La complexité morale et politique du dommage à l’environnement. Annales. Histoire, Sciences Sociales, 66(1), 213-240.

Charles, J. (2012). Les charges de la participation, SociologieS. Récupéré en décembre 2012 de http://sociologies.revues.org/4151

Choay, F. (2006). Pour une anthropologie de l’espace. Paris : Seuil.

Gros, F. (2012). Le Principe Sécurité. Paris : Gallimard.

Haddad, K., Manço, A. & Eckmann, M. (Dir.). (2009). Antagonismes communautaires et dialogues interculturels. Du constat des polarisations à la construction des cohésions. Paris : L’Harmattan.

Llbols, J. & Wicht, L. (2004). Travail social hors murs. Créativité et paradoxes dans l’action. Genève : Editions ies.

Llbols, J. & Stroumza, K. (2007). Analyse de l’activité en travail social. Actions professionnelles et situations de formation. Genève : Editions ies.

Margalit, A. (1999). La société décente. Paris : Climats.

Pattaroni, L. (2005). Politiques de la responsabilité. Promesses et limites d’un monde fondé sur l’autonomie [Thèse de doctorat]. Paris : EHESS-UNIGE.

Payet, J.-P., Giuliani, F. & Laforgue, D. (Dir.). (2008). La voix des acteurs faibles. De l’indignité à la reconnaissance. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Ricœur, P. (1961). Civilisation universelle et cultures nationales. Esprit, 10 (29).

Soulet, M.-H. & Châtel, V. (2002). Faire face et s’en sortir. Fribourg : Editions Universitaires.

Thévenot, L. (2012). Autorités à l’épreuve de la critique. Jusqu’aux oppressions du gouvernement par l’objectif. Dans B. Frère (Dir.), Quel présent pour la critique sociale ? Paris : Desclée de Brouwer.

Notes

1 La décence est envisagée ici dans le sens thématisé par A. Margalit (1999) : une société décente ne se contente pas de garantir un cadre de justice, elle minimise aussi les actes humiliants dont elle se rend capable.

2 Ces points de réflexion étaient déjà clairement soulevés par Ricœur (1961). Pour une mise en lien de ces points avec la dimension localisable du lieu, voir Centemeri (contribution dans ce même ouvrage et 2011).

3 On pourrait avancer, en prolongeant une intuition développée par Frédéric Gros, que le lieu n’est alors plus qu’un point d’accélération et de redistribution des flux (Gros, 2012).

4 Concernant le thème des capacités en lien avec les politiques sociales et l’action publique, je renvoie ici à Soulet & Châtel (2002), Cantelli & Genard (2007) et Bonvin (2012).

5 Remarquons au passage l’importance des initiatives de médiation socioculturelle qui permettent au migrant de travailler sur la narration de son parcours. Par exemple, le centre d’accueil et de formation des migrants de La Roseraie a récemment entrepris, avec la HETS de Genève, et sous la coordination de Dominique Schoeni (HETS), de permettre à certains migrants de réaliser un film documentaire ou fictif retraçant ces parcours, dessinant de fait une approche subjective (critique et fantasmée) de la société d’accueil, expérimentant un croisement audible entre les langues, édifiant par là un espace commun et indifférencié de reconnaissance.

6 On pourra notamment consulter, sur ces thèmes, la somme de travaux réalisés par Claudio Bolzman (2002 ; 2009).

7 Sur ces différents points, voir l’éclairant article de Laurent Thévenot (2012).

8 Sur la difficile légitimation publique de la parole des « individus socialement disqualifiés » : Payet et al. (Dir.). (2008). Sur la fragilité du citoyen ordinaire engagé dans un dispositif participatif : Berger (2008). Enfin, sur les charges que peuvent endurer les participants pour maintenir l’action participative : Charles (2012).

9 Une importante ethnographie sur les dispositifs qui émanent de l’obligation de concertation sur les projets urbains fait le point sur un ensemble de phénomènes qui grippent les processus participatifs et menacent pour finir la démocratie locale (Carrel, 2012).

10 On pourra consulter, dans un travail attentif à la présence corporelle dans l’espace public et aux ressources créatives et émergentes du savoir-faire professionnel : Libois & Wicht (2004).

11 A propos de l’analyse de l’activité en situation de travail social, voir Libois & Stroumza (2007).

Auteur

Professeur à la Haute Ecole de travail social (Genève) de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO) et chercheur au Groupe de sociologie politique et morale (EHESS). Ses thèmes de recherche touchent aux configurations et aux aménagements variés de l’habitation humaine, aux apprentissages de la vie commune et enfin aux dimensions politiques et affectives du soin. Il développe une sociologie d’inspiration phénoménologique nourrie par l’ouverture de perspectives méthodologiques liées à l’image (photographie-vidéo).
Publications : http://iesgeneve.academia.edu/MarcBreviglieri

© Éditions ies, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540