Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Travail social à la recherche de nouveaux paradigmes

 | 
Claudio Bolzman
, 
Joëlle Libois
, 
Françoise Tschopp

Défis et paradoxes de l’intervention en travail social

Françoise Tschopp, Joëlle Libois et Claudio Bolzman

Texte intégral

1Le 4e Congrès de l’Association internationale pour la formation, la recherche et l’intervention sociale (AIFRIS), organisé par la Haute école de travail social de Genève en 2011, avait pour titre « Crises, gouvernances et développement durable : quelles articulations avec l’intervention sociale ? ». Ce panorama vaste et varié a permis des rencontres et des échanges fructueux sur les enjeux actuels des questions sociales au regard du prisme des trois thèmes susmentionnés. Cela autant à partir de recherches récentes que par l’apport des intervenants de la formation et des terrains de pratique, en accord avec la philosophie de l’AIFRIS. C’est ainsi que se sont retrouvés chercheurs, enseignants et professionnels de l’action sociale, en prise avec les réalités multiples, locales et internationales, des pays de langue francophone. L’actualité et la pertinence du propos présenté par les conférenciers nous a amenés à la publication de cet ouvrage.

2Dans l’argumentaire pour l’appel à communications du congrès, la complexité des enjeux relevait les nécessaires articulations des thématiques. La succession de crises depuis les années 1970 et la crise financière et sociale récente indiquent qu’une page de l’histoire moderne se tourne, qu’une mutation s’opère. La montée du néo-libéralisme d’un côté, et celle des mouvements écologiques et alternatifs de l’autre, remettent profondément en cause les mécanismes et les dispositifs de régulation socio-économiques. La transformation complexe (environnementale, économique, politique, sociale, culturelle, familiale, personnelle) s’accompagne de la remise en question de l’Etat social, du coût des prestations sociales, des fondements institutionnels de l’intervention publique. Les conférenciers ont relevé que les espaces d’incertitude et d’insécurité sont également des lieux de recomposition de l’intervention sociale, à la condition d’éclairer le sens et les contradictions en qui en émergent.

3Les concepts de gouvernance et de développement durable déploient un faisceau d’analyses, de méthodes et de visions prospectives, parfois antagonistes, face aux diverses formes de la crise. Ces deux nouveaux pans de l’action sociale, à questionner, influencent les rapports sociaux et les modes de régulation. Les enjeux sont multiples : apparition de nouvelles méthodes de coopération, de développement des solidarités de proximité, cultures de l’économie en redéfinition, promotion du potentiel humain, sauvegarde de la planète. Les réformes et les politiques de rationalisation traversent tous les secteurs publics. Elles visent à restreindre de façon drastique les dépenses dans une période de crise économique et de crainte de la concurrence des pays émergents. Elles affectent de nombreux champs d’activité, dont l’ensemble des professions sociales. La mise en œuvre des nouvelles gestions publiques renforce les cadres prescrits, les normes administratives, les exigences d’évaluation, les systèmes qualité dans une optique d’efficacité et d’efficience, à l’aune des exigences du secteur privé. Dans ce contexte et face à ces enjeux, le rôle des intervenants sociaux dans leurs champs d’intervention respectifs est parfois mis à mal et, en tous les cas, interrogé. Les politiques socio-éducatives édictées par un Etat en recherche de légitimité, visant l’efficacité et la rationalité remettent en cause l’efficience des pratiques éducatives.

4A la suite des Trente Glorieuses, les sociétés occidentales sont traversées par des crises et des difficultés de gouvernance de la participation politique et de la répartition des biens et des richesses qui provoquent exclusion, exil et repli de populations précarisées. La difficulté de définir ce que l’on entend par bien commun et par accès aux droits politiques et à des conditions matérielles décentes, droits fondamentaux reconnus dans une société démocratique, pose aujourd’hui problème. La montée des inégalités et l’écart qui se creuse entre riches et pauvres, mettent en danger les processus démocratiques. L’action publique fait l’objet de profondes transformations. L’Etat social actif se substitue à un Etat social passif qui offrait des prestations sans contrepartie. Alors qu’auparavant les prestations allouées étaient considérées comme des droits de certaines catégories de bénéficiaires, aujourd’hui ces droits sont conditionnels et liés à des contre-prestations individuelles. Cette politique d’activation s’inscrit dans les nouvelles règles du social. Une logique de compétences et de responsabilisation individuelle s’applique aussi bien aux professionnels qu’aux bénéficiaires de prestations sociales. La rationalisation – observable au quotidien – traverse tous les secteurs d’activités, dont le social, la santé et l’éducatif.

5Sur le plan mondial, l’année 2011 a été marquée par le Printemps arabe, qui a donné de nombreux espoirs et bouleversé tout un tissu social encore aujourd’hui en quête d’ouvertures démocratiques. La crise nucléaire de Fukushima a remis au centre des débats les questions environnementales et de développement énergétique durable. La Grèce, l’Espagne, le Portugal et d’autres pays européens sont entraînés dans un marasme social dû aux avatars du capitalisme financier, entraînant dans son sillage des diminutions drastiques de l’offre d’emplois et du pouvoir d’achat. Ces trois événements, bien que localisés dans l’espace, ont des répercussions majeures à l’échelle planétaire, remettant en question les certitudes et les manières habituelles de se positionner face à la réalité sociale et environnementale.

6De nombreuses réformes des politiques publiques continuent d’être élaborées sans qu’il soit facile de discerner si celles-ci apporteront un regain de démocratie, une réduction des inégalités sociales et un apport de dignité sociale ou, au contraire, une montée de l’intolérance, de l’insécurité sociale et de la pauvreté face à l’avenir. En tout état de cause, on observe que l’échelon national n’est plus à lui seul le niveau suffisant pour répondre aux défis de cette nouvelle période. Des modes de régulation transnationaux apparaissent comme nécessaires. Cette nouvelle approche transversale et mondiale ne doit toutefois pas gommer les dimensions locales de l’action sociale. Le sentiment d’appartenance, à un quartier, à une communauté est le maillon indispensable pour embrasser, sans peur, une vision plus large des nouveaux enjeux sociaux. La solidité du vivre ensemble et l’expérience du partage du bien commun dans un réseau de proximité permettent de développer une assise suffisamment solidaire pour oser des perspectives de compréhension bien plus larges, dépourvues d’un discours populiste surfant sur des sentiments de peur et de menaces face à l’inconnu. Ici, le travail social de proximité prend une place essentielle, l’accompagnement et la médiation sociopolitique sont indispensables au soutien des populations fragilisées.

7Que ce soit du point de vue économique, écologique ou encore managérial, la question sociale sera, à n’en pas douter, au cœur de la pensée du XXIe siècle en Occident. Le bien commun tout comme la cohésion sociale seront les enjeux centraux d’un vivre ensemble à redéfinir, plus solidaire et communautaire.

8Dans cet ouvrage, nous avons fait le choix de réunir la plupart des conférences plénières du congrès en les structurant à partir de trois thématiques majeures qui interrogent l’intervention sociale.

9La première partie est consacrée à l’émergence d’une société globalisée ; les enjeux que cela confère, principalement sur les manières d’envisager et d’appréhender le social, l’environnement et le partage du bien commun.

10La deuxième partie développe l’influence de nouvelles formes de gestion publique et les dynamiques managériales qui s’ensuivent, amenant à des modifications des pratiques d’intervention sociales.

11La troisième pose les conditions favorisant la participation des habitants à la cité ; le développement de projets de cohésion sociale et de justice environnementale au travers de deux exemples territoriaux. L’un à Seveso, en Italie ; l’autre à Genève, en Suisse.

12Il nous a semblé que cette logique de construction à partir des contenus du colloque introduisait une contribution significative aux réflexions contemporaines portées par les professionnels de la formation, de la recherche et de l’intervention socio-éducative.

Citoyenneté de proximité

13Dans la première partie, la dimension locale dans un univers globalisé est au centre de la réflexion. Un local interpellé par des problématiques qui le dépassent et incitent à la recherche de nouvelles pistes pour réactualiser et redéfinir la participation et l’engagement des citoyens dans les espaces où se déroule leur vie quotidienne. Une citoyenneté participative implique la nécessité de retrouver une agora en prise avec les questions réelles qui préoccupent les habitants tout en relevant que tous les acteurs ne disposent pas des mêmes ressources pour avoir une influence sur les enjeux qui se dessinent. Au-delà du maintien du lien social, la toile de fond abordée par les deux contributions est celle d’un partage du bien commun, des conditions de son émergence et de son renforcement. Quelle que soit la perspective dans laquelle on se place, le travail social est un vecteur indispensable de médiation. Il active dans l’espace quotidien, un sentiment d’appartenance commune. Il expérimente des formes d’action participatives et vise le renforcement des droits des habitants, autrement dit, il est au cœur de ce que nous avons défini comme une citoyenneté de proximité.

14Marc Breviglieri interroge l’avènement d’une culture globalisée avec ses effets sur la souffrance des hommes, mettant ainsi à l’épreuve les outils classiques du travail social et des politiques d’aide sociale. Son texte conduit le lecteur à prendre conscience que la question du développement durable a conduit derrière elle une réflexion qui touche au rassemblement de l’espèce humaine, sous une même condition, dans un monde en métamorphose. Il évoque la grande circulation des hommes qu’entraînent le mouvement de mondialisation, les conditions de séjour réservées aux migrants et le difficile maintien de leur dignité dans la cité. La question de l’engagement des travailleurs sociaux, le rôle de la recherche et des collaborations scientifiques pour renouveler le savoir et les connaissances sur des phénomènes mal compris est à prendre avec rigueur. La question centrale de sa réflexion donne à penser qu’il s’agirait aujourd’hui de généraliser l’accès à une commune humanité en soulevant la dignité humaine au rang d’une capacité individuelle à l’autonomie. Il est envisageable, écrit-il, d’appréhender le défi majeur de la globalisation du monde moderne imposé par le capitalisme contemporain sous l’angle critique que les intervenants sociaux semblent pouvoir ouvrir. Il émet des pistes de réflexion, dont la possible intégration du développement durable à l’aune des dimensions globales et locales comme condition d’une créativité participative renouvelée.

15Catherine Larrère rappelle dans son texte que nos rapports à la nature ont une dimension morale et que nous sommes très dépendants de notre cadre de vie et de notre environnement. Dès lors, si nous les mettons en danger, nous nous mettons de fait en danger. La crise environnementale est globale. Elle touche toute la planète, nul n’y échappe mais elle n’affecte pas tout le monde de la même manière. Certains sont plus frappés que d’autres. L’actualité de l’éthique environnementale tient au fait qu’elle pose des questions, au niveau global et local, environnemental et social, qui vont au-delà des schémas classiques de justice distributive ou participative. Elle conclut ses réflexions en évoquant l’importance de la dimension contextuelle d’une éthique relationnelle.

Les nouvelles formes de gestion publique et leurs incidences sur l’action sociale

16La deuxième partie de ce livre reprend la question de la citoyenneté et de la démocratie par un autre biais, celui des nouvelles formes de gestion publique. Ici, la question posée est celle du sens véhiculé par les principes qui guident les politiques publiques, mais plus largement les modes d’organisation du travail, y compris du travail social. A partir des perspectives complémentaires, les trois contributions analysent de manière critique certaines idées inspirées du managérialisme, dont l’emprise croissante sur l’orientation de l’action publique pose des problèmes de sens à l’action sociale. Un des enjeux centraux soulevés est celui de la réduction des finalités de l’action publique à certains objectifs présentés comme les seuls légitimes et le danger de disparition du « polythéisme de valeurs » (Max Weber), garant de la vitalité démocratique. De manière plus concrète, on est amené à s’interroger sur la place que l’intervention sociale peut occuper dans un contexte où les modes de gouvernance du secteur privé entrent en force dans le secteur public dévolu à une économie de services. Rappelons que la préservation du bien commun est antagoniste à une économie de marché où seul le profit monétaire, au détriment des différentes formes de solidarité sociales, représente la clé du succès de l’entreprise. Dans ce modèle, l’articulation entre développement économique et redistribution des biens à la collectivité est largement mise à mal, voire évincée. Ainsi, la marge de manœuvre des professionnels de l’action sociale se transforme en modalités d’application de politiques d’austérité pouvant entrer en contradiction forte avec une éthique professionnelle et personnelle.

17Stéphane Rossini explore la gouvernance de la sécurité sociale en Suisse et développe la thèse selon laquelle la politique sociale se trouve prise au piège de la pensée comptable. Elle risque de produire des inégalités importantes entre les bénéficiaires des prestations sociales et occasionner des transferts de charges à différentes échelles entre la Confédération, les cantons et les communes. En présentant l’organisation des politiques publiques selon le principe du fédéralisme – Confédération, cantons et communes –, Stéphane Rossini dessine les contours d’une organisation fragmentée, cloisonnée, qui a un certain nombre de limites. Faible cohérence des politiques publiques cantonales sans réel pilotage, manque de vision d’ensemble, de stratégie et d‘objectifs communs, lenteur des réformes qui nuisent à l’utilisation optimale des ressources. Le découpage fédéraliste n’est plus en adéquation avec les évolutions sociétales. A travers le domaine de la santé et de la lutte contre la pauvreté, il démontre les changements qui se mettent en route et qui prôneraient la modernisation du fédéralisme. En analysant les politiques des assurances sociales fédérales (vieillesse, invalidité, chômage, maladie, prévoyance professionnelle), il fait le constat qu’elles ont été inscrites dans la prédominance du maintien de la capacité concurrentielle de l’économie suisse, ce qui signifie le refus d’une augmentation des recettes de ces mêmes régimes d’assurances sociales. Il rappelle aussi le climat d’austérité budgétaire et les procédures de frein à l’endettement qui donnent la priorité à la réduction de l’accès aux prestations. Inégalités et transferts de charges de la Confédération aux cantons, puis aux communes, questionnent les systèmes de solidarité étatiques. Réformer le système de protection sociale mérite une gouvernance dynamique, moderne, qui allie simultanément la rigueur de la gestion des régimes, les principes de solidarité et le dépassement des acquis historiques. Le concept de réforme n’est pas synonyme de mesures d’économie, conclut l’auteur.

18Jean-Louis Genard se demande ce qu’il y a de commun entre les statistiques de la pauvreté qui ont marqué les inégalités sociales durant le XIXe siècle et les référentiels de compétences qui fractionnent l’action et s’imposent aujourd’hui dans tous les secteurs sociaux. Il analyse les transformations des modèles anthropologiques de l’acteur qui se trouvent à la base des politiques sociales. Il met en évidence une anthropologie conjonctive, qui voit l’émergence d’un individu caractérisé par la vulnérabilité et la résilience. Une posture qui additionne l’une et l’autre dans un entre-deux potentiellement en souffrance, s’inscrivant dans un projet d’autonomie alors à reconquérir, à activer en toute circonstance. Il interroge le modèle de gouvernance des nouvelles politiques publiques, qui promeut des dispositifs de capacitation, d’empowerment, d’habilitation offrant des ressources, qui jouent sur des pratiques incitatives visant à ce que l’individu retrouve du volontarisme et de la motivation. Les ambiguïtés relevées d’une conditionnalisation de l’accès aux droits sociaux mettent les travailleurs sociaux dans une situation paradoxale puisqu’il s’agit de créer un climat de confiance tout en exerçant des pressions à la responsabilité individuelle. L’auteur questionne également la montée en puissance des pratiques de mesure de l’action publique et des politiques sociales qui obligent à rendre des comptes en termes d’efficacité et d’efficience, produisant ainsi des logiques d’évaluation des politiques publiques par indicateurs, contribuant à transformer les pratiques institutionnelles. Ses analyses peuvent aider à comprendre les enjeux de mise en concurrence que vivent les institutions en lieu et place d’une nécessaire collectivisation de la responsabilité en cette période de rationalisation. Le télescopage relevé par Jean-Louis Genard entre l’anthropologie capacitaire et les nouvelles formes de gouvernance par indicateurs devrait inquiéter le monde de l’intervention sociale qui résiste à la mesurabilité.

19Vincent de Gaulejac s’interroge, quant à lui, sur les modèles de gouvernance managériale dans la gestion des institutions publiques en général et du travail social en particulier. Il met en évidence des facteurs susceptibles d’expliquer leurs limites et aussi leurs inadaptations aux réalités du monde social. Les modalités de gestion introduites dans le monde du travail conduisent à produire des injonctions paradoxales qui font système et qui mettent à mal les travailleurs. La double contrainte est un puissant système d’emprise : emprise psychologique et organisationnelle utilisant le paradoxe comme outil de gestion, conduisant l’ensemble des agents à accepter collectivement des modalités de fonctionnement qu’ils réprouvent individuellement. A travers un exemple, il illustre comment on construit des mécanismes d’exclusion au sein des institutions. L’idéologie gestionnaire du contrôle banalise et légitime des logiques fonctionnelles qui imposent leurs lois aux autres considérations, qu’elles soient sociales ou existentielles, jusqu’à remettre en question les finalités institutionnelles. L’ordre gestionnaire dominé par une rationalité instrumentale, objective l’humain, enferme les conduites dans des préoccupations utilitaristes empreintes de résultats quantifiables. Comment résister à ce pouvoir ? Comment échapper aux logiques gestionnaires accrochées au culte de la haute performance ? L’auteur propose quelques pistes pour s’en libérer.

Dignité humaine et justice sociale comme engagement des travailleurs sociaux

20La troisième et dernière partie de l’ouvrage nous invite à élargir nos perspectives et à cesser de considérer les Etats-nations comme l’unité d’analyse et d’action « naturelle » par rapport aux problématiques sociales. En effet, nous sommes profondément influencés par les Etats dans lesquels nous vivons dans les manières de penser les questions sociales. Le travail social en particulier est fortement tributaire de modes de définition de problèmes sous-jacents aux politiques sociales, élaborées elles-mêmes le plus souvent au niveau national. Or, de nouveaux phénomènes, liés à la globalisation, tels que les questions environnementales, les crises financières et économiques, les mouvements migratoires, les brassages des populations mettent à mal les frontières politiques et mentales. De nouveaux cadres théoriques et éthiques s’avèrent nécessaires pour préciser le sens de la dignité humaine, de la solidarité collective et de la justice sociale, voire environnementale, dans ce monde globalisé. Ici aussi l’intervention sociale, de par sa proximité très concrète avec les nouvelles formes de souffrance sociale, est aux premières loges pour contribuer à cette réflexion indispensable.

21Laura Centemeri s’interroge sur les liens entre la crise écologique et les dynamiques locales. Elle perçoit l’espace local comme lieu privilégié où les questions de développement durable peuvent s’articuler avec l’intervention sociale. Elle a analysé les dynamiques locales déclenchées dans la ville de Seveso, en Italie, par l’expérience dramatique de la contamination de dioxine en 1976, suite à l’accident industriel à l’usine ICMESA, propriété de la multinationale suisse Hoffmann-La Roche. Devant une catastrophe, les communautés atteintes montrent des capacités différentes de résilience – résistance à vivre un choc ou capacité d’apprentissage et d’adaptation devant les changements – et font apparaître les degrés de vulnérabilité sociale comme facteur explicatif d’une capacité inégale de réponses aux crises environnementales. Le travail social peut contribuer à réduire les inégalités d’accès aux biens et aux services et peut agir comme soutien à faire valoir ses droits dans une perspective de justice environnementale. Elle revisite le concept d’inégalité écologique à la lumière des politiques publiques et à la nécessité de prendre en compte une participation citoyenne pour identifier les problèmes, les ressources et imaginer des solutions novatrices. Dans la deuxième partie de son texte, elle montre l’importance de prendre en compte l’environnement en tant que milieu de vie, « l’habiter », comme régime d’engagement, à le reconnaître comme un bien auquel on tient. Source de bienfaits ou méfaits, reconnue comme ressource ou comme patrimoine. Avoir cette compréhension permet de saisir des logiques de résistance ou d’engagement des acteurs. S’enraciner dans des contextes permet la reconnaissance de l’expérience habitante comme composante de la construction des problèmes d’environnement et d’engagement politique en termes d’actions attachées au territoire habité, en prenant également en compte des biens plus généraux. Cette conception du développement durable ouvre des pistes d’intervention pour les travailleurs sociaux à travers des rôles de médiation lors de crise environnementale. Ces derniers possèdent l’art des médiations complexes pour articuler avec les différents acteurs des réponses pertinentes.

22Enfin, Charles Beer offre son regard de ministre de l’éducation du Canton de Genève en abordant les transformations profondes de la société suisse et genevoise en particulier, ainsi que les divers défis qui émergent en matière d’éducation et d’égalité des chances notamment. L’originalité de son écrit réside dans la démonstration que, malgré un contexte de croissance, les inégalités se creusent. Dans l’ensemble de la Genève internationale, l’immigration consiste en deux grandes tendances, celle des organismes internationaux et entreprises internationales nanties, et celle des petites mains clandestines. L’auteur insiste sur la corrélation entre la montée des inégalités sociales et territoriales et les flux migratoires. Le projet de cohésion sociale à Genève, comme tentative de réponse politique à la redéfinition du bien commun et de la citoyenneté active de proximité, insiste sur la nécessité première de réduire les poches de pauvreté et place une importance primordiale à éviter la ghettoïsation de l’habitat, conditions à la production d’une culture plurielle et participative au sein des quartiers. La deuxième partie de l’article se concentre sur les défis de la mise en œuvre d’une politique de la ville, notamment sur la nécessité d’une réelle participation des habitants comme gage de réussite. Pour ce faire, l’accompagnement des travailleurs sociaux dans ce processus est un atout majeur.

23Cet ouvrage présente des regards croisés et des points de vue engagés. Il contribue en cela à éclairer certains défis qui se posent aux différents intervenants sociaux (praticiens, chercheurs et enseignants). Les auteurs montrent l’importance et l’actualité criante des questions sociales et citoyennes. Penser les articulations, les conflits, les paradoxes portés par les politiques publiques et les pratiques professionnelles, est un enjeu primordial. Si les crises induisent la souffrance sociale et forcent à l’innovation et à la création, l’enjeu majeur pour l’intervention sociale est non seulement l’accompagnement des populations les plus fragilisées, mais aussi d’apporter une expertise pour des innovations plurielles, participatives, plaçant la dignité humaine et l’environnement au cœur des enjeux de société. Promouvoir une analyse critique de la crise, un renouvellement des politiques publiques et de l’action publique dans un esprit de durabilité, concerne tous les niveaux de la société et ne peut laisser personne dans l’ombre. La possibilité d’un devenir plus juste et durable du monde est à ce prix. La réalité change, les mots de référence aussi. Les intervenants sociaux sont en prise avec de nouveaux paradigmes qui mettent à mal les référentiels du passé. L’enjeu actuel est de trouver ou retrouver un ancrage porteur d’aspiration à la nécessité du développement d’une réelle démocratie et du partage du bien commun. Cet ouvrage illustre la complexité des questions sociales dans un monde globalisé où les niveaux local et national sont à penser à partir de références en constantes et rapides évolutions. Il reflète les questions qui traversent le travail social au début du XXIe siècle. Les textes présentés nous incitent à une réflexion nécessaire sur l’avenir du travail social et ouvrent des perspectives prometteuses en matière de nouvelles solidarités indispensables à la pérennité d’un vivre ensemble dans un esprit communautaire.

24De congrès en congrès l’histoire de l’AIFRIS se construit. Souhaitons que cet ouvrage constitue un héritage qui mette en relief les préoccupations d’aujourd’hui. Dans la mémoire de l’AIFRIS et des différents acteurs du champ de l’intervention sociale, ces traces créeront un ancrage pour un dynamisme renouvelé.

Auteurs

Professeure de la Haute école de travail social de Genève (HES-SO), et ancienne responsable de son centre de formation continue. Après une formation initiale en travail social et une pratique dans le champ de l’éducation spécialisée, elle a obtenu un master en sciences de l’éducation. Sa connaissance du travail social et de la formation, son expérience des transformations des métiers du social, des structures institutionnelles et du champ de la formation l’amènent à intervenir comme superviseure dans de multiples contextes institutionnels. A l’écoute de l’évolution des problématiques sociales, du rôle du travail social et de la place des acteurs, elle questionne les mouvements et les tensions qui animent une équipe tant sur le plan individuel que collectif. Elle a publié des articles sur l’évolution de la formation continue et du champ professionnel. Elle est membre du bureau de l’AIFRIS et présidente de l’ASFRIS. Elle assume aussi la présidence de l’ASTURAL, association qui encadre des structures éducatives et pédago-thérapeutiques pour enfants et adolescents

Docteure en sciences de l’éducation, elle est directrice de la Haute école de travail social de Genève (HES-SO). Elle a suivi une formation initiale en travail social puis s’est spécialisée en analyse du travail. Son expérience professionnelle dans les champs de l’animation socioculturelle et de l’éducation sociale l’ont amenée à s’intéresser aux dimensions relationnelles et affectives, à la présence à autrui comme fondements de l’activité en travail social. Ses dernières publications concernent les pratiques professionnelles de l’action sociale et la formation en travail social.
Parmi ses publications récentes : La part sensible de l’acte (Editions ies, à paraître en 2013) ; Animation socioculturelle. Pratiques multiples pour un métier complexe (L’Harmattan, 2011) ; Travailler en réseau. Analyse de l’activité en partenariat dans les domaines du social, de la santé et de la petite enfance (Editions ies, réédition enrichie 2010) ; Analyse de l’activité en travail social. Actions professionnelles et situations de formation (Editions ies, 2007) ; L’intelligibilité des savoirs d’action comme axes de recherche et de formation de niveau tertiaire, dans La rationalisation des métiers du social. Les Politiques Sociales, 2010

Docteur en sociologie. Il est professeur à la Haute école de travail social de Genève (HES-SO) et chargé de cours au Département de sociologie de l’Université de Genève. A la HES-SO, il a été responsable du Centre d’études de la diversité culturelle et de la citoyenneté (CEDIC) de 2004 à 2012. Il est président du Comité scientifique permanent de l’AIFRIS. Ses thèmes principaux d’intérêt sont l’exil, les migrations et l’altérité en lien avec le travail social. Il a participé à ou dirigé une vingtaine de projets de recherche sur ces thématiques. Ses travaux ont donné lieu à plus d’une centaine de publications, sous forme d’ouvrages ou d’articles.
Parmi ses publications récentes : L’école et l’élève d’origine étrangère. Genèse d’une catégorie d’action publique, avec Geneviève Mottet, (Editions ies, 2009) ; Transnationalités et développement : rôles de l’interculturel, avec Altay Manço (L’Harmattan 2010) ; Migrations des jeunes d’Afrique subsaharienne – Quels défis pour l’avenir ?, avec Théogène-Octave Gakuba et Ibrahima Guissé (L’Harmattan, 2011)

© Éditions ies, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540