Version classiqueVersion mobile

Étudiants du Sud et internationalisation des hautes écoles : entre illusions et espoirs

 | 
Ibrahima Guissé
, 
Claudio Bolzman

Troisième partie. Étudiants du Sud en Suisse: un diplôme pour quelles perspectives professionnelles?

Conclusion

Texte intégral

1. Synthèse des principaux résultats

1La mobilité des étudiants étrangers ressortissants des pays du Sud vers le Nord est souvent perçue par les pays d’accueil comme une immigration déguisée. Du point de vue de l’État d’accueil, cette migration étudiante est souvent assimilée à une manière de contourner les obstacles juridiques posés pour contenir l’émigration dite « classique » de la main-d’œuvre. Il s’ensuit que l’accueil des étudiants étrangers, notamment ceux en provenance des pays extra-européens, connaît un traitement marqué par la méfiance à leur égard. Dans cette étude, nous avons fait le choix de traiter d’un « Sud » que nous désignons pluriel, qui recouvre à la fois l’Afrique et l’Amérique latine. Le trait commun de ces étudiants, outre leur origine « étrangère » et les difficultés sociales et professionnelles liées à ce statut juridique, est leur appartenance à ce que les autorités politiques suisses ont défini comme le « Cercle extérieur », autrement dit, à des aires géographiques où la Suisse ne recrute qu’exceptionnellement de la main d’œuvre : il serait donc très difficile pour eux d’avoir un autre statut juridique légitime en Suisse que celui d’étudiants.

2De manière générale, le contexte migratoire européen reste marqué par des rigidités structurelles, avec des variations selon les pays en ce qui concerne l’accès à la citoyenneté et à l’emploi des diplômés étrangers. Ce qui se traduit souvent soit par des formes de gaspillage des ressources humaines qualifiées, soit par des pratiques de mobilité créatives, rendues possibles par d’autres pays qui développent des politiques d’attraction des migrants qualifiés. Toutefois, dans son rapport SOPEMI 2000, l’Observatoire des migrations de l’OCDE souligne un intérêt de plus en plus affirmé de l’Europe pour le potentiel des travailleurs qualifiés extracommunautaires, dans le but de répondre aux besoins du marché et d’accroître le stock du capital humain. La dernière décennie reste donc marquée par un intérêt croissant des États européens pour les migrants qualifiés.

3En partant de l’impact des contextes d’origine et de résidence sur les étudiants originaires du Sud ayant fait toute leur scolarité à l’étranger, cette étude a conduit à poser des interrogations sur la manière dont est utilisé le capital humain dont sont porteurs ces étudiants. De manière empirique, cette étude montre l’influence d’une double précarité de conditions de vie et de statut juridique des étudiants étrangers sur leurs parcours de formation, en particulier sur l’accroissement des risques d’échec ou d’abandon qui résultent de la concurrence entre l’exercice d’une activité rémunérée et les exigences des études. On se propose, dans cette conclusion, de synthétiser les principaux résultats de cette étude qualitative.

4Malgré l’existence de divers facteurs favorables à la mobilité internationale des étudiants et d’un discours dominant qui vante les bienfaits de celle-ci, le processus de formation des étudiants du Sud dans les hautes écoles du Nord est loin de constituer une voie facile à emprunter. Au contraire, ces étudiants se heurtent à divers obstacles dans leur parcours.

Un parcours semé d’embûches

5La première difficulté est celle de pouvoir accéder au pays des études. Les étudiants africains ou latino-américains qui souhaitent poursuivre leur formation en Europe, et en Suisse en particulier, doivent franchir divers obstacles administratifs et financiers. Tout d’abord, ils doivent obtenir la reconnaissance de leurs études précédentes, valider leurs diplômes, afin de pouvoir s’inscrire dans une université ou une Haute école spécialisée (HES). Cette étape n’est pas aisée à franchir surtout pour les candidats qui n’ont pas encore un diplôme universitaire ou du moins quelques années d’université dans leur pays d’origine. Les instituts d’éducation supérieure helvétiques estiment en effet souvent qu’un diplôme de fin d’études secondaires d’un pays du Sud n’est pas suffisant pour accéder directement à une formation de niveau bachelor.

6Toutefois, l’acceptation de leur dossier par une haute école ne constitue pas une garantie de pouvoir continuer leurs études dans le pays choisi. En effet, la plupart des étudiants africains et latino-américains ont besoin d’un visa pour pouvoir séjourner en Suisse, ce qui est loin d’être facile et peut poser de problèmes en lien avec le rythme académique. De plus, les étudiants doivent prouver qu’ils ont les moyens financiers de vivre pendant une longue période dans ce pays sans travailler et sans avoir recours à une aide économique pour obtenir une autorisation de séjour pour étudiant (15 000 à 20 000 francs selon le canton). Vu la quasi-inexistence de bourses, cette condition introduit une forte sélection sociale des étudiants potentiels du Sud, car ce ne sont pas forcément ceux qui disposent des meilleurs résultats académiques qui peuvent poursuivre leur carrière en Suisse, mais plutôt ceux dont la famille ou le réseau social plus large ont les moyens de les soutenir et de réunir les preuves exigées par les autorités de la police des étrangers.

Précarité et exigences administratives : un chemin étroit

7Même les étudiants qui parviennent à obtenir le précieux permis de séjour n’ont pas tous, loin s’en faut, une situation économique leur permettant de mener dans de bonnes conditions matérielles leurs études. En effet, dans les villes suisses comme Genève ou Lausanne, le coût de la vie est élevé et la pénurie du logement ne rend pas facile la possibilité de trouver une chambre à des prix abordables pour l’ensemble des étudiants, y compris les nationaux. Les étudiants du Sud ne constituent pas une exception à cette situation. Le budget mensuel à disposition des étudiants interrogés est en moyenne de 1500 francs. Pas suffisant pour vivre dans un pays où la Conférence suisse des institutions d’action sociale (CSIAS) estime le seuil de pauvreté (besoins de base tels que nourriture, vêtements, transports, communication, loyer, primes d’assurance maladie) à 2480 francs. En ce qui concerne les conditions de logement, certains étudiants, notamment ceux du domaine de la santé, ont plus de chances de trouver une chambre en foyer, souvent près de leur lieu d’études. Les étudiants d’autres carrières n’ont pas cette opportunité et épluchent les petites annonces en vue d’un apparteßment indépendant, souvent à partager en colocation. Ils fournissent ainsi beaucoup d’efforts pour se retrouver dans un environnement souvent peu favorable à une vie d’étudiant (nuisances sonores, éloignement géographique). La discrimination est également évoquée dans la recherche de logement par voies formelles.

8Comme les autres étudiants étrangers, les Africains et Latino-Américains sont autorisés à exercer une activité lucrative jusqu’à concurrence de quinze heures par semaine. Mais du fait de leur insertion plus récente dans le tissu social helvétique et de la priorité donnée à la main-d’œuvre locale, les travaux auxquels ils ont accès sont souvent d’une pénibilité plus grande que ceux trouvés par les étudiants nationaux : horaires irréguliers ou atypiques, intensité physique des tâches, etc. Des exemples d’emplois cités par les étudiants sont : veille de nuit dans des maisons de retraite ou des foyers éducatifs, fret à l’aéroport le week-end, nettoyage les soirs de la semaine, travail dans un fast food ou dans un supermarché, hôtellerie. Beaucoup de ces travaux sont peu rémunérés et le lien avec la formation suivie est, sauf exception, inexistant.

9La précarité des conditions de logement et/ou de travail peut avoir des effets sur le rendement académique. L’absentéisme à certains cours ainsi qu’une fatigue chronique nuisant au temps consacré à la révision en sont les symptômes les plus évidents.

10Ce problème touche de nombreux étudiants, mais il a des effets particuliers sur les étudiants étrangers et en particulier sur ceux qui ne sont pas originaires de l’UE. En effet, le renouvellement de leur autorisation de séjour annuelle est conditionné par leur performance académique. Le renouvellement du permis de séjour est en effet une épée de Damoclès au-dessus de la tête des étudiants étrangers en Suisse, qui doivent prouver chaque année le bon déroulement de leur cursus.

11Le système administratif ne considère pas non plus d’un bon œil les éventuels souhaits de réorientation de certains étudiants qui désirent changer de carrière en cours de route. En effet, l’autorisation de séjour est accordée pour étudier dans un domaine spécifique ; de ce point de vue, toute demande de changement nécessite une autorisation de la police des étrangers.

Enjeux interculturels et discrimination

12Aux obstacles administratifs et financiers, il faut ajouter des problématiques relatives à l’organisation même des hautes écoles. En effet, les étudiants africains ou latino-américains ne sont pas toujours bien informés sur les réalités qu’ils vont rencontrer en Suisse, ils ne connaissent pas nécessairement les programmes d’enseignement ni les méthodes d’apprentissage dans les pays du Nord. Or, rares sont les hautes écoles disposant d’un système d’accueil et d’information permettant aux étudiants du Sud de trouver des interlocuteurs qui leur offrent de se familiariser avec les spécificités du système de formation et des modalités de l’enseignement tertiaire en Suisse.

13Par ailleurs, les étudiants restent soumis à des pressions particulièrement fortes pour s’adapter à leur nouvel environnement et fournir dans des délais très courts un rendement académique élevé. De plus, dans toute situation migratoire, des malentendus interculturels peuvent surgir, à la fois entre étudiants et enseignants ou au sein des étudiants de différentes origines (Graber et al., 2010).

Mobilité et employabilité : risques de brain waste

14D’après la doctrine du capital humain, l’acquisition d’un diplôme d’études supérieures devrait faciliter la mobilité et l’employabilité des étudiants. Les diplômés devraient avoir davantage de choix, soit en termes de poursuite de leur formation, soit encore quant à l’endroit où ils souhaitent exercer leur profession.

15Parmi nos interviewés, une bonne partie des étudiants, notamment dans le domaine de la santé, souhaitent poursuivre une formation après l’acquisition du bachelor. La mise en œuvre d’une formation postgrade se heurte cependant aux obstacles juridiques et/ou administratifs pour prolonger le permis de séjour. En effet, l’étudiant du Sud qui vient en Suisse n’obtient un permis que pour une formation et un diplôme précis. Dès qu’il veut entreprendre un nouveau diplôme, il doit faire une nouvelle demande de permis, ce qui est loin d’être automatique. Quant aux possibilités d’emploi, il faut distinguer trois cas de figure : les étudiants qui souhaitent retourner dans leur pays pour exercer leur profession, ceux qui souhaitent rester en Suisse et enfin, ceux qui envisagent l’émigration vers un pays tiers.

16Pour ce qui est de la première catégorie, la réussite du retour dépend du pays d’origine, du type de profession apprise par l’étudiant ainsi que de son origine sociale. Ainsi, les étudiants qui ont fait des études d’ingénierie, plus âgés, pensent avoir plus de chances de trouver un emploi dans leur pays d’origine. Quant aux personnes qui ont étudié dans une profession de la santé, notamment des femmes, elles estiment que les opportunités pour les diplômées de certaines professions sont trop limitées si l’on ne dispose pas des relations nécessaires pour leur ouvrir certaines portes, ou que la profession apprise n’est guère valorisée sur le marché du travail (salaires trop bas, pas assez de personnel, travail de nuit, peu d’accès à l’innovation, modèle suisse de la santé trop différent du modèle du pays d’origine, etc.). De plus, ce sont surtout les étudiants d’origine sociale élevée, les « héritiers » pour reprendre le terme de Bourdieu et Passeron (1966), qui semblent avoir le plus de chances de valoriser leur diplôme sur le marché de l’emploi de leur pays d’origine grâce aux appuis dont ils disposent.

17Quant à ceux qui souhaitent rester en Suisse pour tenter de chercher un emploi, il s’agit notamment des étudiants dans le domaine de la santé, qui perçoivent trop de difficultés dans le retour au pays d’origine pour leur avenir professionnel. Si l’on recrute en Suisse dans ce secteur, les étudiants étrangers se heurtent pourtant à des obstacles légaux importants. En effet, la loi sur les étrangers n’autorise à transformer un permis d’étudiant en autorisation de travail que dans des cas exceptionnels. Les entreprises doivent en effet démontrer qu’elles ne trouvent pas sur le marché du travail helvétique (puis de l’Union européenne, selon de récents accords) les compétences que possède l’étudiant étranger fraîchement diplômé pour pouvoir faire une demande de permis pour lui. Même si la personne a fait ses études supérieures en Suisse, elle n’est pas considérée comme faisant partie de la main-d’œuvre locale. Cette option est donc rarement possible. Ainsi, un certain nombre d’étudiants se trouvent confrontés à un dilemme cornélien : ils n’auront guère de chances d’utiliser leurs compétences sur le marché du travail helvétique, mais ils n’auront pas non plus la possibilité de trouver un emploi correspondant à leurs attentes dans leur pays d’origine. Ils devront alors se tourner vers un pays tiers, en espérant qu’il voudra bien de leurs compétences. Cette dernière option apparaît ainsi par défaut pour la grande majorité des interviewés. Parmi ceux-ci, quelques-uns envisagent de tenter leur chance en Amérique du Nord, notamment au Canada, pays réputé plus ouvert aux diplômés. D’autres évoquent la Belgique, notamment pour des spécialisations. Si, pour les francophones, la Belgique et le Canada sont les principaux débouchés, pour les Sud-Américains, l’Espagne représentait l’alternative, du moins avant la crise de 2008.

18On observe ainsi une situation paradoxale : la Suisse connaît une pénurie importante de personnel dans certains secteurs comme la santé, mais la loi sur les étrangers rend difficile l’embauche des anciens étudiants originaires du Sud ; le pays d’origine de ces étudiants a besoin également de personnel qualifié, mais souvent il n’est pas en mesure d’offrir des emplois valorisés à ces nouveaux diplômés.

19Ainsi, ces étudiants du Sud qui font des efforts et des sacrifices importants pour achever une formation qualifiante risquent de ne pas pouvoir valoriser leur capital scolaire. Le risque est d’être confronté à un gaspillage important de ressources humaines, tant pour les personnes elles-mêmes et leurs familles, qui ont beaucoup investi dans le projet de formation, que pour leur pays d’origine et la Suisse.

Une nouvelle législation, mais des pratiques de recrutement inchangées

20Cette recherche s’est appuyée sur une large gamme de variables, qui constituent autant de facteurs qui agissent sur les stratégies de mobilité professionnelle et géographique des diplômés étrangers. Notre analyse a donc porté une attention particulière à une tension entre deux dimensions que sont l’employabilité des personnes étudiées et la situation de normativité dans laquelle ces personnes évoluent. Ce faisant, nous avons donc été amenés à mieux faire ressortir les défis liés à la présence des étudiants étrangers extra-européens dans la HES-SO, non pas à partir des présupposés théoriques et conceptuels, mais en faisant plutôt le choix, dans une réflexion contrôlée, de privilégier les points de vue des acteurs concernés en lien avec leurs expériences et situations vécues.

21Dans cette perspective, cette recherche met en lumière les réflexions, pratiques, stratégies et choix en rapport avec les contraintes et opportunités locales de formation. Tout au long de ce travail, ces deux réalités ont été mises à jour et symétriquement. Nous avons été amenés à montrer comment les acteurs sociaux que sont ces étudiants du Sud s’approprient et réinterprètent à leur façon ces deux réalités qui, du reste, confèrent à leur séjour de formation un caractère dynamique et imprévisible.

22L’un des objectifs de cette étude était d’informer les décideurs politiques et professionnels de la formation sur le potentiel de ressources des étrangers et les défis liés à l’acquisition d’une formation qualifiante et une meilleure reconnaissance valorisation de ce potentiel. De ce point de vue, les résultats laissent apparaître des stratégies variées d’insertion en emploi et des pratiques individuées tendant à l’installation en Suisse. De manière différenciée, on relève une insertion à l’emploi relativement facilitée pour les diplômés en ingénierie, en science et technologie, et un accès à l’emploi plus difficile pour les diplômés en santé, ceci malgré une pénurie de personnel en santé. Cette situation apparaît paradoxale et devrait peut-être évoluer dans l’avenir.

23Par ailleurs l’entrée en vigueur du nouveau cadre législatif, davantage favorable à l’accès au marché du travail des étudiants originaires d’Afrique et d’Amérique latine, ne s’est pas traduit par un placement significatif des diplômés du Sud sur le marché de l’emploi. Les résultats des enquêtes qualitatives effectuées auprès des diplômés chercheurs d’emploi font ainsi ressortir que les employeurs adaptent difficilement leurs pratiques habituelles de recrutement et ouvrent rarement les portes de leurs entreprises à cette nouvelle main-d’œuvre étrangère que constituent ces étudiants étrangers du Sud. En dépit donc de la nouvelle loi qui leur donne accès au marché de l’emploi et compte tenu d’une constellation de facteurs (barrières indirectes, condescendance des employeurs, interprétation différenciée de la Loi selon les cantons), il apparaît clairement que, à diplôme égal, la probabilité de ne pas trouver un emploi sur une durée de six mois est très forte chez ces étudiants étrangers diplômés de la HES-SO.

24Sur ce point précis de l’accès au marché suisse du travail des étudiants et diplômés d’Afrique et d’Amérique latine, on note, paradoxalement, que le secteur de l’économie éprouve quelques difficultés à suivre l’ouverture politique. Il reste à voir dans le moyen terme comment des pratiques de recrutement et les comportements des acteurs institutionnels, notamment des employeurs, contribuent à accréditer ou relativiser le postulat selon lequel la Suisse serait un pourvoyeur de migrants qualifiés qu’elle a formés en faveur d’économies concurrentes. En tout état de cause, il apparaît très clairement, que ce type de migrants qui, in fine se présentent comme des modèles de diplômés hautement qualifiés, font partie de la catégorie des migrants désirés. Pour ces individus, dès lors qu’ils sont pourvus d’un minimum de capital de formation à faire valoir, la mobilité devient à la fois une revendication et un modus vivendi.

2. Recommandations

25À la suite de ces enquêtes et en guise de conclusion, nous formulons, à partir de nos données empiriques et au regard des défis en termes d’internationalité de la formation en Suisse, ces quelques recommandations à l’attention des acteurs institutionnels concernés. Ces recommandations ont pour point commun de valoriser les qualifications des migrants extra-européens. Il s’agit également de renforcer les compétences des institutions d’accueil des étudiants, en termes de suivi après la formation, et de promouvoir l’intégration professionnelle des étudiants étrangers sur le marché du travail suisse. Les recommandations sont les suivantes :

  • Établir un système de banque de données des diplômés africains et latino-américains de la HES-SO, spécialistes en ingénierie – notamment dans des secteurs liés au génie civil, à l’hydrologie, à l’énergie –, et dans le secteur de la santé, dans une optique de suivi, valorisation des compétences et/ou de coopération au développement.
  • Encourager et soutenir la mise en place d’un observatoire sur la mobilité des étudiants étrangers du Sud en Suisse.
  • Créer un portail internet de service d’offres d’emploi (job matching) qui permette de répondre à des offres d’emploi en Afrique et en Amérique du Sud. Ce portail internet pourrait être logé dans les instituts de formation et pourrait également créer des vocations chez les diplômés suisses à travailler dans lesdites régions.
  • Mettre en place dans la HES-SO un système Alumni performant, régulièrement mis à jour, avec comme objectifs stratégiques de suivi et de développement de partenariats avec les anciens étudiants.
  • Approfondir des recherches sur l’intégration professionnelle des étrangers et les défis liés à l’internationalité des études en Suisse.
  • Sensibiliser et former à la diversité les employeurs, dans le but de favoriser l’adaptation de leurs pratiques de gestion des ressources humaines à la diversité de la main-d’œuvre étrangère.

© Éditions ies, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search