Version classiqueVersion mobile

Étudiants du Sud et internationalisation des hautes écoles : entre illusions et espoirs

 | 
Ibrahima Guissé
, 
Claudio Bolzman

Deuxième partie. Conditions d’émergence du projet de formation des étudiants du Sud et situation sociale en Suisse

VII. Réseaux sociaux des étudiants et modes d’adaptabilité

Texte intégral

1. Expériences interculturelles et rapports sociaux

1En marge des difficultés financières qui hypothèquent le projet des étudiants, l’expérience de vivre dans une société étrangère implique aussi l’adaptation aux manières de faire, de penser et de sentir qui prédominent dans le pays de résidence et un travail de compréhension des normes sociétales du nouveau contexte Il s’agit d’autant de défis que l’étranger est appelé à relever (Schutz, 1964). Selon Murphy-Lejeune (2000), la dualité de la position d’étudiant et d’étranger n’est pas sans poser la question du « choc culturel ». De ce point de vue, Adler (1975) demeure en effet l’un des premiers à évoquer ce « choc culturel » et à l’interpréter comme « une expérience d’anxiété qui est provoquée par un manque de compréhension de ce qui est perçu normalement, des symboles et des repères d’interaction sociale ». Toutefois, dans son enquête sur des étudiants étrangers, Murphy adopte des propos plus nuancés qui traduisent des différences observées dans l’expérience interculturelle des étudiants selon leur origine. Selon l’auteur, l’étudiant étranger se trouve dans une position qui se situe entre proximité et distance, inclusion et exclusion, socialisation et désocialisation, appartenance et déracinement. Cette particularité est déterminante en ce qui concerne l’adaptation à la société d’accueil et la création de nouveaux réseaux sociaux.

2Avec son concept de capital social, Bourdieu (1964) a montré l’importance des réseaux sociaux dans l’accès des individus à des positions socialement valorisées. Certaines études (Csupor, 2000 ; Freedman, 2001), postulent inversement une relation entre précarité et faiblesse du réseau social. Par réseau social, il faut entendre un ensemble d’entités sociales tel que des individus ou des organisations sociales reliées entre elles par des liens créés lors d’interactions sociales. Il se représente par une structure ou une forme dynamique de groupement social (Barnes, 1954).

3Le réseau social des étudiants étrangers se réduit considérablement, en tout cas dans un premier temps, en quittant le pays d’origine. Une grande partie des étudiants évoque la solitude et la difficulté à se créer un nouveau réseau comme le premier obstacle rencontré en Suisse romande : Au début c’était vraiment difficile, mais là, ça va, j’ai rencontré du monde. C’est la solitude, en Afrique, c’était la famille, les amis. Ici, moi et mon frère on peut passer trois mois sans se voir, c’est ça la solitude que je dis. (Étudiante congolaise, 1re année HEdS). Se retrouver dans le studio avec un temps horrible, alors que chez moi il y avait de l’espace, beaucoup de monde, c’est une grande famille, là il n’y avait personne, presque la déprime, l’envie de rentrer… (Étudiante camerounaise, 3e année). C’est ce manque de chaleur humaine, pour moi, j’ai l’impression que les gens sont un peu comme des machines ici. Bon, j’ai toujours ce sentiment aujourd’hui. C’est des gens, tu les regardes, bon, ils ont un cœur qui parle, mais sans plus, en fait. (Étudiant camerounais, 4e année HEdS).

4Les étudiants soulignent le fait que le décalage culturel constitue un frein à leur adaptation : ils comparent l’individualisme qui prédominerait dans la société suisse par rapport à un collectivisme plus accentué dans leurs sociétés d’origine : C’est surtout les mentalités, ici c’est plus individualiste, chacun ses affaires. (Étudiant congolais, 2e année HEG). Ici, les personnes sont très individualistes, c’est chacun pour soi. Au Pérou, les voisins, quand ils ont un problème on essaie de les aider. Ici, le voisin est en train de mourir, tu le laisses mourir, c’est son problème. (Étudiante péruvienne, 3e année HEdS). Le truc au début, c’est que la différence par rapport à l’Afrique, c’est qu’ici, pour donner un exemple, mon voisin, je le connais même pas ! Tu vois ? Or en Afrique, il y a plus de liens, donc tu sais qu’il peut te manquer une boîte de tomates, tu peux monter chez ton voisin, il va te donner, mais ici, pour ce genre de petits problèmes, tu es tout seul. (Étudiant congolais, 2e année HEG).

5Outre la froideur des gens, une partie des étudiants interrogés attribuent leurs difficultés à un certain racisme ambiant : Tu vas dans un magasin, je ne veux pas dire que c’est ma couleur, mais je veux dire, par rapport aux autres, j’ai remarqué que ce n’est pas le même contact. C’est vrai qu’on trouve que les Suisses alémaniques ils sont froids, mais quand tu vas vers eux, ils s’ouvrent, c’est vrai qu’il ne viendra jamais vers toi. Mais les Genevois, je ne sais même pas si on y va, s’ils vont s’ouvrir. On s’est posé la question si c’était parce qu’il y avait tellement d’étrangers qu’il y avait finalement pas de Genevois, que finalement ça a dû donner quelque chose. Les gens, ils disent que c’est l’influence française, mais je suis désolée, mais ce n’est pas comme ça ici. Je n’aime pas. (Étudiante camerounaise, 3e année HEdS). Ici, c’est différent, à peine tu dis bonjour à quelqu’un, on ne te répond pas et ça frustre. Dans le bus, tu connais quelqu’un qui est assis là, que tu vois tous les jours, ou tu vas t’asseoir à côté de quelqu’un et il se lève, en plus en croyant à ce phénomène de racisme, moi je me disais ça. Bon, on ne peut pas changer ça, alors on vit avec, mais il faut comprendre que nous sommes des humains. Quand je faisais mon stage au CHUV, j’ai dit à une dame que le sang qui coule dans mes veines, il est rouge comme le sien. (Étudiante camerounaise, 1re année HEdS). On croise des gens qui n’aiment pas trop les étrangers aussi. Je me suis fait arrêter plusieurs fois par la police ici, dans la rue comme ça. Mais une fois à la sortie d’une école, j’attendais le bus et ils sont arrivés : « Les papiers ! » et ce n’était vraiment pas très gentil. A la gare aussi une fois, je marchais, je venais de l’Armée du Salut, je suis sortie de là-bas et ils m’ont arrêtée aussi, mais d’une manière… en plus ils n’avaient pas d’uniformes, donc j’ai eu la peur de ma vie ! Là, on se sent vraiment mal. (Étudiante colombienne, 2e année HEdS).

6Il s’agit de situations pouvant affecter l’état d’esprit des étudiants et, par la même, leur motivation.

7Toutefois, certains étudiants interrogés ne partagent pas la même opinion : J’avais été élevée dans un milieu où on ne me laissait rien faire, on me bloquait pour tout, donc ici j’étais assez craintive, assez méfiante des gens, et puis je voyais qu’en fait, ici, les gens ils étaient plus francs, peut-être pas très chaleureux comme chez nous, mais plus francs, je n’avais pas à me sentir mal, toujours bien, en tous cas ici je me suis sentie toujours respectée, toujours bien intégrée, je ne me suis jamais sentie maltraitée ni dénigrée en tant que personne. (Étudiante péruvienne, 3e année HEdS).

8Nous notons cependant qu’il existe un déficit relationnel entre étudiants étrangers et autochtones : Ce n’est pas facile de faire des relations avec les étudiants ici. C’est comme si les étrangers sont d’un côté, l’Africain surtout, les Français aussi ils ont leurs coins et les Suisses… C’est des clans comme ça. (Étudiante marocaine, 1re année HEdS). - Est-ce que tu te souviens de la première difficulté que tu as rencontrée en Suisse ? - C’est le comportement des Suisses, même à l’école, ce n’est pas évident, ils sont trop carrés. En fait, le début n’était pas évident mais je crois qu’ils commencent à s’habituer. (Étudiante camerounaise, 2eannée HEdS). On fait beaucoup de travail en groupe et à ce moment on remarque, au moment de former les groupes, c’est assez difficile. Moi je remarque beaucoup plus maintenant que je suis la seule Africaine dans la classe et je remarque que c’est à moi d’aller vers les autres. (Étudiante camerounaise, 4e année HEdS). Je n’ai pas envie d’être blessée, donc je préfère mettre aussi mes barrières ; c’est vrai que, je sais qu’on me reproche d’être tout le temps avec mes collègues africains, mais c’est vrai, parce qu’on n’a pas les mêmes sujets d’actualité, et plus on est ensemble, plus c’est un soutien, parce qu’on se comprend mieux, parce qu’on a quand même des affinités. (Étudiante camerounaise, 3e année HEdS).

9Il s’agit d’un handicap de poids dans l’optique du bon déroulement du cursus académique, car la recherche d’informations, en ce qui concerne les études suivies, en pâtit fortement. Nous observons qu’en cas de problème relatif aux études, les étudiants étrangers sont amenés généralement à se débrouiller seuls, ou alors ils se tournent en priorité vers leurs pairs : - Le truc, c’est qu’il n’y a pas trop d’entraide entre étudiants. Mais sinon, il y a toujours les conseillers, quoi. Mais au niveau des études, c’est vraiment individuel, il faut vraiment aller vers les gens et même comme ça, ça va toujours être des étrangers, eux qui ont en fait le même problème. C’est eux qui vont répondre à l’appel. - Mais tu n’as pas que des amis africains à l’école ? - Il y a des Européens, mais toujours des étrangers, des Français, etc. Mais les Suisses, c’est un peu difficile à creuser des relations avec eux. (Étudiant tunisien, 2e année HEG). Je trouve que ça m’a un peu enfermée, parce que je voyais beaucoup de Congolais et personne d’autre. Je suis restée entre Congolais pendant plusieurs mois. (Étudiante congolaise, 2e année HEdS). - Tu te sens étrangère à l’école ? - À l’école, oui. Il y a certains groupes qui sont ouverts, mais il y en a qui sont fermés. C’est vrai que c’est un peu dur d’être tout le temps l’étrangère, mais c’est comme ça. - Ça n’a pas évolué depuis que tu es arrivée ? - Non, je ne crois pas. Ça fait deux ans que je suis là et je ne me sens pas plus intégrée. Je suis plus à l’aise avec mes copines africaines. On a les mêmes idées et les mêmes propos. (Étudiante togolaise, 2e année HEdS). - Et tes affinités, elles vont vers qui ? - Ben, plutôt les étudiants étrangers, africains, et quelques-uns d’ici aussi. (Étudiante camerounaise, 2e année HEdS). Si c’est un problème administratif, bon, des fois j’en parle à des amis africains qui sont là depuis longtemps. (Étudiant congolais, 3e année HEdS).

10Une certaine méfiance est aussi parfois exprimée à l’égard des étudiants suisses de la part de quelques interviewés : Moi j’ai l’habitude qu’on se vienne en aide entre nous, mais avec eux, c’est donnant-donnant. S’il sent qu’il n’a pas d’intérêt, il ne viendra pas. (Étudiante marocaine, 1re année HEdS). C’est là où tu te rends compte qu’on n’a pas tous les mêmes chances, c’est sûr. T’as beau être bon, t’as beau être compétent, t’as beau avoir des meilleures notes que ton ami suisse, tu n’as pas les mêmes chances que lui. (Étudiant camerounais, 4e année HEdS). Là, on fait des études en groupes tutoriaux, alors c’est vrai que le premier groupe du premier trimestre, c’était bien, mais il y avait le prof qui intervenait pour qu’il y ait le respect, alors que le deuxième groupe, ce n’était pas génial, il y avait une fille qui, à chaque fois qu’on parle de quelque chose, elle commence à dire des choses, vraiment ce n’est pas agréable. Mais moi je l’ignore, je lui dis même pas bonjour, parce que je ne veux pas tomber dans le piège de ça joue sur mon moral et tout, je suis pas là pour ça. (Étudiante camerounaise, 2e année HEdS). On s’était posé, parce que j’ai des copines africaines, la question si vraiment on était les bienvenus, est-ce qu’on nous tolérait parce qu’ils n’avaient pas le choix, ils nous prenaient, mais est-ce qu’on était les bienvenus. (Étudiante camerounaise, 3e année HEdS).

11Cette méfiance nuit à la qualité de la formation car elle affecte les relations entre camarades de classe. Ces difficultés de communication ont aussi été mises en évidence par une autre étude sur le processus d’apprentissage des étudiants africains dans le domaine de la santé (Graber et al., 2010).

12Les étudiants interrogés estiment qu’en cas de problème relatif aux études, les structures des écoles sont efficaces afin d’y remédier. Les professeurs, les conseillers aux études, voire l’infirmière peuvent jouer le rôle d’interlocuteur et les orienter, bien que les étudiants interrogés ne choisissent cette solution qu’en dernier recours : L’accès aux profs, ça je peux dire que c’est bien, c’est la première fois que je vois des profs avec lesquels tu peux y aller, on se tutoie, on s’appelle par les prénoms, et ils sont vraiment ouverts, même quand on revendique, ils reviennent pour discuter avec nous. (Étudiante camerounaise, 3e année HEdS). J’ai beaucoup parlé avec l’infirmière de l’école, parce qu’elle est toujours là quand on en a besoin, en tout cas quand on a un truc à part, on peut aller la voir, de toute façon j’ai un dossier chez elle, donc elle sait un peu par ce que je suis passée, sinon, c’est comme pour le stage, j’avais un gros problème, le décès d’une personne chère, donc quand on est en stage, on a une personne qui nous suit et qui nous soutient et nous explique un peu comment ça se passe autour. (Étudiante péruvienne, 3e année HEdS).

13Le sentiment de se sentir étranger, indépendamment de la durée du séjour, est récurrent chez les étudiants interviewés, même si l’on trouve des variations concernant l’évolution de ce sentiment parmi eux. En tout cas, cet état d’esprit peut, à moyen terme, affecter le rendement académique : - Est-ce que tu te sens étrangère ici ? - Bien sûr ! Tu es d’abord différente des autres, quoi, de par la couleur de peau déjà. Ce n’est pas facile. - Est-ce que ça t’affecte de te sentir étrangère ? - Oui, parfois ça m’affecte. Dans les lieux où je suis la seule Noire, les gens regardent et tout. (Étudiante camerounaise, 3e année HEdS). - On ne peut pas prévoir lorsque l’on va se sentir étranger, ça peut être n’importe où. Maintenant je suis habitué, c’est comme si j’étais blindé ! Ça ne me fait plus rien. (Étudiant guinéen, 3e année EIG) - Je suis dans un pays qui n’est pas le mien, mais étrangère, je vois que c’est en train de changer, je suis en train d’apprendre, je m’intègre petit à petit puisque tout ne peut pas aller comme tu veux. Même la tour Eiffel ne s’est pas construite en un seul jour quoi, donc il faut aller petit à petit. (Étudiante camerounaise, 1re année HEdS). - Est ce que ça a eu un impact sur tes études ? - Oui, je crois, mais j’ai pris l’habitude quoi, on devient aussi froid, même sans le vouloir. À un moment donné, il faut se forger ce caractère parce qu’à un moment tu es gênée de tout le temps dire bonjour et voilà. Tu fais abstraction des autres. (Étudiante camerounaise, 1re année HEdS). - Même à l’âge AVS, là, je crois que je continuerais à me sentir étrangère. Ce qui est bizarre, c’est que quand je vais une semaine à Paris, quand je rentre à Genève, je suis bien. Je dis : « Ouf ! Enfin chez soi ! » Pourtant, quand je suis ici, ça m’énerve, mais quand je sors et que je reviens, je me dis : « Enfin chez soi ! » (Étudiante congolaise, 2e année HEdS).

14Le cadre administratif structurant le séjour des étudiants étrangers est également à l’origine de ce sentiment : - Je me sens plus étrangère dans le sens administratif. De temps en temps, on reçoit des lettres qui nous rappellent qu’on est étranger et qu’on n’est pas chez soi. Genre : « Dépêchez-vous, finissez et partez chez vous ! » - Est-ce que ça t’affecte de te sentir étrangère ? - Parfois, c’est difficile, les longues procédures administratives, il faut prouver, il faut faire des choses qu’on ne demande pas forcément à quelqu’un qui n’est pas… (Étudiante camerounaise, 2e année HEdS).

15L’adaptation n’est pas uniquement requise au niveau social, mais concerne également d’autres aspects de la vie quotidienne, tels que l’alimentation : Partout où je passe, quand j’achète les plats suisses, je me retrouve toujours en train de les jeter. Mais les plats africains coûtent excessivement cher ici, pour manger africain, il faut vraiment dépenser. Alors, je suis obligée de manger du poulet tous les jours, du pain, du poisson. Mais j’apprends aussi à manger suisse parce quand tu veux t’intégrer, il faut t’intégrer à tous les niveaux. (Étudiante camerounaise, 1re année HEdS). La variété de la nourriture par rapport à la viande par exemple, ce n’est pas pareil, on mange énormément de viande chez nous. Sinon les fruits, bon ici on en trouve, mais ce n’est pas pareil. (Étudiant colombien, 1re année HEdS). Au niveau de l’alimentation, au Pérou on ne mange pas dissocié, tout est accompagné avec du riz et ma tante, elle cuisinait comme ici, dissocié et tout. Les premières semaines, j’avais l’impression qu’il manquait quelque chose dans mon assiette, mais après je me suis habituée. (Étudiante péruvienne, 3e année HEdS).

16Certains aspects culturels spécifiques aux sociétés occidentales ne dérangent qu’une faible minorité d’étudiants : Ici, je vois beaucoup d’hommes s’embrasser dans la rue, je trouve que c’est déjà abuser. Même si les gens sont libres, moi je pense que c’est une question de culture. Moi je ne critique pas, j’observe et si ça me choque, c’est mon problème. (Étudiant ivoirien, 4e année EIG).

17En ce qui concerne le respect des pratiques religieuses des étudiants de confession musulmane, les avis sont partagés : Toujours, ils ne respectent pas ! Il ne faut pas généraliser mais bon… Par exemple, il suffit que je dise : « Je ne mange pas ça » et ils commencent à te répéter : « Pourquoi tu ne manges pas ça, ça c’est bon ! » Je te donne un exemple, moi à l’école hôtelière, en dernière année, j’étais le plus ancien dans le service et je devais toujours me débrouiller seul, ils ne pensaient jamais à moi. Je devais toujours me faire une salade, des trucs comme ça. Et c’était quoi ? Côtelettes de porc : « Ça fait deux ans que je travaille avec vous et vous ne savez pas que je ne mange pas ça ? ». Rien à foutre ! (Étudiant tunisien, 2e année HEG). Je trouve que les gens ici sont très ouverts et très sympathiques. Si, par exemple, tu leur dis que tu ne manges pas ça, ils acceptent avec enthousiasme, ils ne te lancent même pas un mauvais regard, quoi, il n’y a pas de problème en ce lieu. (Étudiant sénégalais, 2e année HEG). C’est vrai que moi je suis musulmane, mais je ne porte pas le voile, donc pour moi… Il n’y a rien qui me dérange. (Étudiante marocaine, 1re année HEdS).

18Les étudiants des écoles de santé semblent favorisés dans leur intégration en Suisse par le biais des pré-stages de formation. Toutefois, cette expérience permet surtout de se faire une idée sur le milieu professionnel de la santé et de se créer un réseau, mais n’est pas assez dense pour prendre des habitudes et se sentir à l’aise : C’est là où j’ai fait mon pré-stage, ils m’ont demandé de rester. (Étudiante camerounaise, 3e année HEdS).

19Nous remarquons également que les étudiants non francophones, arrivant plusieurs mois avant le début de leur formation, se créent ainsi un réseau plus varié et moins centré sur leurs origines. Cette propension à l’ouverture peut s’expliquer par les mêmes raisons que celles qui les ont fait surmonter la barrière linguistique, une véritable volonté d’intégration : On a rencontré des gens qui allaient dans une église protestante qui n’était pas l’église de l’Armée du Salut, et on voulait aller là-bas parce qu’en fait c’était tout en français et on voulait vraiment s’intégrer, on ne voulait pas rester à l’Armée du Salut, parce qu’ils ont un groupe de latinos et bon… c’est bien parce qu’ils se font la compagnie, mais pour nous ce n’était pas bien parce qu’on n’était pas obligé de parler français, on restait là dans ce truc à part. (Étudiante colombienne, HEdS). L’apprentissage préalable du français dans des institutions multiculturelles ainsi que l’occupation de petits emplois temporaires peuvent leur avoir donné goût à l’altérité : Tu vas dans une école, tu te fais des amis. Tu fais un petit boulot, tu te fais des amis, c’est comme ça. (Étudiante tunisienne, 1re année HEIG-VD).

2. Loisirs et activités extrascolaires

20Le loisir est un « temps social affecté à soi, pour soi, en priorité. Il est indépendant des engagements sociaux et professionnels, même quand ceux-ci sont considérés comme des moyens de réalisation personnelle. Le loisir est le temps social où prime le repos de soi, le divertissement ou le développement autonome de soi, indépendamment des normes, du travail ou de l’action spirituelle ou politique, même quand celles-ci exercent une influence sur ce développement. Le loisir serait plutôt une façon d’équilibrer les pratiques des temps sociaux “contraints”, selon des activités, des rythmes, des valeurs qui tiennent avant tout aux exigences de soi » (Sue, 1982).

21Les loisirs des étudiants interrogés sont le sport, les sorties entre amis, les activités culturelles telles que le cinéma, les musées, le tourisme, les voyages. La pratique religieuse peut également être considérée comme un loisir, car effectuée sur le temps libre Mais on voit que, pour les croyants, elle s’inscrit dans leur vie spirituelle et ne peut pas strictement être considérée comme un loisir, au sens de la définition donnée par Sue (1982) : La seule chose que je fais comme ça de différent c’est d’aller à l’église le dimanche, et moi je trouve que tout ce que j’ai, c’est grâce à Dieu. (Étudiante colombienne, 2e année HEdS).

22La pratique du sport et d’autres activités, monnaie courante au pays d’origine des interrogés, se voit strictement limitée dans la société de résidence afin de ne pas léser le parcours de formation des étudiants étrangers : Avant, je faisais du basket et du volley. Ici, non. Avant, je n’avais pas le temps, maintenant, c’est plus la paresse. (Étudiant guinéen, 3e année EIG). À Kinshasa, je jouais au foot, mais plus maintenant. (Étudiante congolaise, 1re année HEdS).

23La part du budget assignée aux loisirs est fonction des besoins économiques, et c’est certainement celle qui souffre le plus de restrictions. Elle sert, dans certaines situations, de budget d’appoint afin d’arrondir les fins de mois des étudiants interrogés. Il n’est pas vraiment possible de calculer la part du budget réservée aux loisirs, car celle-ci varie en fonction des besoins économiques du moment : Il faut manger, les loisirs je les mets très loin, quoi. (Étudiante camerounaise, 4e année HEdS). Pour cette raison, nous remarquons que le manque d’argent est d’ailleurs l’un des principaux motifs explicatifs des étudiants quant à leur faible pratique de loisirs : J’ai le temps, mais pas l’argent. C’est une forme de pression aussi, on se dit qu’on doit faire attention, pas trop dépenser pour les loisirs. (Étudiante camerounaise, 3e année HEdS). De toute façon, quand tes moyens sont limités, tes loisirs sont limités. Tu n’y penses même pas. Pour éviter d’être, je ne sais pas, non pas angoissé, mais… disons que je veux aller faire du ski, pas de sous pour ça. (Étudiant camerounais, 4e année HEdS). Les loisirs qui demandent de l’argent, je ne suis pas partant. Ça m’arrive quelquefois d’aller courir vers le lac, d’aller à la piscine et avec les filles aussi, ça m’arrive de sortir le week-end. Sinon, je suis souvent invité dans des soirées africaines et là, je bouffe gratos ! (Étudiant congolais, 3e année HEdS).

24L’emploi du temps surchargé et la fatigue accumulée des étudiants HES expliquent également le désistement de ceux-ci à l’égard des activités extrascolaires : Franchement, depuis que je suis là, je compte sur une main le nombre de sorties que j’ai faites, parce que voilà, la plupart du temps quand tu étudies et que tu travailles à côté, la plupart du temps tu es fatiguée et voilà, t’as pas le temps et la motive. (Étudiante camerounaise, 4e année HEdS). Le manque de temps est l’argument récurrent des étudiants étrangers : Il m’arrive de prendre un abonnement, comme par exemple cette année à la salle de gym de l’uni, mais je ne suis jamais allé et c’est même expiré, quoi. (Étudiant sénégalais, 2e année HEG).

25Néanmoins, certains trouvent le temps de pratiquer une activité extrascolaire. L’aspect économique est alors privilégié : Je fais du sport, courir, musculation, même si ça ne se voit pas, je porte quand même des masses, je fais du football, j’aime courir, voilà. Je vais marcher à pied, je prends jamais le bus sauf en cas de nécessité. (Étudiant camerounais, 3e année EIG). Avant minuit, il y a certaines boîtes, c’est gratuit pour les filles. (Étudiante angolaise, 1re année HEIG-VD).

26Les étudiants étrangers ont tendance à sous-estimer le rôle des loisirs et des activités extrascolaires dans l’objectif de la réussite de la formation : C’est justement ça que ma prof m’a dit, qu’il faut découvrir, juste pour la culture, mais moi pour l’instant, je suis encore focalisée sur l’école, mais il faudrait quand même que je sorte pour découvrir, pour voir comment ça se passe. (Étudiante camerounaise, 1re année HEdS). La situation juridique et économique des étudiants étrangers en Suisse romande fait donc passer au second plan les différentes dimensions des loisirs. Pourtant, ceux-ci ont une importance, manifeste ou latente, pouvant mettre en cause la « qualité de la vie ».

27Le faible capital social des étudiants interrogés fait également partie des éléments explicatifs concernant le peu de loisirs effectués : Il faudrait être plusieurs, et ici, les gens, ils ne sont pas motivés, je ne sais pas. (Étudiante congolaise, 1re année HEdS). - Est ce que tu disposes de temps ou d’argent pour voir des amis ou pratiquer une activité extrascolaire ? - Non, pas vraiment. Moi je suis casanière. Je n’ai pas encore quelqu’un qui me motive à sortir. - Autrement, tu serais partante ? - Oui. Si je suis sûre avec qui je sors. (Étudiante togolaise, 2e année HEdS).

28Peu d’étudiants sont inscrits dans des clubs ou des associations sportives, en dépit des nombreux avantages que cela pourrait leur apporter : Quand je suis arrivé, le premier truc que j’ai fait, c’est m’inscrire dans un club de foot et ça m’a beaucoup aidé pour le français […] je me suis fait plein d’amis. (Étudiant colombien, 1re année HEdS). Les sorties sont rares et la fatigue accumulée affaiblit les liens sociaux : Mais c’est vrai qu’ici on se sent très isolé, même si on a des amis, mais on est tellement fatigué à cause de l’école et du travail qu’il peut se passer trois mois sans qu’on voie nos amis. (Étudiante colombienne, 2e année HEdS). La discrimination est également évoquée dans la pratique des loisirs : Tu n’es pas traité de la même manière que les autres. Si je peux te donner un exemple concret, c’est les boîtes de nuit. On peut te demander une carte de membre, par exemple, ou bien te refuser l’entrée. Personnellement, si je vais tout seul, je n’ai pas de problème, mais si je suis accompagné par un ami plus foncé que moi, il y a plus de problèmes. (Étudiant sénégalais, 2e année, HEG).

3. Rapports avec la famille au pays d’origine

29Les rapports des personnes interrogées avec leur communauté d’origine s’expriment selon plusieurs dimensions : affective, nostalgique ou encore identitaire. Cette dimension identitaire exprime à la fois l’attachement et la nostalgie du pays (qui justifient leurs différentes initiatives de développement) et constitue l’une des principales caractéristiques des réseaux sociaux de ces migrants. À ce propos, plusieurs travaux sur la migration indiquent que la composition des réseaux sociaux des migrants et de leurs descendants constitue un bon indicateur, soit de la tendance vers la préservation des liens concrets et symboliques forts avec leur pays d’origine et leur communauté ethnique, soit d’une tendance vers l’assimilation à la société de résidence. Il ressort de nos enquêtes que les rapports vis-à-vis du pays d’origine peuvent se situer à deux niveaux. Le niveau macrosocial, constitué par le rapport ou les attentes des étudiants à l’endroit des institutions publiques ou politiques de leur pays, et le niveau microsocial des relations avec la famille, parfois avec les amis, restés au pays.

30Si le niveau macrosocial des rapports entre migrants et pays d’origine reste donc marqué par des attentes déçues des migrants à l’égard des pouvoirs publics, en revanche, les rapports vis-à-vis de la famille restée au pays sont quant à eux dominés par des échanges continus et un fort attachement à celle-ci. Les nouvelles technologies de communications constituent pour la plupart de nos répondants un moyen de rester en contact avec les proches restés au pays. Le téléphone et Internet sont les moyens les plus prisés : Je les appelle au moins deux fois par semaine et ça fait beaucoup d’argent investi dans les cartes téléphoniques. (Étudiante camerounaise, 3e année HEdS). On reste en contact serré, on essaye de s’appeler deux ou trois fois par semaine, surtout ma grand-mère. Ma mère, elle est obligée de l’appeler. Moi, j’ai le sentiment que je suis en train de perdre des fois le contact avec mon père, petit à petit, et ça me fait un peu peur aujourd’hui. (Étudiant colombien, 1re année HEdS). Sinon Internet, beaucoup plus avec mon petit frère. (Étudiant congolais, 3e année HEdS). On achète une carte de 10 francs et on peut appeler deux trois fois avec, selon le moment, pour dédramatiser. (Étudiant guinéen, 3e année EIG).

31Quand les moyens financiers le permettent, les appels au pays sont encore plus fréquents : Faudrait demander à mon mari, je te dis, c’est un choix, quand on épouse une étrangère il faut assumer, alors je suis tout le temps au téléphone, pratiquement j’appelle chaque jour à la maison. (Étudiante camerounaise, 3e année HEdS).

32Le retour au pays, pour les vacances, est souvent fonction de l’épargne réalisée au moyen des boulots d’étudiants mais, sur ce point, on peut observer une différence entre les étudiants issus des classes moyennes et ceux issus des milieux favorisés. En effet, les premiers sont davantage obligés de financer eux-mêmes leur voyage, alors que les seconds peuvent compter sur le soutien financier de leurs parents. Le problème principal qui peut bloquer le voyage au pays d’origine est lié au renouvellement du permis de séjour en Suisse, et cela indépendamment des moyens économiques à disposition : - Tu es déjà allée les voir ? - Pas encore. Il faut que j’aie des sous, c’est 2000 francs. Si je réussis mes examens, je peux aller peut-être. - C’est toi qui payes le billet ? - Oui. Mes parents n’ont pas assez d’argent. (Étudiante togolaise, 2e année HEdS). Il suffit que je leur dise que je veux y aller et ils me payent le billet. C’est eux, d’ailleurs, qui exigent que je vienne. Si je ne suis pas allé avant, c’est à cause du permis, parce que pour partir quelque part, il faut un permis. (Étudiant guinéen, 3e année EIG). Pas l’argent. Mais j’espère y aller bientôt. Je vais économiser, quoi, mais ce qui est difficile dans cette formation, c’est qu’on a les vacances scolaires pendant la saison haute, donc du coup les billets d’avion flambent, quoi. Tu as très peu de temps de vacances et puis le billet d’avion coûte tellement cher, donc… j’ai mon dernier stage en mars, après j’ai les vacances, et c’est la basse saison, donc c’est le moment d’y aller. (Étudiante camerounaise, 3e année HEdS).

33Le maintien de ces relations est primordial pour les étudiants étrangers : Je suis déjà partie trois fois, mais la première fois, c’était trois ans sans aller et c’était vraiment dur, et ils me manquent beaucoup. (Étudiante colombienne, 2e année HEdS).

34Les étudiants des écoles de santé peuvent profiter du stage à l’étranger pour se rendre au pays : Je comptais faire un stage là-bas, mais ça ne va pas jouer parce que je m’y suis pris au dernier moment. Je vais quand même aller en Afrique, mais pas au Congo, au Burkina Faso. (Étudiante congolaise, 2e année HEdS).

35Quelques étudiants disent ressentir une pression familiale quant à la réussite de leurs études et leur retour au pays est parfois attendu avec impatience. Ils doivent en outre faire montre, par le truchement de signes matériels tangibles, de la réussite de leur projet d’études : J’étais un peu comme la mère Noël, mais en septembre, la mère septembre quoi ! Mon frère était supercontent parce qu’on a fêté son anniversaire et il était supergâté. (Étudiante péruvienne, 3e année HEdS). Et moi, je trouvais que c’était trop tôt pour y aller parce que, t’es là-bas, les gens te regardent pour voir si tu leur as apporté quelque chose. (Étudiante camerounaise, 2e année HEdS).

36Ces différentes situations rendent compte aussi de causalités multiples qui participent à la redéfinition et à la réorientation du projet migratoire initial d’études. Une partie importante de ce qui précède a permis ainsi d’identifier ce que les étudiants nomment facteurs qui « empêchent » ou « découragent » de « retourner au pays », et de croiser ces facteurs à la fois objectifs et subjectifs, avec les contraintes structurelles du pays de formation. C’est en effet dans l’analyse des relations entre ces deux pôles de la migration étudiante que sont les pays d’origine et les conditions objectives et subjectives résumables en termes de « push factors » d’une part, et le pays d’accueil par ses politiques d’immigration et opportunités en termes de formation qualifiante et d’emploi d’autre part, qu’il faudrait resituer la troisième et dernière partie qui suit.

© Éditions ies, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search