Version classiqueVersion mobile

Étudiants du Sud et internationalisation des hautes écoles : entre illusions et espoirs

 | 
Ibrahima Guissé
, 
Claudio Bolzman

Deuxième partie. Conditions d’émergence du projet de formation des étudiants du Sud et situation sociale en Suisse

VI. Conditions de vie quotidienne en Suisse

Texte intégral

1Nos enquêtes révèlent un accès différencié à l’emploi entre étudiants des différents domaines de la HES-SO. Tout d’abord, les étudiants des écoles de santé sont tous détenteurs d’un baccalauréat, à l’instar des futurs ingénieurs, bien que ceux-ci aient souvent quelques années d’université en plus dans leurs bagages. Ces derniers disposent d’une plus grande expérience académique et d’une connaissance plus approfondie de leur filière. Toutefois, la recherche d’un emploi en lien avec le domaine d’études paraît paradoxalement plus facile pour les étudiants des HedS, malgré le fait qu’ils aient en moyenne moins d’expérience professionnelle : A partir de la deuxième année, les étudiants (de l’école de santé) sont considérés comme aides-soignants dans les hôpitaux, EMS ou différentes institutions. (P. Dupuis, responsable des admissions à la Haute école de santé Vaud, Chantepierre).

2En effet, les élèves des HEdS peuvent mettre à profit leurs expériences lors du pré-stage de douze semaines et des stages professionnels qui entrecoupent la formation afin de commencer à se construire un réseau en vue de l’obtention d’un poste, et cela avant même d’avoir commencé les cours, permettant ainsi à l’étudiant étranger de prendre ses repères et de faciliter son adaptation à une autre société, avec ses horaires, ses aliments, son organisation. Il est donc plus facile pour les étudiants des HEdS de trouver un emploi en parallèle aux études et qui soit en adéquation avec celles-ci. Les étudiants des écoles d’ingénieurs, sans expérience professionnelle et ne disposant pas d’un réseau d’entraide sur place, semblent contraints de persister dans des démarches formelles qu’ils jugent, pour beaucoup, soumises à une sélection en fonction de l’origine des demandeurs d’emploi. Les démarches formelles de recherche d’emploi, consistant à répondre à une annonce et à envoyer un dossier avec CV et lettre de motivation, sont souvent utilisées dans l’optique d’une première recherche d’emploi. Mais suite à de nombreux refus, les étudiants étrangers se contentent alors, malgré eux, du premier emploi venu : Faire des ménages et tout, mais moi je n’ai pas fait tant d’années d’études pour venir ici et faire le ménage, oublie ! (Étudiante marocaine, 2e année HEdS). Sinon, ils se tournent vers le bouche-à-oreille, essayant de mettre à profit leur faible capital social, les conduisant la plupart du temps vers des niches pour étrangers ; La première année, c’est souvent n’importe quoi, toutes sortes de jobs. (Responsable des admissions, Chantepierre).

1. L’accès à l’emploi

3Le fait d’être un étranger en Suisse, hormis l’impossibilité de bénéficier des bourses cantonales, pose un autre problème important pour ces étudiants, celui de l’accès à l’emploi. Le faible capital social des étudiants étrangers étant déjà un désavantage de poids dans une recherche d’emploi, la grande partie des personnes interrogées ont également affirmé avoir été confrontées à des situations de discrimination à l’emploi en raison de leurs origines, notamment pour des postes administratifs ou en relation avec le domaine d’études : Ce n’est même pas une question de qualifications. Oublie un Arabe dans l’administration, oublie ! (Étudiant tunisien, 2e année HEG). Elle m’a dit quoi, la dame qui m’a reçu au téléphone ? Elle m’a dit : « Vous êtes Suisse ? Non. Vous êtes Français ? Non. Vous êtes membre de la Communauté européenne ? Non. » Là où elle m’a fait éclater de rire : « Vous êtes marié à une Suissesse ? » Ça, c’est quelque chose qui m’a vachement choqué et je me suis dit : « Mince, où on va, là ? » Pour que j’aie un poste de travail, il faut déjà que je sois Suisse, Français ou marié à une Suissesse ou de la Communauté européenne. Donc, en gros, j’ai compris que moi je n’existais pas, je devais exister à travers… (Étudiant camerounais, 4e année HEdS).

4Nous observons que la discrimination se manifeste également dans la recherche de petits boulots par voies formelles, ce qui s’avère assez problématique pour des étudiants n’ayant pas d’alternative.

5La désaffection des étudiants interrogés envers les techniques traditionnelles de recherche d’emploi peut donc s’expliquer par cette sélection drastique ciblant les étrangers et affectant considérablement leur accès au marché de l’emploi. Notre enquête révèle que, dans une première étape, les étudiants étrangers ont tendance à privilégier une démarche formelle classique de recherche d’emploi mais, en rencontrant des déboires dans leur quête de travail, qu’ils attribuent à la xénophobie ambiante, ils utilisent alors des réseaux informels de recherche d’emploi. Mais de façon générale, les possibilités d’accès à l’emploi se présentent différemment selon les différents domaines de formation des étudiants. Nous ne notons cependant aucune différence d’accès à l’emploi pour les étudiants entre Genève et Vaud.

6Les étudiants sud-américains, quant à eux, sont obligés au début de leur séjour de mettre à profit leurs réseaux du fait qu’ils ne parlent pas ou peu français, qui s’avèrent plus efficaces pour trouver un emploi, d’autant plus que leurs relations leur apportent un appui conséquent. En ce qui concerne les étudiants du groupe de contrôle (Européens), la recherche d’emploi s’opère de la même manière et avec les mêmes difficultés.

7Les emplois pour étudiants ont toujours existé et font partie de la condition et d’une identité étudiante. Mais si, auparavant, ils représentaient l’opportunité d’égayer un peu le quotidien et de mettre « du beurre dans les épinards », ils sont actuellement pour bon nombre d’étudiants le seul moyen de s’assumer financièrement et, pour certains étudiants étrangers, un moyen aussi de soutien à la famille restée au pays. Les exigences de l’étudiant par rapport à l’emploi ciblé seront d’autant plus grandes que la réussite de sa carrière en dépendra partiellement. Alors que la majorité sont contraints de favoriser l’accès rapide à des emplois physiques et astreignants, par nécessité et besoin imminent de liquidités, d’autres ont le privilège de pouvoir bénéficier de plus de temps ou d’un accès facilité à des emplois affiliés au domaine d’études. En effet, un emploi permettant d’appliquer les connaissances théoriques relatives aux cours permettra de mieux préparer une insertion professionnelle ultérieure et, surtout, participera à la bonne marche de la formation. Cette situation peut renforcer l’employabilité d’étudiants sans expérience sur un marché du travail où on assiste à une régression objective des opportunités d’embauche. Les étudiants ayant mis en pratique leurs acquis théoriques sont donc mieux préparés pour affronter une recherche d’emploi et voient leurs apprentissages encouragés. Cependant, la grande majorité des étudiants ne trouvent pas d’emploi affilié à leur domaine d’étude et ils se voient contraints d’accepter des emplois flexibles, mais moins bien payés et donc plus précaires : Ce sont des boulots de survie, il n’y en a pratiquement pas qui ont un travail en rapport avec les études (entretien BUIS). L’étudiant se trouve donc obligé d’augmenter son taux d’activité pour couvrir son budget au détriment de son temps de repos. L’absentéisme à certains cours ainsi qu’une fatigue chronique, nuisant au temps consacré à la révision, sont les symptômes les plus flagrants d’une activité rémunérée mal gérée : Je me réveillais à 5 heures. Je faisais 6 heures - 8 heures. Je commençais à 8h10. Je me suis dit que ça n’allait pas, j’arrivais toujours en retard. Ce n’est pas que j’étais fatiguée, mais j’arrivais en retard. Je pense que ce n’est pas compatible avec les horaires d’étude, mais bon… (Étudiante congolaise, 1re année HEdS).

8De façon générale, les étudiants en Suisse ont donc du mal à trouver un emploi en lien avec leur domaine d’études et à cumuler travail et formation. La situation est quasi identique et plus difficile pour les étudiants étrangers au bénéfice d’un permis B pour études. Dans notre enquête, la majorité des étudiants interrogés n’ont jamais occupé en Suisse un travail en adéquation avec le domaine d’études. Les professions de prédilection pour une grande partie de notre échantillon se trouvent, par la force des choses, dans les domaines de l’hôtellerie, la restauration, la santé, le bâtiment et le nettoyage. L’accès à un emploi affilié au domaine d’études paraît donc tout aussi pénible et il semble donc également difficile de concilier travail et études pour un étudiant étranger que pour un étudiant helvétique.

9Hormis un cumul rendu plus compliqué à cause d’un emploi inadapté à une vie estudiantine, les étudiants étrangers subissent également les difficultés inhérentes à leur permis de séjour ainsi qu’au fait d’être un étranger en Suisse. La formation de ces étudiants au bénéfice d’un permis B est un véritable parcours du combattant dans lequel il s’agit de ne pas trébucher, d’être performant académiquement et de devenir autonome financièrement malgré la précarité des conditions de vie et du statut juridique qui marquent leur séjour. L’étude de Grignon (2003) portant sur les étudiants en France a en ce sens montré que la précarité économique engendre l’accroissement des risques d’échec ou d’abandon, qui résulte de la concurrence entre l’exercice d’une activité rémunérée et les exigences des études.

2. L’accès au logement

10Le nombre de logements libres à Genève et sur le canton de Vaud diminue chaque année alors que le nombre d’étudiant-e-s augmente. C’est à peu près en ces termes qu’on pourrait qualifier la situation actuelle du logement étudiant en Suisse romande. La pénurie de logement observable à Genève serait en relation avec « l’état d’assèchement observé sur le marché immobilier, et dans la stagnation de l’offre de logements directement destinés aux personnes en formation » (Université de Genève, Presse Information, 2005).

11En plus d’être à l’origine de difficultés quotidiennes pour les étudiants, cette situation de pénurie pourrait menacer à long terme le rôle de Genève et Vaud comme centres de formation internationaux. En effet, ne pouvant plus garantir l’intégration des nouveaux étudiants à la vie romande en leur donnant accès à un hébergement, la crise pourrait également restreindre les possibilités de séjour offertes aux étudiants.

12Au vu de la régression objective de l’offre sur le marché du logement, un étudiant aura donc toutes les peines du monde à se loger s’il ne bénéficie pas d’une aide extérieure pour s’orienter. La recherche de logement peut vite devenir une source de tracas nuisant au bon déroulement de la formation car trouver un logement à un prix raisonnable, et répondant aux attentes des étudiants, n’est pas une tâche aisée. En plus, un loyer trop élevé peut rapidement devenir un véritable gouffre financier et enfoncer l’étudiant dans une spirale de situation précaire. Mais, sans domicile, certains étudiants n’ont pas d’alternative : Bon le loyer, ce n’est pas ça, je n’avais pas le choix, autrement j’allais dormir dehors, j’ai dû le prendre quand même. (Étudiante camerounaise, 3e année HEdS). Pour ces raisons, la recherche de logement en Suisse romande est prise très au sérieux par la presque totalité de nos interviewés, qui affirment avoir consacré beaucoup de temps et d’énergie dans ces recherches, souvent sans obtenir les résultats escomptés : Quand on allait avoir notre premier enfant, on était dans un studio et pour trouver c’était la folie. On a pris deux ans pour trouver, presque. (Étudiante colombienne, 2e année HEdS). Le temps libre dévolu aux loisirs ou à la révision est donc sacrifié au profit de la recherche de logement, ce qui peut évidemment avoir un impact négatif sur les résultats scolaires.

13La conjoncture à Genève et sur Vaud n’offre donc que peu d’opportunités aux étudiants en recherche de logement. Toutefois, les étudiants étrangers doivent subir d’autres désagréments restreignant leur accès au marché. En effet, à l’instar de la recherche d’emploi, le racisme semble être très présent puisque la discrimination est évoquée par une grande partie de notre échantillon concernant la recherche de logement par voies formelles : Des fois, avec l’accent seulement, ils peuvent te raccrocher au nez. Même si on te dit de venir visiter, parce que tu es Noir, on dit que c’est déjà pris. Alors qu’il t’a dit de venir voir. (Étudiant guinéen, 2e année EIG).

14Notre enquête révèle que les étudiants sud-américains évoquent moins souvent et paraissent être moins systématiquement visés par les pratiques discriminatoires, ce qui rend leurs prospections plus productives. Cependant, à la question relative à l’évaluation de la recherche de logement, la quasi-totalité des étudiants interrogés, sans distinction d’origine, estiment que celle-ci est très difficile, surtout quand on l’entreprend par les voies classiques : Ça n’a pas été facile de trouver un logement, j’ai cherché, cherché, cherché, ils étaient tout le temps pris, je me suis demandé, est-ce qu’ils étaient déjà pris avant qu’on voie les annonces… (Étudiante camerounaise, 3e année HEdS). Nous ne constatons aucune différence dans l’accès au logement entre les cantons de Genève et Vaud.

Réseaux formels et informels

15Nous observons en effet qu’une grande partie des étudiants interrogés commencent leur recherche de logement par le biais des démarches traditionnelles. Si jamais le résultat n’est pas à la hauteur des espérances, ils optent très souvent pour une recherche réticulaire informelle, plus efficace, selon eux, dans le contexte romand. En effet, la saturation du marché et la discrimination ressentie dans l’accès au logement font que, très souvent, les recherches formelles n’aboutissent à rien de satisfaisant et les étudiants étrangers les plus pragmatiques et les plus pressés tentent donc de mettre à profit leur faible capital social face aux refus systématiques : D’abord, j’ai fait plus de dix endroits avant que je trouve chez ce monsieur-là. J’allais et la personne, quand elle me voyait, elle disait : « Désolé, on a déjà trouvé une personne ». (Étudiant camerounais, 3e année HEdS).

16Les moyens traditionnels de recherche de logement utilisés par les étudiants de notre enquête sont principalement les réponses aux annonces des journaux et des régies. Certains passent par l’école, s’ils ont la chance de bénéficier d’une place dans un foyer, ou par des agences : Je me suis inscrite dans une agence pour trouver un logement, mais les conditions requises ne me convenaient pas, car il faut avoir un garant pour signer et je n’avais pas toujours quelqu’un sous la main. Ben, finalement, j’ai expliqué, j’ai été plusieurs fois rencontrer la directrice et je lui ai expliqué mes problèmes et finalement elle a cédé. (Étudiante camerounaise, 3e année HEdS). Le bureau de placement pour le logement et la coopérative de logement pour personnes en formation (Ciguë) sont également des possibilités offertes aux étudiants pour se loger mais, à cause de la forte demande et d’une mauvaise circulation de l’information, peu d’étudiants étrangers interrogés bénéficient de l’aide précieuse que pourraient leur apporter ces structures : Quand nous, en HES, on va au bureau de placement, on nous dit que ça ne nous concerne pas. Et là, on nous donne pas d’information, on doit se débrouiller. (Étudiant ivoirien, 4e année HEIG). En Suisse, j’ai l’impression que l’information est cachée, qu’on nous cache ce à quoi on a le droit. On n’explique rien. (Étudiante péruvienne, 3e année HEdS). Quelques étudiants africains en formation à Genève pensent même que l’accès aux foyers estudiantins est soumis aux mêmes critères discriminatoires que la recherche de logements indépendants. Il est important de distinguer Ciguë et foyers car, dans le premier cas, les auditions sont faites par les habitants eux-mêmes, à moins qu’il ne s’agisse de studios individuels, mais ceux-ci sont réservés prioritairement à ceux qui sont déjà coopérateurs à la Ciguë !

17Concernant la recherche de logement « informelle », les étudiants étrangers mobilisent prioritairement la famille présente en Suisse ou des amis compatriotes : C’est grâce aux anciens, des Tunisiens qui ont travaillé ici et qui ont des contacts. (Étudiant tunisien, 2e année HEG). Beaucoup d’entre eux profitent également de la solidarité entre étudiants étrangers et il est intéressant de remarquer que les réseaux sont très cloisonnés entre étudiants originaires d’Afrique et d’Amérique du Sud. Nous constatons que la circulation des informations ainsi que l’entraide estudiantine sont surtout une réalité au sein même des communautés d’étudiants en fonction de leurs origines : Les Latinos, ils restent entre eux et les Africains c’est pareil, quoi. (Étudiant ivoirien, 2e année HEIG-VD). Les étudiants étrangers profitent aussi quelques fois du « bouche-à-oreille » entre camarades de classe et connaissances autochtones : Là, je sous loue un appartement à un couple qui est parti à Paris. C’est une dame avec qui j’ai sympathisé qui me l’a dit. (Étudiant camerounais, 3e année EIG).

La première recherche de logement

18La première recherche de logement des étudiants étrangers se fait pour la quasi-totalité des interrogés, préalablement au pays d’origine, généralement par voies formelles : Alors déjà, depuis Abidjan, je suis d’abord allé me renseigner à l’ambassade, donc ils m’ont dit qu’il y avait une crise du logement en 2001-2002 à Genève et qu’il fallait s’y prendre assez tôt. Ils m’ont donné la liste des foyers ici, avec qui je pourrais obtenir des informations. Donc, j’ai consulté leur sites pour certains, d’autres j’ai appelé et puis il n’y avait pas de chambres, il n’y a pas de chambres libres, on vous met sur une liste et tout ça, il faut attendre, mettre ton nom sur des listes et… oui, j’ai mis mon nom sur pas mal de listes et envoyé des mails… (Étudiant ivoirien, 4e année EIG).

19Certains ont trouvé une place par le biais de l’école : Quand je suis arrivée, j’avais déjà ma place au foyer de l’école qui m’attendait. (Étudiante camerounaise, 2e année HEdS), et d’autres grâce à un réseau préétabli, notamment la quasi-totalité des non francophones : J’ai habité chez mon frère les premiers temps et après il m’a trouvé une place dans un foyer. (Étudiante péruvienne, 2e année HEdS). Rares sont les étudiants interrogés qui n’ont pas de logement prévu dès leur arrivée : Je n’ai pas réussi à trouver un logement depuis là-bas parce que les fax et les trucs comme ça ne passent pas. Les correspondances ne sont pas faciles avec les pays européens. (Étudiant guinéen, 3e année HEIG).

20Bien que certains bénéficient des structures des écoles en logeant dans des foyers réservés exclusivement aux étudiants, ceux qui n’ont pas cette chance misent généralement sur l’existence d’un réseau antérieurement installé. Cela permet ainsi à une grande partie d’entre eux de trouver rapidement un logement bon marché, en attendant de se débrouiller seuls et de devenir autonomes financièrement. Un réseau est donc une aide précieuse dans l’optique d’une première recherche de logement : Quand je suis venu, j’ai été accueilli par une Guinéenne qui m’a accepté chez elle pendant trois semaines. Je suis resté trois semaines chez elle et elle m’a trouvé un logement quelque part, et puis je suis parti là-bas. (Étudiant sénégalais, 2e année HEG). Si le réseau n’intervient pas directement dans la recherche, il permet de transmettre les informations nécessaires concernant les démarches à poursuivre. En effet, la recherche d’un logement nécessite de connaître les spécificités de la région et quelques petites astuces afin d’être réellement efficace.

21Pour la plupart de nos interviewés le premier logement en Suisse romande est très souvent un logement de transition : Au début, j’habitais chez une amie de mon frère et quand j’ai trouvé un studio, je suis partie. (Étudiante angolaise, 1re année HEIG-VD). En effet, malgré les avantages que confère le fait de vivre avec des connaissances, nous observons une véritable volonté de la part des étudiants interrogés de devenir indépendants. La durée du séjour dans ce premier logement dépendra du temps accordé par les logeurs, des ressources et des besoins de chaque étudiant, ainsi que de leur capacité à mettre en œuvre leur projet migratoire. Nous notons que les Sud-Américains restent en général plus longtemps que les autres étudiants dans ce logement de transition. Ils entreprennent donc leur première recherche de logement plus tard que les Africains. Cela s’explique par le fait qu’étant non francophones, leur séjour est initialement axé sur l’apprentissage du français et, bien souvent, les premières années sont planifiées dans l’objectif de préparer le futur étudiant à la vie en Suisse romande et à sa future formation. Dans cette optique, ils sont très souvent logés par de la famille proche, ne payant pas de loyer, ou très peu, mais participant aux tâches domestiques en contrepartie : J’ai vécu chez ma tante environ deux ans et je ne payais pas de loyer, mais je participais au ménage, aux courses, je gardais les enfants en même temps que je faisais la formation pour revalider les diplômes, et aussi il fallait apprendre le français, faire des examens de langue française et revalider les diplômes à l’école de culture générale. (Étudiante péruvienne, 3e année HEdS).

22La durée de l’établissement dans ce logement de transition est donc en général plus longue pour les Sud-Américains, qui peut prendre quelques années, contre quelques mois pour les Africains. Cela s’explique par des raisons liées à la barrière linguistique, au temps imparti à l’apprentissage du français ainsi qu’aux démarches administratives telles que la reconnaissance et la traduction des diplômes obtenus au pays d’origine.

23Les quelques étudiants ne pouvant pas compter sur l’appui d’un réseau en Suisse romande et n’ayant pas trouvé de logement avant leur arrivée se voient confrontés à une situation où ils se retrouvent potentiellement sans domicile s’ils n’arrivent pas à trouver une alternative dans les plus brefs délais, en attendant de trouver un endroit fixe pour se loger. Un étudiant a passé les premiers mois de son séjour à l’hôtel : - Je n’avais pas de logement. Je suis allé d’abord à l’hôtel, après j’ai fait une demande aux résidences universitaires. Il faut faire une demande, y a des listes d’attente. - Tu as habité longtemps à l’hôtel en attendant ? - Oui, cinq mois. (Étudiant camerounais, 4e année HEdS). Cette étudiante a passé la première semaine de son séjour à l’Armée du Salut : - En fait, on a commencé partout Genève à pied, il faisait froid, mais bon. Et on a trouvé l’Armée du Salut et en fait on a frappé là, on a vu qu’ils donnaient de la nourriture gratuite à midi, il y avait une dame portugaise qui comprenait un peu l’espagnol et on s’est débrouillé avec elle, on venait tous les jours pour manger à midi et on aidait là-bas pour donner à manger à tous les gens qui venaient et comme ça on a fait connaissance avec plusieurs personnes de l’Armée du Salut et comme ça, on a trouvé. - Vous étiez logés là aussi ? - Oui, mais pas longtemps. (Étudiante colombienne, 2e année HEdS).

24La première recherche de logement est donc plus aisée pour ceux dont l’école possède un foyer et pour ceux pouvant compter sur un « coup de pouce » de leur réseau. Les autres peuvent alors tenter de trouver un logement par eux-mêmes et d’éplucher les petites annonces en vue d’un appartement indépendant, où la cohabitation est obligatoire à cause de l’inflation des loyers. Beaucoup d’efforts pour se retrouver dans un environnement souvent peu favorable à une vie d’étudiant, à cause, par exemple, des nuisances sonores ou de l’éloignement géographique : Au début, j’avais trouvé un logement à Lausanne et tous les jours je faisais le trajet jusqu’à Yverdon pour aller aux cours. (Étudiant camerounais, 3e année HEIG-VD).

25Nous nous sommes donc intéressés aux logements occupés par les étudiants questionnés au début de leur séjour :

Tableau 4. Premier logement des étudiants étrangers interrogés et comparaison des domaines d’études

Logement/Domaine d’études

Écoles d’ingénieur

Écoles de santé

Autres

Cohabitation (appartement)

44 %

30 %

50 %

Sous-location

48 %

18 %

38 %

Indépendant

4 %

6 %

6 %

Foyer

4 %

40 %

0 %

Autres (hôtel, squat, etc.)

0 %

6 %

6 %

N

27

17

16

26Nous pouvons observer que, en effet, les étudiants des écoles de santé peuvent plus facilement profiter des infrastructures de l’école, et cela dès leurs arrivée. Dans les autres domaines d’études, la sous-location et la cohabitation sont donc de rigueur durant les premiers mois de séjour.

Type de logement

27Quand on se voit contraint pour des raisons liées au temps ou aux moyens financiers, de revoir ses ambitions à la baisse, on est conscient qu’il va falloir composer avec des variables inappropriées à un logement d’étudiant : C’était le désordre total quoi, et c’était dans un ancien bâtiment de la Poste, quoi. Et puis il y avait trop de monde. Il fallait aller au rez-de-chaussée pour aller à la cuisine et attendre que les autres finissent de cuisiner. Des fois j’allais manger au resto, mais c’était trop coûteux aussi. Bon, c’est le problème d’avoir un bon logement qui m’a fatigué. (Étudiant sénégalais, 2e année HEG).

28Ces désavantages peuvent affecter les étudiants et donc nuire à leurs performances académiques. Et quand on ne peut s’appuyer ni sur un réseau ni sur une aide extérieure, la cohabitation et la sous-location sont des modes de vie très répandus parmi les étudiants interrogés. Mais ces solutions ont leur lot d’inconvénients ; il s’agirait des types de logement les moins adaptés aux étudiants et au bon déroulement de leur formation : Le bureau du service du logement n’a pas accepté que je cohabite avec un ami dans un studio où on pouvait habiter à deux. Ils ont dit que c’était une maison subventionnée. Nous, ça nous arrangeait.. (Étudiant guinéen, 3e année HEIG).

29La vie en communauté au sein des foyers, qui paraît à première vue idéale pour une personne en formation, n’est pourtant, pour certains, pas la meilleure option afin de mener une vie d’étudiant et cela pour de multiples raisons : J’ai envie de changer parce que je trouve que c’est trop petit. La chambre est trop petite et chaque année il y a les affaires qui augmentent, et moi je ne sais pas où les mettre, alors, si je reste là, j’aurai de la peine. (Étudiante congolaise, 2e année HEdS). Ça reste un milieu d’étudiants, de jeunes. Pas beaucoup de concentration, parce qu’à tout instant ça parle, ça toque à la porte. Parfois, on ne se rend pas compte, on peut discuter avec des camarades pendant trois heures et on ne regarde pas la montre et il est 10 heures du soir. (Étudiante camerounaise, 2e année HEdS).

30On remarque que les changements de logement sont très fréquents : trois changements de logement en moyenne par étudiant sur 60 interviewés, signe révélateur que les étudiants étrangers n’arrivent pas à trouver de logement satisfaisant dès les premiers temps. Ils doivent donc persister dans des recherches laborieuses s’ils veulent vraiment échapper aux nuisances d’un logement pris dans l’urgence du moment. Les raisons les plus fréquemment évoquées quant au changement de logement sont le coût du loyer, le manque d’espace, la mauvaise insonorisation, l’envie d’indépendance, de mettre fin à une cohabitation ou à une sous-location, ou encore l’éloignement géographique avec le lieu de formation.

31Nos enquêtes laissent en outre apparaître que l’accès au logement varie en fonction de la filière suivie. Nous ne notons cependant pas de différences dans l’accès au logement entre le canton de Genève et le canton de Vaud, ni dans le type de logement occupé. Il n’y a pas non plus de différences claires selon l’origine sociale des étudiants.

32Il se dégage de nos données empiriques une trajectoire type de recherche de logement. Ce processus est quasi récurrent, tous profils confondus. Les étudiants entament leurs recherches au pays d’origine. Leur premier logement est provisoire, majoritairement une cohabitation ou une sous location, jusqu’à l’obtention d’un travail et d’une situation plus stable, et ils enchaînent assez rapidement sur une deuxième recherche de logement par voies formelles. Quand celles-ci s’avèrent inefficaces, ils optent alors de nouveau pour une recherche informelle jusqu’à ce qu’ils trouvent un logement convenable en fonction de leurs standards. Les étudiants logés en foyer ont tendance à changer moins souvent de logement, les étudiants en école de santé se disant pour la plupart satisfaits de leur logement. Nous remarquons que, plus les recherches se multiplient, plus l’étudiant dit le ressentir au niveau de ses résultats académiques.

Opportunités différenciées d’accès au logement

33En Suisse romande, la recherche de logement semble donc plus aisée pour les futurs infirmiers, en comparaison avec les étudiants des autres filières. En effet, les HEdS de Genève et Lausanne proposent des foyers réservés exclusivement aux étudiants de l’école et situés idéalement. Ils bénéficient donc de logements à prix réduit, quelques mois seulement après en avoir fait la demande : Je me suis inscrite ici dans le foyer de l’école, et même pas un mois après, j’ai reçu la réponse comme quoi c’était bon et j’ai emménagé tout de suite. (Étudiante péruvienne, 3e année HEdS). Ils se retrouvent dans un environnement propice au réseautage et susceptible de leur transmettre le « métier d’étudiant », une autonomie qui s’acquiert par immersion et mimétisme auprès des pairs. Ils peuvent donc poser des questions simples à d’autres étudiants, autochtones ou établis depuis plus longtemps, et être guidés vers ceux qui disposent de réponses plus spécifiques. Nous notons par ailleurs que les ingénieurs changent plus souvent de logement durant leur vie estudiantine que les étudiants de l’école de santé : quatre changements pour les premiers contre deux en moyenne pour les derniers, qui semblent être satisfaits plus rapidement des logements trouvés.

34Les foyers pour les étudiants des HEdS sont économiquement plus avantageux. Le loyer moyen d’un étudiant en foyer est de 300 francs alors que pour les étudiants logés dans des appartements indépendants, le loyer moyen avoisine les 600 francs, en incluant les cohabitations où les frais de loyer sont répartis entre les locataires. Nous remarquons que les étudiants du groupe contrôle évoquent les mêmes lacunes dans leurs recherches de logement et ne semblent pas favorisés par leurs appartenances à l’Union européenne.

3. Santé et assurance-maladie

35Le fait de devoir contracter une assurance-maladie est une nouveauté pour la plupart des étudiants étrangers interrogés : Je n’avais jamais entendu parler de ça avant. C’est le plus souvent à leur arrivée, à l’Office cantonal de la population, qu’ils l’apprennent : À l’office cantonal, ils nous ont donné une assurance, on va dire, c’était la mutuelle et c’était la plus chère de toutes, mais comme on ne savait pas, on devait payer ça et c’était énorme ! (Étudiante colombienne, 2e année HEdS).

36Les réseaux utilisés dans la recherche d’assurance-maladie sont avant tout informels : C’est un ami qui m’a montré, un compatriote. Tu savais déjà que tu devais prendre une assurance quand tu es arrivé ? Non, je ne savais pas. Ils m’ont envoyé une lettre et voilà. (Étudiant guinéen, 3e année EIG). Mais une bonne partie des étudiants préfèrent chercher seuls, par le biais d’Internet et des sites spécialisés : Moi, je suis allé sur comparis. ch, c’est un site pour comparer les assurances. (Étudiant tunisien, 2e année HEG). Certains étudiants estiment ne pas être assez bien informés des particularités des assurances maladie : On a été informé au début de cette année et on avait déjà dépassé le temps parce qu’après six ans, on ne peut pas laisser les assurances de la Suisse et prendre cette assurance qui s’appelle Goldencare et, en fait, on a été refusé, mais je trouve qu’ils cachent trop ce dont on a le droit. On a le droit d’avoir une assurance comme ça, que c’est vraiment moins cher, et personne ne le sait. (Étudiante colombienne, 2e année HEdS).

37Nous observons que, dans certains cas, les étudiants ont été démarchés à l’école même : Ils sont venus nous chercher à l’école. Assurance pour étudiant, moins cher pour les étudiants. (Étudiant camerounais, 2e année HEIG-VD).

38Nous avons été amenés à observer que le choix de l’assurance-maladie se fait par rapport à des critères purement économiques et une franchise adaptée est privilégiée par nos étudiants afin de pouvoir payer les primes mensuelles les moins chères possibles. Le risque pour l’étudiant étranger étant de laisser son état de santé se dégrader afin de ne pas avoir à payer les soins et ne rien débourser. L’appréhension de ces étudiants sera d’autant plus forte s’ils doivent se rendre chez le dentiste, puisque les frais dentaires ne sont pas remboursés par leurs assurances : - Je ne suis jamais allée chez le dentiste. J’ai des problèmes dentaires mais je ne suis jamais allée. Je n’ose pas. Je sais que ça coûte tellement cher. - Et si un jour tu as vraiment trop mal ? - Dans ce cas, je pourrais aller, mais maintenant c’est exclu. Et le médecin, c’est pareil ? - Pareil. Si vraiment je suis malade, j’irai mais je préfère aller à la pharmacie et acheter un truc à la pharmacie et me soigner moi-même. (Étudiante camerounaise, 3e année HEdS).

39Des stratégies sont mises en place afin d’éviter des dépenses superflues : Moi je vais en France parce que c’est moins cher. En plus, cet après-midi je vais justement chez le dentiste en France. C’est la première fois que j’y vais (Étudiante camerounaise, 2e année HEdS). - Il y a des dentistes qui sont assez sympas et qui comprennent et puis ils te font pas payer trop cher, par tranches. - Et chez le médecin ? Oui, mais jusqu’ici je n’ai pas eu de grosses dépenses au niveau de la santé. J’ai juste fait un check-up et même avec eux je payais par tranches. (Étudiante camerounaise, 2e année HEdS). - Le dentiste… Quelle horreur ! Parce qu’il y a deux ans, j’ai cassé une molaire. Je n’avais pas mal, je ne me plains jamais de maux de dents, malheureusement, je suis allé voir le dentiste pour qu’il me fasse un devis, il m’a fait peur, juste une molaire, 1500 francs ! Vous vous foutez de moi ou quoi ! Ce n’est pas couvert par mon assurance, en plus. Je n’ai pas demandé le devis de la bouche, mais seulement de la molaire ! Ce n’est pas possible, je ne peux pas payer cette somme. - Et tu as fait comment ? - Ben, c’est aussi une des raisons pour laquelle je suis allée au Pérou. J’ai profité pendant mes vacances d’aller chez le dentiste, ça me coûte beaucoup moins cher. (Étudiante péruvienne, 3e année HEdS).

40La presque totalité des interrogés a opté pour la même assurance destinée aux étudiants et avec une franchise unique de 75 francs. Néanmoins, cette assurance-maladie est accompagnée de quelques contraintes telles que le type de soins et le choix du médecin.

41Selon l’Ordonnance fédérale sur l’assurance-maladie (LAMal), les étudiant(e)s titulaires d’un permis B ou L peuvent être exempté(e)s de l’assurance-maladie obligatoire, dans les cantons de Vaud et de Genève, s’ils présentent une attestation d’assurance pour la prise en charge des différentes prestations obligatoires. En effet, il est précisé dans l’article 2 de l’ordonnance, concernant les exceptions à l’obligation de s’assurer, que : « Sont exceptées sur requête les personnes qui sont obligatoirement assurées contre la maladie en vertu du droit d’un État avec lequel il n’existe pas de réglementation sur la délimitation de l’obligation de s’assurer, dans la mesure où l’assujettissement à l’assurance suisse signifierait une double charge et pour autant qu’elles bénéficient d’une couverture d’assurance équivalente pour les traitements en Suisse. La requête doit être accompagnée d’une attestation écrite de l’organisme étranger compétent donnant tous les renseignements nécessaires ».

42Pour bénéficier de cette exemption, il est obligatoire d’en faire la demande formelle et de remplir le formulaire « Attestation de l’assureur étranger », qui doit être signé par l’assureur étranger. Mon assurance-maladie, c’est celle que j’ai au Venezuela, elle est internationale. Alors elle est valable ici. C’est Seguros Caracas. (Étudiant vénézuélien, 2e année HEG). Néanmoins, la grande majorité des étudiants interrogés à Genève et Vaud ont contracté leur assurance-maladie dès leur arrivée en Suisse.

43Par ailleurs, on a noté chez la plupart des interviewés une véritable crainte de se rendre chez le médecin et surtout des coûts que cela peut engendrer. En outre, on a observé qu’un mauvais état de santé de l’étudiant constitue une source de précarisation économique et d’échec académique au pire des cas. Ils ont fait des scanners de mon ventre, des trucs comme ça, des examens très sérieux. Je suis assuré et les frais, parce que j’avais retardé le payement, les frais de rappels, tout ça reste à ma charge. Après, je vais dépasser largement ma franchise. Qu’est-ce que je peux faire ? À qui je peux m’adresser ? Où je peux me plaindre ? C’est des problèmes inutiles qui te bouffent et qui dérangent même tes affaires à l’école. J’ai quand même dû arrêter l’université à cause de ça… L’année 2004, j’ai suivi des cours mais je n’ai pas fait les examens et c’est là que je suis allé à la HEG. (Étudiant sénégalais, 2e année HEG). Le dentiste, oui. Ça m’a ruiné. J’avais une dent cariée et je ne voulais pas que l’on me l’arrache ; ce n’est pas que je ne voulais pas, mais je suis allé chez le dentiste parce que, voilà, et il m’a fait un devis et donc je pouvais payer par mois, quoi, mais ça faisait quand même 1600 francs, quoi. (Étudiante camerounaise, 4e année HEdS). - Je n’ai pas le droit de tomber malade. Non, c’est très difficile et en plus je tombe malade très souvent ces derniers temps ; je pense que c’est à cause de la fatigue aussi. Je ne vais jamais chez le médecin, mais en fait je ne reste pas à la maison, je vais quand même à l’école. Voilà, Dafalgan, si je dois prendre un antibiotique, je le prends mais c’est rare que je reste un jour à la maison, parce que même si je me sens très mal, je viens et je m’allonge. - Pourquoi ? - C’est trop cher. La dernière fois que je suis allée, à part le gynéco parce que là on est vraiment obligé, mais là j’y vais normalement, mais chez un médecin généraliste non. Je suis allée une fois pour le certificat de bonne santé d’ici de l’école et j’ai payé 500 francs. Je ne savais pas si c’était bien ou pas bien, mais c’est ce que j’ai payé. (Étudiante camerounaise, 2e année HEdS).

44Par souci de ne pas avoir à modifier leur budget, les étudiants tentent de faire abstraction de leurs maux, au risque de mettre en péril la réussite de leur formation. Et quand le budget des étudiants est soumis à un imprévu, ils préfèrent restreindre leurs activités extrascolaires, qu’ils jugent superflues dans l’optique de l’obtention d’un diplôme HES. Mais, paradoxalement, ces décisions peuvent précariser davantage leurs conditions de vie et avoir une influence négative sur leur rendement académique.

© Éditions ies, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search