Version classiqueVersion mobile

Étudiants du Sud et internationalisation des hautes écoles : entre illusions et espoirs

 | 
Ibrahima Guissé
, 
Claudio Bolzman

Deuxième partie. Conditions d’émergence du projet de formation des étudiants du Sud et situation sociale en Suisse

V. Situation socio-économique des étudiants étrangers de la HES-SO

Texte intégral

1Toute réflexion sur la précarité des étudiants est d’abord une réflexion sur les conditions de vie et sur l’emploi des étudiants. Or, nous pensons que cette tentative de compréhension de la précarisation en général et des mécanismes de précarisation des étudiants en particulier, pour être efficiente, doit être présidée par la perspective macro-sociale des inégalités, afin de mieux rendre compte des interactions possibles entre différents domaines où ces inégalités sont susceptibles d’être constatées.

2Ainsi, l’on peut supposer que la précarité économique est le propre de l’étudiant, qu’il soit du Nord ou du Sud. On peut aussi supposer que les processus de précarisation des seconds seront influencés par des facteurs juridiques, contextuels et culturels différents de ceux qui peuvent affecter la vie des premiers. La focalisation sur les étudiants du Sud, Africains ou Sud-Américains, qui suivent une formation en HES-SO, permettra donc de s’interroger sur l’émergence de nouvelles formes de précarisation, non seulement liées à la condition étudiante en général, mais rattachées aux conditions structurelles et socioculturelles spécifiques dans lesquelles sont placés des groupes minoritaires.

1. Situation sociale des étudiants

3Les étudiants interrogés viennent d’horizons différents et la logique de construction de leurs projets peut varier en fonction de leurs capitaux sociaux et économiques. Selon Bourdieu (1964), le capital social est l’ensemble des ressources liées à la possession d’un réseau durable de relations qui s’acquiert au travers d’une socialisation propre au milieu d’origine. Le capital économique représente les moyens financiers et matériels à disposition du sujet. Il s’agit de ressources que l’on peut mobiliser afin d’avoir un meilleur positionnement dans la structure sociale. En cela, l’origine socioprofessionnelle des étudiants étrangers nous donne une indication sur leur situation sociale et sur leurs ressources potentielles. En effet, il est intéressant de connaître l’origine sociale des étudiants étrangers quand on sait l’importance croissante dans le temps de la relation entre origine, diplômes et destinée sociale. Dans cette optique, nous nous sommes intéressés à la situation socioprofessionnelle des parents des étudiants de notre échantillon et à la comparaison de leurs trajectoires en lien avec leurs origines.

4Il existe différentes manières de regrouper les catégories socioprofessionnelles. Nous avons repris le système de classification développé par Joye et Schuler (1994) à la demande de l’Office fédéral de la statistique, puis repris par Bolzman et al. (2003). Ce système « résulte d’une combinaison de quatre dimensions : la situation dans la profession (dirigeant, indépendant, salarié) ; le type de formation (université, tertiaire professionnel/technique, secondaire supérieur, scolarité obligatoire) ; la position hiérarchique ; le type de travail (manuel ou non). La combinaison de ces quatre dimensions génère un système de classification en huit catégories socioprofessionnelles » (Bolzman et al., 2003) :

  • dirigeant : chef d’entreprise, directeur ;
  • indépendant de formation universitaire ;
  • indépendant de formation non universitaire ;
  • salarié de formation universitaire ;
  • salarié intermédiaire, inclut : les salariés munis d’une formation professionnelle supérieure et ceux qui ne disposent pas d’une telle formation mais qui exercent une autorité sur des personnes ;
  • employé qualifié de formation secondaire supérieure, qui exerce une profession non manuelle et n’exerce pas d’autorité sur des personnes ;
  • ouvrier qualifié de formation secondaire supérieure, qui exerce une profession manuelle et n’exerce pas d’autorité sur les personnes ;
  • salarié non qualifié de formation limitée au niveau obligatoire.

5Nous nous sommes intéressés plus particulièrement aux origines sociales des étudiants fréquentant les écoles de santé et d’ingénieurs, puisque celles-ci comptent le plus grand nombre d’étudiants du Sud, mais nous avons tenu compte également des étudiants fréquentant d’autres domaines de formation, tels que la gestion, les arts appliquées ou le travail social. Nous les avons regroupés dans la catégorie « Autres ».

Tableau 3. Origines socioprofessionnelles des étudiants étrangers dans les principales filières HES-SO

Situation socioprofessionnelle des parents

Écoles d’ingénieur

Écoles de santé

Autres

Indépendant/directeur

40 %

53 %

54 %

Salarié de formation universitaire

14 %

12 %

12 %

Salarié intermédiaire

36 %

18 %

24 %

Employé qualifié

3 %

12 %

6 %

Ouvrier qualifié

0 %

0 %

6 %

Salarié non qualifié

0 %

0 %

0 %

Retraités-Inactifs

7 %

6 %

0 %

N

27

17

16

6Nous observons qu’une grande partie des étudiants interviewés sont originaires des classes moyenne et supérieure. Les plus démunis n’ayant pas les moyens d’étudier à l’étranger, nous ne retrouvons quasiment aucun enfant de salarié non qualifié et d’ouvrier qualifié. Les enfants des classes sociales les plus favorisées sont donc fortement surreprésentées, au détriment des jeunes des catégories sociales plus modestes. Ce tableau reflète donc assez bien la théorie de reproduction sociale puisque les enfants des classes moyenne et supérieure des pays du Sud constituent la majorité des étudiants interrogés dans les Hautes écoles spécialisées en Suisse occidentale, sans aucune distinction de filière : J’ai des amis à moi du Cameroun, tu leur donnes l’argent pour venir ici qu’ils ne viendraient pas. Votre pays de misère ici, ça ne les intéresse pas. Il faut te rendre compte que sur 100 migrants, il y en a au maximum 60 qui sont vraiment pauvres, et ça c’est une étude que moi j’ai essayé de faire : les gens extrêmement riches ne migrent pas, qu’ils soient au Sud ou au Nord, parce qu’ils ont tout ce qu’il leur faut. (Étudiant camerounais, 4e année HEdS).

7Nous distinguons deux profils d’étudiants. Ceux que nous appelons les « sécurisés » ou « les héritiers », parce que disposant d’un capital social important ou issus de familles relativement aisées. Pour ceux-là, le terme de leurs études est fixé dès le début avec, pour finalité, l’obtention d’un titre académique et une insertion professionnelle au pays d’origine. En revanche, le second profil d’étudiants est constitué de ceux que nous nommons les « insécurisés » ou « déshérités » parce que ne disposant pas de ressources sociales, culturelles et symboliques pour mener de façon linéaire leur projet d’études. Au vu de notre enquête, il semblerait que les « sécurisés » soient légèrement majoritaires, bien que cela ne leur confère pas pour autant une situation stable.

2. Sources de revenus

8Si l’on considère l’éventail complet des revenus touchés par les étudiants durant leur période de formation, on constate que l’emploi est la première source de gain, suivie des contributions parentales, des aides des écoles et finalement, très loin derrière, des bourses de formation. Certains étudiants ayant déjà travaillé au pays d’origine viennent avec leurs propres économies : J’avais mis de l’argent de côté quand je travaillais au Cameroun. Pas beaucoup mais bon, pour le début ça dépanne. (Étudiant camerounais, 2e année EIG). D’autres sont mariés ou en concubinage et bénéficient du soutien de leur conjoint ou concubin : C’est mon mari qui paye tout. (Étudiante camerounaise, 3e année HEdS).

9En règle générale, au début de leur séjour, les aides financières familiales sont les principales sources de revenus des étudiants étrangers en Suisse. Le temps que l’étudiant s’installe et prenne ses marques, le travail rémunéré devient alors la source primordiale de revenu, en complément ou en remplacement de l’apport des réseaux de parenté. Bien que la garantie financière soit censée couvrir les frais de la première année d’études, nous constatons qu’une grande partie des étudiants interrogés cherchent à travailler quelques mois après leur arrivée, ce qui laisse supposer l’insuffisance de l’aide financière familiale. Très peu d’étudiants étrangers bénéficient d’aides financières couvrant l’intégralité du séjour en Suisse et la majeure partie d’entre eux doit plutôt composer avec une contribution économique partielle, avoisinant les 500 francs en moyenne. Quatre types d’aides familiales sont observés :

  • L’aide totale durant l’intégralité du séjour : Pour tout. Le billet et la vie ici. Jusqu’à maintenant d’ailleurs. (Étudiant guinéen, 2e année EIG).
  • L’aide totale durant les premiers mois : Ils ont tout payé, le billet d’avion, l’école, le logement. Ils avaient payé toute l’année de scolarité, ils ont payé le logement pour les six premiers mois. (Étudiante congolaise, 1re année HEdS).
  • L’aide partielle à long terme : Au début, mon père me donnait quelque chose comme 300 dollars seulement. Après, il a commencé à m’aider un peu plus. (Étudiant vénézuélien, 2e année HEG).
  • L’aide partielle à court terme : Oui, au début, mes parents et ma tante m’ont aidé à payer le billet d’avion. Ils m’ont aussi un peu aidé les deux trois premiers mois mais, dès que j’ai compris les lois, comment on travaille et tout ça, j’ai voulu me débrouiller tout seul et j’ai travaillé dans l’hôtellerie. (Étudiant tunisien, 2e année HEG).

10Il faut noter que le nombre d’étudiants ne recevant aucune aide financière est beaucoup plus important que celui de ceux bénéficiant d’une aide totale durant l’intégralité du séjour. Cet étudiant congolais à l’école de santé de Lausanne n’aurait même jamais pu entreprendre de formation dans la HES-SO sans la générosité d’une Suissesse rencontrée par hasard au marché : Heureusement pour moi, entre-temps, j’ai fait la connaissance d’une dame bien généreuse, qui a accepté d’être garante de ma formation. Je n’avais pas de bourse, je n’avais rien du tout. Une fois je suis allé travailler au Mont-sur-Lausanne, elle est maraîchère et j’ai discuté avec elle. Il faut dire que cette dame est chrétienne et vraiment elle a eu compassion de moi. Je ne sais pas si c’est une chance ou pas, mais bon… elle a accepté. (Étudiant congolais, 3e année HEdS).

11Chez les Sud-Américains, cette aide financière dure plus longtemps car, très souvent, les non francophones s’accordent une période où, inscrits dans une école de français, ils essayent de réduire la barrière linguistique. Et durant ce laps de temps, les étudiants sont complètements dépendants des aides extérieures, n’ayant que peu de possibilités de travailler.

12Les aides externes au réseau ne sont pas légion chez nos interviewés. En effet, seuls deux étudiants interrogés bénéficient d’une bourse d’études : Tous les formulaires de bourse que j’ai vus, le permis B, c’est exclu, donc voilà, quoi. (Étudiante congolaise, 1re année HEdS). Ce chiffre peut s’expliquer par le fait que les bourses cantonales ne sont pas délivrées aux étudiants étrangers et que leur statut juridique rend impossible leur accès aux bourses de la commission sociale de l’université durant la première année d’études. Certains étudiants, convaincus de ne pas répondre aux critères d’attribution d’une bourse, ne cherchent même pas à entamer les démarches : Je ne connais pas comment ça se passe pour obtenir une bourse. J’ai juste demandé à des amis comment ça se passait pour la bourse et la réponse était déjà négative, alors je n’ai pas voulu entrer dans la démarche. (Étudiante camerounaise, 3e année HEdS).

13Selon Madame Blumer, responsable à la Haute école de santé (HEdS), l’unité d’admission de l’école recevrait six demandes d’aide par semaine, émanant principalement d’étrangers. Ces personnes se manifestent généralement à partir de la fin de leur première année, dès lors que le règlement ne leur permet pas d’accéder à une assistance financière auparavant. Dans le cas des étudiants ressortissants des pays extra-européens, cela est d’autant plus vrai qu’ils ont dû prouver à l’OCP leur solvabilité. Concernant les aides, le principe de subsidiarité s’applique. Premièrement, les étudiants doivent contacter le Service des allocations d’études. La réponse est généralement négative, car l’un des critères d’attribution suppose que les étudiants hors UE aient été des contribuables indépendants pendant cinq ans à Genève. Alors que, pour les étudiants suisses ou européens, la durée de contribution est de deux ans.

14Le Bureau universitaire d’information sociale (BUIS) constitue le principal lieu de recours des étudiants en situation de détresse à Genève. Toutefois, l’aide durant la première année n’est également pas possible, mais c’est à partir de la seconde année d’études qu’une aide partielle est octroyée, à condition que l’étudiant ait comptabilisé 60 crédits. En troisième lieu, les étudiants peuvent également contacter les fondations privées (Wilsdorf, etc.) sur dossier et sur demande de l’école. Enfin, il est possible de faire appel au fonds interne de l’école, provenant de donations. La procédure est donc assez lourde et nous n’avons pas rencontré d’étudiant ayant entrepris ces démarches.

15En ce qui concerne l’EIG, l’école attire l’attention sur le fait qu’elle ne dispose pas de fonds pour octroyer des bourses ou pour aider financièrement les étudiants. Par conséquent, le service social de l’école n’examine pas les demandes financières des étudiants durant leur première année d’études. Mais même au-delà, les futurs ingénieurs ne peuvent pas compter sur une aide financière substantielle de la part de leur école.

16Sans accès aux bourses, les étudiants étrangers interrogés admettent qu’ils sont contraints d’utiliser l’argent envoyé par leur famille, bien qu’ils aimeraient qu’il en soit autrement : Quand je reçois cet argent de mes parents, c’est à contre-cœur, je sais ce qu’il leur en a coûté et j’ai presque honte, quoi. (Étudiant ivoirien, 2e année HEIG-VD). Moi, je veux montrer à ma mère que j’arrive à faire quelque chose seul. (Étudiant tunisien, 2e année HEIG-VD). Ils ont bien conscience des sacrifices que font leurs familles afin de les aider et c’est pour cette raison qu’un des premiers objectifs des étudiants est de les soulager de cette charge en trouvant rapidement une autre source de revenu : J’ai envie de m’assumer seul, de travailler. L’argent, il faut le laisser en Tunisie, ils en ont plus besoin. (Étudiant tunisien, 2e année HEG). Les aides financières familiales restent provisoires, mais indispensables, et les étudiants se doivent d’exploiter, dans les plus brefs délais, d’autres sources potentielles de revenus.

17Par ailleurs, nous avons observé que les étudiants des hautes écoles de santé bénéficient, en ce qui les concerne, chaque mois d’une allocation de 400 francs pendant leurs stages, couvrant ainsi les frais d’écolage et parfois les frais de la chambre au foyer pour étudiants. Bien que cette somme soit d’une grande utilité pour les bénéficiaires, elle est largement insuffisante selon nos enquêtés : Je reçois 400 francs de l’école, mais sinon rien. Je dois bosser tous les week-ends pour combler le reste, quoi. (Étudiante camerounaise, 3e année HEdS). Les étudiants reçoivent des indemnités de 400 francs par mois, ce qui correspond aux stages qu’ils font durant leurs études, ils travaillent un peu. Ça permet de tourner un peu mieux, c’est un plus qui permet de payer la chambre, l’assurance-maladie… On n’arrive pas, mais ça aide. (P. Dupuis, responsable d’admission HEdS).

18Des structures telles que le BUIS à Genève peuvent donc également apporter une aide financière ponctuelle aux étudiants, mais les critères sont assez restrictifs : C’est vrai que l’université, pour l’instant, a décidé de donner un certain nombre de bourses à des étudiants qui, par leur statut, n’ont pas le droit aux bourses cantonales. Donc, c’est essentiellement des étudiants étrangers ; donc, nous, on aide plutôt des étudiants étrangers parce que ceux-là n’ont pas le droit aux prestations du canton. Depuis l’année 2003, les étudiants étrangers HES peuvent bénéficier des prestations de l’université puisqu’il y a une convention qui a été signée par les HES et l’Université de Genève, ce qui fait que depuis 2003, on a aussi des étudiants des HES qui viennent aussi nous solliciter au niveau des bourses. On a des critères assez restrictifs parce qu’on a des budgets qui sont limités, contrairement aux cantons où, quand la personne est dans les critères, elle va recevoir sa bourse. Nous, on a un budget et à partir du moment où le budget est terminé, ben, on peut plus donner de bourses. Donc, les critères principaux, l’étudiant doit être en première formation parce qu’il y a beaucoup d’étudiants, même dans les HES, qui arrivent en ayant fait déjà une première formation complète dans leurs pays, donc ça exclut quand même pas mal d’étudiants qu’on ne peut pas prendre en charge. Il faut que l’étudiant ait travaillé l’année précédente parce qu’il n’a pas le droit en première année, il n’a le droit qu’en deuxième année, donc il faut qu’il réussisse l’année d’études et que, pendant cette année d’études, qu’il ait travaillé. Ce sont vraiment les trois critères essentiels, le fait d’être en première formation, d’avoir travaillé et d’avoir déjà réussi une année d’études. (Entretien BUIS).

19Quand une institution sociale telle que le BUIS ne peut plus entrer en matière, les assistants sociaux orientent l’étudiant vers d’autres structures : - En tous les cas, l’octroi de bourses en 1reannée est impossible et là on fait plutôt appel à des aides comme les colis du cœur, des choses comme ça, mais on ne peut pas donner de l’argent. Même le vestiaire. On a vu des personnes arrivées sans chaussettes en hiver. Ils avaient les baskets, le pantalon mais il n’y avait pas les chaussettes, alors tu te dis qu’il y a quelque chose qui manque, il fait zero degré, la personne a une petite chemise avec une veste maigrichonne, alors tu te dis : « Ils n’ont pas de quoi s’habiller. » C’est vrai, alors on leur fait souvent des bons de vestiaire vers novembre, décembre. - Ça fait partie des types d’aide que vous donnez en marge des aides financières ? - Ce n’est pas nous qui les donnons. On a des réseaux dont bénéficie tout le monde à Genève et nous, on les oriente vers des réseaux parce que ce n’est pas nous qui allons faire ça. Le vestiaire, c’est Caritas. Le dépannage chaussettes. Mais mis à part les bourses, on a tout un travail social comme d’autres services sociaux par rapport à quelqu’un qui a des difficultés, essayer de lui faire bénéficier du réseau. (Entretien BUIS).

20Même si le BUIS est ouvert aux étudiants HES, nous avons observé que, parmi nos enquêtés, aucun n’a mentionné avoir eu accès aux prestations du Bureau universitaire d’information sociale.

21Bien que ces différentes sources de revenus potentielles puissent permettre aux étudiants de s’ajuster à une conjoncture difficile, il reste que la situation sociale de certains de nos enquêtés reste pénible, car les critères d’accès aux aides sont souvent aussi implacables. Le coût de la vie en Suisse et d’autres sollicitations de la famille au pays expliquent la difficulté à maîtriser un budget où les revenus restent également aléatoires. Le travail rémunéré, qui peut souvent entrer en concurrence avec les études, constitue en effet la principale source de revenus qui permet d’entretenir un budget réduit au minimum vital.

3. Budget estimé des étudiants

22En Suisse, l’Assurance-vieillesse et survivants (AVS) et l’Assurance-invalidité (AI) fixent les limites de la pauvreté à un revenu de 2100 francs par mois. Selon la Conférence suisse des institutions d’action sociale (CSIAS) : « Le seuil de pauvreté (besoins de base tels que nourriture, vêtements, transports, communication, loyer, primes d’assurance-maladie) est de 2480 francs pour un ménage d’une personne. Est considéré comme pauvre tout ménage dont le revenu, après déduction des cotisations sociales et des impôts, est inférieur au seuil de pauvreté. » Au vu de nos observations, nous constatons que la majorité de notre échantillon se trouve en situation de pauvreté puisque le budget moyen des étudiants interrogés est de 1500 francs. A la question concernant l’estimation et la satisfaction du niveau de vie économique, la grande majorité des étudiants interrogés répondent que leur situation financière n’est pas satisfaisante.

23Le budget des étudiants est variable en fonction des ressources de la personne concernée. Plusieurs critères sont à prendre en compte : l’aide financière des parents, la pratique d’une activité rémunérée, l’éventuelle obtention d’une bourse et le fait d’avoir ou pas des enfants. Sachant qu’à chaque critère correspondent des coûts et des charges différents, le budget type d’un étudiant étranger est très difficile à calculer. Or, la majorité des étudiants interviewés n’ont pas d’enfant, ne perçoivent pas de bourse et ne reçoivent plus, ou peu, d’aide financière.

24En 2007, une étude menée par l’Observatoire de la vie estudiantine auprès des étudiants de l’Université de Genève indique que le budget mensuel pour vivre convenablement est estimé entre 1500 et 2500 francs. Une estimation du budget minimum similaire à celle révélée par les interrogés de notre étude : environ 2000 francs, avec lesquels un étudiant devrait pouvoir couvrir les frais mensuels de son séjour en Suisse.

25Selon nos enquêtes, les différents postes du budget des étudiants étrangers interrogés se présentent ainsi, par ordre de priorité :

  • le loyer ;
  • l’assurance-maladie ;
  • les frais d’études ;
  • la nourriture et les boissons ;
  • le téléphone ;
  • les transports en commun ;
  • les vêtements ;
  • les frais divers et loisirs.

26Le loyer et les primes d’assurance sont cités par quasiment tous les étudiants étrangers interviewés comme deux postes du budget auxquels il est impératif de ne pas déroger : Déjà le loyer et puis l’assurance, ça c’est ce que je paye en premier. (Étudiante tunisienne, 1re année HEIG-VD). La part du budget consacrée à la nourriture et au téléphone sont également des impondérables pour la quasi-totalité des enquêtés, même si ceux-ci peuvent être aménagés. Le fait de vivre à distance, loin des amis proches et de la famille, n’est pas chose facile et contacter sa famille restée au pays d’origine permet de vivre quelques instants par procuration auprès des siens. Nous constatons en effet que la part du budget dévolu aux frais d’appels téléphoniques, difficilement quantifiable par défaut de comptabilité de nos répondants, reste néanmoins significative. Il peut arriver aussi que l’envoi de fonds à la famille soit régulier si l’étudiant a des enfants à entretenir au pays. C’est le cas de cette étudiante qui participe mensuellement à la prise en charge de ses enfants : J’ai des jumeaux. C’est ma famille qui s’en occupe. Le peu d’argent que j’envoie là-bas, c’est pour eux. (Étudiante camerounaise, 3e année HEdS). En ce qui concerne le budget consacré aux activités extrascolaires (activités de loisirs, sorties etc.), il dépend de la situation financière globale et de l’état d’esprit des étudiants : Moi je suis plutôt casanière, alors je ne sors pas trop. (Étudiante péruvienne, 3e année HEdS). En ce qui concerne les frais divers, ils varient en fonction des étudiants : Pour un étranger qui n’a pas de charges, il faut s’habiller, il faut manger, en plus je suis une femme et puis j’ai besoin de petits trucs, quoi. (Étudiante angolaise, 1re année HEIG-VD). Beaucoup d’étudiants enquêtés avouent se priver de loisirs faute de moyens.

27Par ailleurs, comme nous l’avons montré ailleurs dans cette étude, les étudiants des Écoles de santé connaissent un léger avantage dans la façon de gérer les principales rubriques du budget moyen de l’étudiant. Pour ces étudiants en santé, les frais d’écolage et de location d’une chambre au foyer d’étudiants sont directement prélevés sur l’allocation de l’école : La chambre, c’est 250 francs, mais c’est prélevé directement sur ce que l’école me donne. (Étudiante camerounaise, 2e année HEdS). Ces étudiants peuvent également ne pas avoir à s’acquitter des frais liés au transport entre le lieu de formation et celui de leur résidence, dès lors que les deux peuvent se confondre ou sont rapprochés. Un budget solide semble donc plus facile à constituer pour un élève d’une haute école de santé que dans n’importe quelle autre filière HES-SO. Si l’on s’en tient à l’aspect comptable du séjour des étudiants étrangers en Suisse, il paraît évident qu’un foyer réservé exclusivement aux étudiants de l’école est un avantage conséquent. Cependant, cela ne se reflète pas sur la pratique de loisirs ou d’activités extrascolaires, faibles par ailleurs chez les étudiants enquêtés.

28Les étudiants ayant des difficultés à joindre les deux bouts développent alors des stratégies leur permettant d’économiser : Heureusement pour moi, je travaille dans un restaurant, donc, quand je travaille, je mange là-bas. Mais les midis à l’école ou pour les petits déjeuners… en fait, les petits déjeuners, oublie, ça devient un luxe maintenant… (Étudiant ivoirien, 4e année EIG). Moi je vais partout en vélo, je n’ai pas d’abonnement. (Étudiant ivoirien, 2e année EIG). Je ne pratique que des sports gratuits comme le jogging et le fitness. (Étudiant camerounais, 3e année HEIG-VD). Moi je fais mes courses en France, c’est moins cher ! (Étudiante camerounaise, 3e année HEdS). L’endettement est rarement évoqué, mais certains étudiants témoignent être à la limite de leur budget : On vit toujours dans le négatif. On est toujours à moins 1000 francs à la banque. (Étudiante camerounaise, 1re année HEdS).

29Lorsque l’on considère l’ensemble de leurs revenus et dépenses, on constate que, pour parvenir à équilibrer leur budget, les étudiants étrangers n’ont pas d’autre moyen que d’exercer une activité rémunérée parallèlement aux études.

4. Boulots de survie

30Des études portant sur la situation sociale des étudiants en Suisse indiquent des conditions de vie marquées par une concurrence entre les études et l’exercice d’une activité rémunérée. En 2005, une enquête menée par l’Office fédéral de la statistique (OFS) révèle que 82 % des étudiantes et étudiants des hautes écoles exercent une activité rémunérée en parallèle à leurs études et cette proportion ne varie que faiblement selon le sexe, le canton, la haute école ou le domaine d’études. Sur cinq personnes exerçant une activité rémunérée, quatre sont également actives durant les périodes de cours. Et même si le soutien de la parenté intervient dans neuf cas sur dix, de plus en plus quittent le foyer parental et considèrent le travail comme une nécessité afin de faire face aux nombreuses charges. Se loger, se nourrir, assumer les dépenses courantes et les frais d’études sont « autant d’impératifs auxquels l’étudiant doit être en mesure de répondre, selon la situation familiale, sociale et économique qui est la sienne » (Stassen et al., op. cit. : 35). Des exigences de vie qui « contraignent les étudiants à un exercice d’équilibre entre les études et les petits boulots » (Guissé, 2002).

31Si, initialement, les études HES sont conçues pour être suivies à plein temps, cette conception ne correspond plus à la réalité de la vie estudiantine. Les étudiants suivant leur formation sans exercer d’activités rémunérées forment plutôt l’exception, et la relation entre les études et l’emploi devient alors un enjeu primordial dans l’optique du bon déroulement du cursus académique. La difficulté étant de réussir à travailler sans mettre ses études en péril.

32Le cumul entre formation et travail n’est certes pas un phénomène nouveau chez les étudiants, mais dans un contexte de précarité, d’augmentation des besoins et du retrait de l’État social, cette situation revêt une réalité particulière. Les travaux de l’Observatoire de la vie étudiante révèlent que, jusqu’à quinze heures par semaine, le travail rémunéré est plutôt un facteur d’intégration, vécu positivement. Cependant, la grande majorité des étudiants se voient contraints de travailler plus afin de subvenir à leurs besoins, mettant à profit n’importe quel moment libre pour travailler. Si l’on tient compte qu’un étudiant HES a un volume horaire de 40 heures de cours par semaine, on devine la difficulté à conjuguer travail et formation. Et les difficultés posées par l’introduction du processus de Bologne seront nombreuses puisqu’elles généralisent les études à pleins temps et raccourcissent les délais d’études de façon radicale : En HES, ils ont un horaire beaucoup plus rempli (qu’à l’université) et ils ont moins de temps pour les petits boulots. Il y a juste le soir, beaucoup de petits jobs le soir ou le week-end. (Entretien BUIS). Les étudiants ont donc moins de vacances et de temps disponible afin d’exercer une activité rémunérée et mettre un peu d’argent de côté : Normalement, c’est quinze heures pour un étudiant mais au bout de quinze heures, tu n’as presque rien gagné et il faut bien payer la chambre, il y a des charges. Alors parfois, je travaille vingt heures, parfois plus. Je m’arrange. Déjà samedi et dimanche ça fait dix-sept heures, encore deux soirs par semaine, ça fait encore huit heures en plus… (Étudiante camerounaise, 3e année HEdS).

33L’équilibre entre formation et activité rémunérée peut dépendre de plusieurs facteurs, tels que le type d’emploi exercé, le taux d’activité ainsi que le domaine d’études. L’âge, le sexe, l’origine socio-professionnelle et le pays d’origine sont autant de variables qui peuvent également influer sur la capacité à gérer ce cumul, mais il n’est évidemment pas possible d’en dégager une liste exhaustive. Il paraît cependant évident que de la nature de l’emploi occupé dépendra en grande partie la capacité de l’étudiant à jongler avec des horaires de cours, des exigences institutionnelles et un planning professionnel chargé.

5. Le permis B étudiant ou l’impératif d’autonomie financière

34La plupart des étudiants étrangers sont des free movers, c’est-à-dire qu’ils sont obligés de travailler pendant leurs études comme bon nombre d’étudiants autochtones, à la différence près que les premiers subissent des « contraintes d’ordres structurel et légal liées au cadre juridique qui organise et délimite leur possibilités » (Guissé, 2002). En effet, un des critères d’obtention du permis B étudiant est la présentation d’une garantie financière avoisinant les 15 000 francs à Genève et les 20 000 francs dans le canton de Vaud, certifiant ainsi que l’étudiant est solvable durant sa première année de formation en Suisse. Cependant, on peut s’interroger sur la réalité et l’effectivité de cette garantie financière pour l’ensemble des étudiants. Le fait que certains étudiants étrangers cherchent à travailler dès leur arrivée, ce qui ne leur est officiellement pas autorisé, semble indiquer que les ressources à leur disposition ne sont pas suffisantes pour soutenir la période probatoire.

35Il s’avère que la quasi-totalité des étudiants interrogés travaillent durant la période des cours dans l’objectif d’être autonomes financièrement. L’accès impossible aux bourses de la commission sociale durant la première année et l’interdiction des bourses cantonales, réservées aux Suisses, les conduisent dans un processus de précarisation que seule une indépendance financière peut freiner. Mais à quel prix ?

36Il est légitime de se demander si « le travail salarié ne risque pas de tuer, ou de transformer, la migration des étudiants en une migration traditionnelle, de force de travail et d’éloigner les étudiants de leurs études » (Latreche, 1999). En effet, nous constatons lors de nos entretiens qu’une grande partie des étudiants interrogés estiment que le cumul entre formation et travail a un impact négatif sur leurs résultats scolaires. Laissés à eux-mêmes, les étudiants n’ont pas d’autre choix que de trouver un travail rémunéré et leur capacité à s’assumer financièrement dépendra du taux d’activité qu’ils seront capables de faire cohabiter avec leurs horaires de cours : J’essaye de faire en sorte que ça ne m’affecte pas, mais quoi qu’on dise, ça affecte quand même parce que tu rentres, tu es fatiguée ; ce matin je me suis levée et j’ai travaillé samedi et dimanche, j’ai dû me lever à 5 heures pour faire mes devoirs, c’est dur. C’est très difficile de cumuler. (Étudiante camerounaise, 2e année HEdS).

37Nous avons observé lors de nos entretiens que certains moments sont plus propices que d’autres afin d’exercer une activité rémunérée. En effet, les étudiants interrogés préfèrent en majorité travailler durant le week-end ou le soir. Les étudiants travaillant le matin ou la nuit estiment tous que leur emploi a un impact négatif sur leurs résultats scolaires. Ces étudiants sont plus rares, mais leur nombre n’est néanmoins pas négligeable.

38Le permis B a une autre caractéristique qui complique l’impératif d’autonomie financière, en ce sens qu’il restreint le taux d’activité à 20 heures de travail hebdomadaire à Genève et à 15 heures dans le canton de Vaud, ce qui pour beaucoup n’est pas suffisant, limitant ainsi la marge de manœuvre des étudiants étrangers et les confortant dans une situation de précarité économique. Selon l’Office cantonal de la population, cette limitation ne devrait pas avoir d’impact négatif sur leurs conditions de vie : Avec 20 heures, normalement ça devrait suffire. Plus à plein temps l’été et les vacances. Pour l’instant, parce que Berne est devenu plus restrictif par rapport au travail aussi. Avec la nouvelle loi, ils ne pourront travailler uniquement que l’été plus de 20 heures. Entre parenthèses, c’est 15 heures actuellement, mais c’est une particularité genevoise, alors là ils vont nous mettre au pas… (Entretien OCP).

39On n’exige pas seulement de l’étudiant d’être performant académiquement, mais également d’être autonome financièrement. En conséquence, pour joindre les deux bouts, ces étudiants étrangers doivent donc rentabiliser tout le temps possible en dehors des heures de cours, sacrifiant vacances et loisirs, afin d’assumer leur situation. Des stratégies sont également mises en place par ces étudiants avec la complicité de certains employeurs, leur permettant de travailler plus que la limite autorisée. Les étudiants qui se voient obligés de dépasser le nombre d’heures admis ne rencontrent généralement aucun problème pour travailler plus : Ce n’est pas un problème parce que s’ils (employeurs) ont vraiment besoin de moi, ils s’arrangent. (Étudiante camerounaise, 3e année HEdS).

40Le travail au noir (ou au gris) paraît ainsi une des stratégies convenues visant à contourner la limitation d’heures de travail hebdomadaire fixée par le permis B. L’une des difficultés majeures étant que ces emplois non déclarés (ou déclarés à moitié) restent très précaires et n’assurent pas la stabilité de la situation des étudiants concernés.

41Une étudiante péruvienne en 3e année HEdS dit avoir passé plus d’un an sans avoir été informée de l’ampleur du taux d’activité autorisé pour les personnes au bénéfice d’un permis B étudiant : La première année, on a été mal renseigné par le contrôle de l’habitant et je voulais aussi avoir des sous pour faire ma formation. Déjà depuis le début, j’avais prévu de faire une formation, donc je me suis dit que j’allais travailler en même temps que j’apprends le français ; malheureusement, je ne savais pas combien d’heures on pouvait faire, alors je faisais quatre heures par semaine pendant un an et demi - deux ans. En fait, on avait le droit à vingt heures par semaine, mais on ne le savait pas. (Étudiante togolaise, 2e année HEIG-VD).

© Éditions ies, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search