Version classiqueVersion mobile

Étudiants du Sud et internationalisation des hautes écoles : entre illusions et espoirs

 | 
Ibrahima Guissé
, 
Claudio Bolzman

Deuxième partie. Conditions d’émergence du projet de formation des étudiants du Sud et situation sociale en Suisse

IV. Conditions juridiques de l’immigration estudiantine

Texte intégral

1Cette partie traite des impondérables liés aux conditions de séjour des étudiants du Sud, notamment du lien entre la précarité du statut juridique et les performances à la fois économiques et académiques attendues de l’étudiant. Nous observons dans notre enquête plusieurs effets pervers de ce système qui sont loin de faciliter les objectifs des étudiants du « Sud » en quête d’un diplôme et d’une valorisation de leurs compétences. Le caractère strictement temporaire du séjour pour études constitue la variable structurelle qui organise dans le temps et dans l’espace la vie de l’étudiant étranger et qui fonctionne comme une épée de Damoclès, lui rappelant constamment l’impossibilité d’une autoréalisation durable dans l’espace où se déroule sa vie quotidienne.

1. Statut juridique des étudiants

2Comme les autres migrants non européens, les étudiants étrangers du Sud étaient soumis à la LSEE puis, dès 2008 à la LEtr. Toutefois, « les conditions juridiques d’existence qui leur sont réservées (type de permis, B étudiant en l’occurrence), précarisent leurs conditions et leur statut » (Guissé, 2002).

3L’article 32 de l’Ordonnance du 6 octobre 1986 (voir page 86) limitant le nombre des étrangers (OLE) fixe le cadre juridique ainsi que le statut des étudiants étrangers du Sud venus étudier en Suisse.

4Il faut rappeler que jusqu’en 2011, le permis B étudiant comportait une certaine particularité contraignante, qui fait le droit de séjour est strictement temporaire et s’achève à la fin des études. Les possibilités de rester en Suisse sont donc très restreintes : Il y a mariage et maladie. Ça pourrait éventuellement être en tant que requérant d’asile pour x raisons, un changement de gouvernement pendant qu’ils sont ici, etc. Et il y a eu quelques cas par le passé où ils ont trouvé une grande entreprise et ils ont obtenu une unité, mais il y a longtemps que je n’ai plus revu ça (entretien OCP).

5Après la modification de la LEtr en 2011, les étudiants ont une petite chance de rester en Suisse, à condition de trouver un emploi dans les six mois qui suivent l’obtention de leur diplôme, ce qui paraît plutôt improbable. En effet, dans un contexte difficile pour les jeunes, même ceux ayant fait toute leur scolarité en Suisse peinent à trouver une première insertion professionnelle dans ce délai. Ainsi, la dimension essentiellement provisoire est un aspect fondamental du séjour des interrogés car tout changement de place (d’étudiant à travailleur) est rendu presque impossible par le statut des étudiants étrangers. Cette variable structurelle, qui organise dans le temps et dans l’espace la vie de l’étudiant étranger, lui rappelle constamment « l’impossibilité d’une autoréalisation durable dans l’espace vécu » (Guissé, 2002). En effet, l’Ordonnance limitant le nombre des étrangers (OLE) du 6 octobre 1986 établit en son art. 32 les conditions d’entrée et de séjour des étudiants en Suisse. Cette ordonnance semble également exclure tout changement de statut ou de reconversion de statut d’étudiant en statut de travailleur, l’art. 7 de ladite Ordonnance donnant priorité aux travailleurs indigènes (les Suisses) et aux étrangers titulaires d’un permis d’établissement pour l’exercice d’une première activité lucrative. Ils insinuent que tu dois avoir ton diplôme à telle date, donc on ne va pas entrer en matière pour renouveler ton permis (étudiant sénégalais, 2e année HEG). Les perspectives d’avenir des étudiants étrangers sont donc marquées du sceau de l’incertitude et la fin des études peut vite devenir une source d’angoisse.

6Le statut juridique des étudiants étrangers limite leurs activités rémunérées à vingt heures par semaine à Genève et à quinze heures dans le canton de Vaud. Il leur est cependant possible de travailler à plein temps, mais uniquement durant les vacances scolaires. Ayant pour la grande majorité l’obligation de s’assumer économiquement, cette restriction peut avoir un effet négatif sur le projet des étudiants. Cette obligation d’autonomie financière est impérative car aucune aide économique ne peut leur être accordée durant la première année d’études. En effet, ils ont dû au préalable démontrer leur solvabilité, afin de prouver qu’ils disposent des moyens financiers nécessaires à leur séjour en Suisse. Une garantie de moyens de subsistance est ainsi exigée des étudiants étrangers. Celle-ci varie de 15 000 à 20 000 francs selon le canton et elle est souvent apportée par le réseau familial.

7Prévu pour la durée de la formation, le permis B pour études est cependant à renouveler chaque année auprès de l’Office cantonal de la population à Genève ou du Service de la population dans le canton de Vaud.

2. La question du renouvellement du titre de séjour des étudiants

8La question du renouvellement du permis B pour études est soumise à des critères précis que l’étudiant du Sud doit respecter durant l’intégralité de son séjour. Les trois principaux critères de refus du renouvellement étant :

  • la modification du programme d’études ;

  • le non-respect du délai des études ;

  • l’exmatriculation de l’étudiant étranger.

9Le programme d’études fixé doit donc être suivi sans interruption durant le séjour en Suisse, réduisant ainsi la marge de manœuvre des étudiants étrangers, une fois sur place. Le statut des étudiants et le renouvellement de leur titre de séjour sont donc étroitement liés aux performances académiques : Les critères sont précis. Quand une personne fait une demande, il fait par exemple une licence en quatre ans, en principe après quatre ans, s’il n’y a pas de motifs particuliers, comme par exemple de manque de moyens financiers ou de comportement, il est renouvelable presque tacitement, je dirais. On vérifie tout au début et une fois qu’il est admis, il dit qu’il vient pour quatre ans, il n’y a pas de raisons de remettre en question l’année d’après. Alors, soit il a été exmatriculé, ce genre de chose oui, mais autrement non. (Entretien OCP).

10Un changement drastique d’orientation et de projet de formation est donc pratiquement proscrit durant le séjour en Suisse : C’était pénible pour moi parce qu’ils m’ont dit de partir, alors j’ai fait un recours, j’ai pris un avocat que je paye très cher. J’ai payé 2000 balles. Eux, ils voulaient que je rentre chez moi, ils disaient que je n’avais pas le droit de changer, je ne dois pas changer la filière, j’ai dit que je voulais faire l’informatique et que je n’ai pas demandé de faire l’école d’infirmières. Alors j’ai fait le recours, ils m’ont demandé plein de documents et ça a duré plus d’une année. (Étudiante guinéenne, 2e année HEdS).

11Toutefois, l’étudiant peut éventuellement changer de filière s’il reste dans le même domaine d’études. À titre d’exemple, nous remarquons qu’une grande partie des étudiants interrogés à l’école d’ingénieurs d’Yverdon étaient initialement venus dans l’optique de suivre une formation à l’EPFL, mais suite à un échec à l’examen d’admission ou à une première année trop difficile, la plupart ont alors décidé de se réorienter vers la HEIG-VD : Beaucoup de nos étudiants étrangers sont venus sous le couvert d’un visa pour passer l’examen à l’EPFL. Il y a un problème en fait de moindre visibilité de nos formations HES que de la formation EPFL, ou alors, je ne sais pas, une espèce d’aura pour les pays d’Afrique de dire : « Il faut venir faire l’EPFL. » Et en fait, c’est souvent quand ils arrivent ici, la plupart du temps sur constat d’échec de l’examen d’entrée à l’EPFL, qu’en fait ils entendent parler de la formation HES et qu’ils prennent conscience qu’en fait, c’est certainement plus pertinent pour leurs profils, parce que nous formons des gens pour l’industrie, nous formons vraiment des ingénieurs, nous ne formons pas des personnes à forte valeur ajoutée scientifique sur des projets de recherche fondamentale, c’est bien clair, ce n’est pas ce profil-là que nous formons, nous formons des gens qui seront après amenés à travailler dans une équipe pluridisciplinaire dans une industrie, sur des projets industriels etc. Et je pense que beaucoup de jeunes prennent conscience que ce profil-là correspond beaucoup mieux à quelque chose d’applicable dans un retour au pays ; les instituts de recherche fondamentale en Afrique se comptent sur les doigts d’une main. Alors, ce qui se passe, c’est que la plupart du temps, dans leur dossier, ils font valoir un changement d’école et c’est toujours quelque chose de pénalisant pour eux parce qu’en fait, on leur dit : « Vous ne savez pas ce que vous voulez, vous avez changé de projet professionnel. » Moi, ces lettres, j’en ai vu passer un nombre certain et je vois quasi tout le temps cet argument qui dit : « Vous aviez annoncé que vous veniez faire l’EPFL et vous voilà en train de prétendre à faire télécom dans une HES. » Je pense que là, il y aurait certainement, si le constat est réel que nos formations HES correspondent mieux au profil des formations qui intéresseraient des jeunes d’Afrique ou d’Amérique du Sud, alors il faudrait travailler à la visibilité pour que les demandes de visa soient faites directement pour les bonnes écoles, là je pense qu’il y a un frein. (S. Villa, doyenne HEIG-VD).

12Selon l’Office cantonal de la population, la durée de présence en Suisse a une influence sur la décision finale des autorités quant au renouvellement du permis de séjour suite à un changement de carrière : S’il change de filière, il sera réexaminé, mais plus c’est tard le changement, moins il a de chances. Ça veut dire que si la personne vient une année et dit : « Les lettres ne m’intéressent pas et je préfère le droit », c’est clair qu’on prend note, etc. mais s’il attend quatre ans pour dire cela, c’est clair que ce n’est plus les mêmes critères. Parce que tout le monde peut se tromper, je veux dire, etc. Mais quand on attend quatre ans, ce qui prolongera la durée des études parce que dans la nouvelle loi, ils veulent être plus restrictifs dans le sens qu’ils veulent donner, je crois, quatre à six ans maximum alors qu’il y en a qui maintenant peuvent rester huit, voire plus longtemps à l’heure actuelle. (Entretien OCP).

3. Non-renouvellement du titre de séjour

13En cas de non-renouvellement, il reste à l’étudiant la possibilité de faire appel auprès de la commission des recours, qui donne son avis au cas par cas : Ce n’est pas parce que l’OCP a pris une décision de refus, parce qu’à certains moments il y a des dossiers à moitié blancs, à moitié noirs, qu’est-ce qu’on fait, il faut se décider, prendre une décision. On ne va pas prendre trois semaines pour dire, euh… ça permet à la personne, s’il y a une décision négative de recourir et la commission, euh… il y en a cinq qui disent non et quatre qui disent oui et voilà, la majorité l’emporte et peut être la commission va dire le contraire. C’est à l’appréciation de chacun. (Entretien OCP).

14La procédure de recours est très coûteuse et les frais d’avocat sont très souvent hors de portée des budgets de la plupart des étudiants interrogés. Cette situation les amène à activer leurs réseaux de connaissances et à chercher le soutien d’organismes susceptibles de défendre leur cause. - C’est toi qui a pris les avocats en charge ? - Non, j’ai contacté une organisation à Genève. - Laquelle ? - C’était plutôt une organisation de chez moi qui a contacté cette organisation, l’OMCT, l’Organisation mondiale contre la torture à Genève, ils ont contacté ce cabinet d’avocats et voilà. - C’est toi qui as fait la démarche auprès de l’organisme au Congo ? - Oui, la première démarche, c’est moi. Ils m’ont aiguillé vers l’OMCT, de l’OMCT chez l’avocat et voilà. - Tu n’as rien dû payer ? - Que dalle. (Étudiant congolais, 3e année HEdS).

15Il arrive également, quelque peu à l’image des requérants d’asile, que les étudiants en difficulté de renouvellement de leur titre de séjour cherchent protection auprès des œuvres d’entraide ou d’autres organismes sociaux : L’office cantonal m’a demandé de rentrer chez moi en fait. J’avais des preuves comme quoi j’étais inscrite ici, mais ça ne leur suffisait pas. Ils m’ont dit de prendre un avocat puisque mon choix initial, ce n’était pas l’école où je suis inscrite actuellement. En fait, je ne pouvais pas payer un avocat, alors, ce que j’ai fait c’est que je suis allée au Centre social protestant et c’est eux qui m’ont aidée à faire mon recours. J’ai dû payer une petite taxe là-bas et voilà. (Étudiante camerounaise, 4e année HEdS).

16Quelques étudiants ayant fait recours suite à une décision de non-renouvellement ont pu s’inscrire dans une autre école et même finir leur cursus, sans pour autant avoir les documents nécessaires à la légitimation de leur présence en Suisse. L’exemple d’un étudiant guinéen en 3e année à l’école d’ingénieurs de Genève est illustratif. Venu en Suisse avec un visa : J’ai raté le test d’admission et comme j’ai voulu aller à l’HES, j’ai dû l’annoncer à l’office. Mais l’office cantonal avait refusé de me donner le permis, donc j’été obligé de faire le recours. Il reste environ deux ans sans papiers : Chaque fois qu’il y avait quelque chose, il fallait que je parte les revoir pour qu’ils me donnent une lettre, une attestation ou quelque chose comme ça. Durant cette période, il ne peut pas quitter la Suisse et donc ne peut pas rendre visite à sa famille en Guinée : Je ne suis pas allé avant, c’est à cause du permis, parce que pour partir quelque part, il faut un permis. Il dit ne pas comprendre la raison de ce refus, d’autant plus qu’il suit depuis deux ans les cours de l’EIG. Il reste une année sans nouvelles de l’office : J’ai dû aller là-bas pour demander ce qui se passe parce qu’ils ne me disaient rien depuis deux ans. Je suis allé il y a trois semaines, après ils m’ont dit qu’ils me contacteraient bientôt. D’après eux, c’est parce que je voulais changer de programme, des trucs que je ne comprenais pas, quoi.

17Une étudiante camerounaise à l’école de santé a vécu une expérience similaire : - Ils m’ont dit de partir, alors j’ai fait un recours, j’ai pris un avocat […] Ils disaient que je n’avais pas le droit de changer, je ne dois pas changer la filière. - Tu n’avais pas de papiers pendant une année ? - Voilà. En fait, quand je me suis inscrite ici, j’avais l’ancien permis qui n’était pas valable. Il fallait renouveler, quoi. J’ai posé la demande pour l’école et je n’ai pas eu de problèmes par rapport à ça.

18En ce qui concerne la question de la poursuite des études après l’obtention du diplôme, il s’avère qu’il s’agit d’un projet difficilement réalisable selon les étudiants interviewés : C’est toujours un stress parce que s’ils te disent : « Voilà, tu as un permis mais dès que tu finis l’école, tu pars. » En plus, j’ai demandé une permission pour faire une spécialisation après mon diplôme, ils m’ont dit que non, que je devais partir. Dès que vous avez votre diplôme, vous partez ! Peut-être j’ai le droit de rester encore mais je sais pas, je me suis pas renseignée mais ils sont assez fermés, je trouve. (Étudiante colombienne, 2e année HEdS). Par contre, je sais par des proches que dès que la formation est terminée et que vous voulez renouveler parce que vous avez de nouvelles ambitions, alors là, ça devient un autre problème parce qu’ici, on compte le temps que tu fais. (Étudiant ivoirien, 4e année EIG).

19Selon l’Office cantonal de la population, l’accomplissement du projet de la poursuite des études en Suisse dépend en grande partie de la qualité des performances académiques de l’étudiant, de l’obtention ou non du diplôme ainsi que du temps utilisé pour y parvenir : C’est au cas par cas. Normalement non, mais ça dépend de cas en cas, c’est examiné de cas en cas. Si vous avez fait par exemple six ans ou huit ans pour faire votre licence et qu’après vous voulez faire un doctorat, vous aurez moins de chances que quelqu’un qui a fait quatre ans et qui prolonge. S’il a mis tellement de temps c’est clair qu’il n’aura pas beaucoup de chances qu’on lui permette de le faire. C’est une question de durée de temps et on facilite beaucoup plus la personne qui est brillante, c’est clair qu’on ne va pas lui dire… Voilà, le monde a besoin de gens brillants. Mais si c’est quelqu’un qui arrive, mais qui arrive lentement… là ce n’est pas par rapport à ça, c’est que les dispositions sont conséquentes parce que dès l’instant où il y a modification du programme des études, en principe on est obligé de les soumettre à Berne. Sauf la première année. (Entretien OCP).

4. Renouvellement du titre de séjour et impact sur les performances académiques

20La reconduction du titre de séjour des étudiants étrangers a lieu annuellement, la demande de prolongation pouvant être déposée dès le mois d’octobre à l’Office cantonal de la population ou au Service de la population. Les frais d’ouverture d’un dossier sont de 150 francs et de 65 francs pour le renouvellement du permis B : C’est embêtant parce qu’à chaque fois, chaque année il faut le refaire. Ils savent bien que la formation dure quatre ans, ils pourraient faire, je ne sais pas, s’ils ne sont pas sûrs que la personne va continuer ou pas sa formation, chaque deux ans vérifier au lieu de chaque année. (Étudiante camerounaise, 3e année HEdS).

21La démarche est considérée comme fastidieuse par une grande partie de notre échantillon : À chaque fois, faut aller chercher une attestation de l’école, des fois ils te demandent les notes. (Étudiant marocain, HEIG-VD). Les questions d’usage concernant les résultats scolaires sont parfois mal perçues : Vous savez ce qu’ils ont demandé à un ami à moi ? Son CV, un relevé de notes et des fois ils envoient deux lettres par année pour voir ce qu’il fait. C’est insupportable ! (Étudiant marocain, 2e année HEG).

22Selon notre enquête, le délai de réponse, généralement de cinq semaines, peut prendre jusqu’à plusieurs mois de retard et cela sans motifs particuliers : Cette année, ça a duré, quoi en fait puisque ça a pris au moins… Ça fait même pas un mois que j’ai reçu le permis et j’ai déposé la demande depuis le mois de novembre. Mais il y a des gens qui ne l’ont pas encore reçu. Ils ont dit que c’était un problème informatique ; en tout cas, c’est ce qu’ils m’ont dit. (Étudiant tunisien, 2e année HEG). Cette période où l’étudiant est en attente d’une décision est une phase durant laquelle l’étudiant étranger ne dispose pas de titre de séjour valable et ne peut donc pas légitimer sa présence sur le territoire national. Hormis la pression correspondant à l’attente d’une décision aussi primordiale pour leur projet de formation, plusieurs inconvénients découlent de cette situation et peuvent potentiellement affecter le rendement académique des étudiants interviewés.

Postuler et garder un emploi

23L’étudiant en attente du renouvellement de son permis B pour études ne peut pas entamer de recherches d’emploi durant le laps de temps où la décision est prise. Les inscriptions aux différents services et agences de placement sont également à reconduire annuellement : Ce permis ne donne pas tous les droits comme je l’espérais, j’aurais voulu en tout cas avoir plus d’accès avec mon permis B, mais ça me bloque aussi plusieurs choses, par exemple au service de placement, ils nous prennent que pour un an parce que notre permis… Même si c’est écrit que pour les quatre ans on a le permis B, ce n’est pas une garantie qu’on soit en études ou quoi que ce soit, donc il faut renouveler chaque année les contrats. (Étudiante péruvienne, 3e année HEdS). Il peut également s’avérer que certains employeurs ne tiennent pas compte de la situation individuelle des employés et préfèrent ne pas prendre le risque de garder un étranger sans titre de séjour valable, ce qui peut participer au processus de précarisation économique d’étudiants n’ayant plus de ressources financières : Je suis partie en vacances et je suis retournée, et après la personne m’a dit qu’elle ne voulait plus travailler avec des personnes non déclarées. (Étudiante péruvienne, 3e année HEdS). Je travaillais chez Protectas, mais comme mon permis ne venait pas, ils m’ont dit qu’il fallait attendre que mon permis arrive pour continuer à travailler chez eux, donc j’ai arrêté. (Étudiant congolais, 2e année HEG).

Souscrire un abonnement téléphonique

24Compte tenu de la fréquence des appels à la famille restée au pays d’origine et du besoin intrinsèque de ne pas perdre le lien avec les proches, l’impossibilité de s’abonner à une compagnie téléphonique peut être considéré comme un désagrément d’importance : Il faut renouveler chaque année les contrats, pour le Natel aussi, si on n’a pas une garantie économique on ne peut pas faire d’abonnement. Bon, c’est vrai que le truc de l’abonnement de téléphone, ce n’est pas vraiment très important, mais ça fait ressortir qu’on n’est pas vraiment tout à fait, qu’on n’a pas vraiment tous les droits. (Étudiante péruvienne, 2e année HEdS).

Justifier la légitimité de sa présence et circuler sereinement sur le territoire

25En attendant que le permis B soit renouvelé, les étudiants n’ayant plus de titre de séjour à faire valoir en cas de contrôle d’identité se retrouvent à devoir légitimer leur présence par d’autres documents, ce qui pourrait les stresser et nuire à leur quotidien. Mais au regard de l’enquête, les interrogés s’en accommodent assez bien et ne semblent pas affectés : Ils te donnent un petit papier qui dit que tu es en attente d’un renouvellement, mais ce papier en fait, ça ne vaut pas grand-chose. (Étudiant camerounais, HEIG-VD). Mais franchement, ça ne me dérangeait pas parce que je savais même pas à quoi ça servait, un permis ! J’allais à l’école avec ma carte d’étudiant, y avait pas de problèmes. (Étudiant guinéen, 3e année HEIG-VD).

Quitter la Suisse

26A défaut de papiers valables, les étudiants étrangers sont bloqués en Suisse durant la période du renouvellement. Limités dans l’espace, ils ne peuvent donc pas partir en vacances ni rendre visite à leur famille. Le renouvellement ayant lieu à la fin de l’année, un retard administratif peut donc provoquer l’annulation de leurs projets pour les vacances d’hiver : Maintenant ils ont du retard, je dois aller en Espagne bientôt, donc je voulais avoir le visa Schengen, je suis allée au contrôle de l’habitant pour avoir le nouveau permis, ils me disent qu’ils ont du retard, ils me donnent une attestation qui ne vaut rien, je dois appeler l’ambassade française pour avoir le visa Schengen mais ça ne marche pas ! (Étudiante péruvienne, 3e année HEdS). Je passe des moments difficiles de septembre à décembre, parce que je ne peux rien faire, parce que je n’ai pas de permis, parce que je dois me battre pour montrer que je vais vraiment à l’école, apporter mes notes de l’école et montrer que je réussis parce que j’ai cet ultimatum de ne pas échouer et parce que, voilà, c’est des périodes, décembre, où j’aurais envie de voir ma famille mais je ne peux pas sortir de là parce que je n’ai pas de permis. (Étudiante camerounaise, 2e année HEdS).

27La mobilité des étudiants étrangers est donc sporadiquement réduite au territoire national, les empêchant ainsi de profiter de la période fériée afin de rendre visite à leur famille : Parce que pour l’obtenir au mois de décembre, il faut poser la demande en octobre et attendre jusqu’à décembre-janvier pour que tu l’obtiennes. Ça retarde parce qu’une fois, j’ai voulu partir en France et mon permis n’était pas renouvelé et j’ai raté un voyage à cause de ça. Un voyage pour aller voir mes parents. Ça, ouais, c’est embêtant. (Étudiant sénégalais, 3e année EIG). Là j’ai fait la demande de renouvellement mais je l’ai pas encore et puis j’ai envie d’aller en Guinée en décembre, mais il me faut prendre le visa et je ne peux pas si le permis n’est pas sorti avant. C’est pénible parce que j’ai payé 40 francs pour le visa et 65 francs pour le permis, donc voilà. Le renouvellement, des fois ça prend deux mois, trois mois, alors c’est difficile si tu dois voyager. (Étudiant guinéen, 3e année EIG).

Trouver un logement et une place dans un foyer

28La recherche de logement peut également s’avérer compliquée dans cette période durant laquelle l’étudiant se retrouve sans papiers. Il est par exemple très difficile de trouver une place dans un foyer pour étudiants sans permis de séjour : Pour trouver, c’était de la folie […] Comme on n’avait pas de papiers, on changeait tout le temps, par exemple quelqu’un qui est parti en vacances 6 mois, alors on prend ça, sinon on reste dehors. (Étudiante colombienne, 2e année HEdS).

29Ces différents aspects n’ont pas tous un impact direct sur les performances académiques, mais peuvent affecter l’état d’esprit et avoir, à moyen terme, une influence négative. D’autres inconvénients inhérents au renouvellement du permis B agissent également sur les étudiants étrangers.

30Le renouvellement annuel du permis B étudiant est perçu comme une tâche fastidieuse par une partie de notre échantillon, autant par la lourdeur des démarches administratives que par l’anxiété générée : C’est toujours la grande corvée, quoi. Il faut à chaque fois envoyer l’attestation de l’école, déposer le certificat de scolarité et attendre. (Étudiante péruvienne, 3e année HEdS). Tu sais, on appréhende toujours parce qu’on vient sous des conditions, quoi, c’est des petites menaces : « Si vous réussissez, on vous renouvelle et si vous ne réussissez pas… » Donc maintenant, on appréhende vraiment les résultats. On n’a pas la même attente que les autres ; les autres vont juste voir s’ils ont réussi ou pas, mais nous, c’est presque vital. (Étudiante camerounaise, 3e année HEdS).

31La crainte du verdict est induite par le lien entre le renouvellement du permis et l’impératif d’être performant académiquement. Un échec scolaire serait synonyme de retour au pays d’origine et de fin du parcours de formation : C’est une pression avec laquelle on vit au quotidien dans la mesure où si tu réussis pas tes examens, tu peux te retrouver dans la merde. Mais je pense que ça booste aussi d’un autre côté. (Étudiant camerounais, 3e année HEdS).

32Dans cette optique, le renouvellement du permis B est une épée de Damoclès au-dessus de la tête des étudiants étrangers en Suisse qui doivent prouver chaque année le bon déroulement de leur cursus, ce qui n’encourage pas le développement d’un sentiment d’appartenance : En fait, au début, c’était une formalité et puis je le faisais parce que c’était demandé, mais c’est vrai que maintenant que je me sens intégré et puis que je fais des études et que je fais tout comme un bon citoyen, c’est vrai que maintenant, renouveler le permis, ça fait un peu : « Ah ouais, c’est vrai, je ne suis pas d’ici, ce n’est pas mon pays, donc je dois faire les formalités pour rester ». (Étudiant colombien, HEdS). Ils s’en foutent de ton nom, mais que ta tête ne leur plaît pas… C’est sûr qu’il va t’emmerder. Après, c’est sûr qu’en échec scolaire, tu seras plus en difficulté. Ils te posent des questions que tu trouves très bêtes. Pour moi, c’est des questions, je les prends dans un sens très, très raciste, je prends ça comme de la provocation pure et simple. (Étudiant camerounais, 4e année HEdS).

33La peur de l’échec peut avoir un effet stimulant ou démotivant, mais le fait de rentrer au pays d’origine sans obtenir de diplôme est inconcevable pour la plupart : Moi je n’aimerais pas reprendre une classe et ça va vraiment me traumatiser si j’échoue, je vais même pleurer si j’échoue, parce qu’avec tout ce que je donne pour mes études, je ne peux pas échouer. (Étudiante camerounaise, 1re année HEdS).

34Une grande partie des étudiants interrogés ressentent donc une pression quant à la réussite de leurs études et au renouvellement du permis. Une pression de la famille ou personnelle : Oui, ma propre pression. Mais c’est vrai que ma famille, elle a tellement compté sur moi, que je réussisse, parce que jusque-là j’ai toujours bien réussi mes études et tout, alors j’ai l’impression qu’ils attendent ça de moi. Mais ils me l’ont jamais dit. (Étudiante camerounaise, 3e année HEdS). C’est présent en tout cas ! Parce que si en fin d’année je n’ai pas réussi, je repars forcément et je vais jamais pouvoir annoncer que je n’ai pas réussi par exemple, parce que je sais que je vais me faire engueuler, et voilà, quoi. Je vais les repasser en été. (Étudiante camerounaise, 2e année HEdS).

35Il s’agit donc d’une pression à double tranchant puisque celle-ci peut très bien renforcer la motivation de l’étudiant, mais elle peut également l’angoisser, le stresser et donc nuire à ses performances.

36Cependant, certains étudiants interrogés perçoivent le renouvellement du permis B comme une simple formalité : C’est deux ou trois papiers et c’est tout. (Étudiante togolaise, 2e année HEdS) ; Ça, c’est quand tu arrives. Tu payes 100 francs à l’office de la population et j’ai reçu mon permis trois mois après. Aucun problème. (Étudiant camerounais, 4e année HEdS).

37Il n’en demeure pas moins que la question du renouvellement du permis influence la vie sociale et académique de la plupart des étudiants du Sud en Suisse et leur rappelle à des intervalles réguliers qu’ils ont un statut juridique particulier dans ce pays.

© Éditions ies, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search