Version classiqueVersion mobile

Étudiants du Sud et internationalisation des hautes écoles : entre illusions et espoirs

 | 
Ibrahima Guissé
, 
Claudio Bolzman

Deuxième partie. Conditions d’émergence du projet de formation des étudiants du Sud et situation sociale en Suisse

III. Logiques différenciées des projets d’études

Texte intégral

1Cette partie du travail s’intéresse aux logiques qui sous-tendent les projets d’études des étudiants, de manière à comprendre la part des conditionnements sociaux liés au pays d’origine et l’influence des contraintes structurelles du pays de résidence dans l’évolution du parcours formatif de l’étudiant. Dans les parties précédentes, on a montré le rôle différencié de la famille et des réseaux de sociabilité dans la mise en œuvre du projet migratoire. Aussi, le chapitre III de cette partie, qui reste orientée sur les conditions d’immigration et le vécu des étudiants, a tenté d’analyser les effets de la précarité de statut des étudiants sur le projet d’études de l’étudiant. En essayant de cerner à présent quelques aspects du parcours de formation de nos enquêtés, choisis en tenant compte de certaines caractéristiques majeures sorties des entrevues, on cherche à mettre en exergue certaines spécificités des étudiants du Sud qui permettent de définir certains types particuliers d’étudiants du Sud en Suisse, dans un contexte de résidence non moins particulier.

2Dès lors que le motif qui préside les trajectoires migratoires des étudiants, à savoir la formation, reste le même pour la très grande majorité de nos enquêtés, dans l’analyse des logiques qui informent sur le projet d’études des étudiants, nous nous appesantirons moins sur le processus migratoire que sur les particularités des parcours des uns et des autres. En dépit, donc, de l’homogénéité des motivations de départ, des logiques différenciées et complexes accompagnent et structurent les projets d’études de nos enquêtés. Notre analyse portera donc sur cette pluralité de logiques, que nous tenterons de synthétiser en plusieurs types.

1. Typologie et analyse de quelques logiques différenciées de projets de formation

3Par une approche socio-historique du monde étudiant, Erlich (1998) a essayé de repérer les constantes et marqueurs identitaires qui sont au fondement de l’identité collective des étudiants. Elle a établi une typologie des étudiants français où elle brosse le portrait de trois types d’étudiants en fonction de leurs trajectoires : celles qui relèvent d’un projet intellectuel, projet professionnel ou social ; celles dont la finalité est d’acquérir le maximum de diplômes et, en conséquence, de repousser les échéances professionnelles et, enfin, celles qui sont de l’ordre de la réorientation, de l’élimination ou des « processus » naturels. En effet, s’il est vrai que, parmi les étudiants enquêtés dans notre étude, il en existe qui peuvent correspondre aux trajectoires suggérées par Erlich, il demeure que les logiques de parcours que nous présentons ici sont d’une autre nature. Dans une étude portant sur les conditions de vie et le devenir professionnel des étudiants africains à Genève (2002), Guissé avait décrit que les stratégies d’étudiants africains consistaient à acquérir le maximum de diplômes. Cependant, contrairement à ce que postule Erlich, ces pratiques visaient moins à repousser les échéances professionnelles ; elles procédaient plutôt d’une volonté des étudiants d’accroître leurs qualifications et d’élargir les possibilités d’insertion professionnelle, mais ces stratégies obéissaient également à une logique d’incertitude concernant la période post-diplôme, qui pouvait signifier pour ces étudiants la fin du séjour en Suisse.

4Si, en effet, certains aspects des trajectoires des étudiants africains et latino-américains peuvent se retrouver dans les idéaux-types établis par Erlich, il n’en reste pas moins que les trajectoires de nos enquêtés présentent des caractéristiques propres à leur statut d’étudiant étranger. C’est donc à la fois pour des raisons de perspectives de recherche, mais aussi pour des raisons liées surtout aux caractéristiques de l’objet étudié (étudiants du Sud dans un univers de contraintes et d’opportunités), que nous proposons une typologie qui rend compte à la fois des dimensions singulières et collectives des logiques, qui donne sens et signification aux parcours formatifs de nos enquêtés.

5Le discours des personnes enquêtées laisse apparaître les conditionnements sociaux liés au pays de départ et les contraintes du pays de destination qui informent les processus du projet de formation de ces étudiants. Ce sont ces matériaux empiriques qui ont servi de support pour synthétiser cette diversité de logiques qui traversent les projets migratoires des étudiants. Nous distinguons trois logiques principales, qui laissent apparaître trois types d’étudiants : les préparés, les aventuriers et les transportés.

Les préparés

6Les préparés sont en majorité des étudiants qui, au terme de leurs études scolaires (qui peuvent souvent être complétées par une formation professionnelle (Bac + 2), envisagent de manière concertée avec la famille d’aller se former à l’étranger, en l’occurrence en Suisse. L’implication des parents, à la fois dans la prise de décision et dans tout le processus du voyage, est très forte. Les récits ci-après nous renseignent sur des projets d’études qui s’inscrivent dans un continuum de formation, où le désir individuel d’étudier en Europe rencontre l’appui des parents ou est suscité par ces derniers.

7Cet étudiant camerounais en HEIG, précisément dans le domaine du système industriel, s’inscrit dans cette logique. Dans son pays, il avait déjà un BTS en maintenance. Sa formation actuelle est donc une suite logique des études entamées au pays : Bon, moi j’ai décidé de continuer les études. C’est mon père qui m’a dit d’aller en Suisse, car il a vécu ici, il connaissait la Suisse. Moi je voulais aller aux États-Unis, lui ne voulait pas ; il a dit : « C’est trop loin et puis il y a la mentalité… et je connais la Suisse » et j’ai eu cette école, je suis venu et j’ai fait les inscriptions. C’est ma famille qui a financé mon voyage.

8Abdel, étudiant tunisien, est aussi titulaire d’une formation de deux années en études d’informatique et télécommunications : - J’ai fini mes études en juillet 2004, des études d’informatique et de télécommunications. En Tunisie, au centre de formation professionnelle, soit un Bac + 2. J’ai fait deux ans d’informatique, puis télécommunications, option informatique. Une formation en alternance, la majorité du temps j’étais en entreprise. J’ai décidé de continuer mes études en Europe. J’ai fait deux inscriptions en Europe : une en France et une ici, car j’y ai un oncle depuis 1979. J’ai été accepté dans les deux écoles. Je savais que la vie était chère en Suisse, mais aussi en France ; mais je ne connais personne en France. - Tu connais quelqu’un ici ? - Oui, mon oncle, qui est ici depuis 1979. Alors j’ai choisi la Suisse et je n’ai pas imaginé que la Suisse était comme ça : c’est très cher, vraiment.

9Elia, étudiante originaire du Cameroun, fait partie des rares personnes admises directement à Chantepierre sans transiter par l’EPFL, qui constitue souvent, comme nous l’avons montré, le premier point de connexion des étudiants africains. Titulaire d’un DEUG en psychologie et de deux années de travail d’infirmière dans une clinique, tout était réglé avant de venir en Suisse. Oui, tout était en ordre. Tout était en ordre parce que j’avais mon frère sur place, mais si je n’avais eu personne pour m’aider, je ne sais pas.

10L’une des caractéristiques majeures des préparés, au-delà d’une forte présence de la famille dans le processus du voyage, c’est cette homologie entre leur formation initiale et celle postulée puis menée en Suisse. Ils connaissent ainsi très rarement des changements de filière, comparés à certains interviewés chez qui la décision de partir présente une certaine soudaineté, car conséquence d’une impasse au pays ou d’un événement malheureux. La fidélité ou l’ancrage à leur choix initial de formation, qui résulte sans doute d’une option judicieuse du lieu et du domaine de formation, constitue dans une certaine mesure un marqueur identitaire des préparés.

11Par ailleurs, si la majorité des préparés se recrutent dans la catégorie d’étudiants Bac + 2, on trouve également quelques cas de figure d’étudiants ayant fini leur formation universitaire. Toutefois, les difficultés d’insertion professionnelle de ces derniers dans leur pays d’origine et l’insatisfaction des conditions de travail semblent indiquer que leurs parcours migratoires de formation obéissent davantage à une conjoncture difficile qu’à un choix de carrière professionnelle structurellement et durablement planifié.

12En outre, une analyse poussée de nos entretiens fait apparaître que ces deux catégories d’étudiants préparés (Bac + 2 et Bac + 4) ont un rapport à l’emploi et aux études différents. Les premiers, du fait sans doute de leur âge relativement plus jeune, mais aussi parce qu’ils ont le sentiment plus fort qu’ils ne doivent pas décevoir leurs parents, consacrent davantage de temps aux études. Tandis que les étudiants qui avaient déjà un niveau de formation plus élevé avant de venir, estimant avoir le « maximum », semblent plus portés vers toutes sortes de boulots qui concurrencent rudement leurs études. L’équilibre boulot versus études est donc mieux contrôlé chez les premiers que chez les seconds. Mais globalement, et comme on le montrera dans la troisième partie de cet ouvrage, cette concurrence études / boulots concerne la très grande majorité des étudiants enquêtés qui, pour pouvoir subsister pendant leur formation, déploient des stratégies diverses.

13Les préparés, qui demeurent par ailleurs la catégorie d’étudiants la plus nombreuse, constituent, avec les aventuriers, le groupe d’étudiants qui vivent le plus durement ces situations de précarité, du fait notamment qu’ils ne peuvent espérer voir diminuer les contraintes liées à leur statut d’étudiant. Par contre, pour certains transportés, même s’ils subissent aussi ces contraintes, d’autres formes de légitimation de leur présence peuvent faire changer leur statut et agrandir leurs possibilités de choix professionnel.

Les aventuriers

14Ceux que nous nommons les « aventuriers » se considèrent et se définissent ainsi. Ils veulent découvrir autre chose. Ces « aventuriers » restent marqués par deux caractéristiques sociologiques majeures : d’une part, la plupart d’entre eux sont issus de milieux plutôt aisés, d’autre part, ils souhaitent s’ouvrir à un ailleurs qui représente l’altérité et la différence. Pour les aventuriers, voyager et étudier dans un autre pays, quel qu’il soit, est une expérience qui vaut la peine d’être vécue.

15Les aventuriers sont donc pour la plupart issus de classes aisées, comme c’est le cas de cet étudiant originaire du Cameroun. Son père est directeur-adjoint dans une entreprise nationale d’énergie, tandis que sa mère est commerçante en détail et en gros. La deuxième caractéristique est liée au fait que le pays de destination reste perçu comme une expérience possible, qui peut aussi être vécue dans un autre pays. Les préoccupations liées à l’altérité et la capacité à s’adapter à tout moment constituent les invariants des discours de ces aventuriers. J’avais envie de partir déjà, je suis entre guillemets un « aventurier », donc moi j’aime découvrir des choses que moi je ne connais pas, déjà pour commencer. Je ne suis pas arrivé ici parce que j’avais un problème, un souci ou quoi que ce soit d’autre. Je suis arrivé parce que j’avais envie de découvrir autre chose, je me suis dit que j’avais fait ma formation primaire là-bas et ce serait sûrement intéressant de découvrir autre chose et de profiter ; j’aime découvrir, je suis un explorateur, moi. Bon là, je suis en Suisse, mais demain je vais peut-être partir au Canada ou aux États-Unis, pas parce que la Suisse m’a déplu, ou parce que j’en ai marre de rester en Suisse ; je vais comme ça, j’aime voyager, connaître l’Autre ça m’intéresse, donc c’est pour ça… J’ai eu mon Bac au Cameroun, je pouvais forcément continuer à l’université, mais j’ai eu, vous appelez en Suisse la matu, non ? J’aurais pu continuer à l’université, mais j’ai dit à mon père : « Écoute, je veux partir », alors il y avait des conditions à remplir pour arriver là, j’ai rempli les conditions et voilà, je suis là. (Étudiant camerounais).

16Pour les aventuriers, le départ du pays d’origine est moins une nécessité qu’un choix. Rester étudier au pays ne leur poserait aucun souci. Non, ça n’aurait pas été un souci pour moi, mais je pense que ça aurait été un souci dans le sens où je n’aurais pas la même possibilité… Je ne sais pas… Je te donne un exemple tout banal, la connexion internet, je veux dire qu’elle est presque gratuite ici, là-bas ce n’est pas le cas. Tu vois déjà un avantage d’étudier ici, tu peux faire tes recherches sur le Net et quand tu veux haut débit, dans ta chambre n’importe où… c’est des possibilités que tu n’as pas forcément là-bas. Bon, y en a mais le coût est nettement plus élevé, c’est juste un avantage assez basique comme ça…

17Ces aventuriers n’avaient pas de préjugés favorables ou défavorables sur le pays de destination, mais ils avaient conscience depuis leur pays d’origine des stéréotypes à l’endroit de la Suisse, sans pour autant que cela puisse avoir des effets sur leurs dispositions à partir. Si j’étais conscient, et j’étais aussi conscient des difficultés, je veux dire que… ici il y a des avantages et des inconvénients ; tu vas en Suisse, on va te dire : « C’est la Suisse, liberté, droits de l’homme, tout est blanc, machin, patati patata. ». Ça, c’est des choses quand tu regardes la télé et que tu es dans l’autre continent, pour toi c’est super, c’est la belle vie, c’est le respect, on te fait miroiter des choses qui ne sont pas vraies, ce n’est pas du tout vrai, c’est pour ça que je dis quand on voit à la télé des politiciens ouvrir leur grandes gueules pour raconter tout ce qu’ils ont envie de faire entendre, on dit souvent « a beau mentir celui qui vient de loin », tu connais cette expression ?

18En effet, seule une double envie de découvrir, découverte de l’Autre et quête de nouvelles connaissances, les anime profondément. Moi j’étais parti dans la découverte, dans le sens où je me suis dit aussi que je pourrais avoir une formation nettement meilleure, meilleure dans le sens où ici on a la possibilité d’être à la pointe de la technologie, je veux dire, de pratiquer avec des appareils pas efficaces, mais le minimum que tu n’as pas là-bas. Donc, c’est en quelque sorte là, je fais dans la santé aujourd’hui, je suis là et c’est quelque chose que j’ai toujours vu à la télé, mais je me rends compte que je suis là et que je manipule en fait, tu vois c’est ça, la quête de la connaissance, comment ça fonctionne dans un domaine qui te plaît bien, dans un domaine où tu aimerais faire ta carrière professionnelle.

19Enfin, on a noté l’existence chez les aventuriers d’un projet professionnel en rapport avec la formation poursuivie. Par ailleurs, l’absence de pressions sociales directes sur leur projet migratoire fait que ce type d’étudiants sont moins soumis aux obligations liées à la famille restée au pays et développent des possibilités accrues de suivre et de réussir la carrière professionnelle choisie. De ce point de vue, on peut dire qu’ils ont moins une mission, mais qu’ils sont plutôt en mission, qu’ils assument avec une certaine autonomie. Dans la plupart des projets migratoires de nos enquêtés, il y a en effet cette dimension d’aventure, mais certains aspects et caractéristiques développés ici sont plus présents et mieux structurés dans le projet d’étude de certains étudiants. En revanche, les contraintes liées au pays de résidence, notamment celles liées au statut et l’accès à l’emploi qualifié, s’appliquant à l’ensemble des étudiants indépendamment de leur origine socioprofessionnelle, font que la capacité à négocier ces contraintes structurelles est la chose la mieux partagée parmi les aventuriers et les autres, à savoir les préparés et les transportés.

Les transportés

20Les transportés sont principalement les étudiants étrangers qui ont bénéficié d’une procédure de réunification familiale et des étudiants dont la venue en Suisse a été suscitée par des événements majeurs dans le pays d’origine (catastrophe naturelle, motifs politiques). Un concours de circonstances particulières combiné à d’autres allégeances dans le pays de destination peut également informer leurs trajectoires migratoires. On retrouve une grande majorité de transportés, quatre enquêtés sur six, chez les étudiants latino-américains qui semblent disposer en effet de filiations plus fortes et diversifiées que les étudiants africains. On a observé également une forte présence des femmes latino-américaines dans ce type de parcours de formation. Ce phénomène pourrait s’expliquer par l’émigration des femmes latino-américaines vers l’Europe en augmentation ces dernières années, qui deviennent ainsi les premiers maillons de chaînes migratoires (Bolzman et al., 2007) ; une dynamique qui inspire donc certains parcours migratoires des étudiantes.

21L’une des caractéristiques des transportés est que le déplacement est souvent subi. Le projet de départ n’émane donc pas de la personne concernée ; c’est le cas de cette étudiante d’origine péruvenne étudiante en 2e année à la Haute école de santé Vaud : De toute façon, je n’étais pas motivée. Si je suis venue ici, c’est parce que ma mère habite ici depuis sept ans et puis c’était sa décision à elle. Dès mon arrivée, j’ai fait des cours de français, en vue de continuer mon projet professionnel de sage-femme, que j’avais quand j’étais à l’université du Pérou. J’ai fait neuf mois de stage au CHUV avant de commencer l’école. J’ai travaillé comme aide-soignante, on voulait me garder mais moi je voulais continuer à étudier, mais à cause de la langue et tout ça, il fallait prendre un moment pour commencer.

22Contrairement aux préparés, où le réseau des candidats au départ reste principalement constitué par des étudiants déjà présents en Suisse, la dynamique réticulaire qui informe sur le parcours des transportés s’appuie sur des allégeances familiales et semble reproduire un itinéraire déjà expérimenté par d’autres personnes apparentées à l’étudiant migrant. En outre, la déstructuration des liens familiaux au pays est un facteur récurrent que nous avons noté chez les transportés. Ce facteur fonctionne et agit sur le projet migratoire d’étude : En fait, j’ai vécu ici en Suisse entre 6 et 9 ans, j’avais fait une partie de l’école primaire et j’ai dû rentrer chez moi un peu contre ma volonté, mon père est venu me chercher et puis c’est vraiment tellement différent là-bas, j’ai eu beaucoup de mal à trouver mes repères, je ne me suis jamais vraiment sentie adaptée là-bas et donc voilà… finalement, je ne pouvais pas non plus faire des études là-bas parce que les moyens économiques n’y étaient pas. Donc voilà, en plus on a une situation familiale assez complexe, mon père a quitté la maison, ma mère était… c’était un peu compliqué, donc j’ai décidé de faire les démarches pour l’école en parlant à quelqu’un pour qui ma mère travaillait auparavant, ma mère gardait des enfants ici, ensuite elle a dû partir aussi en Espagne par des motifs illégaux, […] cette personne avait de l’estime pour ma mère et a fait une démarche auprès de l’école pour m’amener… et puis c’est comme ça que je suis arrivée ici. (Étudiant colombien, 1re année HES santé).

23Selon Carbajal (2007), la migration latino-américaine reste caractérisée par un nombre croissant de femmes cheffes de famille, ce qui représente environ plus d’un quart du total des ménages de certains pays d’Amérique du Sud. Cette féminisation, que nous appelons par le haut (cheffe de famille), de la migration latino-américaine insuffle aussi une dynamique particulière aux projets migratoires des étudiantes latino-américaines observées dans cette étude. Contrairement aux parcours des étudiantes africaines marqués par un consensus et un suivi permanent des parents, les parcours des Latino-Américaines restent clivés au départ. Les projets migratoires d’études de ces étudiants restent plus individualisés dans la prise de décision de partir, et la venue en Suisse est souvent l’œuvre de personnes durablement établies en Suisse. L’enquêtée ci-dessous s’inscrit dans cette même dynamique : Moi en fait, je ne voulais pas partir, je voulais rester chez moi. J’avais commencé l’université dans mon pays et pour des raisons familiales, je suis partie. Il y a mes parents qui ont divorcé, il y a ma sœur, nous sommes trois frères et sœurs, et je suis celle du milieu, et elle était en train de finir l’université et c’était déjà assez compliqué comme ça, mon frère allait terminer l’école secondaire et moi je venais de terminer, j’allais commencer l’université et on ne savait pas comment faire. Par contre, j’avais une tante qui habitait ici à Genève et elle m’a proposé de venir. Au début j’ai refusé parce que je ne parlais pas un seul mot de français, je n’étais jamais sortie du Pérou et je ne voulais pas quitter ma famille avec qui j’étais assez proche (rires), très soudée, et puis voilà, j’ai réfléchi et je me suis dit : « Bon, pourquoi pas ? » (Étudiante péruvienne, 3e année HES Santé).

24Partir donc, sans grande motivation et souvent en désaccord avec les parents, mais en complicité avec un réseau social bien ancré dans le pays de destination, constitue un marqueur social des transportés. Mais les hésitations et le manque de motivations au départ, qui sont l’expression légitime des douleurs liées à l’abandon d’un univers symbolique et social d’appartenance, finiront, au contact des opportunités que peut procurer la formation, par laisser la place aux stratégies de maximisation de ces opportunités.

  • 30 Dernière année de l’école primaire dans le Canton de Vaud.

25Colombien d’origine, cet étudiant en 1re année à la Haute école de santé Vaud, incarne cette figure de transporté où le rapport d’acculturation à la société de résidence est différent des autres types. Mais ce qu’il faut dire en fait, c’est que je n’ai pas choisi de partir du pays parce que je voulais avoir un autre avenir, mais parce que ma mère qui est biologiste a eu la possibilité de partir du pays. Moi et mon frère, on l’a suivie, ce qui est normal et on s’est retrouvé en Suisse. Alors, je suis arrivé à l’âge de 12 ans et je devais commencer l’école ici en 6e, mais le système en Suisse m’a mis en terminale30, par rapport aux branches là, terminal, supérieur et prégymnasial, j’ai commencé en terminale et, en parallèle à ça, je faisais la classe d’accueil pour apprendre le français. Donc, je n’avais pas du tout envie de partir, aucune envie de quitter mon pays. Aucune envie de quitter ma grande famille ni mes amis. Et en arrivant ici, tout le monde voulait essayer de me convaincre que c’est un meilleur avenir qu’on aura, il y a ci et ça, que c’est mieux. C’est rentré petit à petit, ce n’était pas un automatisme de me dire : « OK, je suis en Suisse, c’est joli et j’aurai un meilleur avenir », non. Petit à petit, en grandissant, en m’adaptant et en côtoyant des gens, je crois que finalement on arrive à se dire : « Oui, ma mère avait raison ».

26Le fait de venir en Suisse à un âge mineur et d’y accomplir une partie de sa scolarité laisse supposer que cet étudiant connaît un processus d’acculturation différent de la grande majorité des étudiants enquêtés et des possibilités accrues d’accès à l’emploi. Titulaire d’un permis B étudiant, il reste en effet sensiblement soumis aux mêmes conditions de séjour que les autres et rencontre les mêmes difficultés liées à l’emploi, malgré un parcours éducatif en Suisse. Il précise : Je voulais juste rajouter, par rapport au permis B, si je rencontre un problème, c’est à chaque fois que j’aimerais exercer une activité professionnelle ; il me faut faire les démarches comme si je voulais renouveler mon permis et ça c’est très emmerdant pour moi et pour l’employeur parce que du coup, bon heureusement, le Loft je l’ai trouvé par piston parce que mon entraîneur était le gérant, mais si je n’avais pas connu cette personne-là, je ne sais pas si j’aurais pu travailler aujourd’hui, parce que, par exemple pour travailler au cinéma après les cours ou travailler le samedi à la Coop, mais c’est impossible, je dis impossible parce que je perds la motivation, parce qu’à chaque fois c’est : « Désolé, on ne peut pas donner suite. » Mais maintenant j’ai compris pourquoi, c’est parce qu’à chaque fois l’employeur doit payer 75 francs pour que ça soit inscrit dans le permis B que je travaille chez Manor, chez Coop, chez Migros, à chaque fois. Et puis, bien sûr, aucun employeur ne va payer 75 francs pour un employé alors qu’il y a des étudiants avec un permis C ou qui sont Suisses. J’écrivais des lettres : « Je suis étudiant à l’école HECV santé, formation d’infirmier, j’aimerais travailler, histoire d’entretenir mes besoins économiques » et à chaque fois c’était négatif. Les seuls fois où c’était positif, c’était par piston et sinon la Placette une fois m’a engagé parce qu’ils étaient vraiment emmerdés pendant la période de Noël, mais sinon c’est tout ce que j’ai trouvé.

27Cette situation décrit le quotidien des étudiants dans la quête d’un emploi. Mais comme l’étude l’a montré dans les parties suivantes consacrées aux conditions de vie des étudiants, les opportunités d’accès à l’emploi des étudiants sont très différenciées et restent liées aux domaines des études. Il demeure cependant que ces difficultés sont réelles, et sont en particulier de nature structurelle. De ce point de vue, l’ancrage dans la précarité ou le changement de statut et la possibilité de voir élargis les « champs possibles » constituent les deux voies qui s’offrent généralement à tous les étudiants du Sud interviewés.

Notes

30 Dernière année de l’école primaire dans le Canton de Vaud.

© Éditions ies, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search