Version classiqueVersion mobile

Étudiants du Sud et internationalisation des hautes écoles : entre illusions et espoirs

 | 
Ibrahima Guissé
, 
Claudio Bolzman

Première partie. Aspects théoriques et méthodologiques

II. Principaux choix méthodologiques et composition de l’échantillon

Texte intégral

1Dans cette étude de type qualitative, notre démarche a consisté à élucider progressivement la situation sociale des étudiants du Sud à la HES-SO en rapport avec les dimensions structurelles et institutionnelles qui organisent leur séjour pour études. Pour saisir la dynamique processuelle en œuvre sur la situation sociale des étudiants du Sud en Suisse romande, une approche qualitative s’imposait. Cette approche a permis de mieux rendre compte des stratégies de vie déployées par ces étudiants pour surmonter les contraintes structurelles et institutionnelles qui entourent leur séjour d’étude. Nous avons ainsi privilégié une démarche méthodologique qui a consisté à réaliser une série d’entretiens semi-directifs auprès des étudiants choisis à dessein en raison de leurs caractéristiques particulières supposées significatives pour le sujet de la recherche (Mendras H, 1989). En vertu de ce choix raisonné, nous avons retenu, comme l’un des critères de sélection des étudiants du Sud, les étudiants africains et latino-américains qui ont une durée de séjour d’au moins deux ans en Suisse et qui ont accompli leur scolarité à l’étranger. Ce critère permet à la fois de mesurer le degré de formation et de qualification de l’étudiant, mais également donne une certaine idée de l’ancienneté dans le pays de résidence, ce qui peut constituer un gain en ressources sociales ou symboliques. Nous avons également retenu que le statut juridique de cet étudiant étranger coïncide avec le permis B étudiant. La caractéristique particulière de ce type de permis de séjour est son potentiel de précarité, qui prive l’étudiant de perspectives professionnelles dans le pays de formation.

  • 5 Il est arrivé, par exemple, que nous ayons eu à enquêter sur quelques étudiants en 1re année et su (...)

2Toutefois, si l’importante majorité des étudiants enquêtés correspond aux critères ci-dessus, il reste que notre échantillon comporte un faible nombre d’étudiants (1/5 des enquêtés) qui se décalent quelque peu5 de ces critères. En revanche, ces étudiants interviewés sont tous originaires d’Afrique et d’Amérique latine et connaissent une situation juridique marqué par une double précarité de statut et de conditions de vie.

3Par ailleurs, le choix porté sur les étudiants en formation principalement dans les filières santé et ingénierie reste lié, d’une part, à des problématiques majeures du lien entre migration et développement qui sont au centre des relations Nord-Sud et, symétriquement, à la nécessité de valoriser les compétences et qualifications acquises dans les pays du Nord, en l’occurrence la Suisse.

  • 6 Groupe spécial du Projet sur la santé de l’OCDE, Paris, OCDE, 2003.
  • 7 « La pénurie de médecins dans notre pays attire de plus en plus d’étrangers, créant un effet boule (...)

4Le domaine de la santé subit en effet des pertes considérables de ressources humaines à cause des migrations de professionnels de la santé vers les pays industrialisés, ce qui fait que les pays en développement ne sont généralement pas en mesure d’assumer le déploiement équitable de soins de santé (OMS, 2004). Parallèlement, dans les pays de l’OCDE, les études montrent que le nombre relatif de généralistes formés localement parmi les médecins et les infirmiers/infirmières a baissé entre 1991 et 2000, tandis que le pourcentage de personnel formé à l’étranger avait augmenté6. (OCDE, 2003). La Suisse connaît en effet une tendance générale de manque de médecins généralistes notamment, mais aussi d’infirmières, et elle semble contrainte à devoir recourir à des étrangers7 pour pallier ce manque en ressources humaines. Si l’on sait que les étudiants en santé qui font l’objet de cette recherche suivent tous une formation de généraliste, il reste à voir dans quelle mesure des approches cohérentes de la migration et du développement visant à maximiser les ressources de ces étudiants dans une perspective brain gain est possible.

5Les inégalités économiques et démographiques qui entretiennent les flux migratoires trouvent une partie de leur explication dans l’existence de disparités entre le Nord et le Sud dans le développement des sciences et des technologies. C’est en effet ce constat qui justifie le choix des domaines de la santé et de l’ingénierie par les étudiants, domaines qui constituent des leviers importants pour une amélioration des conditions de vie de chaque pays. De ce point de vue, il nous a semblé intéressant d’analyser et de situer le potentiel de développement des étudiants du Sud dans ces domaines de la santé et de l’ingénierie, dans un contexte général de mobilité accrue et où domine le paradigme de l’employabilité dans un contexte particulier, marqué par des interrogations sur la désirabilité ou l’indésirabilité des migrants.

6En outre, le choix des filières de formation ci-dessus mentionnées s’est appuyé aussi sur les attendus de nos différents matériaux empiriques, en particulier sur les données statistiques (voir tableau 1 ci-après) qui laissent apparaître une présence importante d’étudiants du Sud de la HES-SO.

7En annexe de cette publication, se trouvent des données statistiques plus récentes qui indiquent une répartition générale des étudiants du Sud dans plusieurs domaines d’études.

Tableau 1. Étudiants du Sud de la HES-SO selon la région et la nationalité

Région/Nationalité

Nombre d’étudiants

Afrique

295

Algérie

2

Bénin

7

Burkina Faso

1

Cameroun

98

Congo (Brazzaville)

5

Congo (RDC)

3

Côte d’Ivoire

8

Égypte

3

Gabon

1

Guinée

11

Guinée-Bissau

1

Ile Maurice

1

Madagascar

18

Mali

3

Maroc

54

Niger

1

République Centrafrique

4

Rwanda

1

Sénégal

34

Togo

4

Tunisie

35

Amérique latine

50

Argentine

2

Bolivie

2

Brésil

16

Chili

2

Colombie

12

Cuba

1

Équateur

1

Guatemala

1

Haïti

1

Mexique

2

Pérou

9

Venezuela

1

Totaux

345

Source : Relevé des étudiants de la HES-SO le 15.11.2004

8Ce tableau montre une prépondérance des étudiants africains par rapport aux étudiants latino-américains. Environs 70 % des étudiants du Sud de la HES-SO proviendraient de pays africains. Hormis l’Algérie, on retrouve les 5 pays faisant partie des 20 pays les plus significatifs en termes d’étudiants scolarisés à l’étranger (cf. le tableau ci-dessus) comme étant les plus importants pourvoyeurs d’étudiants. Par contre, les étudiants latino-américains sont faiblement représentés selon nos données. Les pays les plus représentés, mais qui n’atteignent guère individuellement vingt étudiants par pays, sont le Brésil, la Colombie et le Pérou. Cette présence moindre d’étudiants latino-américains apparaît dans la composition de notre échantillon, où le nombre d’étudiants africains interviewés est statistiquement plus important.

9Quant à la répartition des étudiants, selon le canton et les filières d’étude (Voir ci-dessous, Fig. 2), on observe une distribution inégale des étudiants du Sud, mais on note aussi une polarisation dans les filières d’ingénieur en génie civil, génie mécanique, génie électrique, informatique et microtechnique. Si, par ailleurs, la grande majorité des étudiants interrogés appartient au domaine de la santé et de l’ingénierie, on retrouve aussi dans la population enquêtée des étudiants des filières en hôtellerie et en gestion ; cette situation s’explique en partie par la complexité des parcours de formation que connaissent souvent ces étudiants.

1. Composition de l’échantillon

10Comme mentionné ci-dessus, cette publication est la synthèse de deux recherches, toutes deux qualitatives et portant dans leur globalité sur une problématique commune, avec cependant un mode d’entrée singulier et contextualisé sur l’objet étudié. Certes, la majorité de l’objet traité ici concerne la première recherche portant sur les étudiants du Sud effectuée en 2008. L’évolution du contexte migratoire suisse et l’intérêt croissant observé sur les questions de mobilité internationale des personnes qualifiées nous ont amené à réaliser en 2012 une autre recherche sur les diplômés du Sud et l’accès au marché de l’emploi suisse. La troisième partie de cet ouvrage synthétise les résultats de cette dernière étude. Pour cette recherche, on notera que la population enquêtée était constituée de diplômés de la HES-SO dans les domaines de l’ingénierie et de la santé. L’échantillon était composé de vingt-deux personnes qui ont terminé leurs études en HES, en ingénierie et en santé, et de quatorze étudiants en fin de formation, soit un total de trente-six personnes enquêtées. Parmi les vingt-deux diplômés étrangers, treize résidents en Suisse et neuf à l’étranger. Cette recherche sur les diplômés du Sud est donc à considérer comme un prolongement de la précédente, qui a été plus large dans le traitement de bien des aspects de l’univers de vie des étudiants étrangers extra-européens en Suisse et dont nous présentons ci-dessous les détails.

11Le microcosme social des étudiants du Sud expliqué tout au long de cette étude, à l’instar de tout univers social marqué par des interactions d’acteurs sociaux situés les uns par rapport aux autres dans des positions différentes, reste traversé par des configurations sociales et expériences plurielles d’étudiants dont la compréhension exige une méthode particulière de collecte de données et d’analyse. C’est pour cette raison, et compte tenu des dimensions intersubjectives des questions à traiter, que nous avons aussi pris le choix de privilégier la récolte de récits de tranches de vie afin de pouvoir discerner à la fois les logiques qui informent sur les projets migratoires de ces étudiants et le sens qu’ils donnent à ces logiques.

12La recherche de récurrence par saturation progressive (Glaser et Strauss, 1973 ; Bertaux, 1980) nous a en effet permis de recueillir des informations qualitatives auprès des étudiants africains et latino-américains en formation dans la HES-SO (filières santé et ingénierie) dans deux cantons suisses romands (Genève et Vaud) et d’en faire une analyse de contenu approfondie. Il était prévu dans le projet initial de cette étude de réaliser vingt-cinq entretiens avec les étudiants, mais en appliquant le principe de la méthode par saturation progressive, nos entretiens qualitatifs avec les étudiants se sont élargis à soixante répondants et répondantes. Les données de cette soixantaine d’entretiens individuels, soit plus du double de ce que nous avions prévu au départ, étaient largement suffisantes pour analyser la question de la situation sociale des étudiants du Sud en HES-SO, en partant du point de vue des acteurs interrogés.

13Notre échantillon est ainsi composé de vingt-six femmes et trente-quatre hommes. Le nombre total d’étudiants africains enquêtés s’élève à quarante-trois, tandis que celui des étudiants latino-américains est de dix-sept. Cette disproportion reste liée au faible nombre d’étudiants latino-américains, comme nous le montrent les données statistiques ci-dessus, portant sur la répartition par région et nationalité des étudiants en HES-SO. En outre, parmi les étudiants latino-américains interrogés, il y a plus de filles que de garçons, soit onze sur dix-sept enquêtés. Par contre, pour les quarante-trois étudiants africains interviewés, il y a vingt-six garçons et dix-sept filles. Le total des enquêtés africains et latino-américains dans les filières santé et ingénierie est de quarante-six étudiants, avec un nombre considérable de filles dans le domaine de la santé, quatorze étudiantes sur seize, et aussi une présence plus forte des garçons dans le domaine de l’ingénierie, vingt-deux étudiants sur vingt-neuf, ce qui n’est guère étonnant, étant donné le caractère fortement genre de ces domaines d’activité.

14Les graphiques ci-dessous (fig. 1 et 2) rendent compte de cette composition diversifiée de notre échantillon.

Figure 1. Répartition des étudiants du Sud par sexe et par domaine d’études

Figure 1. Répartition des étudiants du Sud par sexe et par domaine d’études

Figure 2. Répartition des étudiants du Sud par sexe et selon leur lieu de f2

Figure 2. Répartition des étudiants du Sud par sexe et selon leur lieu de f2

2. Protocole de recherche

  • 8 Nous avons en effet rencontré le responsable du service juridique et de la formation de l’Office c (...)

15Deux principales étapes concomitantes ont marqué la récolte des données. La phase constituée par des entretiens qualitatifs semi-structurés avec les étudiants et la partie constituée par des entretiens semi-structurés avec les responsables des services sociaux et/ou pédagogiques des étudiants, et des responsables de l’Office cantonal de la population de Genève8. En outre, nous avons aussi interviewé quelques étudiants étrangers européens qui constituaient notre population témoin. Pour la mise en œuvre de ces deux phases, nous avons ainsi mis en place un dispositif de recherche constitué notamment d’un guide d’entretien destiné aux étudiants et d’un autre guide d’entretien destiné aux autorités, considérées comme des informateurs privilégiés.

16Ci-dessous se trouvent explicitées les principales thématiques contenues dans nos instruments de collecte de données.

Le guide d’entretien des étudiants

17Les principaux thèmes du guide d’entretien se résument ainsi :

Les déterminants des études en Suisse

18Nous avons cherché à comprendre les motivations qui président au choix d’étudier en Suisse et les logiques qui interviennent dans la construction du projet migratoire des étudiants. Nous avons donc analysé le rôle des facteurs structurels, tels que le rôle de la famille, l’absence de perspectives professionnelles dans le pays d’origine, le manque de structures de formation de niveau tertiaire, mais aussi les aspirations et l’imaginaire des étudiants, leurs visions de l’avenir, etc., dans un contexte de relation asymétrique entre le Nord et le Sud.

Conditions de vie et de séjour des étudiants

  • 9 En effet, l’Ordonnance limitant le nombre des étrangers (OLE) du 6 octobre 1986 fixe en son Art. 3 (...)

19Cette seconde thématique nous a permis de nous interroger sur les effets d’une précarité de statut (séjour strictement temporaire, impossibilité de « changement de place9 » et d’une précarité de vie (conditions d’accès au travail) sur le projet initial d’études.

20Ce second thème contient principalement deux niveaux d’analyse. D’abord, il s’est agi de décrire la vie quotidienne de ces étudiants (leurs conditions de logement, leur type d’activité lucrative et leur revenu, leurs conditions d’études) et d’identifier les difficultés récurrentes des étudiants. Au niveau des conditions de séjour, nous avons essayé de rendre compte, en croisant les informations recueillies auprès des étudiants et des services sociaux des étudiants, les effets des dispositifs juridiques et institutionnels du pays de résidence sur le projet d’étude des étudiants et sur leur rendement académique. Nous avons également, par cette thématique, tenté de comprendre et d’expliquer les stratégies des étudiants face à cette variable structurelle qui limite strictement leur séjour et leur interdit tout « changement de place ou de profession ».

Perspectives professionnelles des étudiants

21Cette partie a consisté à s’interroger sur les aspirations et évolutions possibles du parcours des étudiants sous le double effet d’une précarité de vie et de statut. L’une des questions centrales de cette partie a consisté à nous demander comment, une fois leur diplôme obtenu, les étudiants interviewés tentent de mettre en valeur leurs ressources, que ce soit en Suisse, dans leur pays d’origine ou dans un pays tiers, notamment en termes d’insertion professionnelle. Cette partie tente aussi d’esquisser des propositions d’interventions dans des situations de risques de précarisation et de gaspillage des ressources ; ce faisant, elle formule aussi des interrogations sur les modes d’intégration des diplômés étrangers en Suisse originaires des pays du Sud.

22Par ailleurs, les informations émanant de nos entretiens avec les étudiants ont été recoupées et confrontées avec des entretiens structurés que nous avons eus avec les responsables du Bureau universitaire d’information sociale de l’Université de Genève, de la responsable des admissions de la filière soins infirmiers de la HEVDS, de la responsable du domaine des sciences de l’ingénierie à la HEIG-VD et d’une autorité de l’Office cantonal de la population de Genève.

23Nos entretiens avec les professionnels du social et des responsables socio-pédagogiques des étudiants ont surtout porté sur les difficultés récurrentes rencontrées à leur connaissance par les étudiants, sur la nature de ces difficultés et sur des solutions proposées. Quant aux responsables des services des étrangers, les discussions étaient essentiellement orientées sur les critères d’admission en Suisse, le renouvellement du titre de séjour des étudiants et les conditions d’accès à l’emploi des étudiants du Sud.

Analyse des données

  • 10 La théorie des champs de Bourdieu est solidaire de sa conception d’un monde social divisé en ce qu (...)

24Nous avons procédé à une transcription de l’ensemble de nos entretiens, soit une soixantaine d’entretiens avec les étudiants et quatre entretiens avec les informateurs privilégiés constitués par les travailleuses sociales du BUIS et d’autres professionnels des services socio-pédagogiques et de l’office des étrangers. Ensuite, nous avons procédé à une analyse thématique des principales rubriques dont notre guide d’entretien était composé. Une analyse de contenu des différents entretiens a permis par ailleurs de dégager les éléments les plus prégnants pour les interpréter en fonction de nos questions de recherche. En outre, en considérant le postulat selon lequel le statut d’étudiant du Sud en Suisse constitue en lui-même un handicap pour une insertion durable et dans de bonnes conditions sur le marché de l’emploi, l’analyse en termes de réseaux que nous avons utilisée a également permis d’affiner notre compréhension des mécanismes de précarisation et de faire ressortir les stratégies de survie et d’entraide que les acteurs déploient dans le cadre de leurs communautés respectives. De ce point de vue, la théorie des champs10 (Bourdieu, 1984) a constitué l’une de nos sources d’inspiration théorique. Ainsi donc, les étudiants dont nous avons tenté de comprendre l’univers social évoluent dans un microcosme, qui lui-même fait partie d’un macrocosme que constitue l’espace social national, qui a ses propres règles du jeu et ses enjeux. Pour donner un ancrage empirique à ces postures théoriques, nous nous sommes en outre appuyés sur une approche biographique (Bertaux, 1980) de recueil de données, ce qui a permis par ailleurs de faire émerger les ressources différenciées des étudiants au sein d’un même espace marqué par des conflictualités. Ce type de démarche de recherche, a en effet rendu possible une approche compréhensive de la subjectivité des acteurs étudiants et la signification que ces derniers donnent à leurs expériences de vie, en tension permanente avec une situation juridique qui, par ailleurs, informe sur la situation sociale de ces étudiants.

Difficultés rencontrées

25L’une des premières difficultés rencontrées était la disponibilité des données statistiques. L’accès aux données statistiques désagrégées qui permettent de situer la distribution des étudiants par nationalité et par filière de formation n’a pas été possible. La disponibilité des personnes à interroger a également constitué une difficulté. La population enquêtée est une population certes homogène de par son statut juridique, mais hétérogène de par sa provenance géographique et diffuse quant à sa répartition dans divers hautes écoles de Genève et de Vaud. L’accès aux étudiants a été facilité par les responsables des écoles, informés au préalable de notre étude et qui ont pu ainsi sensibiliser certains étudiants. Si les premiers contacts n’ont pas été faciles, parce que nous étions forcés de nous ajuster aux périodes d’examens et aux horaires de leurs « boulots », par contre, au fur et à mesure que progressaient nos enquêtes, nous rencontrions une sympathie et une confiance grandissantes de la part des migrants interviewés.

  • 11 La Maison Kultura est une faîtière qui regroupe près d’une quarantaine d’associations (asiatiques, (...)

26Par ailleurs, il a été plus facile de trouver des étudiants africains à enquêter que des étudiants latino-américains. Nous étions ainsi souvent amenés à recourir à nos connaissances personnelles et à des réseaux de sociabilité (par exemple, la Maison Kultura11) supposés faire le lien avec la population latino-américaine. En revanche, sous l’effet de la méthode boule de neige, les contacts avec les étudiants devenaient plus importants, et ces étudiants laissaient de plus en plus apparaître leurs attentes quant à l’amélioration de leurs conditions de vie. On espère que les mesures et pistes d’intervention que nous avons suggérées dans cette étude constitueront une réponse aux attentes explicites et implicites exprimées par nos enquêtes. Nous avons cependant indiqué à nos interlocuteurs que l’impact d’une recherche est toujours incertain et plutôt à long terme que dans un futur immédiat.

Notes

5 Il est arrivé, par exemple, que nous ayons eu à enquêter sur quelques étudiants en 1re année et sur des cas d’étudiants en situation juridique transitoire, c’est-à-dire en attente de transformation de leur permis B étudiant, strictement temporaire, en un autre statut juridique moins précaire.

6 Groupe spécial du Projet sur la santé de l’OCDE, Paris, OCDE, 2003.

7 « La pénurie de médecins dans notre pays attire de plus en plus d’étrangers, créant un effet boule de neige : les Allemands qui viennent travailler en Suisse sont remplacés dans leur pays par des médecins venus de l’Est européen, qui attirent du coup les blouses blanches de pays encore plus pauvres » 24 Heures (30 octobre 2007).

8 Nous avons en effet rencontré le responsable du service juridique et de la formation de l’Office cantonal de la population de Genève. Par contre, pour Lausanne, une telle rencontre n’a pu être réalisée malgré notre demande, toutefois le Service de la population du canton de Vaud nous a fait parvenir des documents portant sur les conditions générales d’admission des étrangers.

9 En effet, l’Ordonnance limitant le nombre des étrangers (OLE) du 6 octobre 1986 fixe en son Art. 32 les conditions d’entrée et de séjour des étudiants en Suisse. Cette ordonnance semble également exclure tout changement de statut ou de reconversion de statut d’étudiant en statut de travailleur. L’Art. 7 de ladite Ordonnance donne priorité aux travailleurs indigènes (les Suisses et les étrangers titulaires d’un permis d’établissement pour l’exercice d’une première activité lucrative).

10 La théorie des champs de Bourdieu est solidaire de sa conception d’un monde social divisé en ce qu’il nomme des champs. Chaque champ possède des règles du jeu et des enjeux spécifiques. Ce concept de champ développé par Bourdieu, au-delà de sa complexité définitionnelle liée sans doute au fait qu’il est associé à de multiples schèmes théoriques appartenant à des univers théoriques différents, permet, à partir d’éléments invariants qui définissent ce concept, de mieux saisir bien des aspects du microcosme des étudiants, inséparable en effet du macrocosme constitué par l’espace social national ou contexte local, au sein duquel se structurent les interactions de ces étudiants et où ces derniers mobilisent diverses ressources à leurs dispositions. Pour une compréhension critique de la théorie des champs de Bourdieu et un aperçu des invariants qui participent de la définition du concept de champ, cf. Lahire (1999 : 23-56).

11 La Maison Kultura est une faîtière qui regroupe près d’une quarantaine d’associations (asiatiques, africaines, européennes et latino-américaines) actives sur le terrain de l’immigration, l’intégration, l’interculturalité et la coopération internationale. Elle fonctionne comme un carrefour de rencontres, d’entraide et permet divers échanges à ses membres et sympathisants.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Répartition des étudiants du Sud par sexe et par domaine d’études
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/308/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Figure 2. Répartition des étudiants du Sud par sexe et selon leur lieu de f2
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/308/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

© Éditions ies, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search