Version classiqueVersion mobile

Étudiants du Sud et internationalisation des hautes écoles : entre illusions et espoirs

 | 
Ibrahima Guissé
, 
Claudio Bolzman

Introduction

Texte intégral

1Cette publication est le résultat de deux recherches empiriques réalisées par Claudio Bolzman et Ibrahima Guissé en 2006-2008 et en 2012. Des séquences temporelles marquées respectivement par des contextes migratoires restrictifs, en ce qui concerne le séjour pour études des étudiants étrangers en provenance des pays extra-européens et un certain assouplissement de la législation suisse. Avant 2010, la Loi sur les étrangers pratiquait une discrimination à l’égard des étudiants provenant des pays hors UE et AELE. Ces étudiants étaient acceptés et sélectionnés sur des critères de capacité financière à se prendre en charge et étaient soumis à l’obligation de quitter le pays au terme de leurs études. A partir de 2011, on observe quelques évolutions en ce qui concerne leur accès à l’emploi à la fin de leur formation. Ce travail analyse les péripéties de vie des étudiants et diplômés étrangers dans un contexte migratoire suisse dynamique. La question des étudiants étrangers, et précisément celle des étudiants originaires d’Afrique et d’Amérique latine en Suisse, a rarement connu une analyse aussi approfondie et large sur les dimensions politiques, économiques et sociales qui entourent cette problématique. De ce point de vue, ce travail apparaît comme pionnier, notamment dans sa tentative de systématiser une série d’interroga-tions touchant les conditions de vie des étudiants des pays du Sud et leur accès au marché du travail suisse après l’obtention de leur diplôme. A partir d’une approche microsociologique, orientée sur le vécu des individus, l’étude finit par faire émerger des problématiques en débat au cœur des institutions suisses chargées de la gouvernance des questions de migration et de développement.

2En effet, la création de synergies entre migration et développement retient l’attention depuis quelques années. Certes, l’interdépendance entre les deux phénomènes ne permet pas de solutionner tous les problèmes de développement. Inversement, la coopération au développement n’est pas un instrument qui a une influence directe et à court terme sur les flux migratoires. Il reste toutefois généralement admis que la migration doit être davantage perçue comme un facteur de développement et que la politique de développement se doit également d’intégrer davantage le facteur de la migration.

3Ainsi posée, la problématique de la relation entre migration et développement reste complexe en Suisse, mais aussi dans la plupart des pays développés, en raison de la cristallisation d’une pluralité de facteurs. Dans le contexte suisse, de multiples acteurs politiques et instances diverses (ONG, associations professionnelles, entreprises, migrants à titre privé ou réunis en associations) restent intéressés par la question migratoire en raison de ses articulations avec les domaines de l’économie, de la sécurité intérieure, de la coopération au développement et de l’intégration des étrangers.

4Historiquement en effet, la relation entre migration et développement commence à être posée en Suisse dans les années 1980, lors de la diversification des flux migratoires et de l’augmentation du nombre de requérants d’asile en provenance d’Amérique du Sud, d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Europe de l’Est (Bolzman et Guissé, 2010). Dans cette période, les migrations du Sud vers le Nord sont perçues comme un problème, aussi bien pour les Etats récepteurs que pour ceux de départ. Le diagnostic principal de l’époque est que les migrations sont liées à la pauvreté et que seule la réduction de la pauvreté peut donc réduire les migrations.

5Cependant, au cours des années 1990, un autre discours émerge au sein même des instances gouvernementales. On constate en effet que ce ne sont pas les plus pauvres qui émigrent, que la grande pauvreté empêche de fait d’émigrer. L’aide au développement, en réduisant la pauvreté, ne peut ainsi que stimuler, au moins dans un premier temps, les tendances migratoires.

6Dans les années 2000, suite à l’intensification des processus de globalisation sur le plan financier, communicationnel ou technologique, suite également au gain en légitimité de l’approche transnationale dans l’analyse des problématiques migratoires (Basch et al., 1994), la tendance à considérer les migrants comme des acteurs privilégiés du développement s’est accentuée (Bolzman et Guissé, 2010). Durant plusieurs années en effet, les gouvernements européens ont élaboré des politiques d’intégration sans y associer les principaux intéressés, à savoir les différentes diasporas présentes sur leur territoire. Face à la complexité croissante des questions migratoires, ils ont toutefois pris conscience que ces approches unilatérales étaient devenues inopérantes. Parallèlement, les migrants ont démontré qu’ils sont en mesure de contribuer au développement de leur pays d’origine et de surcroît qu’ils deviennent indispensables pour la croissance économique, notamment dans les sociétés vieillissantes européennes. En fait, la présentation, en 2005, par la Commission mondiale sur les migrations internationales (CMMI) de son rapport au Secrétaire général des Nations Unies et au Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, mettant en exergue la nécessité d’accroître la cohérence dans le domaine des migrations, a été un moment charnière, de basculement de la conscience collective des politiques vers une vision tendant à une meilleure articulation entre migration et développement, économique et humain.

7Partant de ces deux constats, les instances officielles helvétiques vont s’intéresser aux potentialités des migrants et à leurs ressources comme vecteurs de soutien à leur pays d’origine. Dans ce sillage, elles ont mis en place une Task Force Diaspora, un groupe de travail interdépartemental réunissant des représentants de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), de l’Office fédéral des migrations (ODM), de la Division Politique IV (DPIV), du Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) et de la Direction du développement et de la coopération (DDC), qui vise à explorer les possibilités et limites d’une collaboration avec des associations de migrants ou des représentants individuels des collectivités migrantes.

8Dans une perspective socio-historique schématisée, on pourrait donc retenir que, en trente ans, les perceptions sur la relation entre migration et développement sont passées d’une vision négative de la migration, perçue comme l’une des conséquences indésirables du mal-développement, à une vision plus positive de la migration qui fait des migrants résidants en Suisse, mais aussi dans d’autres Etats européens, des protagonistes pouvant contribuer, par des biais divers, au développement de leur pays ou région d’origine.

Mobilité étudiante et migration internationale

9Cette nouvelle perspective fait en outre émerger des questions sur le potentiel de ressources des migrants, sur la reconnaissance de leurs qualifications acquises ailleurs et sur la valorisation de leurs compétences dans le pays d’adoption. C’est à la croisée de ces questions que se place cette publication.

10L’intérêt des Etats européens pour les migrants qualifiés s’est en effet considérablement accru durant la dernière décennie. Des pays comme l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni ou la Suisse ciblent une migration composée des personnes avec des formations de niveau tertiaire et spécialisées dans certains domaines, tels que la santé ou l’informatique. Il en va de même pour la mobilité des étudiants. La mobilité internationale des étudiants est encouragée par des processus liés à la dynamique de la mondialisation. Celle-ci crée en effet de plus en plus de besoins et accentue la compétitivité économique et culturelle. La satisfaction de ces besoins requiert davantage de mobilité. Si de façon générale, pour les étudiants, cette mobilité reste relativement tolérée sous l’impulsion de l’internationalisation de l’éducation et de la norme de l’employabilité, il demeure qu’en ce qui concerne les étudiants du « Sud », la réalisation du droit à l’éducation et à la formation dans les pays du Nord rencontre des difficultés et des défis variables selon les contextes nationaux des pays de destination (Bolzman et Guissé, 2010). Ces étudiants doivent franchir de nombreux obstacles, tant pour accéder et poursuivre la formation dans un Etat étranger, que pour valoriser leurs qualifications sur le marché du travail de ce pays. Ils constituent pourtant un potentiel de ressources de migrants hautement qualifiés auxquels les Etats européens portent un intérêt accru, en particulier depuis les deux dernières décennies.

11Plusieurs travaux établissent un lien de détermination entre migrations estudiantines et le phénomène constitué par la fuite des cerveaux. Cette corrélation entre migrations estudiantines et migration du personnel qualifié, ou fuite des cerveaux, est surtout observable dans le cadre des migrations étudiantes entre les pays développés. Mais la mondialisation économique et les politiques migratoires, avec quelques différences entre pays occidentaux qui constituent souvent les principaux pays de destination des étudiants du Sud, complexifient la situation. Ainsi, on peut relever que certains pays développent une politique active de recrutement des étudiants internationaux ou des personnes qualifiées (Canada, Australie, Royaume-Uni) tandis que d’autres restent marqués par un débat passionné sur le sort des étudiants étrangers (France). Quant à la Suisse, qui a longtemps appliqué une législation restrictive interdisant toute transformation de statut d’étudiant en travailleur pour les ressortissants extra-européens, elle vient d’assouplir sa législation par une modification de la loi sur les étrangers votée par le Parlement et entrée en vigueur le 1er janvier 2011.

12Aborder le phénomène des migrations étudiantes, en particulier dans le sens Sud-Nord, c’est nécessairement chercher à comprendre les logiques de différents acteurs individuels et institutionnels impliqués dans le projet migratoire de formation des jeunes ressortissants des pays en développement. Ces différents acteurs (l’étudiant, la famille, l’Etat du pays d’origine, l’institution académique d’accueil, les autorités du pays d’accueil) prennent part au processus de formation. Cette diversité des acteurs pose en effet la complexité du phénomène de la mobilité étudiante, complexité qui tient aussi bien à son mode d’organisation qu’à sa dynamique.

13L’ouvrage qui suit montre entre autres les « difficultés économiques » des étudiants et les risques de « chute sociale », qui constituent du reste deux dimensions centrales à la fois de la précarité (état) et de la précarisation (processus).

14L’étude se compose de trois grandes parties. La première partie pose le cadre théorique, définit les objectifs de la recherche et esquisse la démarche méthodologique. La deuxième partie constitue le point central de l’étude, en ce qu’elle restitue le processus d’émergence du projet de formation des étudiants et analyse l’impact des contextes des pays d’origine et de résidence sur le parcours de formation des étudiants. Différentes dimensions de la vie étudiante (économique, sociale, académique, culturelle et relationnelle) ont été ainsi traitées dans cette deuxième partie. Quant à la troisième partie, elle soulève des interrogations sur les perspectives professionnelles des étudiants étrangers ayant obtenu leur diplôme en Suisse au regard des contraintes structurelles du pays de formation, du pays d’origine et d’un contexte international où semble dominer de plus en plus la norme de l’employabilité. Cette partie laisse apparaître l’hypothèse de la mobilité par défaut des étudiants du Sud, contraints ainsi de quitter leur pays de formation en direction d’autres pays.

15Dans la conclusion, une synthèse des principaux résultats de nos recherches empiriques sur la question est proposée, avec une mise en évidence des points cruciaux qui suggèrent des pistes d’action susceptibles de maximiser et ou de valoriser les ressources des diplômés étrangers ressortissants

© Éditions ies, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search