Version classiqueVersion mobile

Étudiants du Sud et internationalisation des hautes écoles : entre illusions et espoirs

 | 
Ibrahima Guissé
, 
Claudio Bolzman

Préface

Beata Godenzi

Texte intégral

1Cette publication sur le parcours des étudiants du Sud en Suisse vient à point nommé pour (re) mettre le pied dans la réalité des migrants et rappeler les défis concrets liés aux discussions internationales en cours sur le thème migration et développement.

2Ces lignes sont écrites à quelques jours de l’ouverture des débats dans le cadre du Dialogue de haut niveau sur les migrations internationales et le développement des Nations Unies, le deuxième du nom après celui de 2006. C’est dire ainsi combien cette publication nous rappelle que, derrière les documents institutionnels, les publications et les déclarations des hauts dignitaires officiels, il reste bien des défis concrets pour transformer le mariage de raison entre développement et migration en une réalité tangible et bénéfique pour toutes les parties concernées, à savoir les migrants et leur famille, ici et « au pays », les employeurs et les collectivités dans lesquelles ils ancrent leur quotidien.

3Cet automne 2013 reste également marqué par une nouvelle discussion sur le futur du développement qui sera menée à la lumière du bilan des objectifs du millénaire dans le cadre de la 68e Assemblée générale des Nations Unies. Le débat dit « Post-2015 » commence déjà et, fait nouveau, il intègre cette fois le thème de la migration. Dans son rapport A life of dignity for all : accelerating progress towards the Millennium Development Goals and advancing the United Nations development agenda beyond 2015, le Secrétaire général des Nations Unies précises : « Migration challenges have grown, and young people in many countries face poor prospects for decent jobs or livelihoods. ».

4Dans le chapitre du rapport susmentionné intitulé Vision and transformative actions of the agenda, il est clairement stipulé qu’il est important à l’avenir « de mettre en valeur la contribution des migrants ». En effet, « More than a billion people rely on international and domestic migration to improve the income, health and education of their families, escape poverty and conflict and adapt to environmental and economic shocks. Countries receiving migrants can also benefit significantly. Yet many barriers limit the positive effects of migration, including possible large economic and social gains. Discrimination is widespread and the human rights of migrants are often denied at different points in the migration process. The scourge of human trafficking, an unacceptable dimension of migration, must be ended. »

5Il est aussi précisé que : « Goals and targets should take into account crosscutting issues such as gender, disability, age and other factors leading to inequality, human rights, demographics, migration and partnerships. »

6La mobilité internationale des travailleurs et la valorisation des compétences des migrants dans une perspective de développement sont des thèmes largement discutés au sein des instances internationales. La quête des étudiants et jeunes professionnels du Sud pour asseoir une première expérience professionnelle au Nord, la rétention des travailleurs qualifiés migrants par les pays d’accueil et la perte de ressources humaines charnières pour les pays en développement du Sud sont les différentes facettes de ces nouvelles réalités. Celles-ci sont le reflet des déséquilibres économiques et démographiques qui opèrent à l’échelle mondiale et créent une pression sur nos sociétés occidentales vieillissantes et sur les pays pauvres du Sud exportateurs de leur jeunesse. En toile de fond d’une perspective suisse, c’est le manque de main-d’œuvre dans certains secteurs clefs et la compétition autour des travailleurs hautement qualifiés garants de l’innovation, ce grand avantage comparatif de notre économie, qui se profilent comme des défis de notre société vieillissante. Dans un tel contexte, la mobilité de la main-d’œuvre devient un thème courtisé sur la place publique.

7Pourtant, dans ce débat, les différents visages de cette mobilité ne sont pas abordés de façon globale, alors même que l’augmentation de la mobilité des travailleurs dans des conditions dignes et orientée par des politiques publiques claires et cohérentes nourrit les processus de développement, ici ou ailleurs. Si les résultats des recherches sont de plus en plus clairs à ce propos, ils sont bien éloignés des pensées populistes qui minent le débat public sur le sujet de la mobilité des travailleurs, qui plus est extra-européenne.

8Diverses propositions sont faites dans les enceintes multilatérales globales pour faire face à ces défis et contribuer à rendre le mariage entre migration et développement plus harmonieux. Elles visent non seulement à esquisser des solutions pour les pays demandeurs de main-d’œuvre, mais aussi à créer des opportunités pour que les travailleurs migrants qualifiés puissent contribuer plus activement au développement de leur pays d’origine. Parmi elles, on peut citer :

  • l’adoption de politiques respectueuses des droits élémentaires des travailleurs, souvent déniés aux migrants peu qualifiés ;
  • la définition de politiques éthiques et équitables de recrutement des travailleurs qualifiés, notamment issus des pays en développement ;
  • l’attention accrue à apporter à la mobilité des travailleurs migrants moyennement qualifiés ;
  • la meilleure reconnaissance des diplômes au niveau international ;
  • la définition de politiques innovatrices relatives aux diasporas ici et là-bas ;
  • la flexibilisation des législations relatives à la mobilité des migrants issus des pays en développement, dans un esprit de circulation des compétences ;
  • la mise en place de réseaux de recherche qui maintiennent un lien institutionnel et personnel entre le centre de recherche et les pays d’origine des chercheurs issus de pays en voie de développement ;
  • l’appui au développement de la recherche opérationnelle dans les pays en voie de développement en lien avec le développement économique ciblé sur de nouvelles technologies prometteuses.

9La Suisse, en modifiant la Loi sur les étrangers en faveur d’une extension du temps de séjour après les études dans l’optique de favoriser l’obtention d’une première expérience professionnelle aux étudiants étrangers ressortissants de pays non européens fraîchement diplômés, fait un pas dans la bonne direction. Elle répond en effet au défi d’accès à un premier emploi, elle propose un « retour sur investissement » légitime (bien que timide), elle met en place des mécanismes nouveaux de rétention d’une main-d’œuvre qualifiée, dont la Suisse aura dans un proche futur fortement besoin. Et enfin, tout aussi crucial, elle permet également à des individus de planifier avec plus de sérénité leur vie afin d’en faire bénéficier au mieux leurs proches et le pays dans lequel ils sont établis. Les conclusions de l’étude de Guissé et Bolzman sont également intéressantes car elles démontrent qu’un changement de politique n’équivaut pas à une modification des pratiques, pourtant seules à même d’apporter de modifications profondes dans les sociétés. Dans le cas présent, c’est un changement dans la perception de l’Autre, ce migrant dont on parle beaucoup sans le connaître, qui permettrait pourtant d’obtenir les effets escomptés du changement politique opéré.

10Pourtant, avec ce changement de loi, la Suisse ne favorise pas encore le mariage de raison entre développement (des pays pauvres) et migration. Il nous faut encore mettre le pied à l’étrier pour y parvenir. En effet, la loi sur les étrangers, mais aussi nos politiques d’éducation et de recherche donnent de plus en plus d’importance à la rétention de travailleurs qualifiés issus de la migration, y compris des chercheurs, dans nos économies. Elles n’ont pourtant pas encore mis au centre de leur mission le partage des bénéfices acquis grâce à la présence de ces migrants entre les pays d’origine et de destination. Elles n’explorent pas les voies d’une articulation différente entre le migrant, son pays d’accueil et son pays d’origine. Une articulation qui obligerait à revisiter nos a priori collectifs en matière de mobilité des travailleurs migrants, issus notamment des pays les plus pauvres, et à revoir les fondamentaux de notre économie globalisée qui promeut la mobilité des produits financiers, des biens, voire des services, mais qui reste bien silencieuse sur la circulation des personnes.

11L’étude de Guissé et Bolzman, après avoir posé de bonnes questions, formule des recommandations qui sont à retenir pour définir les axes d’une politique qui marierait avec plus de conviction migration, développement des pays du Sud et développement en Suisse.

12septembre 2013

Auteur

Cheffe du Programme global Migration et Développement de la DDC

© Éditions ies, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search