Version classiqueVersion mobile

Citoyenneté et réconciliation au Rwanda

 | 
Roland Junod
, 
Paul Rutayisire

7. Synthèse des principaux résultats de la recherche

Roland Junod et Paul Rutayisire

Texte intégral

7.1 Bilan

7.1.1 Qu’avons-nous appris de l’expérience des sites ?

  1. L’expérience des trois sites de citoyenneté qui ont été nos partenaires pendant trois ans, chacun ayant un enracinement et une histoire particulière, révèlent des capacités d’initiative et d’auto-organisation des communautés qui gagnent à être appuyées et rendues publiques.

  2. Cette expérience permet d’esquisser le rôle que peut jouer face à l’administration, à l’Etat et à l’ensemble du pays, une société civile profondément ancrée dans les communautés de base et qui se développe sur un mode endogène.

  3. La valeur d’exemple des collectifs à l’œuvre dans les trois sites (que le terme juridique d’association ne suffit pas à caractériser) est qu’ils intègrent des personnes appartenant aux groupes que l’ethnisme et le génocide ont divisés, de confessions différentes et qui affrontent collectivement les impératifs et les difficultés d’une communauté qui cherche à se réconcilier avec elle-même.

  4. La force de l’action de ces communautés réside dans le fait qu’ils ouvrent un espace social de solidarité où il est tenu compte de l’existence de chacun. Cette action englobe (sous des formes différentes dans les trois sites) les aspects de la reconstruction sociale : la recomposition des relations proches, le travail de deuil, la quotidienneté, la coopération économique, l’écoute des récits et des témoignages, les débats de société, l’implication dans les juridictions populaires, la réintégration des détenus libérés (dans deux des trois sites), les commémorations, les rituels et évènements festifs. A ce titre, ils constituent de véritables laboratoires sociaux.

  5. Ils font également office de laboratoires de citoyenneté démocratique où chacun peut développer les compétences nécessaires à la vie démocratique : la pratique du témoignage et du débat dans un espace public, la participation aux décisions, le partage des tâches, la bonne gestion des ressources de l’association.

  6. Les espaces de dialogue ouverts dans chacun des sites exercent une fonction essentielle de recréation d’un sens commun autour des questions qui sont au centre de la politique de réconciliation : Que nous est-il arrivé ? Que commémorons-nous ? Qu’est-ce que faire preuve d’Ubuntu ? Qu’est-ce que la justice ?

  7. Ils s’inscrivent dans une véritable culture du dialogue qui émerge notamment des clubs de dialogue et de la pratique des gacaca (Clark, 2010).

  8. Les dialogues menés dans ces espaces sont fortement marqués par la recherche d’unité et de consensus, on peut à ce titre parler d’une certaine pression de réconciliation ; une pression tout à la fois existentielle, morale, sociale et politique. Toutefois, le climat de confiance que rend possible une solidarité active favorise également la liberté de parole, l’expression des difficultés et des différences de point de vue et, ce faisant, l’authenticité des échanges.

  9. Dans chacun des sites, l’expression culturelle contribue à renforcer le sentiment d’une appartenance commune. Les ateliers de danse, les poèmes improvisés et rythmés, les prières et les rituels permettent de partager des émotions dans des moments de réjouissance, et de se relier à un patrimoine culturel commun. Ces moments d’expression permettent également, à l’image de l’atelier théâtre de Gahini, de se raconter à soi-même l’histoire d’une communauté déchirée.

  10. Le partage des récits, de l’expérience particulière que chacun a de la traversée du désastre reste une chose très difficile, même dans un cadre de proximité et de confiance. Les moments où de tels partages ont été tentés se sont révélés déterminants pour la cohésion du groupe, comme cela a été le cas à Karama. Pour autant, nos partenaires des trois sites ont à plusieurs reprises fait état de leurs préoccupations face au poids des non-dits, des vérités non révélées, des blessures morales et des traumas. Tout indique que si les communautés de base sont à même de mener une partie de ce travail de partage, d’en créer les conditions, une pédagogie appropriée reste à développer pour les appuyer.

  11. La possibilité de rattacher ces différents récits à un grand récit de l’histoire contemporaine du Rwanda depuis la colonisation jusqu’au génocide, un récit qui en offre une certaine compréhension, reste limitée chez nos partenaires pour autant que nous ayons pu en juger. Aux obstacles émotionnels liés aux loyautés et trajectoires diverses (non seulement Hutu, Tutsi, Twa, mais également anciens réfugiés, rescapés, populations ayant vécu la fuite au Congo…) s’ajoutent des obstacles cognitifs. A la question la plus difficile d’entre toutes : « Pourquoi cela s’est-il passé ? » s’ajoutent beaucoup de questions sur le comment, sur l’enchaînement des évènements. Nos débats ont révélé l’urgence d’une pédagogie de l’histoire qui permette une compréhension partagée. A côté des commémorations, des sites mémoriaux et des écoles (qui entament à peine ce travail faute de matériel didactique), les organisations communautaires de base, à l’image des sites, constituent des lieux appropriés pour mener ce travail.

  12. Les trois sites partagent une préoccupation commune pour l’accueil des nouvelles générations. La volonté partagée par tous leurs membres de leur offrir une vie sociale libérée des divisions passées est un puissant facteur d’espoir et de cohésion. La scolarisation des enfants sur un pied d’égalité, leur socialisation dans un cadre exempt de toute discrimination sont au fondement de leur adhésion à la politique de réconciliation. La question de la transmission est débattue dans les sites avec une conscience aiguë de la difficulté qu’elle offre, chacun étant familier du fait que les traumatismes se transmettent aux jeunes générations. Comment raconter cette histoire à nos enfants ? A côté de la question de la réécriture de l’histoire, un chantier est ouvert autour de la transmission orale. Cette question pourrait faire l’objet d’une nouvelle recherche-action dans les communautés de base.

  13. L’expertise acquise par les sites à travers leur gestion de l’après-génocide les a mis en situation d’offrir des services à la communauté qui vont au-delà de la solidarité pratique avec des personnes vulnérables (qu’ils exercent aussi par ailleurs). Ce sont des contributions substantielles à la vie démocratique, initiées en toute autonomie. Les plateformes de débat ouvertes sur le campus par les étudiants du SCUR, leurs actions de sensibilisation dans les écoles secondaires, la participation des femmes de Karama aux jurys populaires gacaca, leur médiation dans des conflits de proximité, le soutien à l’auto-organisation d’associations de jeunesse ou culturelles offert par les gens de Gahini sont autant d’exemples d’exercice d’une citoyenneté horizontale, tout aussi essentielle à la vie démocratique que la représentation politique et la participation aux élections.

  14. L’articulation de l’action des sites avec les différents échelons de l’action publique (cellules, districts, villes, région, Etat) reste symbolique. Les sites ont obtenu une reconnaissance officielle (de la part de la CNUR surtout), ils ont été appelés à témoigner devant différentes instances et ont bénéficié d’aides ponctuelles. Ces marques de reconnaissance, de même que les coopérations nouvelles avec d’autres acteurs (les autres sites notamment), ont permis de dépasser un certain sentiment d’isolement. Il apparaît néanmoins opportun de renforcer leur visibilité en tant que partenaires d’une politique de réconciliation, de valoriser la complémentarité de leur action avec celle de l’Etat et de favoriser leur participation, critique au besoin, au débat public.

7.1.2 Quel renforcement des capacités des sites la recherche-action a-t-elle rendu possible ?

1Les évaluations finales menées dans les trois sites permettent de lier les bénéfices de notre coopération pour leur action à cinq types d’apport.

1. L’effet de reconnaissance

2Le regard posé par des chercheurs sur l’action des sites, un regard perçu à la fois comme impartial et impliqué (et en même temps investi d’une certaine officialité) a semble-t-il offert à nos partenaires une reconnaissance de la valeur de leur action pour l’ensemble de la société. Ce faisant, il a permis de la comprendre sous l’angle d’une série de problèmes généraux posés à la société rwandaise qui dépassent les enjeux existentiels immédiats de survie et de cœxistence au niveau local. Il a peut-être permis une conscience plus aiguë d’être acteurs de la politique d’U&R, de laquelle la contribution ne peut être ignorée.

2. La pratique des dialogues communautaires

3La régularité et la méthodologie des dialogues que nous avons animés dans les sites sur trois ans ont eu, aux yeux de nos partenaires, des effets appréciables : elles ont permis une progression de la réflexion (parfois avec des retours en boucle sur les mêmes questions), de répondre au besoin de débat dans un cadre de confiance et de faire preuve d’inventivité méthodologique, s’agissant de favoriser l’expression de tous et l’esprit critique. La relation de co-citoyenneté entre chercheurs et acteurs (préférée à d’autres types de relations connues : relation de sujet à objet de recherche, thérapeutique, de médiation, de guidance morale ou civique…) a favorisé la recherche d’authenticité et de vérité.

3. Les apports formels de connaissance

4Le programme d’Education à la citoyenneté démocratique a, de l’avis de tous, renforcé la capacité des acteurs à œuvrer en tant que démultiplicateurs dans leurs communautés. Pour ce faire, la transmission de connaissances théoriques et méthodologiques a répondu à une forte attente, une attente que notre programme, trop court pour cela, n’a pu combler entièrement (cf. ci-dessous, point 10.4).

4. Une approche englobante de la question de la réconciliation

5A plusieurs occasions, nous nous sommes trouvés d’accord avec nos partenaires sur le fait que la réconciliation ne se décrète pas, qu’elle se construit dans le temps long à tous les échelons de la vie sociale et politique. C’est probablement la raison pour laquelle ces mêmes partenaires ont manifesté leur grand intérêt pour notre approche : une approche non moralisatrice, ancrée dans une perspective historique et qui lie les enjeux de la réconciliation à la refondation d’une citoyenneté démocratique.

5. L’effet réseau

6La démarche a permis d’établir des liens de coopération entre les sites et de réfléchir ensemble au développement de l’association à travers des démarches auprès d’autres partenaires ou interlocuteurs.

7.1.3 Quel bilan tirons-nous du travail de conception et de mise en œuvre d’un programme expérimental d’Education à la citoyenneté démocratique ?

  1. Dans la continuité des Dialogues communautaires pour la paix initiés par le CCM, notre programme d’ECD illustre la valeur du « service à la communauté » que des chercheurs et enseignants de l’université peuvent offrir en alliant un haut degré de compétence académique (notamment dans le domaine de l’histoire) à une pédagogie inspirée de l’éducation populaire.

  2. La méthodologie employée pour l’élaboration du concept (analyse des besoins en partant de situations d’action, élaboration d’un référentiel de compétences, construction collective des contenus) a permis de définir des apports de formation pertinents, liés étroitement au quotidien des sites et à leurs capacités de développement.

  3. La combinaison entre apports théoriques et méthodologiques liés à la pratique quotidienne (développement de projets, gestion de conflits…) et apports de conscientisation (histoire moderne du Rwanda et génocide, culture du droit et droits humains, pratique du débat public…) s’est avérée pertinente aux yeux des participants.

  4. La pédagogie, dont le principe était d’alterner les moments d’enseignement et les moments d’expression et d’animation, s’est révélée également pertinente mais difficile à assumer dans le cadre horaire imparti. Dans la perspective d’un prolongement donné au programme, il sera opportun de simplifier encore les apports théoriques et de donner plus de temps aux moments d’animation pour des « mises en situation » ou des jeux de rôles.

7.1.4 Qu’avons-nous appris de cette expérience de recherche-action intégrale ?

  1. Le modèle de la RAI, avec ses différentes caractéristiques (un contrat ouvert, le rapprochement des rôles entre acteurs et chercheurs, une définition large de la problématique englobant les aspects micro- et macrosociaux, la transformation réciproque du discours et de l’action, une circulation entre les aspects éthiques, politiques et scientifiques de la démarche) s’est révélé tout à fait praticable avec des partenaires peu familiers de ce type de démarche.

  2. La posture modeste et transparente adoptée par les chercheurs, facilitateurs plus qu’experts ou pédagogues, permet de déconstruire les rapports de pouvoir. Elle facilite l’appropriation commune de la démarche entre acteurs et chercheurs, placés dans des positions sociales différentes, mais traversés jusqu’à un niveau très personnel par les mêmes interrogations.

  3. L’espace de dialogue ouvert à l’occasion des rencontres offre toutes les caractéristiques d’un espace public démocratique où l’expérience de chacun peut être dite et où l’on partage la recherche du Vrai et du Juste. Le processus de recherche-action joue ainsi son rôle d’éducation informelle à la citoyenneté démocratique.

  4. Le projet du modèle de la RAI de concilier recherche sur, pour et par l’action et les acteurs, c’est-à-dire d’être à la fois une recherche d’explication, d’application et d’implication (Morin, 2003 : 27) ne s’avère pas simple à tenir. Les dimensions d’application et d’implication ont été rendues rapidement crédibles par le contrat et le processus que nous avons mis en place, qui nous mettaient clairement en position de partenaires. Assumer la tâche d’expliquer appelait en revanche une posture plus complexe : une posture à la fois impliquée et distancée, être à la fois dans la rue et au balcon. Le retour au balcon s’est avéré passionnant à chaque fois que nous nous en sommes donné le temps. Il exige cependant, au sein d’un processus en mutation, un recueil systématique de données dont la pertinence reste ouverte et une capacité d’interprétation critique de ces données, de théorisation. Il requiert enfin la capacité de mettre en résonance ou en contraste l’expérience de nos partenaires avec d’autres développements sociaux observés. Nous n’avons pas été toujours à la hauteur de cette exigence. Une RAI exigeante quant à la production de savoir demande un degré élevé de compétences en recherche qualitative et une grande faculté d’adaptation.

7.1.5 Quels enseignements tirons-nous de la démarche partenariale ?

  1. Le respect du contrat de coopération (délais, libération du temps et de l’argent) a constitué la plus grande difficulté de la coopération, pour des raisons purement administratives. L’engagement et la solidarité des chercheurs sont venus à bout de cette difficulté.

  2. l’expérience du partenariat peut être mesurée d’abord sous l’angle de l’auto-formation des chercheurs. Une mise en situation partagée entre outsiders et insiders, le croisement d’un regard éloigné et d’un regard immergé, la mise en œuvre de compétences disciplinaires variées (histoire, sciences politiques, philosophie, éducation, droit…), la mise en rapport d’expériences historiques comparables (génocide, justice transitionnelle, réconciliation, démocratisation) ont constitué autant de défis qui ont été relevés, parfois dans l’improvisation, mais avec une conscience haute des enjeux.

  3. La recherche de la bonne posture et d’une éthique de recherche appropriée a créé des liens de solidarité entre les deux équipes de recherche qui vont bien au-delà des enjeux académiques. Dans un contexte local de reconstruction et dans un contexte international d’affrontements idéologiques (autour de la compréhension du génocide et des conflits dans la région des Grands Lacs), il nous a été possible de penser les enjeux de recherche et de formation comme un enjeu de citoyenneté partagé.

7.2 Perspectives

7En guise de perspectives d’avenir, nous pouvons retenir, à l’intention des décideurs politiques comme à celle des décideurs académiques, un certain nombre de pistes à suivre ou de propositions :

  1. renforcer l’articulation et le débat entre initiatives de citoyens et action publique à tous les échelons de l’Etat ;

  2. appuyer et généraliser la culture des dialogues communautaires sur le modèle de l’arbre à palabre où la recherche de consensus est liée à l’expression libre des blessures morales, des conflits et des dissonances ;

  3. engager au sein des communautés des recherches pédagogiques autour de la question de la transmission orale de l’expérience du génocide (parallèlement à la transmission scolaire) ;

  4. poursuivre les projets d’éducation formelle et informelle à la citoyenneté démocratique dans un esprit de dialogue et de formation réciproque entre chercheurs, pédagogues et citoyens ;

  5. approfondir la formation des chercheurs en recherche-action de manière à compléter les compétences d’intervention dans la communauté par des compétences accrues en recherche qualitative ;

  6. assurer au sein de l’Université nationale (UNR) les conditions d’une coopération internationale au niveau de la recherche en garantissant aux chercheurs l’usage en temps voulu des ressources en heures de travail et en argent définies contractuellement.

© Éditions ies, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search