Version classiqueVersion mobile

Citoyenneté et réconciliation au Rwanda

 | 
Roland Junod
, 
Paul Rutayisire

4. La conduite de la recherche-action

Roland Junod

Texte intégral

4.1 Le dispositif de recherche-action

4.1.1 Tâches menées en commun

1Notre dispositif de coopération prévoyait des tâches menées en commun (à distance ou au Rwanda). Nous partagions les tâches relatives à la direction scientifique du projet, l’organisation des séminaires réunissant les deux équipes (en tout huit séminaires), des démarches de terrain suivies de débriefings, des moments de formation réciproque, et finalement l’analyse des données et la rédaction du rapport de recherche.

4.1.2 La tâche du CCM

2Le CCM assumait le copilotage scientifique de la recherche et les tâches de coordonner et de conduire les démarches de terrain, soit l’identification des sites de citoyenneté, l’établissement de conventions de partenariat, l’analyse des contextes d’action, les rencontres régulières avec les sites, la documentation des rencontres (procès-verbaux et journaux de bord), la mise en réseau des différents sites et la communication avec les acteurs locaux (en particulier la Commission nationale d’unité et de réconciliation).

4.1.3 La tâche de la HETS

3De son côté, la HETS assumait les tâches suivantes : la préparation et l’animation des séminaires méthodologiques (tenus à Butare), le copilotage scientifique de la recherche-action (avec le soutien d’un groupe d’accompagnement), tout particulièrement sur les questions relatives au processus de recherche-action et aux problèmes méthodologiques qu’elle rencontre, aux compétences des acteurs communautaires et à l’éducation à la citoyenneté démocratique. Elle était également chargée de l’analyse en continu des données grâce aux documents transmis par le CCM et participait ponctuellement à des démarches de terrain à l’occasion de chaque déplacement au Rwanda (huit pendant la durée de la recherche).

4.2 Le choix des sites

4Alida Furaha Umutoni

5Le choix des sites de citoyenneté est le résultat d’un travail élaboré des chercheurs du CCM impliqués dans le projet de recherche-action. Avec la collaboration de la Commission nationale d’unité et de réconciliation (CNUR), le CCM a pu avoir la liste des associations qui œuvrent dans le domaine de la réconciliation dans tout le pays. Certaines associations sur la liste obtenue de la CNUR étaient connues par les chercheurs pour avoir déjà travaillé avec elles par le passé.

6Le CCM a établi des critères pour l’identification des associations susceptibles de devenir ses partenaires (sites de citoyenneté) dans le projet. Nous avions retenu trois critères :

  • les différents groupes divisés par le génocide devaient être présents dans l’association ;

  • l’association devait manifester un intérêt pour la démarche de recherche-action ;

  • l’exercice de la citoyenneté démocratique devait y exister comme préoccupation.

7Ayant eu les adresses de ces associations, des visites et discussions ont suivi jusqu’à la conclusion et la signature du contrat de partenariat entre le CCM et les sites de citoyenneté.

8Trois associations ont été identifiées : A l’est, Abiyunze b’Igahini (Ceux qui se sont réconciliés) et au sud, Ubutwari bwo Kubaho (Le courage de vivre) et Student's Club for Unity and Reconciliation.

4.3 La recherche-action dans le site de Karama

9Justin Murwanashyaka

4.3.1 Contexte géographique, démographique et historique

10Le site de citoyenneté de Karama se trouve dans la province du Sud, district de Huye, secteur de Karama, à 15 km de la ville de Butare. Pour être encore plus précis, dans la cellule Gahorororo, Umudugudu Umuyange. Il s’agit d’un milieu rural dominé par l’activité agro-pastorale. Il y a aussi quelques activités commerciales à moyenne échelle.

11L’association Ubutwari bwo Kubaho (le courage de vivre), choisie comme site de citoyenneté, comprend plusieurs catégories de personnes : des rescapés du génocide (des veuves et des orphelins), les personnes qui ont des proches suspectés de génocide (et emprisonnés), les rapatriés, les anciens détenus pour crime de génocide qui ont été libérés.

12La situation socio-économique de la période postgénocide dans cette région est caractérisée par la fragilité des relations sociales, à laquelle s’ajoute la pauvreté accrue au sein de la population.

4.3.2 Histoire et organisation de l’association

13L’association a été créée en mai 1995, dans le contexte de l’immédiat après-génocide. Les gens vivaient dans les locaux de la paroisse et de l’école (leurs maisons avaient été détruites), dans le besoin matériel, sans logement ni nourriture, dans un grand climat de méfiance. L’abbé Jérôme Masinzo, fraîchement nommé dans la paroisse, les encourage à prier, à s’associer et à travailler ensemble.

14Aujourd’hui, l’association compte en tout 1701 membres dont 7 hommes et 1694 femmes. Il y a des veuves (plus ou moins 300 rescapées et autres), des femmes dont le mari est en prison (1400) et des ex-détenus pour génocide (7 hommes). Le domaine d’activités de l’association comprend entre autres l’unité et la réconciliation, l’activité agricole (manioc, pommes de terre), l’élevage de chèvres et de poules, le commerce (exploitation d’un taxi minibus et d’une boutique). L’association bénéficie d’un leadership solide de type collégial. En plus de l’assemblée générale, l’association comprend trois comités, à savoir :

  • le comité exécutif : présidente, vice-présidente et secrétaire attachée à la coordination des activités ;

  • le comité de gestion : présidente, vice-présidente et trésorière ;

  • le commissariat aux comptes : présidente, vice-présidente et secrétaire.

15Les 1701 membres sont répartis dans 87 groupes créés sur la base de la proximité géographique des membres et de leur domaine d’activité. L’association a développé une solidarité très forte entre ses membres dans tous les aspects de leur existence. Par exemple, en cas de mariage au sein de la famille d’un membre de l’association, les membres le soutiennent matériellement, financièrement et moralement par leur présence, l’apport de boissons et de nourriture. Un soutien similaire se manifeste également en cas de problème : construction de maisons pour les nécessiteux, octroi d’habits, de semences, etc. Les représentantes de ces groupes se rencontrent régulièrement, tous les vendredis et les dimanches après la messe ; elles discutent des questions importantes en rapport avec l’association.

16En plus du CCM, l’association a d’autres partenaires. Le Norwegian People’s Aid (NPA) a soutenu l’association en donnant une formation à la gestion de conflits, elle a fourni les chèvres et un minibus et formé le comité sur les questions de gestion. Caritas a construit des logements pour les membres de l’association, AMI (Association Modeste et Innocent) a assuré des formations sur le thème : healing et réconciliation.

17L’association possède des livres de gestion bien tenus. Il en est de même pour les rapports d’activité de l’association. L’association possède une maison, un local et des meubles. Elle possède des chèvres, des poules, une boutique et un minibus utilisé comme transport en commun. Quelques membres sont des enseignants de l’école primaire et soutiennent l’organisation de leurs compétences.

18Les décisions sont prises par le truchement de l’Assemblée générale ou par consultation. Par ailleurs, les conseillers aident à trancher les conflits en cas de grandes difficultés.

4.3.3 Les activités de l’association

19Les activités menées à ce jour comprennent notamment :

  • le dialogue entre différentes catégories de personnes qui composent l’association, c’est-à-dire les rescapés, les épouses de détenus, les ex-détenus et les membres de leurs familles ;

  • l’entraide entre les membres : le labour, la construction de logements… ;

  • l’animation de conférences et le témoignage dans différents endroits, même lointains : Simbi, Gikongoro, Kabgayi ;

  • l’agri-élevage (la culture de la pomme de terre, du manioc, des haricots ; élevage de chèvres, de poules et de vaches).

20Les résultats obtenus à travers les activités de l’association sont notamment : l’établissement du contact entre des personnes naguère considérées comme antagonistes, la réduction des suspicions, des inquiétudes et des distances entre les membres, la promotion de bonnes relations entre les membres et l’entraide mutuelle, la réduction de la pauvreté. La pauvreté reste cependant un obstacle majeur et l’association se heurte au manque de financement et à l’insuffisance de matériel nécessaire aux travaux. Elle doit aussi résister au découragement généré par une certaine pression exercée par des personnes externes opposées à la réconciliation. Malgré cela, l’association maintient sa cohésion et est motivée par les résultats déjà atteints. Elle est appréciée localement et porte son expérience dans d’autres lieux.

4.3.4 Lien avec la CNUR

21L’association Ubutwari bwo Kubaho a été appréciée et reconnue bien au-delà de sa province à travers ses activités et ses interventions. Elle ne bénéficie pas d’appui financier de la part de la CNUR, mais de conseils. Elle maintient avec elle un contact d’informations réciproques. Par son action et la reconnaissance qu’elle a obtenue de la CNUR et au sein de la communauté, les membres du site de citoyenneté ont le sentiment de participer à une politique nationale d’U & R. L’association s’investit localement au niveau du secteur et du district dans l’organisation de la semaine annuelle de commémoration du génocide, ainsi que dans d’autres activités en rapport avec l’unité et la réconciliation. Sa stratégie d’action dans la communauté consiste à lier un travail de sensibilisation à ses diverses activités socioéconomiques, telles que le commerce, l’agriculture et l’entraide mutuelle.

Réunion de cheffes de groupes à Karama

4.3.5 La convention passée avec le CCM

22Il s’agit d’un contrat ouvert dans la mesure où les parties l’ont élaboré ensemble et ont réfléchi sur le cadre du partenariat. Les deux parties se sont engagées librement, en définissant un minimum de contraintes et s’engagent de pleine volonté. Elles sont libres de proposer la modification de tel ou tel point, de continuer la démarche ou d’arrêter. Chaque partie a des devoirs et des obligations négociés de bonne foi entre les parties (cf. La Convention de partenariat en Annexe 2.2).

4.3.6 Méthodologie des rencontres

23Pour organiser chacune des rencontres, l’équipe de chercheurs du CCM effectue des contacts préliminaires par téléphone auprès des responsables de l’association pour proposer et fixer des rendez-vous et un thème. Ces thèmes sont choisis sur la base des propositions des deux parties. Les membres de l’association sont invités par le comité et sont rassemblés dans les enceintes de l’association. L’animation en revient au comité ou à d’autres membres dans une collaboration étroite avec les chercheurs du CCM. Les participants sont généralement estimés à une trentaine de membres de l’association, dont les membres du comité directeur et les membres représentant les différents groupes répartis selon leurs lieux de résidence et leurs domaines d’activité. Organisées selon des modalités variables sur des thèmes différents, les rencontres s’efforcent à chaque fois de favoriser la participation, le respect mutuel et la complémentarité, d’une part entre les membres de l’association eux-mêmes et, d’autre part, avec l’équipe des chercheurs.

4.3.7 La dynamique des rencontres

24Au début du partenariat, les rencontres étaient perçues comme une occasion de présenter les attentes des uns et des autres, c’est-à-dire celles des chercheurs du CCM et celles de l’association comme entité, mais aussi celles des membres de l’association pris au niveau individuel. Graduellement, les ententes ont été canalisées et formulées sous forme d’un contrat de partenariat qui a guidé les activités au fil du temps. Les chercheurs du CCM qui ont participé à différentes rencontres (en particulier Alida, Athanasie et moi-même) affirment qu’elles furent pour eux un exercice riche d’expériences. À chaque fois, on apprend des témoignages, toujours spontanés, des membres de l’association par rapport au long chemin qu’ils ont parcouru dans le sens de la reconstruction et de la réconciliation au sein de leur communauté. Pour ces chercheurs, c’est aussi une occasion de partager leurs propres expériences personnelles avec les membres de l’association dans le domaine de la réconciliation, de la reconstruction sociale, du développement économique et de partager également leurs connaissances dans différents domaines comme la gestion des conflits, les droits humains, la conception et la gestion des projets générateurs de revenus.

4.3.8 Les rapports entre chercheurs et acteurs et leur évolution

25Au départ, le chercheur était perçu comme une personne providentielle venue apporter la solution aux problèmes socio-économiques de l’association et des individus qui la compose. Peu à peu, le rôle du chercheur et la manière dont il était perçu a évolué de telle manière qu’il a été finalement vu comme un citoyen semblable à eux-mêmes, un membre de la communauté, désireux de partager des expériences avec les membres de la communauté, d’apprendre et de transmettre. Il a finalement été perçu comme un partenaire prêt à collaborer en vue du progrès de l’association, un membre de la famille, un ami et une personne prête à faire du lobbying en faveur de l’association.

26L’apport du chercheur à l’association peut se résumer à un rôle de facilitateur : le chercheur a contribué au renforcement des capacités individuelles des membres de l’association quant aux aspects organisationnels, intellectuels et méthodologiques que comporte le travail de sensibilisation dans le domaine de réconciliation. Son apport aura peut-être été d’avoir contribué à ce que l’association développe davantage en son sein le sentiment de solidarité, d’appartenance au même groupe, de confiance en ses capacités de réaliser quelque chose ensemble (self confidence), d’ouvrir des horizons en développant des relations d’amitié et de collaboration avec d’autres associations (SCUR et Abiyunze).

4.3.9 L’expérience des dialogues

27En tenant compte des besoins exprimés en matière de formation à travers les discussions et échanges avec les membres de l’association, l’équipe de chercheurs du CCM a fait la liste des thèmes de formation à aborder, notamment la gestion de conflits, les droits humains, la réconciliation, l’élaboration et la gestion des projets générateurs de revenus, etc. Les formations et les dialogues étaient organisés selon une méthode participative ; les discussions et les échanges apportaient les connaissances théoriques et pratiques sur les thèmes choisis. La prise de parole, la facilitation de discussions engageaient à la fois l’équipe des chercheurs et les membres de l’association. Les questions liées au génocide ont été débattues comme des questions-clés. Aucun thème n’était tabou et la confiance croissante a permis d’aborder des questions difficiles, comme celle de la transmission des récits aux nouvelles générations. Il a été possible de revenir sur les causes du génocide. La ségrégation ethnique, la colonisation et la mauvaise gouvernance ont été reconnus en tant que facteurs qui ont divisé les Rwandais et graduellement conduit au désastre de 1994. Dans les dialogues, la question du génocide et celle des chemins de la réconciliation ont été abordées comme étant intimement liées. Comprendre ce qui nous a divisés est indispensable pour être en mesure de parler de réconciliation, et d’abord d’une sortie pacifique du conflit. Il a été également question de justice : les participants apprécient la justice rendue au Rwanda (dans les gacaca) et à Arusha, mais souhaiteraient des améliorations, notamment en remédiant à la lenteur observée auprès du Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR).

28Parmi les problèmes auxquels se heurte l’association au quotidien, la pauvreté des membres vient en premier lieu, si bien qu’il leur est difficile de subvenir à leurs besoins primaires. En second lieu, il y a des obstacles tels que le fait de ne pas se sentir suffisamment formés pour mener un travail de sensibilisation et de formation auprès de leurs membres, que ce soit sur des questions relatives à la réconciliation (où ils ont pourtant une réelle expertise) ou sur des questions de développement économique.

29S’agissant des connaissances et de l’expertise nécessaires pour le travail de formation et de sensibilisation de la population sur le thème de la réconciliation, les membres de l’association ont bénéficié d’une formation de la part des chercheurs du CCM et de la délégation de la HETS (cf chapitre 5).

4.3.10 Les échanges entre chercheurs et acteurs autour des problèmes rencontrés par l’association

30La question de la pauvreté des membres de l’association a souvent été abordée lors des rencontres entre l’association et le chercheur. Le problème est crucial, mais le courage des membres et leur détermination ainsi que leur désir de le surmonter constituent l’une des meilleures stratégies de gestion et de sortie. La contribution du chercheur a surtout été de motiver et d’encourager les membres à entreprendre des initiatives visant des activités susceptibles de générer des revenus financiers au niveau individuel et au niveau de l’association. Notre rôle n’était pas d’intervenir en tant qu’agents de développement et encore moins de sponsors et pourtant, l’appui financier accordé dans le cadre du présent projet (30 000 FRW/45 CHF par mois) a abouti à l’achat et à l’élevage de poules dont la vente, ainsi que celle des œufs, dans les alimentations de la ville de Butare a généré des revenus pour l’association.

4.3.11 Les rencontres avec les autres sites

31Autre effet de notre partenariat : l’équipe des chercheurs du CCM a organisé et facilité les voyages d’étude de l’association Ubutwari bwo Kubaho auprès d’autre association impliqué dans le présent projet, à savoir Abiyunze (province de l’Est) et SCUR (au sein de l’Université nationale du Rwanda). Ces rencontres avec d’autres sites ont été une occasion privilégiée d’échanges d’expériences et d’enrichissement mutuel entre les membres des associations.

32La rencontre intersites qui a regroupé à l’est du pays les trois associations partenaires au cours du second semestre de 2010 avait comme contenu la prise de connaissance et de renforcement des relations entre les membres de ces associations, la présentation de quelques réalisations, d’expériences, les leçons apprises, les difficultés et stratégies d’action.

33Pour les membres de l’association de Karama, cette rencontre a été un moment important d’ouverture de nouveaux horizons, une occasion d’ouvrir les esprits à d’autres réalités et d’autres manières de se confronter aux mêmes problèmes. L’association a pu retracer son histoire et a brossé un tableau de ses réalisations. Cela a ravi les participants. Parmi les réalisations présentées aux participants par l’association Ubutwari bwo Kubaho, on peut citer :

  • des visites auprès des groupements et d’organisations de formation à la gestion de conflits ;

  • un travail de sensibilisation sur l’unité et la réconciliation mené dans la population après les travaux communautaires (Umuganda) ;

  • la visite du site mémorial de Murambi, province du Sud ;

  • l’aide fournie à des personnes vulnérables en les aidant notamment à se faire soigner, en leur donnant de la nourriture, en leur donnant des habits (cinquante-quatre pagnes) et des couvertures ;

  • l’aide à des orphelins en leur donnant de la nourriture et des habits ;

  • l’aide matérielle et morale aux membres de l’association à l’occasion du mariage de leurs enfants ou en cas de nouvelles naissances ;

  • l’octroi de tickets de voyage aux enfants nécessiteux des écoles secondaires pour se rendre à l’école ;

  • la construction de maisons pour les ex-détenus pour génocide ;

  • les visites auprès des malades et l’octroi de nourriture ;

  • l’inhumation en dignité des corps retrouvés.

Les enfants de Karama renouvellent les espoirs de la communauté

34Les effets de la rencontre entre les associations ont été multiples. De fait, en plus de faire connaissance entre membres des associations, ceux-ci ont pu tisser des relations personnelles entre eux, si bien que des initiatives personnelles pour se rendre visite mutuellement ont été prises. Au niveau de l’association, la rencontre a été l’occasion d’initier un partenariat particulier entre l’association Ubutwari bwo Kubaho (Karama) et Abiyunze (Gahini). La rencontre a été également l’occasion d’échanges de cadeaux, mais pas n’importe quels cadeaux : Ubutwari bwo Kubaho a offert un tableau représentant ses réalisations tandis que Abiyunze a donné une vache à l’association de Karama. Le cadeau sous forme de vache est significatif dans la culture rwandaise. Non seulement cela témoigne d’une grande amitié, du souhait de bonheur et de prospérité, mais encore plus, de l’attachement mutuel, de l’entraide et de la fraternité durable.

4.3.12 L’esprit du partenariat

35Dès la première visite auprès de l’association Ubutwari bwo Kubaho où il s’est agi de négocier un partenariat, les chercheurs du CCM ont été bien reçus par le comité, puis par les membres de l’association qui ont répondu positivement à notre proposition. Par la suite, chacune des visites effectuées auprès de l’association de Karama était perçue comme une petite fête au cours de laquelle une famille accueillait en son sein un « hôte de marque ». La motivation de l’association à entrer dans la démarche reposait pour une part importante sur le fait qu’elle avait l’occasion de se prononcer à chaque moment sur tel ou tel aspect du partenariat et sur le contenu des rencontres. Bien plus, le fait que les membres étaient appelés à faire part de leur expérience et apprendre de celle des autres a constitué un moteur efficace jusqu’au bout. A cela s’ajoute l’appui financier que nous apportions, modeste, mais significatif. L’intérêt a été maintenu par la régularité des rencontres et la diversification des contenus des séances, des discussions et des débats.

36Les chercheurs se sont présentés comme partenaires de l’association soucieux d’apprendre de l’expérience des membres de l’association, mais aussi comme des personnes prêtes à contribuer par leur appui et leurs connaissances à l’avancement de l’association dans ses activités. C’est bien comme cela qu’ils ont été perçus, avec en plus une certaine attente qu’ils jouent un rôle de lobbying en leur faveur.

4.3.13 L’évaluation partagée entre chercheurs et acteurs

37En termes d’acquis et de potentialités, le bilan de l’association est globalement positif. En effet, grâce à de multiples rencontres et formations organisées à l’intention des membres de l’association, ces derniers estiment que leur intelligence a été réveillée, qu’ils ont appris à mieux vivre avec les autres, à mieux s’exprimer et à formuler leurs problèmes. Ils ont reçu notre coopération à la fois comme un appui moral et un appui en compétences qui leur permettent d’avancer dans leurs activités.

38Concernant les formations reçues (notre programme ECD), les membres de l’association estiment qu’elles ont été très utiles. Néanmoins, elles devraient être de durée plus longue pour que la matière puisse être approfondie. En outre, les membres souhaitent être formés sur d’autres thèmes tels que la gouvernance, le leadership et l’histoire du Rwanda. Ils ont exprimé le désir d’intégrer les enfants et les jeunes dans ces formations.

39S’agissant d’évaluer leur propre action, les membres de l’association se créditent de réussites tangibles : au nombre d’entre elles, l’union et la solidarité entre les membres et l’augmentation du nombre des membres. Ils accordent beaucoup d’importance à leur capacité à se dire la vérité et à trouver des solutions ensemble. Le souci qu’ils partagent pour les nouvelles générations s’est concrétisé par le regroupement de leurs enfants au sein de l’association relais Inyangezu-butwari-bwokubaho (Ce qui est blanc : la couleur de l’innocence), ainsi que par le soutien qu’ils offrent aux étudiants orphelins. Sur le plan de leur action dans la communauté, ils attachent beaucoup d’importance au fait d’intervenir dans le processus gacaca, dans les commémorations et à l’occasion de l’inhumation en toute dignité des victimes du génocide. Sur le plan spirituel, ils accordent de la valeur aux rencontres de prière, toutes confessions confondues, où la parole de Dieu éclaire et encourage l’association.

40Des inquiétudes subsistent évidemment : la pauvreté extrême, l’insécurité, la persistance de l’idéologie du génocide, les cas de tueries ciblées des survivants, l’incapacité de s’offrir des services de santé sont parmi les plus cruciales. L’examen de ces difficultés a été l’occasion de faire référence aux programmes et aux stratégies qui sont mises en place au niveau national pour contrer ces problèmes. Il s’agit notamment du programme national de lutte contre la pauvreté, l’injustice et la corruption ; la promotion de l’éducation pour tous, l’Etat de droit, la promotion de la femme et des droits de l’enfant, l’appui aux personnes vulnérables, la promotion des associations, la politique nationale de réconciliation, les mutuelles de santé, la liberté de mouvement et de s’installer où l’on veut, la décentralisation.

4.3.14 Synthèse des chercheurs sur ce que l’expérience de Karama révèle

a/ Sur le partage des récits

41Chacun des membres de l’association a une histoire différente. Ces histoires sont racontées et partagées au sein de l’association, ce qui amène à la compassion et à la collaboration. C’est un chemin incontournable pour relever les défis causés par les blessures subies.

b/ Sur l’invention de l’action

42L’action de Karama a surgi de l’inspiration de quelques personnes, en particulier de Jérôme Masinzo. Elle s’est renforcée et a gagné par la capacité des membres à réfléchir et à se former dans la durée. Notre intervention fut une occasion importante de contribuer à la meilleure canalisation des réflexions, idées, actions et stratégies de gestion de l’association et de l’activité des membres de l’association au quotidien.

c/ Sur la culture démocratique au quotidien

43La culture démocratique au quotidien réside avant tout dans le partage de la parole entre les membres de l’association, dans la reconnaissance de la valeur et des capacités de chacun. Ce respect mutuel s’exprime, entre autres, dans tous les débats relatifs aux questions importantes pour l’association, par exemple la question relative à la gestion des fonds. Qu’il s’agisse de la gestion du collectif ou de son action dans la communauté, il révèle une véritable qualité d’engagement et de participation qui se manifeste dans l’exercice des devoirs des citoyens comme l’élection des leaders, la contribution par des idées à l’élaboration des politiques et des stratégies en matière politique, surtout dans la politique de réconciliation.

d/ Sur les relations et les conflits sociaux

44Les relations entre les membres sont plutôt de bonne amitié, d’entraide et de solidarité. Les cas de conflit n’ont jamais été relevés au cours des deux années pendant lesquelles le CCM a collaboré avec l’association de Karama. Par contre, à plusieurs reprises, l’expertise des membres de l’association a été demandée dans son entourage.

e/ Sur le lien avec l’administration et le politique en général

45Les relations de l’association de Karama avec le cadre administratif et politique ne sont pas très développées. L’association ne travaille pas sous l’emprise d’une quelconque autorité politique ou juridique au niveau local, elle n’a de rapports à transmettre à aucune autorité. Néanmoins, en cas de besoin, elle est sollicitée par les autorités locales pour aider dans l’activité de sensibilisation et d’organisation des cérémonies ou d’enseignements en matière d’unité et de réconciliation.

4.3.15 Bilan personnel

46D’une manière générale, le travail mené ensemble avec l’association de Karama s’est avéré intéressant et enrichissant à plusieurs égards. En effet, le travail accompli par l’association en matière de reconstruction tant individuelle que collective dans le domaine de l’unité et de la réconciliation, le fait de partager des expériences, ont révélé qu’il existe au sein des membres de l’association des potentialités énormes de faire quelque chose en commun et une détermination inlassable pour aller de l’avant. Certes, l’association fait face à des difficultés d’ordre matériel et financier, mais la cohésion au sein de ses membres et l’appui qu’elle trouve dans la religion constituent des atouts qui font avancer ses activités.

47Concernant le travail fait en commun, la recherche-action, ce fut une première et unique expérience appelée à se reproduire pour être bien assimilée aussi bien dans ses aspects théoriques que pratiques. Mon expérience personnelle de chercheur par rapport au travail mené avec l’association de Karama indique à quel point il est vital que les intellectuels rwandais entretiennent un contact permanent avec les communautés dans une perspective d’enrichissement mutuel : chacun apportant ses connaissances et ses expériences. Ce que j’ai appris avant tout en travaillant avec l’association de Karama, c’est que chacun doit avoir le courage de vivre et que le plus important dans la vie d’une communauté est la volonté de vivre et de se développer ensemble.

4.4 L’après-génocide à Karama et l’action exemplaire de l’abbé Jérôme Masinzo

48Roland Junod

49Si l’histoire de l’association Ubutwari bwo Kubaho (Le courage de vivre) peut être considérée comme exemplaire, ce n’est sans doute pas que le chemin parcouru par les femmes de cette association, des rescapées ou des épouses de prisonniers, est appelé à servir de modèle transposable. Il s’agit d’une histoire particulière, liée à un contexte particulier, et de l’action extrêmement sensible et intelligente d’un personnage singulier, l’abbé Jérôme Masinzo. L’association de Karama doit beaucoup au sens aigu de la justice de Jérôme, à son attention fine et patiente aux signes de vie qui réapparaissent au plus profond du chagrin, au long travail d’écoute et de patience qu’emprunte ce courage de vivre qui a fort adéquatement donné son nom à l’association.

50Si cette histoire est néanmoins exemplaire, c’est peut-être parce qu’elle met en évidence les étapes difficiles et douloureuses que traverse inévitablement, après un génocide, la reconquête d’une cœxistence empreinte d’humanité (d’Ubuntu) et d’espoir, si c’est quelque chose de cette sorte que l’on souhaite nommer réconciliation. C’est aussi parce qu’elle met en évidence l’alliance entre la force morale de quelques personnes (car à côté de Jérôme, des personnages féminins magnifiques ont émergé), qui trouvent à investir dans un collectif l’effort intense de reconstruction qu’elles opèrent sur elles-mêmes, et à transmettre cette force dans la communauté.

  • 19 Son successeur dans la paroisse n’a pas repris son action auprès de l’association.

51Au cours de la rencontre qui inaugurait à Karama le début de notre rechercheaction (elle avait été préparée par des rencontres exploratoires menées par Justin Murwanashyaka), nous avons été profondément touchés par les chants et les poèmes improvisés qui nous accueillaient. Nous avons alors compris que notre démarche apportait en elle-même une forme de reconnaissance qui était attendue. Ces chants et ces poèmes inauguraient un parcours mené en commun dans une grande proximité humaine et émotionnelle. Un des poèmes improvisés exprimait tout particulièrement la gratitude du groupe envers Jérôme, qui n’en faisait plus partie depuis une dizaine d’année19. Dès lors, nous avons absolument souhaité rencontrer Jérôme et les éléments du récit qu’on lira ici, en guise de complément au rapport de Justin Murwanashyaka, sont issus d’un entretien qu’Athanasie Gahondogo et l’auteur de ces lignes ont eu avec Jérôme Masinzo le 16 octobre 2009.

Jérome Masinzo (à gauche) avec Athanasie Gahondogo et Ibrahim

52Au moment du génocide, Jérôme est curé de la paroisse de Ngoma. Il a survécu par « je ne sais quel miracle » et se souviendra toujours que, de sa cachette, il entendait quelques-uns des génocidaires demander en criant si l’on avait retrouvé son corps. Il se souviendra surtout, et ne manquera jamais de le rappeler, qu’au moins vingt Hutu connaissaient sa cachette et ne l’ont pas révélée.

53Il est nommé à Karama au début de l’année 1995. Un univers de désolation l’attend. L’Eglise est tachée de sang, le curé a été tué, les gens n’osent pas entrer dans l’église où leurs proches ont été assassinés. « Pas vraiment le moment de donner la messe ! » commente Jérôme en riant. Tous les habitants de Karama ont été témoins directs du génocide, dans un rôle ou l’autre. Un grand nombre de Tutsi ont « foncé » vers le Burundi devant les colonnes des tueurs, peu y parviendront et en reviendront après la victoire du FPR : des femmes et des enfants dans leur très grande majorité. A leur retour, elles logent dans les bâtiments de l’école car leurs maisons ont été brûlées. Par désespoir, elles lancent des pierres aux femmes Hutu qui tentent de s’approcher de l’église et les enfants vont ramasser des pierres pour elles.

54Jérôme les invite une à une à s’entretenir avec lui ; il les reçoit sur un banc dans la sacristie. Connaissant l’histoire de Jérôme, elles lui font confiance et lui délivrent les récits des horreurs vécues sur leur chemin de fuite. Jérôme reçoit les larmes qui accompagnent ces récits « comme des signes de vie ». Il décide ensuite de les réunir en groupe, une trentaine au début, afin qu’elles mettent en commun leurs récits. Il inaugure les échanges en délivrant son propre récit. Puis les récits s’enchaînent et Jérôme remarque bien vite que les femmes ne s’écoutent pas, et même qu’elles discutent entre elles pendant qu’une autre raconte : chacune d’elle reste enfermée dans sa propre souffrance. Jérôme propose un « exercice » : qu’elles tentent de rester silencieuses pendant qu’une autre raconte. L’exercice a duré des semaines jusqu’à ce qu’apparaisse un autre « signe de vie ». Les récits des autres émeuvent : les mêmes évènements, les violences, la traque, l’assassinat des proches, tout cela est dit d’une autre voix et le chagrin peut être partagé.

55Après trois mois le groupe s’élargit. Il compte plus de 200 femmes, des rescapées pour l’essentiel, mais aussi quelques veuves Hutu dont le mari est mort à la guerre ou de maladie, ou encore a été assassiné parce que Tutsi. Jérôme propose d’organiser la vie en petites équipes « selon le voisinage » : celles qui logent dans la même salle de classe, celles qui, avant, vivaient sur la même colline… Il s’agit de former en quelque sorte des « équipes de vie », de nouvelles familles où l’on retrouve de l’écoute, de l’attention, de la solidarité et où l’on partage l’affection donnée aux enfants rescapés.

56Le message est bien reçu et les femmes retournent sur leurs collines, elles se mettent à cultiver leurs champs ensemble.

57C’est le noyau sur lequel l’association va se construire. A ce moment-là, les femmes Hutu restent en dehors, mais déjà la violence à leur égard a diminué. Quelques mois plus tard, Jérôme s’est remis à servir la messe, les femmes ayant accepté finalement de revenir dans le bâtiment de l’église, pour les deux groupes séparément. Au terme d’un service, quelques femmes Hutu viennent le trouver : « Nous avons remarqué que les rescapées ne sont plus agressives et même qu’elles nous saluent, ne pourrions-nous pas, nous aussi, faire partie de ce groupe ? » Jérôme se propose de poser la question au groupe des rescapées, la première réponse est vive : « Comment, ces femmes de tueurs, tu te moques de nous ! » Jérôme insiste sur la force de la vie intérieure : « C’est la seule chose qui vous reste. On a tué vos maris, vos enfants, vos vaches, détruit vos champs… si vous détruisez cette vie intérieure, vous vous tuez vous-mêmes. Essayez de voir le chemin, ce chemin de vie… Essayons de les accueillir, qu’elles nous disent la vérité ! » Des paroles qui lentement vont faire leur chemin.

58Quelques paroles fortes émergent du groupe de femmes Hutu : « Vous souffrez parce que vous avez perdu tous les vôtres, ma souffrance à moi est d’avoir engendré un assassin. » La plupart sont plutôt silencieuses, mais se déclarent désireuses de former également des « équipes de vie » sur le même modèle que les rescapées. On élabore un programme hebdomadaire : un après-midi de lecture biblique, une journée où elles travaillent dans le champ de l’autre, une matinée de formation. Ces nouvelles équipes de vie démarrent.

59Nous sommes au début de l’année 1996, les équipes de vie sont à l’œuvre, il y a encore des heurts mais sans trop de gravité. La matinée de formation est assurée par une religieuse : chaque équipe a une responsable élue qui participe à cette matinée, puis retourne dans son équipe pour y tenir à son tour un rôle de formatrice.

60Dans le même temps, on prend la mesure des traumatismes terribles qui pèsent sur un bon nombre de rescapées. Un psychologue de Nyanza, Honoré, est sollicité pour faire une thérapie de groupe : un passage important pour ces femmes. Beaucoup ne peuvent encore parler de tout ce qu’elles ont vécu sur leur chemin de fuite vers le Burundi (sinon à la religieuse), les violences, les viols, l’armée qui les encercle, la population qui les suit avec des machettes, leurs proches tués sous leurs yeux…

61Au printemps 1996, un autre facteur vient donner de nouveaux espoirs : la reprise des classes. La sœur qui coordonne les équipes a des amis en Suisse qui amènent une aide importante pour les études des enfants (plus tard, le Fonds d’assistance aux rescapés du génocide prendra la relève). « Les femmes voyaient les enfants étudier, elles revivaient. C’était visible et cela nous unissait », commente Jérôme.

62En 1997, Jérôme est à Rome ; c’est à cette période que les femmes Hutu demandent à intégrer l’association et les rescapées acceptent. Plus tard, vers 2008, la majorité de leurs époux seront libérés après les gacaca, elles souhaiteront malgré tout garder la même organisation, à laquelle sept prisonniers libérés se joindront.

63Ces trois à quatre ans de lutte pour la survie morale, économique, spirituelle ont été le ciment du groupe. Il a démarré avec 365 rescapées, avec l’intégration des deux groupes il s’est élargi à 1800 femmes, et ce chiffre est resté stable jusqu’au moment où ces lignes sont écrites. Pourquoi quasi exclusivement des femmes ? Dans les premières années, les hommes Hutu sont en prison ; il y a bien quelques rescapés Tutsi à Karama, mais ils choisissent la débrouillardise individuelle et sont plutôt sceptiques, ils ne pensent pas que les femmes puissent construire quelque chose de solide. Du reste, les moqueries ne manquent pas : « Ce sont les femmes du curé ! » Plus tard, ce sera : « Ce sont les riches ! », car on les soupçonne d’être unies par le bienfait de quelque manne venue d’on ne sait où.

64Jérôme se souvient de ces quelques années comme de celles où il a cherché lui-même à sortir d’un état de dévastation. Il a partagé avec les rescapées la méthode qu’il s’est imposée : « Essayons de nous souvenir si, sur ce chemin de malheur, il n’y a pas eu quelque part une petite lumière. Et curieusement, chacun avait quelque chose à raconter. » Il ne se souvient pas d’avoir prêché le pardon ou la réconciliation. Au moment où il s’agit de survivre, « c’est construire sur du sable, la réconciliation est venue après ! »

65C’est ce que, pour notre part, nous retenons de la sagesse de Jérôme et des femmes de Karama : aucune étape ne peut être brûlée sur ce « chemin de vie » qui est d’abord une lutte périlleuse pour la survie. Il y a d’abord le temps de la colère. Séraphine, une des rescapées qui est liée à toute l’histoire de l’association, nous a raconté comment, au début, elle s’isolait sur son champ dévasté pour crier vers le ciel une colère qui n’avait rien à envier à celle de Job. Il y a le temps du chagrin : sera-t-il épanché un jour ? Il y a le temps de la coopération « Notre chance à nous Rwandais », commente Jérôme, « c’est que nous sommes condamnés à vivre ensemble ». Il y a le temps de la justice : les femmes de Karama se sont investies résolument dans les gacaca, où certaines ont été élues comme juges en fonction de leur expérience et de leur intégrité chèrement acquise. Il y a le temps des récits : quels sens ont tous ces récits, toutes ces histoires ? Comprendra-t-on un jour ce qui a défait aussi violemment l’unité de la communauté ? Il y a enfin le courage de vivre, de transmettre de l’espoir aux nouvelles générations. Nous avons conclu notre partenariat de recherche avec les femmes de Karama en leur apportant un grand livre, afin qu’elles y écrivent leur précieuse histoire.

4.5 La recherche-action dans le site de Gahini

66Alida Furaha Umutoni

4.5.1 Contexte géographique, démographique et historique du site

67L’association Abiyunze b’Igahini est située dans le district de Kayonza, dans la province de l’Est. Le lieu est caractérisé par une forte activité d’élevage, d’artisanat et de poterie. Il y existe un peu d’agriculture. La population qui compose ce site est diversifiée. C’est une image assez fidèle du Rwanda d’après le génocide : des survivants du génocide, des génocidaires jugés et libérés, des personnes revenues au Rwanda après le Génocide...

68Le site a une histoire fortement liée à l’Eglise baptiste, très présente dans ce district. En plus de l’évangélisation, l’Eglise exerce d’autres activités dans le domaine de l’éducation et de la santé. D’ailleurs, de grandes écoles subventionnées par l’Eglise baptiste se retrouvent dans ce district.

69L’idée de la création de l’association est née du climat de méfiance qui régnait dans la population après le retour massif des réfugiés en 1994. Le niveau élevé de pauvreté a constitué l’autre grande motivation.

70Il était important de se mettre ensemble pour résoudre ces deux types de problèmes et développer des petits projets générateurs de revenus. Un des membres a dit : « Il nous fallait quitter la situation de vie en solitaire pour une vie sociale, devenir des personnes réconciliées. »

71L’association fut créée en 2004 après la vague de libération des prévenus génocidaires suite au Communiqué du président de la République en 2003. Ce communiqué concernait les personnes malades, âgées, mineures et sans dossier à cette date.

72Abiyunze b’Igahini se spécialise dans les domaines d’action suivants : unité et réconciliation, agri-élevage, poterie, artisanat, menuiserie, apiculture, formation en gestion des conflits et activités culturelles (troupe de danse traditionnelle et chansons)

4.5.2 L’inscription du site dans la politique de réconciliation (lien avec la CNUR)

73L’association Abiyunze b’Igahini a un lien avec la CNUR. Elle compte parmi les associations liées à la CNUR de par leurs champs d’activités. Elle a bénéficié d’un appui financier de la CNUR, à qui elle a rendu des rapports d’activités.

74Abiyunze b’Igahini était connue pour son action de sensibilisation dans les prisons sur les bienfaits de dire la vérité, d’avouer, de rechercher la réconciliation et l’unité en s’appuyant sur des versets bibliques.

4.5.3 La Convention de partenariat entre le CCM et le site : un contrat ouvert

75Le contrat de coopération entre le CCM et le site fut conclu après plusieurs rencontres avec le comité exécutif de l’association. Lors des rencontres, les chercheurs du CCM ont expliqué le contenu, les objectifs et les méthodologies d’une recherche-action. Ils ont également informé ce comité de la coopération qui existe entre le CCM et la HETS, qui va mettre à leur disposition un humble appui financier en vue de soutenir les activités du site. Lors d’une assemblée générale, le comité exécutif a expliqué à tous les membres l’objet du partenariat avec le CCM.

76La première esquisse de la convention de partenariat (ou contrat) fut discutée avec le comité exécutif, qui a ensuite adhéré en signant le document final. Cette Convention compte 7 articles au total avec une disposition qui porte sur l’objet de la convention garantissant la participation égale des deux parties à la convention. (cf. le texte de cette Convention en Annexe 2.2).

4.5.4 Les groupes et personnes impliqués avec leurs histoires différentes

77L’association Abiyunze b’Igahini est composée de 150 membres dont 60 % de femmes et 40 % d’hommes. Elle inclut, pour être encore plus précis :

  • des rescapés du génocide ;

  • des anciens refugiés de 1959 qui sont revenus après le génocide ;

  • des exilés de 1994 ;

  • des personnes considérées comme marginales (Twa) ;

  • des jeunes de tous les groupes ;

  • des détenus du génocide libérés (dans nos rencontres, nous avons connu deux personnes libérées, dont un Twa, et quatre personnes en Travail d’intérêt général).

78Pour un bref rappel historique, les exilés de 1959 sont essentiellement des Tutsi qui avaient fui le Rwanda lors de la révolution des Hutu, de la destitution de la monarchie et de la vague de massacres de Tutsi qui succéda à ces évènements. Quant aux exilés de 1994, il s’agit de Tutsi, de Hutu et de Twa ayant fui soit le génocide, soit la progression du FPR.

79Pour donner au lecteur une idée de la diversité des parcours représentés dans l’association, nous retiendrons cinq personnages emblématiques dont nous avons recueilli les récits.

80Le premier, Patrick Butera, est membre et conseiller de l’association. Il en est un des initiateurs. Après une longue expérience de sensibilisation dans les prisons sur le thème de l’unité et de la réconciliation, de la vérité et du pardon, il a discuté avec ses voisins et a proposé qu’ils se réunissent autour d’un projet. Il s’agissait de s’unir pour faire face aux conséquences du génocide et à la situation qu’il a créée : la méfiance, la question de la justice, les gacaca, la grande pauvreté, la libération des prévenus et leur retour dans la communauté. Il joue un grand rôle dans l’organisation.

81Le second est un ancien détenu pour génocide ; il a rejoint l’association après sa libération. Il raconte combien le fait d’être accepté dans l’association lui a rendu son humanité. Il dit ne pas pouvoir comprendre comment les autres membres, les rescapés en particulier, acceptent de s’asseoir avec lui après ce qu’il a fait. Il reconnaît que la réconciliation est possible. Il dit aussi que le fait qu’il soit Umutwa lui fermait les portes dans le temps, et qu’aujourd’hui il est considéré comme un être humain à part entière, au même titre que les autres Rwandais.

82Le troisième est un ancien refugié de 1959. Il raconte son retour au Rwanda après le génocide et la manière dont il a récupéré ses biens (maisons et champs) abandonnés au moment de la fuite. Les personnes qui avaient pris possession de ses biens, des Hutu, ont fui à leur tour en 1994 et elles sont revenues peu après pour trouver « leur » maison habitée par ses premiers occupants. Au début, l’ancien refugié de 1959 a refusé de laisser les arrivants accéder à la maison malgré le mauvais temps et l’insécurité qui régnaient en cette période. Peu de jours après, il est cependant allé voir ces personnes, installées sur sa parcelle, et leur a proposé d’habiter dans la maison en annexe. Certes, explique-t-il, il est difficile de se parler ou de se faire confiance, mais avec le temps un dialogue a pris place. A son sens, les génocidaires sont des victimes de la mauvaise gouvernance et, pour pouvoir vivre en paix, il importe de dire la vérité et de demander pardon. Pour lui, l’association constitue le cadre de dialogue qui lui manquait depuis son retour au Rwanda.

83Le quatrième personnage a une histoire un peu semblable. Il s’agit également d’un ancien réfugié de 1959. A la différence du précédent, c’est lui qui a récupéré la maison d’un exilé de 1994 et qui, au retour de celui-ci, a refusé de céder la maison. Mais après un examen de conscience, il a finalement proposé la cohabitation. Il explique qu’au début, lui et sa famille vivaient dans la peur d’être tués car ils pensaient que les génocidaires sont des « animaux sauvages ».

84Le cinquième personnage est une rescapée du génocide. Elle nous a expliqué que le fait d’être membre de l’association l’aide à se libérer des préjugés qu’elle avait à l’endroit des personnes qui ne vivaient pas au Rwanda pendant le génocide (les exilés Tutsi). Elle a longtemps considéré que ces personnes ne pouvaient pas comprendre les souffrances des victimes et des survivants du génocide. Elle pensait même que sa famille a été tuée parce qu’ils ont voulu retourner dans leur pays. (Elle se réfère à l’offensive du FPR). L’association et les échanges sur différents thèmes, estime-t-elle, l’ont beaucoup aidée à comprendre le génocide et qui en assume la responsabilité. Elle estime que les membres de l’association se sont réconciliés de différentes manières. A son sens, il n’y a pas de formule pour la réconciliation. Il n’existe que des « facilités » pour encourager le vivre ensemble. Pardonner ou demander pardon est une chose qui n’est pas exigible. Et pourtant, elle estime vivre en harmonie avec elle-même et avoir retrouvé la paix depuis qu’elle a pardonné aux personnes qui ont exterminé sa famille.

4.5.5 La dynamique des rencontres

85La dynamique des rencontres, en particulier le rapport entre chercheurs et acteurs, est allée en crescendo dans un mouvement de rapprochement. Ce qui est apparu au début, c’est que lorsque nous nous rendions à Gahini pour discuter du thème proposé, il était clair que nos partenaires attendaient un peu plus que ce qu’une une recherche-action prévoit. Habitués aux « formations », à une forme de transmission verticale pourrait-on dire, il leur a fallu un temps pour comprendre que le rôle des chercheurs est de faciliter le débat, en l’éclairant au besoin, d’encourager la participation de tous. Un autre mode de formation assurément, mais beaucoup plus proche de l’auto-formation.

86Du reste, dans le site de Gahini plus que dans les autres sites, nous avons été confrontés à cette particularité que certaines personnes pouvaient mobiliser la parole, comme si ce pouvoir leur avait été délégué. Dans cette situation, nous avons fait preuve d’invention méthodologique et avons varié les méthodes d’animation de façon à distribuer mieux la parole, notamment en alternant les moments en grands et petits groupes. Nous avons rappelé à nos partenaires que la participation de chaque personne est importante, pour la recherche-action certes, mais surtout pour la construction de l’avenir (à travers les actions) à partager par tous.

87Progressivement, la communication entre nous a atteint une qualité vraiment appréciable. Nous pouvions échanger aussi bien avec le comité exécutif qu’avec tout autre membre. Les relations ont évolué jusqu’au point où nos partenaires ont considéré que nous autres chercheurs n’étions plus des visiteurs ; nous étions devenus des membres de leur collectif, compte tenu de notre solidarité avec leur action. Ils avaient les mêmes discussions avec nous sur leurs activités et les problèmes qu’ils rencontraient que celles qu’ils avaient entre eux.

4.5.6 L’expérience des dialogues communautaires

88Dans nos rencontres avec le site de Gahini, comme avec les autres sites du reste, nous étions au bénéfice de notre expérience des Community Dialogue for Peace, un projet que nous avions conclu (dans d’autres régions) juste avant de nous lancer dans la recherche-action. A la différence des CDP, où les thèmes étaient prédéfinis, les thèmes de dialogue étaient choisis avec la participation des acteurs des sites. Ils pouvaient proposer des thèmes et nous de même au vu de l’évolution des discussions.

89Fort logiquement, trois thèmes se sont recoupés : la gestion des conflits, unité et réconciliation et Ubunyarwanda.

90En plus de ces trois thèmes, la recherche-action a développé d’autres thèmes : la mémoire, la situation du pays quinze ans (et plus) après le génocide en termes de réconciliation, l’histoire du Rwanda et le génocide, Ubuntu et la citoyenneté démocratique, en particulier.

91La dynamique des dialogues était bonne et la participation élevée. Les chercheurs pouvaient intervenir pour apporter de la lumière sur un point de discussion nécessitant un éclairage contextuel. Nous pouvions également faciliter la détermination et la formulation des thèmes de dialogue. Les participants étaient enthousiastes et semblaient apprécier les dialogues. La réussite de notre action a été de créer un cadre de dialogue qui permettait de revenir sur ce qui s’est passé pendant le génocide et de voir les choses autrement.

4.5.7 Les échanges entre chercheurs et acteurs autour des problèmes rencontrés par l’association

92Comme nous l’avons dit plus haut, les membres des sites de citoyenneté affrontent ensemble les conséquences du génocide et la pauvreté. C’était particulièrement manifeste à Gahini. Vaincre la méfiance existant dans la population était un impératif de la lutte contre la pauvreté. La reconstruction du tissu social par la réconciliation, la justice, l’entraide et la cohabitation pacifique ne pouvaient passer que par l’acceptation des membres de la communauté de se mettre ensemble autour d’un projet commun. C’était la raison même de la fondation de l’association.

93A plusieurs moments de notre coopération avec les gens de Gahini, nous avons eu l’occasion de remarquer à quel point la question de la pauvreté qui pèse sur chaque membre et de l’accès à quelques ressources permettant d’entreprendre quelque chose était récurrente dans chaque discussion.

94A titre d’exemple, une question sur l’implication des jeunes dans les activités du site avait été soulevée lors d’un échange informel. Apres une petite analyse, il s’est avéré que le vrai problème n’était pas le manque d’implication des jeunes, mais plutôt la gestion de la petite somme que le CCM/HETS mettait à la disposition du site en appui aux activités.

95Autre exemple : il avait été convenu au terme de notre programme de formation avec les personnes qui en ont bénéficié qu’elles allaient transmettre aux autres membres les connaissances acquises ; l’obstacle principal a été le manque de moyens pour multiplier le matériel didactique.

96A Gahini comme dans les autres sites, les associations fonctionnent avec des projets financés sur une durée limitée. Aucun d’eux, qu’il réussisse ou qu’il échoue, n’ouvre réellement une perspective de sortie de la pauvreté.

4.5.8 Les notes des chercheurs sur le terrain : observations, échanges informels

97Lors de nos déplacements sur les sites, nous apprenions beaucoup à l’occasion des échanges informels qui avaient lieu en dehors des moments en grand groupe, durant les pauses, au moment de prendre congé, dans le taxi où nous avions offert un lift à un des membres.

98Nous prenions des notes, des anecdotes, des discussions emblématiques, qui nous ouvraient des pistes de réflexion et d’enquête.

99Nous avons noté par exemple l’importance du thème « dire la vérité » pour les membres. La volonté d’encourager à dire la vérité dans les gacaca était présente. Un jeune homme nous a dit, par exemple, qu’avec ce qu’il a appris dans l’association il a pu aider sa famille en prison ; avant, il ne croyait pas que c’était possible de « parler avec les autres ». Plusieurs autres membres ont relevé que c’était un des aspects de l’association dont ils étaient le plus fiers.

100Les éléments de scepticisme ou de doute n’étaient pas absents, notamment du côté des rescapés. Certains d’entre eux ont mentionné l’effet de calcul qu’il pouvait y avoir dans le témoignage des anciens détenus ; ils ont déclaré que certains aveux étaient intéressés et qu’ils ne se traduisaient pas vraiment en actes.

101Une rescapée a estimé que la vérité pratique de la réconciliation n’était pas avérée et elle a proposé un thème de formation : que nous « présentions ce qu’est la vraie réconciliation, celle qui vient du cœur ».

102Certains rescapés ont raconté également les résistances rencontrés avec des personnes en dehors de l’association. « Comment pouvez-vous travailler avec ces gens-là ? » Certains disent : « Tu perds ton temps, ces gens ne vont pas changer ! »

103Il était assez fréquent que des rescapés expriment le point de vue que « ceux qui n’étaient pas au pays pendant le génocide « ne peuvent pas comprendre ». Une jeune fille appartenant au groupe des rescapés a décidé d’aller jouer dans la troupe de théâtre parce qu’elle trouvait que ceux qui jouaient les rescapés jouaient faux, c’était retourner le couteau dans la plaie. C’est ce qui lui a permis de parler avec « les autres ».

104Une autre jeune fille avec qui l’un d’entre nous a parlé a décidé d’aller jouer dans la même troupe parce que, à dix ans, elle avait perdu ses copains d’enfance et qu’elle a appris qu’ils avaient été tués parce que Tutsi. Elle s’est mise à écrire des poèmes et a rejoint la troupe ; mais il y a des résistances dans sa famille.

105Certains jeunes que notre collègue Jean-Bosco a rencontrés ont expliqué les résistances que l’on rencontre dans certaines familles. On leur dit : « Le gouvernement, c’est comme avant » (et parfois on assimile l’action de l’association à celle du gouvernement). « On nous dit : Faites ceci, faites cela, et après on est victime de ce que l’on a fait ! »

106Autre propos significatif recueilli auprès des jeunes : certains d’entre eux ont parlé de l’incompréhension qu’ils rencontrent face à la mixité amoureuse et ils ne savent pas à qui demander de l’appui.

107Lors des discussions informelles, nous avons également relevé des critiques à l’égard du leadership de l’association, de la gestion de l’argent et de la nécessité de rendre des comptes. Dans ce genre de situation, nous nous sommes naturellement abstenus d’avoir nous-mêmes une position critique, mais nous avons encouragé nos interlocuteurs à rapporter ces problèmes en assemblée générale et nous en avons fait des thèmes de notre programme ECD, en particulier la question du leadership et l’aptitude à rendre des comptes. En dehors de la dernière rencontre de bilan, nos échanges informels nous ont permis de recueillir des éléments subjectifs quant à l’impact de notre démarche.

108Quand, un jour, j’ai demandé à certains membres en particulier ce qu’ils pensaient de la recherche-action, tous, à l’unanimité, ont trouvé que la coopération était positive. Ils ont particulièrement apprécié que l’espace de dialogue ouvert sur différents thèmes leur permette de s’exprimer sans respect de la hiérarchie. En général, les membres pensent avoir appris beaucoup de la coopération avec le CCM. Nous n’avons pas omis de relever que les chercheurs ont aussi appris de l’expérience des sites de citoyenneté. L’apprentissage de la recherche-action a été réciproque pour les acteurs du terrain et les chercheurs ; nous étions déchargés de notre étiquette d’experts.

109Nos partenaires ont unanimement apprécié l’échange entre les sites. Non seulement cela a permis qu’un site prenne connaissance des activités et de la composition d’un autre site, mais cela a permis aussi aux membres des sites de voir ce qu’il y a en dehors de leur association (secteur/district). Pour eux, il s’agissait d’une sorte de voyage d’étude.

4.5.9 Quelques éléments de synthèse personnels sur l’expérience de Gahini

110Premièrement, un des succès évidents de Gahini est d’avoir recréé un tissu communautaire vivant et composite. La composition de l’association est très complexe, elle met ensemble toutes les catégories de la population du Rwanda : des rescapés aux réfugiés et jusqu’aux génocidaires. Cette complexité présente dans l’association est la preuve d’une tolérance mutuelle possible entre les groupes.

111L’interaction entre les personnes est une chose qui fait partie intégrante de la vie de tous les jours. D’où il est quasi impossible d’imaginer une personne solitaire sans aucune relation avec d’autres. C’est précisément cet acquis de relations sociales entre individus et groupes qui a éclaté avec le génocide.

112Il fallait revenir à cet acquis et, pour ce faire, il fallait inventer des actions qui regroupent des personnes avec toutes ces histoires et expériences différentes.

113Deuxièmement, évaluer l’expérience de Gahini en termes de culture démocratique au quotidien n’est pas très facile. La part la plus visible est constituée par le fonctionnement démocratique de l’association avec une assemblée générale, un comité exécutif et un comité de contrôle. Les décisions sont prises en collégialité. Ainsi, l’association Abiyunze b’Igahini a démontré son adhésion aux normes juridiques qui organisent les associations.

114De plus, elle a montré son intérêt pour la forme de coopérative encouragée par le gouvernement. La forme coopérative est susceptible de générer des revenus à gérer collectivement. Elle remporte l’adhésion des membres et, au terme de notre coopération, elle avait entamé des procédures pour se transformer en coopérative. Aux aspects formels, il faut ajouter le goût pour les débats ouverts qui s’est développé dans le site et que nous n’avons fait qu’encourager.

115Troisièmement, l’association a acquis une culture du droit. Les membres du site ont une bonne connaissance des lois, tout spécialement celles qui répriment le génocide et la loi sur les gacaca. Ils connaissent aussi également la loi qui a mis en place la CNUR et celle qui organise les travaux d’intérêt général.

116Nous avons été témoins à cet égard d’un exemple significatif. C’est l’exemple d’un membre de l’association qui avait été libéré et qui a été ré-emprisonné car il refusait d’accomplir les travaux d’intérêt général (TIG). Quelques personnes se sont dites mécontentes qu’un des leurs soit remis en prison et ont réduit leur fréquentation de l’association.

117Des explications ont été données à tous : cette personne avait très clairement le choix entre purger sa peine en détention ou sous forme de TIG. Les autres membres de l’association n’ont pas apprécié ce comportement et ils ont ainsi montré leur attachement aux règles de la justice. Cet attachement constitue à Gahini un facteur de lien social très fort.

4.5.10 Mon bilan personnel en synthèse

118Le démarrage du projet n’a certes pas été une chose facile pour les chercheurs, pour diverses raisons. La première s’explique par la succession des chercheurs affectés au projet de recherche-action et aux passages de témoin difficiles qu’elle a entraînés. La seconde difficulté résidait dans le manque de connaissances et d’expériences liées à la recherche-action. Enfin, les lenteurs administratives et financières ont entravé la bonne marche du projet et le respect des délais.

119En conclusion, l’expérience partagée avec le site est positive. J’ai beaucoup appris de leurs actions. Il n’en faut pas beaucoup pour se créer un monde meilleur. Il suffit d’avoir de l’imagination. Et cela, le site de Gahini me l’a enseigné. Il n’a pas été difficile de participer aux activités. Nous (moi et les acteurs) apprenions et expérimentions ensemble la recherche-action.

4.6 La recherche-action avec le Students clubs for Unity and Reconciliation

120Elly Musafiri

4.6.1 L’histoire de l’association et de ses membres

4.6.1.1 La genèse et l’histoire de l’association

121L’association Student's Club for Unity and Reconciliation (SCUR) a été fondée, comme son nom l’indique, dans le but de promouvoir l’unité et la réconciliation entre Rwandais dans la période postgénocide. Elle est basée à l’Université nationale du Rwanda (UNR) à Butare, dans le district de Huye, province du Sud. Un camp de solidarité au bord du Lac Muhazi (dans le district de Rwamagana, province de l’Est) a donné lieu à sa création le 14 juillet 1999.

122Peu de temps après ce camp, ayant intégré les causes du conflit et l’histoire récente du Rwanda, un groupe restreint d’étudiants a décidé de promouvoir l’unité et la réconciliation parmi les étudiants de l’Université nationale et, plus généralement, dans d’autres établissements d’Etudes supérieures au Rwanda. Vingt étudiants ont fondé formellement l’association au cours de l’année scolaire 1999-2000.

123Outre les deux valeurs clefs (nous dirons désormais U & R), l’association se donnait pour but de travailler à la cohésion sociale entre étudiants au niveau supérieur ainsi que dans les écoles secondaires de la région.

124L’association se donnait les objectifs spécifiques suivants :

  • lutter contre l’idéologie du génocide et le divisionnisme à l’UNR et dans les écoles secondaires, mais aussi dans les prisons, tout particulièrement dans les districts de Huye et de Gasagara ;

  • organiser, coordonner et assurer le suivi des clubs U&R dans les écoles ;

  • appuyer les membres du SCUR qui intervenaient dans les écoles secondaires ;

  • promouvoir la compréhension du processus d’unité et de réconciliation, non seulement dans les établissements supérieurs et les écoles, mais aussi à l’étranger ;

  • organiser des séminaires et des meetings publics dans le but de travailler à la reconstruction de la société rwandaise ;

  • établir des partenariats avec des organisations qui poursuivent des buts semblables, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur du pays.

125A l’origine de leur action, les membres de l’association ont pu mesurer le défi et les difficultés à affronter en raison des répercussions profondes du génocide commis contre les Tutsi en 1994. Il y avait, et il y a toujours, des problèmes de ressentiment liés aux atrocités commises, des sentiments de vengeance liés à des soupçons à l’égard de telle ou telle personne, un esprit de division et de haine, une persistance de l’idéologie du génocide, des conflits liés au harcèlement des survivants et des témoins, des discours offensants, un sentiment de méfiance persistant entre les deux groupes, pour ne mentionner que quelques-uns de ces obstacles.

126A cette époque, cinq ans à peine après le génocide, toutes les institutions du pays étaient encore fragiles et l’Etat renaissait à peine de ses cendres. A cela s’ajoutait le fait que de nombreux Rwandais avaient été déplacés aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays ; les étudiants devaient donc étendre leur travail de sensibilisation à une communauté élargie dans laquelle il n’était pas facile de distinguer ceux qui, peut-être, avaient participé au génocide et ceux qui en avaient été victimes.

127Les obstacles rencontrés à l’université étaient donc nombreux : la résistance des étudiants dont les familles avaient participé au génocide, la suspicion entre étudiants rescapés d’un côté, étudiants et enseignants ayant participé au génocide de l’autre. A cela s’ajoutait la suspicion entre les étudiants qui revenaient d’exil et ceux qui étaient restés au pays.

128Ils ne bénéficiaient en outre d’aucun soutien de la part des autorités universitaires, n’avaient aucun soutien financier et ne disposaient que de peu de temps pour leur engagement, parallèlement à leurs études.

129Néanmoins, en écho aux efforts de reconstruction et de refondation de la nation du Gouvernement d’Unité Nationale, quelques-uns des problèmes soulevés commençaient à se résoudre et une forme de cohésion sociale renaissante permettait à leurs activités de se développer. Un certain nombre de défis auxquels il fallait réagir n’en étaient pas moins persistants :

  • le divisionnisme et l’idéologie du génocide persistant de manière diffuse chez une partie des enseignants et des étudiants, comme dans la population rwandaise en général ;

  • une expertise limitée dans l’élaboration de manuels d’études en résolution de conflits et construction de la paix ;

  • le manque de temps en dehors des études ;

  • le manque de fonds et d’expertise dans la recherche de fonds ;

  • la persistance d’une version fallacieuse de l’histoire récente, transmise par les parents durant le temps des vacances ;

  • la propagande négationniste des génocidaires de l’extérieur.

130Les activités U&R reconduites chaque année à l’université étaient, entre autres :

  • le travail de mobilisation et de conscientisation auprès des étudiants de première année ;

  • la participation aux activités de commémoration ;

  • l’organisation de débats sur l’unité et la réconciliation, plusieurs fois par semestre.

131Au cours de l’année 2007, les activités suivantes ont été réalisées :

  • des visites à des groupes d’orphelins que l’on pourvoyait en équipements sanitaires, en nourriture et matériel scolaire ;

  • une formation de trois jours pour 100 membres du SCUR sur la résolution et la gestion de conflits et sur les origines du conflit rwandais ;

  • une visite au Mémorial du génocide de Gisozi à Kigali ;

  • une rencontre entre étudiants du SCUR et d’autres clubs d’étudiants de Nyange, le 17 juin 2007 ;

  • une semaine Unité et Réconciliation à l’UNR, du 23 au 30 juin 2007 ;

  • une visite à la prison de Karubanda incluant des échanges avec les prisonniers et le don de 480 morceaux de savon ;

  • des visites aux écoles secondaires des districts de Huye, Nyamagabe et Gisagara, et des échanges d’idées avec les étudiants du 2 au 26 octobre 2007 ;

  • une rencontre avec les étudiants du camp de solidarité de Nkumba dans le district de Musanze, le 25 octobre 2007 ;

  • l’organisation d’un débat et d’ateliers autour du sujet : « Le rôle des intellectuels dans la lutte contre l’idéologie du génocide ».

132Au cours de l’année 2008, les activités menées incluaient :

  • la participation à l’Expo des étudiants de l’UNR, une occasion d’enseigner l’U&R à tous les étudiants ;

  • la participation à la Commémoration du génocide de 2008 à l’UNR ;

  • une formation donnée les 10 et 11 mai aux étudiants de la Haute Ecole de Gabiro, dans la province de l’Est ;

  • l’organisation d’une conférence-débat en collaboration avec le Centre de gestion des conflits de Butare ;

133D’autres activités incluaient des conférences, des ateliers, des partenariats avec des autres clubs de dialogue et la collaboration avec la Commission nationale d’unité et de réconciliation.

134Malgré les obstacles rencontrés dans leurs activités quotidiennes, portés par l’espoir d’un futur meilleur, les étudiants ont réussi à renforcer la coopération dans leurs propres rangs et à faire avancer leur objectif majeur d’U&R. L’association comprend plus de 1000 membres, mais la plupart du temps seuls quelque 30 % sont très actifs, alors que les autres restent plutôt passifs.

135Plusieurs raisons expliquent cette réserve : ces étudiants ont certes conscience de l’importance de l’enjeu mais ne s’engagent pas vraiment, d’autres sont accaparés par leur pensum universitaire, particulièrement dans les facultés de Médecine, de Sciences appliquées et d’Agriculture. D’autres enfin tentent d’abuser la communauté universitaire en affichant leur soutien au processus U&R alors que, aux dires du comité exécutif, ce n’est pas le cas.

136Plusieurs des activités du SCUR, même lorsqu’elles sont menées indépendamment des autorités universitaires, vont dans le sens d’encourager la communauté à tirer profit de l’engagement social de l’université tel qu’il est défini dans sa mission. Cet engagement inclut l’action dans les prisons, dans les écoles secondaires et dans les communautés de base. Il rejoint l’engagement d’autres acteurs du processus U&R dans le pays.

137L’expertise du SCUR dans ces missions a été reconnue et soulignée par la Commission nationale U&R, leur partenaire le plus important dans le pays.

138Elle l’a été également par l’ensemble des étudiants, malgré la difficulté à élargir le périmètre de leur action par manque de moyens. Ce périmètre, au moment où nous rédigeons ces lignes, se limite aux étudiants de l’université et des écoles secondaires, ainsi qu’à la prison de Karubanda située dans la ville de Butare même. Il n’y a pas vraiment de lien avec l’administration et les autorités locales. Les seuls partenaires effectifs restent donc la CNUR, comme mentionné, et le CCM.

4.6.1.2 Les personnes et les groupes impliqués dans l’association : des histoires et des liens différents avec le génocide

139Les étudiants de l’association proviennent de groupes diversifiés, avec des parcours et des expériences contrastées : des rescapés du génocide, des étudiants dont les parents étaient au nombre des génocidaires ou des témoins, d’autres enfin dont les familles étaient réfugiées dans les pays voisins depuis 1959 ou d’autres dates plus récentes.

140Les étudiants rescapés qui ont grandi dans la période postgénocide ont vécu la traversée de l’horreur et sont porteurs d’un traumatisme qui, dans la plupart des cas, grève leurs performances académiques.

141De l’autre côté, certains les considèrent comme les bénéficiaires privilégiés du gouvernement et des ONG alors qu’eux-mêmes font l’expérience de la pauvreté sous différentes formes. Et pourtant, l’assistance et le soutien dont bénéficient les rescapés n’enlèvent rien au fait qu’ils vivent sans domicile ni protection familiale. Les résidences universitaires sont leur seul domicile tout au long de leur parcours académique et, au terme de celui-ci, ils vont vivre dans d’autres familles. Ainsi, cette manière de nourrir cette hostilité latente à leur égard constitue-t-elle une forme de déni du génocide.

142Le seul soutien que l’association peut leur apporter est affectif : il s’agit de les entourer, particulièrement durant la période de commémoration, en avril chaque année, car c’est la période par excellence où le trauma est ravivé par le souvenir de ce qui est arrivé à leurs parents et à leurs proches. De l’appui psychologique, de l’amour et de l’affection, c’est principalement le soutien qui leur est offert. En 2009, l’association a participé à l’action One Dollar Campaign, initiée par la diaspora, destinée à offrir un logement et un environnement social chaleureux pendant la période des vacances.

143A ce jour, l’association ne compte pas de membre qui aurait été libéré de prison.

4.6.2 Le partenariat entre l’association et les chercheurs à travers la recherche-action

4.6.2.1 La dynamique entre chercheurs et acteurs

144Les chercheurs du CCM ont dans un premier temps pris contact avec les membres du comité exécutif de l’association. Ceux-ci ont fait bon accueil à l’initiative de la HETS, dans laquelle ils ont vu un renfort pour l’action d’U&R auprès des étudiants et dans le pays en général. Le pas suivant a été, pour le comité, d’amener le projet devant l’Assemblée générale du SCUR : le projet a été discuté et reçu très positivement car il était susceptible de renforcer considérablement les connaissances et capacités des membres s’agissant de reconstruire une citoyenneté démocratique rwandaise à travers le dialogue et la recherche-action.

145Une fois les objectifs de la recherche-action clairement déterminés et intégrés, ainsi que la manière dont elle allait être conduite, une convention de partenariat a été établie et signée entre le SCUR d’une part et le CCM soutenu par la HETS d’autre part. Ce processus de contractualisation a été l’objet de plusieurs rencontres : l’argumentaire du projet, entièrement explicité, s’est avéré motivant, ainsi que ce que l’on se proposait de réaliser tout au long de la période de recherche.

146A partir de là, la relation s’est développée et la mise en œuvre du projet s’est concrétisée. Dans sa phase initiale, ce fut à travers l’organisation de dialogues dont les thèmes étaient choisis par les étudiants, en lien avec ce qu’ils souhaitaient comprendre, savoir ou approfondir. Les sessions de dialogue, incluant un apport technique et scientifique des chercheurs, ont rencontré un intérêt croissant chez les étudiants.

4.6.2.2 Les relations entre chercheurs et acteurs

147Les rencontres préliminaires évoquées plus haut (contractualisation, discussion des fondements théoriques et de la méthodologie...) ont déjà permis de faire largement connaissance. Tout au long du processus, les contacts étaient établis (conjointement ou alternativement) par trois chercheurs du CCM et à chaque rencontre, chaque participant se présentait en explicitant son ancrage institutionnel et son intérêt.

148Les chercheurs ont clairement expliqué leur intérêt pour l’action menée : agir en tant que facilitateurs du dialogue et de la conduite du processus. Les chercheurs ont été particulièrement attentifs à ce que l’ensemble des acteurs impliqués parviennent à une compréhension commune des enjeux de la citoyenneté démocratique.

149Au départ, les attentes à l’égard des chercheurs étaient d’augmenter leurs connaissances à propos du processus d’U&R ; ce qu’il signifie, ce qu’il implique, les obstacles à anticiper. Par la suite, l’attente a été exprimée d’une aide concrète dans la résolution de problèmes posés dans leur action ainsi qu’une attente d’approfondissement de connaissances. A chaque séance, l’expression de leur demande constituait la base du dialogue : ils souhaitaient échanger des idées, aborder des questions critiques, poser des questions ciblées aux chercheurs et parvenir à des conclusions partagées sur les questions posées. La question du rôle des chercheurs est revenue à plusieurs reprises dès la conception du projet, en particulier lorsque des chercheurs de la HETS s’étaient joints au groupe : Cette question constituait également une quête constante de la position juste.

4.6.2.3 L’expérience des dialogues communautaires : thèmes, dynamiques, expression des participants

150Des thèmes variés ont été abordés à l’occasion des dialogues. Des thèmes tels que : Où en est l’U&R 15 ans après le génocide, la citoyenneté rwandaise, la notion d’Ubuntu ou d’humanité, l’histoire du Rwanda et du génocide, notre rôle dans la reconstruction de la Nation. Comme on l’a dit, les thèmes étaient choisis par les membres de l’association ; parfois, lorsqu’ils l’estimaient nécessaires, les chercheurs proposaient une reformulation.

151Pour chacun de ces dialogues, on pouvait faire au préalable un travail de préparation : anticiper la durée et le séquençage des dialogues, le dispositif spatial, l’identification et la mise à disposition du matériel nécessaire, le temps nécessaire pour les pauses et les déplacements. Les dialogues étaient conçus sur le mode participatif et le chercheur présent se limitait au rôle de facilitateur ; il évitait de se mettre en position de formateur ou d’éducateur. Il lui arrivait de préparer un éclairage des concepts de référence pour qu’ils soient bien compris et que la discussion en soit enrichie.

152Certains thèmes revenaient souvent dans les discussions ; en particulier lorsque la question du sentiment d’humanité (Ubuntu) était abordée, des participants s’interrogeaient sur la bestialité et la perte d’humanité de Rwandais pendant le génocide. Ils se demandaient comment il était possible de se saisir d’un gourdin ou d’une machette et de massacrer des gens, ses propres parents, des enfants, des proches et des voisins avec qui ils avaient tout partagé, comme cela se pratiquait dans la culture rwandaise.

153Des étudiants rescapés ont témoigné du fait qu’ils ne pouvaient plus imaginer partager quoi que ce soit avec des étudiants dont les parents avaient pris part au génocide. Ils ajoutaient parfois qu’ils avaient également de la peine à parler avec les étudiants dont les parents avaient été réfugiés dans les pays voisins depuis les premiers massacres de 1959 et les suivants. Cela parce qu’ils estimaient que si le FPR n’avait pas attaqué le Rwanda en 1990, leurs parents, amis, frères et sœurs n’auraient pas été tués. C’est pourquoi ces personnes de retour d’exil étaient parfois considérées également comme des ennemis : il y avait clairement une barrière entre ceux qui étaient dans le pays pendant le génocide et ceux qui n’y étaient pas.

154Lorsque, dans nos dialogues, il était question du travail d’U&R après le génocide, on observait logiquement des postures différentes dans les différents groupes d’étudiants. Ceux dont les parents étaient suspectés d’avoir participé au génocide ou d’être des témoins passifs s’exprimaient très peu. Sur d’autres thèmes, sans lien direct avec le génocide, ils pouvaient donner leurs opinions et exprimer leurs idées ; mais lorsque le lien était évident, ils observaient un certain mutisme. Ce qui était ainsi révélé, c’était un manque de maîtrise pour aborder à la fois les conséquences du génocide et lutter contre l’idéologie du génocide dans les formes où elle se perpétue.

155Ceux qui cependant disposaient d’une plus grande ouverture d’esprit pour s’exprimer et surmonter les blocages reconnaissaient les développements désastreux de l’histoire rwandaise et le rôle fatal qu’a joué le leadership qui a organisé le génocide et l’a mis en œuvre. Ils établissaient également des liens, plus en amont, avec la domination allemande, puis belge, dès la Conférence de Berlin en 1884, et l’application du principe « diviser pour régner » dans la politique coloniale.

156Lorsque le thème de la justice était abordé, il y avait une forme de consensus autour du fait que sans le processus gacaca, avec ses imperfections, il aurait fallu des centaines d’années pour venir à bout des cas de génocide. Par contre, le Tribunal pénal international d’Arusha était l’objet de nombreuses critiques : certains avocats de la défense et procureurs étaient considérés comme des négationnistes. Le travail du tribunal a été si lent et les juges si inefficaces, s’agissant de juger des crimes de génocide, que certains ont considéré qu’ils étaient « les pantins d’un monde occidental qui ne perçoit pas les Africains comme des êtres humains ».

4.6.2.4 Les échanges entre acteurs et chercheurs autour des problèmes concrets rencontrés par l’association

157Les problèmes principaux que chercheurs et membres de l’association ont identifiés ont été, d’une part, le manque d’expertise des étudiants dans la préparation de manuels de formation à l’intention des différents groupes cibles et, d’autre part, la mise au point de projets.

158Les chercheurs se sont concentrés sur ces deux questions. Des modules de formation ont été mis sur pied, incluant un module sur la méthodologie de projet, et enseignés aux trois associations partenaires par les chercheurs du CCM et de la HETS (cf. chapitre 5). Les curriculums et documents de référence des différents modules ont été remis au Comité exécutif au terme de ce moment de formation.

4.6.2.5 Les rencontres avec les autres sites

159Le SCUR s’est rendu à Karama le 26 mars 2010. Le but de la visite était d’avoir une session interactive sur les origines et les histoires des deux projets, leurs expériences, leurs activités et leurs défis. On peut qualifier d’« historique » ce moment pour les deux parties puisque les échanges ont abouti à la décision d’unir leurs efforts dans le travail d’Unité et Réconciliation. Le SCUR a offert une brouette, une houe et une faux. Les gens de Karama se sont dit heureux de recevoir les étudiants et ceux-ci, de leur côté, ont été enthousiasmés d’être témoins de cette expérience absolument inédite où des familles liées à des génocidaires coopèrent étroitement avec des familles de victimes. Ils les ont félicitées pour une telle initiative, qualifiée d’héroïque : une action qui demande assurément beaucoup de persévérance, d’humanité et de patriotisme. Ils ont salué également les initiatives de l’association de Karama sur le plan économique : l’élevage, la fabrication de savon et… la production de poésie.

4.6.2.6 Les notes des chercheurs sur le terrain : observations, échanges informels

160Tout au long du processus de recherche-action, j’ai pu observer à quel point les membres de l’association l’ont mis à profit pour repenser leur stratégie d’action et les défis concrets de la reconstruction de la société rwandaise. La méthodologie des dialogues le permettait car, à chaque fois, sur ces enjeux centraux, de nouvelles idées et des perspectives critiques apparaissaient.

161Lors des moments informels, leur besoin d’accroître leurs moyens d’agir plus profondément dans la communauté de même que leur satisfaction de voir leurs capacités renforcées par les apports du CCM et de la HETS se manifestaient régulièrement.

4.6.3 L’évaluation de la démarche partenariale

4.6.3.1 Le partenariat SCUR-CCM

162Les acquis et les points faibles quant aux objectifs que s’était donnés la recherche-action ont été évalués lors d’une évaluation finale de la collaboration. Les membres du SCUR ont relevé plusieurs effets bénéfiques de la démarche : le renforcement de leurs compétences grâce aux échanges avec les chercheurs et les autres sites, l’élargissement de leur réseau de partenaires à d’autres associations, la somme versée selon la Convention de partenariat qui, même modeste, a contribué au développement de leurs activités. Le point faible qui a été relevé a été la brièveté de la formation à la méthodologie de projet dans le programme de formation ECD. Une formation qui aurait mérité un apport plus complet.

163D’une manière plus générale, en dépit de la difficulté pour les étudiants à participer à toutes les rencontres, ils ont estimé que leurs connaissances avaient été solidement renforcées, en particulier sur les éléments qui étaient au centre du processus : la connaissance de l’histoire du Rwanda, du génocide, ainsi que leur compréhension de la citoyenneté démocratique. Ils se sont promis de faire bénéficier de leurs acquis d’autres communautés rwandaises et établissements d’éducation supérieure dans le pays, en particulier pendant le temps de leurs vacances.

4.6.3.2 Le bilan actuel de l’association

164Les apprentissages réalisés se sont inscrits dans une progression. Outre leurs capacités à partager des connaissances nouvellement acquises, notamment avec d’autres associations, on doit mentionner les capacités des membres à élaborer des récits personnels relatifs à l’histoire de chacun.

165Au terme du processus, on peut dire cependant qu’en raison du manque de disponibilité, tous les membres n’ont pu profiter de ces acquis.

4.6.3.3 Eléments d’évaluation sur le partenariat avec la HETS

166L’ensemble du processus, bien que réussi en fin de compte, a été caractérisé par des difficultés non négligeables. Le fonctionnement bureaucratique du Département des finances de l’UNR a rendu le tout difficile, épuisant et n’a pas permis de respecter les délais. Malgré cela, les sessions et les objectifs du projet ont été maintenus.

4.6.3.4 Synthèse des chercheurs sur ce que l’expérience du SCUR révèle

a/ A propos des récits de chacun des membres et de leur impact sur le lien social

167Il s’est révélé très constructif, en termes de renforcement de la cohésion sociale parmi eux, d’avoir l’opportunité de livrer les récits de leurs expériences de vie durant les sessions. Celles de leurs familles, en particulier entre 1959 et 1994, et la leur dans la période postgénocide. Avoir la possibilité de comprendre sa propre histoire et de la partager est une condition pour la co-existence des Rwandais. C’est également une nécessité pour la construction d’une citoyenneté démocratique que nous n’avons jamais connue depuis l’indépendance du Rwanda.

b/ A propos des relations sociales et de la conflictualité sociale

168Si l’on considère ce qui s’est passé durant le processus entre les étudiants comme révélateur de ce qui pourrait se passer dans la société rwandaise, on peut dire que les relations sociales se sont bien améliorées sans pour autant être parfaites. La compréhension de l’histoire rwandaise et du processus de construction d’une citoyenneté démocratique ont permis cela. Si les étudiants ont rejoint l’association, c’est avant tout parce qu’ils y ont trouvé une plateforme de discussion qu’ils ne trouvaient nulle part ailleurs, y compris pour avoir une compréhension précise de la planification et du déroulement du génocide. Ils y ont trouvé également un lieu où débattre des stratégies d’action.

169Si les relations sociales se sont améliorées en leur sein, elles ne sont pas pour autant, nature humaine oblige, exemptes de conflits ; mais aucun de ces conflits, c’est évidemment à souligner, ne peut être considéré comme ayant une base « ethnique ».

c/ A propos du rapport de l’association avec le cadre juridique et politique

170Le gouvernement rwandais a promulgué différentes lois destinées à promouvoir la cohésion sociale, l’unité et la réconciliation, le développement d’une paix durable basée sur une citoyenneté démocratique. L’émergence d’une véritable citoyenneté démocratique, vu les résistances qu’elle rencontre (la persistance de l’idéologie du génocide en particulier), reste lente et difficile. L’ignorance de l’histoire du Rwanda limite, chez certains étudiants, leur capacité à intégrer l’esprit de ces lois et de cette politique. Néanmoins, la résolution d’un conflit de cette ampleur étant un processus de longue durée, on peut estimer raisonnablement que, petit à petit, la jeune génération est en train de créer les bases d’une paix durable.

d/ A propos de la relation avec le génocide et l’histoire du Rwanda

171Il est difficile de faire une synthèse de ce point et d’énoncer des généralités crédibles scientifiquement. D’aucuns parviennent à une certaine compréhension des causes et des conséquences du génocide, d’aucuns n’y parviennent pas.

172On peut dire cependant que la politique d’unité et de réconciliation a permis pour le moins d’améliorer la qualité des relations sociales. Si l’on garde à l’esprit que l’ensemble du processus s’inscrit dans la durée, que rien ne permet de mesurer quantitativement la façon dont les Rwandais intègrent leur histoire et le génocide, on peut relever malgré tout, avec plus de certitude, qu’il y a de réels progrès dans l’effort de se libérer d’une mentalité « clanique » ou « ethniste ».

e/ A propos de la relation avec la justice et la transition démocratique

173Ce que l’on appelle transition démocratique varie naturellement en fonction des différents contextes historiques et nationaux.

174En ce qui concerne le Rwanda, on peut dire que l’amélioration du secteur de la justice a été un facteur déterminant. En particulier, la combinaison entre justice « classique » et justice traditionnelle a amélioré la confiance des Rwandais dans la justice et, en conséquence, les relations entre eux. Cela ne va pas sans problème non plus. Les difficultés ont été mentionnées au cours de nos sessions : l’inefficience ou les capacités limitées de certaines instances, des cas de corruption de juges. Pour ces différentes raisons, les appréciations portées sur la justice et la transition démocratique par les participants à nos sessions ont pu varier, mais elles n’ont pas révélé de désaccord fondamental.

4.6.3.5 Mon évaluation personnelle du travail de recherche-action sur le terrain

175Ce que je retiens principalement de mon expérience sur le terrain, c’est une compréhension plus profonde de la grande diversité des manières dont les Rwandais essaient de reconstruire une société unie et réconciliée en affrontant des difficultés variées et, ce faisant, font preuve d’invention et de créativité. A nouveau, malgré un conflit historique majeur, des Rwandais ont compris qu’il est possible de recréer l’unité à condition de transformer en profondeur l’environnement politique, économique et social.

176La méthode de recherche-action s’est révélée être la méthode adéquate pour que les communautés expriment par elles-mêmes les problèmes et les solutions qu’elles peuvent imaginer. Il s’agit bien du cœur même du processus d’unité et de réconciliation.

4.7 La dynamique de l’équipe de recherche du CCM

177Alida Furaha Umutoni

178Le début du projet de recherche-action s’est caractérisé par une difficulté générale de compréhension des méthodes de recherche appropriées. Il a fallu plusieurs séminaires et échanges théoriques entre les chercheurs HETS et CCM pour une meilleure compréhension.

179Le départ du directeur du CCM (Anastase Shyaka) n’a pas été sans impact. Il a fallu que l’équipe du CCM s’adapte et définisse un nouveau fonctionnement avec l’intégration des nouvelles personnes dans le projet. La transmission de l’avancement de la recherche et de ses premiers acquis n’a pas toujours été idéale au sein de l’équipe.

180Le point fort à retenir de la dynamique de l’équipe de recherche du CCM est sa façon de s’adapter aux différentes réalités et conditions de travail dans les sites de citoyenneté. En plus de sa capacité d’adaptation, l’équipe de recherche du CCM dispose d’une expérience de travail sur le terrain avec la population.

181Elle tire son expérience du Projet CDP (Community Dialogue for Peace) qui a été organisé pendant quelques années dans les écoles secondaires et dans les entités décentralisées (au niveau des autorités de base).

182Le dynamisme de l’équipe de recherche du CCM était visible lors des débats sur différents thèmes avec les membres des sites de citoyenneté. Elle était perceptible également lors de la formation des membres des sites. Bien que nous ayons nommé un chercheur responsable dans chaque site, il était aisé pour chaque chercheur de travailler sur un site ou un autre.

183L’équipe de recherche du CCM a fait preuve d’habileté par son implication dans les activités des sites. Les débats autour des thèmes sensibles tels que la réconciliation, les conflits ou la commémoration ont donné un temps et un espace de réflexion pour les sites, non seulement sur ces thèmes mais aussi sur leurs actions au quotidien.

184Lors des dialogues, les chercheurs prenaient soin de rappeler aux membres des sites qu’ils n’étaient pas là en tant qu’enseignants, mais qu’ils étaient là pour participer à un apprentissage mutuel, étant donné que la recherche-action part des actions existantes des sites. Ainsi, la participation de tous était assurée.

Notes

19 Son successeur dans la paroisse n’a pas repris son action auprès de l’association.

Table des illustrations

Légende Réunion de cheffes de groupes à Karama
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/285/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Légende Les enfants de Karama renouvellent les espoirs de la communauté
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/285/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende Jérome Masinzo (à gauche) avec Athanasie Gahondogo et Ibrahim
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/285/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 516k

© Éditions ies, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search