Version classiqueVersion mobile

Citoyenneté et réconciliation au Rwanda

 | 
Roland Junod
, 
Paul Rutayisire

1. Avant propos. Interrogations sur le Rwanda actuel : réconciliation et citoyenneté

Paul Rutayisire

Texte intégral

1La réconciliation et la citoyenneté sont des thèmes au centre des débats actuels sur le Rwanda. Les crises successives que le pays a connues, qui ont culminé dans la catastrophe du génocide des Tutsi de 1994, en sont la cause. Si on parle tant de la réconciliation, c’est parce que quelque chose s’est rompu. Dans le cas présent, le génocide est une crise globale qui a touché tous les éléments constitutifs d’une société humaine, d’un Etat moderne et d’une nation : les relations entre les individus et entre les groupes, l’Etat et ses structures, les références morales et religieuses ainsi que la solidarité internationale.

2Dans le contexte de l’après-génocide, la réconciliation doit se comprendre comme une démarche holistique qui touche à tous les aspects essentiels de la vie publique et privée et même aux relations internationales dans la mesure où, d’une part, le crime commis est un crime contre l’humanité et que, d’autre part, il a été commis devant les représentants de la communauté internationale et même avec la complicité de certains d’entre eux.

3Ressouder et recréer tout ce qui s’est brisé, telle est la tâche prioritaire dans la phase actuelle de reconstruction, en ayant à l’esprit la prévention pour ne pas retomber dans les erreurs du passé qui sont à l’origine de cette catastrophe. Il a fallu agir sur plusieurs fronts à la fois parce que tout était prioritaire, dans un contexte de grande pauvreté, sans repères ni modèles de référence applicables tout de suite.

4Dans ces conditions, il est tout à fait normal que la période qui nous sépare du génocide soit marquée de tâtonnements et d’erreurs, mais aussi de succès. La reconstruction a été un processus d’apprentissage par essais et erreurs. Ce qui a permis de maintenir le cap et de ne pas se décourager face à l’immensité de la tâche à accomplir, c’est d’une part l’option fondamentale pour la réconciliation et l’inclusion et non, comme par le passé, pour la division et l’exclusion. C’est, d’autre part, la volonté politique et l’acceptation des sacrifices par une grande partie des Rwandais pour ne pas rester prisonniers des choix malheureux et des erreurs du passé. Ce passé caractérisé par la manipulation des identités, le discours de haine et les pratiques d’exclusion et d’extermination explique les ruptures et les crises qu’il y a eu, ainsi que la pertinence et l’actualité de la citoyenneté. La raison en est que les principes couverts par ce concept, à savoir la jouissance des droits fondamentaux, économiques, politiques, sociaux et culturels, sont les seuls à pouvoir constituer des références solides capables de corriger les erreurs du passé et de les prévenir.

  • 1 Voir les indicateurs relevés par l’étude de la CNUR sur la cohésion sociale et le baromètre de la r (...)

5Les progrès réalisés dans le rapprochement des Rwandais ne proviennent pas uniquement des seules activités de quelques-uns, ni des seuls organes de l’Etat ; ils sont la résultante combinée des politiques nationales et sectorielles élaborées et appliquées depuis 1994, qui de façon délibérée intègrent et recherchent la cohésion sociale. Actuellement, comparé aux autres pays de la région qui n’ont pas connu une crise aussi grave, le Rwanda jouit d’une plus grande stabilité politique et cohésion sociale1.

6L’histoire récente du Rwanda est marquée par des crises accumulées pendant de nombreuses années qui ont conduit le pays au génocide de 1994 et provoqué des ruptures profondes dans le tissu social. Certes, la reconstruction de ce dernier fait des progrès et l’on peut dire que les bases sont déjà posées. Néanmoins, à causes des blessures profondes ancrées dans les esprits et les mentalités, le chemin reste encore très long. A ce niveau, les changements nécessitent plus de temps pour se réaliser. C’est la raison pour laquelle le travail de la réconciliation exige une synergie des différents acteurs, internes et externes, et doit être envisagé sur le long terme à cause de ce lourd héritage historique.

Notes

1 Voir les indicateurs relevés par l’étude de la CNUR sur la cohésion sociale et le baromètre de la réconciliation, outil élaboré par la même institution en collaboration avec l’IRDP.

Auteur

Professeur d’histoire du Rwanda et de l’histoire du génocide des Tutsi à l’Université du Rwanda, Collège des Arts et des Sciences Sociales et directeur et chercheur au Centre de Gestion des Conflits à Butare.
Ses champs d'étude sont : Histoire du Rwanda, histoire de l’Eglise catholique du Rwanda, histoire du génocide des Tutsi, histoire et Mémoire, politique et gestion des mémoires, conflits dans la région des Grands Lacs.
Contact : prutayisire@hotmail.com

© Éditions ies, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search