Version classiqueVersion mobile

La prévention en psychomotricité

 | 
Anne-Francoise Wittgenstein Mani
, 
Juliette Bourquin

Psychomotricité et promotion du mouvement

Anne-Françoise Wittgenstein Mani

Résumé

Le point de vue développé dans cet article met en avant la complémentarité des visions du mouvement compris, d’une part, comme dépense d’énergie et, d’autre part, comme forme de vitalité (Stern, 2010). Ce propos s’organise à travers la présentation de certains aspects de la collaboration entre les Ligues de la santé vaudoises et la filière Psychomotricité de la HETS-Genève et qui a abouti à la publication du dépliant PAPRICA Petite enfance ayant comme objectif la promotion du mouvement auprès des parents d’enfants de zéro à six ans.

Texte intégral

Introduction

1Cet article montre l’intérêt que peut revêtir l’engagement d’une filière d’études, à travers ses professeur-e-s et étudiant-e-s, comme potentiel de contribution aux besoins de la population en général. En effet, cela fait partie du mandat de la filière Psychomotricité de la HETS-Genève, en tant que lieu de formation et de développement scientifique, de diffuser l’importance d’une vision du développement psychomoteur qui dépasse la description d’étapes d’acquisitions motrices ainsi que de s’inscrire dans des projets novateurs qui contribuent au développement de la formation et de la profession.

2Le propos s’organise à travers la présentation de certains aspects de la collaboration entre les Ligues de la santé vaudoises et la filière Psychomotricité, qui a abouti à la publication de dépliants destinés à sensibiliser les parents d’enfants de zéro à six ans à leur rôle quant à la place du corps et du mouvement dans le développement et la relation.

3Tout comme dans les articles qui précèdent, il décrit comment le rôle « promoteur » de l’organisation psychomotrice est mis en mouvement dans la collaboration interprofessionnelle et pour quels apports.

Activité physique et psychomotricité : quelques axes de collaboration interprofessionnelle

4La question de l’activité physique comme facteur de santé dans un environnement de plus en plus sédentaire est un sujet d’actualité souvent mis en lien avec les problématiques de surpoids. Chez l’adulte, cette problématique a donné lieu depuis longtemps à différents programmes à l’attention du grand public. Ces propositions valorisent le mouvement en tant qu’activité mobilisatrice d’énergie et contribuant à la bonne santé physique. Plus récemment, des projets adressés aux jeunes enfants ont vu le jour sous la conduite de services orientés vers la petite enfance ou la promotion de la santé et, plus particulièrement, sous la conduite des psychomotriciennes qui y sont engagées. Ainsi en est-il de la promotion de l’activité physique du projet romand « Youp’là Bouge ! » ou de celui de Genève, « Bébé aime bouger ». Dans ce cadre, le mouvement est aussi envisagé comme facteur de développement moteur, affectif, cognitif et social. En 2014, la filière Psychomotricité de la HETS-Genève a été sollicitée par l’équipe de PAPRICA Petite enfance dans le cadre du programme cantonal « Ça marche ! Bouger plus, manger mieux ». Il s’agissait de participer, avec l’équipe de pilotage des Ligues de la santé du canton de Vaud, à l’élaboration de livrets à diffuser aux parents d’enfants de zéro à six ans de tous milieux afin de les sensibiliser à l’importance du mouvement dès le plus jeune âge et de les soutenir à le favoriser. Trois professeur-e-s de la filière ont alors encadré neuf étudiantes de deuxième année pendant plusieurs mois, afin de mettre en forme un concept de support didactique à diffuser par des professionnel-le-s de la santé aux parents de jeunes enfants.

5Le travail conjoint de la filière et des ligues de la santé a porté sur la façon de transmettre des messages sur les conditions favorisant le mouvement ainsi que sur les conséquences lorsque ce dernier fait défaut. Il s’est agi aussi d’attirer l’attention des parents sur leur rôle auprès de leurs enfants, sur l’importance des expériences corporelles et des opportunités d’interactions ludiques qu’elles suscitent, autant en termes de relation que comme vecteur du développement social et cognitif. Mettre en valeur l’importance de l’instrumentation du corps comme unité (Bullinger, 2004) et l’intégration de sa fonction d’enveloppe (Ciccone, 2012) ainsi que la naissance du sentiment de soi (Damasio, 2012) sont ainsi au cœur des apports des professeur-e-s et étudiantes de la filière dans le cadre de ce projet. La collaboration avec la filière a ainsi amené une orientation novatrice du concept initial par un élargissement de la vision des enjeux du mouvement à transmettre dans les dépliants produits.

6Les travaux se sont engagés à partir des préoccupations des parents, analysées notamment grâce à des focus groupes menés par les Ligues de la santé du canton de Vaud, ainsi que de l’expertise de la filière en matière de besoins psychomoteurs des enfants et de fonction de l’entourage dans les processus de développement. La collaboration s’est organisée autour d’axes de réflexion ayant trait au mouvement et porteurs de conceptions complémentaires qui ont joué un rôle d’organisateurs pour la forme et le contenu des dépliants : le mouvement, le développement psychomoteur dans son articulation motrice et relationnelle, le rôle des interactions avec l’entourage.

7Ainsi, le mouvement peut être considéré comme activité physique, dépense d’énergie, mais aussi comme activité corporelle engageant conjointement des processus physiologiques et relationnels. Observer un bébé qui gigote, qui attrape ses pieds, donne à penser qu’il entraîne sa condition physique, ce qui lui assurera une bonne santé, un meilleur sommeil ou des os solides. Toutefois, observer un tout-petit, c’est aussi réaliser qu’il explore son corps, ce qui contribue à la construction du sentiment d’unité corporelle sur lequel se fonde son devenir psychique et lui donne accès à des représentations unifiées de l’espace. De même, lorsqu’un bébé maintient sa tête et la tourne vers vous, c’est observer qu’il se mobilise physiquement, mais également qu’il communique et qu’il a besoin de ses parents pour le regarder. Car observer un bébé, c’est lui porter attention, c’est être attentionné (Mellier, 2001) et intégrer l’importance des affects, des mimiques et de l’expression corporelle dans la communication, comme levier des expériences de réciprocité, de mutualité, d’accordage qui sont ancrées justement dans l’expérience corporelle des interactions.

8Les étapes du développement psychomoteur peuvent, elles aussi, être comprises dans une double perspective : celle de l’évolution chronologique des étapes du développement, mais également comme reflet de la complexité du processus d’organisation psychomotrice du bébé et du jeune enfant. De sorte qu’observer un-e petit-e qui s’essaie à se lever ou qui enfile des petits objets dans des grands donne à penser que le temps d’activité sédentaire est ainsi minimisé. Mais nous pouvons aussi le voir comme l’expression des apprentissages moteurs, cognitifs, affectifs et sociaux dans lesquels le corps et le mouvement sont impliqués. Il s’agit là d’un vrai préalable. En effet, « en observant les nourrissons et les jeunes enfants nous sommes émerveillés de constater lorsqu’ils vont bien l’extraordinaire précocité et l’intensité de leur activité de pensée, c’est-à-dire de recherche de liens, de compréhension de sens et d’expérimentation » (Haag, 1999, p. 95).

9L’accent mis sur le jeu par la psychomotricité permet également de souligner son rôle essentiel dans les interactions parents-enfant et, donc, de facteur favorable de développement de l’enfant ainsi que de la parentalité. Bien sûr, par le jeu et le mouvement, l’enfant se dépense, renforce son système cardiaque, devient fort et agile, apprend à se repérer dans le temps et l’espace ou devient précis dans ses gestes, mais il exprime aussi ses émotions. Et, avec ses parents, il expérimente l’intimité des échanges corporels, la réciprocité des échanges, l’attachement et l’ouverture vers l’exploration, les limites sociales. En effet, par leur participation à ses jeux et la mise à disposition de conditions qui le favorisent, ses parents l’encouragent, lui font découvrir le plaisir d’exercer son mouvement et par là même son pouvoir d’agir, de rencontrer d’autres enfants, et le soutiennent afin de lui donner accès à l’exploration et à la compréhension du monde qui l’entoure. Winnicott, par exemple, dans son article L’agressivité et ses rapports avec le développement affectif (Winnicott, 1980), souligne combien la motricité permet à l’enfant de faire l’expérience de son environnement et de sa nature externe, tout comme elle contribue à l’intégration psychique de son identité et de l’altérité.

10Nous le voyons, considérer les bienfaits du mouvement pour la santé physique et la santé mentale sont deux conceptions qui pourraient s’opposer, alors même qu’elles sont complémentaires. Complémentaires dans le sens que la santé n’est aujourd’hui plus comprise comme une absence de maladie, mais bien comme un équilibre ou une expérience d’autonomie (Morin, 2006) dont les déterminants sont également psychiques et sociaux. Dans ce sens, diffuser une vision de la vitalité (Stern, 2010) des bébés et des jeunes enfants à travers la question du mouvement et du jeu, ainsi que mettre l’accent sur l’importance des interactions avec leurs parents comme facteur qui favorise l’éveil, l’exploration, la construction de l’identité et le développement, est essentiel. Une telle optique peut également être une porte d’entrée vers des prises en charge plus spécifiques ou jouer le rôle d’espace intermédiaire permettant à certaines situations d’être désamorcées.

Les dépliants paprica petite enfance comme reflet de l’articulation psychomotrice : un point de vue novateur

  • 1 Les dépliants sont consultables sur le site www.paprica.ch Particuliers Petite enfance. Des extra (...)

11C’est bien l’articulation des points de vue évoqués plus haut que reflètent les fascicules Comment bouger avec son enfant, résultat des travaux conjoints des étudiantes et enseignant-e-s de la filière Psychomotricité avec l’équipe de projet des Ligues de la santé du canton de Vaud. Afin de refléter que l’organisation psychomotrice peut être comprise comme une plateforme d’équilibre, contribuant au développement par l’intégration du corps et de ses éprouvés dans les processus de socialisation et d’accès à la représentation ainsi qu’à la symbolisation, la forme, l’organisation et le contenu des dépliants proposent ainsi aux parents des informations et suggestions sur de grands dépliants qui présentent des jalons pour cinq tranches d’âge : les nourrissons (zéro-neuf mois), les bébés (neuf-dix-huit mois), les petits enfants (dix-huit mois à deux ans et demi) et des enfants de deux ans et demi à quatre ans, puis de quatre à six ans1. Les différentes rubriques, définies avec soin, sensibilisent les parents et les soutiennent dans leur compréhension des besoins et des compétences corporelles et relationnelles de leurs petits. Ainsi, leur sont présentés, d’une manière simple et directe :

  • Le corps en mouvement comme déterminant du développement physique et psychique, sous la rubrique Bouger ? mais aussi tout au long du dépliant.

  • L’importance des besoins d’accompagnement des enfants à chaque âge ainsi que le rôle du jeu comme levier d’interaction avec ses parents et son entourage, sur la page J’ai besoin de bouger pour… Cette approche est complétée par un accent mis sur les besoins des petit-e-s et le rôle que peuvent jouer leurs parents dans la partie Pour m’accompagner mes parents peuvent…

  • Les façons possibles de jouer entre parents et enfants par tranche d’âge, particulièrement lorsque les circonstances semblent peu favorables du fait du manque d’espace ou du mauvais temps. Par exemple, des jeux sont décrits pour Bouger sans faire de bruit ou Bouger avec peu de temps. Un accent est également mis sur la sécurité, notamment pour favoriser le jeu libre, la variation des stimulations proposées et des mouvements explorés. Ces dimensions sont en effet fondamentales pour le développement de l’enfant, ses compétences de coordination et d’intégration psychomotrice, mais également sa curiosité et ses capacités d’ajustement et d’anticipation, sa concentration.

  • Quelques jalons du processus développemental par tranche d’âge, sans mention d’âge précis d’acquisition des conduites mais avec un accent sur des comportements quotidiens des bébés et des enfants, sont décrits afin d’attirer l’attention des parents sur leur importance ; ces informations se trouvent au verso des dépliants, dans une rubrique Quelques repères pour les plus jeunes et Mouvements fondamentaux pour les plus grand-e-s. Ces rubriques, comme celle qui concerne la nécessité d’être moins sédentaire à chaque âge, insistent justement sur les compétences naturelles ainsi que sur l’appétence des enfants à se mouvoir dans de multiples circonstances. Un accent est mis également sur les liens entre expériences corporelles et comportements ou activités qui s’appuient sur la possibilité non seulement de dépenser son énergie, mais aussi d’apprendre à la canaliser. Par exemple, « j’ai besoin de bouger pour m’exprimer mais j’ai aussi besoin de bouger pour être tranquille, et pour m’accompagner mes parents peuvent me laisser faire seul mais aussi m’expliquer les règles et les limites » (dépliant dix-huit mois à deux ans et demi).

12La forme des dépliants aborde les contenus à travers de nombreuses illustrations. Les jeux et les besoins de mouvement et d’accompagnement des enfants sont ainsi essentiellement décrits par des dessins représentant des scènes qui soulignent les compétences des enfants et encouragent l’implication des parents. Là encore, la collaboration s’est révélée novatrice et fructueuse puisque les dimensions retenues intègrent d’une part le jeu comme activité physique mobilisant de l’énergie des enfants, mais aussi le plaisir de jouer ou de grandir, ainsi que la présence contenante et le rôle dynamisant et socialisant des parents.

13Les étudiantes se sont mises à l’ouvrage et se sont penchées sur les particularités du processus d’organisation psychomotrice ainsi que des interactions parents-enfants à chaque âge. Elles ont communiqué à l’équipe de projet les éléments emblématiques de chaque période, tout en leur proposant aussi une image du processus d’ensemble. Elles ont mis l’accent sur cette dimension dynamique et chorégraphique du mouvement compris comme vecteur de lien et d’expériences affectives, cognitives et motrices.

14L’apport de la filière a aussi permis que certains dessins soient précis par rapport à la représentation du mouvement de l’enfant, de la sécurité pour les tout-petits, de l’ajustement corporel et expressif des parents. Les dépliants étant destinés à être transmis par des professionnel-le-s de la santé aux parents, leurs forme, organisation et contenu sont pensés afin de faciliter les échanges sur les particularités de chaque tranche de développement, mais aussi sur les besoins particuliers d’un bébé ou d’un-e jeune enfant. Reflétant une partie du quotidien des parents avec leurs enfants, ils permettent également d’ouvrir la discussion sur leurs questions, leurs préoccupations, tout en les renforçant dans leurs compétences. On sait en effet combien la naissance d’un-e enfant peut engager un processus qui déstabilise potentiellement les jeunes parents, ce que des circonstances particulières comme une déficience, un environnement précaire ou un évènement de vie peuvent renforcer. La présence de professionnel-le-s à leur côté est essentielle, car ceux-ci sont disponibles et susceptibles de leur donner des conseils, mais aussi de leur remettre un support qu’ils garderont avec eux et pourront consulter ou à propos duquel ils pourront échanger au sein du couple parental ou entre parents, mamans.

15Lors de la formation à l’utilisation des dépliants, organisée par les Ligues de la santé vaudoises, une psychomotricienne intervient, proposant une sensibilisation à l’importance de transmettre la complexité des enjeux du mouvement et de l’expérience corporelle pour les nourrissons, aussi bien que pour les enfants entrant à l’école. Les professionnel-le-s qui y participent, notamment pédiatres, sages-femmes et infirmières ou infirmiers en pédiatrie, enrichissent ainsi leur conception du développement, du rôle du corps, ainsi que de l’importance de mobiliser les parents sur cette thématique à partir des dépliants. Ceux-ci permettent de présenter en mots et en images le regard psychomoteur sur le développement et la place du corps et du mouvement dans les relations parents-enfants.

Les thérapeutes en psychomotricité comme vecteur de conseil autour de l’importance du mouvement

16Le travail de collaboration a également débouché sur l’opportunité, pour les thérapeutes en psychomotricité, d’utiliser ces dépliants dans leur pratique auprès de l’entourage des patient-e-s qu’ils accompagnent ou des professionnel-le-s dans les réseaux desquels ils s’inscrivent. Afin d’évaluer la pertinence d’un tel usage, ces thérapeutes ont été interrogé-e-s à propos de ces dépliants et de l’intérêt qu’ils présentent pour développer leur rôle de multiplicateur de la prévention du mouvement. Ce questionnement reposait sur l’hypothèse que, par leur attention spécifique au corps, les psychomotricien-ne-s communiquent déjà avec les parents autour du mouvement ; ces professionnel-le-s se sentent donc en confiance dans ce rôle, mais ne le font pas forcément dans le sens de la promotion du mouvement en opposition à la sédentarité.

17Même si le nombre de thérapeutes en psychomotricité ayant participé à l’enquête est relativement restreint, ce qui s’en dégage peut être considéré au titre de tendance, et différents éléments peuvent être relevés comme perspectives.

18En premier lieu, la bonne impression qui se dégage des dépliants, et le fait qu’ils suscitent un intérêt à les utiliser dans le cadre de la pratique professionnelle comme outils de promotion auprès des parents, considérés comme des interlocutrices et interlocuteurs indispensables et avec qui ils ont des contacts fréquents, sont soulignés. Sur la base de leur utilisation, les professionnel-le-s confirment que les dépliants sont adaptés aux tranches d’âge indiquées chez les enfants tout-venant. Plus particulièrement lorsque ceux-ci présentent des troubles psychomoteurs importants, un trouble de l’attention ou des difficultés relationnelles et/ou émotionnelles, ainsi que lorsque l’enfant est agité-e. Par ailleurs, lors de troubles du développement importants, l’utilisation reste possible, avec des précautions, ou par un usage qui renvoie à plusieurs tranches d’âge pour correspondre aux compétences et aux difficultés des enfants. Après quelques mois d’utilisation des dépliants, les thérapeutes ne constatent pas d’effets qui leur soient directement liés ; il n’est d’ailleurs souvent pas aisé de savoir s’ils sont utilisés par les parents au domicile ou non. Cependant, il apparaît clairement que leur utilisation permet de soutenir les parents dans leur rôle et leurs compétences, par exemple lors des entretiens réguliers qui ont lieu au cours des thérapies.

19Plusieurs thérapeutes en psychomotricité ont, de plus, souligné l’intérêt d’avoir utilisé les dépliants avec d’autres professionnel-le-s, tels que des enseignant-e-s, pédiatres, éducatrices ou éducateurs ainsi que des logopédistes, qui se sont montrés très intéressé-e-s. Les enseignant-e-s sont cité-e-s plusieurs fois comme des partenaires à qui pourraient profiter les dépliants. Ceux-ci apparaissent comme un moyen d’entrer en contact sur le thème des besoins de mouvement des enfants, de sensibiliser et d’offrir des possibilités concrètes pour le favoriser chez ces collègues. Ces supports peuvent ainsi contribuer au développement du rôle des thérapeutes en psychomotricité auprès des autres professionnel-le-s et favoriser l’importance que ces derniers accordent au mouvement dans leur engagement professionnel auprès des enfants. Il apparaît ainsi que l’utilisation des dépliants dépasse la promotion du mouvement telle que l’équipe de projet et celle de la filière l’avaient envisagée. De même, cette expérience démontre l’intérêt fort de la synergie formatrice qui émerge d’un tel projet pour des étudiantes qui se sont investies au plus haut point pendant toute sa durée.

20Nos remerciements vont ainsi à l’équipe de projet PAPRICA Petite enfance, et plus particulièrement à Fabio Peduzzi, chef de projet. Je remercie également les étudiantes en psychomotricité, Laure Barras, Laura Chuard, Lucie Curinier, Ottilia Crivelli, Iliane Giroudeau, Lise Julien, Marion Lecoultre, Ludivine Ney, Elen Palardy, ainsi que mes collègues Caty Blanc Muller, Marco De Monte et Juliette Bourquin, collaboratrices et collaborateurs de la filière.

Bibliographie

Bullinger, A. (2004). Le développement sensorimoteur et ses avatars : un parcours de recherche. Toulouse : Erès.

Ciccone, A. (2012). Contenance, enveloppe psychique et parentalité interne soignante. Journal de la psychanalyse de l’enfant, 2 (2), 397-433.

Damasio, A. (2012). L’Autre moi-même. Les nouvelles cartes du cerveau, de la conscience et des émotions. Paris : O. Jacob.

Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique (CDIP). Règlement concernant la reconnaissance des diplômes de hautes écoles de logopédie et des diplômes de hautes écoles de psychomotricité du 3 novembre 2000 ; 4.2.2.5.

Haag, G. (2000). Les apprentissages spontanés dans les premières étapes de maturation : préalables aux apprentissages scolaires. L’Erre, n° spécial Congrès de Nanterre, 18, 95-106.

Mellier D. (Dir.). (2001). Observer un bébé : un soin. Ramonville Sainte-Agne : Erès.

Stern, D. (2010). Les formes de vitalité. Psychologie, arts, psychothérapie et développement de l’enfant. Paris : O. Jacob.

Winnicott, D. W. (1980). De la pédiatrie à la psychanalyse. Paris : Payot.

Sites évoqués dans cet article

PAPRICA Petite enfance. Récupéré le 22 .01.2018 de http://www.paprica.ch/WP_1/category/pro_cat/paprica-petite-enfance/

Bébé aime bouger. Récupéré le 22.01.2018 de http://ge.ch/enfance-jeunesse/film-bebe-aime-bouger, Service de santé de l’enfance et de la jeunesse, République et canton de Genève

Youp’là bouge ! Récupéré le 22.01.2018 de http://www.youplabouge.ch/

Annexes

Annexe

Extrait du dépliant « Comment bouger avec son enfant, 0 à 9 mois »,

Extrait du dépliant « Comment bouger avec son enfant, 0 à 9 mois »,

© Ligues de la santé, Programme cantonal « Ça marche », Lausanne. Illustrations : Joël Freymond. Graphisme : Tessa Gerster.

Extrait du dépliant « Comment bouger avec son enfant, 9 à 18 mois »,

Extrait du dépliant « Comment bouger avec son enfant, 9 à 18 mois »,

© Ligues de la santé, Programme cantonal « Ça marche », Lausanne. Illustrations : Joël Freymond. Graphisme : Tessa Gerster.

Extrait du dépliant « Comment bouger avec son enfant, 18 mois à 2½ ans »,

Extrait du dépliant « Comment bouger avec son enfant, 18 mois à 2½ ans »,

© Ligues de la santé, Programme cantonal « Ça marche », Lausanne. Illustrations : Joël Freymond. Graphisme : Tessa Gerster.

Extrait du dépliant « Comment bouger avec son enfant, 2½ à 4 ans »,

Extrait du dépliant « Comment bouger avec son enfant, 2½ à 4 ans »,

© Ligues de la santé, Programme cantonal « Ça marche », Lausanne. Illustrations : Joël Freymond. Graphisme : Tessa Gerster.

Extrait du dépliant « Comment bouger avec son enfant, 4 à 6 ans »,

Extrait du dépliant « Comment bouger avec son enfant, 4 à 6 ans »,

© Ligues de la santé, Programme cantonal « Ça marche », Lausanne. Illustrations : Joël Freymond. Graphisme : Tessa Gerster.

Notes

1 Les dépliants sont consultables sur le site www.paprica.ch > Particuliers > Petite enfance. Des extraits sont consultables à la fin de l’article.

Table des illustrations

Titre Extrait du dépliant « Comment bouger avec son enfant, 0 à 9 mois »,
Crédits © Ligues de la santé, Programme cantonal « Ça marche », Lausanne. Illustrations : Joël Freymond. Graphisme : Tessa Gerster.
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/2806/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Extrait du dépliant « Comment bouger avec son enfant, 9 à 18 mois »,
Crédits © Ligues de la santé, Programme cantonal « Ça marche », Lausanne. Illustrations : Joël Freymond. Graphisme : Tessa Gerster.
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/2806/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Extrait du dépliant « Comment bouger avec son enfant, 18 mois à 2½ ans »,
Crédits © Ligues de la santé, Programme cantonal « Ça marche », Lausanne. Illustrations : Joël Freymond. Graphisme : Tessa Gerster.
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/2806/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Extrait du dépliant « Comment bouger avec son enfant, 2½ à 4 ans »,
Crédits © Ligues de la santé, Programme cantonal « Ça marche », Lausanne. Illustrations : Joël Freymond. Graphisme : Tessa Gerster.
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/2806/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Extrait du dépliant « Comment bouger avec son enfant, 4 à 6 ans »,
Crédits © Ligues de la santé, Programme cantonal « Ça marche », Lausanne. Illustrations : Joël Freymond. Graphisme : Tessa Gerster.
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/2806/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

Auteur

Thérapeute en psychomotricité CDIP et licenciée en psychologie, Anne-Françoise Wittgenstein Mani a travaillé dans le domaine de l’enseignement ordinaire et spécialisé. Professeure HES, elle est actuellement responsable de la filière Psychomotricité de la HETS-Genève et développe des activités sur l’expertise psychomotrice. Elle promeut notamment l’accompagnement de partenaires engagés dans des situations de vulnérabilité affectant les liens précoces et le développement de l’enfant.

© Éditions ies, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search