Version classiqueVersion mobile

La prévention en psychomotricité

 | 
Anne-Francoise Wittgenstein Mani
, 
Juliette Bourquin

Psychomotricité en maison de quartier

Entretien de Margot Serasset, propos recueillis par Juliette Bourquin

Margot Serasset

Résumé

Cet entretien fait suite au dispositif à l’attention des enfants de quatre à sept ans, scolarisé-e-s dans les classes de première à troisième primaire (1P à 3P, Cycle 1), présenté par Fanny Kam Nakache Balmer et Pierre Varcher dans l’article précédent. Margot Serasset y décrit son travail auprès d’enfants de 1P et 2P et sa collaboration avec l’équipe d’animation. Elle met en avant combien la complémentarité de la psychomotricité et de l’animation socioculturelle participe à un accompagnement de qualité et ouvre des perspectives intéressantes, autant auprès de jeunes enfants inscrit-e-s pour la journée que de plus grand-e-s visitant des groupes d’accueil libre.

Texte intégral

Entretien

Margot Serasset, psychomotricienne, co-anime depuis trois ans la journée d’accueil des enfants en début de scolarité à la Maison de Quartier de Saint-Jean (MQSJ).

Vous occupez actuellement le poste de psychomotricienne à la MQSJ. Comment décririez-vous votre intervention ?

Je considère qu’il s’agit d’une intervention de psychomotricité en prévention adressée à tous les enfants du groupe qui participent à cette journée de loisir. Avec les animatrices ou animateurs et la monitrice, nous formons un trio qui accompagne, accueille et propose des activités aux enfants durant cette journée, en profitant de la spécificité de chaque intervenant-e. En tant que psychomotricienne, j’apporte à l’équipe mon regard particulier et transversal dans l’accompagnement des enfants et leur observation, tant en termes de rythme de journée, d’organisation des espaces et de propositions ludiques que d’interactions.

Je parle ici de psychomotricité en prévention, car je m’adresse à des enfants tout-venant, sans problématique particulière. Ce que nous proposons vise à tous les accompagner dans leur développement. Ma manière d’être en lien et à l’écoute des enfants me permet de considérer chacun-e dans la globalité de son développement, au niveau affectif, moteur, cognitif, sensoriel et social.

Comment partagez-vous cette posture avec l’équipe ?

S’il est difficile, de l’extérieur, d’identifier comment ressort la spécificité de la psychomotricité durant la journée, elle peut s’observer, en revanche, dans la posture que j’adopte auprès des enfants, dans mon implication corporelle, mes échanges et interactions avec eux... Cependant, les enfants ne savent pas forcément que je suis psychomotricienne et ils m’appellent par mon prénom, tout comme les autres membres de l’équipe. Ma spécificité ressort en fin de journée, durant le moment que nous prenons toujours pour parler en équipe de la journée écoulée. Chacun-e va faire part de ses observations. Nous réfléchissons ainsi ensemble pour identifier des hypothèses de compréhension sur les situations de la journée. Ces échanges vont nourrir la manière dont la journée de la semaine suivante va s’organiser et être envisagée. Les pistes que nous dégageons vont ainsi permettre de proposer des ajustements concernant un-e enfant, le groupe ou une situation particulière.

L’observation et la co-construction sont donc au centre de ces discussions. Nous nous rejoignons la plupart du temps sur ce que nous observons. Néanmoins, chacun-e va partager ses idées différemment. Mes hypothèses vont s’appuyer sur mon expertise et mes compétences à observer précisément et à percevoir de manière globale l’enfant et les interactions. Mes observations de l’organisation psychomotrice ont lieu sur différents plans : corporel, intersubjectif ou groupal, spatial, temporel... Je peux ainsi mettre en lien des éléments à priori isolés pour leur donner forme et trouver des pistes de compréhension ou d’intervention. Ces observations fines amènent un vocabulaire précis, permettant d’aborder et de réfléchir aux dimensions corporelles (tonus, ajustement, précision du geste) ainsi que de penser à l’engagement ludique de chacun-e des enfants. Un de mes rôles va également être de prendre les éléments bruts ressortis de ces discussions pour veiller à leur offrir une continuité la semaine suivante.

Mon contrat comprend une heure de travail personnel par semaine, spécifique à ma fonction. Cette heure est très importante, car elle me permet de penser les hypothèses de compréhension partagées en équipe et de les travailler dans une perspective de continuité, en m’appuyant, par exemple, sur mes compétences d’élaboration et d’anticipation. En effet, c’est durant ce moment que je vais pouvoir penser les hypothèses de compréhension que nous avons identifiées en équipe et les travailler dans cette perspective de continuité. Je vais ainsi partir de ces éléments pour construire des pistes d’intervention, si nous n’en avons pas encore trouvé ensemble. Je vais également profiter de ce temps pour regrouper des situations similaires et ainsi développer des outils spécifiques ou pouvant être généralisés. De cette manière, même si je n’interviens que dans un groupe, je peux faire profiter plus largement la maison de quartier de mes compétences et réflexions, puisque je peux partager ces pistes lors des séances réunissant les équipes de l’accueil libre et de l’accueil 3P-4P.

Avez-vous un exemple ?

Il existe de nombreux exemples. Je tiens cependant à préciser que les activités sont proposées par le trio, et leur aménagement va tenir compte des constats identifiés par les trois. Je vais avoir un rôle de rappel et de lien pour la mise en œuvre des ajustements, qui sont d’ailleurs pensés pour un-e enfant autant que pour le groupe.

L’année dernière, la décision a été prise de scinder en deux le groupe d’accueil des petit-e-s, afin de mieux répondre aux besoins spécifiques de chaque tranche d’âge ; avec une animatrice et une monitrice, je suis restée avec les plus jeunes, composés d’enfants scolarisé-e-s en 1P et 2P ; une autre équipe s’occupe des enfants des deux degrés supérieurs, âgés de six-huit ans. Mon regard transversal et systémique ainsi que mes connaissances du développement des enfants ont participé à cette décision. Avec cette nouvelle organisation, nous pouvons mieux cibler les activités sur les compétences des enfants. Je peux également étayer ces choix par des notions spécifiques sur l’enchaînement des différentes étapes de développement de la motricité, de la socialisation ou encore de la concentration. Il m’arrive aussi parfois de rassurer une collègue ou un parent en pouvant dire que « c’est normal qu’un enfant ne puisse pas encore faire telle ou telle chose au regard de son développement global, mais aussi de remarquer qu’il est peut-être plus à l’aise dans une autre situation ». Je pense, par exemple, à un enfant qui avait de la peine à jouer avec les autres, mais je remarquais qu’il pouvait être attentif et motivé par des jeux de règles plus structurés. J’ai donc profité d’un temps en petit groupe pour proposer à quatre enfants un jeu de société, espérant ainsi voir cet enfant entrer en interaction avec ses pairs dans une situation où il est déjà plus à l’aise.

On peut également remarquer, à la délimitation des différents espaces de la salle, qu’une psychomotricienne a participé à penser l’espace. En effet, ils sont vraiment aménagés afin de convenir aux enfants et à la tranche d’âge, mais aussi adaptés en fonction de l’énergie de la journée. Ma prédécesseure, tout comme moi, tenons également beaucoup à ce qu’il y ait des repères temporels dans la journée. Nous faisons donc des propositions d’activités et de rythmes qui tiennent compte de cela. Chaque adulte devient ainsi aussi un repère dans la journée pour les enfants, ce qui les rassure.

Quels sont les éléments qui vous semblent essentiels dans cette collaboration ?

Je dirais la communication. Cette expérience montre combien il est en effet important d’échanger et de partager ses observations et ses questionnements. C’est en communiquant et en se nourrissant des apports des un-e-s et des autres que l’on arrive à proposer des activités plus cohérentes et mieux adaptées aux groupes. On peut ainsi co-construire nos interventions et avoir une vision qui s’inscrit dans la continuité.

J’interviens directement auprès du groupe des petit-e-s – et c’est important que je reste de manière continue avec eux –, mais j’ai aussi la chance de participer plusieurs fois par année à des réunions avec les équipes des plus grand-e-s et de l’accueil libre. On réfléchit ensemble à comment penser une situation ou améliorer une proposition, également à partir des observations de chacun-e. Nous avons toujours cette volonté, avec l’équipe, d’impliquer la psychomotricité encore plus largement dans la maison de quartier et c’est très intéressant d’avoir une équipe qui me partage souvent son souhait d’imaginer une collaboration plus large.

C’est donc une collaboration qui est très enrichissante, tant pour les équipes et la maison de quartier, au sens large, que pour moi. Elle pourrait tout à fait profiter à d’autres lieux d’accueil.

Cette perspective est d’ailleurs sur la bonne voie puisque la Fondation genevoise pour l’animation socioculturelle (FASe), répondante de la CCT (convention collective de travail) pour les employé-e-s des maisons de quartier et centres de loisirs, vient d’inscrire la fonction de psychomotricien-ne dans son catalogue de fonctions et que mon engagment à la maison de quartier vient d’être pérennisé par un contrat à durée indéterminée.

Auteur

Thérapeute en psychomotricité CDIP, Margot Serasset effectue un Master en éducation précoce spécialisée. Elle intervient à la Maison de Quartier de Saint-Jean et pour l’Association Equilibrio. Ses intérêts portent sur la psychomotricité en prévention et l’intervention précoce, ainsi que sur le travail d’accompagnement des familles.

© Éditions ies, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search