Version classiqueVersion mobile

La prévention en psychomotricité

 | 
Anne-Francoise Wittgenstein Mani
, 
Juliette Bourquin

Le rôle de la psychomotricité dans les structures d’accueil de la petite enfance

La force de l’approche interdisciplinaire

Suzanne Stofer

Résumé

Ce texte présente les résultats d’une étude sur le rôle des psychomotricien-ne-s engagé-e-s dans les structures d’accueil de la petite enfance (SAPE) subventionnées par la Ville de Genève. Il montre la pertinence de la psychomotricité dans ce contex te en valorisant l’interdisciplinarité. L’étude a débouché sur l’augmentation de postes de psychomotricien-ne-s dans ces structures.

Texte intégral

Introduction

  • 1 L’étude visait aussi à distinguer les modalités d’intervention des psychomotricien-ne-s engagé-e-s (...)
  • 2 Un secteur petite enfance regroupe plusieurs structures d’accueil de la petite enfance. Il est diri (...)

1A Genève, depuis de nombreuses années déjà, des psychomotricien-ne-s interviennent dans les structures d’accueil de la petite enfance (SAPE) subventionnées par la Ville de Genève. En 2011, le Service de la petite enfance de la Ville de Genève a décidé d’effectuer une étude visant à identifier les pratiques des psychomotricien-ne-s et d’en mesurer les apports pour les enfants et les équipes éducatives dans la perspective d’optimiser le rôle de la psychomotricité dans les SAPE1, notamment en faisant bénéficier de ce type d’intervention l’ensemble des enfants qui les fréquentent. A cette date, en effet, seule une minorité d’enfants rencontraient régulièrement un-e psychomotricien-ne, puisque, au moment de l’étude, huit psychomotricien-ne-s seulement étaient engagé-e-s par un secteur petite enfance2 ou une SAPE, situation entraînant une inégalité de traitement entre les enfants à laquelle la Ville de Genève souhaitait vivement remédier. Les résultats de l’étude se sont avérés très positifs, notamment du fait de la mise en avant de la force de la co-construction interdisciplinaire issue de la collaboration entre les professionnel-le-s de la psychomotricité et les professionnel-le-s de l’éducation. Ils ont motivé la Ville de Genève à renforcer le rôle de l’approche psychomotrice dans les SAPE en proposant d’ouvrir un poste de psychomotricien-ne dans chaque secteur petite enfance.

2Il est important de préciser que l’approche adoptée pour la réalisation de l’étude était sociologique, c’est-à-dire qu’il n’était en aucun cas question d’évaluer le travail des psychomotricien-ne-s, mais qu’il s’agissait de comprendre, en interrogeant tant les professionnel-le-s de la psychomotricité que les responsables de SAPE ou de secteur concernés, leur rôle auprès des enfants et des équipes éducatives. En cela, le point de vue que nous proposons sur les pratiques observées se distingue clairement, en termes disciplinaires, de celui des autres contributions de cet ouvrage, même si le contenu qu’il propose rejoint les propos des auteur-e-s de ces dernières. Notre analyse a, en effet, permis de dégager un certain nombre de caractéristiques qui nous semblent constituer des apports communs à l’intervention psychomotrice mise en place dans le cadre de différents types de prise en charge.

Prévention des troubles développementaux auprès des enfants et soutien aux équipes éducatives

  • 3 La prévention primaire consiste, selon l’OMS, à « éliminer les facteurs responsables ou qui contrib (...)

3Le travail des psychomotricien-ne-s qui interviennent dans les SAPE s’inscrit clairement dans la mission éducative de ces dernières. A ce titre, leur mandat n’est pas de réaliser des thérapies individuelles avec les enfants. Plus concrètement, le travail des psychomotricien-ne-s qui sont engagé-e-s dans les SAPE a pour but de réaliser, d’une part, de la prévention primaire ou secondaire3 de problèmes psychomoteurs auprès des enfants, et d’apporter, d’autre part, un soutien aux équipes éducatives pour l’animation psychomotrice et pour la compréhension du développement psychomoteur de l’enfant. Ce soutien s’est, avec le temps, en raison de la régularité et de la continuité des interventions, élargi à une dimension formatrice, les pratiques des psychomotricien-ne-s ayant permis aux équipes éducatives et aux responsables d’améliorer leurs connaissances du développement psychomoteur de l’enfant et du type d’appui à proposer en cas de difficultés.

La collaboration entre l’équipe éducative et les psychomotricien-ne-s : des regards complémentaires

4Les séances de psychomotricité sont l’occasion pour les équipes éducatives de l’enfance de se mettre en position d’observation participante, la prise en charge du groupe d’enfants étant assurée par la psychomotricienne ou le psychomotricien. La discussion qui a lieu, après la séance de psychomotricité, entre les psychomotricien-ne-s et l’éducatrice ou l’éducateur y ayant assisté, représente un élément très important de l’intervention psychomotrice. Leur présence conjointe permet, en effet, que deux types de regards soient posés sur les enfants ou un groupe lors d’une même expérience. Pour les équipes éducatives, cela entraîne une modification de la manière d’observer les enfants. Elles peuvent les voir différemment – avec d’autres forces ou faiblesses – et ainsi, grâce au soutien de la psychomotricienne ou du psychomotricien, avoir une meilleure compréhension de leurs comportements et y répondre de manière adéquate. Ce changement de regard de la part de l’équipe éducative sur l’enfant améliore la qualité de leur relation.

5Lorsque des difficultés sont identifiées, les psychomotricien-ne-s travaillent avec l’équipe pour définir le type de soutien qui peut être envisagé pour améliorer la situation, voire résoudre le problème, que celui-ci concerne un-e enfant ou un groupe d’enfants. Si, par contre, les difficultés observées apparaissent comme plus importantes, les psychomotricien-ne-s proposent une orientation de l’enfant vers un lieu de prise en charge qui dispose des compétences pour établir un bilan qui permettra d’apprécier la nécessité ou non d’organiser un suivi extérieur.

6Il est important de relever que l’apport ne se mesure néanmoins pas seulement auprès des enfants qui connaissent des difficultés, mais également auprès de l’ensemble des enfants qui fréquentent une SAPE, les séances d’animation psychomotrices favorisant leur épanouissement et leur bien-être en leur permettant de vivre une expérience qui rompt avec celles qu’ils vivent au quotidien et qui révèle, grâce au lien entretenu avec la psychomotricienne ou le psychomotricien, d’autres aspects de leur personnalité.

7La collaboration entre les psychomotricien-ne-s et les équipes éducatives constitue ainsi un aspect essentiel de l’intervention psychomotrice dans les SAPE, la première approche ne pouvant prendre toute sa mesure que si la seconde lui trouve une utilité. De manière générale, elle est décrite comme positive. Les responsables de secteur ou de SAPE confirment ce point de vue en expliquant que l’échange régulier avec les psychomotricien-ne-s rassure les équipes éducatives sur leurs observations en même temps que sur la validité de leurs actions, notamment lorsqu’il s’agit d’enfants en difficulté.

8Cette appréciation générale positive de la collaboration ne signifie toutefois pas qu’elle se déroule toujours sans heurts. Comme dans toute dynamique interdisciplinaire, il arrive que les deux types de professionnel-le-s défendent des points de vue divergents, ce qui entraîne des crispations de part et d’autre, même si celles-ci permettent de faire progresser la réflexion. Ces tensions sont principalement dues à la différence du temps de présence entre les deux types de professionnel-le-s, les psychomotricien-ne-s n’étant pas confronté-e-s au terrain en continu comme les équipes éducatives. Dans ces cas-là, la solution consiste à réaffirmer la spécificité professionnelle des un-e-s et des autres en même temps que leurs modalités d’intervention auprès des enfants. Cette redéfinition du rôle de chacun-e apparaît comme la condition sine qua non d’une bonne collaboration entre les psychomotricien-ne-s et les équipes éducatives et, partant, d’une approche interdisciplinaire constructive.

La psychomotricité dans une structure d’accueil de la petite enfance : un levier pour une co-construction interdisciplinaire

9L’intégration de psychomotricien-ne-s dans une structure d’accueil de la petite enfance permet qu’un regard différent, mais en interaction avec celui des membres de l’équipe éducative, soit posé sur l’enfant et le groupe d’enfants, ainsi que sur l’environnement dans lequel chacun-e évolue. L’enfant et ses besoins sont ainsi envisagés dans leur globalité, en prenant en compte l’articulation entre les dimensions motrice, cognitive, relationnelle et sociale de leur développement.

10Cette approche favorise ainsi non seulement la détection précoce des difficultés ou des troubles de certains enfants, et donc une meilleure évolution de leurs problèmes en même temps qu’un développement harmonieux pour les autres, mais elle contribue également à élargir les outils de réflexion et d’intervention pour favoriser le développement de l’ensemble des enfants. Ces bénéfices importants ont convaincu la Ville de Genève de renforcer le rôle de la psychomotricité dans les structures de la petite enfance qu’elle subventionne en augmentant le nombre de postes de psychomotricien-ne-s qui y interviennent.

Notes

1 L’étude visait aussi à distinguer les modalités d’intervention des psychomotricien-ne-s engagé-e-s par les SAPE ou un secteur petite enfance de celles proposées par les psychomotriciennes employées par le Service de santé de l’enfance et de la jeunesse (SSEJ) qui intervenaient également, mais uniquement sur demande, dans les mêmes lieux d’accueil. Cette comparaison n’est pas abordée dans cet article.

2 Un secteur petite enfance regroupe plusieurs structures d’accueil de la petite enfance. Il est dirigé par un-e responsable de secteur.

3 La prévention primaire consiste, selon l’OMS, à « éliminer les facteurs responsables ou qui contribuent à l’apparition d’une maladie », la prévention secondaire « vise à dépister de manière très précoce les troubles et à empêcher ou raccourcir leur évolution ». La prévention secondaire est synonyme de détection précoce.

Auteur

Diplômée en sociologie, Suzanne Stofer est sociologue au Service de la petite enfance de la Ville de Genève. Elle intervient également comme chargée de cours à l’Ecole d’études sociales et pédagogiques de Lausanne (HES-SO Vaud). Elle s’intéresse aux inégalités sociales et aux politiques qui visent à les prévenir et à les réduire.

© Éditions ies, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search