Version classiqueVersion mobile

La prévention en psychomotricité

 | 
Anne-Francoise Wittgenstein Mani
, 
Juliette Bourquin

Un espace de jeux et de rencontres parents-enfants à Bethléem

Un projet basé sur une approche psychomotrice

Stéphanie Schäfer, Stéphanie Rudaz et Fatmeh Askar

Résumé

C’est dans le contexte quotidien de la population palestinienne, marqué par l’insécurité et la violence, que l’Association « Espace-Liens » a créé et soutient depuis 2014 un centre de jeux et de rencontres parents-enfants dans le but de rompre l’isolement social, de renforcer les liens sociaux et familiaux et d’accompagner le développement des enfants, des adolescent-e-s et des adultes.
La spécificité de leur regard de psychomotriciennes a permis aux deux initiatrices du projet d’effectuer sur le terrain des observations précises relatives aux repères méthodologiques de leur profession. Grâce à leurs expériences professionnelles et personnelles réalisées dans différentes structures éducatives, sociales et sanitaires de Bethléem dès leur arrivée en Cisjordanie en 2009, elles mettent en évidence le lien très étroit entre le contexte socio-politique palestinien et la santé physique et psychique des individus.
Le projet
Makan El Tawasol (« espace-liens » en arabe) a été développé en s’appuyant sur le concept et la pratique de la psychomotricité, dans une approche de santé communautaire et de promotion de la santé.

Texte intégral

« Vivre, c’est créer et entretenir des relations » (Bidar, 2016, p. 133)

Introduction

1Makan El Tawasol est un dispositif d’accueil libre encadré par les outils de la psychomotricité. Ce concept novateur continue de faire ses preuves à Bethléem après trois ans d’ouverture et apparaît bénéfique pour soutenir enfants et adultes dans leur développement psychomoteur. Dans cet article, nous présenterons la conception et la mise en œuvre du projet Makan El Tawasol, son cadre d’accueil, construit sur l’aménagement de l’environnement, le corps en mouvement et le jeu libre, ainsi que la formation de l’équipe professionnelle d’accueillant-e-s. Nous conclurons sur l’impact du plaisir renouvelé du corps en mouvement et du plaisir de la relation et leurs effets souhaités au-delà de notre projet.

Contexte socio-politique

2Le projet Makan El Tawasol s’inscrit dans le contexte socio-politique du conflit israélo-palestinien. La Palestine est un territoire occupé par Israël depuis 1967, en proie à une crise humanitaire et à un conflit prolongés. Depuis 2002, le mur de séparation entre Israël et la Cisjordanie entrave la mobilité des Palestinien-ne-s et complexifie leurs déplacements. Malgré les efforts fournis par le Ministère de la santé et d’autres organismes privés, la situation sanitaire, tributaire de la situation sociopolitique, décline fortement depuis 2011.

3La population palestinienne vit au quotidien une instabilité faite de ruptures, de modifications permanentes du territoire, d’incertitudes par rapport à l’avenir, de pertes d’espoir, d’humiliations et de violences. Cette discontinuité et ces tensions imposent aux personnes un mode de survie permanent et les fragilisent insidieusement dans leur intégrité et leurs liens sociaux.

4Anticiper, construire et maintenir ce qui existe autour de cette population devient toujours plus difficile et illusoire. Dans un tel « paysage », tenter d’exercer une emprise sur son environnement et son destin verse souvent du côté de la destruction : « La destructivité, elle, est la créativité du pauvre, elle soulage. Elle rend maître de sa destinée et de soi-même. » (Jeammet, 2011, conférence)

Place du corps dans la culture palestinienne

5En Palestine, la manière dont le corps est vécu et appréhendé est non seulement marquée par l’insécurité générale ambiante, mais aussi fortement influencée par les codes et les pressions d’ordre culturel. Nous l’avons perçu comme un corps qu’on évite de trop ressentir, qu’on valorise plutôt comme une enveloppe à contrôler, à sculpter, qu’on habille et maquille pour affirmer son appartenance sociale ou religieuse. L’existence se réduisant souvent à la survie dans cette région du monde, le corps n’a d’autre choix que de se montrer résistant. Lorsqu’il s’affaiblit et tombe malade, les fils qui relient les individus à la vie sont encore plus ténus car les soins de qualité sont peu accessibles pour les Palestinien-ne-s.

6Le plaisir de bouger et d’exprimer sa créativité est entravé. Les enfants n’ont pas d’espaces pour jouer, ni dans les maisons, ni à l’extérieur, ni à l’école. Axée principalement sur les compétences cognitives, la pédagogie privilégie davantage les résultats que les processus d’apprentissage. Il n’y a de place, dans le système d’éducation, ni pour le jeu ni pour les vécus du corps. Une des conséquences observées est un accès à la symbolisation – qui naît « de l’intégration des éprouvés corporels et sensoriels dans la psyché » (Potel, 2010, p. 112), lui aussi entravé.

Processus de création du projet

7Fraîchement diplômées de la filière Psychomotricité de la HETS de Genève, nous arrivons à Bethléem en décembre 2009. Nous travaillons durant plusieurs mois comme psychomotriciennes et formatrices dans différentes institutions régionales de la petite enfance, de l’éducation et du réseau de soins.

  • 1 Fatmeh Askar, enseignante de français langue étrangère, Jacqueline Sfeir, pédagogue, Jiries Alawi, (...)

8Nos regards croisent ceux de professionnel-le-s palestinien-ne-s1 curieux et avides d’offrir davantage de place au corps dans leurs pratiques. Un processus réflexif commun s’amorce : dans le contexte spatio-temporel mouvant et en perpétuel changement de ces terres disputées, comment envisager la stabilité susceptible d’apporter de la sécurité, essentielle au développement ? Comment imaginer être à l’écoute de son propre rythme et concevoir l’avenir dans une certaine continuité dans un contexte où l’autre impose son tempo, son espace et son pouvoir ? Comment, dans un système éducatif et professionnel très hiérarchique, offrir aux enfants et aux adultes la possibilité de ressentir le plaisir d’être en mouvement, de suivre leurs élans corporels et relationnels ?

9L’idée d’un espace concret voit le jour : un lieu constituant un « environnement suffisamment bon » (Winnicott, 1975) grâce aux conditions d’espace, de temps, de matériel, d’encadrement et de fonctionnement institutionnel pensées pour soutenir le développement, l’identité et l’autonomie de l’individu ainsi que pour renforcer la qualité des liens sociaux et familiaux. Un lieu permettant aux personnes de se rassembler, de se mettre en mouvement, de jouer et de renforcer ainsi leur capacité à tisser du lien, que nous avons identifiée comme ressource importante chez les personnes et les familles rencontrées.

Cadre associatif du projet

10Pour offrir à notre projet des fondements solides, nous fondons à Genève, en 2012, l’Association « Espace-Liens », dont les statuts mentionnent les objectifs suivants :

  • soutenir les relations parents-enfants ;

  • offrir différents outils d’intervention pour accompagner le développement de l’enfant et de l’adolescent-e ;

  • renforcer les liens sociaux.

  • 2 Fanny Kam Nakache Balmer, présidente ; Mélanie Merçay, secrétaire ; Délia Nuzzo, comptable ; Stépha (...)

11Nous avions besoin d’un réel soutien en Suisse, tant au niveau administratif que réflexif. Nous avons sollicité certaines de nos connaissances, sensibles à notre projet, afin de constituer un comité2. Il était nécessaire de trouver des appuis solides qui nous donnent le courage de nous lancer et de concrétiser nos ambitions. Actuellement, les membres du comité fournissent toujours un important et régulier travail bénévole et agissent comme tiers institutionnel en assurant une distance réflexive, absolument indispensable au travail sur le terrain dans ce contexte particulier.

Développement du projet

  • 3 L’association compte actuellement une centaine de membres dans toute la Suisse romande.
  • 4 Don de l’association P’tit Homme, en Valais.

12Pour financer Makan El Tawasol, le comité de l’association se lance dans la recherche de soutiens financiers en réunissant notamment des membres s’acquittant d’une cotisation annuelle3 et en sollicitant des bailleurs de fonds. Peu après sa création, l’association a la chance de bénéficier d’un don de 20’000 CHF4 qui lui permet de démarrer rapidement ses activités.

13A la fin de l’année 2013, après de très longues démarches administratives et une attente de deux ans durant laquelle nous avons réfléchi au cadre d’accueil, puis cherché et aménagé un local, l’association obtient enfin la reconnaissance officielle d’ONG internationale de la part de l’Autorité palestinienne ; cette formalité donne un statut structurel, juridique et administratif indispensable à l’ouverture de notre espace d’accueil.

14Makan El Tawasol ouvre ses portes en janvier 2014 et est inauguré officiellement en février en présence de représentant-e-s de l’Autorité palestinienne et du comité suisse.

15Les familles de Bethléem investissent rapidement le lieu. En effet, notre réseau social, professionnel et personnel, qui s’est considérablement étoffé au fil des ans, est le premier à investir les lieux dès son ouverture. Nous nous déplaçons également pour présenter le projet dans les différentes institutions avec lesquelles nous avons eu l’occasion de collaborer et distribuons des dépliants décrivant le projet en arabe. Le réseau s’élargit de proches en proches, des liens se tissent et de nouvelles familles découvrent Makan El Tawasol.

16A ce jour, quelque trois mille six cents personnes sont venues à une ou plusieurs reprises passer un moment à Makan El Tawasol, ce qui représente une moyenne mensuelle de cent vingt visites, enfants et adultes confondus.

17Cet accueil positif de la part de la population confirme que notre proposition d’espace d’exploration corporelle et relationnelle permettant de (re)sentir le sentiment de sécurité, essentiel à un développement sain et harmonieux de la personne et souvent absent dans cette région, est pertinente dans ce contexte palestinien.

Formation d’une équipe locale de professionnel-le-s

18Dès la conception du projet, il nous paraissait nécessaire de former des personnes locales pour ancrer durablement Makan El Tawasol dans la réalité palestinienne et lui assurer une pérennité au-delà de notre présence sur le terrain. Dans un pays subissant la colonisation au quotidien, il nous importait d’éviter de participer à une autre forme de colonisation en imposant à la population un projet sans lui donner la possibilité d’être partie prenante, de s’approprier ce lieu permettant de se réunir et de partager ses expériences. Ensemble, nous co-construisons donc et ajustons le dispositif d’accueil.

  • 5 Lamia Al-Madbouh, Mariam Ayish, Hiba Hanni.

19A la fin de l’année 2015, après six ans passés en Cisjordanie, nous décidons de rentrer en Suisse. Notre équipe, composée de trois accueillantes palestiniennes5, aujourd’hui suffisamment autonome, a pris le relais de la prise en charge de Makan El Tawasol. L’association continue à la soutenir, soit en assurant son suivi à distance (supervisions régulières de l’équipe via Skype), soit sur place (visites sur le terrain et formations ponctuelles).

20L’association poursuit également sa tâche en recherchant les fonds nécessaires au maintien de la structure. Actuellement, le financement de Makan El Tawasol reste précaire ; nous arrivons à couvrir six mois d’avance au maximum. Par ailleurs, des démarches administratives fastidieuses doivent être menées chaque année pour conserver le statut légal d’ONG. Ces incertitudes fragilisent la pérennité du lieu d’accueil.

Dispositif

21Basé sur l’attention portée au corps, le jeu libre et un cadre très spécifiquement pensé, Makan El Tawasol fait office de concept novateur en Palestine. Ce dispositif d’accueil parents-enfants s’inspire à la fois des modèles des maisons de quartier suisses, des Maisons Vertes créées par Françoise Dolto et de ce que nous avons pu identifier comme besoins sur le plan corporel, relationnel et ludique des enfants palestinien-ne-s. Les modèles précités ont en commun d’offrir des espaces communautaires sur le principe de la participation libre : chacun-e vient à la fréquence souhaitée et reste durant le temps désiré, sans exigences d’inscription ni obligation de participation financière.

  • 6 Crèche et garderie, école privée, centre de loisirs, centre des diabétiques.

22Ce type de dispositif nous paraît particulièrement intéressant pour accueillir petit-e-s et grand-e-s à Bethléem (ville chrétienne et musulmane), quels que soient l’âge, le sexe, la religion, la classe sociale et les origines. L’unique exigence qui a été fixée est celle, pour les enfants de moins de douze ans, d’être accompagné-e-s par un-e adulte (dès douze ans, les adolescent-e-s peuvent venir seul-e-s). Outre les familles, Makan El Tawasol reçoit également des groupes d’enfants accompagné-e-s de professionnel-le-s des institutions locales6.

23L’espace d’accueil comprend quatre salles aménagées pour différents types de jeux et différentes activités : une salle de mouvement équipée d’objets polyvalents, une salle de créativité artistique et d’expression, une salle de jeux symboliques et de construction et une salle réservée aux jeux de société et aux livres. Des récoltes de jeux et de matériel pour les activités ont été organisées en Suisse et du mobilier simple et fonctionnel a également été acquis à Bethléem. Ainsi, il a été possible de réunir à moindre frais tout le nécessaire pour aménager Makan El Tawasol de manière à offrir à ses visiteuses et visiteurs des espaces à la fois sobres et accueillants, invitant au jeu, au partage et à l’échange dans un cadre agréable.

24Nous avons cherché à adapter les jours et les heures d’ouverture en fonction de la fréquentation des familles. Plusieurs propositions ont finalement permis d’identifier les moments les plus prisés (les après-midi et les samedis).

  • 7 Lisa Abu Laban, Momen, Ibrahim Burnat, Bachir.

25A chaque ouverture, deux accueillant-e-s au minimum travaillent en co-animation. Jusqu’en 2015, l’une de nous deux assurait l’accueil avec une collaboratrice palestinienne. Pour enrichir l’offre, des intervenant-e-s extérieur-e-s7 proposent ponctuellement des activités spécifiques telles que contes, marionnettes, danse traditionnelle palestinienne, ateliers d’arts plastiques, jeux traditionnels, etc.

Le cadre de l’accueil

26Makan El Tawasol vise donc à s’inscrire dans un processus de participation sociale et s’appuie sur les repères théoriques et méthodologiques de la psychomotricité. Issus de cet alliage complémentaire, les trois principaux éléments suivants étayent le projet : l’aménagement de l’environnement concret, le corps en mouvement et l’invitation au jeu libre.

L’aménagement de l’environnement concret (temps, espace, objets)

27« L’appel aux règles ainsi qu’aux repères de temps et d’espace – toutes ces choses les plus banales et ordinaires qui soient – balise le cadre « matériel » et dessine des conditions qui rendent possible l’expression corporelle en toute sécurité. » (Potel, 2010, p. 60)

28Dans le but d’offrir un espace où parents et enfants peuvent s’organiser et éprouver du plaisir d’être en mouvement sans excès d’agitation, de décharge pulsionnelle, l’aménagement de l’environnement de Makan El Tawasol repose sur :

  • des rituels d’accueil, des règles claires et immuables, une grille horaire stable ;

  • l’aménagement des quatre salles et de leurs règles d’utilisation ;

  • la proposition d’objets polyvalents et variés ainsi que du matériel de récupération.

29Ce cadre matériel permet alors que chacun-e puisse supporter l’existence d’éléments inconnus et imprévisibles, comme le nombre de personnes à venir (pas d’inscription préalable), la personnalité des futures usagères et usagers ou encore le jeu à inventer. Ce sont justement ces éléments qui dynamisent le jeu et la rencontre amenant la pointe de surprise nécessaire à la disponibilité et à l’ouverture de chacun-e. La combinaison de ces éléments stables et imprévisibles sont des « puissants organisateurs d’interactions et de communications » (Fontaine, 2011, p. 45). Nous pouvons ici comparer cette dynamique avec le besoin du tout-petit, qui a besoin d’un environnement stable pour être sécure ainsi que de nouveautés pour évoluer. Nous cherchons donc à créer à Makan El Tawasol un environnement semblable, qui offre sécurité et stimulations.

Le corps en mouvement

30« On construit d’abord les fondations et les murs d’une maison, le corps. Puis on vit à l’intérieur. On joue dedans. Plus la construction est solide, plus l’habitation sera confortable. Les événements, les peines, les joies, les chagrins, les conflits, toutes les nuances émotionnelles de la vie, pourront s’y déployer sans crainte d’un effondrement interne. Les événements extérieurs auront d’autant moins de prise sur l’individu que la construction sera solide. » (Potel, 2010, p. 112)

31En psychomotricité, nous accordons de l’importance à l’articulation entre le corps en mouvement et la mobilité de l’esprit. Pour nous, ces deux mondes se relient et s’associent dans le quotidien, dans un tricotage du corps en relation.

32Cependant, dans le contexte palestinien, c’est la démonstration du contraire qui est quotidienne ; l’enfermement spatial affecte sérieusement l’ampleur de la pensée de la population et le corps, comme décrit plus haut, n’est pas investi réellement pour éprouver du plaisir.

33Dès lors, nous avons réfléchi à comment accompagner nos participant-e-s dans cette recherche du plaisir à bouger, du matériel à choisir, de la posture professionnelle à adopter.

34Nous avons alors choisi d’offrir une salle de mouvement au sein de laquelle enfants et parents puissent éprouver et vivre le plaisir du corps en mouvement ; une salle vide où les corps se mettent en jeu avec le soutien de musique ou d’objets spécifiques choisis, ou de la présence corporelle des accueillant-e-s, et qui peut être investi par chacun-e comme terrain d’exploration de jeux et d’essais.

35A travers cette salle, nous observons que le corps a pris sa place à Makan El Tawasol. En effet, les répercussions sont visibles dans toutes les autres salles, où les participant-e-s investissent de plus en plus l’espace de manière ancrée et vivante, et avec un plaisir corporel perceptible. D’ailleurs, même lors d’un jeu de société, le corps est présent, vivant et un support pour s’exprimer.

Le jeu libre

36« Jouer librement permet à l’enfant d’améliorer sa confiance en lui, son autonomie et sa pensée créative. » (Rédaction de l’équipe Naître et grandir, 2015)

37Il nous tenait à cœur d’offrir aux enfants et parents accueillis un espace de jeu libre à Makan El Tawasol car il donne la liberté à chacun-e d’aller contacter ses besoins profonds de manière ludique et de consolider son développement. Nous avons tout d’abord été confrontées au manque d’autonomie des enfants dans ce type d’approche, ce qui nous a demandé beaucoup d’énergie pour penser comment ne pas « animer » des moments de jeu et contenir toutes ces envies, ces libertés individuelles. Il était difficile, d’ailleurs, de faire la différence pour les collaboratrices palestiniennes et de résister à l’animation pour laisser émerger le mouvement du corps et le jeu libre, ce qui nous a poussées à réfléchir à notre posture et à la formation de nos collaboratrices afin d’investir cette salle dans une dynamique d’observation participante plutôt que d’animation.

38Quelles étaient donc les raisons de ce manque d’autonomie et de créativité ? Une « complaisance soumise » (Winnicott, 1975, p. 127), une difficulté d’oser bouger, une pauvreté de l’accès à la pensée symbolique ?

39La posture d’observation participante, qui à la fois soutient, accueille, encourage et étaye le jeu, le dispositif et le cadre structurant de Makan El Tawasol ont été pour nous des supports indispensables pour assurer la sécurité nécessaire à l’émergence du jeu libre. C’est ensuite, à travers le jeu libre, que la créativité se déploie pour mener à la rencontre, qu’elle soit avec soi-même, avec les autres ou avec son environnement.

40Pour illustrer notre propos, nous retenons notre expérience d’utilisation du même objet (les cordes) exploré sur une longue durée, déterminante dans la construction du cadre, non seulement pour faire émerger le plaisir de bouger dans la salle de jeu, mais aussi comme un très bon moyen de former l’équipe à l’utilisation d’objets polyvalents pour accompagner le mouvement spontané.

Des cordes pour se lier

41« Un souvenir sain, conservé depuis l’enfance, est peut-être la meilleure des éducations : si l’on fait provision de tels souvenirs pour la vie, on est sauvé définitivement. » (Dostoïevski, 2011, p. 196)

42La situation ci-dessous, racontée par une des deux psychomotriciennes engagées, illustre ces mots de Dostoïevski, ainsi que le processus de travail de mise en lien et en confiance qui se construit à Makan El Tawasol.

Cela fait maintenant déjà trois mois que nous jouons avec les cordes. Les idées à développer à partir de cet objet semblent infinies. Il nous plaît beaucoup, à tous, professionnelles, parents, enfants...
Retrouver le même objet d’une fois à l’autre permet d’aller plus loin, de développer et d’approfondir les jeux, d’inventer et de créer toujours plus.
Une famille de quatre enfants et leur maman. Omar, le plus grand, a douze ans.
Ce jour-là, nous sommes tous dans la salle de mouvement, nous explorons les cordes de toutes les manières possibles…
Il y a Omar, son frère, et moi, Stéphanie.
Soudain, je propose de sauter à la corde à trois. Mais ni l’un ni l’autre n’y arrive.
Je propose alors un saut à la corde individuel, mais ni l’un ni l’autre n’y arrive.
Je tente de leur montrer… Omar me regarde, impressionné.
A ce moment, la maman arrive, me voit sauter et dit : Je suis très forte à ce jeu !
Elle prend une corde et saute. Omar la regarde, impressionné. Il prend une corde et essaye. Un saut. Puis deux d’affilée.
Un autre jour… Omar arrive, dit vite bonjour et court dans la salle de mouvement. Il prend une corde et s’entraîne, s’entraîne… On le rejoint tous. Son élan nous donne envie d’être tous avec lui. La maman saute avec cette corde et c’est vrai que son aisance est visible. Omar est impressionné. Il restera là quasiment une heure et demie à s’entraîner. Quatre sauts, puis cinq sauts, sous les conseils de sa maman qu’il écoute, qu’il tente de mettre en pratique.
Un autre jour, pareil… Cette famille viendra durant trois semaines quasiment deux fois par semaine, comme pour nourrir le besoin d’Omar. Omar commence à y arriver… Six sauts, puis dix !!!
Sa maman le regarde, je le regarde, et on l’embête un peu, gentiment, pour qu’il continue encore son entraînement. On lui dit qu’il peut faire mieux, qu’il devrait être plus fort que nous… On l’embête gentiment, comme pour l’encourager. Taquineries qui nous font tous rire, même lui… Il est bon joueur, Omar !
Mais dans cet entraînement, parfois du découragement aussi…
Omar demande : Mais comment vous faites, vous ?
Et sa maman de répondre :
Moi, quand j’étais petite, on jouait ! On prenait une corde, puis on s’entraînait encore et encore… On allait dans la rue, on jouait, on était à l’école, on jouait.
Elle raconte un bout de ses jeux, les cordes qu’elle avait… comme c’était beau…
Omar la regarde, attentif.
La maman poursuit : Aujourd’hui, on a peur. Les enfants ne jouent plus. Ils ne vont plus dehors dans la rue. A l’école, ils doivent être les meilleurs. On a oublié de jouer. Omar prend sa corde et dit :
Je vais y arriver !
Il saute, dix, quinze sauts. Il y arrive. Il est fier, tellement fier ! Et sa maman aussi.
Moi, émue…
Ces cordes qui ont mis en mouvement les corps de toute une famille.
Ces cordes qui ont permis de mettre en mouvement la pensée, les souvenirs…
Ces cordes qui lient, relient…
(Rudaz & Schäfer, 2015)

43L’histoire d’Omar illustre comment l’objet a été utilisé pour soutenir et ancrer les personnes dans leur corps, construire « les fondations et les murs de leur maison-corps » (Potel, 2010, p. 112).

44En effet, pour offrir un support au corps en mouvement et favoriser l’autonomie dans le jeu libre, nous avons choisi de proposer un seul objet pour une durée déterminée sur l’année, évitant de la sorte l’abondance de jeux si souvent sujette à la désorganisation et à l’appauvrissement de la créativité.

45La stabilité d’un élément dans un environnement si changeant et instable est précieuse ; elle offre la sécurité nécessaire pour anticiper et se réjouir. C’est à partir de cette sécurité par rapport à l’objet présent que les personnes accueillies peuvent développer et approfondir les jeux inventés lors des visites précédentes, développer leur créativité pour de nouveaux jeux, mais également renforcer leurs compétences motrices et les dépasser.

46De plus, la sécurité permet de mettre enfants et parents en confiance pour être en mouvement au regard des autres, même pour la maman d’Omar, qui en fait peut-être l’expérience dans son quotidien, pour s’encourager, pour se raconter, pour « se challenger » et enfin pour se lier.

47Pour Omar, l’expérience du saut à la corde lui a permis de se solidifier corporellement dans des agilités complexes, reconnu et encouragé sous le regard de sa mère qui connaissait le plaisir sensori-moteur de la réussite lié à cette performance. Ce vécu positif renforce la fierté, l’assurance, le plaisir, la confiance qui le rend acteur dans sa place de sujet dans le contexte où il s’inscrit.

La posture d’accueillante / formation de l’équipe

48A Makan El Tawasol, les accueillant-e-s sont garant-e-s de la sécurité physique et psychique des visiteuses et visiteurs du lieu. Ce rôle exige non seulement une cohérence dans leurs attitudes face au cadre proposé, dans la manière d’appréhender le corps et le jeu libre, mais aussi d’être à même d’affirmer une sécurité interne perceptible dans les ajustements.

49En Palestine, il n’est pas simple de se construire dans une sécurité interne qui résiste à l’insécurité quotidienne. Pour garantir cela, nous avons été amenées à nous demander comment construire dans la co-animation suffisamment de stabilité et de cohérence pour que les professionnel-le-s puissent ressentir la sécurité nécessaire pour, à leur tour, l’exprimer et la transmettre à travers le plaisir et l’authenticité du jeu partagé.

50La formation a été ciblée autour de la compréhension de l’importance et de l’utilité du cadre d’accueil, de l’investissement corporel et psychique de ce même cadre et de la posture d’observatrices participantes. Nous avons adopté une méthodologie de transmission qui allie travail sur le terrain et analyse de la pratique.

51Ainsi, dans la co-animation, nous avons choisi de passer par le corps pour former nos collègues et avons joué ensemble afin de mettre en perspective le plaisir du jeu et ses bienfaits. La répétition de l’utilisation dans la durée du même objet dans la salle de mouvement a également été privilégiée afin d’enrichir progressivement les outils des professionnel-le-s autour du matériel. Le but était de leur permettre d’éprouver de tout leur être ce que les personnes accueillies peuvent vivre à Makan El Tawasol.

52Pour conscientiser et intégrer le vécu dans la posture d’accueillant-e, mais aussi pour uniformiser le cadre de l’accueil, nous avons construit avec l’équipe des outils pour penser et analyser la pratique, tels que des grilles d’observation, cahier des charges, déroulement de l’accueil et des rituels.

53L’organisation de la collaboration s’est faite de manière horizontale, aux mêmes conditions salariales, valorisant aussi bien les différences que les points communs dans une optique bienveillante et positive ; des réunions d’équipe ont lieu mensuellement, l’ordre du jour est co-construit et la répartition des tâches est partagée.

54Le facteur temps a été essentiel dans cette démarche pour laisser ressentir aux professionnel-le-s les différents aspects des messages clefs favorables à un accueil de qualité. La formation a duré plus de deux ans. Durant ce temps, notre persévérance, souvent ébranlée par cet environnement si peu habitué à la continuité, a été notre force. Aujourd’hui, notre équipe continue ce travail d’accueil à Makan El Tawasol et les deux personnes formées initialement forment à leur tour une nouvelle collègue.

Conclusion

55Le cadre de l’accueil présenté ci-dessus, avec ses caractéristiques principales qui sont l’aménagement de l’espace, le corps en mouvement et le jeu libre, est aujourd’hui suffisamment intégré par l’équipe locale d’accueillant-e-s pour permettre le maintien de Makan El Tawasol et garantir la sécurité des participant-e-s ainsi que la qualité des relations qui s’y jouent, au-delà de notre présence professionnelle directe. Les outils que nous avons transmis à nos collègues n’en ont pas fait des professionnel-le-s de la psychomotricité, mais ils leur ont donné des éléments concrets et complémentaires pour professionnaliser leur posture d’accueillant-e investi-e et réflexive.

56Petit à petit, ce projet qui s’ancre posément dans le paysage palestinien prend de l’ampleur et procure du plaisir autant chez les professionnel-le-s que chez les familles. Ce plaisir, énergie positive, donne l’élan d’agir et de s’engager à Makan El Tawasol, dans les relations, dans les jeux et dans les rencontres. Ce même mouvement d’engagement a été observé au-delà de notre centre, dans la manière qu’ont nos collègues de vivre leur quotidien. En effet, toutes et tous ont pu développer leur capacité à rebondir aux événements, à investir les relations et les jeux, à développer leur autonomie, à laisser s’exprimer leur vitalité, leur flexibilité et, enfin, leur créativité comme de nouveaux appuis dans la manière d’appréhender le monde ; toutes ces compétences sont indispensables pour trouver des exutoires au désespoir, pour se lier à soi et aux autres et ainsi vivre la solidarité nécessaire dans un contexte de conflit. Les mêmes effets du plaisir se répercutent – déjà – et se répercuteront encore sur les participant-e-s et leurs familles, comme pour les professionnel-le-s, afin d’élargir leur champ de compétences : processus long et continu qui soutient Makan El Tawasol. Oserait-on alors imaginer que c’est à travers le plaisir perpétuellement régénéré et à chaque fois unique d’être en mouvement, d’être en relation avec soi et avec les autres, que cette continuité pourrait opérer ?

Bibliographie

Association « Espace-Liens ». Récupéré le 4.10.2016 de www.espaceliens.org

Bidar, A. (2016). Les Tisserands. Réparer ensemble le tissu déchiré du monde. Paris : Les Liens qui libèrent.

Ferland, F. (2005). Et si on jouait ? Le jeu durant l’enfance et pour toute la vie. Montréal : CHU Sainte-Justine.

Fontaine, A.-M. (2011). Adultes-Enfants-Espace de jeu. Dans B. Cyrulnik et L. Rameau (Eds), L’accueil en crèche (pp. 45-58). Savigny-sur-Orge : P. Duval.

Heacock, R. (2011). La Palestine, un kaléidoscope disciplinaire. Paris : CNRS.

Jeammet, P. (2011). Créativité ou destructivité, des réponses aux troubles de l’adolescence. [Conférence de Poitier] . Récupéré le 03.10.2016 de http://ww2.ac-poitiers.fr/paideia/spip.php?article138

Naître et grandir. (2015). Le jeu libre. Récupéré le 27.09.2016 de http://naitreetgrandir.com/fr/etape/1_3_ans/jeux/fiche.aspx?doc=bg-naitre-grandir-jeu-libre

Potel, C. (2010). Etre psychomotricien. Un métier du présent, un métier d’avenir. Paris : Erès.

Roussel-Adam, M. (2011). Les jardiniers de l’âme. Innover pour donner leur chance aux enfants en difficulté. Paris : JC Lattès.

Rudaz, S. & Schäfer, S. (2015). Le journal de Makan : histoires, images, sons, poésies du mois : invitation à la rencontre de ce qui se joue et de ce qui s’enracine. Récupéré le 11.10.2016 de http://www.espaceliens.org/wp-content/uploads/2015/12/news-letter-de%CC%81cembre-2105-.pdf

Winnicott, D.W. (1975). Jeu et réalité. Paris : Gallimard.

Notes

1 Fatmeh Askar, enseignante de français langue étrangère, Jacqueline Sfeir, pédagogue, Jiries Alawi, responsable pédagogique de la Crèche de Bethléem, Lisa Abu Laban, en charge des ateliers d’art et de psychomotricité à la Crèche de Bethléem.

2 Fanny Kam Nakache Balmer, présidente ; Mélanie Merçay, secrétaire ; Délia Nuzzo, comptable ; Stéphanie Rudaz et Stéphanie Schäfer, membres consultatives.

3 L’association compte actuellement une centaine de membres dans toute la Suisse romande.

4 Don de l’association P’tit Homme, en Valais.

5 Lamia Al-Madbouh, Mariam Ayish, Hiba Hanni.

6 Crèche et garderie, école privée, centre de loisirs, centre des diabétiques.

7 Lisa Abu Laban, Momen, Ibrahim Burnat, Bachir.

Auteurs

Thérapeute en psychomotricité CDIP, Stéphanie Schäfer est co-fondatrice de l’Association « Espace-Liens » et co-créatrice de Makan El Tawasol, centre de jeux et de rencontres parents-enfants à Bethléem, Palestine. Psychomotricienne au sein du Service de santé de l’enfance et de la jeunesse à Genève, elle exerce également une activité professionnelle au sein de l’Association « Espace-Liens » dans les domaines de la petite enfance, de la prévention, de la migration ainsi que dans la coordination et le suivi de projet.

Thérapeute en psychomotricité CDIP, Stéphanie Rudaz est co-fondatrice de l’Association « Espace-Liens » et co-créatrice de Makan El Tawasol, centre de jeux et de rencontres parents-enfants à Bethléem, Palestine. Psychomotricienne au sein du Service de psychologie scolaire de la Ville de Lausanne, elle se forme aux questions de la migration et diversités culturelles (CAS UNIL). Elle exerce également une activité professionnelle au sein de l’Association « Espace-Liens » dans les domaines de la petite enfance, de la prévention, de la migration ainsi que dans la coordination et le suivi de projet.

Enseignante de français langue étrangère, Jacqueline Sfeir, pédagogue, Jiries Alawi, responsable pédagogique de la Crèche de Bethléem, Lisa Abu Laban, en charge des ateliers d’art et de psychomotricité à la Crèche de Bethléem.

© Éditions ies, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search