Version classiqueVersion mobile

La prévention en psychomotricité

 | 
Anne-Francoise Wittgenstein Mani
, 
Juliette Bourquin

Introduction

Anne-Françoise Wittgenstein Mani et Juliette Bourquin

Texte intégral

1L’expertise des thérapeutes en psychomotricité porte sur l’articulation entre le corps et le psychisme. Ces professionnel-le-s s’intéressent plus particulièrement à la manière dont cette articulation s’inscrit et peut soutenir toute personne dans son développement individuel et social. Le corps est en effet compris comme reflet de la personnalité en action, dans le temps et l’espace (Ajuriaguerra et Soubiran, 1959 ; Bullinger, 2004 ; Joly, 2016). En proposant de porter une attention spécifique sur l’articulation du corps, des émotions et de la relation dans une perspective systémique, la psychomotricité ouvre sur une multitude de possibles, autant en termes de populations et de contextes que de techniques. Dans leur pratique, les thérapeutes en psychomotricité mettent en place des conditions favorisant le mouvement, la mobilisation du corps, sa prise de conscience ainsi que son investissement et son usage. Ce travail contribue au renforcement de la confiance en soi des personnes accompagnées, en passant par des expériences relationnelles et psychiques orientées sur les éprouvés corporels, renforçant ainsi leur sentiment d’unité et d’estime de soi (Potel, 2010). Il a pour but de donner, ou redonner, de meilleures possibilités d’adaptation au corps et de faciliter ainsi la relation aux autres, dans des situations interindividuelles, sociales et/ou d’apprentissage. Par essence, la psychomotricité a donc pour vocation de favoriser la personne dans son rôle d’actrice de son environnement, indépendamment de l’existence de troubles.

2L’histoire de la profession a placé les difficultés et troubles psychomoteurs au centre de l’activité des psychomotricien-ne-s. Cette orientation a permis de démontrer les effets bénéfiques de la thérapie psychomotrice, et ainsi de développer la profession et ses modes d’intervention spécifiques. En mettant au centre la dimension thérapeutique, celles de prévention et de conseil sont cependant restées au second plan, alors même que de nombreuses démarches ont vu le jour dans ces domaines. Cet ouvrage présente ainsi plusieurs dispositifs d’action mises en œuvre dans le champ de la prévention. Ces illustrations de modalités d’intervention, adressées à un public tout-venant, permettent ainsi de diversifier les représentations sur la profession en proposant des environnements et des opportunités d’expériences propices au développement de la personne.

3La prévention est ici comprise dans le sens de prévention universelle, présentée par Vittori (2016) comme « visant à favoriser l’intégration de tous » (p. 21), et de prévention prévenante définie par le Collectif Pas de zéro de conduite (2011) comme « [reconnaissant] la singularité et la liberté du développement » (p. 3). C’est dans cette perspective humaniste (Neyrand, 2002) que les dispositifs proposent ici des pistes d’intervention contribuant à promouvoir des environnements et des opportunités d’expériences propices au développement de chacun-e. La psychomotricité s’inscrit ainsi dans une perspective de prévention primaire (OMS, 1998, p. 4), au sens de contribuer à la qualité des conditions de développement en proposant des modalités d’intervention spécifiques qui soutiennent l’équilibre psychique global des personnes ainsi que les liens sociaux.

4Dans les articles qui suivent, l’expertise psychomotrice se situe dans une logique d’intervention psychosociale s’appuyant sur les repères de la clinique psychomotrice afin de promouvoir cette vision de prévention prévenante. Elle s’inscrit dans des actions qui ne sont pas ciblées sur des pathologies ou des difficultés diagnostiquées, mais sur une population tout-venant qui évolue dans des contextes variés comme la crèche, le club sportif, la maison de quartier, les consultations régulières chez le pédiatre ou encore, à l’étranger, dans le contexte de la Palestine. Les environnements décrits dans l’ouvrage suscitent par ailleurs des collaborations entre professionnel-le-s amené-e-s à travailler ensemble en intégrant à leurs actions les apports de la psychomotricité dans un projet commun. Les dispositifs présentés relèvent que l’interprofessionnalité, en tant que but en soi ou inscrite dans un cadre institutionnel, est un levier important pour la mise en place de projets répondant aux besoins. Par la complémentarité des fonctions et approches de chacun-e, elle participe en effet à ce que la personne soit envisagée dans sa globalité, ce qui favorise son rôle d’acteur de son environnement. De plus, les auteur-e-s proposent des formes d’intervention et des espaces qui, par l’application du regard psychomoteur, soutiennent le développement de la personne et profitent à l’ensemble des partenaires impliqué-e-s. En partant de la présentation d’exemples très concrets, l’ouvrage propose au grand public, aux partenaires de terrain et aux étudiant-e-s de découvrir également les processus qui ont permis de les concrétiser.

5En début d’ouvrage, la parole est donnée à Marco De Monte, qui présente l’activité Minivolley et psychomotricité qu’il a mise en place il y a plus de quinze ans dans un club de volleyball. Valorisant le mouvement et l’activité sportive, il relate comment sa double casquette de psychomotricien et de moniteur Jeunesse + Sport (J+S) participe au développement des compétences sportives d’enfants de huit à douze ans. Par cette approche ouverte à tous les enfants, à travers son regard de psychomotricien, il questionne le lien entre activité sportive, compétition et plaisir de jouer comme porte d’entrée à une meilleure confiance en soi, et donc à un étayage de son pouvoir d’agir.

6Stéphanie Rudaz et Stéphanie Schäfer proposent, elles, de se déplacer à Bethléem, en Cisjordanie, en présentant le centre de jeu et de rencontre créé par l’Association « Espace-Liens » de Genève. Elles interrogent la place du corps et des émotions dans un contexte fragile. S’appuyant sur les principes de la psychomotricité et de l’accueil libre, le cadre sécure et ouvert à l’imprévu qu’offre le centre permet aux enfants, adolescent-e-s et parents de réengager leur corps dans la relation à travers le jeu. Inscrite dans une perspective à long terme, l’association forme également des professionnel-le-s au niveau local, afin que cette démarche soit portée par des Palestinien-ne-s.

7La sociologue Suzanne Stofer présente ensuite les résultats d’une étude menée sur le rôle des psychomotricien-ne-s au sein des organismes de la petite enfance de la Ville de Genève, répondant à une demande de prévention primaire et non d’intervention thérapeutique. Les constats relèvent la richesse et l’importance de cette profession, tout en mettant en évidence que le mandat des psychomotricien-ne-s s’inscrit dans un processus où la complémentarité des compétences professionnelles joue un rôle essentiel pour atteindre le but commun de soutenir l’enfant dans son développement.

8Dans cette même idée, l’article de Sylvie Wampfler-Bénayoun montre une façon d’aborder la collaboration avec les équipes éducatives d’institutions de la petite enfance en Ville de Genève. Cette démarche propose un soutien aux équipes à partir d’un travail de restitution de récits d’observation réalisés autour d’une situation choisie en commun. Cette collaboration va ainsi permettre l’émergence de compréhensions communes et de pistes d’ajustement pensées collectivement, favorables à l’accompagnement des enfants. La vision psychomotrice participe ici à valoriser l’observation comme pratique institutionnelle dans une perspective de prévention prévenante.

9Dans l’article qu’ils proposent, Fanny Kam Nakache Balmer et Pierre Varcher décrivent le processus qui a vu naître, à la Maison de Quartier de Saint-Jean de Genève, un temps hebdomadaire d’accueil sur inscription co-animé par un-e animatrice socio-culturel-le, une monitrice et une thérapeute en psychomotricité. Ce projet, pérennisé à partir d’un stage effectué durant la formation de la psychomotricienne, est le fruit de réflexions et d’échanges interprofessionnels afin de mettre à disposition des enfants du quartier un temps de rencontre et d’exploration ludique qui participe à construire leur estime de soi et leur rôle d’actrice ou d’acteur social-e. Cette journée propose à des enfants de quatre à sept ans des activités encadrées et ajustées par les regards combinés de l’animation socioculturelle et de la psychomotricité.

10Dans le prolongement de cet article, Margot Serasset répond aux questions de Juliette Bourquin et présente son travail actuel de psychomotricienne à la Maison de Quartier de Saint-Jean. Elle souligne l’importance de l’observation, de temps d’échange au sein de l’équipe pour proposer aux enfants des activités pertinentes. Elle présente également en quoi sa posture professionnelle participe à enrichir cet accompagnement, notamment grâce à l’heure hebdomadaire spécifiquement prévue dans son cahier des charges comme temps de réflexion pour penser des pistes d’intervention inscrites dans la continuité.

11A la fin de l’ouvrage, Anne-Françoise Wittgenstein Mani présente un projet commun avec les Ligues de la santé vaudoises qui a abouti à la production de dépliants sur l’importance du mouvement. Ils sont destinés à soutenir l’attention de professionnel-le-s et de parents sur la crucialité du jeu, comme opportunité d’expérience psychomotrice et de construction de l’image de soi chez les tout-petits ainsi que comme médiateur de relation parent-enfant. Les propos mettent également en lumière l’intérêt de tels projets portés par la filière Psychomotricité pour la formation des futur-e-s thérapeutes en psychomotricité, mais aussi comme contribution à la population et aux enjeux de politiques publiques.

12Il ressort de chacun de ces exemples que la qualité des échanges et de l’observation, tant dans la mise en place des dispositifs que dans l’accompagnement, participe à créer des environnements soutenants pour les usagères et usagers. Par ailleurs, il apparaît que les apports de ces propositions en psychomotricité ne se limitent pas à l’individu. En effet, inscrits dans une dynamique de complémentarité en faveur d’un but commun, ils profitent également aux personnes collaborant au projet – parents, équipes interprofessionnelles ou institution – et permettent aussi de développer leurs pratiques et réflexions. Les pratiques présentées dans cet ouvrage proposent ainsi des solutions originales en réponse à des défis actuels comme l’inclusion, le soutien à la parentalité, la place de l’activité physique, les orientations en matière de prévention et les besoins de populations variées.

13Cet ouvrage prend ainsi le parti de mettre en avant le fait que les apports de la psychomotricité, s’ils sont envisagés le plus souvent comme étant du ressort thérapeutique, ne le sont pas exclusivement. Toutes les réflexions apportées reflètent la volonté de diffuser une vision psychomotrice de l’humain à travers des actions inédites, aussi bien en termes de collaboration que de réponses à des besoins psychosociaux. Toutes montrent combien l’attention portée au corps et au mouvement est un facteur essentiel de la construction de l’estime de soi et contribue en cela aux actions de prévention prévenante orientées sur le vivre ensemble et la reconnaissance des potentialités de chacune et chacun. La psychomotricité ne peut d’ailleurs que se réjouir de l’attention toujours plus grande portée à son expertise concernant la liaison corps, esprit et émotions comme facteur de développement identitaire et de lien social tout au long de la vie. Il y a fort à parier que cette profession et sa créativité participeront à de nombreux nouveaux projets propres à accroître le bien-être de chacun-e à partir de l’expérience du corps, de la relation et du mouvement.

Bibliographie

Ajuriaguerra, J. de & Bonvalot-Soubiran, G. (1959). Indications et techniques de rééducation psychomotrice en psychiatrie infantile. La Psychiatrie de l’enfant, 2, 423-494.

Bullinger, A. (2004). Le développement sensorimoteur et ses avatars : un parcours de recherche. Toulouse : Erès.

Collectif Pas de zéro de conduite. (2011). Petite enfance : pour une prévention prévenante. Manifeste. Toulouse : Erès.

Joly, F. (2016). Le développement psychomoteur et les signes précoces de l’autisme. Dans F. Joly (Dir.), L’enfant autiste et son corps. Une approche psychomotrice de l’autisme infantile (pp. 153-184). Paris : In Press.

Neyrand, G. (2002). La prévention précoce, une démarche paradoxale. Dialogue, 3 (157), 3-13.

Organisation mondiale de la Santé (OMS). (1998). Glossaire de la promotion de la santé. Genève : OMS. Récupéré le 30.06.2017 de http://apps.who.int/iris/bitstream/10665/67245/1/WHO_HPR_HEP_98.1_fre.pdf

Potel, C. (2010). Etre psychomotricien. Un métier du présent, un métier d’avenir. Paris : Erès.

Vittori, B. (2016). Introduction. Dans B. Vittori (Dir), Au risque de la prévention. Genève : Editions ies.

Auteurs

Thérapeute en psychomotricité CDIP et licenciée en psychologie, Anne-Françoise Wittgenstein Mani a travaillé dans le domaine de l’enseignement ordinaire et spécialisé. Professeure HES, elle est actuellement responsable de la filière Psychomotricité de la HETS-Genève et développe des activités sur l’expertise psychomotrice. Elle promeut notamment l’accompagnement de partenaires engagés dans des situations de vulnérabilité affectant les liens précoces et le développement de l’enfant.

Diplômée en Sciences de l’éducation, Juliette Bourquin est adjointe scientifique à la filière Psychomotricité de la HETS-Genève. Ses intérêts portent sur les processus de formation et de construction de l’identité professionnelle en lien avec la pédagogie, la didactique et les politiques éducatives.

© Éditions ies, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search