Version classiqueVersion mobile

Autorité et gestion de l’intervention sociale

 | 
Michel Parazelli
, 
Isabelle Ruelland

Chapitre 5. La nouvelle gestion publique : un cas de figure de l’« auto-autorité »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Adoptée progressivement depuis les années 1980 par les pays développés, l’idéologie de la nouvelle gestion publique a été associée dès le départ à une critique néolibérale de l’Etat-providence, jugé inefficace et trop coûteux pour les contribuables, et a aussi inspiré des institutions internationales telles que le FMI, la Banque mondiale, l’OMC et l’OCDE (Merrien, 1999 ; Gaulejac, 2011 : 144). Il s’agit d’un discours idéologique visant à légitimer la nécessité de moderniser les administrations publiques. La nouvelle gestion publique se nourrit de courants théoriques qui ont aussi émergé depuis une vingtaine d’années avec la montée de l’idéologie néolibérale, sous l’impulsion de Ronald Reagan et de Bill Clinton aux Etats-Unis et de Margaret Thatcher en Angleterre ; des théories qui tendent à transformer les citoyens en clients28 et les droits en besoins (Piron, 2003b : p. 1-2) : « Dans la rhétorique de la nouvelle gestion publique, les références à ces citoyens-clients qu’il faut ser...

© Éditions ies, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search