Version classiqueVersion mobile

Autorité et gestion de l’intervention sociale

 | 
Michel Parazelli
, 
Isabelle Ruelland

Chapitre 2. Qu’entend-on par « autorité » ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si nous cherchons du côté de l’étymologie, la racine latine de termes tels que autorité, autoriser ou autoritaire vient du mot auteur (auctorem) qui, en latin, se déclinait par le verbe augere, augi, auctum (Clédat, 1914 : 39). C’est d’ailleurs la source du verbe augmenter, d’où l’idée d’augmentation qui revient souvent chez les auteurs traitant de l’autorité. Dans son ouvrage intitulé Une histoire de l’autorité, Mendel (2002 : 26) fait remarquer que le linguiste Benveniste précise qu’il ne s’agit pas d’une simple augmentation, mais que l’action de augere (augeo) dénote en latin une origine divine. On perçoit bien ici l’agencement signifiant d’un certain type de rapport de pouvoir ayant quelque chose à voir avec la transcendance, qu’elle soit religieuse ou laïque, telle que Dieu, le Père, la Nation, la Nature, la Raison, la Science, etc. Pour plusieurs auteurs, dont Mendel (2002 : 103-104), l’autorité procède toujours d’une transcendance : « Ce principe extérieur se situe hors du mo...

© Éditions ies, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search