Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’âge des possibles

 | 
Anna Fabbrini
, 
Alberto Melucci

Note bibliographique

Texte intégral

1Ce livre s’appuie sur de nombreuses lectures, dont le compte-rendu détaillé aurait inutilement alourdi un texte que nous avons voulu accessible. Nous indiquons ici au lecteur les références qui ont nourri notre réflexion autour des thèmes centraux de l’ouvrage. Il peut également les considérer comme des orientations pour de prochaines lectures. L’ensemble des textes consultés se trouve dans la bibliographie finale, classés par ordre alphabétique.

  • 8 La parution de la version originale de l’ouvrage date de 1992.

2Il est avant toute chose utile, dans un livre sur les adolescents, d’indiquer les références récentes8 qui constituent des contributions innovantes à la compréhension de cette phase de la vie et des problèmes qui s’y posent. Signalons Coleman (1980), Blos (1987, 1988), Dolto (1991), Senise (1981, 1989 a et b) et Pietropolli Charmet (1990).

3Si ces contributions nous ont été d’une aide précieuse, nous avons aussi tenté de développer une analyse de l’expérience adolescente articulée autour de quelques mots-clés : expérience justement, processus, présence, corps. Derrière ces mots se trouvent des auteurs et des livres et nous voudrions signaler quelques références.

4Sur la question du processus, on pourra consulter Fritjof Capra (1982a, 1982b, 1989) et la réflexion de Bateson (1976, 1984), qui a rassemblé les suggestions de la pensée orientale et en particulier du Zen (Watts, 1986). Parmi les approches thérapeutiques contemporaines, la Gestalt-thérapie est celle qui mobilise le plus directement une perspective phénoménologique en termes de processus (Perls, 1971, 1977 ; Polster et Polster, 1986 ; Polster, 1988).

5Les contributions de Stern (1985) et d’Edith Cobb (1982) sont indispensables à l’analyse de l’âge évolutif comme processus. Bion (1981) a introduit la notion de changement catastrophique, tandis que Winnicott (1974, 1990) a éclairé des aspects subtils de l’expérience intrapsychique de la croissance. Concernant les théories du Soi, on peut faire référence à Kohut (1988) et à Ammaniti (1990). Sur le passage d’une phase d’âge à l’autre, voir Erikson (1984) et pour la discussion des théories stadistes, voir Levinson (1978) et Demetrio (1990).

6La réflexion phénoménologique sur la présence et sur les modes de construction de l’expérience que nous avons proposée s’appuie sur l’héritage de l’école gestaltiste (Köhler, 1971) et sur toute la richesse du travail de Merleau-Ponty (1965, 1968). Binswanger (1970) et Ronald Laing (1969, 1982) ont été des sources d’inspiration fécondes. Bion (1983) nous a lui aussi confirmé l’importance d’apprendre de l’expérience. Plus récemment, la théorie du flux et de l’expérience optimale de Csikszentmihalyi (1988, 1991) nous a montré la possibilité de combiner présence et processus.

7Sur le thème du corps, qui a occupé un rôle central dans ce livre, on peut utilement consulter Galimberti (1983) et Chiozza (1977). Lacan (1974) est celui qui a interrogé la phase du miroir dans le développement enfantin. Nous avons nous-mêmes longuement discuté du corps dans la situation clinique (Fabbrini, 1982 ; Melucci, 1984). Sur le suicide adolescent, voir Ladame (1987).

8De l’identité de genre, qui fait aujourd’hui l’objet d’une vaste littérature, nous avons saisi des aspects particuliers en étant guidés par Gilligan (1990), Money et Tucker (1980) et Viorst (1987), tandis que la réflexion de Franco Fornari (1966, 1975) sur la sexualité a ouvert la voie dans ce domaine.

9De nombreux aspects de la condition et de la culture juvénile ont été abordés dans ce livre. Sur le temps des jeunes, voir Cavalli (1985) et sur les passages du cycle de vie, voir Saraceno (1986). Sur le thème de l’identité, nous renvoyons à Melucci (1991a et 1991b). L’expérience subjective du temps a été un objet d’analyse privilégié de von Franz (1989a, 1989b). La mutation historique des cultures adolescentes et les nouvelles formes qu’elles prennent dans la société contemporaine ont fait l’objet du travail de Mitterauer (1986) et de Ziehe (1991). Sur les problèmes du mal-être adolescent, on pourra consulter Orsi et Battagli (1990), Ferraroli (1985) et Zapparoli (1983). Sur les formes d’écoute et d’aide aux adolescents, nous renvoyons à Laufer et Laufer (1986), Tedeschi et Torre (1988), De Vito et al. (1989) et, pour une analyse des lieux de l’écoute, à Melucci et Fabbrini (1991).

Notes

8 La parution de la version originale de l’ouvrage date de 1992.

© Éditions ies, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site