Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’âge des possibles

 | 
Anna Fabbrini
, 
Alberto Melucci

Conclusion. Adolescents entre rêve et expérience

Texte intégral

Le silence des jeunes et les mots des experts

1Nous ne croyons pas aux experts de l’adolescence. Les jeunes sont experts d’eux-mêmes et sont les seuls à savoir ce qui est en train de changer dans leur culture. Ce sont eux qui font directement l’expérience du changement, même s’ils ont du mal à en parler. Au cours de l’adolescence, ce que l’on quitte est encore si près, ce que l’on commence à entrevoir est déjà à portée de main mais fait parfois peur, et il n’est pas facile de trouver les mots pour exprimer ce que l’on est en train de vivre. On préfère alors que ce soient les autres qui en parlent parce que les mots manquent, parce qu’il est nécessaire d’employer ceux qui sont disponibles, même lorsque l’on sait qu’ils ne correspondent pas à l’expérience. C’est pour cela qu’il est plus facile que d’autres parlent des jeunes : les adultes, les institutions, les médias, la publicité. Parfois, ce sont les parents, même s’il n’est pas facile pour eux d’être proches du changement de leurs enfants au moment où ceux-ci cherchent à se détacher de la famille pour commencer à exister en tant qu’individus séparés.

2Ce sont donc les adultes qui parlent le plus souvent de ce qui se passe dans le monde des jeunes, ce sont eux les experts. Nous avons cherché à ne pas parler en tant qu’experts des adolescents, en essayant à l’inverse de nous demander ce qui rend si problématique l’expérience des jeunes garçons et des jeunes filles d’aujourd’hui. Nous avons essayé d’écouter, de reconnaître les signes du changement tels qu’ils se sont manifestés depuis notre point d’observation particulier. Nous n’avons pas choisi cette position par posture de jeunisme tardif ou par espoir de nous faire mieux voir des adolescents. Il nous est au contraire apparu nécessaire d’assumer et d’expliciter nos difficultés à établir un contact avec ce monde qui nous est désormais éloigné, mais avec lequel nous avons dans le même temps le sentiment de partager de nombreux changements qui ne concernent pas seulement les jeunes, mais notre culture dans son ensemble.

3C’est en réfléchissant à ces changements, à ce qui touche en même temps les adolescents et les adultes, que nous avons essayé d’identifier le terrain commun sur lequel il est possible de se rencontrer, tout en maintenant la diversité des langages, des âges et des rôles. Les adolescents sont ceux qui font le plus directement l’expérience des transformations qui sont en train de changer la face du monde. En les écoutant, nous avons également appris quelque chose sur nous-mêmes.

Quels rites ?

4Il n’a jamais été aussi difficile qu’aujourd’hui de répondre à la question : « Qui suis-je ? », fondamentale pour l’existence individuelle et sociale. Il ne s’agit toutefois pas seulement d’une question individuelle et les cultures ont toujours répondu à cette question dans l’histoire en organisant des canaux permettant aux hommes et aux femmes de s’identifier.

5Ce sont toujours les autres qui disent à un enfant qui il est : ils lui enseignent qu’il appartient à une certaine culture, à une communauté et à une langue, qu’il y a des règles à observer pour faire partie du groupe et que ne pas les respecter conduit à des sanctions. Puis, à un certain point, au cours de cette phase délicate de la vie qu’est l’adolescence, ces réponses ne satisfont plus ; le jeune se rend compte que, pour répondre à la question : « Qui suis-je ? », tout ce qu’il a reçu de sa famille et de la communauté ne correspond plus à l’expérience profonde qu’il fait à l’intérieur de lui et avec les jeunes de son âge. Cet état de malaise, le fait de ne plus se reconnaître et de chercher quelque chose d’autre met en mouvement le grand processus de changement qui conduit, à travers des passages plus ou moins difficiles, à devenir adulte, à pouvoir dire avec une relative stabilité : « Je suis cette personne. »

6Dans les sociétés traditionnelles, la famille et la communauté répondaient à cette question qui devient critique au moment du passage de l’enfance à l’adolescence. Il s’agissait d’accueillir un membre de la collectivité encore privé des caractéristiques distinctives de l’appartenance et de le transformer, de sa condition de résidu naturel – presque d’accident biologique au sein de la société – en membre actif de la culture. Cela s’effectuait par le biais de rites qui marquaient l’initiation et le passage. A travers ces épreuves, différentes pour les garçons et pour les filles, chacun était en mesure de dire : « Je suis un membre de cette collectivité, j’appartiens à ce groupe, je suis cette personne. » Il s’agissait d’expériences difficiles et parfois très douloureuses : la séparation, la solitude et la peur, l’apprentissage du savoir sur la nature, sur les êtres visibles et invisibles, sur les techniques et les difficultés de la survie et sur les secrets de la reproduction et de la protection de la vie permettaient de revenir dans le groupe après avoir prouvé à soi-même et aux autres sa capacité d’exister en tant qu’individu et en tant que membre du groupe.

7Ces rites étaient possibles dans un monde relativement stable et se sont maintenus dans les cultures rurales, où persistent encore des formes d’initiation, quoique plus légères (les fêtes, le départ pour le service militaire). Ces formes de passage sont possibles à la condition d’une certaine stabilité de la position sociale des individus, qui naissent, grandissent et meurent au même endroit, sont destinés à un certain métier, ont un futur déjà assigné : à l’exception de ceux qui émigrent ou partent à la guerre, chacun grandit le long d’un itinéraire prévisible, sans changements significatifs au cours de l’existence, avec des étapes et échéances que tous traversent. Dans une telle société, les rites de passage sont la façon d’engager les individus dans leur trajectoire et de les y maintenir.

8Nous pouvons aujourd’hui constater à quel point la distance vis-à-vis de ce modèle est grande. Les individus n’appartiennent plus seulement à un groupe et ce qui caractérise la société contemporaine est justement la multiplication des appartenances. Le fait d’habiter un certain endroit, d’exercer un métier ou une profession ne définissent pas de manière univoque les caractéristiques d’un individu. Nous faisons simultanément partie de nombreux domaines, groupes et dimensions de la vie sociale et culturelle : nous sommes travailleurs, consommateurs, utilisateurs de services, citoyens qui participent à la vie politique, membres d’associations. Nous vivons une partie de nous-mêmes dans chacun de ces domaines et nous ne sommes pas définis par un critère unique d’identification.

9Les individus sont par ailleurs soumis à de nombreuses transitions au cours de leur vie, qui concernent leur situation professionnelle, affective, territoriale. Les déplacements géographiques et les redéfinitions des rôles professionnels et familiaux rendent beaucoup moins prévisible le parcours de vie, qui se présente comme ouvert à une gamme de possibilités.

10Ce dernier aspect concerne de manière particulière les adolescents. La société planétaire basée sur l’information se caractérise par une augmentation exponentielle des stimuli et des possibilités offertes à l’action individuelle, de manière absolument incomparable avec toute autre culture du passé. Il s’agit surtout d’une expansion du domaine des possibilités symboliques en termes d’information, d’images, de modèles de vie qui se rendent disponibles à l’échelle planétaire. Cela signifie que l’horizon de vie individuel, dans le cadre duquel chacun construit son expérience, n’est plus caractérisé uniquement par les conditions matérielles, mais de manière beaucoup plus significative par les systèmes de signes, par les stimuli imaginaires auxquels chacun se trouve exposé. Ce processus concerne de manière prédominante les jeunes générations, pour deux raisons : parce qu’elles sont depuis toujours les plus ouvertes à l’imaginaire et parce qu’un flux spécifique de messages se dirige vers elles, tendant justement à alimenter cette dimension.

11En revenant à la question de l’initiation, nous pouvons alors nous demander comment on entre dans une société caractérisée par le changement, qui rend toujours plus difficile l’identification, la continuité du parcours de vie et la prévisibilité de l’expérience individuelle et qui élargit de manière incommensurable le domaine des possibilités symboliques. Cette ouverture de l’horizon des possibles, le fait de pouvoir penser être tout ce qui est imaginable, ne constitue pas une abstraction pour les jeunes, mais une expérience concrète. Par le biais des médias, de la publicité et de l’information, les adolescents d’aujourd’hui se voient offrir non seulement les matériaux pour construire l’image du présent et du futur, mais aussi les langages avec lesquels organiser l’expérience dans ses coordonnées spatio-temporelles.

Entrée sans passage

12Dans cette situation culturelle, comment s’opère donc le passage à l’âge adulte ? La réponse n’est pas seulement une exagération paradoxale : celui-ci ne s’opère plus car il n’existe plus aucune frontière nette à franchir. L’entrée dans le monde adulte survient presque par inadvertance, à moins que ne se prolonge une condition pseudo-enfantine sans se rendre compte que l’on est devenu grand, comme cela arrive à beaucoup aujourd’hui. La culture contemporaine crée des conditions d’ouverture et de transformation de la jeunesse à l’âge adulte qui ne marquent d’aucune manière le passage.

13La jeunesse n’est plus exclusivement une condition biologique, mais une définition culturelle. On n’est pas jeune au regard de l’âge que l’on a, mais du fait que l’on participe à certains styles de consommation et que l’on adopte des codes de comportement, d’habillement, de langage. Cela nuance ou annule la frontière biologique et crée des figures hybrides d’adolescents vieillis, d’adultes-adolescents, de jeunes permanents.

14L’absence de marques précises du passage produit deux effets : d’une part, elle prolonge la condition juvénile même quand ses déterminants biologiques ont disparu ; de l’autre, elle produit des difficultés à assumer la condition adulte, qui doit compter sur une identité au moins relativement stable. Devenir adulte signifie en effet pouvoir répondre d’une certaine manière à la question : « Qui suis-je ? », c’est-à-dire quel travail je fais, avec qui je vis, quels rapports affectifs j’établis et quelles responsabilités j’assume envers les autres.

15En l’absence de références externes, de normes et de rites, le fondement des certitudes se déplace du social au personnel, ce qui entraîne une grave surcharge de la condition de l’individu. Forgée par la littérature psychologique, l’expression mal-être évolutif désigne désormais un état de souffrance normale, considérée comme physiologique à l’âge adolescent. La tâche ardue de l’organisation du passage est entièrement dévolue à l’adolescent. En tête-à-tête avec les bouleversements du corps et de l’esprit, les jeunes portent le poids de la construction et de la vérification de leurs propres compétences à grandir, toujours avec difficulté.

16Là où le monde adulte devrait servir d’interlocuteur et de frontière, l’adolescent fait face au vide et se noie dans l’incertitude. La difficulté ne réside pas dans le fait d’affronter des épreuves, mais justement dans l’absence d’épreuves, dans cette sorte de jungle et de désert expérientiel où les occasions sont infinies mais les points cardinaux absents. Les individus manquent de critères pour décider. La boussole qui oriente doit être fabriquée par chacun au cours de son parcours. L’adolescent doute souvent de sa propre valeur, de sa normalité, parfois des êtres chers les plus solides qui l’entourent. Il se méfie de son corps et de ses pensées, tandis que personne n’est préposé à ses côtés pour alimenter l’espoir et lui montrer la piste à suivre.

17Le poids de l’absence, d’une culture en cavale qui laisse aux psychologues et aux travailleurs sociaux la responsabilité du soutien, se déverse sur les troubles psychologiques, sur le mal-être personnel. Les connaissances sur le monde intrapsychique des jeunes se multiplient, mais les instruments d’intervention sont rares. En témoignent non seulement une difficulté au contact, mais aussi l’impossibilité de rapporter le malaise à l’étroit point d’observation d’une simple difficulté psychologique.

Le choix de la limite

18La réponse à la question sur l’identité est repoussée dans le temps car les moments explicites de passage, qui permettent l’épreuve et la rencontre avec la limite, manquent. Nous ne sommes pas en train de proposer de revenir aux rites traditionnels ni de défendre leur nécessité ou leur utilité, mais nous faisons le constat que la possibilité de se mesurer à ces passages obligés, qui aident le jeune à établir ce qu’il est et ce qu’il vaut, a aujourd’hui reculé dans l’expérience adolescente. Se mesurer à la limite signifie faire l’expérience fondamentale du fait d’être mortel. L’initiation fait sortir du rêve enfantin de la toute-puissance et confronte à l’expérience de la douleur et de la souffrance, ainsi qu’à l’éventualité de la mort. C’est pour cela qu’elle ouvre à l’espoir de la vie.

19L’ouverture démesurée des possibilités symboliques ne correspond plus à des expériences qui créent une confrontation à la limite pour les jeunes d’aujourd’hui et maintiennent la valeur du pôle paternel de la loi, au-delà de toute prétention autoritaire. Là où il y a une loi, il y a une limite, le bon et le mauvais, le dedans et le dehors. A l’inverse, la crainte et le scepticisme quant à la possibilité d’établir des limites se sont répandus. On ne peut pas répondre à cette situation en lançant des anathèmes contre la société de consommation, qui sont non seulement inutiles mais obtus. La consommation exprime le choix, la préférence, le désir et pas seulement la manipulation. C’est dans la possibilité de consommation sans limites que se niche la perte de l’expérience humaine décisive : la capacité à se reconnaître en tant qu’individus, que la limite rend justement différents les uns des autres.

20L’absence de l’épreuve, l’indétermination face au choix et la tentative de repousser le plus possible ce dernier peuvent avoir des effets pervers. Le recours à la drogue maintient et prolonge le besoin d’un bien-être tout-puissant, pour ne pas se mesurer à la limite ou bien pour construire de manière factice l’expérience de l’épreuve. Même le défi mortel de l’héroïne, avec la menace réelle qu’il implique, maintient intacte la condition d’indétermination, le fait d’être en deçà du seuil, sans entrer dans les contraintes et les risques de la vie adulte.

21Si tout cela est vrai, comment peut donc se dessiner aujourd’hui une possibilité de passage à la vie adulte qui ne retire pas les jeunes de la société dans laquelle ils vivent, qui ne fasse pas imaginer un impossible retour à des sociétés à bas niveau de consommation, à des sociétés de l’abstinence et du dénuement ?

22Il s’agit de vivre ce volet de l’expérience humaine qui fait découvrir que l’on n’est pas tout-puissant. Mais alors que, dans la société du passé, les limites étaient principalement imposées par la biologie et par la structure sociale, celles-ci ne peuvent aujourd’hui que constituer le résultat d’un choix culturel, de la responsabilité des individus et de la collectivité. Les limites concernent avant tout la nature, en nous et en dehors de nous. Le pouvoir de la technique n’annule pas les racines biologiques de l’humain et l’appartenance de l’espèce à un écosystème dont elle dépend pour sa survie. Le fait d’être contraint par le corps et par ses rythmes biologiques met en contact avec la limite physique, avec la présence de la douleur et de la mort dans l’expérience humaine, même quand la société tend, à l’inverse, à l’annuler. La présence de la douleur tend aujourd’hui à être progressivement éliminée, éloignée dans des lieux séparés et soustraite à la vue, alors que le contact avec ce volet de l’expérience est justement l’une des manières d’entretenir le sens de la limite. L’autre aspect concerne la conscience que la capacité humaine d’agir pour transformer le monde doit s’arrêter à un certain point pour respecter la part de sacralité et de mystère manifestée par la nature. Une écologie de l’esprit et du corps ne peut aller sans une écologie de la planète.

23Il y a encore un autre aspect du sens de la limite, qui concerne le choix dans le rapport entre les hommes. La conscience de vivre dans une réalité multiple, d’être différents les uns des autres et d’appartenir à des cultures diverses révèle que la cohabitation et la communication ne sont pas un résultat automatique, mais une pratique qui implique des responsabilités et l’acceptation de la différence de l’autre. Se mettre en relation avec un autre impose de reconnaître sa propre limite, la découverte de ne pas se suffire à soi-même et d’être interdépendants.

L’adolescence comme miroir

24Les jeunes d’aujourd’hui vivent de manière intense et dramatique pour toute la société le problème général du choix. L’élargissement des possibilités et l’accélération du changement concerne les jeunes en particulier, mais aussi les adultes. Tout se passe comme si notre culture confiait aux adolescents la tâche de vivre de manière plus intense et dramatique une condition commune à tous. Acquérir de nouvelles compétences, adopter de nouvelles identités à différentes étapes de la vie, changer de travail, se déplacer dans l’espace ou encore redéfinir ses propres relations affectives constituent aujourd’hui des expériences répandues, qui exigent un potentiel énorme de flexibilité et d’adaptation.

25Les adolescents témoignent pour nous tous des potentialités et des risques de cette condition. L’augmentation des possibilités a pour conséquence de ne plus être lié de manière stable et définitive à un seul parcours de vie, mais implique aussi le tragique du choix, qui sacrifie les possibles pour faire que l’un d’entre eux devienne réalité. Choisir signifie s’engager sur une voie, sacrifier d’autres parcours, faire l’expérience de la limite. Cette dernière n’est plus imposée par la fatalité de lois nécessaires, mais par la capacité d’assumer ce que l’on est. Le choix est le paradoxe de la liberté contemporaine, un destin auquel il est impossible de se soustraire dans la mesure où même ne pas choisir constitue désormais un choix.

26Mais les adolescents rappellent aux adultes que le choix peut être partiel ou temporaire. Maintenir en son for intérieur une capacité à se détacher ne signifie pas réduire la confrontation au réel, mais savoir que d’autres possibilités sont ouvertes si l’on passe entièrement, consciemment, par le rétrécissement du choix. Le passage par des métamorphoses et par des changements de forme ne maintient pas ouvertes toutes les possibilités en termes d’imaginaire, mais permet de se mesurer à l’épreuve du choix et à l’acceptation de la limite, sans s’ancrer de manière définitive au choix effectué. Il est naturel qu’il y ait des parcours de vie moins modifiables que d’autres. Mais ce besoin de remettre en question la définition que l’on a de soi et d’écouter l’appel que l’adolescent adresse à la société dans son ensemble se répand dans la société adulte.

Points de rencontre

27La culture des sociétés complexes contemporaines a besoin de rites d’espérance. Les grands récits de salut, religieux ou profanes, se sont fissurés et se sont même écroulés avec fracas. Tous, mais les jeunes en particulier, ont besoin d’idéaux, d’espoir et de passion pour agir. Quelles sont alors les raisons pour une passion et un espoir renouvelés, une fois évanoui le grand mythe du « ce qui viendra sera mieux qu’aujourd’hui » – qui a sous-tendu toute la culture de la modernité et en particulier du XIXe siècle – ce mythe de la société future qui nous débarrassera des limites, des contradictions et des injustices de la société présente ?

28La culture des adolescents implique la nécessité de faire aujourd’hui l’expérience du changement possible, modifiant la forme de l’espoir pour répondre au besoin de ne pas sacrifier le présent dans la remise à un futur parfait. A travers leurs actes, les jeunes garçons et les jeunes filles disent qu’ils doivent pouvoir faire l’expérience de l’espoir dès aujourd’hui et que ce qui est possible doit contenir son propre sens. Dans le même temps, ce qu’ils font – même si cela concerne l’échelle plus immédiate de l’expérience, l’environnement local circonscrit – est une manière de vivre la participation à l’échelle planétaire.

29Quels adultes peuvent rencontrer ces adolescents ? La position de parent et d’éducateur est difficile et exposée à la crise par de nombreux aspects. Les adultes aussi sont impliqués dans les processus décrits, ils vivent pour eux-mêmes les difficultés et les malaises dont les jeunes témoignent de manière plus directe. Deux risques sont possibles. Le premier est celui de camper sur des certitudes dont même l’adulte doute, mais qui lui servent d’ancrage pour montrer qu’il n’a pas été emporté. Le second est celui d’une sorte de persistance juvénile de l’incertitude, qui finit par constituer une véritable abdication de la condition d’adulte.

30Il n’est pas facile de trouver un équilibre entre la fragilité et l’incertitude, qui caractérise aujourd’hui cette condition et doit être reconnue sans la cacher derrière des masques, et l’exercice de la responsabilité d’imposer des limites et d’indiquer des objectifs. Si les objectifs ne sont pas explicitement projetés dans le futur, la façon de les définir réside principalement dans la capacité à les pratiquer. Les jeunes sont en mesure de distinguer les adultes qui font semblant de ceux qui vivent en étant honnêtes avec eux-mêmes, y compris les difficultés et l’absence de réponse, qui n’est pas synonyme de renoncement.

31Préserver la différence et maintenir ouvert l’espace du dialogue dépend de la proximité que l’adulte entretient avec ses propres difficultés, avec son besoin de changement. C’est sur ce terrain que la rencontre peut s’opérer. Si les adultes ressentent tout autant le besoin de changement que les jeunes, ils ne peuvent pas changer de la même manière qu’eux. La différence se manifeste dans la possibilité de tracer des limites, d’exprimer des refus nécessaires, de ne pas rendre tout plus facile, d’accepter que les adolescents fassent leurs preuves et se mesurent, y compris à la possibilité de la transgression.

32Il y a une dimension physiologique à cette dernière. On devient grand en se différenciant des adultes arrivés avant nous. Le paradoxe de l’adolescence réside dans le fait qu’il faut transgresser pour devenir capable de respecter de nouvelles règles. Les adolescents ont besoin de trouver face à eux des adultes capables de tolérer la différence, mais aussi de prendre le risque de la confrontation, de la distance au monde des jeunes. Le résultat est une espèce de marchandage permanent, de négociation à recommencer tous les jours, dans le cadre de laquelle il est impossible de faire semblant d’être égaux.

33Le refus de la répétition est l’aspect dangereux, le chemin de crête où l’ouverture aveugle aux possibles peut se trouver à la racine de graves difficultés. Refuser la répétition, la mémoire, les cycles, peut correspondre pour les adolescents à la tentative de réduire le changement à la seule substitution de vêtements, de mots, de consommation, caractéristiques d’une société des signes, sans toutefois payer le prix du changement. On change de masque et une profonde lacération, une dévastation de l’identité personnelle advient sous celui-ci : c’est en ce sens que doivent être interprétées les pathologies les plus répandues de la jeunesse contemporaine.

34Il convient, face à une telle situation, de multiplier les canaux d’écoute afin que les besoins de changement puissent s’exprimer et soient reconnus. Il convient dans le même temps que les adultes effectuent un retour sur eux-mêmes en vue d’être capables de faire le bilan de leurs propres besoins de changement. Sans imaginer devoir se transformer en « experts », mais sans se soustraire à leur rôle d’initiation. Le processus d’initiation ne peut être créé de manière artificielle, on ne peut prétendre le contrôler à tout prix, il faut le laisser survenir. Cela requiert une implication directe des adultes et leur capacité à être présents.

© Éditions ies, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site