Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’âge des possibles

 | 
Anna Fabbrini
, 
Alberto Melucci

Chapitre VII. Aider à grandir

Texte intégral

Qui écoute les adolescents ?

1L’adolescence inaugure un nouveau rapport au monde par le biais de la construction de réseaux de relations qui s’ouvrent vers l’extérieur en sortant du cercle familial. Les tensions de la crise rendent plus difficiles les nouveaux contacts, en particulier ceux avec le monde adulte, au moment même où les proximités sont indispensables à l’adolescent pour lui fournir l’aide et les indications nécessaires pour lire ses nouvelles visions sur la vie. Au-delà des difficultés internes éprouvées par les jeunes, les contacts avec les adultes sont rendus difficiles par le fait que les lieux et les occasions de rencontre et d’échange sont souvent très limités. Par contraste avec une ouverture énorme au monde intermédiée par les informations et les images et habitée par les stars du sport, du spectacle et de la musique, les adolescents font l’expérience d’une relative rareté de contacts avec des personnes adultes réelles. Les expériences de contact concernent plus souvent des simulacres de personnes, des images, des idéalisations, des mythes que les jeunes rencontrent seulement dans l’espace raréfié du rêve.

2Souvent, les seuls adultes réels que les adolescents rencontrent régulièrement sont, en dehors des parents, les enseignants. Dans ce cadre, même les travailleurs des services sociaux vers lesquels les jeunes se tournent en cas de difficulté finissent par devenir des référents importants : non seulement parce qu’ils fournissent une aide spécifique, mais parce qu’établir une relation avec un autre adulte que les parents devient un apprentissage sur la relation personnelle, en termes réels et non pas fantasmés.

3Les adolescents parlent peu d’eux-mêmes, y compris avec ceux de leur âge. Ils ne partagent avec ces derniers que les problèmes « communs » et préfèrent parler des questions plus importantes avec des personnes un peu plus adultes : mais pas vraiment avec les adultes car ceux-ci reflètent l’image du parent, qu’ils tendent à ne pas considérer comme un interlocuteur pour leurs expériences plus intimes.

4La relation avec les pairs du même âge n’est toutefois pas dénuée d’obstacles, en particulier celui de la confiance. Il est difficile de pouvoir se fier car les pairs peuvent trahir l’amitié en allant partager ce qu’ils savent avec d’autres. Une des douleurs les plus profondes pour l’adolescent est celle de la « trahison » de l’amitié et c’est la raison pour laquelle il cherche toujours quelqu’un qui soit capable de garder un secret pour pouvoir se confier. Le partage de secrets est une expérience centrale à cet âge, signalant la présence d’un monde intérieur perçu comme distinct du monde extérieur et non partageable en dehors d’une décision personnelle d’en parler. Le partage du secret au sein du couple amical aide à l’identification et à la consolidation de cet espace interne. La trahison de l’amitié est justement souvent vécue de manière dramatique car, au-delà de la rupture d’un pacte, elle correspond à l’écroulement du sentiment de sécurité personnelle.

5La difficulté à entretenir de nombreux rapports d’amitié profonde est liée pour l’adolescent au fait qu’il se perçoit comme un récepteur fragile et tend pour cette raison à ne pas faire confiance à son semblable qui, en miroir, ne pourra qu’être fragile à son tour. C’est la raison pour laquelle le choix d’un rapport exclusif ou privilégié d’amitié est plus fréquent : le meilleur ami ou la meilleure amie constitue en effet l’exception à l’insécurité, de par la confiance et la confidence absolue que l’on peut atteindre dans le cadre d’un lien qui se vit comme exclusif. Il s’agit presque toujours d’amies et d’amis du même sexe, avec lesquels on ne parle pas tant pour recevoir des conseils ou pour discuter, mais simplement pour se refléter.

6Cette caractéristique est plus typique des couples de préadolescents où le meilleur ami ou la meilleure amie fonctionnent comme un alter ego, le tandem de semblables qui s’aident mutuellement étant perçu par chacun de ses membres comme une unité davantage que comme une relation ; une sorte de compromis (ou de transition) entre être face à soi-même et être dans une relation dyadique, où parler équivaut davantage à « remettre », à donner à un autre quelque chose sur quoi s’opère une relative perte de contrôle. La rupture du secret est donc la menace la plus forte qui pèse sur l’amitié, le fantasme de la rupture du lien.

7Dans certains cas, des petits groupes, qui se forment souvent au sein de la classe, peuvent constituer un autre référent pour parler de soi. Il s’agit de trois ou quatre amis très unis qui peuvent se retrouver pour parler ou simplement pour être ensemble. Il s’agit d’une forme de proximité très commune chez les adolescents, dans une position intermédiaire entre le couple et le groupe.

8La rencontre avec les adultes est de manière notoire un domaine problématique de l’expérience adolescente car elle représente, dans chacune de ses versions, la rencontre-affrontement entre les générations. Face à une tendance pédagogique répandue chez les adultes, qui ont souvent tendance à dévaluer l’expérience juvénile plutôt qu’à la valoriser, les jeunes veulent à l’inverse être traités comme des « grandes » personnes et être pris au sérieux. Ils s’attendent à être écoutés comme quelqu’un qui a des choses importantes à dire et à qui l’on peut parler avec franchise et sans médiation. Mais les jeunes, à cet âge, se retrouvent dans la situation d’être grand et petit en même temps, faisant souvent la double expérience d’être traités comme des grands quand ils ne le veulent pas et d’être traités de manière inappropriée comme des petits en d’autres occasions. Ils souffrent quand on les considère comme ceux auxquels certaines choses ne peuvent être dites car ils ne peuvent pas les comprendre, ou bien simplement car on ne leur fait pas confiance. Ils s’irritent face à une oreille distraite qui dévalue, de fait, le contenu de leur propos.

9Ce qui caractérise le rapport des adolescents à l’adulte est justement la présence de cette double attente qui se manifeste à travers le besoin d’être traités en tant que grands et en tant que petits en même temps ; d’être écoutés et soutenus, mais aussi d’être pris au sérieux en tant que personnes qui se préparent à devenir adultes. Répondre à cette attente n’est pas facile car la famille ou les enseignants ne peuvent pas toujours jouer sur deux registres en même temps. Les seuls adultes qui peuvent assumer cette fonction avec davantage de liberté sont ceux qui sont le plus détachés des attentes et des rôles ou bien les enseignants eux-mêmes, mais à des moments particuliers, à la marge de leurs fonctions officielles, par exemple lors des moments de pause ou au cours d’un voyage scolaire. Toutefois, il n’est pas dit que ce besoin doive toujours être pris en considération. Il est aussi utile que les adolescents prennent en compte les attentes qui pèsent sur eux comme des épreuves de réalité et que le monde adulte demande aux jeunes de se situer parmi les grands ou les petits, en évitant de jouer continûment entre les deux plans ; même si des cas de figure et des moments qui peuvent tolérer des oscillations plus importantes doivent être prévus. Allonger sans distinction ces espaces de transition peut avoir pour effet de rassurer, mais plus souvent de leurrer. L’adolescent doit intérioriser la tension entre être grand et être petit, qui doit pouvoir être élaborée au sein de l’identité personnelle pour donner lieu au passage. Laisser toujours disponible un canal pour l’externaliser, toujours tolérer l’ambiguïté priverait le jeune de la possibilité d’une vraie rencontre avec la réalité.

10Contrairement au stéréotype d’une incapacité fréquente à communiquer au sein de la sphère familiale, nos recherches montrent que les jeunes parlent la plupart du temps avec leurs parents. Ils parlent toutefois souvent avec l’un ou l’autre de manière alternée et quasiment toujours plus avec la mère qu’avec le père. Dans ces discussions, les jeunes tendent à ne pas aborder le volet intime des choses qui leur tiennent véritablement à cœur et ils se tiennent en lisière des sujets cruciaux. « Moi, je n’ai aucun problème avec mes parents ; en dehors des choses sentimentales, je parle toujours du reste avec eux… » Dans cette déclaration, la référence à peine esquissée aux « choses sentimentales » signale en réalité l’exclusion de la communication de l’un des sujets les plus intimes et les plus importants de cette phase d’âge.

11L’ouverture et la disponibilité sont donc limitées et laissent souvent l’essentiel à l’écart. Ce type de communication est aussi une stratégie pour manipuler la relation familiale, lorsque l’on veut préserver l’idéologie de la « bonne communication » à l’intérieur de la famille. On finit ainsi par ne la maintenir qu’en apparence, en la vidant de fait et en la rendant superficielle. Cela ne peut arriver qu’avec la complicité d’adultes qui ne remettent jamais en cause le discours convenu et se satisfont de la communication générique sur la façon dont vont les choses. On n’aborde jamais de questions plus personnelles, non pas par respect mais par embarras, pour ne pas polluer le mythe familial de la bonne communication et pour maintenir éloignées la conflictualité et la tension. Une attitude de ce genre caractérise souvent les parents « post-autoritaires », qui ont idéalisé la relation familiale et tendent à devenir complices de leurs enfants dans la circonscription de la familiarité et de la confidence à tous les domaines qui ne sont ni problématiques ni conflictuels.

12On ne se confie pas à son père, ou plutôt, il semble que la parole ne passe pas entre les enfants adolescents et les pères. Cette absence de parole, outre le fait qu’elle signale dans de nombreux cas des difficultés réelles ou même une absence de référent, pourrait aussi être interprétée comme une communication différente, qui passe par d’autres voies. A travers une certaine manière d’ouvrir la communication verbale à la confidence, comme cela arrive aujourd’hui davantage que par le passé, les pères tendent à se materniser. Une communication proprement paternelle existe-t-elle ? La relation avec les pères est en réalité, au-delà de la parole et de la confidence intime, une relation très forte, et peut-être que dire : « Je ne parle pas avec mon père » pourrait ne pas signifier seulement : « Je ne communique pas. » Ce silence apparent recèle des formes de communication non verbale ou qui mobilisent l’exemple, le faire ensemble, le travail sur un projet, l’enseignement et l’apprentissage, d’autres formes de proximité dont ni les jeunes ni même peut-être les pères ne sont toujours conscients. L’incertitude nouvelle sur le rôle paternel, qui concerne, comme nous l’avons dit, l’identité de genre et par extension les manières de vivre la paternité – aujourd’hui entièrement à réinventer – joue certainement ici un rôle.

13Lorsque l’on parle d’écoute et de communication avec les jeunes, on fait souvent référence de manière implicite au contenu, c’est-à-dire en général au fait de « parler des problèmes», en considérant les contenus de l’interaction comme les indicateurs de l’importance de l’échange et de la profondeur de la relation. On accorde en revanche moins d’attention aux manières particulières d’être en relation, qui sont elles aussi significatives et capables d’éduquer car elles contiennent des messages de « forme », de processus. Il y a une manière d’être en contact et d’établir un dialogue qui consiste à être bien dans sa peau, à être à côté de, en parlant de choses qui ne sont pas nécessairement personnelles. L’intimité et la proximité sont le produit d’une certaine manière d’interagir, de la reconnaissance de la compétence, de la façon dont sont honorées les règles de l’échange, du respect et de l’écoute réciproque.

14Au-delà du seul contenu de l’échange, la relation inclut le processus de rapprochement qui peut s’engager à tout moment au sujet des façons d’être une personne et non pas tant de ce que l’on dit. Les enseignants par exemple, qui refusent à juste titre de se transformer en psychologues et se sentent contraints par leur fonction didactique, ont de grandes possibilités de relation avec leurs élèves, contrairement à ce qu’ils pensent souvent. L’adolescent a besoin de rencontrer le savoir-être et le savoir-faire des adultes, et pas toujours et seulement leur savoir-dire. Le jeune peut considérer sa demande d’écoute satisfaite indépendamment du registre sur laquelle cette dernière s’effectue, même de manière indirecte. En confondant la relation avec les jeunes avec le fait de « parler des problèmes », on transforme toute relation en thérapie et l’on s’expose en tant qu’adulte à des tentations de toute-puissance ou, à l’inverse, à des frustrations permanentes.

15On finit par ailleurs par vider de son sens le terrain concret de la rencontre avec l’adolescent (l’école, le travail, le temps libre, l’engagement civique), le « terreau » dont l’adolescent a justement besoin pour grandir et concernant lequel la présence de l’adulte lui est nécessaire.

16Il en résulte que les jeunes désirent que – et s’attendent à ce que – les enseignants leur enseignent quelque chose, et pas qu’ils soient leurs confidents. Parallèlement à leur besoin de se confier, les jeunes ressentent en effet le besoin de maintenir séparés le monde de l’école et leurs questions personnelles. Ils attendent pour cela des enseignants une relation qui se fonde sur l’estime, mais qui ne soit pas trop proche. Ils ne cherchent pas des adultes-grands frères. Le problème de la confiance existe également dans la relation avec les enseignants, la déception ou le sentiment d’avoir été trahi pouvant se manifester lorsque certaines confidences sont ensuite relatées à d’autres. Mais l’aspect qui rend le plus problématique la confiance envers les enseignants n’est pas seulement le risque de trahison, mais aussi leur position par rapport à l’évaluation. Dans la mesure où les enseignants sont tenus de juger sur le rendement, les jeunes redoutent que leur savoir et leur savoir-faire soient confondus avec leurs manières d’être. L’intimité quant aux questions personnelles exige une neutralité de jugement que les enseignants ne peuvent pas toujours garantir.

Des adultes compétents

17A l’intérieur de l’école, le service de médecine scolaire constitue parfois un lieu de référence pour les jeunes. Ceux-ci se mettent en contact avec le médecin en envoyant des messages implicites. Envoyer un « message » est un mode de relation fréquent chez les jeunes, qui s’attendent à être compris sans trop s’exposer. Ils ne parlent pas de leurs problèmes, mais y font indirectement allusion en attendant d’être déchiffrés, ils « font » des choses, ils se comportent d’une certaine manière et, puisqu’ils ne sont pas toujours en mesure de traduire en mots leur besoin, ils agissent de manière conforme à leur ressenti, avec peu de médiations. Le comportement communicatif « parle » de quelque chose d’important : il révèle un état, une préoccupation, la présence d’une question. Il y a presque toujours un rapport étroit entre le problème psychologique et la manifestation physique dans la mesure où, par définition, les problèmes des adolescents sont des problèmes psychosomatiques.

18Cela est vrai dans les deux sens : le corps est facilement utilisé pour dire quelque chose, mais dans le même temps un problème corporel est souvent accompagné d’un ensemble d’angoisses, de peurs et de fantasmes qui l’exagèrent. Du fait d’un manque de familiarité et d’une forme de méfiance vis-à-vis des sensations intérieures, l’adolescent vit les expériences physiques de manière particulièrement intense et anxieuse, étant donné que le corps, avec tous les messages liés aux pulsions sexuelles nouvelles, constitue la scène privilégiée des bouleversements et des dilemmes adolescents. Il y a toutefois des différences entre garçons et filles. Celles-ci, comme on l’a dit, font davantage preuve de compétence pour relier des sensations physiques et des problèmes relationnels et ont une perception plus globale du mal-être physique. Les garçons ont à l’inverse des symptômes localisés et les associent difficilement avec des problèmes de type psychologique. Les filles, familiarisées au cycle menstruel qui est l’une des sources de mal-être les plus fréquentes, apprennent très tôt qu’une perturbation du corps n’est pas nécessairement liée à une maladie, mais simplement à la vie.

19Le problème du poids et du rapport à l’alimentation fait lui aussi l’objet de consultations, de même que les problèmes de peau comme l’acné. Il est ici parfaitement évident que les questions relatives au trouble physique, du fait des conséquences qu’a ce dernier sur la perception esthétique, est intimement lié, jusqu’à se confondre, avec les problèmes d’image de soi et d’identité personnelle, pour lesquels le médecin scolaire peut devenir un référent très important.

20Avec le médecin, auquel ils reconnaissent une compétence d’aide, il est important pour les jeunes d’établir un climat de confiance, au double sens de pouvoir se fier et de recevoir de la confiance. Les jeunes attendent du médecin qu’il prenne au sérieux toute communication, pas dans l’idée de les considérer comme des adultes, mais dans celle de les traiter pour ce qu’ils sont : parfois grands, parfois petits, et un peu les deux à la fois. L’espace neutre de la salle médicale permet de faire vivre les deux faces de la médaille sans prétendre à une cohérence impossible. Le médecin scolaire est vu par les jeunes comme une soupape d’évacuation des tensions à l’école, et il est important pour eux de savoir qu’il existe, qu’il est là. Le médecin est soumis à des interrogations qui ne correspondent pas nécessairement à la définition bureaucratique de son rôle, à sa position institutionnelle, mais au mal-être existentiel, au stress scolaire, à la vie familiale, au contexte extérieur. Le médecin assure toutes ces fonctions de « ramasseur », il aide à surmonter les moments difficiles simplement en partageant la peine du moment.

21Un volet important de la relation concerne le besoin des jeunes de recevoir des confirmations ou des démentis sur des questions qui concernent la maladie, l’hérédité, la normalité et la pathologie. Beaucoup de peurs et de demandes d’éclaircissement concernent les habitudes de vie : par exemple, les abus alimentaires, la cigarette, la consommation d’alcool, souvent essayés pour se sentir plus grands. Les jeunes veulent savoir si et quand leurs comportements à risque et autres expérimentations peuvent être dangereux, produire des effets incontrôlables. Le médecin scolaire devient ainsi un point de référence étranger à la relation d’évaluation et se différencie en cela, au-delà de sa compétence spécifique, des professeurs. Aux marges de la vie de la classe, cette relation permet une liberté qui n’est pas toujours accordée aux enseignants. La figure du médecin représente la protection de la santé, mais les demandes médicales constituent souvent le canal à travers lequel passent d’autres questions, qui sont liées au besoin d’écoute, de relation humaine, de soutien psychologique et de consultation sur la vie.

22Cela confirme la nécessité pour les jeunes d’avoir des adultes compétents dans l’écoute, avec lesquels établir un rapport libre de confiance, en dehors de la sphère familiale. Ce qui fait de la salle médicale un lieu adapté à cette fin est le fait que celle-ci est perçue comme un endroit neutre où l’on peut tout dire sans être puni ; il y a une forme d’immunité dans cet espace protégé par le secret professionnel, où non seulement la communication n’est pas évaluée mais reste là, protégée et garantie. La possibilité de dire ce que l’on pense, mais de le dire à quelqu’un est très importante pour l’adolescent, pour qui le camarade n’est pas un référent suffisant. Parler avec un camarade est un peu comme se parler à soi-même, c’est le sentiment du reflet qui prévaut. Dans cette zone intermédiaire, dans ce territoire de frontière, on peut en revanche être plus libres, plus ouverts, plus explicites qu’ailleurs car l’on peut faire confiance, parce qu’il y a une figure professionnelle à laquelle on reconnaît une compétence. Neutralité et humanité semblent constituer, avec la compétence, les qualités requises pour que le contact puisse se créer.

23Dans le domaine des services préposés à l’écoute et à l’aide, les centres de planning familial constituent désormais pour les adolescents une opportunité assez répandue. Ces centres sont surtout fréquentés par les filles, qui se tournent vers les services gynécologiques en lien avec les questions contraceptives. Ces rencontres, même si elles s’effectuent dans un but précis, deviennent souvent des moments d’échange plus large et finissent par répondre au besoin de parler de soi. L’information sexuelle offerte à l’école, même lorsqu’elle l’est de la manière la plus attentive et la plus correcte, laisse souvent sans réponses beaucoup de questions personnelles et ne répond pas au besoin de contact intime et de conseils particuliers qu’un entretien peut à l’inverse offrir. On s’adresse ainsi justement au planning familial pour donner forme à ces interrogations personnelles qui, gardées pour soi, vont amplifier les angoisses et les doutes sur la normalité et sur l’adéquation de ses propres compétences en matière de sexualité. La distance entre la connaissance et l’expérience directe ne peut qu’être comblée par des relations personnelles capables de contenir toute l’émotion qui accompagne toujours le contact avec la sphère sexuelle.

24Les jeunes entretiennent des rapports très ambivalents avec les psychologues. Dans leur imaginaire le psychologue est souvent perçu de manière négative : il est l’« essoreur de cerveaux » capable de voir à l’intérieur de l’esprit, de connaître la pensée au-delà de ce que l’on désire dire et faire savoir. Le psychologue demeure encore souvent associé à la présence de la maladie mentale et en avoir besoin revient à se situer dans le domaine de la folie, au moins potentielle. Etant donné la réticence répandue des adolescents à se faire aider par un adulte, cette représentation complique encore davantage la possibilité de demander et de recevoir de l’aide. Il existe chez les adolescents une tendance à dévaluer, à nier le fait d’avoir besoin du psychologue, mais il s’agit d’une attitude défensive plus apparente que réelle. Dans les faits, les jeunes qui ont reçu de l’aide ont un sentiment bien différent, de grande appréciation, qu’ils tendent cependant souvent à ne pas communiquer et à maintenir secret, y compris vis-à-vis de leurs amis les plus intimes.

25Lorsqu’on leur demande directement s’ils iraient chez un psychologue en cas de besoin, ils répondent que non, mais ils disent aussi qu’ils enverraient quelqu’un dont ils sauraient qu’il en a besoin. Cette forte ambivalence vis-à-vis de la consultation psychologique s’exprime également par le biais d’avis tranchés sur la figure du psychologue, souvent décrit avec ironie et considéré comme une personne froide, privée d’affects et de chaleur humaine. Les jeunes tendent à refuser ou à vivre de manière problématique toute figure adulte qui ne soit pas tout de suite complice, qui ne se prenne pas aussitôt à leur jeu, qui résiste aux séductions et qui ne se situe pas immédiatement sur leur registre. En dehors des cas où ces aspects sont l’expression réelle d’une rigidité défensive du psychologue, davantage porté à rencontrer des patients adultes, les jeunes – une fois l’embarras initial surmonté – semblent beaucoup apprécier ces « défauts », qui se révèlent être les qualités relationnelles dont ils ont le plus besoin.

26Cette forte ambivalence vis-à-vis de l’aide des adultes s’exprime également dans un contexte aussi particulier que celui de la relation téléphonique avec une centrale d’appel pour adolescents, qu’il arrive que beaucoup de jeunes appellent en déclarant qu’il ne s’agit pas d’un problème personnel, mais d’une initiative prise pour aider un ami. L’absence de contact en face-à-face produit un sentiment double vis-à-vis de la relation téléphonique. D’un côté, celui d’une plus grande liberté de manœuvre, moins de honte à parler, davantage de facilité à dire des choses délicates à propos de soi, dans une situation où la règle de l’anonymat garantit de vastes espaces de liberté. D’un autre côté, il existe une intense curiosité à identifier l’interlocuteur, à vouloir en savoir le plus possible sur lui, non seulement par besoin de contrôle, mais aussi par désir profond d’atteindre sans peur l’intimité d’un contact direct, considéré malgré tout comme une preuve de maturité.

27Dans l’attente de construire le courage pour rencontrer l’autre, les jeunes font normalement un usage important du téléphone dans le but d’obtenir de l’aide, non seulement entre camarades mais aussi avec des adultes anonymes comme dans le cas des radios, dont ils profitent en particulier le soir. Il s’agit donc de rapports intermédiés et impersonnels qui, bien qu’ayant l’apparence d’une relation personnelle du fait de la discussion de questions très intimes, demeurent souvent davantage des occasions de consommation que de confrontation. Dans ce cadre, les adultes sont en effet souvent très accueillants. La grande facilité à communiquer, si elle élimine d’un côté l’embarras et aide à parler qui ne le ferait jamais, risque d’un autre côté de créer des prétextes pour éviter le moment de la rencontre directe avec l’adulte. On prive ainsi l’adolescent d’une occasion de grandir, de la possibilité de se mesurer avec la difficulté et les émotions du contact direct.

En temps et lieu

28Il y a un bon moment pour formuler la demande d’aide. Un problème peut être gardé secret pendant longtemps sans qu’une raison plausible ne justifie le silence ou la réticence à en parler. Pouvoir en parler ne dépend pas seulement du fait d’avoir le bon contact, le numéro de téléphone d’un psychologue ou d’un centre d’accueil. Il semble que la demande soit liée au déclenchement d’un mécanisme d’horlogerie, lié aux mystérieuses alchimies d’une maturation interne. Quand ils se présentent à un service d’accueil, les jeunes disent parfois qu’ils avaient l’intention de venir depuis un an ou davantage mais, quand ils téléphonent pour prendre rendez-vous, ils insistent généralement sur l’urgence de délais d’attente réduits. Ils demandent à être reçus dans l’après-midi même, ou au plus tard le lendemain. L’attente, même de deux jours, apparaît insoutenable si elle est imposée de l’extérieur, tandis que leur longue attente, antérieure à la prise de contact, leur paraît tout à fait évidente et fondée.

29La fréquence des rencontres revêt elle aussi des caractéristiques particulières. C’est l’irrégularité et la discontinuité qui prévalent, ce style semblant lié à la nécessité d’exercer son propre pouvoir de décider et au besoin de se soustraire au désir de l’adulte, davantage qu’à la disponibilité réelle en temps. L’adolescent veut établir s’il reviendra, quand et pour combien de temps. Il n’aime pas recevoir de prescriptions à ce sujet et refuse les conditions qui lui sont imposées, ce qui marque presque toujours la fin de la consultation.

30Ce besoin de contrôle du temps et du rythme des rencontres est en général respecté par les services d’accueil, mais ne doit pas se transformer en chantage envers l’adulte ni négliger le fait que ceux-ci sont également soumis à des contraintes. L’interaction avec ces contraintes est l’une des composantes essentielles de la croissance et la disponibilité permanente rend la meilleure aide dépourvue d’un cadre constructif. La nécessité de négocier des limites est donc fondamentale pour éviter de mettre en œuvre une relation asymétrique, complètement contrôlée par les jeunes. Celle-ci favoriserait la tendance à fantasmer des conditions de contrôle tout-puissant sur l’autre ; outre le fait qu’elle est peu utile, une telle situation constitue pour l’adolescent une source de peur et d’insécurité, dans la mesure où l’adulte devrait être fort, alors qu’il est en réalité perçu comme faible et peu consistant.

31Les adolescents doivent sentir que l’autre est réel et la disponibilité des services d’accueil ne doit pas contrevenir à cette nécessité en créant des conditions fictives d’ouverture. La combinaison de contraintes et de flexibilité – comme cela arrive, par exemple, lorsque ces services consacrent à la consultation des jours fixes, au cours desquels ils peuvent toutefois se présenter sans rendez-vous – semble bien répondre à cette double exigence. Les jeunes font ainsi l’expérience du fait que, pour l’adulte aussi, la rencontre ne peut se dérouler qu’en temps voulu.

32Les jeunes ont besoin de lieux pour passer le temps et pour se rencontrer. Ils expriment une forte demande d’espaces d’agrégation réservés : ils désirent avoir des centres, des maisons ou même, de manière plus informelle, des places ou des trottoirs, qui portent la marque de lieux séparés de ceux des adultes et qui peuvent être gérés de manière autonome. Cette nécessité physique renvoie à la question du territoire, qui comprend, au-delà de l’espace au sens propre, l’investissement d’objets particuliers vécus comme « intouchables » par les autres. On a vu à quel point il est important pour les adolescents d’avoir leur propre chambre, de pouvoir l’arranger comme ils le veulent, de décider qui y laisser entrer. A cet âge, l’investissement de sa propre personne se dilate sans solution de continuité dans l’espace environnant. C’est la raison pour laquelle la rencontre avec les adultes a besoin d’espaces particuliers qui ne soient pas explicitement et uniquement identifiés comme ceux des « grands ».

33Les services représentent un type particulier de « zone franche » à laquelle on arrive le plus souvent par le biais du bouche-à-oreille, par un relais d’informations au sein du réseau amical. Pour avoir le sentiment de pouvoir faire recours à un service, l’adolescent doit ressentir une confiance profonde. Celle-ci, davantage encore qu’envers les personnes, se construit sur la perception du lieu physique, de l’atmosphère, de l’architecture, des détails de l’ameublement, de sa localisation dans la ville. Le service doit être perçu comme un lieu sûr et agréable, parce que l’on va y apporter des choses personnelles. Ces lieux se constituent comme des espaces de transition, des territoires intermédiaires entre la famille et la société, entre soi et l’extérieur, où la capacité d’être au monde peut être mise à l’épreuve.

Etre avec, être proche

34Dans le domaine des études sur l’adolescence, on s’interroge beaucoup sur la fonction réelle de l’écoute, en vue notamment de mettre au point des modèles d’intervention qui répondent mieux aux besoins d’aide et de soutien. On attend en général de la part de celui qui écoute les adolescents la capacité de traduire un discours qui n’est, en réalité, pas toujours ni totalement traduisible. Ce qui peut apparaître comme une difficulté invite à procéder d’une autre manière. Il s’agit de reconnaître à l’écoute, davantage encore qu’à la compréhension, la fonction d’aide et de proximité. Les jeunes sont les seuls à savoir sur eux-mêmes et les adultes qui parlent d’eux parlent de manière momentanée à leur place. Pour cela, ils doivent être capables d’écouter. Leur tâche consiste donc à assumer la responsabilité temporaire de la relation de communication, en choisissant d’être métacommunicateurs. Ils ne peuvent pas interpréter le « vrai » sens du message de l’adolescent, mais assurent à son égard une fonction quasi herméneutique. Ce qui est accueilli par l’écoute demeure une expérience profonde de qui a parlé et qui a écouté, mais en étant là, en présence de l’adolescent qui parle de lui, l’adulte qui écoute rend possible une relation asymétrique où la différence ne réside pas dans un surplus de savoir, mais dans la capacité de l’un des partenaires à prendre en charge la relation elle-même.

35Le besoin de proximité ne coïncide pas avec le besoin de parler et les formes du contact et de l’aide sont nombreuses. Il est toutefois difficile d’en reproduire la palette dans l’espace restreint des services, qui finissent par être identifiés comme des lieux de la parole. Malgré cela, les jeunes expriment aussi une demande de proximité sans fins précises, de proximité pour être là. Cette expérience s’est presque complètement perdue dans la ville, où les moments de proximité doivent être prévus et programmés et deviennent toujours associés à un objectif. On se rencontre donc pour parler et l’on abandonne ces formes de proximité si importantes pour la croissance, comme le fait de marcher ensemble en silence ou bien de se trouver dans un lieu familier et de savoir que, dans l’autre chambre, il y a des personnes dont on entend les voix. Des formes de proximité transitionnelles, pourrions-nous dire, des manières d’être un peu à son compte, mais pas solitaire. La vie urbaine est avare de ces occasions et les adolescents qui ne savent pas ou ne veulent pas toujours parler trouvent le vide et souvent la solitude à chaque fois qu’ils se taisent.

36Avec les adultes aussi, on mesure désormais une bonne relation par la qualité de la parole plus que de la proximité. La joie de se sentir proches et de se comprendre par des ententes subtiles s’est perdue. Le silence est presque toujours un embarras. Il n’y a d’autre option, dans le meilleur des cas, que de lancer la discussion.

37La parole est le médiateur incontournable avec les travailleurs des services sociaux car, lorsque l’on va les rencontrer, c’est pour parler d’un problème. Mais le fait qu’ils existent est déjà une forme de proximité, la réponse à un besoin précis : pouvoir penser à quelqu’un et savoir qu’il y a quelqu’un qui pense à soi. Cela aussi peut aider à grandir, parfois davantage que n’importe quelle parole.

38Lorsque les jeunes arrivent à exprimer leur demande auprès d’un service, le sujet est plutôt celui de la croissance. Ils ne demandent pas tellement de résoudre des problèmes, mais expriment quelque chose qui ressemble à une pensée à voix haute. Ils demandent à être tranquillisés, à être reconnus à travers le fait d’être vus et acceptés pour ce qu’ils sont. Ils veulent savoir s’ils sont normaux, s’ils sont mûrs, s’ils sont grands ou petits. L’aide s’exprime alors en offrant la possibilité d’un regard qui tolère leur caractère provisoire et leurs oscillations. Les jeunes cherchent des travailleurs sociaux qui ne s’érigent pas en substituts de familles défaillantes, de mères et de pères incapables d’écouter, mais entrent en relation comme ils sont, chacun depuis sa place, en tant qu’adultes qu’ils sont en réalité.

39Ce qui devient important est la façon d’être : être avec et être proche. Cela impose de déplacer la focale du contenu de l’échange à la forme et au processus de la rencontre. L’impossible neutralité peut seulement être remplacée par une présence de l’adulte, capable de participer sans se perdre et sans renoncer à être différent. C’est seulement ainsi que se rencontrer peut devenir une expérience.

40Dans la peinture japonaise ancienne, le yugen était l’allusion opposée à l’affirmation, une sorte de réticence, une manière de faire référence aux choses au lieu de les décrire, afin que toute personne puisse, par elle-même, désirer un contact immédiat avec la vie au lieu de se contenter du regard d’autrui. Dans les règles de cet art, la symétrie, c’est-à-dire le reflet, était considérée comme quelque chose qui manque de naturel, trop parfaite pour laisser place au changement. Il en va de même, pourrions-nous dire, du rapport entre adolescents et adultes. Tout état de satisfaction complète est à l’origine du ralentissement de la pensée et de l’imagination. Sans écart, il n’y a pas de désir. La croissance, pour s’accomplir, doit laisser place à la différence et à l’altérité.

© Éditions ies, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site