Version classiqueVersion mobile

Le thérapeute et le diplomate

 | 
Claude de Jonckheere
, 
Charles Chalverat
, 
Loïse Rufini Steck
, 
et al.

Chapitre VI. Questions institutionnelles

Texte intégral

Institution et modèle théorico-pratique

1Comme nous l’avons mentionné, les modes de pensée et d’action sont multiples, un peu comme si chaque professionnel développait ses manières de penser et d’agir en référence à sa formation et à ses expériences professionnelles propres, mais sans référence explicite au collectif des thérapeutes d’Appartenances. Ce constat étonne d’autant plus que cette institution est considérée comme étant pionnière en matière de soins aux migrants et qu’elle a la réputation d’avoir développé une approche spécifique.

2L’intention annoncée des fondateurs d’Appartenances était de ne pas considérer les troubles des migrants comme relevant d’une pathologie, mais bien d’un mode « normal » d’adaptation vitale à des situations anormales. La solidarité à l’égard des migrants et la création de « ponts » entre les communautés des migrants et la société d’accueil, la nécessité de ne pas réduire l’identité à une définition d’autrui univoque et immuable étaient des principes qui orientaient les activités des professionnels auprès d’individus et de collectifs.

3Ces intentions persistent aujourd’hui, notamment dans les espaces sociaux ouverts par l’institution. Cependant, des « forces » incitant à définir les troubles des migrants en termes pathologiques et à individualiser les difficultés qu’ils rencontrent semblent traverser les activités de la consultation pour migrants. Certes, ces forces ne déterminent pas totalement les pratiques. La référence à un paradigme que nous avons appelé « constructionniste » et l’expérimentation d’un dispositif ethnopsychiatrique indiquent que des modes de pensée et d’action ont traversé l’histoire d’Appartenances de sa création à nos jours et continuent d’influencer les pratiques actuelles, quand bien même ses créateurs ne sont plus physiquement présents. En effet, la présentation de l’association sur son site internet énonce encore, en référence à l’écrivain libano-français Amin Maalouf, la nécessité de construire des identités plurielles, principal gardefou à la prolifération des « identités meurtrières ».

4La question est de savoir si l’organisation de l’institution, ses règles de fonctionnement explicites et implicites, les rapports de pouvoir qui la traversent, les contraintes externes peuvent donner des indications à propos de cette évolution allant d’un modèle unique à une multiplicité de modes de pensée et d’action.

5Pour comprendre ce qui se déroule à Appartenances, comme le suggère Foucault (1997), il est nécessaire de tenir compte du nœud « savoir-pouvoir » qui rend acceptable un système institutionnel ainsi que son discours de légitimation. La singularité des pratiques de l’institution n’est intelligible que si nous la situons dans les rapports de forces sociales que l’on peut comprendre comme relevant du nœud « savoir-pouvoir ». Dès lors, ce n’est pas uniquement l’organisation d’Appartenance, son mode de direction, la distribution du pouvoir, les rapports entre les professionnels qui sont en cause, mais bien les forces sociales « du dehors » qui traversent l’institution. Les professionnels d’Appartenances sont des experts en matière de pathologie et de troubles occasionnés par la migration et ce savoir leur accorde du pouvoir sur leurs patients. Pourtant, ils sont eux-mêmes pris dans des jeux de pouvoir qui s’exercent au niveau plus large de la psychiatrie et de la psychothérapie et qui visent à imposer des manières de penser et d’agir « vraies », ou tout au moins légitimes. Dans ces jeux, l’ethnopsychiatrie à des difficultés à s’imposer en tant que dispositif acceptable.

6La création d’Appartenances a été possible en 1992 parce que le nœud « savoir-pouvoir » permettait la création d’une telle institution fondée sur des idées « généreuses » à l’égard des migrants qui mettaient en œuvre des pratiques délibérément éloignées de la psychothérapie individuelle habituelle. Des idées issues de l’antipsychiatrie, de la psychiatrie institutionnelle, des courants autogestionnaires, notamment, étaient présentes dans ce nœud liant savoir et pouvoir et rendaient possibles de nouvelles manières de considérer le migrant et d’agir auprès de lui.

7Aujourd’hui, la méfiance à l’égard des migrants détermine des affects de peur et des pratiques systématiques de renvoi dans leur pays d’origine. Ces manières de penser la migration et d’agir expriment la volonté du politique de régler la question ou tout au moins de calmer une population dont elle a, par ailleurs, mobilisé les « passions tristes » que sont la haine de l’autre et la peur de tout ce qui diffère.

8L’émergence de la « nouvelle gestion publique » dans le domaine des soins a institué le traitement psychothérapeutique comme faisant partie d’un marché devant être rentable. Ce mode de gestion a pour postulat que si l’on introduit des mécanismes de marché dans des domaines comme l’éducation et les soins, on augmente l’efficacité des prestations. Il s’intéresse donc à l’efficacité des traitements et, pour cela, déploie un arsenal d’outils d’évaluation. Dès lors, il impose des contraintes aux institutions qui, comme Appartenances, reçoivent des subventions des pouvoirs publics. Celles-ci doivent donc justifier leur efficacité thérapeutique en produisant notamment des chiffres. Les assurances maladie qui paient les traitements des migrants exigent aussi des justifications de leur efficacité. Ainsi, nouvelle gestion publique et exigences des assurances n’ont pas laissé indemne le fonctionnement d’Appartenances. Non seulement la direction doit satisfaire à ces contraintes en réclamant des comptes aux thérapeutes, mais les thérapeutes eux-mêmes ont, dans une certaine mesure, intégré l’idée qu’ils doivent être efficaces. Ils le font particulièrement en limitant la durée de certains processus thérapeutiques et en mettant fin à des relations qui, auparavant, auraient pu se poursuivre.

9Les savoirs en psychothérapie sont passés de la psychologie humaniste, des théories développées par les antipsychiatres, voire de la psychanalyse, à des connaissances prétendument plus rationnelles comme les neurosciences, le cognitivisme, la génétique, ou donnant lieu à des pratiques plus efficaces comme les thérapies brèves, les thérapies centrées sur la solution et l’usage de nombreux médicaments, pour ne citer que quelques exemples. Ces savoirs, visant à la rationalité scientifique et à l’efficacité thérapeutique, sont actifs au sein de ce nœud savoir-pouvoir et tendent à s’imposer dans le domaine des soins, également à Appartenances.

10Comme nous l’avons relevé, les catégories diagnostiques des troubles mentaux telles que celles proposées par le DSM IV sont imposées aux praticiens, qui doivent s’y référer notamment dans leurs relations avec les assurances. Certes, ils prétendent jouer le jeu de cette exigence sans que ces catégories n’influencent leurs activités thérapeutiques. Cependant, elles constituent une contrainte à penser les troubles des patients et il faut un effort pour s’en dégager. Ce savoir catégoriel du dehors arrive néanmoins à s’immiscer dans les discours des praticiens, non lorsqu’ils s’adressent aux migrants, mais lorsqu’ils en parlent entre eux.

11Pour reprendre le terme de Hacking, les pratiques de soins aux migrants sont prises dans la « matrice sociale », c’est-à-dire dans un ensemble d’idées, de personnes, de dispositifs matériels, de procédures qui affectent les manières de penser les troubles des migrants et de leur apporter des solutions pratiques. Ainsi, les pratiques d’Appartenances sont perméables aux idées communes et savantes sur les migrants portées par les citoyens, les politiques et les experts. Le migrant reçu dans la consultation est également défini par les dispositifs d’accueil, les procédures pour obtenir l’asile ou de renvoi. Il est aussi constitué par les espaces architecturaux dans lesquels il se déplace, par exemple les bureaux de douane, les centres d’accueil, les services sociaux, les consultations juridiques et médicales. Appartenances fait partie de cette matrice sociale, ses modes de pensée et d’action y sont insérés et, pourtant, ses membres peuvent également contribuer à la transformer en y imposant de nouveaux modes de pensée et d’action. La difficulté réside dans le fait que le modèle théorico-pratique prévalant à la naissance de l’institution était minoritaire et que ce sont les modèles majoritaires qui tendent en définitive à s’imposer.

12Les institutions de soins constituent des lieux, des espaces architec - turaux, des règles ou prescriptions, des valeurs, une organisation, des relations, des modes d’action, un langage et des discours, des individus occupant des places qui leur ont été distribuées. Cependant, comme le montre Foucault à propos de la prison ou de l’hôpital psychiatrique, l’application des règles à des manières de penser et de parler, des actions et des modes de relations, doit être comprise dans des rapports de pouvoir qui n’accèdent pas toujours à la visibilité. Les rapports de pouvoir affectent les pensées, les discours, les actions, les relations en agissant au-dessous des normes et des règles explicites et, dès lors, il n’est pas possible de saisir une action simplement en l’examinant à partir de la norme et de la règle qui prétendent la déterminer ou la justifier. Il importe également de saisir les rapports de pouvoir qui la traversent.

13Les institutions, dans leur acception la plus locale, développent des effets de pouvoir réglés par des mécanismes généraux et légitimés, comme c’est le cas concernant le pouvoir d’un parlement. Leur existence, leur pratique expriment ces phénomènes de pouvoir plus large, politique, économique, médical, religieux, culturel et, en même temps, elles produisent des effets de pouvoir sur les individus qui ont affaire à elles, tels que les employés ou les personnes dont elles s’occupent.

14Notre recherche n’a pas pris pour objet les rapports de pouvoir traversant l’institution. Cependant, le concept de pouvoir attire notre attention vers des rapports de force pouvant exister entre les médecins et les psychologues, sans que nous puissions affirmer que l’un de ces groupes impose à l’autre des modes de faire ou de pensée. Pourtant, les forces externes semblent tendre à imposer une lecture médico-psychiatrique des troubles des migrants sans que les traitements médicamenteux dominent nécessairement. Des rapports de pouvoir se déploient aussi entre les personnes chargées de l’administration et les thérapeutes, ces derniers reprochant aux premières d’imposer une logique administrative pouvant aller à l’encontre de leurs conceptions du travail thérapeutique.

15Les forces sociales externes et les rapports de pouvoir internes peuvent donner des indications sur les difficultés que rencontre Appartenances à se doter d’un modèle d’intervention unifié et identifiable. Ces obstacles ne peuvent être réduits au fonctionnement de l’institution et à ses rapports de pouvoir internes. Il doit aussi être compris comme relevant des rapports de force du dehors, savoir et pouvoir, s’activant en son sein.

Une transformation nécessaire ?

16L’idée de l’institution et de son fonctionnement semble avoir changé. La directrice actuelle n’hésite pas à qualifier de « mythe » et de « phantasme » le fonctionnement autogestionnaire des origines. Ce qualificatif indique que ce mode de gestion n’est pas réaliste et se révèle inapproprié à l’époque actuelle. Effectivement, plusieurs des collaborateurs sont des anciens et se situent dans une tradition d’autogestion. Il y a une volonté de changer ce système d’autogestion parce qu’il ne fonctionne plus bien et parce qu’un implicite fait que les personnes qui ont une ancienneté et qui prennent le plus la parole ont le plus de légitimité, mais il n’y a rien d’établi. Ce qui fait que le groupe est actuellement en crise.

17Il semble bien que le fonctionnement d’Appartenances soit passé d’un modèle autogestionnaire marqué par la coopération entre les professionnels, sans distribution hiérarchisée des rôles et des tâches, à des modes d’organisation fortement influencés par le modèle de la nouvelle gestion publique. Pour la directrice et nombre de collaborateurs, une transformation du fonctionnement d’Appartenances est nécessaire. L’argumentation justifiant cette transformation repose principalement sur l’augmentation du nombre des collaborateurs thérapeutes, passant d’une petite dizaine à environ trente-cinq. Dès lors, il est jugé nécessaire que les rôles administratifs et thérapeutiques soient différenciés, mais que cette répartition nouvelle n’empêche pas que chacun puisse œuvrer pour le bien commun de l’institution.

18Le problème est que le collectif des thérapeutes semble avoir éclaté et que la coopération s’est restreinte, se bornant à une gestion minimale des dossiers. L’ensemble ressemble plus à un cabinet de groupe qu’à une équipe œuvrant de concert pour la santé individuelle et collective des migrants. Dès lors, ce que certains appellent « l’identité de la consultation pour migrants d’Appartenances » semble en péril et risque de ne plus se distinguer de n’importe quelle autre consultation psychothérapeutique ou psychiatrique s’adressant à l’ensemble de la population. Le dispositif ethnopsychiatrique dont nous avons parlé semble à même de contribuer à renforcer l’identité d’Appartenances en tant qu’institution développant une pratique n’ayant cours dans nulle autre institution.

19Pour former un collectif organisé, c’est-à-dire une institution, ses membres doivent partager certaines idées, voire certains sentiments. L’institution Appartenances est légalement constituée, mais cela ne veut pas dire que ses membres ont des pensées communes à propos de la migration, des migrants et des soins à leur apporter. Une convention ou un contrat ne suffit pas à faire un collectif. Un collectif de pensées et d’actions est un réseau complexe de relations de confiance. La confiance est requise et, d’une certaine manière, les membres n’ont pas le choix de ne pas l’accorder car, sans elle, le collectif n’existerait pas. « Un organisme social quelconque, petit ou grand, est ce qu’il est, parce que chaque membre accomplit son devoir avec la conviction que les autres en font autant partout où un résultat cherché est obtenu par la coopération de plusieurs personnes indépendantes, l’existence positive de ce résultat est la simple conséquence de la confiance mutuelle préalable des parties intéressées » (James, 2005, p. 58).

20Pour que la confiance puisse s’installer et former un collectif, les membres doivent avoir un objet commun autour duquel des relations de confiance se tissent. La confiance est requise pour que les membres se donnent des objets communs et résulte de l’échange suscité par ces objets communs. A Appartenances, les objets communs sont des objets de pensée, c’est-à-dire les diverses constructions des problèmes des migrants, et des actions menées auprès de ces derniers ou du public. La confiance a pour effet que chacun sait qu’il partage des objets communs avec les autres et peut penser et agir en ayant la certitude que ses pairs ne vont pas juger et discréditer ce qu’il dit et fait.

21A l’origine d’Appartenances, les objets communs partagés par les membres étaient constitués d’idées portant sur la migration et ses effets sur les migrants, la contestation de la politique d’accueil suisse, la remise en question des diagnostics et des traitements des troubles des migrants. Les objets communs étaient aussi constitués de projets d’action auprès des migrants eux-mêmes, ainsi que de stratégies envers les pouvoirs publics visant à imposer cette vision de la migration et ces modes d’action. Aujourd’hui, à l’occasion de cette recherche, il est difficile d’identifier des objets communs et d’observer la constitution de relations de confiance fabriquant un collectif comprenant tous les membres de l’institution. Les moments partagés sont rares et les objets communs n’ont que peu l’occasion d’être construits. Du point de vue des responsables de la gestion des ressources dont dispose l’association, il semble que la construction d’objets communs « faisant collectif » soit comprise comme une perte de temps et, par conséquent, d’argent. Le dispositif ethnopsychiatrique semble pourtant donner l’occasion à des thérapeutes de travailler collectivement autour d’objets communs constitués par le dispositif lui-même et par ce qu’il produit auprès des migrants et des thérapeutes.

22Cependant, si l’on suit les travaux réalisés en analyse du travail, les situations favorables sont celles où le travail collectif assure la transformation de l’organisation officielle afin de la maintenir comme instrument pouvant faire face au réel. Pour que l’organisation soit un instrument permettant aux professionnels d’agir aux mieux face aux difficultés rencontrées par les migrants, deux conditions sont requises. Premièrement, la présence d’un collectif et deuxièmement, une certaine « plasticité » de l’organisation qui lui permette de s’adapter aux contraintes du réel. Ces conditions permettent de souligner qu’Appartenances, qui était une organisation relativement flexible, capable de répondre aux diverses formes que prennent les difficultés des migrants, est devenue, sous l’effet de contraintes externes, moins souple. Le travail collectif semble aussi peu présent et, dès lors, ne peut « transfigurer » ou transformer l’organisation afin qu’elle reste un instrument d’action. Il ne s’agit pas de transformer les structures de l’institution, mais de voir comment l’institution, présente dans l’activité des thérapeutes, est ou n’est pas flexible.

23Autrement posée, la question est de savoir quelles conditions institutionnelles permettent aux professionnels d’Appartenances d’effectuer au plus haut degré leur puissance d’agir. Pour cela, les travaux de Clot (2008) indiquent qu’il leur faut pouvoir donner du sens à leur travail et « créer » leurs interventions auprès des migrants, mais aussi construire en partie les conditions qui enveloppent ce travail, notamment institutionnelles, afin d’agir au mieux. Il ne semble pas que les thérapeutes et les interprètes aient perdu le sens de leur action. Le sens de la solidarité à l’égard des migrants et la volonté de saisir leurs troubles comme relevant notamment des conditions géopolitiques persistent depuis l’origine de l’institution. Même s’il est souvent l’objet de réappropriations et de reconstructions individuelles, ce sens n’est pas altéré au point d’affecter les interventions des professionnels en diminuant leur puissance d’agir. Cependant, les conditions institutionnelles apparaissent comme difficilement accessibles à des transformations dont ils seraient les initiateurs. Elles sont plus des réponses aux exigences externes des pouvoirs publics et des assurances que des règles et procédures permettant d’effectuer au mieux le travail thérapeutique, pensent nombre de professionnels.

24Il existe un clivage entre les domaines de l’administration et de l’intervention auprès des migrants. Les professionnels de première ligne, notamment les thérapeutes, n’ont pas la même définition du travail bien fait que les gestionnaires. Pour les premiers, le travail bien fait est celui qui permet aux consultants de se développer, et peu importe le temps que cela nécessite. Pour les seconds, le travail bien fait est celui qui permet aux migrants d’accéder rapidement à une vie sociale adaptée à notre monde occidental tout en répondant aux exigences externes, telles que la rédaction de rapports ou la transmission d’informations aux diverses instances concernées. Dès lors, comme dans nombre d’institutions, le sens de l’intervention demeure le souci des thérapeutes et l’efficience celui de l’administration.

25Ce clivage entre les domaines administratif et thérapeutique n’est pas une simple création interne à Appartenances. Il est produit par des exigences externes et peut être compris comme un des effets « pervers » de la nouvelle gestion publique, qui tend à formaliser la division des tâches entre ceux qui répondent de l’institution face à l’extérieur et ceux qui œuvrent en son sein.

Prescriptions

26L’institution se manifeste auprès des professionnels qu’elle emploie sous la forme de prescriptions. Celles-ci reprennent les exigences externes à l’institution, mais expriment aussi des exigences construites à l’intérieur, nécessitées par son fonctionnement. Les travaux menés en analyse de l’activité tendent à indiquer que l’accomplissement adéquat des tâches singulières par des agents singuliers implique une certaine « plasticité » des prescriptions instituées (Béguin, 2010). A Appartenances, il semble que très peu de prescriptions soient explicitement énoncées ; les thérapeutes ont alors une grande marge de manœuvre quant à leur manière de conduire les thérapies dont ils sont en charge. Cette marge de manœuvre a pour corollaire un certain isolement et un sentiment de solitude face aux difficultés posées par la conduite de la thérapie.

27Tous les acteurs institutionnels ont remarqué que le travail n’était pas empêché par un excès de prescriptions, mais qu’il existe plutôt une rupture entre la logique des prescripteurs, à l’extérieur et à l’intérieur de l’institution, et celle des professionnels du soin aux migrants. Un peu hâtivement, nous pouvons dire qu’une logique « managériale », c’est-à-dire une logique centrée sur le fonctionnement, la saine gestion des ressources, les rapports avec les autorités s’oppose à une logique « humaniste », centrée sur l’humain, c’est-à-dire le migrant, objet de toutes les attentions.

28Les prescriptions, qu’elles répondent à une logique managériale, humaniste, ou qu’elles combinent les deux, ont pour raison d’exister la diminution de l’hétérogénéité des manières d’agir. Une organisation flexible n’ouvre pas toutes les possibilités d’action ; elle les ouvre tout en maintenant une identité. Les professionnels peuvent alors reconnaître des « airs de famille » entre leurs manières d’agir et de penser et celles de leurs collègues. Ces airs de famille peuvent être reconnus par les instances externes, qui considéreront alors que l’institution à une identité. Le collectif des professionnels a ainsi un rôle à jouer pour maintenir des manières spécifiques d’agir, ainsi que leur style propre, mais dans un monde peuplé de pensées et de modes d’intervention qui sont l’affaire de tous.

29Les pratiques sont tributaires du contexte institutionnel. Les règles, les procédures prescrivent ce que les agents doivent accomplir. Les habitudes dans les manières de penser et d’agir préfigurent également les interventions de chacun. Dès lors, il n’est pas étonnant de constater que le contexte institutionnel qui constitue Appartenances affecte profondément les pratiques concrètes, ainsi que le climat dans lequel les professionnels travaillent. Le cadre d’intervention et l’accompagnement des processus qui s’y passent sont influencés par la conception que l’on se fait de l’institution et par les préconstruits et les attentes des acteurs extérieurs sur elle. Bien sûr, la direction de l’institution est prioritairement placée à l’interface entre l’intérieur et l’extérieur de l’institution et elle est garante de ce qui se passe entre ces deux pôles.

30Cependant, les pratiques internes de l’institution ne sont pas imperméables aux influences et pressions externes. Par exemple, les exigences des assurances, les demandes des institutions envoyant des migrants en consultation affectent directement les manières dont les thérapeutes se représentent ce qu’ils doivent faire et ce qu’ils font concrètement. De plus, dans un centre de consultation appelé à travailler en réseau et sur la sociabilité des usagers, les thérapeutes ne peuvent être dispensés de se mobiliser comme acteurs institutionnels.

31Dès le début de la recherche, notre attention a été attirée par une certaine agitation sur l’état de l’institution et sur les soucis qui étaient exprimés quant à la survie même de l’institution. La consultation psychothérapeutique pour migrants était particulièrement sollicitée par la direction et mise en demeure de se redéfinir par rapport à l’extérieur, notamment par rapport aux autres institutions de soins œuvrant dans le domaine de la santé mentale sur les territoires vaudois et suisse romand.

Historicité

32Le constat de ces mouvements dans l’institution nous a incités à replacer la consultation psychothérapeutique pour migrants dans son évolution historique et a nécessité le recours à des points de repère théoriques pour appréhender ces éléments institutionnels. Ces repères théoriques concernent les fondements archétypiques des institutions en général. Ils nous permettent de construire le problème des rapports entre le fonctionnement de l’institution et les pratiques qu’elle propose à partir du matériel que nous avons recueilli dans des textes et dans des interviews de la directrice et de quelques personnes de référence d’Appartenances.

33Les éléments recueillis sur la vie institutionnelle, en particulier celle de la consultation psychothérapeutique pour migrants, nous amènent à faire l’hypothèse que l’institution est toujours en tension entre les règles du jeu qui avaient prévalu au stade des pionniers de son développement et celles qui sont imposées sous l’effet de pressions externes, visant à une différenciation des rôles censée accroître l’efficience. Ces tensions existant entre l’attachement aux valeurs et au fonctionnement d’origine et les exigences contemporaines de la gestion des institutions entraînent une certaine confusion chez les professionnels, thérapeutes et interprètes communautaires. Chacun peut se sentir légitimé pour défendre, voire imposer sa propre conception du fonctionnement institutionnel et du travail auprès des migrants.

34Il semble que ce phénomène soit fréquent dans les institutions et nécessite, pour sortir de la crise, une ritualisation claire de la fin des anciennes règles et de l’intégration des nouvelles règles articulées à un projet institutionnel rénové. Une des difficultés dont nous parlent les professionnels est liée à leur statut. Dans la phase des pionniers, le statut qui codifie les attentes de l’institution à l’égard des collaborateurs est imprégné par un engagement militant. Les professionnels sont les instituants, au point qu’institution et personnes se confondent. L’engagement militant, dont la gratification réside dans le plaisir de créer permet aux individus d’accepter de faibles salaires, peu comparables à ceux qui sont alloués dans les institutions officielles. La liberté dont ils ont disposé et l’enthousiasme généré ont permis aux pionniers de payer le prix d’un relativement bas salaire.

35Cependant, actuellement, les professionnels considèrent que leur liberté de création s’est amoindrie, notamment en raison de la mise en place d’un nouveau mode de management. Les plus anciens reconnaissent que leur enthousiasme s’est amoindri. Or, les salaires restent bas par rapport à ceux alloués dans les institutions publiques et bien des personnes ne trouvent plus d’intérêt à travailler dans une institution qui ressemble de plus en plus à une autre sans en avoir les avantages financiers. Il semble que l’institution, qui entre dans une phase de différenciation des rôles et des tâches, devrait pouvoir renforcer le statut, notamment économique, des collaborateurs en compensation de la perte de liberté que le nouveau management induit, faute de quoi la question du statut peut devenir un très fort levier de résistance aux changements. Nous avons quinze ans d’expérience en bricolage. La question est : qu’est-ce qui va se perdre avec ce passage ? Effectivement, il y aura un passage à quelque chose de plus hiérarchique avec des cahiers des charges plus clairs, aussi pour le confort des collaborateurs. Car ce n’est pas confortable d’être thérapeute réfléchissant et intervenant d’une manière solitaire, affirme un thérapeute. Quant au coordinateur de la consultation, il déclare à ce propos : Le groupe serait prêt à accepter la restructuration si les salaires sont mis à niveau, mais c’est impossible financièrement. Le problème est qu’on ne peut pas demander aux gens de travailler à bon marché sans qu’ils aient un pouvoir de décision.

36La professionnalisation du management ne semble pas convenir à certains membres de l’équipe, mais simultanément, ces mêmes personnes se rendent compte que poursuivre dans une logique de pionnier n’est plus possible non plus. Le coordinateur de la consultation dit : On est dans une ambiguïté : on veut tout savoir, mais en même temps on en a marre de tout savoir et on ne peut plus tout porter. C’est le propre de l’association : tout le monde porte tout (le budget, les patients)… Donc, il y a bien une superposition de deux logiques. Cette superposition de deux logiques est utilisée dans les deux sens : on est parfois considérés comme des pionniers, qui s’impliquent, qui font des heures supplémentaires, qui s’investissent émotionnellement, et parfois on nous rappelle qu’on n’est que des employés. On est clairement entre les deux. Cela fait cinq à six ans qu’on parle de faire attention à la motivation de gens, car ils sont en train de s’user.

37La directrice de l’institution considère que l’organisation d’Appartenances doit se transformer et elle sait également que ses collaborateurs attendent par ailleurs une amélioration de leur statut. : La structure de l’institution a évolué, mais sa culture très peu… Le groupe de thérapeutes est très disparate, ce qui est rendu encore plus complexe par la tension entre médecins psychiatres et psychologues, ce qui ne favorise pas l’émergence de leadership. J’ai fait un travail de coaching avec l’équipe clinique. Ils ont réussi à identifier les problèmes. Je leur ai proposé une nouvelle structure avec un leadership consultatif, avec un psychologue cadre qui aurait la direction du secteur clinique, qui fonctionnerait avec une équipe de direction : médecin responsable, administratrice. Ils sont d’accord pour que ce soit quelqu’un de l’extérieur, mais ils refusent tout recrutement avant l’application complète de la grille des salaires, ce qui ne sera pas possible avant cinq ans. Je leur ai proposé une structure de ressources humaines, qu’ils ont refusée. Ils ont identifié tous les problèmes et faiblesses, mais ne sont pas d’accord de faire ce qu’il faut pour que ça change.

38Appartenances est dans une phase de son histoire qui exige des transformations. Celles-ci sont incertaines et les professionnels ont le sentiment qu’ils n’ont que très peu de prise sur ce que devient leur cadre de travail. Paradoxalement, alors qu’ils aident les autres dans leur souffrance, ils sont eux-mêmes souffrants dans une institution qu’ils ne reconnaissent plus et dans laquelle ils ne se sentent pas totalement reconnus, notamment par une hiérarchie totalement occupée par ses tâches de management. En effet, comme le montrent les travaux de Davezies (2009), « le discours du management repose sur des indicateurs abstraits, quantitatifs et comptables, et au final sur une structure d’argumentaire reproduite à l’identique d’une entreprise à l’autre. Il est facile à mettre en scène. C’est en quelque sorte un discours ‹ vu d’avion › qui n’envisage le contexte qu’à partir d’une position très surplombante » (p. 2). L’expérience directe du travail est fondée sur un engagement de la personne dans des situations qui l’affectent et que le manager n’est pas en mesure de percevoir. Ne percevant pas cet engagement, le manager ne peut le reconnaître, ou alors seulement d’une manière abstraite et désincarnée.

39Afin que l’institution permette le déploiement à son plus haut degré de l’activité thérapeutique, il semble primordial de renverser l’ordre des priorités. Il est nécessaire que le travail réel puisse être collectivisé et que ce travail réel collectivisé devienne le principe organisateur de l’institution. Certes, chercher des sources de financement pour le fonctionnement de la consultation pour migrants est aussi un travail réel, soumis à une logique qui n’est pas celle de l’aide aux migrants. Ces deux logiques se croisent et, à ces points d’intersection, s’influencent, mais aucune, seule, ne peut déterminer les exigences auxquelles l’autre doit se soumettre.

40Nous l’avons dit, seul le fonctionnement d’un collectif permet d’inventer des formes d’intervention qui puissent être à la hauteur des problèmes que rencontrent les migrants et des conditions d’exercice de ces formes d’intervention. Une institution comme Appartenances pourrait fonctionner sans collectif, elle pourrait n’avoir besoin que d’individus atomisés, mais, alors, ce ne serait plus Appartenances.

© Éditions ies, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search