Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’âge des possibles

 | 
Anna Fabbrini
, 
Alberto Melucci

Chapitre IV. Le besoin d’expérience

Texte intégral

Expérience virtuelle et action

« - Maître, enseigne-moi la vérité.
Lave ton bol ! » Récit zen

1La capacité à faire des expériences et à apprendre de celles-ci ancre ses racines dans la possibilité subjective d’éprouver des sensations et de pouvoir les situer et les contenir dans son propre corps. Ces sensations, comme la pensée qui s’en saisit et les élabore, prennent la forme d’un geste, d’une expression, d’une action ; elles servent de fondement permanent aux émotions et rendent possible la rencontre réelle avec le monde.

2La condition de l’expérience repose sur une implication globale dans le contact avec soi et avec l’extérieur. Tout au long de la vie, l’apprentissage permet d’assimiler les manières et les procédures de l’action ainsi que la construction du sens même de l’agir. Lorsque l’on considère la dynamique de l’expérience, il est impossible de distinguer ce qui relève du corps, des sens, des émotions, de la pensée. On devine plutôt un mouvement unitaire de la présence, entendue comme le flux simultané de composantes somatiques, émotives et mentales, intimement reliées. La qualité de cette présence se redéfinit profondément au cours de l’adolescence, du fait de l’activation de ressources qui permettent au jeune de délocaliser son champ expérientiel de la juridiction familiale vers un espace autonome, dans lequel il commence à subvenir à ses besoins et à son orientation, élabore un style d’action plus personnel, construit sur ses propres explorations, sur des opinions distinctes de celles des adultes et sur des vérifications concrètes des faits.

3Tout au long du temps de l’enfance, la fonction vicariante de l’adulte offre un support solide à la médiation de l’expérience : elle se voit déléguer la prise en charge de nombreux aspects de ce processus. L’adulte « ressent » pour l’enfant, il contient son ressenti, en interprète le vécu, pressent et accueille les émotions, les élabore, les restitue, en facilite l’expression. C’est encore l’adulte qui comprend les besoins, les nomme, met des mots sur les choses et sur les événements de la vie, ceux du dehors et ceux du dedans. Il veille en somme à satisfaire les besoins matériels et affectifs, il fait les choses pour l’enfant, l’aide à faire, construit le sens de la présence et de la continuité à travers la narration du mythe personnel et familial. L’adulte projette et rêve pour l’enfant dont il prend soin, il alimente pour lui l’espoir quant à la vie à venir.

4La prise de conscience liée au développement cognitif et un nouveau pouvoir d’action sur le monde font de l’adolescence le temps au cours duquel mûrit chez les jeunes la possibilité de s’affranchir de ce soutien, le temps au cours duquel tenter de se prendre en charge de manière plus intégrale, en soustrayant sa propre personne au contrôle de l’adulte. Durant ce nouveau se trouver seul au monde, l’adolescent découvre ses propres capacités, met à l’épreuve ses compétences à agir, fait l’expérience des possibilités et des limites, connaît des moments d’égarement, chancelle entre essais et erreurs, éprouve sa capacité à faire et à défaire.

5Le sens de l’identité personnelle, auquel on pense en général comme à une idée sur soi, se fonde en effet sur la possibilité de parcourir complètement la trajectoire sensation-action : la pensée et les sens relient sur ce parcours le ressenti du corps avec le projet de l’action. Les effets de l’action, dans leurs retombées sur le sujet qui l’accomplit, confirment ou démentent la présence des capacités, la justesse des hypothèses et la validité des intuitions qui sont à la base du projet, contribuant ainsi à former la perception de la valeur personnelle et à alimenter l’estime de soi.

6La qualité du rapport au corps devient centrale dans ce temps de la vie, non seulement du fait des évidentes transformations liées à la croissance et à la redéfinition de l’image de soi, mais aussi parce que la présence – c’est-à-dire le sens subjectif du caractère concret du fait d’exister ici et maintenant – se construit à partir du contact que l’adolescent entretient avec son corps. La capacité à percevoir les sensations est en effet liée au pouvoir de les nommer, qui leur donne la forme de besoins : la connaissance du monde extérieur, désormais suffisamment vaste, permet alors d’organiser le mouvement adéquat pour entreprendre l’action qui satisfait les besoins existentiels.

7En l’absence du support parental, l’adolescent est engagé seul dans le travail de déchiffrage des messages du corps. Parmi ceux-ci, les mouvements instables des humeurs, les états d’esprit qui sont en réalité des états du corps, ne sont pas immédiatement ni entièrement traduisibles en émotions et sentiments ; ils ne se prêtent pas facilement à la transformation en besoins, en désirs, en rêves, et encore moins en actions. Ce sont des perceptions confuses et souvent presque innommables, car les mots manquent pour le faire.

8Ceux-ci peuvent en grande partie être attribués aux rythmes biologiques profonds et sont directement liés au fait de se sentir vivant. Ce sont surtout des sensations viscérales, respiratoires, cénesthésiques. C’est ainsi que, de manière paradoxale, des messages de vie intenses et dynamiques risquent d’être mal compris ou de ne pas trouver un espace intérieur pour être contenus. Ils nourrissent alors un ressenti de risque et de danger chez les jeunes, en faisant penser à la maladie ou même à la mort. L’adolescent tend en effet à avoir une idée de la santé avant tout associée à l’absence de sensations ou à un état neutre, tandis que le mal-être est associé sans distinction à tout mouvement interne du corps. Ressentir équivaut à être perturbé ; les sensations vitales deviennent alors des menaces pour l’intégrité personnelle.

9N’importe quel état du corps qui s’écarte de la situation de normalité (qui équivaut à l’absence de sensations notables), n’importe quelle perception sensorielle interne qui se fait remarquer car elle dépasse le seuil de l’habitude est accueillie comme une menace, crée de l’inquiétude, de l’incertitude, de la peur. Comme on l’a déjà dit, une sorte d’hypocondrie physiologique semble caractériser les adolescents, en général très peu attentifs à ce qui arrive à l’intérieur du corps, mais prêts à espionner le moindre signe, écoutant avec crainte ce qui se meut à l’intérieur d’eux-mêmes chaque fois que les messages se font un peu plus intenses, chaque fois que le corps vivant, si vivant dans cette période de la vie car soumis à de profonds changements, se manifeste par le biais des sensations. L’activation des sensations internes par les changements hormonaux accentue la complexité de la dimension proprioceptive et crée un état ordinaire d’extraordinaire irritabilité, qui devient le signal tant du mouvement interne que du contact avec les stimuli externes diffus.

10Dans le rapport qu’entretient chaque individu avec l’environnement, la possibilité d’établir un contact avec les sensations internes est déterminante pour la constitution même de l’expérience. Les sensations proprioceptives correspondent en effet à la forme la plus primaire de message sur lequel repose la perception des nouveaux besoins. Avant de devenir représentation, parole et action, le besoin s’exprime comme un manque, par le biais de sensations corporelles sans nom. Ce volet très délicat et peu exploré de l’expérience peut être défini comme pré-contact : il correspond dans le cycle de l’expérience au moment d’indétermination où apparaît un déséquilibre homéostatique et au cours duquel la personne, suivant l’incitation à reconstituer un état d’équilibre, donne forme aux pensées et se met à accomplir des actions visant à satisfaire les nouveaux besoins. La racine profonde de toute action est constituée à l’origine d’une expérience très primaire de sensation pure, non immédiatement orientée vers un objet. Pour se transformer en action, cet état sensoriel encore indéterminé doit prendre forme à travers la perception consciente et l’investissement cognitif qui permet de reconnaître et de nommer, par exemple une vague perception de vide dans l’estomac comme « faim ». Sans cette sensation initialement confuse et mal localisée, il n’y aurait pas de faim. Mais, sans la capacité de la percevoir de manière consciente et de la nommer, aucune action orientée vers la satisfaction du besoin ne serait possible.

11Si ce passage est assez évident et relativement facile à saisir à travers l’exemple de la faim, il n’en va pas de même pour une vaste partie de l’expérience humaine, durant laquelle une pluralité de messages convergent pour définir l’état sensoriel, dont la transcription cognitive n’est pas toujours aussi simple. Il ne faut en effet pas oublier que la dimension affective intervient dans le passage de la sensation à l’identification d’un besoin, c’est-à-dire dans le processus de décodification des messages sensoriels, ce qui peut rendre la traduction de ceux-ci bien plus compliquée, ne pas permettre la définition claire d’un besoin, bloquer l’action et ainsi de suite. Une sensation peu appréciée, que l’on associe à des souvenirs aux connotations affectives négatives, l’apparition d’un sentiment de menace ou de peur, ou à l’inverse celle d’une attente très intense d’un point de vue affectif peuvent rendre la reconnaissance d’un besoin et le passage à l’action très problématiques. Il n’en demeure pas moins vrai que la condition nécessaire pour avoir un sens de soi-même consistant est que le contact profond avec le corps, qui permet de ressentir et de saisir les messages sensoriels proprioceptifs, soit maintenu.

12Quand, au cours de la vie, on fait des expériences plus ou moins longues de perte du sens de soi, comme lorsque l’on se sent dépassé par les événements ou bloqué, que l’on ignore comment continuer, que l’on ne sait plus qui l’on est vraiment, que l’on ne se sent pas à sa place, il s’agit toujours d’une mise à distance du ressenti profond du corps. Tout éloignement du caractère concret de sa propre personne est le signe d’une fracture dans la continuité du cycle de l’expérience, qui détache le comportement de sa racine sensorielle et rend instable la perception de la réalité de l’existence.

13L’adolescence constitue un moment critique, spécifiquement caractérisé par le désordre dans le domaine du pré-contact, du fait de l’irruption d’une grande quantité de sensations internes vécues comme ingouvernables et indéchiffrables. Cela se traduit souvent chez les jeunes par un état d’irritation diffuse, lié à une impression de ne pas réussir à faire ce qu’il faut, d’être inadapté, de ne pas savoir vraiment quoi attendre de soi et des autres. Une paralysie de l’action peut facilement découler de cet état dès que surgit une « faiblesse », une difficulté particulière à contenir et à endiguer les sensations internes. L’état de confusion que les jeunes évoquent souvent pour décrire ce qui est en train de leur arriver n’a généralement rien à voir avec des problèmes cognitifs, mais correspond avant tout à une situation de perception indéterminée, dans laquelle la grande quantité de messages internes, l’excès de signaux proprioceptifs ne parviennent pas à être ordonnés selon des critères connus, ce qui donne lieu à un sentiment d’égarement, à des ressentis de peur ou à des tentatives de négation. Résultant de la prise de distance vis-à-vis des sensations internes, une sorte d’anesthésie se met en place ainsi qu’un renoncement à trouver en soi le terrain et la piste sur lesquels refonder sa capacité à agir.

14La compétence à gérer les sensations du corps et à les transformer en connaissances et en actions repose sans aucun doute sur les expériences accumulées en amont, mais on observe au cours de l’adolescence une restructuration complète du champ : le développement encore en cours des facultés cognitives fragilise la consistance de la nouvelle capacité à penser, tandis que la capacité à agir se trouve dans une situation expérimentale, devant se confronter à de nouvelles épreuves et à de nouveaux critères d’évaluation.

15Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que les adolescents, plus proches de leur monde intérieur qu’au cours de toute autre phase de la vie, se maintiennent dans le même temps à l’écart de leurs sensations. Et pourtant aucune action ne peut se développer sans cet enracinement dans le corps. Etre proche de son ressenti interne est la condition pour éviter de devoir faire entièrement référence aux autres, en dehors de soi, en vue de comprendre qui l’on est et ce que l’on veut. Chaque silence du corps ouvre le champ des perceptions vagues et confuses de soi – au sens d’incertitude, de confusion, d’inconsistance – ainsi que des sentiments pénibles d’inauthenticité de sa propre personne.

16L’intensité du ressenti durant l’adolescence se trouve certainement aussi à la racine de l’impétuosité qui sous-tend souvent les actions inappropriées et maladroites. Dans le domaine de l’aide psychologique, on dit communément qu’une des difficultés les plus grandes pour entrer en relation est la tendance de l’adolescent à passer à l’action, à « agir » ses propres expériences (acting out), c’est-à-dire à réaliser une sorte de court-circuit de la pensée en exprimant directement à travers l’action son propre monde intérieur, en se passant du filtre de la conscience. Comme si l’on était possédé par le corps, les gestes et les mouvements ne « signifient » pas quelque chose, mais « sont » la chose elle-même : l’action extériorise, dit de manière visible l’intensité, le rythme, la couleur émotive d’un ressenti interne irrépressible, qui contamine souvent l’interlocuteur présent dans le champ de la relation.

17On considère alors en général comme nécessaire une meilleure capacité à penser, pour transformer la tendance irrépressible en action consciente d’abord, puis en mots et gestes communicatifs. En d’autres termes, on envisage la capacité de médiation entre expérience et action, garantie par la pensée, comme nécessaire à l’individuation.

18C’est certainement ce qui arrive en général dans la vie adulte, surtout si l’on se réfère à des activités à contenu cognitif de type logico-rationnelles et à l’action guidée par le calcul moyen-fin. Mais il est tout autant certain que tout ce qui se meut à l’intérieur du corps n’est pas traduisible en représentations logico-rationnelles et que le passage par la pensée et par les mots n’est pas une médiation obligée, ni la seule capable de contenir les sensations. A titre d’exemple, l’expérience du silence contemplatif d’une part – qui n’exige pas l’élaboration de pensées – et l’action comme expérimentation de possibilités d’autre part – le faire sans connaître en amont le résultat de l’action – sont deux autres manières de s’exprimer du monde intérieur. Ce sont des manières de donner du sens et du contenu aux sensations proprioceptives, qui ne passent pourtant pas par la médiation de la pensée logico-rationnelle.

19L’expérience est dans ce cas construite sans assigner aucun primat à la pensée. L’état de « pensée sans pensée » qui caractérise le vide méditatif, les moments intenses de contemplation du beau et de l’extraordinaire, les pics du contact intuitif avec soi-même, avec l’autre, avec la réalité sont autant de cas dans lesquels le flux intense des sensations internes est contenu, perçu et doté d’un sens propre dans la concordance directe entre ressenti et expérience globale. De la même façon, le geste de l’artiste qui met sur la toile ou imprime à la matière son ressenti interne contient toute la richesse de l’expérience et son sens, qui ne correspondra jamais aux mots utilisés a posteriori pour décrire le résultat de l’action. De même, dans les « métiers », dans tous les « arts » qui s’emploient à traduire dans des gestes et des actions une représentation intérieure, synthétique et globale, on retrouve les mêmes qualités d’immédiateté et de sens, entièrement contenues dans l’action elle-même.

20Notre société a énormément réduit les domaines du faire comme geste et comme mouvement du corps qui entre en contact avec une matière. La culture tend à surinvestir le pouvoir de la pensée, de la parole et de l’image, plaçant au second plan d’autres voies d’expression et de gestion du monde intérieur. Penser et imaginer ne sont pas la même chose que faire. L’action requiert de calibrer le geste pour obtenir le résultat de l’« œuvre », à travers la perception subtile de la réponse que la matière fournit au fur et à mesure à l’intention qui s’exerce sur elle. C’est ainsi que l’apprentissage, qui est aussi une éducation de la pensée, s’effectue.

21Si l’on a toujours souligné la tendance et les dangers du passage à l’acte au cours de l’adolescence, de l’acting out, le risque semble plutôt correspondre aujourd’hui au fait que se produise une sorte d’acting in : un excès d’activités de pensée et de parole (ou en tout cas l’attente qu’à travers celles-ci tout soit gouvernable et transformable), qui souvent va aussi occuper de manière inappropriée l’espace du besoin d’agir sur la réalité. La rareté des occasions de faire, l’inhibition au geste efficace et l’investissement excessif mis sur la capacité à réfléchir peuvent faire obstacle au déroulement de l’expérience, dont l’action fait, pour les adolescents, partie intégrante.

22L’action matérielle sur les choses est une condition de la vérification concrète de la vérité, de la validité et de la bonté de sa propre présence au monde. L’engagement dans des actions concrètes, l’aide aux autres et l’effort de poursuivre pratiquement ses idéaux constituent autant d’exemples de ce besoin d’exercer une action constructive comme preuve de sa propre consistance. La prise de responsabilités, c’est-à-dire la capacité à reconnaître les effets de sa propre action, est un organisateur de l’identité personnelle qui trouve la possibilité de mûrir dans le temps et dans le contexte de l’action.

23Les actions concrètes qui accompagnent la prise de responsabilités contribuent à redéfinir le champ de l’expérience de l’adolescent, qui de potentiel devient praticable. Ce passage s’exprime par l’exercice de l’auto-frustration, par la reconnaissance réelle de la différence entre le monde intérieur et le monde extérieur, entre soi et l’autre. C’est sur cette reconnaissance que se fondent la capacité à percevoir ses propres limites et le renoncement à l’idée toute-puissante d’être tout, en découvrant que l’on ne peut pas tout faire.

24La valeur de l’action concrète qui rencontre le monde matériel est irremplaçable. Différemment du sentiment, volubile et contradictoire, ainsi que de la pensée, versatile, hypothétique, dilatée dans le passé et dans le futur, l’action oblige à accepter le sens de la limite ici et maintenant. De manière paradoxale, l’action, pour se réaliser, a besoin d’être en contact avec les limites de l’action elle-même, ayant conscience, ou au moins une esquisse de conscience, des impossibilités. De la même manière que toute pièce – afin d’être un espace où quelque chose peut arriver – a besoin de murs qui l’entourent, de la même manière qu’en acceptant d’être ici, maintenant, à l’intérieur de cette pièce, nous renonçons à être dans tout autre lieu.

Choix, décision, volonté

25Au-delà de la rétention du ressenti intérieur, c’est la conscience du temps et de l’espace qui fournit les coordonnées à l’intérieur desquelles peut se développer la capacité réelle à faire des expériences. Toute action se développe et se déroule dans un temps ainsi que dans des limites spatiales imposées par un environnement.

26Au cours du développement, la perception du temps se construit d’abord pour l’enfant autour d’événements qui se succèdent. Ce n’est que progressivement que le temps passe d’une dimension vécue et totalement subjective – et donc soumise à l’arbitraire enfantin – à une catégorie de référence socialement partagée. Chacun apprend ainsi l’existence de temps linéaires et irréversibles dans lesquels s’organise l’action orientée vers des fins ; et, en parallèle, l’existence de temps cycliques, répétitifs, dans lesquels se situent toutes les actions qui reviennent à intervalles plus ou moins réguliers telles que celles du travail domestique, ou encore les expériences des rythmes biologiques, comme l’alternance du sommeil et de la veille, les va-et-vient de l’humeur ou les cycles saisonniers.

27Comme nous l’avons déjà relevé, les jeunes ont souvent une perception du temps qui laisse une large place à son ouverture et ont tendance à lui assigner une certaine réversibilité, en tant que champ des possibles toujours ouvert. Les jeunes ont fréquemment une perception du temps proche du rêve, semblable à celle induite par le spectacle télévisuel et par le cinéma, où tout peut toujours s’accomplir à nouveau, se retourner. Cette manière de vivre le temps n’est pas exempte d’effets sur la responsabilité personnelle : si tout peut toujours se répéter, cela veut dire que les effets de l’action sont toujours vécus comme contrôlables, réversibles et donc jamais réellement vrais. Parfois, des expériences telles qu’un redoublement ou la mort d’un camarade ou d’un proche constituent des moments de maturation profonde, au cours desquels l’adolescent fait l’expérience – avec une surprise et une intensité particulières, sur le vif – de l’irréversibilité du temps linéaire et touche du doigt le caractère concret de certains événements qui le concernent et ne sont pas modifiables. Ce fait de vivre la vie en direct change parfois radicalement le sens de la présence.

28Mais un sentiment qui contraste avec l’ouverture illimitée de la perspective temporelle est également diffus chez les jeunes : celui du temps comme bien rare. Les adolescents d’aujourd’hui pensent qu’ils ont peu de temps, que le temps dont ils disposent ne suffit jamais ; ils ont toujours l’impression de ne pas parvenir à faire tout ce qu’ils veulent. Le temps vécu est un temps serré dans lequel il n’y a pas assez de place. Cette situation produit de l’angoisse et un certain mal-être : elle donne l’impression de devoir contracter, réduire en permanence le champ de l’expérience, ou bien de devoir faire quelque chose pour dilater le temps.

29Des observations similaires se dégagent en ce qui concerne l’usage de l’espace. Les jeunes d’aujourd’hui vivent dans des espaces variés qui correspondent à différents domaines de leurs expériences : la maison, l’école, les lieux du temps libre, la ville comme grand réseau de relations. Il s’agit cependant d’un ensemble de lieux spécialisés et discontinus, non reliés entre eux par un tissu culturel commun, souvent privés du moment du transit. La façon dont l’on va d’un lieu à l’autre et ce qu’il y a au milieu sont des aspects qui semblent disparaître de l’expérience et se résument à un pur calcul temporel : « Il faut une demi-heure. » Le passage en tant qu’expérience physique est absent et cet affaiblissement de la transition produit des cartes mentales désarticulées, éliminant les espaces mentaux des connections, de l’intermède, du ni-dedans-ni-dehors.

30La distance physique pour arriver et s’éloigner des lieux est propice à l’élaboration des événements et des expériences et permet de faire face à l’incertitude. C’est pour cela que vivre dans les espaces intermédiaires constitue une composante vitale de l’expérience : marcher pour se rendre quelque part, jouer dans la cour, être sur le seuil de la maison, dans les espaces communs (qui sont à tous et à personne), habiter les rues et les trottoirs sont autant de dimensions physiques, émotives et mentales à la fois, dont les jeunes se trouvent progressivement privés par la condition urbaine.

31Un des aspects qui contribue à accentuer le caractère indéterminé de l’expérience est l’énorme dilution des possibilités, dont nous avons déjà parlé. Alors que, auparavant, le faire était une nécessité car seule une chose était possible (un métier, un partenaire, un lieu où habiter), aujourd’hui tout semble apparemment possible et ce pouvoir se trouve à l’origine d’un état de suspension de l’action. Les adolescents vivent dans un état répandu et quasiment permanent d’incertitude. Cette situation est très difficile à supporter car le doute tend à favoriser la paralysie et la stagnation. L’incertitude est un moment d’arrêt, d’impasse, au cours duquel l’on évalue les avantages et les inconvénients des choix, confronté à des alternatives qui se valent et pour lesquelles on manque souvent d’un critère de valeur pour choisir. Rien ne dit que ceci est meilleur que cela ; c’est la raison pour laquelle il est très difficile de rester dans l’incertitude, car on tend à ne pas supporter cette situation, à combler le vide, à donner au plus vite des réponses. Cette pression à répondre, liée au fait que l’incertitude est un état de malaise, se heurte à une ambivalence : quand les alternatives se valent, il est difficile de faire quelque chose et l’on reste bloqué.

32Les jeunes se retrouvent souvent confrontés à des situations de ce type, qui sont le revers de la grande liberté dont ils jouissent. Les aspects positifs du pouvoir d’imaginer, de la capacité à voir beaucoup de choses et du fait d’avoir beaucoup d’opportunités trouvent leur contrepartie dans l’inquiétude de l’incertitude, dont le prix est parfois très élevé.

33L’expérience de la prise de décision est liée à la dynamique du choix. Les changements dans les règles, les valeurs et les critères d’autorité qui orientaient par le passé les choix mettent aujourd’hui les jeunes dans une condition où ils doivent décider par itération, faire des évaluations instantanées dépourvues de références solides. Les adultes, en renonçant à choisir pour l’adolescent, lui laissent dans le même mouvement la responsabilité de découvrir les conséquences de ses actes.

34Choisir et décider sont des dimensions de l’action qui révèlent à quel point le faire implique des renoncements. De fait, en choisissant, on élimine du champ la plupart des objets qui ont été évoqués pour exercer le choix. Mais ce qui est éliminé demeure présent, dans la mesure où une relation forte s’établit avec ce à quoi l’on renonce. Prendre des décisions est donc une expérience qui compte sur une ressource émotive dont les jeunes d’aujourd’hui sont relativement dépourvus : la capacité à supporter et à s’infliger des frustrations. Et à l’image de toute expérience de privation, puisque l’on renonce à quelque chose, la décision requiert une capacité au détachement, à « faire le deuil », à supporter aussi la perte. Choisir en contexte de possibilités multiples est une expérience teintée d’une tonalité déprimante pour les jeunes, qui tendent souvent à éviter ces passages en choisissant de rester dans les limbes de la procrastination et de l’attente. Ici encore, il s’agit d’accepter la limite, présente au moment même où l’on exerce son pouvoir. Savoir tolérer la frustration est quelque chose de différent pour les adolescents d’aujourd’hui que par le passé : une expérience sans aucun doute davantage liée au renoncement à la toute-puissance qu’à la rencontre de l’interdit, de la loi sévère, de la rareté et de la privation.

35Entrer en contact avec le monde par l’action impose nécessairement de traverser tous ces territoires. Il pourrait paraître très attractif de se réfugier dans l’imaginaire ou encore d’allonger des expériences transitionnelles situées dans un no man’s land, à la frontière du rêve et de la vraie vie. Aujourd’hui, la centralité des médias contribue à brouiller l’image et la réalité, au risque pour les jeunes de confondre la représentation et la réalité. Regarder des images tend parfois à remplacer le faire ou peut être vécu comme un faire. De plus, les événements parviennent aux sens déjà filtrés et fragmentaires. Les expériences confinées au fait de « penser », de « regarder » et de « savoir » ont des implications déconnectées et désarticulées. L’intégrité et la complexité du fait d’éprouver des émotions et de connaître trouvent rarement le terreau dans lequel s’enraciner. Beaucoup de contacts avec le monde sont intermédiés par les technologies de la communication qui créent des temps réversibles, des espaces virtuels et qui obligent à redéfinir l’horizon de la responsabilité.

36Comme les adultes, les adolescents sont soumis à un excès de stimuli et ce flux produit une surcharge. Ce qu’ils reçoivent par le biais des médias a besoin d’être élaboré pour être assimilé et devenir une expérience, et ne peut être reçu que si le flux est en adéquation avec les possibilités mentales des jeunes, tant du point de vue de son intensité que de sa qualité. L’horizon symbolique proposé doit en effet compter sur la capacité à emmagasiner, à établir des connections, mais aussi à oublier et à ignorer certains messages. Il doit laisser aux jeunes la possibilité d’ouvrir et de fermer, c’est-à-dire d’être réceptifs du point de vue sensoriel, mais aussi de tenir à l’écart et d’empêcher certains stimuli de parvenir aux sens, pour préserver le temps de l’élaboration.

37Au-delà de la surcharge quantitative, la qualité des stimuli provenant des médias tend elle aussi à créer une expérience de saturation. Ce qui parvient à la perception des sens est souvent déjà très élaboré, présente un caractère peu problématique et peu évocateur. En particulier, beaucoup d’images télévisées ont simplement besoin de rencontrer des récepteurs et d’être absorbées. Il s’agit souvent de stimuli qui ne suscitent pas la curiosité ou qui ne sont pas assez incomplets pour solliciter la recherche de ce qui manque et doit être produit. Au contraire, certaines formes de lecture ou d’art sont des exemples de stimuli absolument non saturés. Ceux-ci provoquent l’imaginaire, le souvenir, la curiosité. Ils mettent en mouvement une expérience tellement « partielle » qu’elle pousse à chercher tout ce qu’il n’y a pas, à créer tout ce qui manque. Les stimuli dont les jeunes ont le plus besoin sont ceux qui laissent quelques failles, quelques questions sans réponses, qui ne sont pas des anticipations du désir mais qui fabriquent des désirs. L’ennui, l’absence d’émerveillement et la passivité sont des signaux préoccupants chez de nombreux adolescents d’aujourd’hui.

38Pour ne pas devenir de purs récepteurs, les jeunes ont besoin d’apprendre une régulation du flux des stimuli dans le cadre de moments d’ouverture et de fermeture. Ils doivent pouvoir interagir avec des stimuli non saturés qui suscitent une tension vers, stimulant les capacités de déchiffrage et d’élaboration.

39Le caractère fortement suggestif du cinéma, de la télévision et des jeux vidéo favorise à l’inverse des situations du type comme si, typiques du jeu, où l’on fait semblant de faire réellement. Regarder l’aventure est souvent identique à l’avoir vécue ; en lien avec le haut niveau de participation émotionnelle mobilisé, la jouissance passive des images par le regard peut remplacer l’expérience, assouvit la curiosité, éteint au lieu de pousser à se mesurer à l’action et à l’épreuve.

40Le travail est par excellence le lieu de l’action productive sur le monde ; la responsabilité qui y est associée est telle qu’elle peut transformer un adolescent en jeune adulte car c’est justement la forme particulière de contact avec la réalité impliquée par le travail qui marque la fin de la condition adolescente. Les adolescents sont normalement ceux qui vivent encore aux marges du monde productif, n’entretenant qu’une relation à distance avec celui-ci. Le travail, tel qu’imaginé par l’adolescent, mentalement construit à travers une succession de rêves sur son propre futur, est avant tout la projection mentale de ce qu’il fera et sera « quand il sera grand ». Cela étant dit, dans la mesure où il est intimement lié au résultat produit mais aussi à l’argent, le travail constitue également une épreuve de vérité immédiate.

41Dans la tradition anglo-saxonne et des pays nordiques, les expériences de travail durant l’adolescence sont très vivement encouragées et constituent pour les jeunes un canal d’estime de soi et de réalisation personnelle. Dans les cultures latines, le travail est toujours associé à l’état de nécessité. On travaille par besoin, et donc on ne travaille pas si l’on n’en perçoit pas la nécessité. L’expérience du travail à l’âge adolescent se situe donc dans un contexte pauvre en opportunités, où les occasions sont non seulement plus rares mais également situées dans un cadre normatif indéterminé qui les relègue, de fait, aux marges de la légalité.

42Le travail est pourtant une expérience riche en stimuli pour les adolescents, en lien avec sa caractéristique d’activité de transformation du réel. Il ne repose en effet pas seulement sur la nécessité mais aussi sur la volonté de faire, le désir de réaliser, d’éprouver ses propres capacités, de contribuer, ne serait-ce que de manière marginale, à sa propre subsistance. Si gagner sa vie est la condition de l’émancipation de la famille, faire l’expérience – même limitée – de la capacité à pourvoir à ses besoins est une affirmation de l’honneur personnel. Le rapport à l’argent peut être très important à l’âge adolescent : c’est un gage concret de la valeur de la personne en tant que mesure de la richesse produite, mais aussi un moyen pour poursuivre d’autres buts. C’est un médiateur du désir et en même temps un instrument pour se mettre à l’épreuve, dans la mesure où c’est par son intermédiaire qu’il devient possible d’effectuer d’autres interventions sur la réalité.

43Le travail est un rapport au temps, car il est relié aux objets, au corps et à l’effort. C’est aussi une expérience des temps divers qui le caractérisent : temps linéaire de la réalisation tendue vers un but, temps cyclique des actions et des gestes qui se répètent et qui enseignent la patience et l’attente.

44Le rapport au travail – tout aussi bien celui imaginé comme le futur travail que l’éventuel travail actuel ou celui que requiert parfois la participation domestique – révèle souvent la faiblesse de la tension vers l’action et la carence de la volonté. Cette dernière est une faculté qui n’existe que si elle est activée, elle n’est pas le produit d’un autre que soi. La volonté est une disposition qui permet d’être impliqué dans les choses malgré tout, malgré les difficultés, « parce que je veux le faire ». Elle est la tension au dépassement, liée à la satisfaction de se mesurer aux épreuves et au sentiment que, en forçant les frontières de ce qui est facile, on trouvera quelque chose qui n’est pas évident, on conquerra ce qui n’est pas immédiatement disponible.

45Travailler fatigue, mais ne pas travailler tue. L’ennui de nombreux adolescents est une forme de stress liée à la sous-utilisation des ressources. Un manque de mystère et un manque de désir sont à la racine de l’ennui. Quand les jeunes sont soumis à des stimuli si éloignés de leur potentiel, les connections de la pensée sont immobiles, toute chose devient égale à une autre. Il n’y a pas de désir de se mobiliser, tout est déjà prêt, il n’y a pas de raison de faire d’efforts. Motiver à la conquête, gagner les choses par soi-même, se confronter au temps nécessaire pour y parvenir, accepter l’attente et de ne pas avoir tout, tout de suite, sont autant de stimuli qui impliquent la personne dans son ensemble : la pensée, mais aussi les sens et le corps, avec son habileté manuelle et sa capacité d’exécution.

46Entre le trouble (le stress qui naît d’attentes trop élevées) et l’ennui (le stress produit par la sous-utilisation des ressources), il existe tout un ensemble d’expériences qui sont à la frontière de la possibilité et du risque : se lancer, tenter, prendre en compte les limites, ne pas abandonner à la première difficulté, passer outre, produire. C’est ici qu’il est possible de redécouvrir l’étonnement, le sens de l’émerveillement, la beauté des choses, la sensation de les faire naître et de se sentir artisan de son expérience. De là découle la grande importance, pour les adolescents d’aujourd’hui, de reconquérir des espaces d’action, d’habilité manuelle, de travail artistique comme synthèse possible entre ces mondes souvent déséquilibrés ; des espaces où le monde peut prendre forme et, en se confrontant aux limites du temps, de l’espace et du corps, devenir un geste créatif.

47Tandis que l’horizon de l’imaginaire s’élargit, l’espace de la vérification par l’action se restreint, et avec elle la passion et le plaisir de connaître sa propre valeur. En étendant l’espace de leurs représentations mentales, les adolescents s’enrichissent sans aucun doute de nouvelles potentialités, mais le fait de fantasmer et de rêver ne peut transformer en illusion les manières d’être au monde. L’initiation des cultures traditionnelles était basée sur des épreuves de survie dans le cadre desquelles l’apprentissage des techniques, l’exercice du courage, le dépassement d’obstacles engageaient le corps et ses ressources d’observation, de rapidité, d’adresse, sa capacité à supporter l’effort, le froid, la nuit, la solitude, à assurer sa propre subsistance. Le tout ritualisé par l’éloignement de la maison du père et des soins de la mère, et confié aux mains des sages qui transmettent les arts de vivre. Le sentiment de fierté est intimement lié au savoir-faire et à la preuve donnée de la capacité à survivre. La question du qui suis-je trouve une réponse immédiate dans le savoir solide de ce dont j’ai été capable. L’expérience de l’épreuve forge ainsi l’unité du corps et de l’esprit dans un tout qui comprend l’individu sans dualisme ni hiérarchie entre les parties. Chaque élément du biologique (muscles, organes et sens), chaque forme de pensée, d’action, de prévision, chaque sentiment, tout, jusqu’aux plus subtiles qualités morales et spirituelles de la personne, converge dans l’ici et maintenant de l’expérience.

48Il y a quelque chose que l’on peut encore apprendre de ce patrimoine de sagesse à l’aube de l’an 2000, sans se laisser tenter par l’impossible retour à des mondes disparus : le fait qu’être né dans un corps oblige toujours – pour grandir de manière équilibrée – à tenir compte du caractère concret de la vie matérielle et de la justesse de l’effort impliqué par la mise à l’épreuve.

Imaginer

49L’adolescent s’approprie le rêve que ses parents ont jusqu’ici construit et alimenté pour lui. Le pouvoir de se penser et de se projeter sans que d’autres ne le fassent à leur place se trouve d’ailleurs au cœur du conflit entre les jeunes et les parents. C’est avant tout par le rêve que se construit le sens, que s’oriente le projet de vie. Le fantasme est le royaume ambigu du rêve, préparant à l’épreuve du passage à la réalité, mais où peut également s’enliser la transition.

50Puer Aeternus est le nom du dieu de la jeunesse qui traverse les Enfers pour ressusciter. C’est Dionysos, Eros de la civilisation grecque, l’éternel jeune homme dont la spontanéité et la vitalité sont le symbole de la rébellion vis-à-vis du père, à qui il est assujetti par des lois saturniennes. Ici s’esquisse toutefois dans le même temps le côté sombre de l’enfance, qui empêche de grandir et crée l’impossibilité d’en sortir. Cette figure semble également valable aujourd’hui pour les jeunes adultes qui maintiennent trop longtemps des caractéristiques adolescentes, craintifs des relations qui pourraient les ancrer dans la vie quotidienne. Terrorisés par l’ici et maintenant, dominés par la peur d’entrer complètement dans l’espace et dans le temps, de s’embourber dans leurs propres limites, d’être les personnes spécifiques qu’ils sont.

51Accepter la vie signifie accepter sa propre faiblesse et sa propre mortalité, et c’est cela que certains n’arrivent pas à faire. Ils sont pour cette raison attirés par des activités qui les emportent loin de la « terre », dans une dimension aérienne, héroïque, risquée, exceptionnelle. La faculté au jeu, à la créativité et à la séduction s’accompagne de l’inconstance dans les relations, de l’incapacité à exercer des responsabilités durables. Ce sont les deux faces de la même énergie, les polarités entre lesquelles évoluent les adultes-adolescents. En refusant d’accepter la réalité, ils gaspillent leurs ressources intérieures, qui se retournent lentement contre eux et les étouffent.

52Ces adolescences prolongées impliquent souvent des parcours typiques qui attendent ceux qui ne réussissent pas à réduire l’écart entre intérieur et extérieur, entre rêve et réalité. Il peut s’agir, par exemple, d’une mort prématurée, plus ou moins consciemment recherchée et atteinte lorsque la réalité se fait trop dure à supporter. Ou bien de l’adhésion à une vie conventionnelle à laquelle s’intégrer totalement, la prison d’une comédie dans laquelle on joue le rôle de celui qui se jette dans le grand bain, connaît la réussite et coule dans l’eau stagnante de l’adaptation factice des rêves à la réalité. Ou bien encore le choix d’une vie tendue vers la prévention de toute souffrance : la déception est anticipée et le bonheur est aussi impossible que le malheur. Les sentiments sont relégués dans les limbes pour continuer à vivre des aventures toujours neuves, interchangeables et pourtant toujours identiques entre elles, au point qu’elles deviennent vides de sens.

53Les qualités positives de l’adolescence – la vitalité, la disponibilité au changement, la curiosité, l’enthousiasme – sont vouées à étouffer dans ces choix sans débouché, à moins que ne s’ouvre une possibilité d’entrée dans le réel. Pour les éternels jeunes gens, toujours projetés vers le futur, la voie royale est toujours la « terre » à labourer et cultiver, un champ dans lequel s’engager dans l’exercice de la routine quotidienne et de ces menues vertus que ceux qui sont habitués à rêver semblent ignorer et mépriser.

54Entrer dans la vie, s’aventurer dans la réalité plutôt que d’en rester à l’écart pour éviter de souffrir : ce retour au réel peut justement trouver dans les qualités adolescentes les ressources dans lesquelles puiser et en faire la voie potentielle du renouveau. Le contact avec la poussée vitale de l’adolescence peut alors favoriser une transformation adulte de l’intériorité, libérée des contraintes de la tradition. C’est peut-être cette intériorité que beaucoup d’adultes-adolescents d’aujourd’hui cherchent avec peine.

55Les éternels jeunes gens sont donc le résultat du rêve engourdi sur lui-même, lorsque celui-ci occupe tout l’espace de l’action et prend sa place, l’appauvrissant et la vidant. Mais les fantasmes et les rêves de l’adolescence ne sont pas que cela. Ils peuvent à l’inverse être un espace de transition, une manière d’affronter les épreuves de la vie avec le détachement du jeu. Le rêve éveillé des adolescents leur rend possible de faire et défaire sans payer les conséquences de leurs actes, sans produire d’effets réels, sans affronter les responsabilités et en maintenant momentanément suspendue la décision. Il constitue en cela un incubateur du potentiel créatif, un moment nécessaire qui peut se développer dans l’épreuve de la réalité, une fois le temps de la maturation passé.

  • 5 NdT : En français dans le texte.

56Le rêve peut alors constituer une part de l’expérience des adolescents, celle dans laquelle la dimension du jeu, de l’action qui ne vise pas à produire, peut servir de pendant5 à l’engagement dans le réel. S’il est important de se mesurer aux limites, le passage à la vie adulte s’effectue également à travers la capacité à accomplir les choses les plus sérieuses par jeu.

Notes

5 NdT : En français dans le texte.

© Éditions ies, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site