Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’âge des possibles

 | 
Anna Fabbrini
, 
Alberto Melucci

Chapitre III. Temps du possible, possibilités sans temps

Texte intégral

Ouvertures variables

1Si l’expérience de l’âge comporte toujours un rapport au temps, c’est dans l’adolescence que cette relation devient pour la première fois consciente et qu’elle se charge de connotations affectives. Le temps est un horizon dans le cadre duquel les individus inscrivent des choix et des comportements. Sa représentation dépend de facteurs cognitifs et affectifs et de motivations selon lesquelles les personnes organisent leur être-au-monde. C’est de là que découlent les attitudes envers les différentes phases temporelles. Il peut tout d’abord y avoir de la satisfaction ou de la frustration par rapport à son propre passé, présent et futur. Il peut y avoir une ouverture ou une fermeture vers l’une de ces dimensions du temps, un rapport positif ou négatif avec la mémoire, avec l’expérience actuelle ou avec le projet. La direction que chacun donne à sa propre expérience du temps peut en outre avoir une orientation privilégiée vers l’une ou l’autre des phases temporelles : on peut tout aussi bien être tourné vers le passé qu’incapable de s’inscrire dans une histoire, projeté vers le futur ou prisonnier du présent. Le degré d’extension que revêt l’horizon temporel de chacun peut impliquer une perspective limitée ou large, il peut être perçu comme une séquence continue ou comme une succession segmentée d’événements. A cette extension s’associe également une perception du rythme qui peut être lent ou accéléré, continu ou discontinu. Le rapport entre les événements internes et externes, leurs séquences et leur valeur affective variable seront alors autant de manières d’ordonner sa biographie et de définir son identité.

2La perspective temporelle des adolescents est aujourd’hui devenue un objet d’observation et de recherche parce que la biographie s’est faite moins prévisible et que les projets de vie sont toujours davantage confiés aux choix autonomes des individus. Dans les sociétés du passé, l’incertitude du futur pouvait concerner des événements aléatoires et incontrôlables (maladies, guerres, revers de fortune), mais elle concernait rarement la condition de vie, qui était inscrite dès la naissance dans les circonstances sociales et environnementales et rendue prévisible par l’histoire familiale et le contexte culturel. Pour les adolescents d’aujourd’hui, en revanche, à l’incertitude propre à cet âge s’ajoute un autre type d’incertitude, qui naît justement de l’ouverture de la perspective temporelle, des possibilités socialement disponibles, de la variabilité des scénarios dans lesquels s’inscrivent les choix qu’ils ont face à eux.

3En comparaison avec d’autres phases de la vie, l’adolescence est l’âge au cours duquel prévaut l’orientation vers le futur. Celui-ci se présente comme riche en possibilités et est perçu de manière très ouverte, particulièrement dans la culture contemporaine, dans laquelle différenciation et flexibilité sont des orientations prédominantes par rapport à la reproduction et à la conservation. Ainsi que le confirment de nombreuses recherches, à une perspective temporelle ouverte correspond aujourd’hui pour les jeunes une forte orientation vers la réalisation de soi, la résistance à toute détermination externe du projet de vie, l’aspiration à une certaine variabilité et réversibilité des choix. Dans le rapport au passé, c’est une tendance à restreindre l’étendue de la mémoire qui prévaut, ainsi qu’à voir avant tout comme une contrainte l’expérience déjà vécue et l’héritage des générations précédentes.

4La temporalité des adolescents est un observatoire privilégié de la manière dont notre culture est en train d’organiser l’expérience du temps. En effet, dans la société contemporaine, être jeune n’est plus seulement une condition biologique mais devient avant tout une définition culturelle. L’incertitude, la mobilité, le provisoire, la disponibilité au changement, caractères traditionnellement attribués à l’adolescence en tant que phase transitoire, semblent s’étendre bien au-delà des contraintes biologiques. Ils prennent la forme de connotations culturelles répandues que les individus font leurs à différents moments de la vie, quand le corps a déjà dépassé le seuil de cet âge, porte éventuellement d’autres signes et vit d’autres cycles.

5Dans la perception culturellement répandue, être jeune semble impliquer la plénitude par rapport au vide, la dilatation du possible, la saturation de la présence. Aujourd’hui, la vie sociale se différencie dans des domaines d’expérience multiples, qui se caractérisent chacun par des formes de rapport, des langages et des règles spécifiques. Complexité et différenciation multiplient les possibles de manière incommensurable en regard de la capacité d’agir individuelle. L’excès de possibilités culturellement disponibles élargit les frontières de l’imaginaire et incorpore dans l’horizon symbolique des territoires de l’expérience auparavant circonscrits par les déterminants biologiques, corporels et matériaux.

6Il en découle que l’expérience est toujours moins une donnée et toujours plus une réalité construite à travers des représentations et des relations, toujours moins un fait et toujours plus un se faire.

7L’adolescence semble de cette manière se prolonger bien au-delà de la phase d’âge en question et finit par coïncider avec la suspension indéterminée des engagements stables, avec une sorte de nomadisme dans le temps, dans l’espace, dans les cultures. Les manières de s’habiller, les genres musicaux, l’appartenance au groupe fonctionnent comme des langages provisoires et variables à travers lesquels les individus s’identifient et envoient des signaux de reconnaissance vers l’extérieur.

Temps et espace du réel au symbolique

8La transformation du rapport au temps va de pair, pour les adolescents d’aujourd’hui, avec une nouvelle perception de l’espace. Le thème du territoire émerge ici au premier plan. L’exemple extrême des bandes à base territoriale, typiques groupes masculins à caractère agressif, est une constante de l’histoire de la jeunesse. On retrouve également de manière récurrente dans les cultures du passé certaines caractéristiques telles que le rapport à la musique, l’absorption de substances pour créer des états altérés de la conscience, la présence de manières caractéristiques et distinctives de s’habiller, le recours éventuel aux armes, l’orientation vers la bagarre. La caractéristique commune à toutes les cultures juvéniles, dans des contextes historiques et anthropologiques variés, est que ces comportements sont toujours liés à la défense d’un territoire, d’un espace privilégié et circonscrit, contre l’invasion des « étrangers » (ceux qui appartiennent à l’autre clan, tribu, village, quartier, race, religion).

9Aujourd’hui, le contact avec un territoire défini et circonscrit semble se perdre, y compris dans le cas des bandes urbaines aux caractéristiques agressives. Le rapport avec l’espace se modifie dans le sens d’une déterritorialisation croissante, affaiblissant la référence stable au territoire comme réalité physique à la base de l’identification. Les références temporaires et variables se multiplient, produisant une sorte de nomadisme urbain des individus, qui s’enracinent seulement pour des temps relativement brefs dans un espace spécifique.

10Une nouvelle polarité semble donc se créer pour les adolescents dans la définition de l’espace. D’un côté, on observe un processus d’intimisation, qui fait de la chambre, au sein de l’habitation familiale, l’espace individuel privilégié. De l’autre se produit une extension de l’espace, sa planétarisation, par le biais de l’intégration des jeunes à la culture de masse diffusée par les médias, en particulier son volet musical, et par celui du boom des voyages de jeunesse. Socialement organisé, un détachement effectif et croissant du territoire en tant que fait physique est en cours.

11La possibilité de disposer d’une chambre pour soi devient aujourd’hui une exigence presque indispensable pour les jeunes, à laquelle les familles ne sont pas toujours en mesure de répondre. La chambre est l’espace séparé à l’intérieur du territoire familial, dans lequel il est possible d’être seul, de rencontrer ses amis, de se mettre en contact avec le monde à travers la musique, les symboles de la culture juvénile, éventuellement la radio et la télévision. Les adolescents passent aujourd’hui une partie importante de leur temps dans leur chambre, pleine de signes de leur histoire personnelle et de leur monde de référence. Les chambres sont les lieux dans lesquels être avec soi-même, pour écouter de la musique ou « ne rien faire », se soustrayant ainsi au contrôle direct des parents tout en continuant à bénéficier de leur protection. La chambre est aussi l’espace de la rencontre avec les pairs, substitut ou complément des lieux extérieurs de la sociabilité du groupe. Un espace semi-social dans lequel il est possible de se montrer aux autres et d’être vu, sans toutefois rien abandonner des sécurités liées au fait d’être chez soi. Enfin, la chambre qui se remplit des symboles et des images du monde extérieur fonctionne aussi en tant que terminal d’un réseau d’information ouvert sur la planète, dans lequel les produits les plus banals du marché peuvent cohabiter avec les symboles qui témoignent de l’engagement dans le collectif, au sens politique, écologique ou humanitaire. La chambre n’est plus le territoire public de la communauté traditionnelle, mais un territoire symbolique, dont les dimensions peuvent s’étendre et se restreindre à volonté, de la recherche intime de la solitude au contact avec la planète tout entière.

12De ce point de vue, le voyage signifie lui aussi l’extension du territoire au-delà de toute frontière, le dépassement de sa dimension physique et sa transformation en horizon symbolique. Les jeunes d’aujourd’hui n’ont plus de familiarité avec la géographie en tant que classification et nomenclature. Ils en savent pourtant beaucoup sur la forme de l’espace, sur les couleurs des environnements, les qualités des lieux et des gens. Ils ont dépassé une conception de l’espace liée à des formes de nomination pour lui substituer une perception qualitative, différenciée, mobile, parfois explicitement subjective. Les adolescents d’aujourd’hui vivent donc un détachement du territoire comme terre, comme espace physique stable et reconnaissable, tandis que s’instaure un nouveau rapport symbolique avec l’espace en tant que construction culturelle et expérience interactive.

13Cette redéfinition des coordonnées spatio-temporelles modifie également le rapport au groupe, une dimension toujours présente dans la culture adolescente. Les groupes historiques de référence, ceux au sein desquels les adolescents grandissaient dans la communauté traditionnelle, étaient multifonctionnels, s’acquittant simultanément de nombreuses tâches telles que la socialisation culturelle, l’évaluation des capacités personnelles, le soutien à l’initiation sexuelle. Les associations volontaires, qui ont historiquement succédé aux formes communautaires de regroupement des adolescents, sont en revanche des formes spécialisées de sociabilité et permettent une expérience tournée vers des objectifs spécifiques (politiques, culturels, récréatifs, aide à autrui). Les groupes informels contemporains semblent proposer aux adolescents la multifonctionnalité des anciennes structures communautaires. En réalité, le groupe informel, la bande d’amis, la classe d’école comme unité d’agrégation sont des groupes interchangeables dont la caractéristique inédite est d’être et de pouvoir assurer une fonction distincte à chaque fois. Ces identités peuvent être choisies de manière temporaire et variable et n’appartiennent pas au groupe en tant que tel. Il s’agit d’une unité dont la référence territoriale est faible et dont la fonction peut être progressivement redéfinie par ses membres.

14La perte d’importance de la « terre », de sa permanence et de sa stabilité, crée le risque continu de la labilité de ces appartenances, mais exige aussi une sorte de responsabilité plus importante des membres. Entrer dans un groupe ne veut pas dire devenir ce que le groupe est, mais faire du groupe ce qu’il sera. Chacun se perçoit comme détenteur d’un potentiel de définition de l’identité du groupe, et non comme quelqu’un qui adhère à un projet déjà établi.

  • 4 NdT : En anglais dans le texte.

15Le rapport avec le groupe se modifie donc en concomitance avec la transformation des coordonnées spatio-temporelles de l’expérience. Les jeunes font l’expérience d’une individualisation croissante de leur action culturelle. Les activités auxquelles ils s’adonnent sont fréquemment individuelles : lire, écouter de la musique, rester dans sa chambre, utiliser l’ordinateur. Même certains rituels collectifs comme la danse sont aujourd’hui fortement individualisés. Un comportement que les observateurs relèvent comme étant toujours plus fréquent dans les groupes d’adolescents est celui du hanging around4. Errer, flâner, traduirons-nous dans une langue culturellement si datée qu’elle n’est plus en mesure de décrire la nature du phénomène. La perte de temps semble en effet constituer un élément central de son usage par les jeunes et, au risque du gaspillage, elle contient le besoin de l’arrêter, d’être là, de ne pas faire. Face à une pression externe qui fait du temps une ressource rare et à mesurer en permanence, les jeunes cherchent la gratuité du temps à vivre dans un espace peu défini, comme manière d’être ensemble à ne rien faire.

16Le changement du rapport au groupe que nous avons signalé peut avoir des effets pervers et annuler certaines des fonctions qu’il remplissait dans la situation traditionnelle. Le groupe soutenait le détachement de la famille, favorisait la recherche du partenaire et régulait l’identification sexuelle. Ces processus tendent aujourd’hui à s’individualiser, avec les risques d’éclatement et de fragilité qui sont mis en lumière par beaucoup. Il ne faut pourtant pas oublier que, dans le passage du réel au symbolique qui concerne les dimensions constitutives de l’expérience, la sociabilité devra aussi trouver de nouvelles voies. Le fondement de nouvelles solidarités ne pourra être cherché dans la simple adhésion au déjà donné, mais dans la capacité et la responsabilité de le choisir.

Déviance, conflit et innovation

17Les phénomènes juvéniles contemporains rendent donc explicite un processus qui concerne la culture dans son ensemble et qui implique une individualisation croissante du social et, en parallèle, une sorte d’hypersocialisation de l’expérience individuelle. Un entrelacement se crée ainsi, qui est parfois difficile à démêler et qui touche les strates de la société les plus exposées au changement, soit dans le sens de l’ouverture à ce dernier, soit dans la perméabilité à ses effets explosifs. Que l’on s’occupe des cultures juvéniles pour en saisir le potentiel d’innovation ou que l’on regarde avec préoccupation les résidus, les déchets, les « poubelles sociales » que le changement semble inévitablement produire parmi les adolescents, l’entrelacement des phénomènes collectifs et de l’expérience individuelle est aujourd’hui une clé nécessaire pour comprendre ce qui se produit. Un œil exclusivement sociologique, surtout d’une sociologie structurelle qui tend à étudier les macro-variables qui interviennent dans les phénomènes sociaux, risque de perdre la compréhension de la façon dont les adolescents construisent aujourd’hui le sens de ce qu’ils font. De la même manière, un regard centré de manière exclusive sur les dimensions psychologiques, qui réduit les phénomènes au niveau strictement individuel et intra-psychique, risque d’ignorer le fait qu’une large part des expériences que les jeunes vivent sont aujourd’hui socialement construites, dépendent de réseaux de relations, de sens liés aux grandes orientations de la culture.

18Les coordonnées temporelles et spatiales se modifiant, à quel changement l’expérience des adolescents doit-elle donc faire face ? L’adolescence est-elle un réservoir potentiel de marginalité et de pathologie, comme on tend souvent à la décrire, ou est-elle aussi autre chose ? On fait souvent référence aux expériences des adolescents en termes de déviance. Le concept de déviance s’inscrit dans une tradition culturelle, fonctionnaliste, qui postule un consensus sur le système de valeurs et de règles. On ne peut parler de déviance que si l’on assume qu’il existe un système de valeurs qui s’institutionnalise pour gouverner les comportements individuels, en tant qu’ensemble d’attentes réciproques de comportement régulées par des normes : les comportements qui s’écartent des attentes produisent des réactions et des interventions de contrôle. Un conflit implique en revanche une relation entre acteurs qui s’opposent entre eux parce qu’ils se réfèrent à un champ commun. Pour qu’il y ait conflit, il faut que les acteurs partagent une référence commune à l’objet qu’ils tendent à s’approprier. Une relation de type conflictuel suppose une orientation qui investit le fondement même de la norme et qui peut produire de l’innovation car les frontières de ce champ se trouvent redéfinies.

19Les comportements adolescents recèlent une combinaison variable de ces orientations et il est d’une très grande importance de parvenir à les distinguer et à en reconnaître le poids relatif. Les comportements des jeunes expriment des éléments de déviance au sens fonctionnaliste, mais aussi des poussées d’innovation et des formes de conflit qui concernent les modes de production et d’appropriation des ressources symboliques que la culture met à disposition pour définir l’identité. Celle-ci est toujours liée à la réponse à deux questions générales qui concernent l’auto-identification (« qui suis-je ? ») et la différenciation vis-à-vis de l’autre (« de qui suis-je différent ? »). La communauté, puis le groupe d’appartenance répondaient par le passé à ces questions. Aujourd’hui, celles-ci se déplacent vers les individus et la culture n’assure plus la stabilité des réponses tout au long du cycle de vie. Les jeunes sont exposés à une multiplicité de stimulations qui correspondent à la pluralité de leurs appartenances, et font l’expérience de l’obsolescence rapide des définitions disponibles. Cela correspond à une extension des ressources d’individuation dont ils disposent, mais produit des risques de fragmentation du soi et une sorte de migration continue d’un système à l’autre, entre différents codes, langages et ensembles de règles qui requièrent chacun des compétences spécifiques, des capacités d’adaptation et de traduction. Etre jeune signifie appartenir à la partie de la société qui ressemble à un capteur synchronisé sur les processus critiques de changement. Dans l’expérience concrète des jeunes, cela signifie que le cours même de l’action ne s’applique pas à des contextes différents et à des moments différents. Le produit fondamental de cette situation, du point de vue de l’expérience, est l’incertitude.

20L’incertitude est un terme connoté par son préfixe négatif, mais il est nécessaire d’en conserver le sens ambivalent. Ne pas savoir comment faire veut dire être incertain au sens courant du terme, mais aussi être ouvert au possible. Une des caractéristiques fondamentales de l’incertitude est donc la possibilité de la réversibilité et de l’innovation : ce qui se présente aujourd’hui comme des limites pour l’individu pourrait devenir demain des possibilités, et réciproquement.

21L’incertitude est une expérience difficile à tolérer parce qu’on ne peut se trouver longtemps dans l’état de suspension qu’elle implique. Choisir et prendre des décisions signifie rapporter les possibilités à la capacité réelle d’action. Vivre l’expérience de la possibilité comme choix ouvre aux jeunes la dimension exaltante de ne pas se sentir contraints dans un seul cours d’action. Mais quand la possibilité de choix s’élargit bien au-delà de la capacité effective d’action du sujet surgit la perte de frontières de l’identité et la fragmentation du moi. L’expérience de la décision unit possibilité et limite. Décider signifie choisir le possible en sacrifiant le possible : la décision est un paradoxe car l’expérience fondamentale est celle de vivre en même temps la responsabilité et la limite.

22Le sacrifice des possibilités peut néanmoins aussi charger cette expérience d’une part d’angoisse qui s’exprime à travers la dépression ou la maladie dans les cas les plus graves. Ne pouvant accepter le sacrifice des possibilités, on transfère sur le corps la difficulté à tolérer les limites. Le corps se fait alors interprète de la limite et rappelle par le signal extrême de la maladie que choisir signifie sacrifier le tout pour une part.

23La déviance, le conflit et l’innovation s’entrelacent donc dans l’expérience des adolescents d’aujourd’hui. Leurs actes manifestent la part d’ombre de la vie collective, ce que la culture ne réussit pas à tolérer et rejette comme pathologie, individuelle et sociale. Ils manifestent aussi la présence d’une poussée conflictuelle, de défis qui concernent les manières de dépasser la crise dans une pratique pour le présent et non pour le futur qui viendra. En ce sens, les expériences adolescentes sont d’énormes laboratoires de l’innovation, non pas parce que les adolescents la projettent mais parce qu’ils la pratiquent déjà. Il y a des processus d’innovation qui sont déjà présents comme forme de l’action des jeunes d’aujourd’hui. Avant toute chose, une tendance à maintenir la dimension auto-réflexive : s’occuper de soi n’est ni superflu ni accessoire, mais une exigence essentielle, constitutive de ce que l’on fait. Avoir du temps, des ressources et des occasions pour se regarder soi-même est un besoin important qui ressort de l’expérience des jeunes.

24Il y a ensuite l’exigence de métacommunication, qui n’accorde pas seulement de l’importance à ce que l’on fait, mais à comment on le fait. On déplace ici l’attention du contenu au processus, et ce qui a souvent été décrit comme un manque de capacité à (se) projeter des jeunes signifie à l’inverse un intérêt non pas à aller quelque part, mais à s’occuper de la façon dont on y va : le chemin est aussi important que le but. La culture de la société industrielle dont nous provenons était très éloignée d’une telle perspective et disait même exactement le contraire, insistant sur le point d’arrivée plus que sur tout autre critère.

25Enfin, il y a dans l’action des adolescents une dimension de défi symbolique qui se manifeste à travers une alternative qui est déjà pratiquée dans le présent. Ce que l’on fait le long de la route est déjà ce à quoi l’on tend. Les jeunes ne préparent pas un monde futur, mais essaient de vivre aujourd’hui l’expérience du changement. Le défi est symbolique car il renverse la logique instrumentale encore dominante et renvoie la société adulte à ses contradictions.

26Tout ce qui irrite les adultes dans le comportement des jeunes est un symptôme significatif, certes ambigu, mais qui contient une dimension de défi symbolique car ce qui est remis en cause par ce comportement est la logique même de l’action adulte dans la société. Par exemple, si les adultes prennent au sérieux ce que les jeunes disent à travers leur action sur les coordonnées spatio-temporelles de l’expérience, c’est la conception entière du temps et de l’espace du monde moderne qui est en jeu.

27La culture juvénile exprime de manière ambivalente son rôle de capteur du changement, entremêlant différentes dimensions en son sein. Les formes de l’expérience adolescente portent en elles-mêmes leur message et les adultes se trompent de cible lorsqu’ils se demandent quels projets ils ont ou ce que veulent les jeunes. Cette question prévoit qu’il y ait un contenu que le message véhicule, alors que l’attention doit toujours davantage se porter sur les formes et les processus de l’action car c’est là que l’essentiel est dit.

Abondance et perte

28Les adolescents sont ceux qui font le plus directement l’expérience de la dilatation des possibles qui caractérise la culture contemporaine. L’ouverture quasi sans limites du champ cognitif et émotionnel fonde la ferme conviction que tout peut se connaître, tout peut s’expérimenter. La réversibilité des choix et des décisions devient une orientation partagée parmi les jeunes, alimentant l’espérance ou l’illusion que tout peut se changer. Enfin, la substitution croissante de contenus matériels de l’expérience par des construits symboliques finit par confirmer quotidiennement l’hypothèse que tout peut s’imaginer.

29Qu’en est-il alors de l’expérience ? Emportée et envahie par l’appel symbolique des possibilités, elle risque de s’évanouir dans un présent sans limites, privé de racines parce que pauvre en mémoire et avare en futur, comme tout produit du désenchantement. L’expérience se dissout en imaginaire, mais l’épreuve de la réalité, avec ses duretés, produit souvent de la frustration, de l’ennui, de la perte de motivation. Les nouvelles souffrances, les nouvelles pathologies des adolescents sont liées au risque de dissolution de la perspective temporelle et de l’enracinement spatial. La présence, en tant que capacité à donner sens à sa propre action et à inclure dans l’horizon temporel les liens entre différents temps et plans de l’expérience, est fragile et menacée. C’est justement là où semblent dominer aujourd’hui l’abondance, la plénitude et l’acquisition que l’on rencontre le vide, la répétition, la perte de réalité. Un temps des possibles trop nombreux se transforme en une possibilité sans temps, c’est-à-dire en un pur fantôme de la durée. Il peut devenir une enveloppe vide, une attente interminable, passée en attendant Godot.

30L’excès des opportunités se confronte à des expériences de la réalité, qui peuvent constituer une rencontre potentielle avec la limite ou se transformer en simple échec. L’excès de possibilités imaginaires se mesure avant tout avec l’expérience de la limite physique, comme manque de ressources, comme impossibilité de tout maîtriser. Le corps a des limites physiques parce qu’il souffre, ressent, éprouve des émotions et signale continuellement le rapport possible à la mort. Mais le corps est souvent neutralisé par un excès de visibilité, par sa transformation en objet continuellement exhibé, qui empêche un réel contact avec ses messages.

31Une autre expérience de la limite découle des formes de privation, qui constituent souvent l’expérience quotidienne pour certaines catégories d’adolescents. Ces jeunes continuent toutefois à être exposés aux sollicitations du marché et de la culture juvénile, ce qui produit souvent de déprimantes imitations des styles d’habillement et des comportements à la mode. L’écart se fait ici évident entre l’excès des possibilités fantastiques et les privations réelles, ces privations devant avant tout être considérées comme des privations culturelles, comme une exclusion du sens.

32Dans d’autres cas, quand les jeunes ne saisissent pas les possibilités qui sont devant eux, quand l’énergie nécessaire manque pour affronter le risque impliqué par le choix, la réponse la plus fréquente est celle du renoncement et du retrait. Ces comportements sont en général interprétés par les adultes comme une pathologie, comme une fuite du choix, alors qu’ils expriment aussi un besoin de fermeture et d’isolement face à l’excès des possibles. Chez les jeunes, qui sont désormais comme des antennes synchronisées à plein temps sur une gamme très large de fréquences et qui sont continuellement surchargés de messages, mûrit peut-être un besoin quasi physiologique de se retirer, de se fermer, de faire l’expérience de la séparation et de l’isolement.

33Résoudre ces ambivalences et réaliser une rencontre consciente avec la limite s’impose aux jeunes d’aujourd’hui comme une condition pour maintenir le sens. Sans conscience de la perte et de l’altérité comme dimensions constitutives de l’être-dans-le-temps, il n’y a ni action ni possibilité de relation. La conscience de la limite, la difficulté à la dépasser, la perception du manque et de la perte sont un terreau pour la possibilité d’accepter le présent et de projeter le futur : comme responsabilité envers l’autre et envers soi-même, comme reconnaissance de ce que l’on a été et de ce que l’on pourra être. Pour les adolescents d’aujourd’hui, l’expérience du temps et de l’espace comme possibilités, mais aussi comme limites, est une façon de préserver la continuité et la durée. Une manière d’éviter que la biographie ne se réduise à des séquences désarticulées et discontinues. Une somme d’instants sans temps dans un espace vide.

Notes

4 NdT : En anglais dans le texte.

© Éditions ies, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site