Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’âge des possibles

 | 
Anna Fabbrini
, 
Alberto Melucci

Chapitre II. Marques et rêves du corps adolescent

Texte intégral

Le corps-présence

« La blessure dans la lèvre ne se refermera jamais, car elle est aussi la marque du temps perdu : ni le fils fait homme, ni le père ni la mère ne le retrouveront. Gononga, c’est ainsi. Alors, sous le grand soleil immobile, on brûle un peu de cire : arrêt qui assigne à l’espace ses lieux, à toute chose son séjour, aux personnes leur demeure. Que dit la fumée ? Les hommes sont mortels. »
P. Clastres, Chronique des Indiens Guayaki

1La tradition des Indiens Guayaki nous dévoile avec la simplicité du rite les mystères d’une grande connaissance. Ici comme ailleurs dans les cultures traditionnelles, le temps de l’adolescence est le temps du corps : signes, écritures, traces irréversibles qui marquent le passage. La certitude de ce que l’on est, de ce qu’on laisse et de ce que l’on devient est inscrite dans la chair : visible à l’autre, vécue dans la douleur et contenue dans le caractère sacré de la cérémonie.

2Que dit tout cela à l’adolescence de notre temps, consommée avec difficulté dans le fracas et le désordre de la société urbaine ? Et le corps, comment vit-il cette histoire, quelle capacité de sens lui reste-t-il au-delà de l’apparence et quelle douleur connaît-il aujourd’hui (s’il en connaît une) dans sa métamorphose en corps adulte ?

3L’idée même que l’on puisse parler du corps comme le théâtre d’autres choses que celles de l’esprit nous éloigne de la possibilité de comprendre l’expérience que l’adolescent vit à travers le changement global de sa personne, de la forme et du sens : un changement extraordinaire de la présence. C’est justement parce que la crise tourne autour du vécu d’un décalage des mondes intérieur et extérieur, autour de la tension entre être et apparaître, entre faire et penser, que la compréhension des faits et, par conséquent, l’aide à l’adolescent ne peut naître d’une pensée divisée. Les rites du corps des cultures traditionnelles nous enseignent paradoxalement qu’il n’y a pas un « corps », mais un caractère concret de l’expérience qui peut seulement emprunter les voies de la chair, des sens, du mouvement, de l’action. Ils nous enseignent qu’il est nécessaire de passer par l’intensité d’une implication complète pour entrer dans la vie et pour pouvoir devenir sujets d’expérience.

4Notre culture, et la tradition psychologique en particulier, est encore profondément marquée par le présupposé d’une séparation du corps et de l’esprit qui oblige, chaque fois que nous nous intéressons au thème de la corporéité, à imaginer que ce dont nous sommes en train de parler est un objet (le corps, justement), possédé par le sujet-personne, identifié pour sa part aux activités et aux contenus de l’esprit et de la pensée. Cette idée, renforcée par la culture médicale, conduirait à privilégier un regard objectif, analytique, anatomique et physiologique qui, dans sa prétention à la scientificité et à la standardisation, exclut tout élément du vécu subjectif et de l’expérience. Si nous nous contentions de suivre cette direction, nous resterions en deçà de la compréhension possible des phénomènes adolescents (et pas seulement de ces derniers) : à cet âge plus qu’à d’autres, comprendre ce qui survient dans le corps ne concerne jamais les faits physiques en tant que tels, mais le sens que ceux-ci ont pour la personne qui en fait l’expérience, leur rapport permanent avec la construction du sens.

5Le corps n’est pas un objet à distinguer d’un sujet qui le regarde, qui l’observe analytiquement et intègre de ce fait de nouveaux éléments de connaissance. Les faits du corps ne font qu’un avec le regard de celui qui les observe et les transformations physiologiques sont orientées par le sens et par la charge affective qui leur sont attribuées. Pour comprendre l’adolescent dans sa manière d’être au monde, il faut partir d’un corps considéré non pas comme une « chose » possédée, mais comme un domaine d’expérience qui coïncide avec la présence même du sujet.

6Dans la perspective phénoménologique qui est la nôtre, le corps-présence signifie que ce qui est et ce qui se manifeste coïncident. Le corps que le jeune garçon ou la jeune fille voit agir, le corps qui expose ou cache au regard, qui perçoit à travers les sensations plaisantes ou douloureuses du changement physiologique, n’est pas une chose mais sa propre personne.

7C’est justement cette identité du corps et de l’existence que nous appelons présence. L’être-au-monde comme présence fait donc la synthèse de l’être biologique, de l’expérience sensorielle, de la capacité de relation et de contact, du flux vécu de pensées, sentiments et émotions, et de la conscience intégrée de tout cela. La présence ainsi définie, dans la mesure où elle coïncide avec l’expérience, ne peut que correspondre à un processus, c’est-à-dire à une construction et à une déconstruction continue des données, à une succession d’équilibres et de déséquilibres.

8La présence n’est pas un état atteint une fois pour toutes, mais une dynamique qui s’enracine dans la conscience même du corps et qui requiert la capacité de construire le sens de sa propre continuité à travers les changements. Une telle capacité oriente le comportement et permet de donner des réponses aux besoins qui apparaissent peu à peu.

9Cette perspective élimine tout mythe de l’harmonie et du bien-être atteignables une fois pour toutes et implique une capacité d’écoute et de respect, tant des rythmes biologiques profonds qui se manifestent à travers les sensations que des caractéristiques externes de l’environnement.

10La présence est caractérisée par les oscillations et par la marche cyclique des différents états : alternance de contact et de retrait, d’ouverture et de fermeture, de parole et de silence. Le mal-être et le malaise naissent quand ce processus est bloqué, quand le contact avec les messages de l’intérieur et de l’extérieur est interrompu. L’incapacité à poursuivre, à décider et à choisir est la manifestation de ce blocage : les symptômes en sont l’expression.

11Parler du corps dans cette perspective à propos de l’adolescence nous oblige à considérer les changements frappants qui s’y déroulent comme quelque chose de plus que des faits physiologiques qui accompagnent des événements intrapsychiques. Les faits du corps dans l’adolescence, comme à d’autres moments de la vie caractérisés par une transformation intense, mettent en mouvement une redéfinition globale de l’expérience qui concerne tous les aspects de la présence.

12Ce qui est généralement défini comme un malaise évolutif correspond en réalité à la difficulté subjective d’accepter l’écoulement du processus, de par l’énorme intensité des transformations internes et des changements qualitatifs dans les fonctions de contact, dans la définition et la conscience de soi et du monde extérieur. Aucune compréhension des phénomènes adolescents et surtout aucune aide à l’adolescent n’est possible en dehors d’une vision unitaire, qui envisage le corps vécu comme coïncidant avec le sujet même de l’expérience.

13La véritable nouveauté des événements qui concernent le corps à l’adolescence n’est pas seulement liée à l’intensité particulière et à la rapidité des transformations, ainsi qu’on tend généralement à le souligner, mais aussi au fait que l’adolescent est pour la première fois spectateur conscient de la transformation qui le concerne et se trouve donc impliqué dans un processus de contrôle, de rétention, d’attribution de sens à ce qui lui arrive. Dans le même temps, il apprend à utiliser les nouvelles ressources disponibles.

14Il n’en demeure pas moins vrai que ces changements, voyants et perceptibles de l’extérieur, intéressent également certains spectateurs privilégiés (parents, frères et sœurs, autres adultes significatifs). Ces derniers sont aussi impliqués émotionnellement dans l’opération d’accueil du changement et dans l’attribution de sens à ce dernier, préservant la possibilité de reconnaître l’adolescent ainsi qu’eux-mêmes dans la transformation.

15Au-delà de la tension intrapsychique vécue par l’adolescent, il convient donc de prendre sérieusement en considération la tension qui se crée dans le domaine des relations sociales en lien avec les modifications du corps, et en particulier de la sexualité. Cette tension est produite par le fait que l’adulte et le jeune sont en train de renégocier ensemble un sens commun à donner à leurs présences respectives et à la relation qui les attache. La préservation de la diversité, la différence et la spécificité des rôles, l’indépendance et la liberté personnelle de s’auto-définir cohabitent avec la nécessité de maintenir le lien affectif qui soutient l’auto-reconnaissance et le sens de la permanence et de la continuité.

16Il convient enfin de rappeler un élément souvent négligé dans les analyses de l’adolescence. Ce moment de redéfinition de soi et de reconnaissance réciproque lié aux transformations du corps intervient normalement en même temps qu’un grand changement physique chez le parent, qui est le plus souvent en train d’entrer dans la seconde moitié de la vie, dans cette phase qui débute aux environs de quarante ans. Le parent lui-même est donc aussi engagé dans un processus de transformation de son corps et de toutes ses expériences (fin du mythe de la jeunesse physique interminable, rencontre explicite avec les limites du corps et éventuellement avec la maladie, fin du cycle reproductif pour la femme).

17Les relations adolescent-parent sont donc parcourues de tensions liées à la concomitance des deux processus. En lien avec la corporéité et l’image de soi, ces deux mouvements simultanés ont des contenus opposés : l’adolescent s’oriente vers l’expansion, la découverte et la réalisation de potentialités, tandis que le mouvement de l’adulte s’inscrit sous le signe de la contraction, de la diminution des ressources physiques, éventuellement du retrait. Les façons dont l’un aide ou rend difficile à l’autre d’assumer son propre présent, dans un jeu de miroirs réciproques, n’ont jamais été observées à fond et dans le cadre d’une perspective qui considère le champ relationnel comme une construction interactive. Les parents et les enfants y mettent en œuvre leurs propres mouvements réciproques, avec des idées, des attentes et des émotions, mais surtout avec des corps qui vivent le passage.

18Une telle perspective pourrait aider à mieux comprendre ce qui se passe entre les adultes et les jeunes et éventuellement à travailler d’une manière qui en tienne compte. Cela exige toutefois que les adultes soient disposés à traiter aussi d’eux-mêmes lorsqu’ils parlent de l’adolescence.

Ressentir et être vus

19Les changements visibles du corps à l’adolescence engagent pleinement les dynamiques de l’auto-reconnaissance et du sens de soi, qui seul peut garantir un bon vécu des changements. Pour mieux comprendre ce qui intervient alors autour de l’image du corps, il peut être utile de faire référence au moment de l’évolution où commencent à se structurer pour la première fois cette fonction et cette capacité.

20Aux environs de la fin de la première année de vie, de complexes opérations perceptives, mentales et cognitives rendent possible le saut qualitatif de la perception de soi comme objet dans le monde, exposé au regard d’un autre, ainsi que l’attribution à l’autre d’un monde intérieur distinct du sien. C’est le début de l’intersubjectivité et la première ébauche de la capacité autoréflexive qui mûrira à partir de là.

21Mais c’est déjà avant ce moment, lorsque l’enfant est en mesure de se reconnaître dans un miroir, que se met en mouvement ce processus, que se forme la première trace de conscience d’être un corps dans le monde.

22Il est important de souligner combien la perception de soi et la perception de l’autre voyagent en parallèle et comment le processus d’individuation intervient par le biais de la prise de conscience de l’altérité. Autour du sixième mois, face à sa propre image reflétée dans le miroir, l’enfant a des réactions de jubilation et de surprise qui correspondent à la perception de son image comme s’il s’agissait de celle d’un autre enfant en mouvement. L’image qu’il voit n’est pas immédiatement reconnue comme la sienne : l’enfant est là où il se sent. Progressivement, l’expérience visuelle de la synchronisation des mouvements et des expressions, soutenue et renforcée par l’adulte, conduit l’enfant à deviner que ce qu’il voit est lui-même. Il commence ainsi à s’identifier à deux niveaux distincts : celui du ressenti et celui du paraître.

23La compréhension de l’image inversée de soi correspond à la reconnaissance du fait qu’il peut y avoir un spectacle de soi-même et implique donc la conscience d’avoir un corps visible. Le passage du « moi introspectif » (qui est ressenti de l’intérieur) au « moi spéculaire » (qui peut être vu de l’extérieur) a été considéré comme un véritable passage d’un état de la personnalité à un autre. Il s’agit non seulement d’une nouvelle acquisition, qui va s’ajouter de manière linéaire aux compétences précédentes, mais d’un changement radical du plan sur lequel se fonde le sens de l’identité personnelle. L’enfant n’acquiert pas un nouveau contenu qui s’ajoute aux précédents, mais une nouvelle fonction qui soutient et restructure toute la dimension du sens : une nouvelle perception de soi, de sa valeur et de ses possibilités, se construit sur celle-ci.

24A partir de cette base de conscience corporelle, lorsqu’il entrera plus tard dans le domaine de la relation intersubjective, l’enfant pourra assumer d’avoir un corps qui contient des pensées et reconnaître aussi dans le corps de l’autre le fait d’avoir un esprit, des pensées propres et une intentionnalité séparés des siens. Cette acquisition importante lui permet d’accéder aux expériences émotives et relationnelles de la participation collective, de l’empathie et du partage, et ouvre la dialectique égal/différent dans le rapport à l’autre.

25La capacité à continuer de faire cohabiter de manière dialectique et équilibrée la dimension de l’être (se sentir de l’intérieur) et du paraître (être pour l’autre) est la condition du développement harmonieux de l’identité personnelle et de la capacité à la relation. La prévalence de la seconde dimension (je suis dans la mesure où il y a un autre qui me voit et qui me fait vivre) structure ce que Laing a défini comme « identité pour les autres » ou « système du faux moi ». Si l’individu ne possède pas les deux dimensions et ne réussit pas à conjuguer l’identité pour les autres et l’identité pour soi-même, alors il n’y a pas de réalité de la présence, mais seulement son fantôme.

26La fonction générale de l’image en miroir de la prime enfance serait donc de permettre à l’enfant de se détacher de la réalité immédiate d’un monde intérieur délimité par le ressenti pour le rendre conscient d’une autre perspective, celle de l’autre, qui l’introduit dans le monde des relations et de l’autoréflexivité comme capacité à être observateur de soi-même. Cette opération investit en même temps les fonctions sensorielles et corporelles, intellectuelles et émotionnelles, ainsi que la capacité à naviguer entre adhésion à soi et distance à soi.

27L’adolescent se trouve confronté à une sorte de réédition de ces événements et expériences. Les transformations physiques le conduisent à effectuer une nouvelle auto-reconnaissance, qui doit accueillir le tumulte de son monde intérieur, à lui donner un sens et à rétablir une dialectique avec le point de vue que l’autre a sur lui. La capacité de réflexivité sur soi se concentre sur la maîtrise des pensées et des intenses sensations internes, qui doivent être acceptées comme siennes, contenues à l’intérieur d’un corps qui, comme forme, est visible de l’extérieur et donc exposée à l’autre.

28La question : « Qui suis-je ? » se fonde sur ces deux registres de l’identité personnelle exprimables par les questions : « Comment est-ce que je me sens et qu’est-ce que je sens à l’intérieur de moi ? » (quelles sont les sensations, les pensées, les émotions que j’éprouve ?) et « Comment suis-je vu de l’extérieur ? » (quelle image l’autre a-t-il de moi ?) L’intensité particulière des sensations internes que l’adolescent perçoit peut transformer l’expérience du fait de posséder un corps en celle d’être possédé par le corps. Celle-ci peut alors être accompagnée par une sensation pénible de transparence, qui fait souvent que le jeune se sent en danger et le pousse à mettre son propre corps à distance. Lorsque cela arrive, s’il renonce pour quelque raison que ce soit à son propre ressenti, l’adolescent est contraint à investir en priorité sur sa propre image pour s’individualiser et il finit par se reconnaître seulement à travers les messages que l’extérieur lui renvoie.

29Parler du corps au sujet de l’adolescence est donc nécessaire en référence aux bouleversements physiologiques, mais aussi parce qu’il s’agit d’un moment constitutif de l’être-au-monde : sensations et pensées, action et conscience en même temps, fondement de la possibilité de la relation. Le corps est le centre de la problématique adolescente car il est le théâtre de changements de forme visibles, mais aussi car son rappel puissant demande une écoute distincte de toute l’histoire précédente de l’individu. C’est autour de ce rapport au corps que peut s’organiser le champ de l’expérience, de même que peuvent se fonder les nouvelles relations. Plus précisément, lorsque celui-ci est nié ou faussé, c’est la consistance même de la personne et sa possibilité de rencontrer les autres qui sont remises en cause.

Le corps comme frontière

30Les transformations physiologiques, avec l’irruption des pulsions sexuelles, rendent intenses les sensations internes : leur sens est difficilement déchiffrable, elles ne se transforment pas toujours en pensées et sont souvent vécues comme irrépressibles. La peau, frontière par excellence entre l’intérieur et l’extérieur et lieu sur lequel se pose le regard de l’autre, devient un élément d’une extrême importance, investi de forts contenus affectifs et objet d’attentions particulières. La peau se transforme visiblement, est en mouvement, se recouvre de poils, de boutons, peut-être qu’elle n’est plus fiable.

31C’est ainsi que l’habit, parfois choisi avec un soin obsessionnel, finit par assurer aussi la fonction de contenir les poussées mystérieuses et indéchiffrables de l’intérieur. Il devra être « personnel », « original », « consommé », « vécu », à la limite sale. Il devra arborer des traces d’histoire, être une seconde peau. Le soin porté à l’habillement, aux accessoires, au maquillage joue le rôle de frontière auxiliaire en plus de celui de message pour la reconnaissance extérieure. Il souligne de manière plus évidente l’importance attribuée à l’apparence, mais exprime sans aucun doute la préoccupation constante de contenir en soi l’intense ressenti.

32Le sentiment de la honte et le rougissement, si fréquents à cet âge, accompagnés du pénible vécu associé au fait d’« être transparent », d’être lu à l’intérieur, d’être trop ouvert donc, témoignent de la difficulté qu’il y a à ressentir la frontière-peau et à intégrer la fermeture et la limite. Ce processus se structure lentement à travers l’entremêlement des deux expériences fondamentales que sont le fait de ressentir et d’être vu. L’adolescent passe beaucoup de temps à contempler sa propre image dans le miroir, à scruter de manière quotidienne – parfois avec une attention inquiète – toute variation minime des signes, des couleurs, des contours. Que cherche-t-il vraiment ? Comme de nombreuses années en arrière, lorsqu’il découvrit sa propre image reflétée, il parcourt le mystère de son identité. Etre là où l’on se sent et savoir qu’il y a un spectacle de soi-même : se reconnaître dans l’apparence visuelle du miroir, mais demeurer ancré où le corps est vraiment, avec son épaisseur, avec sa tridimensionnalité et sa capacité à ressentir. Comme par le passé, ce qui renouvelle la conscience rend également possible l’aliénation.

33La préoccupation que vit fréquemment l’adolescent pour la forme de son corps peut également atteindre des niveaux pathologiques (dysmorphophobie). La rapidité des transformations crée en effet de l’instabilité et remet continuellement en question les sécurités atteintes, en particulier lorsque la distance à soi est très grande et s’est principalement fondée sur les définitions extérieures. Les changements sont très souvent perçus comme déformants. L’adolescent se sent toujours inadéquat : trop gras ou trop maigre, trop grand ou trop petit. Les asymétries physiologiques du visage et des membres ou l’apparition des poils sont considérées comme des anomalies. On se sent souvent laid, même si aucune trace objective de cette laideur supposée n’existe.

34Il est aisé de se perdre dans l’image, dans un monde qui célèbre l’apparence et le spectacle. Le soin et l’attention pour son propre aspect peuvent devenir une préoccupation qui détache de l’expérience du corps vivant. Et dans la mesure où c’est justement l’intensité de cette vie qui effraie, c’est du corps que l’adolescent veut se tenir éloigné. Avec son étrange lenteur, ses rythmes, les excitations, les besoins, la fatigue, la rage, le corps est pourtant un rappel à l’ici et maintenant ; décider d’être ce corps est un choix qui contraste avec le désir de vivre sans limites. L’identité corporelle se structure autour d’une perception précise de la limite et de la capacité à en supporter la frustration.

35La difficulté avec laquelle les jeunes affrontent aujourd’hui l’expérience de la frustration est fréquente. Une pédagogie qui nie à l’enfant la rencontre avec la douleur normale de l’attente et de la privation produit des adolescents encore plus incertains et effrayés. L’adolescence, c’est apprendre la limite et s’habituer au corps que l’on est. Sans cet atterrissage, il n’y a aucun plaisir possible, ni désir ni émerveillement pour la vie, mais seulement ennui et incapacité à lui donner un sens.

La timidité, la honte, le secret

36La perception du fait d’avoir des limites physiques se trouve donc au cœur de la crise d’adolescence. Elle est la possibilité de se sentir protégé du débordement des sensations et des pensées et de l’impression inquiétante d’être emporté par elles. Un corps fermé et fini est aussi en soi une garantie que ce qui s’agite à l’intérieur ne pourra être vu de l’extérieur. C’est l’âge du secret, seulement rendu possible par la certitude que ce qui est dedans est invisible et inaccessible à l’autre jusqu’à ce qu’une décision de dire intervienne.

37Cette perspective permet de comprendre le sens du rougissement, du sentiment de honte, de pudeur et de timidité qui caractérisent si souvent l’adolescent dans ses relations. Le regard extérieur, à qui est concédé le pouvoir si grand de définir l’identité, peut être vécu comme un jugement définitif sur sa personne. Du fait de la fragilité de la frontière qui sépare le monde intérieur du monde extérieur, l’adolescent perçoit le risque que le regard de l’autre ait la capacité de pénétrer son monde bouleversé, d’en percevoir la confusion et la dangerosité. Il craint d’être vu tel qu’il est vraiment, et perçoit en particulier le risque que ne soit découvert par l’adulte tout ce qui concerne les nouvelles compétences et sensations du corps sexué, qui doivent à l’inverse demeurer jalousement secrètes.

38Le secret est une dimension particulièrement importante qui n’a pas seulement pour objectif de cacher à l’autre ou de ne partager son savoir que dans une intimité très restreinte, mais représente une véritable garantie de solidité pour pouvoir tenir ensemble. C’est en ce sens que doivent être compris, comme nous l’avons déjà vu, le mutisme et le silence de l’adolescent, qui constituent presque toujours un grand problème pour l’adulte et sont accompagnés, en particulier dans le cas des parents, de frustrations et du sentiment profond de la perte.

39Au-delà de l’évidence que le fait de se taire peut parfois exprimer des difficultés, il faut comprendre qu’apparaît à cette période un véritable besoin de ne pas parler ou plutôt de ne pas tout dire, qui demande de l’attention et du respect de la part de l’adulte et qui ne doit être ni banalisé ni transformé en problème.

40La reconnaissance du droit à se taire autorise une distance qui peut être envisagée comme une nécessité vitale de survie et peut être comblée utilement par l’adulte, par le biais d’une parole sur soi, sur ses propres états d’esprit, sur les variations de son humeur. Contrairement à des questions pénibles, elles permettent par effet de miroir aux jeunes de laisser exister à l’intérieur d’eux ce qu’ils éprouvent, comme un fait normal de la vie.

41A l’opposé de la réserve et du retrait, on peut trouver l’exhibitionnisme, désir et plaisir intense d’être regardé. Apparemment contraire à la précédente, cette attitude se fonde elle aussi sur la séparation nette du dedans et du dehors, du ressenti et de l’image extérieure de soi-même. L’adolescent assume ici l’idée d’un corps impénétrable et donc de l’impossibilité pour l’autre de prendre contact avec ce qui ce passe en lui. L’objectif est de maintenir les sentiments, les émotions et les sensations à distance du théâtre de la rencontre et de n’être identifié que par les qualités extérieures de la beauté ou de la prestance physique, de la force et du pouvoir de contrôle.

42On considère de manière unanime que la capacité à l’intimité et à la réserve, tout comme la possibilité d’être seul, marquent une étape fondamentale de l’évolution vers une organisation plus mature ; et, au contraire, on considère l’incapacité à être seul, à avoir des secrets, ainsi que la tendance à vivre la séparation comme un abandon comme des manifestations de modalités moins évoluées du processus d’identification. C’est sur ces bases que se construit dans la relation la responsabilité du contact et de la communication, qui sort ainsi du monde magique de la fusion et de l’empathie pour devenir le choix de l’échange et du partage, reconnaissance de l’altérité. Parfois obstiné, le silence de l’adolescent peut dans cette perspective être vu comme une vérification de la consistance de sa propre altérité.

Le soin de soi

43Durant l’enfance, le soin du corps est confié à la mère et ressort en général de la responsabilité des parents. Tout au long d’un parcours qui est le plus souvent très progressif, cette responsabilité passe de l’adulte à l’enfant jusqu’à ce qu’elle devienne, pour l’adolescent, totalement à sa charge. La prolongation de la responsabilité maternelle ou parentale sur les questions qui concernent le soin du corps est normalement considérée comme une intrusion, vécue avec gêne par l’adolescent et, dans le cas où elle serait acceptée dans un rapport de complicité et de collusion, constitue certainement un signal de pathologie.

44Le soin de son propre corps comme objet qui nous appartient exprime bien le sens de dignité attribué à sa propre personne. Cette capacité de prendre soin de soi se fonde sur la bonne perception de soi, de ses propres sensations intérieures et de la valeur attribuée à sa propre image. La qualité du soin de soi représente donc un fait très indicatif de l’intégrité psychophysique de la personne.

45De manière paradoxale cependant, à cette prise en charge naissante de sa propre personne correspond un rapport au corps dans lequel alternent de manière contradictoire proximité et distance, attention et négligence. Tout comme le manque d’harmonie physique exprime, parfois de manière éclatante, la transformation des formes, les adolescents révèlent dans le rapport au corps des déséquilibres qui souvent déconcertent les adultes.

46Les jeunes ne parlent pas spontanément de leur corps. Mais celui-ci parle pour eux à travers la manière de se présenter, de l’habillement aux attitudes, souvent exhibés de manière provocante : maquillages lourds et extravagants, habits d’un goût particulier, signes, tatouages, boucles d’oreille. Cette exhibition s’accompagne toutefois souvent d’une fausse désinvolture, parfois d’une véritable résistance à l’exposition de soi et d’un profond malaise à découvrir son propre corps. Cette oscillation entre exhibitionnisme et pudeur, entre provocation et résistance, est un élément caractéristique du rapport ambivalent que les jeunes entretiennent avec leur corps. Les signes de l’âge que le corps révèle et qui en déterminent la perception esthétique sont le difficile point de comparaison avec l’image de soi. Un exemple commun est constitué par les problèmes liés à l’acné, que les adolescents évoquent difficilement d’emblée mais qui sont souvent à la source d’un profond malaise psychologique et même de dépressions sévères.

47Les problèmes esthétiques revêtent une importance particulière à cet âge et ils s’étendent à tout le corps : ils semblent déborder les frontières physiques elles-mêmes pour investir de nombreux aspects de la réalité psychologique et sociale des jeunes. Dans certains cas, quand l’image de soi se charge de connotations négatives, réelles ou imaginaires, le refus du corps peut produire de lourds conditionnements et des autocensures de type fonctionnel : des garçons qui ne sortent jamais de chez eux, des filles qui ne mangent jamais ou qui, perdues dans leurs pensées, mangent tout le temps.

48Un des faits les plus visibles aujourd’hui concerne la présence de problèmes de surpoids et d’obésité, souvent liés à une alimentation désordonnée et inadéquate, qui mélange les offres multiples et alléchantes des produits alimentaires industriels, dont les médias font la réclame. Il existe en outre vis-à-vis du poids une attitude qui oscille entre anxiété et négation : une préoccupation déclarée pour son poids peut s’accompagner d’une réticence à se peser, ou bien l’on peut répondre à des déséquilibres visibles par le silence et le refus de demander conseil. Réel ou présumé, le problème du poids est lié à l’image de soi et beaucoup d’adolescents ne se plaisent pas, se voient trop gros ou trop maigres, s’adonnent aux régimes les plus étranges et fantaisistes, contribuant, ce faisant, à créer dans leur corps des déséquilibres réels.

49Ces tendances sont alimentées par des modèles culturels qui favorisent des stéréotypes de corps parfaits et toujours en forme. Dans le même temps, et de manière dramatique, les problèmes opposés de l’obésité et de l’anorexie (diagnostiquée ou latente) s’imposent dans les sociétés contemporaines avancées et concernent de manière particulière l’adolescence. Ils témoignent de l’entremêlement des habitudes alimentaires d’une société opulente et de la pression des modèles culturels, qui valorisent une beauté corporelle abstraite et désincarnée. Les jeunes associent dans leur comportement le manque de limites et de règles d’une société dans laquelle consommer le plus possible est devenu un devoir, avec l’impératif de correspondre à des canons esthétiques tout à fait éloignés de leur réalité psychophysique.

50Des difficultés de nature relationnelle et psychologique trouvent naturellement une voie d’expression dans la consommation alimentaire ou dans ses restrictions. La perception du rapport au corps des jeunes ne trouve pas toujours d’interlocuteur adéquat dans le paradigme médical dominant. Tandis que les jeunes semblent privilégier une image du corps comme emballage, centrée sur des caractéristiques externes à exhiber ou à cacher, une définition du corps anatomique prévaut encore dans la culture médicale, qui s’intéresse à des déséquilibres structurels ou fonctionnels et à des interventions correctives. La prescription médicale, peut-être légitime sur un plan technique, tient encore faiblement compte des significations symboliques et affectives que la forme, les dimensions et les apparences du corps revêtent à cet âge délicat de la croissance.

Signaux d’alarme

51L’image dominante de jeunes fondamentalement sains, dotés d’une vitalité physique florissante, ne correspond pas toujours à la réalité de l’adolescence dans les sociétés urbaines contemporaines. Les recherches dessinent plutôt l’image d’une adolescence urbaine encline à manifester une certaine fragilité à travers la maladie physique ; mais c’est aussi une adolescence qui apparaît à la fois entourée d’un excès de soins et d’un manque d’attention, qui permet que les problèmes d’une certaine gravité ne deviennent visibles que lorsqu’il est plus difficile de les traiter.

52Sans correspondre à la véritable maladie, un domaine significatif de l’expérience est celui du rapport des jeunes avec les signes du corps qui se manifestent par le mal-être physique. Les adolescents semblent ne disposer vis-à-vis des symptômes et des petits maux du corps que d’un espace limité d’élaboration, qui ne passe pas toujours par la parole mais s’exprime parfois à travers l’indication directe, l’acte. Celui des adolescents ressemble à un geste de la main qui montre l’endroit de la douleur. Cette priorité du geste pourrait être lue uniquement comme un signal, comme l’indication que le malaise est si fort qu’il fait taire tout discours, ou en tout cas qu’il n’y a pas de mots pour le nommer. Mais au lieu de la considérer comme une prédominance du non-verbal sur le verbal, cette absence de mots peut être liée à l’émergence d’une réelle incompétence.

53Le silence des jeunes ne manifeste alors pas seulement un vide lexical, qui s’épuise dans la nomination manquée, mais peut correspondre au signal d’une véritable absence de connaissances pour tout ce qui concerne l’axe santé-maladie. Il révèle dès lors une incapacité à entrevoir et à établir des liens entre le comportement précédent et l’état consécutif. Tout ce qui arrive au corps, tout ce qui a trait au bien-être ou au mal-être arrive indépendamment de leur action et en dehors du champ de leur responsabilité directe : les jeunes ne savent pas encore – ou savent confusément – qu’ils peuvent orienter leur santé selon leurs comportements et les choix qu’ils font. Peut-être le savent-ils mentalement, peut-être n’en ont-ils pas encore la conception intellectuelle, mais leur corps n’est pas encore profondément le leur.

54Il n’est pas rare que se manifeste alors une disproportion entre symptôme et réaction, voire une incohérence que l’on peut simultanément attribuer à la méconnaissance de soi et à la peur. Le dérangement est toujours inattendu et son déroulement est vécu par les jeunes comme une incursion à endiguer avec des interventions extraordinaires d’urgence. La maladie et ses manifestations multiples ne sont jamais reliées à des comportements ordinaires de la vie quotidienne, aux habitudes malsaines ou aux circonstances défavorables ; elle est plutôt un accident inexplicable auquel il est impossible de concéder une légitimité et qui ne peut donc, pour cela, être affronté avec les ressources ordinaires.

55Les adolescents ont déjà dépassé l’âge pédiatrique et se trouvent au-delà de la tutelle et de l’orientation que la famille pouvait précédemment garantir, sans toutefois avoir encore stabilisé une voie autonome dans le rapport direct avec le médecin. Vivant une phase délicate de suspension, dans le passage du pédiatre au médecin de confiance, les adolescents ne sont pas encore en mesure d’assumer la responsabilité du contrôle sur eux-mêmes et de l’identification de leur état de santé ou de maladie.

56Le rapport au corps se manifeste donc principalement à travers un symptôme physique, qui crée très rarement l’occasion de s’occuper de soi en dehors du dérangement. Les adolescents constituent en cela un miroir de la culture de notre temps et la solution à la douleur est exclusivement recherchée dans le médicament. Les garçons et filles d’aujourd’hui ne supportent pas les petits maux et font preuve d’une intolérance élevée à la douleur, comme si la part de souffrance physique non supportable était un signe de manque de protection de la part du monde adulte. Cette attitude conduit à une consommation répandue et précoce d’antidouleurs, en particulier chez les filles au moment des douleurs menstruelles. De manière plus générale, il semble que l’expérience de la douleur révèle une fragilité si enracinée qu’elle requiert un apport externe pour être surmontée. Le médicament, tant par habitude familiale et sociale que par l’expérience empirique des traitements efficaces des symptômes, même s’ils sont limités, finit par être le médiateur le plus facile, tellement extérieur qu’il n’exige que l’opération minimale de la prise, et dans le même temps si central qu’il exclut une participation et une responsabilité directe dans la mise en mots de la douleur, dans l’élaboration de sa signification. Encouragé par l’environnement culturel, le recours au médicament couvre et éloigne le rapport avec un corps tenu à distance.

57Les dérangements physiques et le mal-être ordinaire des jeunes mélangent des problèmes liés au corps à des dimensions psychologiques, affectives et relationnelles. Par exemple, le mal de tête est un trouble récurrent parmi les étudiants. Problème somatique couramment associé au stress ou aux abus, prétexte répandu car culturellement accepté et difficile à soumettre à des vérifications objectives, le mal de tête semble représenter le symptôme le plus diffus et le plus emblématique de la condition étudiante. Il concentre tous les éléments symboliques du malaise psychologique qui prend place dans le corps, toutes les exigences de simulation et d’évasion dans le but de se soustraire aux contraintes de l’institution scolaire, toutes les tensions liées à l’épreuve, au jugement, à l’évaluation et générées par l’étude et par la compétition.

58Les perturbations physiques des jeunes fonctionnent de façon cyclique ou saisonnière et signalent les variations de leurs comportements, les oscillations de leur vie relationnelle, les pointes d’excès et de retrait. Le mal-être est souvent le signe de dérégulations ou d’anxiétés, de problèmes affectifs ou de difficultés familiales ou scolaires. Le corps des garçons parle en général par le biais d’un dérangement plus circonscrit, une douleur bien précise, tandis que les filles ressentent plus souvent un mal-être diffus. Les uns tendront plus facilement à dire : « J’ai mal ici », les autres s’exprimeront plutôt par le biais du plus général : « Je me sens mal ».

59Les adolescents sont rarement conscients du lien entre le symptôme et l’éventuel malaise psychologique et relationnel qui le sous-tend. Ce qui se manifeste est souvent une pathologie de diversion, que les jeunes ont du mal à relier à ses racines émotionnelles ou comportementales. Souvent, la tâche de l’adulte (parent, éducateur, médecin) consiste justement à les aider à identifier ce lien. Le symptôme comme dérangement réel est presque toujours un niveau d’appellation, celui que les jeunes sont capables d’atteindre de manière immédiate. Derrière et plus loin que ce niveau d’expression du malaise, il est parfois possible de construire un autre discours. L’acceptation par les adultes du symptôme et de ce qu’il implique peut dans certains cas permettre à l’adolescent de réfléchir sur son mode de vie, sur ses habitudes alimentaires et de manière plus générale sur tous ces petits comportements qu’il considère comme peu significatifs, mais qui jouent un rôle précis dans la production de la gêne.

60Abus alimentaires, cigarettes, alcool ou manque de sommeil peuvent être les excès auxquels les adolescents sont confrontés au cours de leurs épreuves de croissance. Dans les relations interpersonnelles, l’insécurité, le besoin de confirmations et l’anxiété de réussir peuvent produire des tensions très fortes. Les jeunes savent rarement voir les liens entre l’état de mal-être et les circonstances, le symptôme est détaché de l’avant et de l’après, il n’est pas mis en relation avec des faits.

61L’espace de ces liens manquants peut être occupé par la relation avec l’adulte, qui a alors la fonction de les instituer. Derrière le symptôme se cache souvent un état de manque, caractérisé par la pauvreté des orientations et par la difficulté à attribuer un sens. Le symptôme physique est aussi un indicateur du besoin qu’ont les jeunes de parler, de trouver un accueil et une écoute pour des incertitudes et des interrogations propres au tourment qu’ils vivent. Le symptôme apparaît donc dans de nombreux cas comme la première marche d’un escalier, l’événement que les jeunes vivent comme racontable et traitable, derrière lequel et à partir duquel il est possible d’avancer. Le mal-être physique fonctionne alors simultanément comme un canal et un appel, le premier pas dans le processus de rapprochement, dont le succès dépend en grande partie de la capacité de l’adulte à accompagner le parcours.

62La requête explicite d’aide pour un mal-être se manifeste presque toujours comme une demande de médicaments ou d’une intervention directe et décisive : voilà la réponse la plus habituelle à laquelle les jeunes s’attendent. Désormais quasiment automatique, l’association symptôme-médicament reflète, comme nous l’avons vu, une tendance culturelle répandue, dont la consommation anormale de médicaments est l’indicateur le plus évident. De manière plus subtile, celle-ci témoigne de la présence d’un seuil de tolérance à la douleur très bas et d’une incapacité à faire face au mal-être. Pour l’adolescent, le premier symptôme est déjà la maladie par une sorte d’amplification hypocondriaque de la menace, en partie propre à son âge, en partie alimentée par une tendance de notre culture à balayer le symptôme avant même qu’il n’évolue ou qu’il ait été effectivement écouté. L’attente du médicament devient alors si explicite et pressante qu’elle laisse souvent peu d’espace pour des interventions plus prudentes, empêchant de prendre en compte des éléments distincts de ceux contenus dans la déclaration du mal-être et dans la demande d’une solution pharmacologique.

Loin de la limite

63Il arrive souvent durant l’adolescence que le corps soit non seulement momentanément et prudemment tenu à distance, mais aussi qu’il soit nié, haï et l’objet d’attaques qui le mettent en danger.

64Des troubles tels que l’anorexie, la boulimie, les maladies psychosomatiques, tout comme le besoin de se mettre en situation de danger physique avec une attitude de défi, l’exercice de la violence sur les autres ou sur soi (l’usage de drogues, d’alcool, la disposition à avoir des accidents, à se faire des cicatrices, des tatouages) constituent les exemples les plus éclatants d’une rencontre inaboutie avec le corps. De manière plus discrète, un certain laisser-aller, un manque de soin pour son propre aspect qui contraste et alterne avec l’excès de soin, la négligence vis-à-vis de la qualité de l’alimentation et du sommeil, le respect défaillant des normes d’hygiène élémentaires sont des phénomènes du même ordre, même si d’une teneur pathologique moindre.

65Ce rapport particulier avec soi-même, qui a toutes les caractéristiques du défi et de la mise à l’épreuve, doit être associé à un fait central de l’adolescence qui concerne de manière évidente le corps, c’est-à-dire la découverte et l’acceptation de la mortalité. La mort et le fait de mourir, pour soi et pour les autres, font irruption en tant que possibilités réelles, concrètes, en tant que faits de nécessité biologique, complémentaires de la naissance, entièrement confiés au hasard et donc privés de tout contrôle possible. Fait ultime, difficilement représentable dans un ordre symbolique laïcisé, qui dispose aujourd’hui de peu de mots pour le nommer et qui a du mal à l’associer à un sens. On ne meurt pas pour une raison, ensuite il n’y a rien, la mort est une fin et rien d’autre, c’est le silence, l’absence de paroles possibles, c’est l’expérience de l’impuissance muette, rageuse ou déprimée.

66L’intensité émotionnelle avec laquelle les jeunes peuvent vivre à cet âge l’expérience de la mort d’un parent, d’un grand-parent ou d’un frère est bien connue. Du fait de la facilité des identifications possibles, la mort d’un ami peut être particulièrement bouleversante, impliquant parfois des tentatives de suicide et des questionnements obsédants quant au pourquoi, comment cela a-t-il pu arriver, pourquoi justement lui ?

67Le sentiment de perte de contrôle sur soi et sur la vie peut être total et miner le processus de construction de l’identité, délicat et encore fragile. Au sens large, la mort ne concerne pas seulement la finitude de la chair, mais conduit à l’idée du caractère irréversible du temps linéaire de l’existence, à la fragilité, à la solitude et, à travers l’acquisition du sens de la limite, à l’interdépendance comme nécessité inaliénable de la présence de l’autre pour établir des relations d’échange.

68La thématique du suicide, qui représente de par son caractère dramatique le paramètre de tout ce domaine du rapport au « corps mortel », a récemment fait l’objet d’études et de réflexions, également stimulées par une augmentation du nombre des suicides à l’adolescence, apparemment commis sans motifs externes susceptibles de les justifier.

69Les motivations du suicide sont associées par de nombreux auteurs à l’échec du processus de séparation, à la présence de jugements dépréciatifs sur son propre corps, à un manque de différenciation entre le fantasme et le réel et à un défaut de représentation mentale du corps. Certainement, l’intensité des sensations internes qui ne peuvent pas être élaborées et transformées à l’aide de données cognitives et de représentations devient subjectivement impossible à contenir et risque de traverser les limites de sa propre personne.

70Se donner la mort a comme objet de faire taire le corps, de mettre sous contrôle la vie intérieure qui se signale à travers des sensations dont le sens et le code sont incompris. Le corps n’est pas vécu comme appartenant à soi, mais comme une chose séparée dont on peut se défaire.

71La mort est fantasmée comme la réalisation d’une paix complète, un paradis disponible qui réalise le désir de vivre comblé, sans tensions, sans peur pour le présent et pour l’avenir, sans manque et sans déceptions.

72Le suicidaire se situe dans un horizon qui refuse la limite et la perte et conserve des pensées toutes-puissantes sur soi. Il fantasme généralement une sorte de survie à la mort, dans laquelle il pourra être témoin de sa propre fin, près des survivants qui le pleureront.

73C’est justement pour continuer à faire vivre ce monde magique et tout-puissant que l’adolescent suicidaire a recours à la décision extrême de faire mourir le corps : celui-ci représente en effet cette partie séparée de soi qui est celle qui habite le temps, l’espace, l’expérience, et donc la frustration et la douleur.

© Éditions ies, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site