Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’âge des possibles

 | 
Anna Fabbrini
, 
Alberto Melucci

Introduction

Texte intégral

1L’adolescence n’est pas une maladie, mais une saison de la vie. Faite de turbulences et de stagnations, d’actions qui s’épuisent en gestes, de projets qui demeurent des rêves. L’adolescence a une fin, mais ne passe jamais. Sa mémoire ou ses séquelles se prolongent tout au long des grandes étapes de l’existence, leur écho vif étant réactivé continûment.

2L’adolescence est aussi une projection d’adultes, de leur inquiétude face au changement. Notre temps d’évolutions accélérées met l’adolescence au premier plan, en tant que métaphore du passage et de la redéfinition des limites. Il en fait un objet d’intérêt pour les médias, les experts et les nouveaux maîtres du comportement. L’adolescence devient alors problème, catégorie de langage, matière à enquête. Au risque de ne plus voir les garçons et les filles dont on parle : avec leurs corps qui cherchent forme, avec les mots qu’ils sont souvent les seuls à comprendre, avec la peur et l’envie de grandir.

3Ce livre parle d’un âge qui n’est pas seulement crise et malaise, mais une poussée vitale vers le changement, un appel au monde adulte à entendre les mots de ce passage. Un âge des possibles où puiser et dont on peut apprendre, y compris à d’autres saisons de la vie.

4En nous référant à un vaste travail de recherche et en mobilisant une expérience riche et intime à l’écoute des adolescents, nous explorons l’espace et le temps dans lesquels évoluent les filles et les garçons d’aujourd’hui ; aux frontières du rêve, mais avec la passion du projet, dans les doutes du choix et les peurs de la relation, avec des difficultés à parler et le besoin d’être écoutés.

5L’adolescence est une sorte de miroir de la concentration et de l’intensité, lieu du contraste et du contraire. Même la rage la plus sourde peut s’y délayer dans les pleurs et le désespoir, l’élan le plus incontrôlable s’y dissoudre dans l’abandon. A cet âge se concentrent les nœuds les plus importants de l’expérience humaine, que l’on retrouve dilués tout au long de la vie : le drame du choix, la nécessité de changer, la peur de le faire. Voilà peut-être l’une des raisons pour lesquelles l’adolescence fait aujourd’hui l’objet d’une telle attention, apparaissant révélatrice de tendances et d’orientations qui concernent la société dans son ensemble.

6Il y a certainement d’autres saisons de la vie qui se confrontent à des difficultés inattendues, qui pour être affrontées requièrent la mobilisation de toutes les énergies disponibles, individuelles mais aussi sociales. Toutefois, parmi les expériences de changement, celle de l’adolescence est sûrement l’une des plus éprouvantes. La vieillesse soumet certes, elle aussi, l’individu à de grandes transformations, l’exposant à la réduction des possibles et au resserrement de la perspective temporelle : la personne peut cependant alors compter sur un noyau structuré, sur ce qui est déjà et sur ce qui a été.

7L’adolescent est en revanche par définition celui qui n’est plus mais qui n’est pas encore et, bien que la perspective temporelle s’ouvre et que l’espace de vie potentiel s’élargisse, le noyau de la personnalité est encore dispersé, fragmentaire et fragile. La perception de soi est marquée par la vitesse des transformations et par le manque d’harmonie du changement physique. Pour la première fois de son histoire, l’individu est capable de voir le changement qui le concerne et il en sent la portée.

8L’adolescence est une phase de construction caractérisée par le besoin de se donner de la cohérence, de l’unité, un sens de soi. Les capacités cognitives augmentées du sujet lui permettent de se projeter dans le futur et de se voir de manière plus réaliste. Mais il est également possible que ces nouvelles capacités mettent en lumière le caractère supposé insurmontable du franchissement des limites et maintiennent loin de l’expérience de la frustration et de la souffrance ; cette dernière accompagne toujours celui qui change, lorsqu’il quitte le connu pour l’inconnu et met ses attentes à l’épreuve de la réalité.

9Sur la base de ces caractéristiques et de la conscience récente que l’adolescence contemporaine rencontre des difficultés inédites, les adultes commencent à pressentir la nécessité de réinventer les formes de la proximité. Les parents s’interrogent sur leur propre malaise et s’efforcent de retrouver, dans les difficultés de leurs enfants, les traces du malaise qu’ils connaissent le mieux, celui des adolescents qu’ils ont été. Les changements rapides intervenus au cours des trente dernières années n’ont pas seulement transformé le monde, mais, de manière plus profonde, la manière même d’être et de regarder. Les jeunes gens d’aujourd’hui ont des pensées nouvelles et ont de nouveaux rêves. Les mères et les pères cherchent des chemins à suivre, en partageant souvent l’égarement et l’incertitude de leurs enfants et en renonçant au pouvoir d’être les guides. La mémoire et le témoignage dont les adultes sont les porteurs faiblissent et se révèlent le plus souvent inadaptés pour comprendre et indiquer la voie. Il devient nécessaire d’aider ceux qui aident ; de faire en sorte que les adultes puissent consacrer du temps à eux-mêmes afin de comprendre et d’entendre d’une manière nouvelle, de rendre encore utilisable l’expérience de la vie qu’ils ont vécue et de redonner à celle-ci toute sa dignité de trésor et de ressource.

10Le besoin de mots qui puissent être compris et de modes d’écoute capables de retisser la proximité a multiplié les formes d’aide et de soutien proposées aux adolescents. On a saisi la nécessité de créer des zones franches, aux frontières de la famille et de la vie, pour construire un point de vue qui manque et dont on ne peut pourtant plus se passer. Travailleurs sociaux, psychologues, enseignants et experts associent leurs efforts pour donner une forme à la présence de l’adulte en tant qu’accompagnateur de cette croissance difficile. Souvent, le soutien offert gravite entre l’intensité thérapeutique maximale et l’animation. Entre le trop et le trop peu. Du fait de ce mal-être lié à l’expérience de l’âge, qui ne s’adapte pas aux formes, aux lieux et aux temps de l’organisation médicalisée des services ; du fait de ce besoin d’attention et de relation qui ne se contente pas de la prestation professionnelle et refuse l’animation, il demeure difficile de dessiner un espace d’écoute. Il s’agit de rencontrer des problèmes vécus ici et maintenant, qui ne peuvent pas s’adapter à l’engagement à long terme d’une « cure » et qui ne trouvent pas dans la parole leur seul – ni leur principal – canal d’expression. Un tel espace d’écoute exige des instruments souples, qui facilitent la relation, laissent sa place au corps, s’adaptent à l’expérience mobile et provisoire de la transition.

11Les adultes qui observent ou qui s’efforcent d’apporter leur aide ne sont pas étrangers à la relation. Ce livre assume explicitement le point de vue du terrain, il ne parle pas des adolescents, mais d’adolescents-en-rapport-avec-les-adultes et vice versa. Il s’agit d’une manière d’observer qui n’est pas fréquente et qui exige une profonde redéfinition des critères mêmes de la théorie et de la recherche. Les réflexions que nous proposons sont aussi le bilan provisoire d’une tentative effectuée dans cette direction. A partir de multiples rencontres avec des adolescents, d’échanges parfois tendus et difficiles, de nouvelles formes d’accompagnement et une redéfinition de critères d’une présence adulte se dessinent. Les modalités de l’aide naissent de l’expérience, des tentatives réussies et des échecs qui, ensemble, ont généré des réflexions et de nouvelles interrogations. Des questions qui les concernent. Des questions qui nous concernent nous, en tant qu’adultes, inévitablement et toujours impliqués dans la quête d’une vie plus digne.

© Éditions ies, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site