Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’âge des possibles

 | 
Anna Fabbrini
, 
Alberto Melucci

Préface à l’édition en langue française

Anna Fabbrini

Texte intégral

1Publié pour la première fois en 1992, L’âge d’or a connu plusieurs éditions et paraît désormais en français. Je suis reconnaissante à l’éditeur de m’offrir cette opportunité de dialoguer avec un public plus large, dans une langue pour laquelle je nourris une affection particulière depuis les quelques années que j’ai passées à Paris au cours de ma formation.

2Ce livre est le produit de nombreuses recherches et d’une longue expérience clinique en psychothérapie auprès d’adolescents et d’adultes. Notre réflexion a été nourrie par un matériau précieux et irremplaçable, issu d’une longue expérience d’écoute par le biais du centre d’appel téléphonique Prontogiovani, conçu par le Centre Alia pour la Ville de Milan. Le fait que des chercheurs, des parents, des enseignants, des éducateurs, des travailleurs sociaux mais aussi beaucoup de jeunes ont trouvé ce livre utile pour comprendre ce qui se passe dans le monde difficile de l’adolescence témoigne peut-être du fait que l’idée qui nous a guidés au départ fournit une clé de lecture de l’expérience juvénile contemporaine, qui demeure en mesure d’en expliquer les aspects moins visibles.

3L’adolescence a, depuis, continué à être un sujet très discuté, sur lequel de nombreux livres ont été publiés et dont la télévision a fait un objet central d’émissions souvent à la recherche d’un succès facile. Les jeunes rendent curieux, colorent l’existence, continuent à constituer un miroir inversé et inavoué de l’âge adulte. Dans le même temps, la difficulté des adultes à se mettre en relation avec cet âge de la vie intense et délicat n’a certainement pas diminué.

4Nous avons voulu éloigner l’image de l’adolescence du stéréotype d’un âge uniquement problématique, marqué par le mal-être et souvent par les traits de la déviance. Nous avons voulu ramener cette phase de la vie à sa dimension de processus normal d’évolution, qui n’est pas une maladie mais un parcours naturel de croissance qui exige de l’attention, une capacité d’écoute, une disponibilité à la relation. Au lieu de faire des adolescents la source unique des préoccupations adultes, nous avons déplacé le regard sur la relation entre les jeunes et les adultes.

5Nous sommes convaincus qu’il s’agit de la perspective la plus efficace pour affronter les possibilités et les difficultés de l’âge juvénile. Les moments d’une rencontre significative entre adultes et adolescents diminuent énormément, tant au sein de la famille que, de manière plus générale, dans la vie sociale. Le rapport avec des figures adultes significatives est rare et occasionnel et passe désormais quasiment toujours par le truchement d’une forme de spectacle : les stars de la chanson, les personnages de télévision et les champions sportifs deviennent les mythes de référence et se transforment en autorités qui se substituent aux figures capables de fournir des modèles de vie et d’indiquer des lignes directrices pour les choix existentiels des jeunes. A cela s’est ajouté, au cours des dernières années, un phénomène nouveau lié à l’expansion du réseau informatique et des moyens de communication, qui a ouvert dans le monde virtuel un champ de connexions sans rapport, qui permet aux jeunes des fermetures quasi autistes et les incite à faire d’eux-mêmes leurs propres mythes.

6C’est dans la possibilité d’établir une relation réelle entre adultes et adolescents que se trouve le nœud d’une croissance qui ne concerne pas seulement les individus, mais la société dans son ensemble.

7Aujourd’hui, les adultes oscillent entre indifférence, résignation et complicité. Des adultes qui ne parviennent pas à accepter la difficulté de la négociation quotidienne et de la distance nécessaire. Des adultes qui préfèrent mimer une condition juvénile qui ne fait plus partie de leur expérience. Des adultes qui se cachent derrière l’habillement et les manières d’être d’un jeunisme devenu costume universel. Des adultes qui partagent souvent avec leurs enfants adolescents une sorte de nouvel analphabétisme du contact humain. Ils s’exonèrent ainsi de l’effort d’établir des limites et des règles, d’introduire des critères moraux. Les jeunes grandissent désorientés et dans l’illusion que tout est possible, comme les nouvelles expériences virtuelles le laissent croire.

8Ce n’est pas de ces adultes dont les jeunes ont besoin, mais de personnes capables, dans la difficulté et la joie de vivre, d’écouter et de s’exposer, de supporter la distance et de tisser par des gestes quotidiens la proximité nécessaire à la transformation de l’égarement en quête de sens et à la construction de nouvelles interrogations sur soi, sur son prochain et sur la vie elle-même. Cela aujourd’hui plus que jamais, dans la mesure où l’accompagnement des adolescents doit inclure le soutien à la confiance, au courage et à l’espérance en un monde indéchiffrable par de nombreux aspects et au futur incertain. C’est à ces adultes que notre livre veut parler, pour qu’ils continuent à croire que grandir n’est pas seulement une aventure de jeunesse, mais une expérience qui se poursuit dans le temps.

9Alberto Melucci, compagnon d’une vie, serait lui aussi heureux de cette édition en français. Disparu prématurément en 2001, il ne pourra en profiter : je le ferai pour lui. La première édition de ce livre était dédiée à nos filles, Alessandra et Marta, alors adolescentes, désormais adultes et mères à leur tour. Je veux dédier cette nouvelle édition à leurs fils Gea et Tiago, qui seront adolescents dans un monde nouveau, et à toutes les filles et les garçons qui, comme eux, ont enseigné à leurs parents que chaque âge de la vie passe seulement pour recommencer.

Anna Fabbrini, janvier 2017

© Éditions ies, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site