Version classiqueVersion mobile

Le thérapeute et le diplomate

 | 
Claude de Jonckheere
, 
Charles Chalverat
, 
Loïse Rufini Steck
, 
et al.

Chapitre III. Modes d’action

Texte intégral

Agir

1Afin de comprendre le modèle d’intervention développé à Appartenances, il s’agit de décrire quels sont les modes d’action des thérapeutes, c’est-à-dire quelles techniques d’intervention ils utilisent auprès des migrants pour résoudre les problèmes auxquels ils ont affaire. Il s’agit aussi de saisir comment leurs modes de pensée et les prescriptions auxquels ils se réfèrent orientent leur action. La coexistence des deux paradigmes médico-psychiatrique et constructionniste que nous avons abordée du point de vue de la pensée apparaît de manière évidente dans leur pratique. En nous référant à des concepts appartenant notamment aux champs de la psychothérapie, de l’ethnométhodologie et de l’analyse de l’activité, l’analyse des séances thérapeutiques et des commentaires des thérapeutes sur leurs propres pratiques produits lors des séances d’autoconfrontation simples et collectives nous a permis de dégager plusieurs thèmes faisant débat ou soulevant des questionnements sur la ou les manières d’intervenir des thérapeutes.

Prescriptions

2Selon les théories de l’activité auxquelles notre méthodologie se réfère, il convient de distinguer la tâche de l’activité. La tâche relève de la prescription, elle est ce qui doit être fait. A l’inverse, l’activité est ce qui se fait « réellement ». Clot et Faïta parlent donc d’activité prescrite et d’activité réalisée (2000). Les auteurs considèrent que les actions prescrites par un modèle ne sont pas celles qui sont réalisées. L’agir se caractérise par un décalage plus ou moins important entre ce qui est prescrit par des règles et ce qui est effectivement réalisé. Le décalage se retrouve également entre ce que l’agent se demande à lui-même de faire, c’est-à-dire des autoprescriptions, et ce qu’il fait en situation. Cet écart n’est pas compris comme un échec ou la manifestation de l’impuissance de l’agent, mais bien comme l’expression de sa créativité, lui permettant de réaliser au mieux sa tâche alors que le « réel » résiste à son intention de le transformer.

3Dans le cas de l’analyse de l’activité des thérapeutes d’Appartenances, nous avons cherché à repérer les énoncés prescriptifs sous la forme de visées et de règles d’actions fixées par l’institution, ainsi que les règles et les intentions que chaque thérapeute se donne à lui-même. Lorsque les thérapeutes commentent leur propre activité, ils font très rarement référence à des prescriptions institutionnelles qui orientent leurs actions. Les pratiques des thérapeutes d’Appartenances ne répondent pas à des prescriptions très formalisées ou à un modèle explicite. Ils ne reçoivent pas de cahier des charges précis ni de prescriptions écrites. Certaines règles ou principes faisant partie de la tradition de l’institution semblent être transmises de manière orale. Formellement, les thérapeutes de la consultation psychothérapeutique pour migrants ont pour tâche de proposer une aide psychologique, psychiatrique ou psychothérapeutique à des personnes présentant une souffrance psychique en lien avec leur propre migration ou celle de leurs proches. Un des principes de base qui semble traverser les pratiques des thérapeutes est celui d’accorder une attention particulière à la culture d’origine des patients, à leur vécu migratoire ainsi qu’à leurs conditions de vie en Suisse. Ils ont également recours à un interprète communautaire lorsque cela est nécessaire. Il est primordial que le migrant puisse s’exprimer et être compris dans sa langue maternelle. La consultation se conforme aux exigences des assurances maladie, finançant les prestations en ce qui concerne le nombre et la durée maximale des séances, ainsi que le caractère « thérapeutique » de celles-ci. Compte tenu de ces règles, chaque thérapeute est libre de travailler selon le courant thérapeutique qui lui convient et auquel il est formé – nous verrons ainsi que bon nombre d’approches thérapeutiques se côtoient au sein d’Appartenances –, et de rencontrer ses patients à la fréquence qu’il juge nécessaire. Nous pouvons donc dire que l’institution donne un cahier des charges très large aux intervenants, ne prescrivant pas d’actes précis, mais leur donnant des repères et des pistes indiquant ce qu’il est possible ou impossible de faire. Ainsi, certaines pratiques, comme « sortir du lieu thérapeutique », qui étaient des règles lors de la création d’Appartenances, ne sont plus formulées en tant que telles et ont tendance à disparaître, mais restent autorisées.

4Lorsque les thérapeutes évoquent ce que nous appelons des actions prescrites, ils se réfèrent le plus souvent à des visées ou à des intentions qu’ils se sont fixé eux-mêmes et jugent pertinentes en fonction de leur compréhension de la situation, de leurs théories de référence, de leur formation, de normes personnelles et de constatations tirées de leur expérience avec les patients.

Le cadre thérapeutique

5Avant de décrire le cadre psychothérapeutique tel que nous l’avons observé dans les séances filmées, il est important de préciser le cadre plus large dans lequel il s’insère. Appartenances est un dispositif de soins et de transformation sociale qui accueille le migrant dans sa langue maternelle et avec sa culture. Nous pouvons émettre l’hypothèse que le fait pour les migrants de se rendre dans un tel lieu, qui a été créé spécifiquement pour eux, a déjà en soi un certain effet thérapeutique puisqu’il véhicule le message d’une reconnaissance de leur vécu et de la nécessité de leur venir en aide.

6Ce large dispositif offre de nombreuses modalités de prise en charge psychosociale s’adressant aux diverses dimensions des problématiques rencontrées par les migrants. Il comprend des espaces sociaux (Centre Femmes, Espace Hommes), un centre de consultation psychothérapeutique avec des psychothérapeutes (psychologues ou psychiatres), des grou pes thérapeutiques, une consultation ethnopsychiatrique et des physiothérapeutes (approche psycho-corporelle). Les migrants fréquentent un seul ou plusieurs de ces dispositifs, parfois avec une collaboration entre les différents professionnels, par exemple lorsque le patient est adressé à un groupe thérapeutique par son thérapeute individuel, parfois indépendamment les uns des autres. Au sein de la consultation psychothérapeutique, les thérapeutes reçoivent des migrants de tous âges, adultes, adolescents, enfants et dans des dispositifs multiples : prise en charge individuelle, de couple, de famille, mère-enfant, prise en charge individuelle avec entretiens de famille ponctuels. Parfois plusieurs membres de la même famille sont suivis par différents thérapeutes d’Appartenances, avec des séances communes. Tous les settings possibles sont envisageables pour répondre aux besoins spécifiques de chaque personne ou famille. Nous avons, par exemple, filmé une séance de thérapie individuelle avec une patiente dont les enfants sont suivis par une autre thérapeute et la famille par un troisième thérapeute d’Appartenances.

7Plus de la moitié des prises en charge requièrent l’intervention d’un interprète communautaire. En règle générale, c’est le même interprète qui intervient durant tout le suivi afin de garantir une continuité et de maintenir une relation de confiance. Il est choisi par le thérapeute. Nous nous sommes intéressés uniquement aux situations incluant un interprète puisqu’elles représentent la majorité des interventions et qu’elles constituent l’une des spécificités du travail d’Appartenances.

8La demande d’un interprète est recueillie par une secrétaire médicale et faite par téléphone, le plus souvent par un professionnel des institutions et du réseau médical, social ou éducatif, plus rarement par le migrant lui-même. Les demandes sont lues lors du colloque hebdomadaire réunissant l’ensemble des thérapeutes et sont réparties entre les thérapeutes en fonction de leurs disponibilités et de leurs spécialisations. Avant de rencontrer le patient, le thérapeute dispose d’informations sur son statut, son arrivée en Suisse, la langue qu’il parle, sa situation familiale et le motif de la demande. Il dispose souvent d’un diagnostic établi par un tiers.

9La notion de cadre pychothérapeutique est issue de la pratique psychanalytique appliquée ensuite à tous les développements de la psychothérapie. Le cadre analytique classique est défini par des critères précis : fréquence, durée, localisation de l’intervention ; position des personnes ; rapport contractuel (paiement des séances) ; modalité d’intervention (essentiellement verbale libre) ; confidentialité, secret ; la règle d’abstinence (refus de répondre à la place, de se mettre à la place où le patient souhaite mettre l’analyste dans le transfert) ; la règle de neutralité (aucun jugement, aucun conseil, aucune directive). Le cadre analytique est énoncé au départ, rappelé si nécessaire et constamment « pensé » par l’analyste. Dans toutes les formes de psychothérapies dérivées, il va y avoir un aménagement, une « ouverture » par rapport aux règles de la cure analytique. Les raisons de l’aménagement sont à trouver dans l’objectif même de la psychothérapie (Martin, 2001).

10A Appartenances, on observe effectivement un aménagement important du cadre. La présence d’un interprète induit évidemment une modification du cadre thérapeutique puisque nous ne sommes plus dans une relation dyadique classique, mais dans une relation triadique et bilingue. Cependant, d’autres raisons expliquent également la nécessité d’aménager le cadre thérapeutique, liées à la manière dont les intervenants pensent l’accueil des migrants. Pour de nombreux migrants, la relation en face à face avec un thérapeute et en l’occurrence un interprète, dans un lieu clos, ainsi que le paradigme de réfléchir sur ses pensées et ses émotions apparaissent comme une situation inhabituelle, étrange, voire inquiétante. Or, toute aide, pour être efficace, doit être ancrée dans une relation de confiance et de sécurité. Pour les thérapeutes d’Appartenances, cela n’est possible qu’en prenant en compte et en reconnaissant les valeurs et réactions de l’autre, donc en l’accueillant avec sa culture. Ainsi, on aménage le cadre de manière à ce que la situation reste naturelle et ait du sens pour le migrant. Les thérapeutes portent une attention particulière à ce que tant l’accueil que le mode d’intervention évoquent davantage un lieu d’échange qu’un traitement médical ou une consultation psychiatrique et essaient de construire une relation aussi égale et symétrique que possible.

11Si nous reprenons les critères définissant le cadre, énoncés par Martin, nous observons qu’à Appartenances, plusieurs éléments du cadre ne sont pas prédéfinis par le thérapeute ou l’institution, mais se construisent avec le patient et l’interprète. Parfois, ces éléments se ritualisent. Même si la durée et la fréquence des séances sont généralement régulières, en moyenne d’une cinquantaine de minutes à raison d’une fois par semaine, elles peuvent varier en fonction du courant théorique auquel chaque thérapeute se réfère et s’adaptent avec souplesse aux besoins de chaque migrant, comme en témoigne cette thérapeute : J’avais un patient qui avait besoin de beaucoup de temps. Pendant très longtemps, je le voyais pendant deux heures, je commençais par lui offrir un café et nous prenions le temps pour parler. Si je n’avais pas pu mettre en place ce cadre-là, j’aurais certainement perdu ce patient. Le lieu de l’intervention, en l’occurrence le bureau du thérapeute, est généralement fixe, mais il peut arriver que certaines séances se déroulent à l’extérieur de l’institution (chez le migrant, dans un espace social). La position des personnes n’est pas prédéfinie, le thérapeute et l’interprète laissent le patient choisir le siège où il sera le plus à l’aise. Les trois personnes se disposent ensuite en triangle, afin que chacune soit en face des deux autres. Généralement la disposition choisie lors du premier entretien est maintenue pour le reste du suivi. D’un point de vue financier, les séances sont prises en charge par les assurances maladie. La modalité d’intervention est principalement verbale, mais peut prendre également la forme d’actions concrètes telles que l’accompagnement du patient dans des démarches ou l’accomplissement de rituels et l’utilisation d’objets. Le thérapeute et l’interprète sont tenus aux règles de confidentialité et du secret professionnel, qui sont énoncées au début du suivi et rappelées par la suite si nécessaire. L’intrusion de facteurs externes menace parfois cette règle, par exemple lorsque le thérapeute doit rédiger un rapport pour les autorités dans le cadre de la demande d’asile d’un migrant, pour une demande d’AI ou pour les assurances maladie. Le thérapeute demande alors au patient une autorisation de transmettre des informations le concernant à des tiers. La règle de neutralité faisant partie du cadre analytique classique a peu de sens dans une optique de relation égale considérée comme un échange. Les thérapeutes d’Appartenances s’impliquent personnellement dans la relation et n’hésitent pas à prendre position pour le migrant. Ils reconnaissent que la rencontre avec le patient produit également des changements chez eux : Ces conversations ont fait partie de ma vie. C’est tellement intéressant, parfois enrichissant, j’ai beaucoup appris. Cette relation que j’ai eue avec Madame X, ça m’a changé beaucoup de choses. Je veux dire par ses histoires, mais aussi ce qui se passait entre nous.

12Nous pouvons repérer des rituels qui marquent le cadre. Au début de la séance, le thérapeute et l’interprète accueillent le patient et le laissent choisir son siège, puis s’asseyent à leur tour. C’est souvent l’interprète qui veille au confort du patient. La plupart du temps, c’est le thérapeute qui initie la conversation en demandant des nouvelles du patient, créant ainsi un cadre naturel. Comme nous le dit cette thérapeute, certains sujets de conversation prennent la forme de rituel de début de séance : On parle des enfants, elle me demande aussi comment vont mes enfants. C’est un long sujet de conversation, c’est la première chose qu’on me demande et que je demande ici. Ensuite, le thérapeute pose une question qui oriente la conversation vers une sphère plus psychologique, telle que : « Comment vous vous sentez ? », marquant le début de la séance « thérapeutique » au sens classique, comme l’explique cette thérapeute : Là, on commence vraiment : « Comment ça va aujourd’hui ? » On a fait qu’est-ce qui s’est passé les derniers jours, la famille, et comment ça va maintenant. Moi, je pose cette question en tant que psy dans le sens « comment va le moral ? » Le même rituel marque la fin de toutes les séances que nous avons filmées : le thérapeute, l’interprète et parfois le patient sortent leur agenda afin de fixer le prochain rendez-vous, signifiant de manière non verbale que la séance touche à sa fin.

La relation thérapeutique

13Les thérapeutes accordent une attention particulière à la construction d’une alliance thérapeutique avec le migrant. C’est sur la base de ce lien que les paroles du thérapeute pourront avoir un effet sur le patient. En effet, de nombreuses recherches dans le domaine de l’efficacité thérapeutique ont identifié l’alliance thérapeutique comme le principal facteur prédisant la réussite d’une psychothérapie, quelle que soit l’approche thérapeutique utilisée. Par alliance thérapeutique, nous entendons une relation de collaboration basée sur un accord concernant le déroulement et les objectifs de la thérapie, ainsi qu’un lien interpersonnel positif qui inclut des dimensions telles que la confiance, le respect et la compréhension mutuelle. Elle comprend donc une dimension contractuelle – on parle parfois d’alliance de travail – et une dimension affective, émotionnelle. Lorsqu’un interprète communautaire fait partie du dispositif comme c’est le cas dans les pratiques qui nous intéressent, celui-ci est inclus dans la relation et l’alliance se développe selon trois pôles. Une recherche menée à Appartenances sur l’alliance thérapeutique dans la thérapie interculturelle (Elghezouani et al., 2007) montre que les interprètes, les patients et les thérapeutes partagent la même représentation de l’alliance de travail et de l’alliance interpersonnelle. Par contre, la perception de l’intensité de l’alliance est partagée par les interprètes et les patients, mais pas par les thérapeutes. Les chercheurs en concluent que le rôle des interprètes est aussi celui de « médiateurs relationnels », en plus de leur médiation linguistique, dans la mesure où ils auraient tendance à partager plus avec chacun des autres protagonistes que ces derniers ne le font entre eux (patients et thérapeutes).

14L’alliance semble délicate à établir avec les migrants, surtout lorsqu’ils ont été victimes de violences intentionnelles et organisées. Elle est médiatisée par l’interprète et les actions du thérapeute, visant à la construction et au maintien d’une alliance thérapeutique, occupent une place importante dans les séances. D’après nos observations, la construction du lien ne relève pas d’une prescription et ne constitue pas un but en soi, mais se développe dans l’interaction sans que cela soit forcément conscient. Toutefois, dans certaines situations, lorsque l’alliance se trouve en danger ou est difficile à construire, le thérapeute agit consciemment dans le but de la consolider. Comme cette thérapeute avec une patiente qui a eu de mauvaises expériences avec plusieurs intervenants, psychologues et médecins : J’ai essayé de faire alliance avec elle pour pas que les ruptures qu’elle a eues avec d’autres se reproduisent. Très souvent, la création ou le maintien d’une alliance thérapeutique avec le patient sont évoqués après coup comme raisons d’agir par les thérapeutes.

15Une thérapeute dit avoir avec ses patients, surtout en début d’entretien et d’autant plus au début du suivi, des discussions sur des choses hyperanodines, qui permettent aussi de créer le lien. Cela consiste par exemple à demander au patient des nouvelles de sa vie quotidienne, de sa famille, à lui poser des questions sur sa culture. Pour se rapprocher du migrant, les thérapeutes parlent aussi de leur propre culture, d’eux-mêmes, de leurs expériences personnelles, comme nous l’explique ce thérapeute : Je parle de moi, au bout d’un moment je finis par leur dire : « Mais finalement, tu vois, toi et moi on se ressemble » et j’ai l’impression que ça me permet d’être plus crédible pour eux. Ils s’impliquent dans la relation, considérée comme un échange où chacun donne de soi, et la décrivent d’ailleurs comme « une rencontre ».

16Des marqueurs de la construction du lien sont présents dans les séances de tous les thérapeutes auxquels nous nous sommes intéressés ; cependant, ce qu’ils en disent nous permet de distinguer deux conceptions différentes. Certains thérapeutes, comme c’est le cas le plus souvent dans le champ de la psychothérapie, considèrent la relation thérapeutique comme le milieu favorable qui va permettre, par exemple, la découverte des raisons d’un symptôme, une nouvelle compréhension de l’histoire du patient ou le développement de possibilités nouvelles. Elle est un des nombreux facteurs de la prise en charge. Alors que pour d’autres, c’est la relation qui est thérapeutique en elle-même, plus que ce qui se fait ou se dit en son sein. Cela rejoint l’idée que Roustang expose dans la postface d’un traité décrivant quatorze formes de psychothérapie : « Tout d’abord la psychothérapie devrait être définie sans plus comme relation thérapeutique. (…) La relation qui s’est instaurée entre le thérapeute et le patient n’est pas le lieu du soin, elle est le soin lui-même, elle est elle-même et à elle seule le changement » (Roustang, in Duruz et al., 2002, p. 409).

Techniques d’intervention

17Concrètement, comment agissent les thérapeutes pour tenter de résoudre les problèmes auxquels ils ont affaire ? Comme nous l’avons mentionné, l’institution Appartenances laisse à chaque thérapeute le choix d’une approche thérapeutique. Plusieurs courants se côtoient au sein du centre de consultation et les techniques mises en œuvre par les thérapeutes découlent généralement du courant auquel ils appartiennent. Nous avons repéré les suivants : thérapie systémique, thérapie cognitivo-comportementale et thérapie analytique. Cependant, tous les thérapeutes, même s’ils sont formés de manière approfondie dans une orientation particulière, disent également emprunter fréquemment des techniques issues d’autres approches. Les thérapeutes d’Appartenances s’accordent pour dire que quelle que soit l’approche thérapeutique utilisée, elle ne peut pas être appliquée de manière classique lorsqu’on travaille avec les migrants. Le travail avec les migrants nécessite une modification des outils thérapeutiques, de même que, nous l’avons vu, un aménagement du cadre. Pour qu’une intervention thérapeutique prenne sens, elle doit être intégrée au système de règles, de croyances et de comportements d’une culture donnée, celle de la personne qui vient consulter. La présence d’un tiers, l’interprète communautaire, va engendrer des modifications par rapport à une thérapie classique. Quelle que soit la manière dont le thérapeute conçoit le rôle de l’interprète, de la machine à traduire au cothérapeute, dans les faits ce dernier participe de la relation et l’influence. Comme le précise une thérapeute : On est trois, mais c’est trois êtres humains et trois têtes, c’est pas une machine à traduire. C’est une relation à trois.

18Nous avons pu observer de nombreuses techniques mises en œuvre par les thérapeutes. Elles sont bien entendu relatives à chaque situation étudiée et donc rarement généralisables. De plus, elles ne constituent qu’une infime partie du panel d’outils dont disposent les thérapeutes, la liste ne saurait donc être exhaustive. L’absence d’un modèle unique qui serait appliqué par l’ensemble de l’équipe n’en rend pourtant pas les pratiques totalement hétérogènes. Les séances d’autoconfrontation simple et plus particulièrement d’autoconfrontation croisée, lors desquelles les thérapeutes ont pu échanger sur leurs manières de faire à partir d’extraits vidéo du travail de certains d’entre eux, mettent en évidence plusieurs cas de figure dans lesquels tous les thérapeutes se reconnaissent. Ils y répondent de différentes façons, qui peuvent être regroupées en quelques axes en fonction de la manière dont ils pensent les patients et leurs pratiques, notamment l’approche médico-psychiatrique et l’approche constructionniste.

19Afin de mieux comprendre ce qui se passe dans les séances thérapeutiques, nous nous sommes particulièrement intéressés lors des séances d’autoconfrontation aux intentions des thérapeutes, aux actions effectivement réalisées et aux actions auxquelles ils ont renoncé. Nous constatons que l’accueil de ce qu’amène le patient est au premier plan. Certes, les thérapeutes ont des intentions, des idées en tête et des objectifs qui guident le déroulement des séances, mais ils s’adaptent avant tout et avec souplesse à ce qu’amène le patient. Il leur semble primordial d’être là pour le patient et que le temps qui lui est consacré puisse lui permettre d’exprimer ses préoccupations, même si elles s’éloignent des sphères abordées dans la thérapie classique ou si la direction de l’entretien s’écarte de celle que le thérapeute avait prévue. Ainsi, très fréquemment, les thérapeutes nous expliquent avoir eu telle intention et ne pas avoir pu la réaliser ou y avoir renoncé, sans que cela soit perçu comme un échec. Une thérapeute nous dit : Je suis flexible. Si la personne a autre chose sur le cœur, je vais pas commencer avec mon sujet absolument. Ou encore, au sujet d’une séance dans laquelle on voit une patiente qui amène des questions sociales et financières : Si c’est important pour Madame, je vais en parler, c’est elle qui vient avec le besoin de parler.

20Dans une séance que nous avons analysée, le thérapeute demande à la patiente ce qu’elle pense de chaque proposition ou hypothèse qu’il émet ou de chaque fait qu’elle relate. Il nous explique qu’il cherche à la mobiliser et à ce qu’elle se prononce sur ce qui lui arrive. Dans le même sens, une autre thérapeute retourne les questions au patient, comme dans cet extrait d’entretien. Le patient : Peut-être que vous, vous connaissez mieux ? C’était une accusation, c’était une voix qui me disait des choses sans arrêt. La thérapeute réplique : Comment est-ce que vous, vous réagissez dans ces moments-là ? En revoyant cet extrait, la thérapeute nous dit : C’est insupportable, ce que font souvent les patients, ils disent « mais c’est vous qui savez ». Ça c’est classiquement ce que je fais : je renvoie la balle sur lui. Face à une population ayant un vécu qui la contraint à subir plutôt qu’à agir, il paraît fondamental pour les thérapeutes que le migrant soit en position active. En effet, les patients qui consultent à Appartenances ont souvent une attitude passive. D’une part, les violences qu’ils ont subies dans leur pays d’origine les ont placés dans une situation d’impuissance. D’autre part, le contexte dans lequel ils vivent en Suisse (en particulier les requérants d’asile), le système social, économique et politique les met dans une position de dépendance dans laquelle peu de choix et d’initiatives leur sont laissés. On leur attribue un logement, on leur verse une aide financière, on les « envoie » chez le médecin, on les « envoie » à Appartenances. Troisièmement, les patients migrants ont l’habitude de consulter des médecins ou des spécialistes « qui savent » et attendent de ces derniers qu’ils agissent sur eux pour les soigner. Or, à Appartenances, le migrant est considéré comme expert de son existence. Les thérapeutes essaient de le mobiliser pour le sortir de cette passivité, lui redonner le pouvoir d’agir sur sa vie, lui permettre de retrouver l’estime de soi et le sens de la responsabilité.

21Dans l’idée de favoriser l’autonomie des patients et de ne pas les rendre dépendants du setting thérapeutique, les thérapeutes mettent l’accent sur la potentialisation des ressources. Ils essaient toujours de trouver de quelles ressources dispose le migrant, en termes de « savoirs » et de personnes, et font appel aux compétences de celui-ci, de sa communauté ou de sa culture pour tenter de résoudre les difficultés dans lesquelles il se trouve. Ils explorent son milieu familial et son entourage proche, afin de voir quelles peuvent être les personnes ressources. Une thérapeute nous explique qu’elle préfère explorer ce que le patient connaît et qui lui fait du bien, et essayer de s’appuyer sur ces ressources en cherchant comment elles peuvent être utilisées pour l’aider à aller mieux, plutôt que de lui proposer des solutions qu’elle-même connaît mais qui auraient probablement moins de sens pour le migrant. Les thérapeutes cherchent également des éléments qui étaient des ressources dans le pays d’origine et qui pourraient l’être dans le pays d’accueil. Par exemple, un thérapeute explore avec un patient qui se trouve pris dans un conflit entre plusieurs familles comment ce genre de situations se règle dans son pays d’origine, le Kosovo : Moi, d’après ce que je connais, les Albanais ils ont ce qu’on appelle la hoda, dans laquelle les gens se réunissent pour régler les problèmes. Le patient lui répond que cela a disparu avec la guerre. Le thérapeute nous explique son intention : Je sais qu’il va me dire que rien n’est plus comme avant. Moi, j’essaie de retrouver quand même une continuité, ne serait-ce qu’en parlant de l’avant-guerre. Cela permet par ailleurs de restaurer une continuité dans le temps car, pour beaucoup de migrants, il y a une rupture entre l’avant et l’aprèstraumatisme ou l’avant et l’après-migration. Nous l’avons décrit, la question des émotions prend une place importante dans la réflexion des thérapeutes sur leurs pratiques et fait débat. Dans les séances que nous avons filmées, la plupart des patients expriment peu d’émotions et amènent surtout des éléments très factuels. Pour diverses raisons, certains thérapeutes estiment qu’il n’est pas nécessaire, voire que cela constitue une violence, de pousser les migrants à exprimer leurs émotions. D’autres partent de l’hypothèse que l’expression des émotions peut être profitable aux patients et essaient de les amener sur ce terrain. Pour cela, ils utilisent diverses techniques. Les questions comme : Qu’est-ce que vous avez ressenti quand… ? Qu’est-ce que ça vous a fait ? Comment vous sentez-vous ? avec parfois des propositions de réponses à choix multiple sont fréquentes, mais semblent bien souvent se heurter à une résistance. Lorsque le thérapeute pose une question de l’ordre du psychologique, le patient répond alors par des faits concrets, comme dans cet extrait où thérapeute et patiente semblent se livrer au jeu du chat et de la souris : la patiente relate un entretien chez un médecin, dont elle est sortie en pleurant. Le thérapeute demande : Pendant l’entretien, comment vous vous êtes sentie ? Elle répond : Alors, il me demandait trop, je pense. Il me posait beaucoup de questions, par exemple pour les dates de naissance de mes sœurs, et tout ça, moi je me rappelle pas. Le thérapeute reprend : Ouais, ma question était plutôt : comment vous vous êtes sentie ? Ils vous ont posé des questions genre dates de naissance de vos sœurs et des choses comme ça. La patiente dit qu’elle ne sait pas la date de naissance des ses frères et sœurs. Le thérapeute demande alors : Et vous, comment vous vous êtes sentie ? Le fait, par exemple, que vous ne vous rappeliez pas, qu’est-ce que ça vous a fait ? La patiente répond : Je me suis sentie normale. Les thérapeutes utilisent aussi des échelles d’évaluation et demandent au patient de situer son état interne sur une flèche allant du moins bien au meilleur, et des listes de mots décrivant des émotions, parmi lesquels ils proposent au patient de choisir ceux qui correspondent le mieux à ce qu’il ressent. Avec la patiente de notre exemple, le thérapeute utilise une autre technique : Quand vous parlez de votre frère qui était plus jeune que vous, qui est mort à la guerre, chez moi ça a réveillé mon frère qui a un an de moins que moi, c’est un peu comme chez vous, je m’en suis occupé, qui est mort il y a cinq années au mois d’avril (…) J’aime pas non plus en parler, mais j’en parle. J’en parle même ici au travail avec vous, avec les personnes que je vois ici. Des fois, c’est bien de tous ressentir la même émotion, le même sentiment sur des choses qu’on connaît tous. La patiente semble très touchée. Quelques minutes plus tard, elle se sent mal et ses jambes la lâchent. En revoyant cette séquence, le thérapeute nous dit : Ses jambes ne la lâchent pas tout le temps, elles ont lâché aujourd’hui, elles ont jamais lâché avant (…) Elle vit son émotion dans le corps, c’est un classique de la psychothérapie ou psychopathologie et c’est un classique chez les femmes kosovares, tout est intériorisé. Le thérapeute souligne l’importance de donner de soi. Passer par ses propres émotions en relatant des expériences douloureuses peut s’avérer efficace pour faire surgir les émotions chez le migrant.

22Pour parler des émotions et des sentiments, pour parler aux émotions et aux sentiments des patients, les thérapeutes usent souvent de la capacité du langage à produire des métaphores. Par exemple, l’un d’entre eux utilise l’image d’un arbre pour parler à une patiente de l’existence qu’elle mène actuellement. C’est comme un arbre qui est très chargé, qui commence à faiblir sous le poids du travail, vient un événement qui est l’opération et là, il tombe, il ne veut plus se relever. Il ne veut plus et pas il ne peut plus ». Pour lui, la métaphore propose une image très physique, c’est la chute de l’arbre qui se couche et qui ne se relève plus. Il veut montrer à cette patiente qui vit toute la journée couchée qu’elle n’a plus la force de se relever et que ce n’est pas qu’une question de volonté. Il commente sa manière d’intervenir en référence à sa propre culture : Dans les cultures méditerranéennes, on utilise souvent les allégories. Dans cette conception, l’allégorie parle directement à l’âme et au corps en détournant les défenses, en n’attaquant pas la dignité de l’individu. L’allégorie et la métaphore ne sont pas que de simples ruses permettant de détourner les défenses du patient, elle est une forme élevée de tact consistant à user d’un langage intelligible pour les patients.

23La question de l’expression des émotions renvoie à celle du traumatisme. Quelle place est accordée dans les séances au récit du traumatisme ? Faut-il absolument travailler sur le traumatisme ? Comme nous l’avons décrit dans le chapitre traitant des modes de pensées, les thérapeutes d’Appartenances ne poussent pas les patients à raconter l’événement traumatique. Le droit au silence est considéré comme fondamental. Toujours dans l’idée que le patient est expert de sa propre existence, les thérapeutes considèrent que si le patient l’amène, c’est qu’il est prêt à l’amener et que ça va lui faire du bien. Au moment où un récit de traumatisme est livré, comment est-il accueilli par les thérapeutes ? Nous pouvons imaginer que ces situations sont souvent chargées d’émotions et cela amène à se demander ce que font les thérapeutes des émotions que cela suscite chez eux ? Les thérapeutes expliquent, et cela est aisément compréhensible, qu’il est difficile d’entendre des récits de traumatisme et de savoir comment y réagir. L’analyse des autoconfrontations indique qu’il y a souvent un décalage entre la réaction « prescrite », celle qu’ils auraient voulu avoir, et celle qu’ils ont effectivement eue sur le moment. Une thérapeute qui visionne une séquence dans laquelle elle reçoit le récit d’un traumatisme nous dit : C’est marrant, parce que dans d’autres contextes, c’est une réaction que j’ai normalement de dire : « Moi, je ressens ça en ce moment, quand je vous entends je ressens ça » et là, ça a l’air d’être à des kilomètres de moi. Ça met dans cet état de sidération. Parfois, le thérapeute se fige et ne sait pas quoi faire, montre peu de réactions, alors que dans une situation idéale, il aimerait pouvoir s’auto-observer, prendre conscience de ses émotions et les formuler de manière utile pour le patient. Il semble important pour les thérapeutes de pouvoir montrer aux migrants qu’ils sont touchés par leur récit. L’un d’entre eux relève qu’il peut également être important de communiquer au patient que le thérapeute est capable d’entendre ce genre de récits, en est protégé et est là pour ça. Les thérapeutes doivent donc sans cesse essayer de trouver la bonne distance émotionnelle face à leurs patients. En effet, s’ils sont trop proches, ils ne peuvent plus les aider et s’ils sont trop loin, ils ne peuvent plus les aider non plus. Les thérapeutes évoquent la difficulté à travailler avec des gens qui sont constamment dans la plainte. Lorsque le patient transforme tout en plainte et perçoit tout de manière négative, il est difficile pour le thérapeute de sortir de ce système et/ou de transformer cette plainte en problématique sur laquelle travailler. Voici les propos d’une patiente, traduits par l’interprète, lors d’un entretien : Elle va mieux, mais quelquefois elle s’ennuie (…) Elle n’aime pas rester toute seule (…) Elle aimerait avoir, elle dit « une obligation », mais c’est dans le sens du plaisir, mais elle n’en a pas. Elle va une fois par semaine à l’école, mais c’est rien, c’est pas beaucoup (…) Madame doit déménager, mais l’appartement est petit, elle a dit à son assistante sociale qu’il fallait donner un appartement plus grand (…) Elle a de nouveau des démangeaisons parce qu’elle a mangé de la pomme de terre. Madame est allergique à tout ce qu’elle aime.

24Certains thérapeutes soulignent l’importance de laisser de la place dans les séances à l’expression de cette plainte, faute de quoi cette dernière risque de revenir. Ils montrent aux patientx qu’ils ont entendu, reconnaissent les difficultés dans lesquelles ils se trouvent, et essaient de mettre l’accent sur les ressources. Cependant, ils évoquent aussi le risque qu’en accordant trop d’importance à la plainte, l’espace thérapeutique consolide l’identité de patient malade et renforce la souffrance. Cette question renvoie au contexte bien plus large qu’est le contexte sociopolitique, dans lequel certains migrants se trouvent pris et leurs thérapeutes également. En effet, l’obtention d’un permis de séjour est de plus en plus difficile et le fait pour un migrant d’investir une identité de malade psychique est parfois le seul moyen de lui garantir une sécurité sociale et politique. Autrement dit, le contexte pousse le patient à rester malade.

25Dans ce type de situation, les thérapeutes essaient de garder une diversité dans l’identité du patient afin que le fait de suivre une psychothérapie n’ait pas un effet réducteur sur la manière dont il se vit dans son rapport au monde.

26Qu’ils se situent dans le paradigme médico-psychiatrique ou dans le paradigme constructionniste, les thérapeutes visent, afin d’aider le patient à se sentir mieux, à amener celui-ci à changer sa perception de la réalité. Ils considèrent la souffrance comme un état intérieur lié à une façon de voir le monde et la psychothérapie consiste à changer cette perspective. Pour cela, ils usent d’une certaine forme d’influence, rendue possible par une bonne alliance thérapeutique avec le patient. Ainsi, une thérapeute nous dit : Je sais que quand je dis quelque chose, elle me croit, alors je voulais induire un peu en elle cet espoir que pour l’année prochaine, ça ne va pas être si mal. Un autre thérapeute essaie d’amener une patiente persuadée d’être atteinte d’une maladie grave à un raisonnement permettant cette prise de conscience : Je vais essayer de lui montrer qu’il y a tout un travail d’imaginaire qu’elle a mis dans cette histoire-là et que c’est cet imaginaire-là qui produit la sensation d’avoir mal, l’hypothèse que c’est une maladie.

27En visionnant les images, les thérapeutes constatent parfois qu’ils n’arrivent pas à obtenir l’effet visé chez le patient : J’essaie de l’amener sur : « tout est relatif, c’est ta manière de voir » (…) mais avec lui ça ne colle pas, ça ne prend pas. C’est le cas, par exemple, lorsque le patient refuse toutes les propositions du thérapeute ou n’entre pas dans l’univers dans lequel ce dernier essaie de l’amener. Il arrive, à l’inverse, que le patient adhère sans contraste à tout ce que dit le thérapeute ou semble avoir déjà essayé toutes les solutions que celui-ci lui propose, ce qui le met également dans une situation d’impuissance et le force à en chercher d’autres. Le commentaire de cette thérapeute l’illustre bien : A partir de là, tout ce qu’il dit, c’est ce que je m’attendais à ce qu’il dise. Ça veut dire que quand je pose une question, je pense qu’il va répondre quelque chose et il va répondre ce que je pense qu’il va répondre (…) Il est incroyable, il a déjà tout fait. Il a déjà épuisé toutes mes ressources au niveau musulman, il va falloir être créatif, là. La tâche du thérapeute n’est pas simple, il a une intention et le réel lui impose une résistance. Il peut poursuivre son intention, au risque de peut-être se heurter toujours à la même résistance, qu’il pourrait attribuer au patient. Il peut également, et c’est ce que nos données nous ont permis d’observer, remettre en question son propre système et faire preuve de créativité en trouvant des ruses pour contourner cette résistance et ne pas se retrouver bloqué. Nous voyons que les thérapeutes sont amenés à être sans cesse déstabilisés, c’est pourquoi ils utilisent parfois le terme d’équilibrisme pour décrire leur pratique.

28Nous avons encore repéré d’autres techniques utilisées par les thérapeutes que nous n’allons pas développer ici, telles que l’utilisation du génogramme, se rapprocher des patients et les toucher, essayer de normaliser ce qui arrive au patient, l’écriture de l’histoire de vie du patient, l’utilisation de diverses échelles, les techniques de relaxation.

Le soutien social

29Au début d’une séance, une patiente montre à la thérapeute une lettre d’une administration expliquant qu’elle doit recevoir de l’argent supplémentaire parce que ses filles, qui vivent dans un foyer, passent quelques jours chez elle. Or, elle n’a pas reçu la somme mentionnée. La thérapeute appelle l’assistant social de la patiente. Cet extrait illustre une situation courante à Appartenances. Les thérapeutes sont souvent amenés à effectuer des actes qui relèvent du travail social, comme aider les patients à comprendre une lettre, téléphoner à leur avocat ou à leur assistant social, leur expliquer certaines procédures. Une des spécificités du travail à Appartenances est que le soutien social fait partie du cadre d’intervention et que les thérapeutes effectuent ces actions concrètes en présence du patient et avec lui. En effet, les patients profitent de cette relation de confiance et de la présence d’un interprète pour demander de l’aide concernant des questions ne relevant a priori pas du domaine de la psychothérapie. Dans une autre séquence, un patient, qui a visiblement mal compris, explique à la thérapeute qu’il a demandé à son assistant social d’être transféré auprès de sa famille et que celui-ci lui a donné un rendez-vous avec un médecin en lui disant : « C’est lui qui s’occupe de cela. » La thérapeute concernée nous dit : Je trouve que c’est assez classique de ce qui se passe tout le temps avec les gens qui viennent d’arriver en Suisse. C’est qu’ils se font trimballer d’un endroit à un autre, et puis ils demandent une chose, on les envoie là, on les envoie là. Et ici, à Appartenances, étant donné qu’on a toujours un interprète, qu’on peut quand même bien communiquer avec les gens, ça arrive régulièrement que les gens nous amènent toutes ces choses. Parce qu’ils ne comprennent plus, ils reçoivent des papiers, des lettres, ils les amènent et on se retrouve à faire un peu le guide. Les thérapeutes mettent notamment en cause un manque d’encadrement des migrants par le réseau et de lieux où ils pourraient poser ce type de questions avec l’aide d’un interprète, qu’Appartenances se trouve devoir ainsi pallier. D’autant plus depuis que les lois fédérales sur l’asile et les étrangers ont été durcies. Appartenances a alors assisté à une précarisation des conditions de vie des migrants (promiscuité, menace permanente d’expulsion, interdiction de travailler) et à une diminution de leur prise en charge sociale.

30Tous les thérapeutes d’Appartenances ont des pratiques que l’on pourrait qualifier de « soutien social », mais ils ne les conçoivent pas tous de la même manière, selon le paradigme auquel ils se réfèrent pour penser les patients migrants et leur souffrance et pour intervenir auprès d’eux. Les uns considèrent ces pratiques comme faisant entièrement partie de leur travail et comme ayant un effet thérapeutique. Ces objets sociaux font partie de la personne, de sa santé et de sa problématique, et l’on peut leur attribuer une fonction psychique. Les thérapeutes prennent alors en compte les éléments de réalité amenés par le patient et travaillent à la fois sur le réel et sur le symbolique. Ils soulignent également le but relationnel, le lien, le fait d’être là pour la personne et de répondre à ses demandes, dans certaines limites : Pour moi, les besoins de base, ça fait partie du bienêtre de la personne et même si, strictement dit, c’est pas mon job, si elle s’adresse à moi, j’essaie de répondre. Une autre thérapeute nous dit : Pour moi, prêter attention à ce papier, c’était lui prêter attention à elle (…) J’ai pas envie, si elle me montre quelque chose, de dire : « Non, c’est pas mon travail. » Il leur paraît artificiel d’ignorer ces demandes et de tenter de travailler sur des élaborations psychiques, alors que la personne est préoccupée par des questions ayant parfois trait à sa survie ou à sa sécurité et que quelques minutes suffisent souvent à la rassurer avant de pouvoir aborder autre chose.

31D’autres thérapeutes effectuent ces actes presque malgré eux, notamment dans le but de préserver une bonne alliance avec le patient, mais préféreraient s’en dégager. A fortiori, les thérapeutes qui appartiennent au courant psychanalytique ont l’impression d’agir quelque chose du patient et le perçoivent comme une transgression. Ils se sentent également impuissants et incompétents face à ces questions qui ne relèvent pas de leur rôle, dans la conception qu’ils en ont : Là, j’essaie un peu de me débarrasser du côté administratif de l’AI (…) ça prend aussi beaucoup de place et puis, dans la mesure où je connais pas grand-chose aux assurances, enfin ce qu’elle doit faire, comment elle doit faire, j’essaie de m’en débarrasser assez rapidement.

32Lorsque nous avons montré ce type de séquences à l’ensemble des thérapeutes, cela a suscité des réactions de rires et de gêne, comme le formule l’une d’entre eux : Je crois qu’il y a une forme de gêne (…) C’est comme si, en travaillant de cette manière-là, on ne répond pas tout à fait à d’autres attentes qui viennent de je ne sais pas où (…) En faisant comme ça, et je le fais aussi, j’ai l’impression de devoir le faire un peu en cachette et de manière honteuse. Et puis, à l’extérieur, faire semblant que je fais de la bonne psychothérapie classique alors qu’en fait, effectivement, une grande partie des séances est occupée par des choses comme ça, et ça renforce l’alliance et les patients se sentent soutenus et ça a une fonction thérapeutique, mais c’est un peu honteux pour moi.

33Tous les thérapeutes de la consultation pour migrants reconnaissent avoir des pratiques relevant de l’intervention sociale, mais ils les qualifient de taboues, frustrantes, honteuses, gênantes, faites en cachette, clandestines. Pourquoi ce malaise par rapport à ces pratiques ? Nous n’avons que quel - ques éléments de réponse. Les thérapeutes disent avoir l’impression de ne pas répondre à ce que l’on attend d’eux. De qui proviennent ces attentes ? Les thérapeutes évoquent les attentes de l’extérieur, en particulier des assurances maladie qui remboursent leurs prestations et qui ne considéreraient pas un acte tel que traduire une lettre à un patient comme une prestation d’ordre psychothérapeutique. Cela renvoie à une question de société : la souffrance des migrants est considérée comme un problème psychiatrique, dont le traitement est remboursé par l’assurance maladie, et non comme une souffrance contextuelle et politique. Les assurances maladie sont en droit d’exiger une réponse « médicale » à cette souffrance, alors qu’elle nécessiterait certainement également une réponse sociale et politique.

34Cependant, les interdits extérieurs ne constituent pas la seule raison de cette gêne puisque ces pratiques sont également taboues à l’intérieur même de l’équipe. Pourtant, nous avons vu que l’institution ne prescrivait pas d’actes précis aux thérapeutes. Rien dans les prescriptions institutionnelles n’indique comment ils doivent réagir à ces demandes « sociales ». Rien n’interdit donc ces pratiques, mais elles ne sont pas non plus légitimées par des règles. Certains thérapeutes expriment le besoin de légitimer ces pratiques clandestines en les reconnaissant comme faisant partie de la spécificité de l’intervention thérapeutique d’Appartenances. D’autres évoquent la nécessité de laisser des espaces à l’informel et craignent que le fait de les formaliser ne leur fasse perdre de leur efficacité.

Le modèle d’intervention à Appartenances

35L’objectif central de ce travail est de comprendre comment sont modélisées les pratiques de soins actives au sein de la consultation psycho-thérapeutique pour migrants d’Appartenances. L’analyse de l’activité des thérapeutes ainsi que de ce qu’ils disent de cette activité et de leurs raisons d’agir ne permet pas d’identifier un modèle unique partagé et appliqué par l’ensemble de l’équipe.

36Les autoconfrontations permettent de mettre en évidence le genre et les styles, qui sont des axes centraux de l’analyse de l’activité (Clot et Faïta, 2000). Le genre professionnel d’un milieu de travail est la partie sousentendue de l’activité, ce que les travailleurs d’un milieu donné connaissent et voient, attendent et reconnaissent, ce qui leur est commun, ce qu’ils savent devoir faire grâce à une communauté d’évaluations présupposées, sans qu’il soit nécessaire de spécifier les tâches chaque fois qu’elles se présentent. Le plus souvent, elles ne sont pas même énoncées. Le genre définit par des gestes, des mots et des sous-entendus une sorte de diapason professionnel commun, qui organise les opérations et la conduite des professionnels. Le style individuel est le genre interprété et développé dans le contexte des activités du sujet. C’est la transformation du genre en situation, au moment d’agir, en fonction des circonstances. Il est important de préciser que le genre n’est pas le modèle, les règles ou les prescriptions explicites, mais correspond plutôt aux habitudes d’action. Ainsi, le fait que les thérapeutes répondent à des demandes de l’ordre du soutien social peut constituer le genre de l’institution alors qu’il ne fait pas partie du cahier des charges formel prescrit par l’institution. Comme nous l’avons vu tout au long de ce chapitre, lorsqu’on analyse les modes d’action des thérapeutes, nous constatons qu’il est difficile d’identifier un genre propre à l’intervention effectuée à Appartenances et que la multitude de styles d’intervention propres à chaque individu apparaît au premier plan. Nous pouvons néanmoins citer un certain nombre d’éléments sous-jacents communs aux thérapeutes, implicites mais auxquels ils s’identifient lorsqu’on les rend visibles, et qui pourraient constituer le genre propre à l’intervention de la consultation pour migrants. Ce sont notamment l’accueil de ce qu’amène le patient, le droit au silence, la prise en compte de la culture (du migrant et du thérapeute), la prise en compte du collectif, la reconnaissance du vécu des migrants, le don et le contre-don, l’intervention sociale, la notion d’entre-deux (entre ma culture et la culture de l’autre, entre le médical et le social, entre l’occidental et le traditionnel). Comme l’ont mentionné les thérapeutes, si l’un d’entre eux a un style trop décalé du genre, on lui fait sentir ou il ressent de lui-même qu’il n’est pas conforme, ce qui montre qu’il existe bien un genre propre à l’intervention menée à Appartenances.

37Ce qui fait modèle est l’articulation de trois approches. Premièrement, une approche psychothérapeutique « classique » inspirée des théories systémique, psychodynamique, cognitivo-comportementale et biomédicale. Deuxièmement, une approche « ethnopsychiatrique » consistant à comprendre les troubles des migrants et à intervenir auprès d’eux en utilisant les outils propres à leur culture. Troisièmement, une approche « psychosociale » prenant en compte les difficultés sociales et économiques des migrants. Nous pourrions dire que l’articulation de ces trois pôles constitue le genre d’Appartenances et que le style de chaque thérapeute se démarque dans sa manière de naviguer entre ces trois pôles. Les différents thérapeutes se situent à différents endroits de ces trois pôles en fonction des théories auxquelles ils se réfèrent. Ainsi, certains thérapeutes se situent à l’articulation de ces trois approches, d’autres sont très proches de la psychothérapie classique et très loin des deux autres pôles, d’autres plutôt dans la dimension sociale en y incluant quelques éléments de psychothérapie classique. Généralement, les thérapeutes naviguent entre ces pôles en fonction de chaque patient, de chaque situation évoquée ou même en fonction des divers moments du traitement.

38Nous constatons que, dans la pratique, il n’est pas possible d’appliquer tel quel un modèle préexistant pour intervenir auprès des migrants. Les problématiques qu’ils rencontrent sont complexes et touchent de nombreuses dimensions, exigeant pour les aborder une modification des outils thérapeutiques. De plus, l’évolution permanente des populations migrantes ainsi que du contexte social, politique et économique nécessite une évolution des pratiques. Le défi qui se pose aux thérapeutes les amène à y répondre par un « bricolage », en combinant plusieurs techniques et en en créant de nouvelles. Le terme « bricolage » n’est pas péjoratif. Il correspond à ce que Clot nomme « l’intelligence pratique de la tâche », c’est-à-dire les techniques bricolées dans le feu de l’action, exprimant la subjectivité de l’agent et ses capacités à s’adapter au réel. Le bricolage au sens noble du terme renvoie également à la mètis. Vernant et Detienne (1978), dans un ouvrage sur les ruses de l’intelligence, expliquent que la mètis désigne, comme nom commun, une forme particulière d’intelligence. Le nom propre, quant à lui, évoque une divinité féminine qui représente à la fois la prudence, l’intelligence pratique et stratégique et la ruse. Ils décrivent la mètis comme une forme d’intelligence et de pensée qui combine le flair, la souplesse d’esprit, la ruse, la débrouillardise, l’attention vigilante, le sens de l’opportunité. Elle s’applique à des réalités mouvantes, déconcertantes et ambiguës « qui ne se prêtent ni à la mesure précise (…) ni au raisonnement rigoureux. (…) Elle ne se manifeste pas ouvertement pour ce qu’elle est ». Elle se développe avec l’expérience, le savoir accumulé au cours des ans. Son succès revêt une signification ambiguë, « tantôt on y verra le produit d’une fraude, la règle du jeu n’ayant pas été respectée, tantôt il provoquera l’admiration, le plus faible ayant contre toute attente trouvé en lui assez de ressources pour mettre le plus fort à sa merci ».

39La difficulté d’identifier un genre propre à l’institution Appartenances et de définir un modèle théorico-pratique univoque pourrait être comprise comme un problème identitaire affectant l’institution. Cependant, son identité peut se constituer en intégrant cette diversité comme l’expression de la formidable capacité inventive de ce collectif placé sous le signe de la mètis.

© Éditions ies, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search